Navigation – Plan du site

AccueilNumeros25Comptes rendusEva-Maria Thüne, Gerettet. Berich...

Comptes rendus

Eva-Maria Thüne, Gerettet. Berichte von Kindertransport und Auswanderung nach Großbritannien

Berlin-Leipzig, Hentrich & Hentrich, 2019, 278 p.
Patrick Farges
Référence(s) :

Eva-Maria Thüne, Gerettet. Berichte von Kindertransport und Auswanderung nach Großbritannien, Berlin-Leipzig, Hentrich & Hentrich, 2019, 278 p.

Texte intégral

  • 1 Voir Stéphane Audoin-Rouzeau, « Enfances en guerre au xxe siècle : un sujet ? », Vingtième Siècle. (...)
  • 2 C’est ce qui explique en partie la variété de sources que mobilisent les historien·nes de l’enfance (...)

1On connaît les difficultés qu’il y a à écrire l’histoire de l’enfance en guerre au xxe siècle1. La catégorie de l’enfance est floue, elle varie selon les contextes culturels et les situations sociales des enfants en guerre sont, elles aussi, diverses. L’historien·ne se trouve en particulier confronté·e à un problème de sources, lié au statut même des enfants et des mineurs, dont la vie dépend largement des adultes2. Or l’histoire des enfants qui croisent les violences de guerre est une histoire éminemment genrée.

  • 3 Muriel Molinié, « Biographie langagière », in Christine Delory-Momberger (dir.), Vocabulaire des hi (...)

2L’ouvrage d’Eva-Maria Thüne (Professeure à l’Université de Bologne), intitulé « Sauvé. Témoignages du Kindertransport et de l’émigration en Grande-Bretagne », fait entendre les voix de ces enfants (filles et garçons) après qu’ils et elles sont devenu·es adultes. L’auteure propose en effet une compilation savamment agencée, contextualisée et commentée d’extraits des témoignages d’histoire orale qu’elle a recueillis ces dernières années en Grande-Bretagne auprès de celles et ceux qui se surnomment les « Kinder » (les enfants), et qui organisent depuis 1989 des Reunions of the Kindertransport. Eva-Maria Thüne se situe au croisement entre l’histoire et les sciences du langage. Les entretiens qu’elle a menés peuvent être considérés comme des « biographies langagières »3 : les récits sont en effet largement structurés par les interactions langagières et les chocs linguistiques vécus par les Kinder. L’ouvrage est donc un recueil d’extraits de témoignages (autant de sources pour l’historien·ne) agencés selon les étapes de cette migration douloureuse. L’introduction substantielle (p. 7-28) rappelle le contexte historique de la migration des enfants et fait le point sur l’historiographie existante sur la question (principalement en langues anglaise et allemande). Des notices biographiques en fin de volume retracent le parcours post-migratoire de ces enfants devenus adultes en Angleterre. En outre, une trentaine de photographies (en noir et blanc), confiées à l’auteure par les personnes qu’elle a interviewées, rendent compte du choc migratoire : on y voit notamment ces Kinder dans leur environnement familial et quotidien. Ces photographies de l’enfance sont parfois les seules traces qui subsistent de la vie de la famille avant.

  • 4 Voir Marion A. Kaplan, Between Dignity and Despair : Jewish Life in Nazi Germany, Oxford-New York, (...)

3Le terme de Kindertransport désigne en réalité une organisation qui, entre décembre 1938 et mai 1940, permit le sauvetage de quelque 10 000 enfants juifs originaires d’Allemagne, d’Autriche, de Pologne et de Tchécoslovaquie, au moment où l’extension de la persécution nazie s’étendait en Europe. Les témoignages de ces Kinder, même s’ils furent collectés plusieurs décennies après les faits, donnent néanmoins un aperçu des violences subies au quotidien par les familles juives sous le nazisme4. Si les parents tentèrent sur le moment en grande majorité de cacher la réalité de la persécution aux enfants, ces derniers n’en absorbèrent pas moins l’angoisse familiale et l’atmosphère anxiogène de l’époque. Leurs souvenirs en témoignent, eux qui ont souvent dû recourir à des connaissances historiques ultérieures, parfois des décennies plus tard, pour véritablement comprendre ce qui leur était arrivé.

