Navigation – Plan du site

AccueilNumeros25Comptes rendusLes Voyer d’Argenson. Corresponda...

Comptes rendus

Les Voyer d’Argenson. Correspondance conjugale 1760-1782. Une intimité aristocratique à la veille de la Révolution. Édition établie, présentée et annotée par Sophie Delhaume. Préface d’Arlette Farge. Volume I (1760-1774) et Volume II (1775-1782)

Paris, Honoré Champion éd., 2019, 1182 p.
Louis-Pascal Jacquemond
Référence(s) :

Les Voyer d’Argenson. Correspondance conjugale 1760-1782. Une intimité aristocratique à la veille de la Révolution. Édition établie, présentée et annotée par Sophie Delhaume. Préface d’Arlette Farge. Volume I (1760-1774) et Volume II (1775-1782), Paris, Honoré Champion éd., 2019, 1182 p.

Texte intégral

1En 2013, Catriona Seth publiait La Fabrique de l’intime, c’est-à-dire la première anthologie de textes autobiographiques de femmes du xviiie siècle. Cet ouvrage s’est nourri des nombreux mémoires, souvenirs et journaux laissés à la postérité par les intéressées. A son tour, Sophie Delhaume, docteure es Lettres et journaliste de presse spécialisée, ajoute à cette quête de l’intimité des femmes des Lumières un corpus original et exceptionnel : 567 lettres intimes envoyées par Madame Voyer d’Argenson à son époux entre 1760 et 1782 et les 42 lettres de son mari, le marquis d’Argenson, retrouvées pour la seule année 1772.

2La publication de toutes les lettres de cette correspondance est en soi une prouesse éditoriale : Sophie Delhaume a saisi le texte intégral et classé ces courriers en leur adjoignant un ensemble d’annexes (p. 803-1123) contenant des pièces comptables (factures, quittances, mémoires), des pièces légales (actes notariés et documents patrimoniaux) et des documents divers (dialogues philosophiques, diverses correspondances). Elle présente cette correspondance en une centaine de pages et une quinzaine de rubriques (découverte et établissement du texte, Mademoiselle de Mailly : une jeunesse sous surveillance, le comte d’Argenson : le ministre dévoué, l’invention d’un lien conjugal, l’éducation des filles…) afin d’établir le portrait de cette figure d’aristocrate cultivée, au fil de douze des années de sa vie quotidienne et maritale. Pour sa préfacière, Arlette Farge, Sophie Delhaume donne à cette marquise de Voyer d’Argenson « les couleurs d’un Fragonard ou d’un Watteau » (p. 10).

3Les lettres privées ici collectées ont traversé les siècles. Une telle correspondance a-t-elle été « expurgée » ? On apprend d’une part que l’époux, marquis de Voyer, avait voué sa correspondance au feu par vœu testamentaire, vœu non exécuté par ses descendants. Ici elle est réduite à la seule année 1772 ! D’autre part Sophie Delhaume cite un des descendants qui écrit explicitement avoir brûlé certaines lettres sans les lire ! Ce n’est que dans les années 1980 que ces archives rejoignent la Bibliothèque universitaire de Poitiers. Marc-René d’Argenson, héritier et descendant, soucieux de soustraire ce patrimoine caché à l’occupant pendant la Seconde Guerre mondiale, a souhaité déposer ces archives à la Bibliothèque de Poitiers avant la vente de son château familial des Ormes. C’est ainsi qu’est revenu à Bernard Delhaume, conservateur en chef des Bibliothèques, le soin de les transférer et de les classer.

4Ces archives ont fait naître plusieurs ouvrages sous la plume de Bernard Delhaume, en particulier l’édition des Œuvres complètes du philosophe commensal des Voyer d’Argenson, Léger-Marie Deschamps (éditions Honoré Champion, 2006). Ce trésor archivistique fait à son tour le bonheur de Sophie Delhaume, sa fille qui, passionnée de littérature et d’histoire des idées, choisit le sujet de thèse de Lettres Modernes : « Correspondance de la marquise de Voyer d’Argenson avec son époux (1760-1782) », en 2010. Grâce à l’éditeur Honoré Champion, le corpus qui a servi les Lettres sert aujourd’hui l’Histoire. En transmettant cette vie quotidienne et cette figure d’aristocrate cultivée, c’est un destin de femme que nous offre l’auteure.

