Navigation – Plan du site

AccueilNumeros26Avoir 20 ans en 2020…

Avoir 20 ans en 2020…

Julie Verlaine et Camille Noûs

Notes de la rédaction

Le comité éditorial remercie tout particulièrement Marianne Thivend pour le suivi en interne de ce dossier.

Texte intégral

1Lorsque l’Association Mnémosyne a été fondée, il y a 20 ans, l’histoire des femmes et du genre était à un tournant. Après plusieurs grandes réalisations collectives (L’histoire des femmes en Occident coordonnée par Georges Duby et Michelle Perrot parue en 1990, la revue Clio née en 1995 avec comme sous-titre Histoire, Femmes et Sociétés devenu Femmes, Genre, Histoire), la question des voies complémentaires à emprunter pour rendre plus visibles et plus efficients les travaux historiques menés sur les rapports de sexe s’est posée. La naissance de l’association Mnémosyne est le reflet des enjeux propres à cette nouvelle ère : dans un contexte internationalisé (elle est pensée comme section française de la Fédération internationale pour la recherche en histoire des femmes), elle s’ouvre à des champs de recherche en devenir, en particulier l’histoire du corps et des sexualités, mais aussi l’histoire des masculinités. Surtout, elle se donne des objectifs professionnels : soutenir les jeunes chercheuses et chercheurs actifs dans le domaine, notamment dans la recherche de financements et de postes, veiller à créer une communauté informée et solidaire, imaginer un organe spécifique de publication sous la forme d’une revue électronique en libre accès. En même temps, un lien étroit est fait entre enseignement supérieur et recherche, d’une part, et enseignement secondaire, d’autre part : désireuse d’infuser les programmes de collège et lycée des acquis de l’histoire des femmes et du genre, l’association mène plusieurs projets, dont l’élaboration du manuel La place des femmes dans l’histoire. Une histoire mixte paru en 2010 chez Belin, coordonné par Geneviève Dermenjian, Irène Jami, Annie Rouquier et Françoise Thébaud.

  • 1 L’ensemble des débats a fait l’objet d’une captation vidéo mise en ligne et consultable sur le site (...)

2Les 20 ans de l’association ont offert la parfaite occasion d’un bilan rétrospectif et d’une réflexion prospective sur l’histoire des femmes et du genre, doublement articulée à une journée d’études tenue à Paris le 1er février 20201 et à ce numéro spécial de notre revue Genre&Histoire qui entendent contribuer à la réflexion transversale sur les mutations passées et à venir de ce champ disciplinaire, en termes de thématiques, bien sûr, mais aussi de sources, de méthodes, de didactique et de médiatisation. L’histoire des femmes et du genre, il faut s’en réjouir, occupe actuellement dans la discipline et dans l’enseignement supérieur une place bien plus importante qu’il y a 20 ans ; on sait toutes et tous néanmoins, et peut-être plus encore après cette terrible année 2020, les fragilités, les vulnérabilités et les exclusions qui demeurent. Aussi la lecture de ce dossier peut-elle être faite de plusieurs manières, et avec diverses intentions.

3L’une des traditions, et même l’un des principes, de l’association Mnémosyne est de faire dialoguer les spécialistes de période traditionnellement distinctes au sein de la discipline historique. De ce postulat découlent les programmations des journées d’études, tables rondes et autres panels lors de colloques et de festivals (notamment aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois, chaque année depuis 2010). La lectrice ou le lecteur la retrouvera ici. Les synthèses historiographiques présentées par Violaine Sébillotte Cuchet, Didier Lett, Sylvie Steinberg et Mélanie Traversier, ainsi que Michelle Zancarini-Fournel, n’ont rien de la simple compilation de références bibliographiques inhérente à la plupart de ce genre d’exercice ; le dialogue entre ces bilans fait à nouveau la preuve, me semble-t-il, de la fécondité du décloisonnement des grandes périodes, en permettant l’émergence de similitudes parfois cachées, voire surprenantes. Des constats communs sont faits par ces spécialistes sur des terrains traditionnels en plein renouvellement (religion, sexualités), des champs encore insuffisamment explorés (masculinités, travail, migrations). Des questions sont partagées, en particulier sur l’accès genré aux savoirs, les moyens d’acquisition et de transmission de la culture, à lier à la position sociale relative, à un moment donné dans un espace donné, des hommes et des femmes.

4On en appelle également à de nouvelles sources, ou à de nouveaux regards portés sur les sources, pour travailler sur des aspects encore trop mal connus, notamment les femmes esclaves, les femmes sans mari, ou encore les femmes migrantes : une réflexion transversale sans nul doute stimulée par les notions d’intersectionnalité, de minorisation, de ségrégation et par les travaux menés par des collègues d’autres sciences humaines et sociales sur ces problématiques, notamment en anthropologie et en science politique. Il s’agit ici comme là de nommer, identifier, localiser les femmes pour qu’elles échappent au silence des sources et à l’occultation dans le récit historique. Enfin, la plus grande présence, saluée, des acquis des études de genre dans les sommes plus généralistes (telles que les manuels et les anthologies) encourage le partage et la mise à disposition des ressources. L’association Mnémosyne est depuis sa création persuadée que pour que les recherches en histoire des femmes et du genre soient connues et aient un impact, il faut qu’elles soient publiées, accessibles au plus large public possible : l’open access correspond donc tout à fait à cet objectif. Cette conviction anime le jury du Prix Mnémosyne analysé par Jean-Baptiste Bonnard dans ce numéro ; elle nourrit également la collection Mnémosyne aux Presses Universitaires d’Angers, puis, à partir de 2006, aux Presses Universitaires de Rennes, chaque année augmentée d’un titre nouveau reflétant à sa manière les évolutions des questionnements des jeunes chercheuses et chercheurs.

5L’histoire des femmes et du genre a donc gagné en visibilité dans le paysage de la recherche française, mais aussi dans les institutions d’enseignement supérieur, même si ces positions demeurent fragiles. Les liens avec l’enseignement secondaire quant à eux, sont plus difficiles à renforcer tant la question des programmes scolaires est centrale et épineuse et tant les réformes récentes ne semblent pas favoriser les progrès de l’enseignement d’une histoire mixte, attentive à l’équilibre des représentations, à la sensibilisation aux stéréotypes de genre et à la lutte contre les discriminations, vecteurs pourtant essentiels d’une éducation à l’égalité filles-garçons. De nouveaux canaux médiatiques sont explorés par l’association Mnémosyne : réseaux sociaux et podcasts permettent de mettre à disposition du plus grand nombre des contenus scientifiques adaptés et partant de diffuser les résultats les plus récents des recherches sur le genre.

6Formons le vœu que les vingt prochaines années soient aussi prolifiques, combatives et militantes. Pratiquer et promouvoir l’histoire des femmes et du genre est une voie assurée vers une société plus égalitaire, où les droits des femmes sont reconnus et les inégalités combattues. Au travail !

Haut de page

Notes

1 L’ensemble des débats a fait l’objet d’une captation vidéo mise en ligne et consultable sur le site de l’association Mnémosyne https://www.mnemosyne.asso.fr/mnemosyne/category/journees-detudes/je_cette_annee/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Verlaine et Camille Noûs, « Avoir 20 ans en 2020… », Genre & Histoire [En ligne], 26 | Automne 2020, mis en ligne le 07 avril 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5541

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search