Navigation – Plan du site

AccueilNumeros26Combats, débats, transmission : l...HistoriographiesLes médiévistes et l’histoire des...

Combats, débats, transmission : les 20 ans de Mnémosyne
Historiographies

Les médiévistes et l’histoire des femmes et du genre : douze ans de recherche

Medievalists and the history of women and gender – twelve years of research
Didier Lett et Camille Noûs

Résumés

Ce long bilan historiographique se propose de dresser un état de la recherche sur l’histoire des femmes et du genre en histoire médiévale occidentale depuis 2008. Il souligne les principales évolutions historiographiques de la dernière décennie en tentant de faire un état des lieux de la production scientifique, essentiellement en français, anglais et italien. Tour à tour sont mentionnés, commentés, voire critiqués, les travaux sur la religion (vie dans les monastères, cultures des moniales, béguines et mystiques, sainteté, piété des femmes laïques), les masculinités, la famille (paternité, liens adelphiques, couples dans et hors du mariage), les sexualités (homosexualités, violences sexuelles, prostitution), la justice, les identités, les émotions, l’économie et le travail, le pouvoir au féminin (queenship) et les cultures féminines (literacy et aurality). La prolifération d’études de genre de ces douze dernières années en histoire médiévale prouve que le concept possède une forte valeur heuristique et une efficacité. Il faut s’en réjouir pour l’avenir de la médiévistique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Isabelle Ernot, Didier Lett et Rebecca Rogers (dir.), Dossier « Les médiévistes et l’histoire du ge (...)
  • 2 Judith. M. Bennett et Ruth Mazo Karras, « Women, Gender, and Medieval Historians », in Judith. M. B (...)

1Dans le premier numéro thématique d’une jeune revue pleine d’avenir, en 2008, nous dressions un bilan de l’histoire des femmes et du genre au Moyen Âge en Occident (Angleterre, Allemagne, France, Scandinavie, Espagne) et à Byzance1. La contribution qui va suivre voudrait très modestement prolonger cette entreprise en soulignant les principales évolutions historiographiques de la dernière décennie. Je suis conscient du fait qu’un travail de recensement individuel réalisé par un historien qui, hélas, ne lit correctement que trois langues vivantes, ne peut rivaliser avec un bilan collectif international auquel, il y a douze ans, avaient participé six spécialistes, d’autant plus que la dernière décennie a connu une accélération exponentielle de la production scientifique. Seuls les travaux portant sur l’Occident médiéval seront ici pris en compte. Les études littéraires, qui représentent à elle seules aujourd’hui, surtout dans le monde anglophone, un véritable continent historiographique, ont été intégrées de manière marginale, uniquement lorsqu’elles nous ont semblé avoir un lien étroit avec les problématiques des historien-nes. Pour prolonger et enrichir le bilan qui va suivre, la lectrice ou le lecteur pourra se référer à d’autres synthèses historiographiques sur l’histoire des femmes et du genre, générales ou centrées sur l’époque médiévale ou, pour les avancées outre-Atlantique et outre-Manche, à The Oxford Handbook of Women and Gender in Medieval Europe paru en 20132.

  • 3 15 mémoires (3,7 %) ont été classés dans « Autres » (transpériode, préhistoire, autres disciplines) (...)
  • 4 Voir Didier Lett, « Introduction » Dossier « Les régimes de genre dans les sociétés occidentales de (...)
  • 5 En témoigne Cordelia Beattie et Kirsten A. Fenton (dir.), Intersections of Gender, Religion and Eth (...)
  • 6 Michelle M. Sauer, Gender in Medieval Culture, Londres, Bloomsbury, 2015, qui malgré le titre très (...)

2Avant de rendre compte, en adoptant un plan thématique, des grandes tendances historiographiques du moment, je ferai quatre remarques préliminaires. D’abord, même si, au cours des dernières années, l’histoire médiévale a produit de très nombreuses études dans le domaine qui nous intéresse, elle reste nettement en retrait par rapport aux autres périodes et principalement vis-à-vis de l’époque contemporaine, comme en rend compte, par exemple, la répartition générale des 398 mémoires déposés par les mastérant-es ayant concouru pour le Prix Mnémosyne depuis sa création (2003) jusqu’en 2019 : 8,5 % (34 mémoires) en Histoire ancienne, 9,8 % (39) en Histoire médiévale, 17,6 % (70) en Histoire moderne et 60,3 % (240) en Histoire contemporaine3. Ce « retard » tient, entre autres, à la difficulté des médiévistes français à s’emparer d’un concept bien ancré dans la sociologie et l’histoire contemporaine, à la crainte de poser à ses sources des questions biaisées en plaquant des catégories non pertinentes sur des réalités médiévales différentes (privé/public ; égalité-parité/inégalité ; nature/culture ; homosexualité/hétérosexualité, etc.)4 et à un manque d’institutionnalisation de la recherche médiévale en histoire des femmes et du genre (pas de postes spécialisés dans les établissements d’enseignement supérieur). Ensuite, pour comprendre les principales spécificités de ces études récentes, il convient de les inscrire dans le paysage historiographique global des premières années du xxie siècle, car ce domaine n’échappe pas aux tendances lourdes de l’histoire. Bien plus qu’à la fin du siècle précédent, l’accent est mis sur les études de cas, les approches micro-historiques, la pluralité et la fluidité des identités sexués, la prise en compte minutieuse des contextes sociaux et d’énonciation, l’agency des acteurs et actrices, les stratégies d’adaptation et de contournement des formes de domination masculine voire l’intersectionnalité5. Par ailleurs, il faut être conscient de la diversité des paysages historiographiques nationaux, qui n’évoluent pas au même rythme. La recherche en langue anglaise, prolixe, domine largement la production des études sur le genre dans tous les domaines. Les historiographies nationales européennes conservent leurs propres spécificités : poids de l’histoire religieuse (sainteté, monachisme, mystique) en Italie, de l’histoire politique et économique (urbaine et rurale) en Grande-Bretagne, de l’histoire sociale en France, etc. Enfin, les douze dernières années ont vu la prolifération d’études de genre sur de très nombreux thèmes, preuve que le concept possède une forte valeur heuristique et une efficacité. Partant, quelques manuels et ouvrages de synthèse à la disposition d’un public plus large, ont vu le jour6.