5Nous voilà plongés dans cette haute aristocratie qui côtoie le Roi de France Louis XV dans les années 1750, et qui fréquente les puissants réseaux des ministres de la Guerre tels que Choiseul, Saint-Germain, Monteynard ou Vergennes. Ce monde de la Cour et des gouvernements entremêle les gloires éphémères, les inimitiés tenaces et les disgrâces claniques.

6Marie-Jeanne Constance de Voyer de Paulmy d’Argenson (1734-1783), née de Mailly d’Haucourt, est une femme du monde, membre de l’Académie d’Arcadie, et héritière, par sa mère Constance de Torcy, du frère de Colbert et du ministre Arnauld de Pomponne. En 1747, elle épouse, à 13 ans, Marc-René de Voyer d’Argenson (1722-1782) qui a douze ans de plus qu’elle, et qui est le fils et le neveu d’éminents secrétaires d’Etat de Louis XV, à la Guerre et aux Affaires étrangères (généalogie p. 788). L’époux, à la fois volage et libertin, est voué aux fluctuations d’une carrière de courtisan, de militaire, de diplomate et d’agent secret au service de l’Etat, carrière plus ou moins obérée par la disgrâce qui a frappé son propre père, comte d’Argenson et ministre dévoué, exilé en ses terres du Poitou.

7Ce mariage de convenance, cette alliance matrimoniale de pouvoir, est vraisemblablement devenu un mariage d’amour que les deux époux idéalisent parfois dans leur correspondance : le marquis écrit « je vous aime mille fois plus que ma vie » (lettre 4, p. 103), « j’aime ma femme de préférence à tous les plaisirs » (p. 62) et la marquise de répondre « toujours à vous, toujours désirer de me retrouver dans vous » (lettre 575, p. 739) ou « je t’aime de tout mon cœur, mon ami » (lettre 402, p. 587 on notera le tutoiement). Le couple vit en partie séparé, du fait des nombreuses missions et fonctions du marquis d’Argenson ou bien du fait de ses difficultés personnelles qui l’obligent, après 1760, à protéger le douaire de son épouse. Après les « quatre enfants que j’ai eus de lui » (lettre 369, p. 538), trois filles en 1764, 1765 et 1767, puis un fils en 1771 qui assure la pérennité du lignage, la marquise de Voyer est reconnue pleinement comme mère et épouse. Et elle est très appréciée des cercles salonniers et de la Cour, en parfaite aristocrate.

8Elle est un atout précieux pour son mari puisque son rang lui permet de faire le siège des gouvernants lorsque le marquis de Voyer subit les retombées de la disgrâce de son père ou les aléas de la faveur politique des clans (duc de Choiseul, duc de Chartres). Elle met un point d’honneur à lui obtenir les avancées de carrière qu’il poursuit malgré les embûches, les difficultés et les demi-réussites. Reconnaissant, le marquis la qualifie d’« avocat femelle qui a des grâces, de l’insinuation et de l’esprit » (lettre 359, p. 527) même si le rêve familial de revenir au gouvernement ne se réalise pas.

9Selon les périodes, l’un ou l’autre, l’un et l’autre, peuvent être présents à Paris, à l’Hôtel d’Argenson ou Chancellerie d’Orléans qui jouxte le jardin du Palais Royal, ou, au Château des Ormes, entre Tours et Poitiers, au bord de la Vienne.

10Un couple libre : c’est le double portrait que Sophie Delhaume a su habilement tirer de ce corpus épistolier tout en qualifiant la relation construite par la marquise de Voyer d’« invention d’un lien conjugal » (p. 61). Aux effusions des années de jeunesse et de grossesses de la marquise succède une tempérance plutôt subie. En effet le marquis de Voyer est un franc-maçon et un libertin qui multiplie les aventures. Doué d’un grand appétit sexuel extra-conjugal, il picore çà et là : des maîtresses de son monde, des courtisanes (comme la belle Albertine von Neukirchen qui avait aussi retenu l’intérêt de Louis XV) mais aussi des femmes « de bas étage » (selon la formule de son commensal philosophe Léger-Marie Deschamps) et, selon les soupçons de son épouse, des domestiques du château comme Mademoiselle Ferdinand gouvernante de sa fille aînée. « Passez-vous des fantaisies, crainte qu’en vous les refusant elles ne deviennent des passions » note, tolérante ou impuissante, cette épouse qui se résout, comme elle le confirme par ailleurs dès 1769, à constater que « Vous ferez toujours, à peu près, ce que vous voudrez, et moi ce que je pourrai. Voilà la différence d’être homme ou femme. » (lettre 253, p. 388).

