Navigation – Plan du site

AccueilNumeros25Comptes rendusSara McDougall, Royal Bastards. T...

Comptes rendus

Sara McDougall, Royal Bastards. The Birth of Illegitimacy, 800-1230

Oxford, Oxford University press, 2017, 310 p.
Justine Audebrand
Référence(s) :

Sara McDougall, Royal Bastards. The Birth of Illegitimacy, 800-1230, Oxford, Oxford University press, 2017, 310 p.

Texte intégral

  • 1 Sylvie Steinberg, Une tache au front : la bâtardise aux xvie et xviie siècles, Paris, Albin Michel, (...)
  • 2 Carole Avignon (dir.), Bâtards et bâtardises dans l’Europe médiévale et moderne, Rennes, PUR, 2016.

1En France, dans le sillage des travaux de Sylvie Steinberg1 et Carole Avignon2, les études sur la bâtardise à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne sont désormais légions. Sara McDougall cherche quant à elle à étudier la naissance de l’illégitimité : s’opposant aux historien·nes qui la font apparaître au xie siècle, parfois même au viiie siècle, elle démontre que l’exclusion des enfants illégitimes de l’héritage et de la succession royale est une idée qui naît dans la seconde moitié du xiie siècle et ne s’impose pas facilement. Elle tente aussi de relativiser le rôle de l’Église en tant qu’institution dans cette évolution : l’Église s’intéresse principalement au mariage légitime mais émet peu de condamnations contre le fruit des unions illicites. Enfin, l’autrice s’attache à prouver que pendant longtemps, le lignage, en particulier le lignage maternel, est un facteur essentiel pour comprendre les successions royales : la naissance ignoble est plus grave que la naissance illégitime (introduction, p. 15).

2Pour soutenir ces arguments novateurs, Sara McDougall commence par étudier le vocabulaire de l’illégitimité (chapitre I, p. 22-65). Elle distingue trois catégories d’expressions : celles qui caractérisent l’enfant illégitime, celles qui mettent l’accent sur le statut ou l’identité d’un des parent·es (en général la mère), et celles qui décrivent la nature de l’union ou les circonstances de la naissance. Ce qui compte avant tout, c’est la distinction entre les enfants né·es de femmes différentes : certaines mères peuvent être moins que des épouses, en particulier quand leur statut social est inférieur à celui du mari.

3Les chapitres suivants sont globalement organisés de manière chronologique. Le chapitre II (p. 66-93) porte sur les Carolingiens ; du fait de la nouvelle importance des épouses royales dans cette dynastie, c’est le statut de la mère du futur roi qui détermine sa capacité ou non à régner. Ainsi, en 817, Louis le Pieux exclut de la succession (mais pas de l’héritage) les fils de Carolingiens nés de concubines d’un statut social peu élevé, mais il n’exclut pas tous les hommes nés d’unions illicites. L’autrice relit dans cette perspective toutes les successions du ixe siècle et montre que si Arnulf (887-899), quoiqu’illégitime, peut s’imposer comme roi, c’est parce que sa mère est de naissance noble. Elle porte les mêmes conclusions pour les dynasties ottonienne, capétienne et anglo-saxonne qui s’imposent au xe siècle (chapitre III) : la légitimité de la naissance compte moins que le lignage. On peut toutefois regretter qu’elle n’étudie pas le roi anglo-saxon Athelstan (924-939), qui fait face à des accusations sur sa naissance dans les années 920.

4Le chapitre IV (p. 116-138) porte sur les Normands entre 950 (en réalité plutôt 1066) et 1150. Guillaume le Conquérant n’est jamais condamné pour sa naissance illégitime et même le pape le soutient. Sara McDougall montre aussi que si Henri Ier d’Angleterre (1100-1135) choisit comme successeure sa fille Mathilde, surnommée l’Emperesse, plutôt que son fils bâtard Robert, c’est essentiellement parce que Mathilde a une ascendance plus prestigieuse par sa mère. On pourrait toutefois arguer que cette logique n’est pas contradictoire avec un éventuel discours sur l’illégitimité de Robert. Ces logiques sont similaires dans l’Italie normande.