Religion

  • 7 Dossier « Sex, Gender and the Sacred: Reconfiguring Religion in Gender History », Gender & History, (...)
  • 8 José Angel, García de Cortázar et Ramón Teja Casuso (dir.), Mujeres en silencio: el monacato femeni (...)

3Thème de prédilection des médiévistes, l’histoire religieuse fait bon ménage avec celle des femmes et du genre. La revue Gender & History y a consacré un numéro spécial en novembre 2013, qui comporte cinq articles sur le Moyen Âge7 et deux synthèses récentes (2017 et 2019) issues de colloques italien et espagnol, viennent d’être publiées8. Les perspectives de la dernière décennie changent. Ici comme ailleurs, on interroge comment les moniales ont pu, malgré le poids de la société patriarcale soutenue par la religion, affirmer leur agency.

Les monastères féminins

  • 9 Silvia Carraro, La Laguna delle donne. Il monachismo femminile a Venezia tra IX e XIV secolo, Pise, (...)
  • 10 Voir sur ce point Sylvie Duval, « De la réclusion volontaire. L’enfermement des religieuses entre M (...)
  • 11 Michelle M. Sauer, « Architecture of Desire: Mediating the Female Gaze in the Medieval English Anch (...)
  • 12 Fiona J. Griffiths et Julie Hotchin (dir.), Partners in Spirit: Women, Men, and Religious Life in G (...)
  • 13 Claire Taylor Jones, Ruling the Spirit: Women, Liturgy, and Dominican Reform in Late Medieval Germa (...)
  • 14 Erin L. Jordan, « Gender concerns : Monks, Nuns,
and Patronage of the Cistercian Order in Thirteent (...)
  • 15 Jennifer C. Edwards, « ‘Man Can be Subject to Woman’: Female Monastic Authority in Fifteenth-Centur (...)
  • 16 Steven Vanderputten, Dark Age Nunneries. The Ambiguous Identity of Female Monasticism, 800-1050, It (...)

4Le monastère demeure un lieu de prédilection pour étudier une catégorie spécifique de femmes : les moniales. En Italie, les travaux sur le monachisme intègrent de plus en plus la dimension genre dans des études monographiques sur une ville, une région ou un ordre féminin particulier9. On s’interroge sur les raisons de l’enfermement. La clôture a parfois été volontaire, permettant aux femmes d’échapper à la violence des hommes et, paradoxalement, de mener une vie plus libre, moins soumise aux normes de genre et d’accéder à des lieux de culture, d’autant plus que les femmes ont souvent intégré l’idée que la vocation religieuse fait partie de leur possible destin10. Mais la vocation religieuse n’a pas été toujours présente et la claustration a pu être parfois imposée par les familles aristocratiques aux jeunes filles non « mariables » pour éviter l’émiettement du patrimoine. Le thème littéraire de la mal mariée, jeune nonne cloîtrée malgré elle, atteste de la fréquence de ces cas. On étudie également beaucoup la manière dont nonnes et moines vivent leur dévotion et les rapports entre couvents d’hommes et de femmes. Michelle Sauer a ainsi montré, pour l’Angleterre, comment l’occupation d’espaces différents entre les deux sexes, façonnait une piété spécifique11. L’ouvrage collectif dirigé par Fiona J. Griffiths et Julie Hotchin, en exploitant les chartes, comptes, nécrologies et chroniques des monastères de l’espace germanique du xiie au début du xvie siècle, cherche à remettre en cause ou à nuancer le déclin des maisons féminines à la fin du Moyen Âge et la prétendue dissolution des mœurs des moniales. En Allemagne, en Autriche et en Suisse, une multitude de possibilités s’offrent aux femmes d’entrer en religion dans des monastères doubles, chez les Cisterciens, les Tiers-ordres mendiants ou dans l’Observance12. Claire Taylor Jones montre également, pour la même période, la vitalité de la vie spirituelle et institutionnelle des moniales dominicaines allemandes13. Dans le mouvement cistercien, l’historiographie a longtemps fait le constat d’un déclin des maisons féminines au xiiie siècle. Les mécènes auraient été bien davantage attirés vers les fondations masculines plus prestigieuses et susceptibles de leur fournir des suffrages, et auraient donc délaissé les maisons de femmes dépeintes par les historiens comme en pleine crise. En étudiant trente-sept fondations cisterciennes d’hommes et de femmes dans la Flandre et le Hainaut du xiiie siècle, Erin L. Jordan nuance sérieusement ce tableau. Elle montre qu’il ne faut pas étudier les Cisterciennes en considérant les Cisterciens comme la norme et que des mécènes des deux sexes ont créé des couvents cisterciens qui ont ensuite attiré des donateurs masculins et féminins en échange de prières et de services commémoratifs. Les Cisterciennes aussi peuvent offrir aux laïques une commémoration liturgique complexe. Selon lui, le mécénat ne peut plus être identifié comme la cause des disparités entre les maisons des hommes et des femmes. Pour comprendre ces différences, il faut prendre en compte de multiples facteurs : date, lieu et contexte précis de la fondation et des donations14. Jennifer C. Edwards montre comment les abbesses de Sainte-Croix de Poitiers au xve siècle ont trouvé un appui à leurs revendications d’autorité auprès de la hiérarchie laïque masculine (en particulier les fonctionnaires royaux).15. À partir de l’étude de quarante monastères situés en Lotharingie, Steven Vanderputten, lui aussi, conteste l’idée de déclin et de marginalisation des communautés féminines et prouve que les moniales, assistées de male associates (clercs desservant la communauté, confesseurs, hagiographes, etc.), n’ont pas été les témoins passives des bouleversements auxquels elles étaient confrontées mais ont activement défendu l’identité de leur monastère afin de conserver leur rôle au sein de la société. Il insiste aussi sur l’hétérogénéité des monastères féminins et sur le caractère hybride des modes de vie adoptés, qui confère une « identité ambiguë » (ambiguous identity) à ces établissements16. L’ensemble de ces travaux apporte donc bien la preuve que les monastères féminins ont su s’adapter au contexte des crises des xive et xvsiècles et les moniales, trouver des stratégies d’adaptation, d’intériorisation plutôt que subir passivement la domination masculine.

