Navigation – Plan du site

AccueilNumeros25Comptes rendusEtienne Anheim, Le travail de l’h...

Comptes rendus

Etienne Anheim, Le travail de l’histoire

Paris, Éditions de la Sorbonne, Coll. « Itinéraires », n° 12, 2018, 255 p.
Étienne François
Référence(s) :

Etienne Anheim, Le travail de l’histoire, Paris, Éditions de la Sorbonne, Coll. « Itinéraires », n° 12, 2018, 255 pages.

Texte intégral

1Pour rendre compte d’un livre, deux attitudes sont possibles. L’une, semblable à la correction d’une dissertation de khâgne (à quoi ce livre ressemble dans sa structure), consiste à se montrer exigeant et à souligner par priorité ce qui ne paraît pas satisfaisant. Je ne cache pas que j’en ai été parfois tenté en lisant le livre d’Etienne Anheim, ne serait-ce que parce qu’extérieurement le livre peut être perçu comme un écrit ayant l’ambition d’être un nouveau « Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien » de Marc Bloch ou un nouveau « Atelier de l’histoire » de François Furet, ou encore parce que, centré sur le parcours et les activités de son auteur, il pourrait laisser croire que ce dernier se pense exemplaire.

2Une telle attitude n’en aurait pas moins été totalement déplacée. Parce que je me suis vite rendu compte qu’en procédant ainsi, je serais tombé dans le piège des apparences que je me serais dressé. Parce que, comme le disait précisément Marc Bloch, la volonté de « mieux comprendre » qui est l’alpha et l’oméga de notre métier d’historien va de pair avec un minimum d’empathie. Et plus encore parce que j’ai trouvé ce livre au total très intéressant et ai été frappé dès le début par l’intention d’Etienne Anheim d’être aussi honnête que possible en pratiquant, comme il le dit dans sa conclusion, « un effort de lucidité et de partage » (p. 232). Il l’a réussi en parlant avec un rare équilibre d’un côté des chances qu’il a eues au départ (à commencer par le fait qu’il est masculin) et des projets qu’il a pu développer grâce à l’ambition (au sens positif du terme, même si lui-même parle p. 206 de son « ambitieuse naïveté ») qu’a favorisée son brillant parcours, et d’un autre côté de son sens profond et réel de sa responsabilité (aussi bien comme chercheur et enseignant que comme responsables des Annales et plus généralement comme citoyen), de son souci (exprimé et encouragé par son union avec l’excellente historienne Valérie Theis) de faire en sorte que les femmes soient pleinement à égalité avec les hommes, et en même temps de l’aveu de certains échecs (ainsi pour le mauvais tour pris par la soutenance de sa thèse devenue une vraie « épreuve » d’« injustice » (p. 92 et 98), ou encore l’échec répété de sa candidature à l’Institut universitaire de France). A quoi j’ajouterai qu’il a, comme il le dit si bien dans sa conclusion, une forte conscience des « frontières souvent bien invisibles et pourtant réelles » (p. 233) de nos recherches et de notre discipline, ainsi que des « limites de ce que nous sommes humainement et scientifiquement » (p. 235).

3Relisant ce livre pour en faire un compte-rendu, je constate que lorsque je l’ai lu pour la première fois, j’avais pratiquement à chaque page souligné des phrases excellemment formulées ou écrit des notes presque toujours positives. Elles sont trop nombreuses pour que je les reprenne ici. Je me contente donc d’évoquer certains des passages qui m’ont particulièrement intéressé : la manière, par exemple, dont il montre comment il a su, de lui-même et librement, tirer parti des chances qui lui étaient offertes ; la manière dont, tout en ayant un fondement solide, à savoir l’histoire médiévale, il a progressivement élargi son horizon en direction des sciences sociales et culturelles (avec entre autres un intérêt spécial pour la musique et la musicologie) ; son souci d’avoir des activités aussi ouvertes que possible (enseignement, recherche individuelle et collective, réflexion théorique et méthodologique, engagement dans la public history, responsabilités scientifiques et administratives, publication etc.) ; son aptitude à relever le défi de l’internationalisation croissante de la recherche historique en mettant sur pied un partenariat sur pied d’égalité entre les Annales et la Cambridge University Press ; la réalisation, enfin, en communauté avec d’autres, de projets de recherche collectifs novateurs sur l’histoire médiévale et ses patrimoines qui ont réussi à obtenir des soutiens financiers impressionnants. Sa maîtrise de plusieurs langues étrangères (en plus du latin) comme l’abondance de ses références d’origine internationale lui ont fait développer plusieurs chapitres particulièrement stimulants, ainsi le chapitre « Projeter » (p. 127-140) dans lequel il détaille non seulement ses projets, mais tout autant les conditions dans lesquelles il a pu les développer, ou encore le chapitre « Boucler » (p. 201-230) consacré à la manière dont il essaie de faire la « sociologie historique des formes et pratiques historiques dans l’Europe de la fin du Moyen-Age » (p. 202).

4L’essai d’Etienne Anheim, parce qu’il est un historien parfaitement conscient du fait que nous sommes tous dépendants de notre contexte et de nos relations, contient de très nombreux noms d’historiens et historiennes et autres collègues que j’ai retrouvés avec plaisir. Parmi eux, deux que j’ai eu la chance de connaître personnellement et qui m’ont profondément influencé : Norbert Elias et Michel de Certeau. Je suis sûr que son livre, s’il est lu avec la sympathie qu’il mérite, intéressera de nombreux lecteurs et plus encore qu’il les réjouira d’être des historiens, leur suggérant en même temps l’« amour de la vie » dont Etienne Anheim dit dans sa dernière page que tout dépend.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne François, « Etienne Anheim, Le travail de l’histoire », Genre & Histoire [En ligne], 25 | Printemps 2020, mis en ligne le , consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5412

Haut de page

Auteur

Étienne François

Université Paris-I/Université Libre de Berlin

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search