Navigation – Plan du site

AccueilNumeros26Combats, débats, transmission : l...HistoriographiesLes études de genre dans le domai...

Combats, débats, transmission : les 20 ans de Mnémosyne
Historiographies

Les études de genre dans le domaine de l’Antiquité. Les archives de la Bryn Mawr Classical Review (2000-2020)

Gender studies in Antiquity. The Archives of the Bryn Mawr Classical Review (2000-2020)
Violaine Sebillotte Cuchet et Camille Noûs

Résumés

À l’heure de dresser un bilan des études menées en histoire des femmes, du genre et des sexualités dans le domaine de l’Antiquité, la Bryn Mawr Classical Review, qui fonctionne avec une remarquable stabilité depuis sa fondation en 1990, s’avère un outil précieux. L’article analyse les 377 comptes rendus relatifs à des publications identifiées comme portant sur le domaine qui nous intéresse, pour les années 2000-2020, soit environ 3 % des 11 354 comptes rendus mis en ligne. Il analyse les évolutions sur la période, les langues de la production sur le genre, les thématiques dominantes et s’interroge, de manière critique, sur le champ disciplinaire que les scientifiques (essentiellement européens et nord-américains) construisent, via cet outil bibliographique numérique extrêmement bien diffusé. En ajoutant des ouvrages importants, non présents sur le site de la Bryn Mawr Classical Review, l’article fournit, finalement, un outil bibliographique pour les étudiant-es et les spécialistes.

Haut de page

Texte intégral

1À l’heure de dresser un bilan des études menées en histoire des femmes, du genre et des sexualités dans le domaine de l’Antiquité – trois approches des études de genre en histoire – la première difficulté est de trouver un outil recensant les publications qui ont marqué ces vingt dernières années. Évoquer des travaux emblématiques est par ailleurs une opération très délicate car intimement liée aux intérêts de celle qui opère la sélection. Dans l’idéal, il faudrait dépouiller toutes les revues publiant des comptes rendus d’ouvrages, les sites internet, les grandes collections bibliographiques, et ceci dans toutes les langues. Il faudrait pour ainsi dire disposer d’une base en accès libre qui relierait entre eux les outils bibliographiques – qui devraient être également en accès ouvert –, et qui moissonnerait ouvrages et sommaires de revues, fournirait des résumés et offrirait un système de traduction automatique permettant d’accéder rapidement aux contenus produits dans les langues dites rares. Une telle base n’existe pas. Les spécialistes de l’Antiquité disposent, depuis 1928, d’un outil bibliographique majeur, l’Année philologique, qui dépouille les revues relevant du domaine des études grecques et latines. Accessible en ligne (sur abonnement), il n’inclut cependant pas les revues transpériodes, comme Clio FGH ou Genre & Histoire, et ne fournit pas de comptes rendus, ce qui explique que j’ai choisi un autre outil, la Bryn Mawr Classical Review. Avant de présenter la BMCR et afin d’en mesurer la représentativité, il est utile de considérer, plus généralement, la structuration du champ des études de genre concernant l’Antiquité.

  • 1 En 2015, le Women’s Classical Committee a été fondé au Royaume-Uni afin d’informer et de soutenir c (...)

2Le premier portail thématique consacré aux femmes et au genre dans l’Antiquité a été créé en 1995, par Ross Scaife et Suzanne Bonefas. Intitulé Diotíma : Materials for the Study of Women and Gender in the Ancient World, ce portail est connu de toutes celles qui ont travaillé sur ces questions à la fin du xxe siècle. Fondé sur le principe de l’open access, Diotima proposait des bibliographies mais également des résumés et plans de cours à destination des enseignants et des étudiants. Après le décès de Ross Scaife en 2008, par ailleurs fondateur du Stoa Consortium for Electronic Publication in the Humanities, le site a progressivement cessé d’être alimenté mais ses archives (jusqu’en 2011, date de la fin de son activité) restent néanmoins accessibles. Aujourd’hui, le Women’s Classical Caucus, une organisation professionnelle états-unienne fondée en 1972 et affiliée à la grande association des classicistes américains, la Society for Classical Studies, anciennement connue sous le nom de l’American Philological Association, tente de réactiver le site (en proposant une v. 2.0). Cependant, les efforts produits depuis 2015 n’ont pas encore abouti. Quant à l’Institute of Classical Studies (University of London’s School of Advanced Study), qui coordonne à Londres la recherche internationale en humanités numériques dans le domaine des études classiques et qui a été à l’initiative d’un blog nommé The Stoa, en mémoire de Ross Scaife, il n’a pas repris à son compte le projet Diotima. Autrement dit, le statut des études sur les femmes et le genre dans l’Antiquité reste fragile. Les études au neutre masculin dominent encore largement et celles sur les femmes, ou celles orientées par une approche féministe, n’ont pas vraiment pénétré le mainstream global1.

3En Europe, la structuration de la recherche sur le genre repose sur quelques laboratoires, des chercheuses dispersées dans différents centres de recherches mais également sur un réseau, le Réseau européen sur les Gender Studies dans l’Antiquité, EUGESTA. Fondé en 2009 et hébergé à l’Université de Lille, Eugesta est lié au Women Classical Caucus. Il donne à voir une production plus diverse linguistiquement et – l’Europe n’ayant pas d’association professionnelle comparable à la SCS américaine – essentiellement constituée par les publications des membres de son réseau. Grâce à Eugesta, qui a aussi créé une revue en 2011, le constat des années 2000-2020 est bien, malgré tout, celui d’une consolidation des entreprises collectives destinées à structurer et rendre visible le champ des études de genre dans les études classiques. Ce constat est valable pour une partie de l’Europe élargie aux EU et au Canada (Allemagne, Canada, France, Italie, Royaume-Uni, Suisse pour les membres et Afrique du Sud, Autriche, Belgique, Chypre, Espagne, Finlande, Grèce, Norvège, Pays Bas, Pologne, Suède pour les associés). Cependant, force est de constater, en Europe comme aux États-Unis, la réelle difficulté à modifier en profondeur les habitudes de travail et d’organisation : les réseaux féministes restent cantonnés à la marge des grandes associations professionnelles qui ne reprennent pas complètement à leur compte l’objectif de rendre la science plus égalitaire du point de vue du genre. Ces réseaux n’ont pas (encore) réussi à mettre en place un outil rassemblant de manière objective, par moissonnage automatique, les publications académiques liées à leur domaine de recherche ni à créer un portail aussi efficace que, par exemple, le portail EAGLE pour l’épigraphie grecque et romaine.

4Afin de cibler un corpus homogène et représentatif d’une production scientifique généraliste sur l’Antiquité – ce qui permet de situer la place des études de genre à l’intérieur de l’ensemble de la production sur l’Antiquité – , j’ai choisi de dépouiller les seules archives de la Bryn Mawr Classical Review et uniquement pour les années qui concerne le bilan qui nous intéresse, c’est à dire de janvier 2000 à mai 2020. Le choix a été motivé par le fait que cette revue bibliographique en ligne fonctionne avec une remarquable stabilité depuis sa fondation en 1990. Chaque jour, tous les chercheurs travaillant sur le monde antique et qui sont abonnés (il suffit de demander à être inscrit sur la liste des destinataires) reçoivent dans leur boîte aux lettres électroniques des comptes rendus rédigés par des chercheurs spécialistes du domaine. Certes, il existe d’autres sites bibliographiques en ligne, comme celui de l’Université de Coimbra, Classica Digitalia qui, depuis 2013, permet d’accéder à des publications en majorité lusophones. Cependant, un rapide sondage sur ce site a montré que très peu d’ouvrages recensés relèvent du champ d’études qui nous occupe. Aujourd’hui, c’est encore la BMCR qui reste l’outil bibliographique de référence pour un accès à des comptes rendus scientifiques dans le domaine de l’Antiquité. Pour un travail de recherche, d’autres outils que la BMCR doivent être consultés : L’Année philologique, on l’a dit, mais également des revues comme L’Antiquité classique, la Classical Review, le Journal of Roman Studies, le Journal of Hellenic Studies, la Revue des Études Grecques, la Revue des Études Anciennes, Sehepunkte et bien d’autres encore qui proposent des comptes rendus d’ouvrages sélectionnés par leurs soins. J’en viendrai, plus loin dans cet article, sur les limites de la BMCR.

  • 2 Voir par exemple Stephanie Lynn Budin, Jean MacIntosh Turfa (ed.), Women in Antiquity, Real Women a (...)

5Il est important de préciser la définition de l’Antiquité selon la BMCR. Le site accueille des recensions d’ouvrages qui portent essentiellement sur les mondes hellénophone et latinophone. Lorsque d’autres espaces linguistiques sont intégrés, il s’agit de ceux qui ont été en contact (proche ou plus lointain) avec les Grecs et les Romains durant l’Antiquité : ainsi les domaines mésopotamien, hittite, étrusque, égyptien, perse, phénicien et eurasien. Tous ces espaces ont pour point commun d’avoir été marqués par des stéréotypes de genre, véhiculés par l’historiographie ancienne et moderne2. Pour les limites chronologiques, le site recense les ouvrages concernés par une période allant de l’Âge du Bronze de la région méditerranéenne (par exemple, sur les Minoens ou les Mycéniens) jusqu’au ve siècle après J.-C., ce qui permet quelques recensions, toutefois marginales, sur le monde byzantin.

Un corpus assez homogène et un champ d’études stabilisé pour les années 2000-2020

6Différents calculs permettent de rendre visible l’existence de notre champ de recherche au sein de la production générale à laquelle la BMCR donne accès. Même si la production sur le genre ne paraît pas énorme en termes quantitatifs – mais il faudrait comparer à celle des autres champs qui composent les études sur l’Antiquité – elle a un lectorat scientifique et semble solidement inscrite dans le paysage académique.

La rareté monotone des titres d’ouvrages sur la thématique femmes, genre et sexualité

7Sur les 11 354 comptes rendus d’ouvrages mis en ligne entre janvier 2000 et mai 2020, et accessibles dans l’onglet Archive du portail de la BMCR, ceux relatifs à des études portant sur les femmes, le genre et la sexualité ou – pour le dire autrement – à des approches féministes, concernent 377 titres, soit environ 3 % de la production totale. Avant de procéder à l’analyse de ce corpus, je voudrais en préciser les limites. Je n’ai sélectionné que des titres d’ouvrages comprenant les termes de femme, féminin, homme, masculin, genre, sexe, sexualité (dans les langues représentées sur le site), auxquels j’ai ajouté ceux qui se présentaient comme des études sur la famille, le mariage, la prostitution, les veuves, les jeunes filles (etc.) ou sur des autrices antiques. J’ai lu les comptes rendus pour vérifier que l’ouvrage entrait bien dans le domaine choisi. Ma démarche comporte donc des éléments d’appréciation personnelle dont il faut tenir compte dans l’analyse des résultats : certainement, des livres manquent et d’autres ont probablement été retenus à tort. Le mode de sélection choisi m’a également conduit à ignorer les livres collectifs qui intégraient de manière incidente – comme cela arrive très souvent – des chapitres ou articles qui relèvent du domaine qui nous intéresse. Seuls les collectifs explicitement inscrits par leur titre dans les thématiques retenues pour le corpus ont été intégrés à l’analyse.