  • 17 Sylvie Duval, « Comme des anges sur terre »…, op. cit.
  • 18 Voir une synthèse récente sur ce phénomène, Eleonora Rava « Il fenomeno della reclusione: esperienz (...)
  • 19 Cité par Alcuin Blamires, The Case for Women in Medieval Culture, Oxford, Clarendon Press, 1997, p. (...)
  • 20 Voir, par exemple, Eleonora Rava, « Le testatrici e le recluse: il fenomeno della reclusione urbana (...)

5Sylvie Duval, dans une thèse de doctorat soutenue en 2012 et devenue désormais un livre, souligne que l’Observance féminine de la fin du Moyen Âge n’est pas une transposition du mouvement de réforme observée dans les monastères masculins. S’inscrivant à l’encontre de tout un courant de l’historiographie féministe anglo-américaine, elle démontre que les moniales n’ont pas été les témoins passives de la réforme mais ont consenti à l’enfermement en intériorisant les normes religieuses et sociales pour mener une recherche constante de perfection spirituelle17. On sait que la clôture féminine se renforce considérablement dans les derniers siècles médiévaux18. Abélard l’explique tout « simplement » : « la solitude est plus nécessaire aux nonnes qu’aux moines parce qu’elles sont plus fragiles19 ». En 1298, la fameuse décrétale Periculoso fulminée par Boniface VIII, intime à toutes les religieuses de la chrétienté la stricte clôture sous peine d’excommunication. Le décret Qui de quibusdam mulieribus du concile de Vienne en 1312, dont les canons sont promulgués par Jean XXII en 1317, condamnent les quelques mulieres religiosae qui tentent encore d’échapper à la clôture. Des travaux ont donc vu le jour sur des formes extrêmes d’enfermement, principalement féminines : les recluses ont suscité de nombreux travaux, particulièrement pour les villes méditerranéennes20.

  • 21 J. W. Coakley, Women, Men, and Spiritual Power. Female Saints and their Male Collaborators, New Yor (...)
  • 22 Fiona J. Griffiths,  Nuns’ Priests’ Tales: Men and Salvation in Medieval Women’s Monastic Life, Phi (...)

6Quelques études s’intéressent, avant le temps officiel des confesseurs mieux connu21, dès le xiie siècle, aux relations entre les religieux et les religieuses. Fiona J. Griffiths étudie les discours que les moines du xiisiècle tiennent sur les moniales, en insistant beaucoup sur celui d’Abélard. Ils justifient leur implication dans la pastorale de ces femmes, non pas tant pour les contrôler (même s’ils manifestent des attentes strictes quant à leur comportement) mais par un réel souci de les prendre en charge et de les conseiller. Même si les autorités ecclésiastiques prennent des mesures pour dénoncer une trop grande proximité entre moines et moniales (le Concile de Latran II en 1139 interdit aux religieuses de chanter dans le même chœur que les moines ou les chanoines), l’auteure donne de nombreux exemples de moines ayant continué à fréquenter des religieuses, à admirer leur engagement et leur dévotion, et parfois à écouter ce qu’elles avaient à dire (les cas de Christina de Markyate ou de Hildegard de Bingen sont développés). L’ouvrage de Fiona Griffiths permet donc de nuancer fortement les généralisations excessives sur la forte misogynie dans la vie religieuse médiévale22.

Des nonnes lettrées

  • 23 Alison I. Beach, Constance H. Berman et Lisa M. Bitel (dir.), Sacred Communities, Shared Devotions: (...)
  • 24 Felice Lifshitz, Religious Women in Early Carolingian Francia: A Study of Manuscript Transmission (...)

7Le renforcement de la clôture dans les monastères féminins aurait progressivement enlevé aux nonnes les possibilités antérieures de s’adonner à l’étude (la figure de Hildegarde de Bingen rôde toujours comme exemple du « c’était mieux avant ! »). Elles n’auraient possédé à la fin du Moyen Âge que des livres liturgiques à des fins de prières. Cette vision est aujourd’hui battue en brèche pour au moins deux raisons. D’une part, la clôture, surtout avant le xive siècle, est parfois poreuse. L’exclusion des femmes du sacerdoce nécessite la présence épisodique mais indispensable de prêtres pour administrer les sacrements. L’évêque et son vicaire viennent également régulièrement en visite pastorale. Le médecin, lui aussi, se déplace pour prodiguer ses soins aux malades. La clôture et l’isolement sont également limités par la présence des directeurs spirituels qui jouent souvent un rôle crucial auprès des moniales. Les liens entre les cloîtrées et leur famille perdurent au parloir ou lorsque les femmes sont autorisées à sortir pour une visite extraordinaire. D’autre part, tout un courant historiographique montre aujourd’hui que ces femmes cloîtrées ont parfois mené une vie intellectuelle intense. On a beaucoup travaillé sur leurs capacités à copier, composer, enluminer, mais aussi à rassembler de grandes bibliothèques. C’est donc à leur vie matérielle que l’on s’intéresse : manuscrits, images et objets de dévotion, manière dont elles utilisent ces objets pour vivre leur spiritualité23. Ainsi, Felice Lifshitz tente de traquer les mains féminines sur les manuscrits afin de montrer l’existence d’une véritable culture féminine monastique au viiie siècle24.

Béguines et mystiques

  • 25 Veerle Fraeters et Imke De Gier (dir.), Mulieres religiosae. Shaping Female Authority in the Mediev (...)
  • 26 Caritas et familiaritas à l’ombre du Seigneur : les relations des mulieres religiosae des Pays-Bas (...)
  • 27 Walter Simons, Cities of Ladies: Beguine Communities in the Medieval Low Countries, 1200–1565, Phil (...)

