Navigation – Plan du site

AccueilNumeros25Comptes rendusUna marchesa in viaggio per l’Ita...

Comptes rendus

Una marchesa in viaggio per l’Italia. Diario di Margherita Boccapaduli (1794-1795), éd. de Gilles Bertrand et Marina Pieretti

Rome, Viella, 2019, 400 p.
Nicolas Bourguinat
Référence(s) :

Una marchesa in viaggio per l’Italia. Diario di Margherita Boccapaduli (1794-1795), éd. de Gilles Bertrand et Marina Pieretti, Rome, Viella, 2019, 400 p.

Texte intégral

1Margherita Boccapaduli, une aristocrate romaine presque sexagénaire, se trouvait dans une de ses villégiatures à Pievefavera, dans les Marches, depuis un peu moins d’un an lorsqu’elle entreprit un tour d’Italie la ramenant à Rome. Un parcours de plus d’une année, réalisé en deux temps – septembre 1794-juin 1795 dans le nord de la péninsule, et octobre 1795-décembre 1795 dans le sud. Elle a tenu un journal de route, qui constitue un document exceptionnel, compte tenu du tout petit nombre de témoignages de femmes italiennes consacrés à des itinéraires en Italie avant 1830 (et avant 1800, il n’y aurait guère à citer qu’Isabella Teotochi Albrizzi, dont Cinzia Georgetti avait publié les notes sur Florence dans Studi Italiani en 1992). En dehors de Ricciarda Ricorda qui l’a évoqué dans différents travaux sur les mobilités des Italiennes du temps passé et leurs écritures (et qui en a publié un extrait dans Viaggiatrici italiane tra Settecento e Ottocento, Bari, Palomar, 2011), ce document n’avait jamais été traité dans son intégralité ni n’avait fait l’objet d’une étude scientifique sérieuse. Ici, non seulement Gilles Bertrand et Marina Pieretti proposent aux lecteurs l’intégralité du texte, mais ils en ont rédigé une présentation et une analyse critique très exigeantes, complétées par une longue note biographique sur la marquise Boccapaduli. L’édition du document est particulièrement soignée, avec une annotation très riche et très complète. Les annexes sont également très fournies. En effet, sur le manuscrit du séjour dans l’Italie du Nord, 127 pages seulement sont conservées sur un total d’au moins 312 pages manuscrites. Afin de reconstituer les étapes manquantes du parcours de la marquise, les éditeurs ont pris le parti de reproduire en appendice la correspondance d’Alessandro Verri, son compagnon de voyage, extraite de l’édition nationale de ses œuvres, adressée depuis les villes jalonnant le parcours (Ancône, Ferrare, Venise, Padoue, Mantoue, Turin, Pavie, Gênes, Pise, Bologne) au régisseur et secrétaire de l’héroïne, Domenico Genovesi, resté à Rome. Pour la partie méridionale du parcours, pour laquelle on dispose de l’intégralité du journal (217 pages manuscrites), Gilles Bertrand et Marina Pieretti ont au contraire fait figurer les lettres de Verri comme un complément, un regard alternatif à celui du journal de la marquise.