8Malgré ces réserves, il faut noter la monotone stabilité, année après année, de la proportion de titres sur les femmes, le genre et la sexualité par rapport à la production générale recensée dans la BMCR. Par conséquent, les erreurs éventuelles que j’aurais pu commettre (oublis de titres ou, au contraire, trop grande générosité dans la constitution du corpus) peuvent être considérées comme marginales sur l’ensemble de la période. En prenant en compte le caractère incomplet de l’année 2020 (5 mois seulement), ce qui frappe est la constance de la proportion de comptes rendus relevant de notre domaine (série 1, en rouge) par rapport à l’ensemble des comptes rendus publiés par la BMCR (série 2, en bleu) : entre à peine 1,5 % en 2013 et plus de 5 % en 2003, 2004, 2006 et 2014, soit une moyenne à peine supérieure à 3 % pour l’ensemble de la période 2000-2020.

Tableau 1. Part des ouvrages femmes/genre/sexualité sur l'ensemble des CR de la BrynMawr Classical Review (janv. 2000-mai 2020

Tableau 1. Part des ouvrages femmes/genre/sexualité sur l'ensemble des CR de la BrynMawr Classical Review (janv. 2000-mai 2020

L’écrasante domination de la littérature anglophone et la spécificité hispanophone

9Sur les 377 comptes rendus recensés, une écrasante majorité (312 ouvrages, soit près de 83 %) concernent des ouvrages dont les titres sont en anglais. Or, la part de l’anglais dans l’ensemble des titres recensés pour la BMCR est sensiblement inférieur, de l’ordre de 69 %. Ce constat accrédite l’idée répandue selon laquelle la thématique des femmes et du genre est plutôt anglophone. Les trois autres langues les plus représentées, bien loin derrière l’anglais, sont l’allemand et le français (22 ouvrages retenus pour chacune des langues), puis l’italien (18 ouvrages retenus).

Tableau 2. Langues des titres recensés dans le corpus genre de la BMCR 2000-2019

Tableau 2. Langues des titres recensés dans le corpus genre de la BMCR 2000-2019

10La prédominance de l’anglais, déjà incontestable à l’échelle de l’ensemble des archives de la BMCR, se confirme par le fait que 4 % des titres anglais recensés par le BMCR relèvent de la thématique genre tandis que, pour les autres langues, le pourcentage oscille entre 1,7 % et 2,5 %. Les anglophones publient plus, en proportion, sur les femmes et le genre, que les autres communautés linguistiques. La hiérarchie linguistique est, par ailleurs, sensiblement différente de celle qui s’exprime à l’échelle du corpus entier de la BMCR. En effet, sur l’ensemble du corpus de la BMCR, la part des volumes en français est d’un peu moins de 8 %, dont 2,5 % portent sur la thématique des femmes et du genre. Cette proportion est certes moins élevée que les 4 % d’ouvrages publiés en anglais qui concernent le genre, mais tout de même intéressante. Par comparaison, pour l’italien et l’allemand, ce sont seulement 1,7 % de leurs envois qui concernent le genre. A contrario, l’espagnol, qui représente seulement 1 % de la totalité des ouvrages recensés par la BMCR, envoie, en proportion, davantage d’ouvrages sur le genre que les Italiens et les Allemands : plus de 2 % de ses titres entrent dans notre corpus.

Tableau 3. Parts comparées de la totalité des ouvrages d'une langue donnée dans la BMCR (série 1) et du pourcentage de ceux de cette même langue qui sont inclus dans le corpus genre (série 2)

Tableau 3. Parts comparées de la totalité des ouvrages d'une langue donnée dans la BMCR (série 1) et du pourcentage de ceux de cette même langue qui sont inclus dans le corpus genre (série 2)

La domination des thématiques « femmes » et « féminin »

11Pour avoir une idée générale des thématiques traitées dans les années 2000-2020, j’ai réparti les titres des ouvrages dans cinq rubriques : études sur les femmes, sur les sexualités, sur les représentations (féminin, masculin, construction des genres), sur les seules masculinités et, enfin, sur la réception de l’Antiquité dans la modernité (depuis la période médiévale jusqu’au monde contemporain en intégrant la psychanalyse et le cinéma, et en passant par le théâtre anglais, la littérature contemporaine ou la pensée foucaldienne). Dans cette rubrique, j’ai également regroupé les études portant sur des figures féminines académiques (XIXe-XXe siècle). Là encore, la répartition entre les différentes rubriques – et un ouvrage a pu être qualifié dans deux rubriques, ce qui explique que les totaux par année ne correspondent pas à ceux du tableau 1 – peut comporter des erreurs d’appréciation. Néanmoins, comme pour la proportion des titres d’ouvrages portant sur la thématiques femmes, genre, sexualité, on observe une relative constance dans la répartition des thématiques secondaires, ce que le tableau ci-dessous permet de visualiser année après année (sans intégrer l’année 2020 en raison de son caractère incomplet) :

Tableau 4. Répartition des grandes thématiques

Tableau 4. Répartition des grandes thématiques

12La part des études sur les femmes (en rouge) est à peu près équivalente à celles sur les représentations [du féminin et/ou du féminin et du masculin] (en jaune), soit entre 35 et 40 %, chacune, du total. Clairement, le champ d’études reste très orienté vers l’analyse des femmes et du féminin, peu vers l’analyse des sexualités et encore moins vers celle des masculinités.

13Précisons les grands ensembles thématiques et les ouvrages qui ont marqué le domaine des études de genre sur l’Antiquité dans les vingt dernières années. Je distingue ici les ouvrages qui ont marqué le champ d’études par thème et par type d’approche.

La publication de documents sources : de Sappho à la literacy des filles

  • 3 Yatromanolakis, Dimitrios, Sappho in the making: the early reception, Washington, D.C., Center for (...)
  • 4 Ellen Greene (ed.), Women Poets in Ancient Greece and Rome, Norman, University of Oklahoma Press, 2 (...)
  • 5 I.M. Plant (ed.), Women Writers of Ancient Greece and Rome. An Anthology, Norman, University of Okl (...)

14Il faut souligner, en premier lieu, la part importante prise par les éditions de documents antiques directement orientés sur la thématique, même si leurs auteurs ne s’inscrivent pas eux-mêmes dans une approche d’histoire des femmes ou du genre. Ces ouvrages contribuent incontestablement au développement du champ d’études. Je pense en particulier au livre de Roger S. Bagnall et Raffaella Cribiore, Women's Letters from Ancient Egypt. 300 B.C.-A.D. 800, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 2006, mais également aux publications qui ont suivi la découverte et la publication, en 2004 et 2014, de deux nouveaux fragments de Sappho3, et aux ouvrages sur des autrices moins célèbres, savantes ou poètesses, de l’Antiquité4. Certains de ces ouvrages, ainsi l’anthologie proposé par Ian Plant, Women Writers of Ancient Greece and Rome, sont spécifiquement destinés à un public d’étudiants et d’enseignants5.

  • 6 L’article fondateur, pour l’histoire grecque, est celui de Susan G. Cole, « Could Greek Women Read (...)
  • 7 Emily Ann Hemelrijk, Matrona docta: educated women in the Roman élite from Cornelia to Julia Domna, (...)
  • 8 Emily A. Hemelrijk, Hidden Lives, Public Personae: Women and Civic Life in the Roman West, Oxford-N (...)

15Tous alimentent, finalement, le débat plus général sur l’alphabétisation des populations antiques et la part que prenaient les filles à l’éducation lettrée6. Parfois, ces ouvrages ont ouvert la voie à des études sur les femmes de l’élite, ce que la trajectoire d’Emily Hemelrijk montre bien. Après un ouvrage sur l’éducation des femmes romaines7, Emily Hemelrijk a publié, en 2015, un livre important sur les femmes de l’élite dans les cités des provinces romaines d’Occident, sur lequel nous reviendrons8.

Le bond en avant de l’histoire sociale : les femmes dans les cités

  • 9 Claude Calame, Les choeurs de jeunes filles en Grèce archaïque I : Morphologie, fonction religieuse (...)
  • 10 Matthew Dillon, Girls and Women in Classical Greek Religion, London, New York, 2002 [BMCR]; Susan G (...)
  • 11  Joan Breton Connelly, Portrait of a Priestess : Women and Ritual in Ancient Greece, Princeton, Pri (...)

16Dans la thématique “femmes”, il faut noter l’importance prise par l’approche d’histoire sociale, particulièrement intéressée à mesurer l’implication des femmes dans la vie publique des cités antiques. Dans cette perspective, la réédition récente de l’ouvrage pionnier de Claude Calame sur les choeurs de jeunes filles spartiates nous rappelle le temps long nécessaire à structurer un champ historiographique9. Depuis, beaucoup d’ouvrages ont été publiés sur les femmes, la religion et la cité : la place des femmes dans les rituels et leur participation aux fêtes sont désormais bien mieux connues et cette connaissance se diffuse sous la forme de synthèses10. D’autres ouvrages, ainsi Portrait of a Priestess de Joan Breton Connelly, centrent leurs analyses sur les responsabilités prises par les prêtresses et les autres officiantes (assistantes, prophétesses, etc) dans les cultes publics, ainsi que sur les réalisations d’offrandes dont des femmes, plus ou moins ordinaires, ont été à l’initiative. D’autres encore explorent les relations entre maternité et polythéisme11. Dans ces ouvrages, tous les types de documents sont convoqués, des textes transmis par les manuscrits aux peintures de vases, en passant par les inscriptions gravées sur pierre et les reliefs sculptés.

  • 12 Ainsi, un rare ouvrage uniquement consacré aux affranchies : Matthew J. Perry, Gender, Manumission, (...)
  • 13 C’est un des objectifs principaux du travail collectif – Eurykleia - que nous menons au centre ANHI (...)
  • 14 Romain Guicharrousse, Paulin Ismard, Matthieu Vallet et Anne-Emmanuelle Veïsse, « Introduction » in (...)
  • 15 Thomas A. J. McGinn, Widows and patriarchy: ancient and modern, London, Duckworth, 2008 [BMCR]; Mor (...)
  • 16 Christiane Kunst, Römische Adoption: zur Strategie einer Familienorganisation, Hennef, Clauss, 2005 (...)