8Les formes religieuses féminines marginales attirent toujours, comme on le voit avec les travaux sur les béguines et les mystiques25. En 2012, Anne-Laure Méril-Bellini Delle Stelle a soutenu une thèse sur les mulieres religiosae des Pays-Bas méridionaux au cours du xiiie siècle. Elle a fait remarquer qu’elles sont souvent issues de milieux aisés (monde de l’artisanat et du commerce) mais, à mesure que le mouvement se développe, recrutées dans des couches plus modestes. Elle insiste également sur la grande diversité des expériences à l’intérieur de ce mouvement. Ces femmes, en effet, peuvent appartenir à une communauté de béguines mais être aussi recluses, sœurs des léproseries, nonnes et même, pour certaines, faire partie de plusieurs de ces catégories à la fois, ou successivement26. Les travaux anglophones sur les béguines se poursuivent également. Après ceux, déjà anciens, de Walter Simons, on peut citer ceux de Tanya Stabler Miller, qui a étudié la situation parisienne ou ceux de Laura Swann27.

  • 28 Par exemple l’ouvrage de Dyan Elliott, The Bride of Christ Goes to Hell. Metaphor and Embodiment in (...)
  • 29 Renate Blumenfeld-Kosinski, The Strange Case of Ermine de Reims: A Medieval Woman between Demons an (...)
  • 30 Sean L. Field, Robert E. Lerner et Syvian Piron (dir.), Marguerite Porete et le Miroir des simples (...)
  • 31 Damien Boquet, Sainte vergogne. Les privilèges de la honte dans l’hagiographie féminine au XIIIe si (...)

9Sur les mystiques, dans la lignée des travaux pionniers de Caroline Walker Bynum, les travaux continuent à s’intéresser aux expressions publiques de piété corporelle de ces femmes, vues comme un moyen d’émancipation et d’agency spirituelle28. Aux figures bien connues de ce mouvement, s’en ajoutent de nouvelles, telle Ermine de Reims : devenue veuve en 1393 à l’âge de quarante-six ans, elle s’installe dans une communauté augustinienne masculine et adopte une vie semi-monastique jusqu’à sa mort en 1396. Son confesseur, Jean le Graveur, a rapporté ses étranges visions où elle est sans cesse agressée par des démons29. Des travaux novateurs ont aussi vu le jour sur Marguerite Porete, mystique brûlée en place de Grève en 1310 et qui a écrit une œuvre exceptionnelle30. Issu de son nouveau mémoire d’HDR, Damien Boquet vient de faire paraître en 2020 un ouvrage important qui propose une anthropologie affective de la honte chez les mulieres religiosae du xiiie siècle originaires des Pays-Bas méridionaux (Marie d’Oignies, Christine de Saint-Trond, Juette de Huy, Ides de Nivelles, Marguerite d’Ypres, Lutgarde d’Aywières, Alice de la Cambre, Julienne de Cornillon, Ide de Léau, élisabeth de Spalbeek, Béatrice de Nazareth et Ide de Louvain) ou d’Ombrie (Claire d’Assise, Marguerite de Cortone, Claire de Montefalco et Angèle de Foligno). Il démontre qu’il existe, dans ces textes hagiographiques écrits par des hommes, un « régime émotionnel » des saintes femmes marqué par la timidité, la réserve et la vergogne. Tour à tour, il examine le lexique de la vergogne, étroitement lié à celui de la pudeur et de l’honneur, la manière dont cette émotion est mise en récit en proposant une typologie de la honte chez les mulieres religiosae étudiées, les usages et les enjeux de cette manifestation dans les discours hagiographiques, les relations entre ces femmes et leur entourage, l’encadrement ecclésiastique et la mendicité féminine31.

  • 32 Gary Macy, The Hidden History of Women’s Ordination: Female Clergy in the Medieval West, Oxford, Ox (...)

10Thème au cœur de l’actualité catholique, le livre de Gary Macy se penche sur un autre aspect du rôle des femmes dans la vie religieuse, celle de leur ordination : après un premier millénaire de l’histoire chrétienne où elles ont été ordonnées à divers ministères et promues comme telles par leurs communautés, à partir de la Réforme dite grégorienne et la rigide séparation entre clercs et laïcs, les théologiens et canonistes les excluent en définissant précisément qui peut être ordonné évêque, prêtre ou diacre32.

La sainteté

  • 33 Alastair Minnis et Rosalynn Voaden (dir.), Medieval Holy Women in the Christian Tradition (c. 1100– (...)
  • 34 Chloé Maillet, La Parenté hagiographique (xiiie-xve siècle). D’après Jacques de Voragine et les man (...)