11Parallèlement, Madame de Genlis, salonnière au verbe acéré, note dans ses Mémoires que la marquise « a, dit-on, inspiré de grandes passions, et en inspire encore, à ce qu’on assure, quoiqu’elle ait près de cinquante ans » (p. 75). Friand de ragots, le milieu aristocratique de la Cour est le vivier de nombreuses maîtresses royales ou nobiliaires : Marie-Jeanne Constance de Voyer d’Argenson, née de Mailly d’Haucourt, appartenant à la lignée des Colbert, est la cousine des demoiselles de Mailly-Nesle (Julie, Pauline, Marie-Anne) qui ont fréquenté le lit de Louis XV, et l’amie de Madame de Boufflers, maîtresse du Prince de Conti. Pour sa part, elle compte des amants notoires : le comte de Coigny, le beau-frère du marquis de Sade : Claude-René Cordier de Launay de Montreuil, et sans doute le vicomte Louis de Noailles, beau-frère de La Fayette, à qui elle confie l’éducation militaire de son fils Marc-René-Marie. Devenu député de la noblesse en 1789, Noailles a proposé l’abolition des privilèges lors de la nuit du 4 août.

12Madame de Voyer d’Argenson est incontestablement une femme qui s’intéresse aux idées nouvelles, à l’éducation et à la connaissance. Elle ne peut que déplorer que sa propre éducation ait été indigente. Elle explore en particulier les domaines de l’anatomie et des sciences. Intellectuelle férue de philosophie, de théâtre, de romans, elle rattrape désormais le temps perdu. Ses fausses couches répétées, et la perte d’un garçon, la conduisent dès 1769, selon son propos, à se plonger dans l’anatomie et l’histoire naturelle. Elle raffole de dissections comme son amie la comtesse Anne-Josèphe de Coigny, et explore même la putréfaction. Elle s’instruit aussi en mathématiques, s’intéresse aux idées réformistes du moment et prend plaisir aux longues discussions salonnières de la « brillante compagnie » (lettres 412 et 423, p. 598 et 600) de ses amis intellectuels, leur proposant nombre d’aphorismes moraux. Elle saura, le moment venu, superviser une éducation complète et classique (latin, histoire, lecture, écriture) pour ses enfants « de manière qu’ils deviennent des êtres meilleurs que je n’ai été » (lettre 69, p. 177), allant jusqu’à s’opposer à l’entrée au couvent de sa fille aînée, non mariable parce que malformée.

13Bien que la devise « Je m’en éloigne sans m’en séparer » (p. 18) figure sur un des cachets de lettres, la marquise Voyer d’Argenson reste pragmatiquement dans son ordre social, dans son devoir matrimonial et dans le respect des normes de son temps. Elle est consciente qu’elle peut s’octroyer une certaine liberté de mœurs tout en étant toujours considérée comme inférieure aux hommes par la société du temps. Ses lettres ne traduisent-elles pas un idéal de femme et d’épouse propre à la littérature du temps ? Progressiste peut-être et acquise aux idées nouvelles qu’une anglomanie ambiante lui a apprises et que certains de ses philosophes de prédilection répandent (Voltaire, Diderot, Rousseau), elle reste conforme à l’ordre des sexes et à l’ordre sociétal de son époque.

14Tout en dressant le portrait intellectuel et moral de leur auteure, Sophie Delhaume s’est attachée à l’analyse lexicologique des lettres, y compris pour le courant vitaliste auquel se rattache la marquise. Et pour tirer le meilleur parti du contexte littéraire, philosophique et politique de cette correspondance, elle a mobilisé la plupart des ouvrages de référence sur ce xviiie siècle des Lumières.

15Ce travail contribue à la compréhension des aristocraties au temps des Lumières. En mettant ainsi à disposition des historiens et chercheurs un tel corpus, Sophie Delhaume ouvre la voie à d’autres explorations, comme l’histoire de l’administration des biens et de la fortune de la marquise de Voyer d’Argenson.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis-Pascal Jacquemond, « Les Voyer d’Argenson. Correspondance conjugale 1760-1782. Une intimité aristocratique à la veille de la Révolution. Édition établie, présentée et annotée par Sophie Delhaume. Préface d’Arlette Farge. Volume I (1760-1774) et Volume II (1775-1782) », Genre & Histoire [En ligne], 25 | Printemps 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 18 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5438

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search