17Dans la même approche d’histoire sociale, certains ouvrages – plus rares – se sont intéressés à la diversité des statuts sociaux des femmes : celles-ci sont parfois des esclaves ou des affranchies et cette différence change tout. Jusqu’à présent, peu de travaux se sont intéressés à ce que la diversité, en tant que telle, nous dit des situation des femmes, chacun se focalisant plutôt sur une seule catégorie (membres de l’élite, esclaves, étrangères)12, sans tenter la comparaison13. En histoire sociale, les travaux sur les statuts – une notion problématique en histoire ancienne14 – sont souvent marqués par une approche juridique, notamment pour ceux qui réfléchissent aux cadres dans lequels s’insèrent les actions publiques des veuves, par exemple, mais aussi des épouses et des filles libres15. La thématique de la famille, de l’héritage et de l’adoption ont bénéficié de l’angle d’approche de l’histoire des femmes qui a apporté une perspective plus globale que lorsque ces thématiques sont traitées d’un seul point de vue juridique16.

  • 17 Florence Bertholet, Anne Bielman Sanchez, Regula Frei-Stolba (dir.), Egypte, Grèce, Rome : les diff (...)
  • 18 Voir Florence Bertholet, Anne Bielman Sanchez, Regula Frei-Stolba (dir.), Egypte, Grèce, op. cit. s (...)
  • 19 Sophie Lalanne (dir.), Femmes grecques de l'Orient romain, DHA supplément, 18, Besançon, Presses Un (...)

18Surtout, une part importante des ouvrages de cette catégorie s’intéresse aux femmes honorées et aux réseaux familiaux qui permettent l’accès au pouvoir (hors de la famille) et à une certaine visibilité de leurs membres féminins dans l’espace public17. Ces travaux, principalement appuyés sur des études épigraphiques, s’inscrivent dans le sillage du livre de Riet van Bremen, The Limits of Participation. Women and Civic Life in the Greek East in the Hellenistic and Roman Periods, qui fut publié en 1996 et qui est désormais un classique. Grâce au travail de Emily Hemelrijk, les femmes de l’Occident latinophone bénéficient, à leur tour, d’une étude comparable et, donc, complémentaire. Pour le monde grec, Anne Bielman a poursuivi la voie tracée par Riet van Bremen et ainsi contribué, depuis l’université de Lausanne, à une meilleure diffusion des résultats de ce champ d’études dans le monde francophone. Le réseau alpin de Lausanne, Grenoble et Zurich œuvre ainsi à offrir une meilleure connaissance de la manière dont les femmes ont accédé aux fonctions publiques, et, chose assez rare pour être signalée, en comparant systématiquement monde romain et monde grec18. Le récent ouvrage dirigé par Sophie Lalanne, Femmes grecques de l’Orient romain, permet lui aussi de mesurer la richesse de ce champ d’études en dévoilant des données souvent mal connues et créant un dialogue fructueux entre données épigraphiques et textes issus de la transmission manuscrite19.

  • 20 Par exemple, dans une politique de science ouverte : Perseus, Epigraphy.info, Lexicon of Greek Pers (...)
  • 21 Christiane Kunst, Ulrike Riemer (dir.), Grenzen der Macht : Zur Rolle der römischen Kaiserfrauen, S (...)
  • 22 À ce sujet, les volumes du Corpus des Inscriptions de Delphes V, édités par Dominique Mulliez et qu (...)

19Autrement dit, grâce à une meilleure prise en compte des données papyrologiques, épigraphiques et archéologiques, désormais aisément accessibles grâce aux divers portails numériques20, les études sur les seules femmes de la famille impériale ou sur les reines hellénistiques, même si elles restent toujours dynamiques21, ont perdu un peu de leur poids par rapport aux travaux qui mettent le projecteur sur des élites, certes, mais des élites civiques. Des femmes prêtresses, y compris dans les cités de l’Occident romain, des femmes bienfaitrices et honorées comme telles par les membres masculins des assemblées civiques apparaissent autonomes dans leurs prises de décision, malgré le contexte général d’institutions civiques masculinistes. La documentation épigraphique permet, aujourd’hui, de prendre également en compte des femmes de tous les milieux sociaux, y compris des esclaves. C’est sans doute dans ce secteur que le renouvellement de notre connaissance est le plus attendu et le plus prometteur22.

La bonne santé de l’histoire des représentations et des études de réception de l’Antiquité

  • 23 Sheila Dillon, The Female Portrait Statue in the Greek World, Cambridge, Cambridge University Press (...)
  • 24 Angeline Chiu, Ovid’s Women of the Year. Narratives of Roman Identity in the ‘Fasti’, Ann Arbor, Un (...)

20Le renouveau de l’histoire sociale a beaucoup apporté à l’histoire des représentations visuelles, ainsi celle des statues accompagnant les décrets honorifiques rendus pour telle ou telle bienfaitrice, telle ou telle prêtresse, telle ou telle fille de grande famille23. Cependant, dans la thématique “représentation, féminin/masculin”, se trouvent surtout des ouvrages caractérisés par une approche féministe de la littérature classique et de sa réception. Dans cette catégorie, on trouve des livres qui ont pour objectif d’intégrer une dimension féminine à l’interprétation des auteurs antiques afin de donner à voir un panorama plus complet – du point de vue de la représentation des femmes et des hommes – de la pensée antique. Ainsi, l’ouvrage d’Angeline Chiu, Ovid’s Women of the Year. Narratives of Roman Identity in the ‘Fasti’ explore la manière dont Ovide rend compte de la présence des femmes dans le calendrier romain. Celui de Susan Treggiari, Terentia, Tullia and Publilia. The Women of Cicero's Family, s’intéresse aux femmes de l’entourage de Cicéron, en premier lieu à partir des écrits de Cicéron24. Les auteurs antiques ciblés par ce type d’approche sont souvent les mêmes : à part égale, les poètes tragiques de l’Athènes classique et Ovide, puis Homère et la poésie épique grecque, ensuite Pline, Plutarque, Virgile, Cicéron, Juvénal, enfin les auteurs des “romans grecs” et les épigrammes grecques ou latines.

  • 25 Martina Hirschberger, Gynaikôn Katalogos und Megalai Ehoiai. Ein Kommentar zu den Fragmenten zweier (...)
  • 26 Robert Mayhew, The Female in Aristotle's Biology. Reason or Rationalization, Chicago, University of (...)

21Le Catalogue des femmes attribué à Hésiode et entièrement structuré autour des figures de glorieuses aïeules mythiques a, pour sa part, donné lieu à une série de rééditions et de commentaires savants, très utiles pour les spécialistes des femmes et du genre. Même si ces commentaires modernes ne sont pas féministes à proprement parler, ils contribuent, par la mise en avant de la production antique relative aux femmes, au développement du champ d’étude25. On peut en dire autant des publications, toujours utiles, sur Aristote et le féminin26.

  • 27 Sandra Boehringer, Daniele Lorenzini (dir.), (dir.), Foucault, la sexualité, l'Antiquité. Paris, Éd (...)
  • 28 Konstantinos P. Nikoloutsos (dir.), Ancient Greek Women in Film, Oxford-New York, Oxford University (...)
  • 29 Annabel Robinson, The Life and Work of Jane Ellen Harrison, Oxford, Oxford University Press, 2002 [ (...)

22Je joins à la thématique des “représentations” des ouvrages concernant la réception de l’Antiquité, environ 8 % du total, qui, comme les ouvrages mentionnés plus haut, relèvent d’une démarche que je qualifierais de culturaliste. L’analyse de la pensée de Foucault et la place qu’il a donné à l’Antiquité pour penser la modernité reste essentielle, comme en témoigne le récent collectif dirigé par Sandra Boehringer et Daniele Lorenzini27. Sinon, s’y trouvent surtout des publications qui mettent en avant les personnages féminins de l’Antiquité et leur réception dans divers arts contemporains, dont le cinéma, mais aussi le théâtre28, ainsi que des travaux sur les femmes qui ont été pionnières dans le champ des études classiques (qu’elles aient ou non été féministes)29.

Le rééquilibrage des études sur la sexualité : des femmes qui aiment et désirent

  • 30 Sandra Boehringer, L'homosexualité féminine dans l'Antiquité grecque et romaine, Paris, Les Belles (...)
  • 31 Christopher A. Faraone, Laura McClure, Prostitutes and courtesans in the ancient world, Madison, Un (...)
  • 32 Sandra Boehringer, L'homosexualité féminine, op. cit. (note 28) ; Mark Masterson, Nancy Sorkin Rabi (...)
  • 33 Tanja S. Scheer, Tempelprostitution im Altertum: Fakten und Fiktionen, Oikumene Studien zur antiken (...)

23Les ouvrages portant sur la sexualité (et surtout l’homosexualité30 et la prostitution31), en violet dans le tableau 4, représentent entre 10 et 15 % du total. Parmi eux, nous retiendrons pour la période considérée, celui de Sandra Boehringer sur L’homosexualité féminine dans l’Antiquité grecque et romaine, qui fut le premier, en 2007, à proposer une étude complète et historicisée sur ce sujet. Nous signalons aussi l’édition du collectif édité par Mark Masterson, Nancy Sorkin Rabinowitz et James Robson, Sex in Antiquity : Exploring Gender and Sexuality in the Ancient World, qui permet de sortir de la perspective qui a longtemps dominé ce domaine d’études, celle de l’homosexualité masculine, pour articuler sexualité féminine et masculine, homosexualité et hétérosexualité et intégrer les rapports et les jeux sexuels dans une anthropologie sociale entendue au sens large32. En ce qui concerne la prostitution, une sous-thématique bien représentée, je mentionnerais le livre de Tanja S. Scheer, Tempelprostitution im Altertum : Fakten und Fiktionen qui déconstruit, dossier après dossier (notamment celui du sanctuaire d’Aphrodite à Corinthe), ce que l’historiographie a appelé, à tort, « la prostitution sacrée »33.

Les masculinités : un étiage resté bas

  • 34 Pauline Schmitt Pantel, Hommes illustres : moeurs et politique à Athènes au Ve siècle, Paris, Éditi (...)
  • 35 Erik Gunderson, Staging masculinity: the rhetoric of performance in the Roman world. Ann Arbor : Un (...)
  • 36 Mathew Kuefler, The manly eunuch: masculinity, gender ambiguity, and Christian ideology in late ant (...)