11Un saint ou une sainte est un homme ou une femme manifestant des vertus (la fama sanctitatis) qui le/la rapproche des qualités christiques, du spirituel et l’éloigne des choses charnelles. Le binôme d’opposition spiritus / caro, au fondement de la distinction de sexes dans la société « normale », fonctionne-t-il de la même manière dans le monde de la sainteté ? De nombreuses réflexions se sont développées sur ce thème33. L’ouvrage de Chloé Maillet paru en 2014 (issu d’une thèse soutenue en 2010), en s’appuyant pour l’essentiel sur la confrontation entre le texte de La Légende Dorée de Jacques de Voragine et les images de trente-sept manuscrits enluminés produits entre la seconde moitié du xiiie siècle et la fin du xvsiècle, nous plonge au cœur de la parenté des saintes et des saints, extraordinaire et où le genre est perturbé : des femmes se travestissent, des hommes sont enceints, des moines maternent, des pères allaitent leur enfant, des époux pratiquent la chasteté conjugale, des jeunes filles vierges sont barbues, des fils égorgent leurs parents, des mères font des avances à leur fils, tuent leurs propres enfants ou les mangent etc. C’est cette parenté troublée, déviante, inversée ou fantasmée des saints et des saintes de l’Occident médiéval que l’auteure nomme la « parenté hagiographique »34. Certes, au sein de celle-ci, il y a parfois un « trouble dans le genre » et on voit des saints se comporter comme des femmes et des saintes, résistantes aux tentations charnelles, se comporter de manière « virile » (viriliter), ou encore des travestissements, qu’ils soient une « virilisation de la sainte » ou une « féminisation du saint ». Mais, par les rythmes, les expériences et les itinéraires différents, l’opposition (voire la hiérarchie) entre les sexes, observable dans les sociétés médiévales, demeure bien présente. Les saintes manifestent en effet dès l’enfance une dévotion sans faille, tandis que les saints connaissent plus souvent des errements, des conversions tardives après avoir joui pleinement de leur jeunesse, sur les modèles de Paul, d’Augustin ou de François d’Assise. Puer senex plus précoce, la sainte ancre sa spiritualité dans l’innocence de l’enfant. Si elle s’est mariée, souvent contre son gré, elle doit lutter au sein de la cellule conjugale ou attendre le décès de son époux pour vivre chastement. Le saint, lui, décide le plus souvent seul de sa conversion. Le choix ancien et déterminé de la sainte de mener une vie de chasteté et de refuser son rôle social (mariage et maternité) explique le conflit violent qui l’oppose à ses parents au moment du choix du conjoint. Comme le montre Chloé Maillet à partir de multiples exemples, c’est un moment féminin crucial dans l’accès à la sainteté et donc dans le rejet de la parenté charnelle qui, justement, se reproduit par le mariage. Pour le saint, lorsqu’elle existe, cette tension est différée dans le temps et se déroule davantage au moment du refus de l’héritage paternel, à l’image, immortalisée par Giotto sur une des fresques du cycle de la Basilique supérieure d’Assise (achevée vers 1298), de François d’Assise, fils unique rejetant tout bien terrestre sous le regard de son père en colère et désespéré.

  • 35 Patricia H. Cullum et Katherine Lewis (dir.), Holiness and Masculinity in the Middle Ages, Toronto, (...)
  • 36 Katherine Lewis, « Male Saints and Devotional Masculinity in Late Medieval England », Gender & Hist (...)
  • 37 Sean L. Field, Courting Sanctity. Holy Women and the Capetians, Ithaca (NY), Cornell University Pre (...)
  • 38 Christine F. Cooper-Rompato, The Gift of Tongues. Women’s Xenoglossia in the Later Middle Ages, Phi (...)

12Dans les étapes essentielles de leur existence, saints et saintes conservent donc les spécificités de leur sexe. C’est toujours l’alliance qui est la préoccupation des femmes et la filiation qui est au centre de celle des hommes. Même si la parenté hagiographique offre une plus grande porosité des frontières de genre, saints et saintes restent des hommes et des femmes et conservent de nombreux caractères attribués à leur sexe. La construction de l’identité de genre s’avère donc un enjeu crucial du parcours vers la sainteté. C’est pourquoi nombre de travaux récents se sont intéressés à la masculinité ou à la féminité des saints et des saintes et aux modèles qu’ils véhiculaient dans l’Occident chrétien35. Dans un article de 2012, Katherine Lewis, essentiellement à partir de la traduction en anglais de la Légende Dorée, examine la manière dont la vie et le culte des saints masculins issus du monachisme circulent dans l’Angleterre de la fin du Moyen Âge et comment ils deviennent des modèles qui promeuvent certains idéaux de masculinité au sein d’un public laïque36. Dans un ouvrage très récent, Sean L. Field a montré l’importance des saintes dans la représentation et la construction de la dynastie capétienne37. Christine F. Cooper-Rompato s’intéresse à un aspect original : la xénoglossie miraculeuse, soit la capacité soudaine des saintes et des saints de parler, d’écrire ou de lire dans une autre langue. Elle montre que la xénoglossie vernaculaire est plus présente dans la vie des saints que des saintes. Pour les hommes, elle se rencontre lors de grands événements, comme la prédication à grande échelle (ainsi, Norbert de Xanten, germanophone fondateur de l’ordre des Prémontrés, a prêché en français le lendemain de son arrivée à Valenciennes) tandis que pour les femmes, elle prend place lors de micro-événements, autorisant temporairement la sainte à être capable de parler ou comprendre une langue afin de donner des conseils spirituels à une personne étrangère dans le besoin, telle Brigitte de Suède qui a conseillé un Finlandais dans la langue maternelle de ce dernier alors qu’elle l’ignorait complètement. Voyageant à travers l’Europe et en Terre Sainte, Margery Kempe connaît de fréquentes expériences de xénoglossie vernaculaire, lui permettant d’être comprise des hommes et femmes qu’elle rencontre et de se faire comprendre. Paradoxalement, dans les vitae des saintes femmes, la xénoglossie latine est plus fréquente que la xénoglossie vernaculaire mais elle se limite à réciter le Psautier ou à traduire des passages liturgiques bien connus dans la langue vernaculaire. Les saints masculins, en revanche, ont presque tous acquis une maîtrise complète de la langue latine38.

La piété des femmes laïques

  • 39 Michel Lauwers, « Les femmes et l’eucharistie dans Occident : interdits, transgressions, dévotions  (...)
  • 40 Sari Katajala-Peltomaa, Gender, Miracles, and Daily Life. The Evidence of Fourteenth-Century Canoni (...)
  • 41 Katherine L. French, The Good Women of the Parish: Gender and Religion after the Black Death, Phila (...)
  • 42 Beth Allison Barr, The Pastoral Care of Women in Late Medieval England, Woodbridge, Boydell Press, (...)