2On ne peut ici que suggérer quelques pistes parmi la grande variété de thèmes que ce document offre au chercheur préoccupé de l’analyse historique des pratiques et des écritures du voyage dans la haute société de l’Europe méridionale au seuil de l’ère révolutionnaire. D’abord, les rapports entre écriture du voyage et écriture de soi. Ici, il est bien manifeste que pour Boccapaduli, le journal n’était pas destiné à autre chose qu’à un usage personnel, comme une manière de garder une trace et de fixer ce temps, hors du cours ordinaire de son existence, que lui offrait son parcours à travers la péninsule. C’est donc un mémorial, qui fut d’ailleurs remis au propre, et en même temps un exercice non académique, qui ne vise pas à la publication mais qui ne se coule pas moins dans les canons d’écriture communément admis de l’itinéraire italien. Ensuite, justement, s’impose le thème de la « manière de voir » l’Italie, sa diversité, et la complexité de ses héritages historiques et artistiques. De ce côté-là, l’approche de la marquise Boccapaduli est bien plus personnelle et plus riche que celle des quelques étrangères « publiantes », telle que Lady Ann Miller, qui avaient illustré le genre du voyage, sous la forme épistolaire, avant 1800, que j’ai pu étudier dans « Et in Arcadia ego… » Voyages et séjours de femmes en Italie, 1770-1870 (Montrouge, Éditions du Bourg, 2017). Elle n’a pas nécessairement la fraîcheur des notes de voyage prises par les jeunes aristocrates polonaises et russes qui accompagnaient leurs familles (voir Catherine Viollet et Elena Gretchanaia (éd.), Si tu lis jamais ce journal…, Paris, CNRS Éditions, 2008). Ni la vigueur d’imagination des lettres que Louise Gochhausen, qui accompagnait la duchesse Anna Amalia de Saxe-Weimar en 1788, adressait à son ami Wieland, resté en Allemagne. Mais Boccapaduli se situe très au-dessus des considérations conventionnelles et purement informatives et que l’on trouve chez bien d’autres femmes qui l’ont précédée sur les routes d’Italie, grandes aristocrates comme la margravine de Bayreuth, sœur de Frédéric II de Prusse (1755), ou ladies anglaises comme Mary Coke (1774). Femme curieuse et cultivée, elle correspondait avec de nombreux lettrés et possédait un cabinet d’histoire naturelle. Son salon était un point d’attraction, au point que Verri, lui-même un des principaux intellectuels milanais des Lumières, qui l’avait connue dès 1767 la considérait comme « la seule Européenne de Rome ». Elle participe à un mouvement de sociabilité adossé à la circulation des idées et à l’esprit des Lumières qu’ont bien décrit, récemment, Marina Caffiero et Elena Brambilla (Salotti e ruolo femmenile in Italia, Venise, Marsilio, 2004). Son itinéraire est donc aussi un parcours scientifique, qui la fait aller en visite d’une collection à l’autre, et l’amène à voir par exemple celle du jeune héritier du duché de Parme, Ludovico (p. 154). Bien que ses appréciations soient parfois stéréotypées, elle montre une certaine sensibilité aux paysages, que ce soient d’ailleurs les paysages naturels comme le golfe de Naples ou les collines toscanes ou les vues de villes – elle admire l’harmonie de Florence, mais juge Livourne monotone et étouffante (p. 159).

3Au fil d’une démarche encore encyclopédique par certains aspects, qui la pousse à dresser l’inventaire et à faire le compte rendu des monuments ou des tableaux (donc à se situer, souvent implicitement, dans les pas des « autorités » du voyage d’Italie), Boccapaduli laisse percer sinon une personnalité du moins une marge d’appréciation individuelle. Si le journal de son tour d’Italie n’est pas un instrument d’auto-analyse (il ne peut guère être question, à cette époque et dans ce milieu social, d’une forme de réflexivité et de retour sur soi), on observe qu’elle parvient parfois à y formuler des émotions intérieures, par exemple celles que lui inspirent certaines peintures comme celles du Corrège, à Parme [p. 154-155]. De plus, elle ne dissocie pas les lieux de leurs habitants, et se montre attentive aux dévotions dans les églises, aux usages dans les théâtres, voire aux manières d’occuper la rue, d’aborder les marchands, d’honorer les morts. Elle se met également souvent en scène en enquêtrice, recueillant des renseignements et des explications sur telle tradition populaire, telle décoration, tel bâtiment [ainsi à Naples, p. 198-204]. Le voyage apparaît aussi, dans ce journal, par l’intermédiaire de ses pratiques et de ses péripéties : le recours à des gardes du corps pour accompagner la traversée des Abruzzes, les mauvaises surprises de certaines auberges, les tromperies de certains maîtres de poste – la marquise montre une certaine propension à refuser de se laisser gruger [p. 189-192]. Le corps de la voyageuse se fait également une petite place, à travers l’évocation de certaines difficultés des étapes, et en particulier l’accident advenu à sa voiture, de retour de Bénévent en direction de Naples, le 2 décembre 1795 [p. 269-271]. Le véhicule se renverse et Boccapaduli est écrasée sous le poids de deux de ses compagnons de voyage, Verri et Genovesi – elle s’en tire sans blessure grave mais avec des grosses contusions qui lui imposent plusieurs jours de douleurs malgré les soins prodigués par un médecin de Naples. Au total, donc, les deux éditeurs nous offrent là un travail de grande qualité et de grand intérêt, qui fait redécouvrir une figure féminine de l’aristocratie éclairée de l’Italie des Lumières, s’appropriant avec souplesse les normes d’écriture du voyage d’Italie de son temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Bourguinat, « Una marchesa in viaggio per l’Italia. Diario di Margherita Boccapaduli (1794-1795), éd. de Gilles Bertrand et Marina Pieretti », Genre & Histoire [En ligne], 25 | Printemps 2020, mis en ligne le , consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5426

Haut de page

Auteur

Nicolas Bourguinat

UR 3400 Arts Civilisation et Histoire de l’Europe. Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search