24Les titres d’ouvrages renvoyant aux études sur les masculinités, en bleu sur le tableau 4, représentent seulement 6 % du total. Parmi ces derniers, celui de Pauline Schmitt Pantel, sur les Hommes illustres selon Plutarque, publié en 2009, permet de saisir la manière dont se décrit la masculinité du pouvoir dans le contexte impérial de réélaboration de l’idéologie civique. L’ouvrage montre aussi, par le parcours intellectuel de son autrice34, comment les études sur les femmes abordées du point de vue du genre changent le regard sur les masculinités, constituées en important objet d’études35. Dans ce domaine, les travaux sur les eunuques restent une niche des spécialistes de l’Antiquité tardive tandis que les études sur les métamorphoses de genre sont liées aux recherches sur le théâtre antique, la poésie et sur Ovide, en particulier, et donc au domaine, plus large, des représentations de genre36.

Existe-t-il une approche spécifique aux ouvrages francophones ?

  • 37 Lydie Bodiou, Véronique Mehl, La religion des femmes, op. cit. (note 10).

25Le compte rendu publié par Marietta Horster, une historienne allemande spécialiste d’histoire sociale et religieuse ainsi que de la documentation épigraphique, à propos de l’ouvrage édité par Lydie Bodiou et Véronique Mehl sur la Religion des femmes en Grèce ancienne et qui regroupe des articles pour la plupart rédigés par des spécialistes françaises du domaine (outre les deux éditrices, Sandra Boehringer, Pierre Brulé, Claude Calame, Florence Gherchanoc, Claudine Leduc, Jacques Oulhen, Vinciane Pirenne-Delforge, Gabriella Pironti, Pauline Schmitt-Pantel, Violaine Sebillotte Cuchet, Jérome Wilgaux)37 évoque l’existence – à ses yeux tout du moins – d’une approche spécifiquement francophone de l’Antiquité :

  • 38 Marietta Horster, BMCR 2010.07.15

« … the book is a good example of the research interests and way of thinking of French classicists who follow in the footsteps of Pierre Brulé, Claude Calame and others. The French way of looking at the 'female side' of Greek culture is completely different than Anglo-American or, say, German cultural studies or gender studies that deal with the same subject »38.

  • 39 De ce point de vue, voir les remarques de Lena Inowlocki dans « L’internationalité de la recherche (...)
  • 40 Stella Georgoudi, « Hommage à Jean-Pierre Vernant », Kernos, 20, 2007.
  • 41 Voir l’essai comparatiste, en anglais et en français, de John Ma, « Black Hunter Variations », The (...)

26Selon M. Horster, l’approche spécifique qui caractérise les ouvrages écrits en français consiste à développer une pensée faite d’associations symboliques, de vues panoramiques, d’histoire des représentations, notamment celle de l’imaginaire, bref, une pensée qui relève d’une approche holistique “originale”. Bien entendu, les spécialistes français ne se reconnaîtront pas dans une telle généralisation. Néanmoins, celle-ci souligne l’importance de travailler de manière transnationale, afin de mieux prendre conscience des biais liés aux historiographies nationales39. Par ailleurs, la manière d’articuler des pans de l’histoire habituellement étudiés séparément, ce qui caractérise l’anthropologie historique telle que travaillée par Jean-Pierre Vernant40 a plutôt porté de beaux fruits : De là proviennent les études les plus originales et les plus stimulantes qui ont à la fois nourri les études classiques – en les provoquant41 – et permis aux spécialistes de décloisonner leur discipline et d’assurer, ainsi, une meilleure diffusion de leurs résultats.

Des politiques éditoriales ciblées et porteuses pour le champ d’études

  • 42 Laura K. McClure (dir.), Sexuality and Gender in the Classical World: Readings and Sources, Oxford- (...)
  • 43 Antony Augoustakis, Motherhood and the other: fashionning female power in Flavian Epic, Oxford-New (...)
  • 44 Les biographies des femmes illustres complètent et corrigent la vision trop androcentrée de l’histo (...)
  • 45 Mette Moltesen, Nielsen, Anne Marie, Ny Carlsberg glyptotek, Agrippina Minor: life and afterlife= l (...)

27Il faut noter que certains des ouvrages mentionnés dans ce bilan s’inscrivent dans des collections éditoriales bien identifiées dans les parcours universitaires anglophones et, désormais, internationaux. C’est le cas des Oxford handbooks, des sourcebooks (chez Continuum, Routledge, Oxford University Press), des Companions, ainsi les Blackwell Companions to the Ancient World de Wiley-Blackwell) ou des collections Women in Antiquity (OUP), Women of the ancient world (Routledge), Key themes in ancient history de Cambridge University Press42. Les politiques éditoriales jouent, à la vérité, un rôle fondamental dans la structuration du paysage. Certains éditeurs ont développé des collections spécifiques destinées à élargir le public cible : Women in Roman Art and Society de l’University of Texas Press, Studies on Classical literature and Gender Theory d’Oxford university press pour les ouvrages portant sur les représentations43, Women in antiquity, dans la même maison d’édition, pour des ouvrages portant sur des femmes de pouvoir, souvent des reines et des impératrices44, tandis que d’autres – éditions de collections muséales notamment – conjuguent la thématique des femmes et l’attrait des images45.

  • 46 Deux ouvrages parus en 2018 et 2019 sur Palmyre (Signe Krag, Funerary Representations of Palmyrene (...)
  • 47 Fabio de Souza Lessa, Mulheres de Atenas : Melissa - do gineceu a agora, Rio de Janeiro, Mauad, [20 (...)

28Sur les années 2000-2020, la proportion de chacun des grands thèmes identifiés reste à peu près constante d’une année sur l’autre. Les variations visibles (ainsi la part importante des ouvrages sur la réception de l’Antiquité) pourraient sans doute être plus finement analysées en recourant à des facteurs externes, tels que des phénomènes culturels et économiques dépassant le cadre des études académiques (ainsi les politiques éditoriales en lien avec des événements marquant l’opinion46). Les archives (2000-2020) de la BMCR montrent surtout la consolidation du champ, sans doute soutenu par des maisons d’édition qui y ont vu un bénéfice, et grâce à une réelle demande universitaire en termes d’enseignement. Il ne faudrait cependant pas généraliser ces conclusions. Des ouvrages parus en portugais, en espagnol, en italien, et non recensés dans la BMCR, témoignent eux aussi de l’engouement pour ce champ d’études aussi bien de la part des enseignants que des étudiants des universités : en tenir compte permet de rééquilibrer la production, également dynamique en dehors de la sphère anglophone, ce que les archives de la BMCR rendent peu visible47. Après avoir signalé les biais liés à l’établissement du corpus, il faut donc en venir à ceux produits par le fonctionnement du portail.

Les biais de la BMCR et la nécessité de voir plus large

29La BMCR est un outil précieux pour entrer dans la bibliothèque de la recherche en histoire de l’Antiquité. Pourtant, il doit être manipulé avec d’autant plus de précaution que son usage est facile. En effet, il participe à la structuration d’un champ académique qu’il faut sans cesse travailler à rééquilibrer pour tenir compte de la diversité et de la richesse de la production réelle. L’enjeu scientifique passe, comme pour la prise en compte des femmes dans l’histoire, par une attention aux langues et aux mots.

Les biais externes : autocensure et points-aveugles

30Les comptes rendus de la BMCR doivent être replacés dans les conditions parfois aléatoires de leur publication : la négligence, voire parfois l’autocensure, de certains chercheurs qui craignent que leur ouvrage soit mal reçu ; l’éventuelle indisponibilité des recenseurs potentiels au moment de l’envoi des propositions de compte rendu ; le degré relatif de familiarité des chercheurs avec la langue de l’ouvrage envoyé pour recension sont des éléments qu’il faut prendre en compte pour comprendre ce qui se joue, notamment sur le plan linguistique, avec la diffusion des comptes rendus de la BMCR.

  • 48 Eftychia Stavrianopoulou, Gruppenbild mit Dame : Untersuchungen zur rechtlichen und sozialen Stellu (...)
  • 49 Linda-Marie Günther, Bürgerinnen und ihre Familien im hellenistischen MiletUntersuchungen zur Rolle (...)

31Pour qu’un livre soit recensé dans la BMCR, il est en effet nécessaire que son éditeur (ou son auteur) envoie l’ouvrage au siège de la BMCR en Pennsylvanie (États-Unis), que l’ouvrage soit ensuite proposé à la recension et qu’un spécialiste du domaine se déclare volontaire pour faire le compte rendu. Or, il arrive fréquemment qu’un ouvrage envoyé, reçu, et que la BMCR a inscrit dans la liste des ouvrages à recenser qu’elle envoie régulièrement à ses abonnés, ne trouve pas de candidat au compte rendu. Ainsi, le livre majeur de Marie-Thérèse Raepsaet-Charlier, Clarissima femina : Études d'histoire sociale des femmes de l'élite à Rome : Scripta varia, Turnhout, Brepols, 2016, n’a pas eu de compte rendu, bien qu’il ait été envoyé, et il n’apparait donc pas dans le corpus que j’examine, celui des compte rendus publiés entre 2000 et 2020. Il en est de même de l’ouvrage, tout aussi important, de Linda-Marie Günther, Bürgerinnen und ihre Familien im hellenistischen Milet. Untersuchungen zur Rolle von Frauen und Mädchen in der Polis-Öffentlichkeit, Wiesbaden, 2014 ou celui d’Eftychia Stavrianopoulou, Gruppenbild mit Dame : Untersuchungen zur rechtlichen und sozialen Stellung der Frau auf den Kykladen im Hellenismus und in der römischen Kaiserzeit, Stuttgart, 200648. En exploitant les données produites dans les Cyclades, ce livre développe une approche juridique et sociale des cités grecques de la région en se focalisant sur la place faite aux femmes. L’intérêt est de documenter des cités très peu présentes dans les textes issus de la transmission manuscrite. Une telle approche permet de rééquilibrer, du point de vue géographique, politique et documentaire l’historiographie produite sur l’Antiquité. Linda-Marie Günther, quant à elle, s’intéresse aux citoyennes et leurs familles dans la cité de Milet d’époque hellénistique49. La documentation qu’elle mobilise fait apparaître 397 mentions de femmes dont 219 à l’occasion d’octrois de citoyenneté. D’autres ouvrages, ainsi le collectif Problèmes du genre en Grèce ancienne, édité à Paris en 2007 par Nathalie Ernoult et Violaine Sebillotte, ou celui de Pauline Schmitt Pantel, Aithra et Pandora. Femmes, Genre et Cité dans la Grèce antique, Paris, 2009, ou encore le manuel de Brooke Holmes, Gender and its legacy, London-New York, 2012, n’ont tout simplement jamais été envoyés. Autrement dit, les publications de la BMCR ne donnent pas un tableau de l’ensemble des publications du domaine et les statistiques que l’on peut tirer de ce corpus ne peuvent être généralisées à l’ensemble du domaine historiographique.