13En fonction de son appartenance sexuée, on ne se voue pas aux mêmes saint-es et on ne se comporte pas de manière identique face aux pèlerinages, aux miracles ou aux sacrements39. La dévotion extrême que représente le mysticisme, on l’a vu, semble plutôt féminin. Les questionnements actuels portent à la fois sur l’intensité de la piété des femmes (des femmes plus pieuses que les hommes ?) et sur les modes d’exprimer sa piété (les femmes davantage dépositaires de la piété à l’intérieur des familles ?). Sari Katajala-Peltomaa explore comment hommes et femmes se comportent à l’égard des miracles et du culte des saints à partir de deux procès de canonisation du début du xive siècle (ceux de Thomas de Cantiloupe et de Nicolas de Tolentino). Elle offre une riche réflexion sur la construction du genre dans l’interaction des hommes et des femmes et avec le saint40. Pour étudier la dévotion des femmes, Katherine L. French comme Nicola A. Lowe ont exploité les testaments féminins anglais et français de la fin du Moyen Âge. Elles concluent au rôle croissant des femmes dans la vie religieuse de leur paroisse jusqu’à la Réforme. À partir des testaments de Bath, Wells et Lincoln, Katherine L. French montre que les hommes donnent à leur église paroissiale quelques habits ou le plus souvent de l’argent pour qu’elle en achète, tandis que les femmes offrent plus volontiers leurs propres vêtements (robes, foulards) ou du linge de maison (draps, nappes), des objets auxquels elles sont affectivement attachées (bijoux, articles ménagers) et qui, en même temps, sont le signe de leur identité publique de femmes au foyer vertueuses, diligentes et modestes41. Beth Allison Barr s’intéresse, quant à elle, à la pastorale adressée aux femmes à partir d’un cycle de sermons réalisé par John Mirk, prieur augustinien de la fin du xive siècle de l’abbaye de Lilleshall dans le Shropshire (Angleterre). Le prédicateur exige des prêtres qu’ils adaptent leur discours aux différentes catégories de femmes en fonction de leur statut matrimonial (célibataires, mariées, veuves, moniales). Les femmes apparaissent plus enclines à dissimuler leurs péchés que les hommes et plus disposées à douter des pouvoirs sacerdotaux. Les prêtres soucieux de leurs ouailles doivent donc en faire des cibles privilégiées de leur pastorale42.

  • 43 Nancy L. Green, « Women, gender, migrations: historiographies on the move », in Enrica Asquer et al (...)
  • 44 Sarah Hopper, Mothers, Mystics and Merrymakers: Medieval Women Pilgrims, Stroud, Sutton Publishing, (...)

14Sur un plan historiographique, les femmes médiévales ont été encore plus longtemps immobiles que leurs homologues masculins. À l’exception de célébrités telles que Margery Kempe ou la femme de Bath de Chaucer, les pèlerins médiévaux sont généralement considérés comme des hommes. Il existe donc aujourd’hui une volonté d’insister dans différents domaines sur les mouvements des femmes dans l’espace, que ce soit par des études sur le mariage virilocal, les migrations43 ou les déplacements pour motifs religieux. Certes, sur les routes menant aux multiples lieux de culte de l’Occident médiéval, les hommes sont plus nombreux que les femmes. Plus traditionnellement attachées au domicile familial, risquant davantage sur les chemins (viols, prostitution forcée etc.), les hommes leur déconseillent vivement de se déplacer. Toutefois, il convient de faire la différence entre les pèlerinages locaux, de proximité, où les pèlerines et les groupes sociaux « populaires » dominent, et les pèlerinages régionaux ou internationaux dans lesquels les hommes et les classes aisées s’imposent. Il faut également tenir compte de la spécialisation du saint ou de la sainte visité-e, le public venant chercher un miracle de guérison de stérilité ou remercier d’un accouchement miraculeux étant très féminin. Des études récentes s’intéressent donc à la participation des femmes au pèlerinage pour faire remarquer que leurs visites, de courte, durée et dans des sanctuaires proches de la maison, se font pour la santé et le bien-être de leur famille, ce qui contraste avec l’habitude des hommes (surtout des milieux aristocratiques et marchands) à voyager sur de longues distances. Mais elles pouvaient parfois, dans l’Angleterre du xiisiècle ou la Galice de la fin du Moyen Âge, parcourir de longues distances et demeurer longtemps en pèlerinage44.

  • 45 Monat Chollet, Sorcières : La puissance invaincue des femmes, Paris, La Découverte, 2018.
  • 46 Laura Kounine et Michael Ostling (dir.), Emotions in the History of Witchcraft, London, Palgrave Ma (...)

15Comme en témoigne le succès de librairie de l’ouvrage de Mona Chollet, sans dimension historique sérieuse45, la figure de la femme-sorcière fait toujours recette. L’histoire des émotions (sur laquelle nous reviendrons) permet d’en élargir les perspectives, comme le montre l’ouvrage collectif Emotions in the History of Witchcraft46.

Masculinités

  • 47 Y compris chez les spécialistes de littérature, voir par exemple Isabel Davis, Writing Masculinity (...)
  • 48 Pour la France, signalons Anne-Marie Sohn (dir.), Une histoire sans les hommes est-elle possible ?, (...)
  • 49 John H. Arnold et Sean Brady (dir.), What Is Masculinity ? Historical Dynamics from Antiquity to th (...)
  • 50 Voir par exemple la relecture de la controverse autour de la mort de Thomas Becket par Hugh M. Thom (...)
  • 51 Andrew J. Romig, Be a Perfect Man: Christian Masculinity and the Carolingian Aristocracy. Philadelp (...)
  • 52 Helder Carvalhal et Isabel dos Guimaraes Sa, « Knightly Masculinity, Court Games and Material Cultu (...)
  • 53 Stefan Meysman, « Degrading the Male Body: Manhood and Conflict in the High-Medieval Low Countries  (...)
  • 54 Gareth Lloyd Evans, Men and Masculinities in the Sagas of Icelanders, New York, Oxford University P (...)
  • 55 Ruth Mazo-Karras, From Boys to Men: Formations of Masculinity in Late Medieval Europe, Philadelphie (...)
  • 56 Pour les rois anglais, voir Christopher Fletcher, Richard II : Manhood, Youth and Politics 1377-139 (...)
  • 57 Derek G. Neal, The Masculine Self in Late Medieval England, Chicago, University of Chicago Press, 2 (...)
  • 58 Fiona S. Dunlop, The Late Medieval Interlude: The Drama of Youth and Aristocratic Masculinity, York (...)
  • 59 Katherine Lewis, « Male Saints and Devotional Masculinity in Late Medieval England », Gender & Hist (...)

