Navigation – Plan du site

AccueilNumeros25Travaux soutenusThèsesLola Zappi, Le service social en ...

Travaux soutenus
Thèses

Lola Zappi, Le service social en action. Assistantes sociales et familles assistées dans le cadre de la protection de la jeunesse à Paris dans l’entre-deux-guerres

Thèse de doctorat en histoire contemporaine, Sciences Po Paris, sous la direction de Claire Andrieu et Christophe Capuano, soutenue le 8 novembre 2019

Texte intégral

1Cette thèse porte sur la naissance du travail social dans l’entre-deux-guerres. Il s’agit de se demander quelles sont les raisons de l’émergence du travail social professionnalisé dans une période marquée par un État social en plein essor, et comment cette initiative se traduit par la mise en œuvre concrète de la relation d’assistance. Ce faisant, la thèse propose de relire l’histoire de l’État social par le biais de l’histoire des femmes et plus particulièrement du travail des femmes, en mettant en lumière l’action des assistantes sociales dans la prise en charge des familles populaires.

2Les services sociaux sont un ensemble d’initiatives privées qui se structurent dans l’entre-deux-guerres en se présentant comme un outil nouveau de traitement de la « question sociale ». Face aux fléaux sociaux (pauvreté, vulnérabilités sanitaires, mais aussi déviance morale et délinquance), ni la bienfaisance ni la protection sociale d’État ne seraient suffisantes. Selon les services sociaux, la réponse aux maux des classes populaires doit passer par un accompagnement individuel des familles en difficulté assuré par un corps de professionnelles : les assistantes sociales. Les services sociaux entendent ainsi substituer à la logique palliative de l’assistance une logique éducative et prophylactique de prévention des risques.

3Tandis que l’historiographie des années 1970 analyse les services sociaux uniquement comme un outil de contrôle social, ce travail s’éloigne d’une analyse des modèles théoriques pour prendre au sérieux les modalités concrètes du travail social et leur incidence sur les familles assistées. Pour ce faire, la thèse se centre sur l’étude du Service Social de l’Enfance (SSE), un service rattaché au tribunal pour enfants de la Seine, à partir d’un corpus de trois cents dossiers nominatifs d’enquêtes et de suivi conservés aux archives de Paris. Cette analyse du travail social « en actes » est réinscrite dans une perspective historienne en prêtant attention au contexte de structuration des services sociaux dans l’entre-deux-guerres. L’École pratique de service social (l’EPSS) et l’École supérieure de travail social (ETSUP, anciennement École des surintendantes d’usines et des services sociaux) ont conservé tous leurs dossiers d’élèves : l’étude de deux cent d’entre eux datés de l’entre-deux-guerres permet de comprendre qui sont les premières générations d’assistantes sociales et quels sont les savoirs et savoir-faire de leur métier. Les archives des principaux services sociaux parisiens servent d’appui pour montrer comment la capitale se construit comme le laboratoire de professionnalisation de l’action sociale dans l’entre-deux-guerres. Enfin, les archives des ministères de la santé et de la justice, les sources des débats parlementaires ainsi que les lois et décrets permettent de comprendre comment l’État participe à l’institutionnalisation des services sociaux.

4Cette thèse montre que l’émergence de l’État social dans l’entre-deux-guerres répond à son ambition de porter assistance aux familles vulnérables mais fige dans le même temps la fracture sociale séparant les institutions de prise en charge des familles populaires de ces dernières. La fonction des assistantes sociales est en effet très ambiguë. Ces femmes issues de la bourgeoisie s’engagent dans leur métier en faisant leur l’idéal chrétien d’amitié envers les pauvres. À ce titre, le travail social peut être défini comme un travail de care, c’est-à-dire de soin et de sollicitude dans la prise en charge de personnes vulnérables. Si cet engagement est à prendre au sérieux, la pratique du métier au quotidien comprend aussi une part importante de surveillance et de contrôle des familles assistées. En effet, les services sociaux s’institutionnalisent comme un outil de prévention des risques sanitaires et sociaux, conduisant à une prise en charge très verticale des usagers. Dans le cas de la protection judiciaire de l’enfance, la défiance des assistantes envers leurs « protégés » est exacerbée et le suivi plus coercitif. La thèse montre donc qu’une relation de care peut être imbriquée avec des rapports de pouvoir très forts entre assistantes et personnes assistées.

5Pour autant, les assistantes du Service Social de l’Enfance manquent d’outils juridiques pour faire appliquer leurs décisions, tandis que les contraintes financières limitent leurs possibilités d’action. Ainsi le travail social, loin d’être l’outil d’un contrôle social surplombant, se traduit surtout par un assemblage hétéroclite de solutions institutionnelles sous contrainte financière et des négociations constantes avec les familles assistées. De l’autre côté, malgré leur défiance envers les assistantes sociales, les familles de milieux populaires de l’entre-deux-guerres s’approprient les services sociaux. Même face à un service social aussi coercitif que le Service Social de l’Enfance, les familles assistées ne sont pourtant pas toujours hostiles aux diverses formes d’aides financières, sanitaires et éducatives que les assistantes peuvent leur apporter. Les services sociaux parisiens destinés aux usagers des aides sociales (allocations familiales, assurances sociales, secours aux chômeurs) sont également très sollicités lors de la crise économique des années 1930. La relation d’assistance se caractérise ainsi par un hiatus entre les attentes des travailleuses sociales et les stratégies propres des personnes assistés, invitant à réfléchir aux ambitions et aux limites de l’État social en devenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Lola Zappi, Le service social en action. Assistantes sociales et familles assistées dans le cadre de la protection de la jeunesse à Paris dans l’entre-deux-guerres », Genre & Histoire [En ligne], 25 | Printemps 2020, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5402

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search