32Nul ne doit attendre du site de la BMCR qu’il offre une vue générale et objective des résultats de la recherche – via les publications d’ouvrages –. En revanche, étant donné sa facilité d’utilisation et d’accès aux publications recensées, il est indéniable qu’il participe à la construction d’un champ de savoir, auprès des étudiants, des enseignants chercheurs et des chercheurs. Les bibliothécaires eux-mêmes utilisent le site comme un outil de référence pour leur politique d’achat – heureusement complétée par les catalogues des éditeurs spécialisés et les avis des usagers. Le site de la BMCR renseigne ainsi sur ce que la communauté dominante – anglophone – lit et retient, pas nécessairement sur ce qui est effectivement le plus intéressant ou le plus novateur. D’une certaine manière, le site contribue à normaliser les thématiques et à homogénéiser la culture savante des spécialistes de l’Antiquité.

Une diffusion subtile de la pensée féministe

  • 50 Jean-Manuel Roubineau, Cité et fiscalité. Étude sur les exemptions dans le monde des cités grecques (...)

33Cela dit, si l’on s’intéresse à des ouvrages dont le titre ou le profil des auteurs/autrices ne fournit aucun indice qui les lierait au champ d’étude qui nous intéresse, quelques remarques peuvent être ajoutées. Un récent manuel, celui de Jean-Manuel Roubineau qui a d’abord fait une thèse sur la fiscalité dans les cités grecques50, présente les sociétés civiques du monde grec antique en intégrant, comme rarement, les femmes et en se fondant explicitement sur les acquis des études de genre. Inspiré par les approches sociologiques, notamment par l’intersectionalité, Jean-Manuel Roubineau intègre, sans esquive, la question du genre dans son raisonnement :

  • 51 Jean-Manuel Roubineau, Les cités grecques (VIe-IIe siècle av J.-C.) : Essai d'histoire sociale, Par (...)

« En fonction de son genre, de son statut, et de sa fortune, chaque habitant des cités s’inscrit dans des groupes de sociabilité de taille, de nature, et de vocations différentes et participe à des moments de sociabilité, depuis l’infiniment petit des fêtes domestiques jusqu’à l’infiniment grand des célébrations panhelléniques »51.

  • 52 Jean-Manuel Roubineau, Les cités grecques, op.cit., p. 22.
  • 53 Ibidem, p. 55.
  • 54 Robert Mayhew, The female in Aristotle's Biology, op. cit. (note 24).

34Cette attention lui permet de noter la fameuse loi de Cos qui invite les membres de la communauté à participer à une souscription publique en énumérant chacune des catégories visées : « Que les volontaires parmi les citoyens (politai), les citoyennes (politides), les bâtards (nothoi), les résidents étrangers (xenoi) promettent de souscrire », indique la loi de de 205-201 avant J.-C. citée et traduite par Jean-Manuel Roubineau52. Néanmoins, il reste difficile pour un non spécialiste du domaine d’échapper aux stéréotypes de l’historiographie moderne qui, elle-même, généralise souvent des stéréotypes antiques. Peut-on ainsi continuer à affirmer que « les femmes ont en commun, quels que soit leur condition et leur statut, d’être pensées comme des êtres inférieurs », alors que l’on sait que la domination des femmes propriétaires d’esclaves sur leurs esclaves, hommes et femmes, était institutionnellement reconnue et qu’elle en faisait des « supérieures » à bien des hommes libres53 ? Et, qui nous dit que les affirmations d’Aristote – connu pour ses remarques sur l’infériorité des femmes54 – ou de tel personnage de tragédie – proclamant sa haine des femmes – étaient représentatives de ce que les gens de leur époque « pensaient » ? Le biais produit par la position dominante de telle ou telle source dans l’historiographie antique et moderne est rarement intégré dans l’analyse et l’interprétation.

  • 55 Sally C. Humphreys, Kinship in Ancient Athens. An Anthropological Analysis, 2 vol. , Oxford-New Yor (...)
  • 56 Sur la méthode prosopographique et la recherche sur les femmes, voir Sandra Boehringer, Adeline Gra (...)

35L’exemple ci-dessus est la preuve que la diffusion de la pensée féministe – dans une version souvent simplifiée – est incontestable. Cette diffusion a également contribué à ce que la somme érudite publiée par Sally C. Humphreys, une pionnière dans la diffusion de la méthode anthropologique dans les études classiques, intègre avec succès la dimension du genre55. Le livre de Humphreys, Kinship in Ancient Athens, donne à voir les réseaux constitués par les relations de parenté dans l’Athènes des périodes archaïque et classique. Il permet de comprendre la manière dont ces réseaux de parenté structurent les rapports sociaux et pèsent sur les actions de chacun. La parenté apparaît alors comme un élément de structuration sociale fondamental, encore plus déterminant et plus efficace que la richesse, le genre ou la classe d’âge. Surtout, l’ouvrage démontre que les liens familiaux interviennent dans la plupart des fonctions à caractère politique : les archontes choisissent leurs assistants (paredroi) dans leur parenté, les donations à la cité regroupent le plus souvent des groupes de parents, l’ostracisme affecte également des groupes de parents. Ainsi, ce qui a longtemps été un argument utilisé pour dévaluer l’action des femmes (elles agiraient en tant que filles de ou épouses de) se trouve ici convoqué pour expliquer l’action des hommes, les citoyens. Eux aussi agissaient en tant que fils, frères, oncles, neveux. En l’occurrence, le livre ne discute pas les catégories – les libres, les femmes, les esclaves – mais enquête sur des individus : filles et fils, mères et pères, époux et épouses, frères et sœurs, oncles et tantes, cousins, cousines. La structuration patriarcale n’est pas omise mais nuancée par les situations particulières : la parenté détermine ainsi des possibilités d’action, une agency – déclinée de manière inégale selon l’âge et le sexe – et davantage que ne le ferait l’âge ou le sexe seuls. Si les études prosopographiques ont longtemps été focalisées, en histoire ancienne, sur les seules élites masculines (impériales ou sénatoriales pour Rome, civiques pour les cités grecques), en intégrant les femmes56, Humphreys enrichit l’histoire sociale et apporte des réponses à des questions historiques qui ont pâti d’avoir été traitées en considérant les femmes à part et en les traitant selon une catégorie unique.

La prévalence du masculin générique : un écran opaque devant les femmes du passé

36Si les travaux sur les femmes et le genre trouvent parfois une belle place dans des ouvrages non focalisés sur ces questions, nous retiendrons que ceux dont les titres indiquent clairement leur orientation dans ce champ d’études restent très marginaux, au moins dans la production de la BMCR (2000-2020) : à peine plus de 3 %. Autrement dit, l’approche générale en histoire ancienne reste toujours la même, focalisée sur les personnes ayant eu des fonctions administratives et politiques dans les cités et sur des notions abstraites et étudiées au neutre masculin (l’économie, l’esclavage, la monnaie, la politique).

  • 57 Helen McClees, A Study of Women in Attic Inscriptions, New York, Columbia University Press, 1920.
  • 58 Les thèmes dévolus à l’Antiquité, en classe de seconde, et pour 10 à 12h à partager avec l’histoire (...)

37Entreprise pionnière, le recueil issu de la thèse d’Helen McClees57 proposait, il y a désormais un siècle, une recension des femmes nommées dans les inscriptions attiques : elle concluait sur leur présence active dans certains espaces publics (monuments religieux et funéraires), sur l’absence de déshonneur ou de mépris qui entourait leurs actions. Un siècle après et malgré le développement de l’histoire des femmes et du genre, la plupart des historiens de l’Antiquité continue pourtant à ignorer les femmes des sociétés civiques. C’est encore l’image d’une Antiquité très masculine qui domine, notamment en France, comme il est facile de le constater à la lecture des nouveaux programmes de l’enseignement secondaire qui concentrent l’attention sur l’histoire politique et institutionnelle, avec ses grands hommes58.

  • 59 Des arguments archéologiques d’autant plus forts qu’ils concernent l’agora d’Athènes à l’époque cla (...)

38En réalité, l’histoire ancienne n’échappe pas à la question linguistique qui concerne toutes nos études. Il est surprenant, pour nous, de voir encore traduit les termes génériques, le libre ou l’esclave, au masculin, comme si les femmes n’étaient pas incluses dans ces catégories. L’enjeu linguistique est fondamental du point de vue historiographique : il s’agit, pour nous, de revisiter l’histoire sociale en pensant systématiquement à la présence des femmes – qui ne peut se faire sans mots – puisque l’on sait maintenant qu’elles n’étaient pas recluses dans leurs maisons59.

  • 60 Christophe Feyel, Les artisans dans les sanctuaires grecs aux époques classique et hellénistique à (...)
  • 61 Pierre Roussel, Les cultes égyptiens à Délos, Annales de l’Est, Nancy, 1915-1916 ; Philippe Bruneau (...)

39Un décret de Délos daté de 202 avant J.-C., mentionne les peines encourues par ceux qui jetteraient leurs ordures dans le sanctuaire d’Apollon : τὸν μέν δοῦλον μαστιγοῦν ἐν τῶι κυφῶν[ι], πλ[ηγα]ῖς πεντήκοντα, τὸν δὲ ἐλεύθε[ρ]ον ζημιοῦν δραχμαῖς [δ]έκα. Ce décret est traduit, en 2006, de cette manière : « … si c’est un esclave, cinquante coups de fouet au carcan et, si c’est un homme libre, une amende de dix drachmes », c’est-dire en remplaçant les termes génériques doulon et eleutheron par des génériques français, le libre et l’esclave explicitement pensés au masculin (« si c’est un homme libre », selon une traduction française de référence60). Seuls des hommes pouvaient-ils donc être libres ? Seuls des hommes entraient-ils donc dans la catégorie des esclaves ? Les femmes – libres ou esclaves – ne jetaient-elles donc jamais leurs ordures par terre ou doit-on conclure qu’elles n’étaient pas présentes dans le sanctuaire ? Je ne voudrais pas laisser croire, avec ces questions purement rhétoriques, que tel était le cas. Toute la documentation réunie par l’archéologie délienne prouve le contraire : des femmes étaient libres, d’autres esclaves, toutes fréquentaient le sanctuaire et participaient aux rituels : elles déposaient des offrandes et, parfois, recevaient des honneurs61. Les mêmes savant·e·s qui utilisent les catégories génériques masculines le savent bien. Pourtant ils et elles persévèrent. Or, les mots et leur genre constituent le premier outil pour restituer aux femmes antiques leur part dans l’histoire que nous écrivons, comme ils restent, encore maintenant, le premier lieu de leur invisibilité.