16Le contraste est saisissant entre la richesse des Men’s Studies aux États-Unis, qui ont commencé il y a trente ans et demeurent très dynamiques47 et la pauvreté des travaux sur les masculinités ou virilités dans les pays européens non anglophones48. Comme en rend compte l’excellent ouvrage collectif sous la direction de John H. Arnold et Sean Brady, What Is Masculinity ? (2011) qui définit très clairement son objet, c’est une histoire arrivée outre-Atlantique à maturité49. Attention cependant à ce que le mot manhood ou masculinity ne soit pas juste « un effet de manche » dans le titre et disparaisse ensuite dans le corps de l’article50. Aux États-Unis et en Angleterre, toutes les périodes du Moyen Âge, ou presque, sont désormais couvertes51. Les travaux émergent aussi dans d’autres pays européens : Portugal du xve siècle52, Pays-Bas du Sud des xie-xiie siècles53, Islande des sagas54 etc. Depuis l’ouvrage pionnier et stimulant de Ruth Mazo Karras qui analysait différentes catégories de masculinités dans chaque segment de la société55, on interroge toutes les masculinités, celles des rois56, des chevaliers, des marchands57, des évêques, des moines, des prêtres, des maris, des pères, des amants, des enfants, des adolescents58, des saints59 etc.

Masculinité hégémonique, subordonnée, complice, marginalisée, etc.

  • 60 R. W. Connell, Gender and Power: Society, the Person and Sexual Politics, Cambridge, Polity Press (...)
  • 61 Ben Griffin, « Hegemonic Masculinity as a Historical Problem », Gender & History, 30.2, 2018, p. 37 (...)

17Deux thèmes majeurs, étroitement liés, dominent la production historiographique : la hiérarchie entre les masculinités et l’opposition entre masculinités de clercs et masculinités de laïcs. En 1987, Raewyn (R. W.) Connell seule, puis en 2005, avec James Messerschmidt, a proposé le concept de « masculinité hégémonique » pour désigner l’identité masculine dominante, qui varie au cours du temps et à l’égard de laquelle les autres formes de masculinités se définissent par subordination, complicité ou marginalisation. Les masculinités subordonnées sont celles dont la légitimité est niée (dans l’histoire de l’Occident, les masculinités queer), les masculinités complices, celles qui ne se conforment pas au modèle hégémonique mais qui ne le remettent pas en cause et les masculinités marginales, celles qui se distinguent nettement du modèle hégémonique par leur appartenance à des groupes sociaux inférieurs, défavorisés, non libres, d’autres ethnies, etc.60. Ce modèle, selon Connell, non seulement structure les relations de pouvoir entre les masculinités mais conforte le système patriarcal et explique la subordination des femmes. Le patriarcat n’est pas simplement un processus par lequel les hommes dominent les femmes puisqu’il prend sa source dans l’ensemble des relations entre les masculinités. Ce concept a été repris et discuté en 2018 par Ben Griffin, qui revient sur les raisons de la forte influence sur les historien-nes des masculinités de la proposition de Connell. Il énumère les principales critiques faites à ce modèle et fait d’autres propositions afin d’appréhender de manière différente le pouvoir au sein du masculin, qui auront peut-être une influence sur les études médiévales futures61.

  • 62 Andrew G. Miller, « To ‘Frock’ a Cleric: The Gendered Implications of Mutilating Ecclesiastical Ves (...)
  • 63 Stefan Meysman, « Degrading the Male Body: Manhood and Conflict in the High-Medieval Low Countries  (...)

18Les médiévistes ont surtout utilisé la notion de « masculinité hégémonique » pour opposer, ou au moins confronter, masculinité des clercs et masculinité des laïcs, surtout à partir de la réforme dite grégorienne, qui sonne la victoire du célibataire sur l’homme marié dans la lutte pour le pouvoir dans le monde chrétien. Ces deux masculinités concurrentes et complémentaires se sont parfois violemment affrontées. Andrew Miller a étudié, à partir des chroniques, sermons, registres épiscopaux, sources juridiques et littérature anglais des xiie et xiiie siècles, la manière originale dont clercs et chevaliers, lors de conflits locaux, ont affirmé leur masculinité, soit en se déchirant mutuellement leur vêtement cérémoniel, agression symbolique et rituelle qui a pour but de « défroquer » l’autre, de le ridiculiser en le dévirilisant, soit en mutilant leur cheval (queue excisée, crinière coupée, oreilles arrachées, etc.). Cette dernière pratique, sans doute issue d’une tradition scandinave, relève de la volonté de diffamer publiquement, de moquer le propriétaire du cheval et, partant, de diminuer sa puissance62. C’est aussi à la dégradation de la masculinité par des formes d’intervention sur le corps (castration, coupe forcée des cheveux ou de la barbe) que s’intéresse Stefan Meysman pour les Pays-Bas du Sud des xie-xiie siècle63.

La masculinité des clercs

  • 64 Jacqueline Murray, « One Flesh, Two Sexes, Three Genders » in Lisa M. Bitel et Felice Lifshitz (dir (...)
  • 65 Christopher Fletcher, « ‘Sire, uns hom sui’ : transgression et inversion par rapport à quelles(s) n (...)
  • 66 Voir Janelle Werner, « Promiscuous Priests and Vicarage Children: Clerical Sexuality and Masculinit (...)
  • 67 Katherine Zieman, « Minding the Rod: Sodomy and Clerical Masculinity in Fifteenth-Century Leicester (...)
  • 68 Jennifer D. Thibodeaux, The Manly Priest: Clerical Celibacy, Masculinity, and Reform in England and (...)