5L’autrice revoit ensuite (chapitre V, p. 139-165) les prescriptions canoniques d’Yves de Chartres et, plus généralement, de la réforme grégorienne, souvent considérée comme le moment de l’exclusion des bâtards. Elle montre que les débats portent en réalité davantage sur le mariage, malgré les prémices d’une réflexion sur le statut des bâtards. Les enfants issu·es d’unions condamnées, comme celle de Philippe ier (1060-1108) et de Bertrade de Montfort, sont toujours traité·es comme les autres enfants. Ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du xiie siècle (chapitre VI) que la vision sur les enfants illégitimes change, dans la loi canon et en pratique : la première exclusion de la succession pour illégitimité date des années 1160, mais n’est pas un effet de la papauté ; elle vient plutôt de stratégies politiques locales (chapitre VI, p. 166-189).

6Cependant, en pratique, le xiie reste une période ouverte pour les bâtard·es : partout en Europe, des enfants issu·es de mariages condamnés continuent de succéder à leurs parents. C’est notamment le cas de la fille du roi-moine d’Aragon, sortie de son monastère puis mariée pour succéder à son frère (chapitre VII). Au xiiie siècle apparaît la légitimation par rescrit papal, pour les enfants de Philippe Auguste et d’Agnès de Méranie, mais cette pratique demeure peu utilisée car dangereuse. L’empereur Frédéric ii fait figure d’exception en légitimant lui-même un de ses fils, sans passer par le pape.

7Malgré le durcissement des législations et des pratiques, l’illégitimité n’est pas encore un critère dirimant pour la succession au trône, en particulier à Jérusalem (chapitre IX, p. 236-253) et dans la péninsule ibérique (chapitre X, p. 254-272). À Jérusalem, les enfants de la reine Isabelle (1192-1205) ne sont pas contesté·es ; en revanche, deux de ses filles, Alice et Philippa, ne peuvent hériter de leur père en Champagne à cause de leur naissance. Cette accusation d’illégitimité est nouvelle au début du xiiie siècle, et l’autrice montre bien qu’elle est le fruit de luttes politiques internes à la Champagne plutôt que de l’intervention du pape. Enfin, en Espagne, Ferdinand iii devient roi de Léon en 1230 bien qu’il soit né de l’union incestueuse de ses parents : dans cette zone frontière avec le monde musulman, le mariage incestueux est un moindre mal pour préserver la paix civile.

8Ainsi, durant une grande partie du Moyen Âge, la légitimité au trône ne dépend pas tant d’une naissance légitime que de considérations sociales et politiques ; les lois de succession sont flexibles et les enfants illégitimes ont encore des droits importants.

9La principale originalité de l’ouvrage est donc de revoir totalement la chronologie de la naissance de l’illégitimité et de minorer considérablement le rôle de l’Église, qui ne fait le plus souvent que répondre à des situations données. L’approche, convaincante, se veut résolument comparatiste, ce qui permet de souligner les différences régionales. L’autrice fonctionne principalement par études de cas : il est donc à déplorer qu’elle ne fournisse pas davantage d’arbres généalogiques (seuls figurent ceux des familles royales espagnoles et hiérosolymitaines). Malgré le titre, Sara McDougall s’intéresse principalement aux xie-xiiie siècles et explore la question de l’illégitimité au-delà des limites restreintes des familles royales.

Haut de page

Notes

1 Sylvie Steinberg, Une tache au front : la bâtardise aux xvie et xviie siècles, Paris, Albin Michel, 2016.

2 Carole Avignon (dir.), Bâtards et bâtardises dans l’Europe médiévale et moderne, Rennes, PUR, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Audebrand, « Sara McDougall, Royal Bastards. The Birth of Illegitimacy, 800-1230 », Genre & Histoire [En ligne], 25 | Printemps 2020, mis en ligne le 30 novembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5453

Haut de page

Auteur

Justine Audebrand

Université Paris I Panthéon-Sorbonne, LaMOP (UMR 8589)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search