  • 62 Dominique Fougeyrollas-Schwebel, Christine Planté, Michèle Riot-Sarcey, Claude Zaidman (dir.), Le G (...)

40Les archives de la BMCR permettent de mesurer la place prise par les études sur les femmes et le genre dans les études classiques. Aux craintes autrefois exprimées que le recours à la notion de genre affaiblisse le mordant de la critique féministe et réduise la part dédiée aux femmes dans les objets de recherche – au profit d’études sur les masculinités, par exemple62 – la production des années 2000-2020, analysée à partir d’un échantillon particulier (anglophone à près de 70 %), montre que tel n’est pas le cas : les études sur les femmes et les constructions sociales du féminin se portent plutôt bien (35 % à 40 % du corpus étudié). La marginalité du champ d’études considéré dans son entier (3 % des ouvrages recensés dans la BMCR sur les années de l’enquête) doit s’apprécier en tenant compte de la relative diffusion de l’approche de genre dans des ouvrages non identifiés comme relevant de ce domaine de recherche. Autrement dit, le domaine a acquis une place et un certain nombre des résultats apportés ont été intégrés dans une historiographie généraliste ou relevant d’autres spécialités. Evidemment, il reste un long chemin à parcourir pour faire tomber ce qui reste de fausses évidences. Pour cela, la pluridisciplinarité qui caractérise notre domaine d’études est essentielle car, comme en 2000, ce sont les manières de lire et d’écrire qui résistent encore et contribuent à cloisonner, au sein de l’histoire générale (la politique, l’économie, la religion, la société), l’histoire des femmes et du genre.

Haut de page

Notes

1 En 2015, le Women’s Classical Committee a été fondé au Royaume-Uni afin d’informer et de soutenir ce champ d’études et celles et ceux qui le choisissent. Des jeunes chercheuses s’y mobilisent pour lutter contre les discriminations de genre dans l’université et les stéréotypes de genre dans les études classiques, signe qu’il reste fort à faire.

2 Voir par exemple Stephanie Lynn Budin, Jean MacIntosh Turfa (ed.), Women in Antiquity, Real Women across the Ancient World, Routledge, 2016 qui défend une vision large de l’Antiquité: « Mesopotamia, Egypt, the Hittites, Cyprus, the Levant and Carthage, the Aegean (Bronze Age and historical), Etruria and the Italian archipelago, Rome, cultures outside the Mediterranean (“At the edges”) » selon la liste établie par Judith Lynn Sebesta [BMCR].

3 Yatromanolakis, Dimitrios, Sappho in the making: the early reception, Washington, D.C., Center for Hellenic Studies, 2007 [BMCR]; Diane J. Rayor, André Lardinois, Sappho: A New Translation of the Complete Works, Cambridge- New York, Cambridge University Press, 2014 [BMCR]; Anton Bierl, André Lardinois, The newest Sappho: P. Sapph. Obbink and P. GC inv. 105, Frs. 1-4. Studies in archaic and classical Greek song, Leiden-Boston, Brill, 2016 [BMCR] ; Thea S. Thorsen, Stephen J. Harrison, Roman Receptions of Sappho, Oxford, Oxford University Press, 2019 [BMCR].

4 Ellen Greene (ed.), Women Poets in Ancient Greece and Rome, Norman, University of Oklahoma Press, 2005 [BMCR]; Sarah B. Pomeroy, Pythagorean Women: Their History and Writings, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2013 [BMCR]; Amy Richlin, Arguments with Silence: Writing the History of Roman Women, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2014 [BMCR].

5 I.M. Plant (ed.), Women Writers of Ancient Greece and Rome. An Anthology, Norman, University of Oklahoma Press, 2004 [BMCR].

6 L’article fondateur, pour l’histoire grecque, est celui de Susan G. Cole, « Could Greek Women Read and Write ? », Women’s Studies 8, 1981, p. 129-155.

7 Emily Ann Hemelrijk, Matrona docta: educated women in the Roman élite from Cornelia to Julia Domna, London-New York, Routledge, 1999 [BMCR].

8 Emily A. Hemelrijk, Hidden Lives, Public Personae: Women and Civic Life in the Roman West, Oxford-New York, Oxford University Press, 2015 [BMCR].

9 Claude Calame, Les choeurs de jeunes filles en Grèce archaïque I : Morphologie, fonction religieuse et sociale, Rome : Edizioni dell’ Ateneo & Bizarri, 1977 ; traduit en anglais en 1997 [BMCR], rééd. fr. sous le titre Les Chœurs de jeunes filles en Grèce ancienne. Morphologie, fonction religieuse et sociale (Les parthénées d’Alcman), Paris,Les Belles Lettres, 2019.

10 Matthew Dillon, Girls and Women in Classical Greek Religion, London, New York, 2002 [BMCR]; Susan Guettel Cole, Landscapes, Gender, and Ritual Space: the Ancient Greek Experience, Berkeley, University of California Press, 2004 [BMCR]; Barbara Goff, Citizen Bacchae. Women's Ritual Practice in Ancient Greece, Berkeley, University of California Press, 2004 [BMCR] ; Nikolaos Kaltsas, Alan Shapiro (dir.), Worshiping Women : Ritual and Reality in Classical Athens, New York, Alexander S. Onassis Public Benefit Foundation, 2008 [BMCR] ; Matthew Dillon, Esther Eidinow, Lisa Maurizio, Women's Ritual Competence in the Greco-Roman Mediterranean, London-New York : Routledge, 2016 [BMCR].

11  Joan Breton Connelly, Portrait of a Priestess : Women and Ritual in Ancient Greece, Princeton, Princeton University Press, 2007 [BMCR] ; Lydie Bodiou, Véronique Mehl (dir.), La religion des femmes en Grèce ancienne : mythes, cultes et société, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009 [BMCR] ; Angelos Chaniotis, Ritual Dynamics in the Ancient Mediterranean : Agency, Emotion, Gender, Representation, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2011 [BMCR] ; Florence Pasche Guignard, Giulia Pedrucci, Marianna Scapini, Maternità e politeismi. Motherhood(s) and polytheisms, Bologna, Pàtron, 2017 [BMCR] ; Emily Hemelrijk, Greg Woolf (dir.), Women and the Roman City in the Latin West, Leiden-Boston, Brill, 2013 [BMCR].

12 Ainsi, un rare ouvrage uniquement consacré aux affranchies : Matthew J. Perry, Gender, Manumission, and the Roman Freedwoman, New York-Cambridge, Cambridge University Press, 2014 [BMCR].

13 C’est un des objectifs principaux du travail collectif – Eurykleia - que nous menons au centre ANHIMA.

14 Romain Guicharrousse, Paulin Ismard, Matthieu Vallet et Anne-Emmanuelle Veïsse, « Introduction » in R. Guicharrousse et al., L’identification des personnes dans les mondes grecs, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2019 [Openedition].

15 Thomas A. J. McGinn, Widows and patriarchy: ancient and modern, London, Duckworth, 2008 [BMCR]; Morris Silver, Slave-Wives, Single Women and "Bastards" in the Ancient Greek World: Law and Economics Perspectives. Oxford, Oxbow Books, 2017 [BMCR].

16 Christiane Kunst, Römische Adoption: zur Strategie einer Familienorganisation, Hennef, Clauss, 2005 [BMCR]; Richard V. Cudjoe, The Social and Legal Position of Widows and Orphans in Classical Athens, Athènes, Panteion University of Social and Political Sciences, 2010 [BMCR]; Francesca Lamberti, La famiglia romana e i suoi volti: pagine scelte su diritto e persone in Roma antica, Torino, Giappichelli, 2014 [BMCR].

17 Florence Bertholet, Anne Bielman Sanchez, Regula Frei-Stolba (dir.), Egypte, Grèce, Rome : les différents visages des femmes antiques : travaux et colloques du séminaire d'épigraphie grecque et latine de l'IASA 2002-2006, Berne, Peter Lang, 2008 [BMCR] ; Alessandra Valentini, Matronae tra novitas e mos maiorum : spazi e modalità dell'azione pubblica femminile nella Roma medio repubblicana, Venezia, Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, 2012 [BMCR] ; Emily A. Hemelrijk, Hidden Lives, op. cit. (note 8) ; Anne Bielman Sánchez, Isabelle Cogitore, Anne Kolb (dir.), Femmes influentes dans le monde hellénistique et à Rome (IIIe siècle av. J.-C. - Ier siècle apr. J.-C.), Grenoble, ELLUG Université Grenoble Alpes, 2016 [BMCR]. On ajoutera, bien qu’ils n’aient pas été recensés et ne font donc pas partie du corpus (et de ses statistiques) : Marie-Thérèse Raepsaet-Charlier, Clarissima femina : Études d'histoire sociale des femmes de l'élite à Rome : Scripta varia, Turnhout, Brepols, 2016 ; Anthony Álvarez Melero, "Matronae equestres" : la parenté féminine des chevaliers romains originaires des provinces occidentales sous le Haut-Empire romain (I-IIIe siècles), Bruxelles, Belgisch Historisch Instituut te Rome, 2018.

18 Voir Florence Bertholet, Anne Bielman Sanchez, Regula Frei-Stolba (dir.), Egypte, Grèce, op. cit. supra n.17 [BMCR] ; Anne Bielman Sánchez, Isabelle Cogitore, Anne Kolb (dir.), Femmes influentes, op. cit. supra n.17 [BMCR].

19 Sophie Lalanne (dir.), Femmes grecques de l'Orient romain, DHA supplément, 18, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2019 [BMCR, Clio FGH, REA].