  • 5 Voir par ex. Claudia Curio, Verfolgung, Flucht, Rettung : Die Kindertransporte 1938/39 nach Großbri (...)

4En novembre 1938, à la suite du pogrom qui venait de se produire dans le Reich nazi, le parlement britannique avait pris la décision que la Grande-Bretagne accueillerait sur son sol des enfants âgés de trois à seize ans. Accompagnés sur l’ensemble du trajet par des adultes membres du comité d’aide du Kindertransport, les enfants devaient néanmoins émigrer seuls (c’est-à-dire sans leurs parents) et leur hébergement sur le sol britannique ne devait rien coûter au contribuable britannique : le parlement avait eu peur de réactions antisémites au sein de la population britannique. Les enfants avaient, en outre, un statut de « transmigrants » : ils étaient destinés à poursuivre leur voyage, souvent vers les États-Unis d’Amérique. Toutefois, la guerre en décida autrement et nombre de ces enfants restèrent sur le sol britannique. Parfois leurs parents purent les suivre et les rejoindre ; la plupart du temps, les adieux sur les quais d’une gare à Vienne, Francfort ou Hambourg furent définitifs. L’historiographie concernant cette migration d’enfants a longtemps mis l’accent uniquement sur les efforts fournis par la Grande-Bretagne dans le cadre de cette opération de sauvetage. Depuis quinze ans cependant, une historiographie plus critique, sensible aux témoignages des anciens Kinder, a mis en évidence les difficultés d’adaptation que vécurent ces enfants, les maltraitances aussi5.

  • 6 Voir Patrick Farges, Le Trait d’union ou l’intégration sans l’oubli. Itinéraires d’exilés germanoph (...)

5Les témoignages recueillis par Eva-Maria Thüne relatent ainsi les sphères vécues et les mondes sociaux doublement séparés (par le genre et par la « race ») dans lesquels grandirent les enfants juifs sous le nazisme. L’école, la rue, le voisinage, par exemple, étaient, pour les garçons, les lieux d’une stigmatisation de la (jeune) masculinité juive, là où les filles racontent a posteriori avoir plutôt ressenti l’humiliation de leurs parents dans les interactions familiales. La plupart des enfants n’avaient pas été préparés à l’émigration, et le choc du départ fut particulièrement traumatique. À l’exception de certaines fratries qui purent émigrer ensemble, les enfants (qui n’avaient le droit d’emporter que ce qui tenait dans une seule valise) dépendirent dans tous les domaines de leur existence d’adultes qui leur étaient parfaitement inconnus. Si le « départ » n’était pas un processus genré, les témoignages montrent en revanche que l’« arrivée » fut vécue très différemment selon le genre. Pour les plus âgés en particulier parmi les garçons, l’ostracisme quotidien ressenti en Grande-Bretagne visait les hommes en devenir : l’allure, la socialisation ou encore un nom à consonance allemande étaient autant de stigmates. Au printemps 1940, lorsque, sous la pression de l’opinion publique, le gouvernement de Winston Churchill fit interner les « ressortissants d’un pays ennemi » (enemy aliens), la mesure concerna certes des femmes et des hommes (âgés de plus de seize ans), mais rapidement, les femmes furent relâchées parce qu’elles n’étaient pas vues comme une menace à la nation en guerre, alors que l’internement se mua pour certains (jeunes) hommes en un transfert vers les Dominions lointains : Australie, Canada6.

