Navigation – Plan du site

AccueilNumeros25Travaux soutenusThèsesJulie Pilorget, Des femmes dans l...

Travaux soutenus
Thèses

Julie Pilorget, Des femmes dans la ville : Amiens (1380-1520)

Thèse de doctorat en histoire médiévale, Sorbonne Université, sous la direction d’Elisabeth Crouzet-Pavan, soutenue le 17 novembre 2018

Texte intégral

1À l’occasion de la venue du cardinal Louis d’Aragon, au nord du royaume de France en 1517, son secrétaire livre cette description des mœurs de la région :

  • 1 Don Antonio de Beatis, Voyage du cardinal d’Aragon en Allemagne, Hollande, Belgique, France et Ital (...)

“Les hôtelleries sont fort bien tenues et les femmes sont si capables qu’elles les dirigent, tiennent les comptes et font tout. De même, pour les achats sur les places, pour la vente des marchandises, dans l’exercice public de tous les métiers, les femmes sont aussi bien employées que les hommes1.”

2De fait, les chercheurs s’accordent à dire que les sociétés urbaines du nord de l’Europe ont offert aux femmes, dans les derniers siècles du Moyen Âge, de multiples possibilités d’exercer des rôles sociaux, économiques et religieux d’importance. Afin de participer pleinement au renouvellement de l’étude de la place des femmes dans la société urbaine médiévale, nous avons décidé de partir d’un observatoire privilégié, quelque peu délaissé par l’historiographie : celui de la ville d’Amiens aux xive et xve siècles. La ville est envisagée dans cette étude comme un système socio-politique, un ensemble de conditions économiques, mais aussi démographiques, juridiques, sociales et culturelles se révélant déterminantes pour comprendre la place des femmes au sein de l’espace urbain. Ce choix a impliqué de consulter de manière exhaustive les archives de la ville d’Amiens conservées au sein de la bibliothèque municipale pour le xve siècle (ordonnances, registres de délibérations, comptes, contrats notariés, etc.) ainsi que celles de plusieurs fonds additionnels (registre de justice d’Abbeville dit Livre Rouge, inventaires d’archives des villes de Beauvais, Laon et Saint-Quentin ainsi que les éditions de leurs coutumiers).

3Ces dépouillements ont fait également émerger cinq thèmes d’étude qui ont guidé notre réflexion. Le premier est celui du ratio hommes/femmes dans la ville médiévale. L’analyse du registre de l’Aide pour le passage de la mer a mis en évidence un nombre important de feux féminins à Amiens, à la fin du xive siècle, ainsi que leur complexité et diversité. Ce premier chapitre, qui interroge également les processus de constructions culturelles d’une identité féminine, est apparu comme un préalable indispensable à l’analyse de la place des femmes dans la société médiévale. En effet, l’importance des feux féminins et leur intégration au sein du tissu urbain expliquent, en partie, la place qui est accordée aux femmes dans les coutumes urbaines.

4Sur le plan juridique, la ville d’Amiens présente la particularité d’appartenir à un système coutumier original, dit picard-wallon, particulièrement favorable aux femmes. C’est le deuxième thème qui a retenu notre attention. Sa caractéristique majeure tient à ce qu’il donne la priorité au ménage sur le lignage et place les veuves en position de gestionnaires de leur patrimoine. L’étude de ces coutumes, couplée à celles des contrats de mariage et d’héritage, révèle leur maîtrise par les justiciables et l’élaboration de véritables stratégies déployées dans les interstices des différentes strates du droit médiéval. Or, les structures familiales jouent un rôle déterminant dans les choix idéologiques et économiques des habitants.

5Ainsi, le troisième thème abordé est celui de l’importante présence des femmes dans le secteur économique. L’orientation, prise au cours du xve siècle, vers la « nouvelle draperie », qui répond à une demande de grande consommation et privilégie la quantité sur la qualité, permet aux femmes d’accéder aux échelons supérieurs de la hiérarchie corporative. Le travail effectué par les femmes au sein de l’espace domestique trouve ainsi de nombreux prolongements dans la sphère publique. Elles sont présentes en nombre dans le domaine du petit commerce d’alimentation et le marché constitue en ce sens un espace de liberté pour beaucoup. Leurs différentes occupations révèlent la présence quotidienne et la participation constante des femmes à la vie économique de la cité. Sur le plan social, elles en retirent une visibilité certaine.

6Le quatrième chapitre interroge ainsi les moyens dont disposent les femmes pour agir au sein de la communauté des habitants. Si la bourgeoisie n’offre pas aux femmes les mêmes privilèges qu’aux hommes, nous avons mis en évidence l’influence exercée par certaines figures féminines, telle que Marguerite de Picquigny vidame d’Amiens, gravitant dans les hautes sphères de la société. Par ailleurs, la municipalité permet à certaines femmes du peuple, au travers d’offices et charges publiques spécifiquement féminins de participer à l’accroissement du bien commun. Ainsi les mesureresses de sel et porteresses de lettres sont chargées par la cité d’œuvrer au « bien et prouffit de ladite ville », selon l’expression consacrée par les archives. Par ailleurs, le renouvellement de la vie religieuse féminine s’inscrit également dans cette attention nouvelle portée à la question du bien commun et du salut public. Les béguines et sœurs grises occupent une place privilégiée au sein des multiples formes que revêt l’assistance en ville.

7Enfin, le dernier thème aborde, quant à lui, la question du renforcement de l’ordre social dans les derniers siècles du Moyen Âge et ses conséquences dans la redéfinition des rapports de genre. Il faut en effet attendre les années 1530 pour que la municipalité prenne en charge l’entretien d’un bordel public, destiné à contenir le phénomène de la prostitution. Cette décision parachève l’établissement progressif d’une géographie morale au sein de l’espace urbain, ce que confirme l’étude des châtiments publics. En effet, le genre est au centre de la question du maintien de la paix publique, dans le traitement de la sexualité comme dans celui de la criminalité. Il convient toutefois de distinguer la délinquance féminine du discours porté sur ce phénomène. Si certains délits sont perpétrés davantage par l’un des deux sexes, c’est surtout dans leur traitement qu’une différence apparaît : chez les hommes, le statut social prime sur le sexe ; chez les femmes, le sexe transcende tout.

8Cette étude de la place des femmes en milieu urbain s’inscrit donc dans un large courant d’histoire des villes, mais aussi d’analyse de la société et de la construction des mentalités. Centré sur un espace de syncrétisme, aux confins des influences flamande et orléano-parisienne, cette recherche entend réinterroger les périodisations académiques et conduire, par le dialogue entre sciences humaines, au décloisonnement des réflexions.

Haut de page

Notes

1 Don Antonio de Beatis, Voyage du cardinal d’Aragon en Allemagne, Hollande, Belgique, France et Italie (1517-1518), Paris, Librairie académique Perrin et Cie, 1913, p. 117-118 et p. 122-123.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Julie Pilorget, Des femmes dans la ville : Amiens (1380-1520) », Genre & Histoire [En ligne], 25 | Printemps 2020, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5398

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search