20 Par exemple, dans une politique de science ouverte : Perseus, Epigraphy.info, Lexicon of Greek Personal Names.

21 Christiane Kunst, Ulrike Riemer (dir.), Grenzen der Macht : Zur Rolle der römischen Kaiserfrauen, Stuttgart, Franz Steiner, 2000 [BMCR] ; Annetta Alexandridis, Die Frauen des römischen Kaiserhauses. Eine Untersuchung ihrer bildlichen Darstellung von Livia bis Iulia Domna, Mainz, Philipp von Zabern, 2004 [BMCR] ; Anne Kolb (dir.), Augustae : Machtbewusste Frauen am römischen Kaiserhof ? Herrschaftsstrukturen und Herrschaftspraxis II. Akten der Tagung in Zürich 18.-20.9.2008, Berlin, Akademie Verlag, 2010 [BMCR] ; Julie Langford, Maternal Megalomania : Julia Domna and the Imperial Politics of Motherhood, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2013 [BMCR] ; Altay Coşkun, Alex McAuley (dir.), Seleukid Royal Women : Creation, Representation and Distortion of Hellenistic Queenship in the Seleukid Empire, Stuttgart : Franz Steiner Verlag, 2016 [BMCR] ; Diane W. Roller, Cleopatra’s Daughter and Other Royal Women of the Augustan Era, New York-Oxford, Oxford University Press, 2018 [BMCR].

22 À ce sujet, les volumes du Corpus des Inscriptions de Delphes V, édités par Dominique Mulliez et qui comprennent les actes d’affranchissements inscrits sur pierre et exposés dans le sanctuaire, fourniront une importante masse documentaire, aussi bien sur les esclaves que sur leurs maîtres, hommes et femmes : Dominique Mulliez. Corpus des inscriptions de Delphes (CID) V. Actes d’affranchissements de Delphes, vol. 1 (textes des prêtrises I à IX, années 200-120 av. n.è.), vol. 2 (affranchissements des prêtrises X à XXXV, ca 120 av. n.è. à la fin du Ier s. de n.è.), Athènes-Paris, de Boccard, vol. 1, 2019, vol. 2 à paraître. Sur les apports de l’archéologie, voir le livret publié par Susan I. Rotroff et Robert D. Lamberton, Women in the Athenian Agora, American School of Classical Studies at Athens [2006] 2013 [BMCR].

23 Sheila Dillon, The Female Portrait Statue in the Greek World, Cambridge, Cambridge University Press, 2010 [BMCR]; Emily Hemelrijk, Greg Woolf (dir.), Women and the Roman City, op. cit. (note 10).

24 Angeline Chiu, Ovid’s Women of the Year. Narratives of Roman Identity in the ‘Fasti’, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2016 [BMCR] ; Susan Treggiari, Terentia, Tullia and Publilia. The Women of Cicero's Family, London-New York, Routledge, 2007 [BMCR].

25 Martina Hirschberger, Gynaikôn Katalogos und Megalai Ehoiai. Ein Kommentar zu den Fragmenten zweier hesiodeischer Epen, München-Leipzig, K.G. Saur, 2004 [BMCR] ; Richard Hunter, The Hesiodic Catalogue of Women : Constructions and Reconstructions, Cambridge, Cambridge University Press, 2005 [BMCR] ; Glenn W. Most (ed.), Hesiod : The Shield, Catalogue of Women, Other Fragments, Cambridge, Harvard University Press, 2007 [BMCR] ; Ioannis Ziogas, Ovid and Hesiod : The Metamorphosis of the Catalogue of Women, Cambridge-New York, Cambridge University Press, 2013 [BMCR] ; Kirk Ormand, The Hesiodic 'Catalogue of Women' and Archaic Greece, Cambridge-New York, Cambridge University Press, 2014 [BMCR].

26 Robert Mayhew, The Female in Aristotle's Biology. Reason or Rationalization, Chicago, University of Chicago Press, 2004 [BMCR] ; Sophia M. Connell, Aristotle on Female Animals : A Study of the Generation of Animals, Cambridge, Cambridge University Press, 2016 [BMCR].

27 Sandra Boehringer, Daniele Lorenzini (dir.), (dir.), Foucault, la sexualité, l'Antiquité. Paris, Éditions Kimé, 2016 [BMCR].

28 Konstantinos P. Nikoloutsos (dir.), Ancient Greek Women in Film, Oxford-New York, Oxford University Press, 2013 [BMCR]; Tanya Pollard, Greek Tragic Women on Shakespearean Stages, Oxford-New York, Oxford University Press, 2017 [BMCR].

29 Annabel Robinson, The Life and Work of Jane Ellen Harrison, Oxford, Oxford University Press, 2002 [BMCR]; Barbara McManus, The Drunken Duchess of Vassar: Grace Harriet Macurdy, Pioneering Feminist Classicist Scholar. Columbus, The Ohio State University Press, 2017[BMCR] ; Laura Nicotra, Archeologia al femminile. Il cammino delle donne nella disciplina archeologica attraverso le figure di otto archeologhe classiche vissute dalla metà dell'Ottocento ad oggi, Roma, "L'Erma" di Bretschneider, 2004 [BMCR] ; Carmen Arnold-Biucchi, Martin Beckmann (dir.), Sculpture and Coins : Margarete Bieber as Scholar and Collector, Cambridge, Harvard University Press, 2018 [BMCR] ; Adelheid Müller, Sehnsucht nach Wissen. Friederike Brun, Elisa von der Recke und die Altertumskunde um 1800, Berlin, Dietrich Reimer Verlag, 2012 [BMCR].

30 Sandra Boehringer, L'homosexualité féminine dans l'Antiquité grecque et romaine, Paris, Les Belles Lettres, 2007 [BMCR] ; Mark Masterson, Nancy Sorkin Rabinowitz, James Robson (dir.), Sex in Antiquity : Exploring Gender and Sexuality in the Ancient World. Rewriting antiquity, London, Routledge, 2015 [BMCR] ; Ruby Blondell, Kirk Ormand (dir.), Ancient Sex : New Essays. Classical memories/modern identities, Columbus, The Ohio State University Press, 2015 [BMCR] ; Sandra Boehringer, Daniele Lorenzini (dir.), Foucault, la sexualité, op.cit (note 25).

31 Christopher A. Faraone, Laura McClure, Prostitutes and courtesans in the ancient world, Madison, University of Wisconsin Press, 2006 [BMCR]; Thomas A. J. McGinn, The economy of prostitution in the Roman world: a study of social history & the brothel, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2004 [BMCR]; Stephanie Budin, The Myth of Sacred Prostitution in Antiquity, Cambridge-New York, Cambridge University Press, 2008 [BMCR].

32 Sandra Boehringer, L'homosexualité féminine, op. cit. (note 28) ; Mark Masterson, Nancy Sorkin Rabinowitz, James Robson (ed.), Sex in Antiquity, op.cit. (note 28). Voir aussi Nancy Sorkin Rabinowitz, Lisa Auanger, Among women : from the homosocial to the homoerotic in the ancient world, Austin, University of Texas Press, 2002 [BMCR].

33 Tanja S. Scheer, Tempelprostitution im Altertum: Fakten und Fiktionen, Oikumene Studien zur antiken Weltgeschichte, Bd. 6. Berlin : Verlag Antike, 2009 [BMCR].

34 Pauline Schmitt Pantel, Hommes illustres : moeurs et politique à Athènes au Ve siècle, Paris, Éditions Aubier, 2009 [BMCR] ; Michelle Perrot, « Pauline Schmitt Pantel, une pionnière de l’histoire des femmes », in Vincent Azoulay, Florence Gherchanoc, Sophie Lalanne (dir.), Le banquet de Pauline Schmitt Pantel : Genre, mœurs et politique dans l’Antiquité grecque et romaine, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2012, p. 25-31.

35 Erik Gunderson, Staging masculinity: the rhetoric of performance in the Roman world. Ann Arbor : University of Michigan Press, 2000 [BMCR] ; Gloria Ferrari, Figures of Speech : Men and Maidens in Ancient Greece. Chicago : The University of Chicago Press, 2002 [BMCR] ; Ralph M. Rosen, Ineke Sluiter (eds), Andreia. Studies in manliness and courage in classical antiquity, Leyde, 2002 [BMCR] ; Zahra Newby, Greek athletics in the Roman world : victory and virtue. Oxford : Oxford University Press, 2005 [BMCR] ; Sophie Lalanne, Une éducation grecque. Rites de passage et construction des genres dans le roman grec ancient, Paris, La Découverte, 2006 [BMCR].

36 Mathew Kuefler, The manly eunuch: masculinity, gender ambiguity, and Christian ideology in late antiquity. Chicago, University of Chicago Press, 2001 [BMCR] ; Shaun Tougher, Eunuchs in antiquity and beyond, London, Classical Press of Wales and Duckworth, 2002 [BMCR] ; Kathryn M. Ringrose, The perfect servant : eunuchs and the social construction of gender in Byzantium, Chicago, University of Chicago Press, 2003 [BMCR] ; Ilona Zsolnay (dir.), Being a Man : Negotiating Ancient Constructs of Masculinity. Studies in the history of the Ancient Near East, London-New York, Routledge, 2017 [BMCR] ; Thorsten Fögen, Mireille M. Lee, Bodies and Boundaries in Graeco-Roman Antiquity. Berlin-New York, Walter de Gruyter, 2009 [BMCR].

37 Lydie Bodiou, Véronique Mehl, La religion des femmes, op. cit. (note 10).

38 Marietta Horster, BMCR 2010.07.15

39 De ce point de vue, voir les remarques de Lena Inowlocki dans « L’internationalité de la recherche biographique » in Parler de soi. Méthodes biographiques en sciences sociales, Paris, Editions EHESS, 2020, p. 57-65.

40 Stella Georgoudi, « Hommage à Jean-Pierre Vernant », Kernos, 20, 2007.

41 Voir l’essai comparatiste, en anglais et en français, de John Ma, « Black Hunter Variations », The Cambridge Journal of Classical Studies 40, 1994, p. 49-80, qui pointe, par ailleurs, le manque de communication et de compréhension entre les deux méthodes que sont l’anthropologie historique à la française et le commentaire philologique et historique à l’anglo-saxonne.

42 Laura K. McClure (dir.), Sexuality and Gender in the Classical World: Readings and Sources, Oxford-Malden, Blackwell Publishers, 2002 [BMCR]; Sian Lewis, The Athenian Woman: An Iconographic Handbook, London, Routledge, 2002 [BMCR]; Judith Evans Grubbs, Women and Law in the Roman Empire. A Sourcebook on Marriage, Divorce and Widowhood, London-New York, Routledge, 2002 [BMCR] ; Ross Shepard Kraemer (dir.), Women's Religions in the Greco-Roman World : A Sourcebook, New York, Oxford University Press, 2004 [BMCR] ; Bonnie Maclachlan, Women in Ancient Greece : A Sourcebook, London-New York, Continuum, 2012 [BMCR] ; Sharon L. James, Sheila Dillon (dir.), A Companion to Women in the Ancient World, Blackwell Companions to the ancient world, Malden- Oxford, Wiley-Blackwell, 2012 [BMCR] ; Lin Foxhall, Studying Gender in Classical Antiquity, Key themes in ancient history, Cambridge-New York, Cambridge University Press, 2013 [BMCR] ; Thomas K. Hubbard, A Companion to Greek and Roman Sexualities, Blackwell companions to the ancient world, Malden- Oxford, Wiley-Blackwell, 2014 [BMCR].