6Les extraits de témoignages que présente Eva-Maria Thüne sont structurés en chapitres qui retracent les étapes du Kindertransport. Se dégage de la lecture une forme de biographie collective des Kinder. Le premier chapitre est consacré aux souvenirs de la vie de famille avant le départ : les lieux de l’enfance, la scolarisation ou la montée de l’antisémitisme sont racontés « à hauteur d’enfant ». Le deuxième chapitre rassemble les récits du voyage et de la traversée vers la Grande-Bretagne, ainsi que les premières impressions ressenties à l’arrivée. La perspective narrative change au troisième chapitre, qui fait entendre des voix adultes racontant leur existence à part dans la société britannique d’après-guerre. La question des identités multiples, celle du multilinguisme sont au cœur de ce chapitre, de même que les retours parfois douloureux sur les lieux de l’enfance – lorsqu’ils eurent lieu, notamment à partir des années 1980, quand la RFA finança des programmes de visite destinés aux « ancien·nes citoyen·nes » qui avaient été déchu·es de leur citoyenneté sous le nazisme. En filigrane de ces récits, on perçoit notamment le difficile rapport à la Shoah. Les Kinder ont survécu à la Shoah par le truchement de la migration forcée, contrairement à leurs parents et famille : la culpabilité de l’enfant est encore perceptible dans le récit des adultes.

  • 7 Sur l’usage du témoignage et des sources orales par l’historien-ne, voir François Hartog, « La prés (...)

7Eva-Maria Thüne prévient d’ailleurs son lecteur dès l’introduction : son livre n’est pas un ouvrage objectif et distancé, ce n’est pas une documentation historique, mais un recueil d’extraits de témoignages personnels7. Et pourtant, si l’on veut écrire une histoire genrée de la période, une histoire qui intègre les diverses trajectoires de vie affectées par la cassure civilisationnelle que fut la Shoah, alors la voix de celles et ceux qui lui échappèrent parce que leurs parents décidèrent de les placer dans un train du Kindertransport au départ de Berlin, Vienne ou Francfort est particulièrement précieuse, au-delà des précautions nécessaires que l’historien·ne aura vis-à-vis du récit oral et du témoignage.

Haut de page

Notes

1 Voir Stéphane Audoin-Rouzeau, « Enfances en guerre au xxe siècle : un sujet ? », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 89/1, 2006, p. 3-7.

2 C’est ce qui explique en partie la variété de sources que mobilisent les historien·nes de l’enfance en guerre. Voir par exemple Manon Pignot, « Étudier et jouer, vivre et combattre : objets pour l’histoire de l’enfance en guerre », in Historial de la Grande Guerre & Stéphane Audoin-Rouzeau (éd.), Les enfants dans la Grande Guerre, Milan, Cinq Continents, 2003, p. 11-27 ; Nicholas Stargardt, « Jeux de guerre. Les enfants sous le régime nazi », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 89/1, 2006, p. 61-76.

3 Muriel Molinié, « Biographie langagière », in Christine Delory-Momberger (dir.), Vocabulaire des histoires de vie et de la recherche biographique, Toulouse, ERES, 2019, p. 300-303.

4 Voir Marion A. Kaplan, Between Dignity and Despair : Jewish Life in Nazi Germany, Oxford-New York, Oxford University Press, 1999.

5 Voir par ex. Claudia Curio, Verfolgung, Flucht, Rettung : Die Kindertransporte 1938/39 nach Großbritannien, Berlin, Metropol, 2006 ; Judith Tydor Baumel-Schwartz, Never Look Back : The Jewish Refugee Children in Great Britain 1938-1945, West Lafayette (IN), Purdue University Press, 2012 ; Jennifer Craig-Norton, The Kindertransport : Contesting Memory, Bloomington (IN), Indiana University Press, 2019.

6 Voir Patrick Farges, Le Trait d’union ou l’intégration sans l’oubli. Itinéraires d’exilés germanophones au Canada après 1933, Paris, éd. de la MSH, 2008, p. 104 sq.

7 Sur l’usage du témoignage et des sources orales par l’historien-ne, voir François Hartog, « La présence du témoin », L’Homme, 223-224, 2017, p. 169-184 ; Florence Descamps (dir.), Les sources orales et l’histoire : récits de vie, entretiens, témoignages oraux, Rosny-sous-Bois, Bréal, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Farges, « Eva-Maria Thüne, Gerettet. Berichte von Kindertransport und Auswanderung nach Großbritannien », Genre & Histoire [En ligne], 25 | Printemps 2020, mis en ligne le , consulté le 18 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5478

Haut de page

Auteur

Patrick Farges

ICT – EA 337, Université Paris-Diderot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search