43 Antony Augoustakis, Motherhood and the other: fashionning female power in Flavian Epic, Oxford-New York, Oxford University Press, 2010 [BMCR]; Mairead McAuley, Reproducing Rome: motherhood in Virgil, Ovid, Seveca and Statius, Oxford-New York, Oxford University Press 2016 [BMCR].

44 Les biographies des femmes illustres complètent et corrigent la vision trop androcentrée de l’histoire ancienne: Sarah B. Pomeroy, The murder of Regilla: a case of domestic violence in antiquity, Cambridge, MA: Harvard University Press, 2007 [BMCR]; Marilyn B. Skinner, Clodia Metelli: The Tribune's Sister, Women in Antiquity, Oxford-New York, Oxford University Press, 2011 [BMCR]; Hagith Sivan, Galla Placidia: the Last Roman Empress, Women in antiquity, Oxford-New York, Oxford University Press, 2011 [BMCR]; Elizabeth Donnelly Carney, Arsinoë of Egypt and Macedon: A Royal Life, Women in antiquity, Oxford-New York, Oxford University Press, 2013 [BMCR]; Julie Langford, Maternal Megalomania: Julia Domna and the Imperial Politics of Motherhood, Baltimore: Johns Hopkins University Press, 2013; Dee L. Clayman, Berenice II and the Golden Age of Ptolemaic Egypt, Women in antiquity, Oxford-New York, Oxford University Press, 2014 [BMCR]; Barbara M. Levick, Faustina I and II: Imperial Women of the Golden Age, Women in antiquity, Oxford, Oxford University Press, 2014 [BMCR]; Edward J. Watts, Hypatia: The Life and Legend of an Ancient Philosopher, Women in antiquity, New York, Oxford University Press, 2017 [BMCR]; T. Corey Brennan, Sabina Augusta: An Imperial Journey, Women in antiquity, Oxford-New York, Oxford University Press, 2018 [BMCR]; Nathanael J. Andrade, Zenobia: Shooting Star of Palmyra, Women in Antiquity, Oxford-New York, Oxford University Press, 2018 [BMCR]; Caitlin C. Gillespie, Boudica: Warrior Woman of Roman Britain, Women in antiquity, Oxford; New York: Oxford University Press, 2018; Susan Treggiari, Servilia and Her Family, Oxford: Oxford University Press, 2019.

45 Mette Moltesen, Nielsen, Anne Marie, Ny Carlsberg glyptotek, Agrippina Minor: life and afterlife= liv og eftermæle, Copenhagen, Ny Carlsberg glyptotek, 2007 [BMCR]; Jenifer Neils, Women in the Ancient World, Los Angeles, J. Paul Getty Museum, 2011 [BMCR]; Glenys Davies, Gender and Body Language in Roman Art, Cambridge-New York, Cambridge University Press, 2018 [BMCR]; Signe Krag, Funerary Representations of Palmyrene Women: From the First Century BC to the Third Century AD, Turnhout, Brepols, 2018 [BMCR].

46 Deux ouvrages parus en 2018 et 2019 sur Palmyre (Signe Krag, Funerary Representations of Palmyrene Women, op. cit. (note 40) et Signe Krag, Rubina Raja, Women, children and the family in Palmyra, Copenhagen : The Royal Danish Academy of Sciences and Letters, 2019 [BMCR]) pourraient ainsi être interprétés comme ayant bénéficié – de point de vue des éditeurs, de l’émoi produit par la mise en danger du site (fouilles illégales, pillage, destructions) depuis les conflits armés débutés en mars 2011, et de l’intérêt de la communauté scientifique à le documenter pour les générations futures.

47 Fabio de Souza Lessa, Mulheres de Atenas : Melissa - do gineceu a agora, Rio de Janeiro, Mauad, [2001] 2010 ; Elsa Rodriguez Cidre, Emiliano Jeronimo Buis (dir.) La polis sexuada. Normas, disturbios y transgresiones del genero en la Grecia Antigua, Buenos Aires, Universidad de Buenos Aires, 2011 [Universidad de Extremadura] ; Pilar Pavón (dir.), Marginación y mujer en el imperio romano, Roma, Edizioni Quasar, 2018 [Clio FGH] ; Maria Paola Castiglioni, La donna greca, Bologna, Il Mulino, 2019.

48 Eftychia Stavrianopoulou, Gruppenbild mit Dame : Untersuchungen zur rechtlichen und sozialen Stellung der Frau auf den Kykladen im Hellenismus und in der römischen Kaiserzeit, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2006.

49 Linda-Marie Günther, Bürgerinnen und ihre Familien im hellenistischen MiletUntersuchungen zur Rolle von Frauen und Mädchen in der Polis-Öffentlichkeit, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2014.

50 Jean-Manuel Roubineau, Cité et fiscalité. Étude sur les exemptions dans le monde des cités grecques, de l’archaïsme à l’époque hellénistique, Doctorat d’Histoire ancienne (Université Michel de Montaigne - Bordeaux 3, 2001).

51 Jean-Manuel Roubineau, Les cités grecques (VIe-IIe siècle av J.-C.) : Essai d'histoire sociale, Paris, PUF, 2015 [BMCR], p. 17.

52 Jean-Manuel Roubineau, Les cités grecques, op.cit., p. 22.

53 Ibidem, p. 55.

54 Robert Mayhew, The female in Aristotle's Biology, op. cit. (note 24).

55 Sally C. Humphreys, Kinship in Ancient Athens. An Anthropological Analysis, 2 vol. , Oxford-New York, Oxford University Press, 2018 [BMCR et sehepunkte].

56 Sur la méthode prosopographique et la recherche sur les femmes, voir Sandra Boehringer, Adeline Grand-Clément, Sandra Péré-Noguès, Violaine Sebillotte Cuchet, « La base de données Eurykleia, un outil au service d’une histoire mixte de l’Antiquité », in Eaedem, Des femmes qui comptent. Genre et participation sociale en Grèce et à Rome, Mètis 18, 2020, p. 19-38.

57 Helen McClees, A Study of Women in Attic Inscriptions, New York, Columbia University Press, 1920.

58 Les thèmes dévolus à l’Antiquité, en classe de seconde, et pour 10 à 12h à partager avec l’histoire médiévale sont : « La Méditerranée antique, empreintes grecques et romaines : Ce chapitre vise à rappeler que l’Antiquité méditerranéenne est le creuset de l’Europe. On peut pour cela : distinguer des temps, des figures et des constructions politiques ayant servi de référence dans les périodes ultérieures ; montrer comment Athènes associe régime démocratique et établissement d’un empire maritime ; montrer comment Rome développe un empire territorial immense où s’opère un brassage des différents héritages culturels et religieux méditerranéens. » Les « points d’ouverture ou de passage » sont « Périclès et la démocratie athénienne », « Le principat d’Auguste et la naissance de l’empire romain », « Constantin, empereur d’un empire qui se christianise et se réorganise territorialement ». https://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html ?cid_bo =138129

59 Des arguments archéologiques d’autant plus forts qu’ils concernent l’agora d’Athènes à l’époque classique, sont donnés dans le livret de Susan Rotroff et Robert Lamberton, Women in the Athenian Agora, op. cit. (note 20). Voir également, pour un aperçu rapide, l’exposition Sortir du gynécée : un nouveau regard sur le gynécée, exposition virtuelle mise en ligne en 2018 (version anglaise en 2019, portugaise en 2020) sur le site de Musea. Musée virtuel sur l’histoire des femmes et du genre.

60 Christophe Feyel, Les artisans dans les sanctuaires grecs aux époques classique et hellénistique à travers la documentation financière en Grèce, Athènes-Paris, de Boccard, 2006, DEL 699 (et déjà Pierre Roussel, Les cultes égyptiens à Délos, Nancy, 1915-1916, n° 66).

61 Pierre Roussel, Les cultes égyptiens à Délos, Annales de l’Est, Nancy, 1915-1916 ; Philippe Bruneau. Recherches sur les cultes de Délos à l’époque hellénistique et à l’époque impériale, Paris, de Boccard, 1970 ; Marie-Thérèse Couilloud, Les monuments funéraires de Rhénée, Paris, de Boccard, 1974 ; Marie-Françoise Baslez, Recherches sur les conditions de pénétration et de diffusion des religions orientales à Délos, II-Ier s. avant J.-C. Paris, 1977 ; Claude Vial, Délos indépendante (314-167), BCH Suppl. 10, 1984 ; Jean Tréheux, Inscriptions de Délos. Index I, Les étrangers, à l’exclusion des Athéniens de la clérouquie et des Romains, Paris, 1994 ; Claude Vial, Inscriptions de Délos, Index II, Les Déliens, Paris, 2008 ; Clarisse Prêtre et al., Nouveaux choix d’inscriptions de Délos. Lois, comptes et inventaires, Athènes, 2012.

62 Dominique Fougeyrollas-Schwebel, Christine Planté, Michèle Riot-Sarcey, Claude Zaidman (dir.), Le Genre comme catégorie d’analyse. Sociologie, histoire, littérature, Publication des Actes du colloque des 24 et 25 mai 2002, Paris, Bibliothèque du féminisme, L’Harmattan, 2004.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Part des ouvrages femmes/genre/sexualité sur l'ensemble des CR de la BrynMawr Classical Review (janv. 2000-mai 2020
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/5554/img-1.png
Fichier image/png, 23k
Titre Tableau 2. Langues des titres recensés dans le corpus genre de la BMCR 2000-2019
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/5554/img-2.png
Fichier image/png, 23k
Titre Tableau 3. Parts comparées de la totalité des ouvrages d'une langue donnée dans la BMCR (série 1) et du pourcentage de ceux de cette même langue qui sont inclus dans le corpus genre (série 2)
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/5554/img-3.png
Fichier image/png, 28k
Titre Tableau 4. Répartition des grandes thématiques
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/5554/img-4.png
Fichier image/png, 64k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Violaine Sebillotte Cuchet et Camille Noûs, « Les études de genre dans le domaine de l’Antiquité. Les archives de la Bryn Mawr Classical Review (2000-2020)  », Genre & Histoire [En ligne], 26 | Automne 2020, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5554

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search