19Une très grande partie des travaux sur la masculinité concerne encore celle des clercs. Les historien-nes qui soulignent les différences entre masculinité cléricale et masculinité laïque insistent sur le fait que les membres du clergé ayant fait vœu de chasteté ont renoncé aux aspects de la vie les plus fortement associés à l’identité masculine dans le monde séculier : l’activité sexuelle, le mariage, la paternité, la direction d’un ménage. Certain-es chercheur-es pensent donc que l’appartenance au clergé implique le renoncement à la masculinité elle-même. Peut-on être un homme sans arborer les attributs biologiques les plus évidents de la masculinité ? On a même évoqué un clerical sex voire un troisième genre64. Parmi les chercheur-es qui, au contraire, soulignent l’absence de différences, certain-es font remarquer que les deux « catégories » partagent les mêmes normes de comportement masculin (la manhood) qui transcendent l’opposition clercs-laïcs65. D’autres, insistent sur la manière dont ces clercs bafouent leurs vœux de célibat et, partant, n’acceptent pas vraiment de renoncer à l’activité sexuelle66. Dans un article récent, Katherine Zieman a développé un cas emblématique : le 1er décembre 1440, William Alnwick, évêque de Lincoln, visite le collège de l’Annonciation de Sainte-Marie à Newarke, (Leicester). Parmi les infractions dénoncées, il y a le cas de John Dey, un chanoine accusé d’avoir eu des relations sodomites avec deux choristes âgés de quinze ans et avec un autre membre du collège âgé de vingt ans. L’affaire fait l’objet d’une enquête approfondie avec la production de témoignages (le texte est transcrit et traduit en annexe de l’article). John Dey est expulsé très sévèrement du collège alors que d’autres cas de fornications hétérosexuelles repérées et jugées par l’évêque sont peu punis. Au xve siècle, les autorités se montrent donc bien plus sévères à l’égard des clercs qui ne respectent pas le célibat en s’unissant avec un homme que vis-à-vis de ceux qui le font avec une femme. La capacité du clerc à contrôler ses pulsions sexuelles, qui est au cœur de l’identité masculine, est donc à géométrie variable67. Jennifer D. Thibodeaux s’intéresse, elle aussi, aux masculinités cléricales entre la fin du xie et la fin du xiiisiècle, refusant de prendre le célibat comme principale catégorie d’analyse car les ecclésiastiques ont pu souvent affirmer leur masculinité en n’étant pas, précisément, célibataires. Parmi eux, nombreux sont ceux qui ont des concubines, fréquentent des prostituées et engendrent des enfants. D’ailleurs certains écrivains cléricaux sont eux-mêmes fils d’ecclésiastiques. L’historienne fait remarquer qu’un discours, plus ou moins officiel, existe, qui considère que le mariage des clercs est moins grave que la fornication, l’inceste ou la sodomie68.

La masculinité laïque

20Une thèse rédigée en français vient d’être soutenue (2019) à l’université de Genève par Anne-Lydie Dubois, intitulée Éduquer l’homme, former la masculinité laïque : réflexion et pastorale mendiante au xiiie siècle, sous la direction de Franco Morenzoni, dans laquelle l’auteure étudie la manière dont le comportement masculin est non seulement défini par des modèles (de belles pages sur la masculinité adamique) mais également enseigné aux laïcs à travers le discours émis par les Franciscains et les Dominicains.

  • 69 Kim M. Phillips, « Masculinities and the Medieval English Sumptuary Laws », Gender & History, 19.1, (...)

21Les lois somptuaires ont souvent été une source privilégiée pour étudier l’histoire des femmes, en particulier en Italie. Kim M. Philips propose d’étudier la masculinité à partir des lois somptuaires anglaises des xive et xve siècles. Les législateurs anglais sont également très préoccupés par la tenue vestimentaire des hommes et condamnent tout aspect ostentatoire. Les nobles, invités à participer au parlement et au gouvernement du royaume se sont eux même démarqués socialement en limitant leur propre luxe vestimentaire et en arborant de la mesure69.

  • 70 Patricia H. Cullum, « ‘Give Me Chastity... », op. cit.
  • 71 Damien Boquet, « L’amitié comme problème au Moyen Âge », in Damien Boquet, Blaise Dufal et
Pauline (...)
  • 72 Voir Louis-Georges Tin, L’Invention de la culture hétérosexuelle, Paris, Autrement, 2008 et mes cri (...)

22Patricia Cullum déplore que les études sur la masculinité soient toujours centrées sur l’homme hétérosexuel marié ou sur l’homosexuel, c’est-à-dire, dans un cas comme dans l’autre, sur un homme sexualisé. Elle propose donc aussi d’étudier le non-sexual man en dehors du monde clérical et religieux. Dans l’Angleterre de la fin du Moyen Âge, des hommes laïques mariés, ou qui l’ont été ou allaient l’être, ont pu également, durant leur maturité ou à la fin de leur vie, être attirés par le célibat, la virginité ou la chasteté, vertus qui ne sont pas réservées aux vierges et aux veuves70. Damien Boquet aussi, à la suite de ses travaux sur l’amitié monastique, tente de « désexualiser » la masculinité. Il identifie deux modèles amoureux distincts au xiie-xiiie siècle : le premier, masculin homosexué, hérité de la matrice monastique, exalte les valeurs d’amitié (« l’amour vrai ») et de fidélité (féodale) dont le désir sexuel est exclu ; le second, hétérosexué, très présent dans l’amour courtois, où amitié et désir charnel vont de pair. Ces deux modèles amoureux utilisent les mêmes registres émotionnels mais la place différente du désir sexuel les empêche de se superposer. À partir du xiie siècle, on assiste à une « disjonction entre les deux modèles » car, d’un côté, l’amour-amitié fraternel entre deux hommes commence à être discrédité et débouche sur « l’impossible innamoramento des amants de même sexe » et, de l’autre, on assiste à une forte valorisation d’un modèle de couple amoureux hétérosexuel. Dans un contexte de réflexion accrue sur ce qui est naturel versus ce qui est « contre nature », l’une des conséquences de cette évolution est le début d’un « problème sodomite » (qui prendra, on le sait, une grande ampleur dans les deux derniers siècles médiévaux), d’une condamnation de l’homo-affectivité, pourtant si valorisée avant le xiie siècle : « la figure du sodomite apparaît alors comme le double sombre de l’ami vertueux ». Cette « disjonction » est essentielle car elle bloque, et pour longtemps, au sein des pratiques ou des orientations homosexuelles, la prise en compte de la noblesse de l’amour (dilectio, amicitia), faisant de deux personnes du même sexe qui s’aiment des êtres transgressifs fortement sexualisés. Le déclassement de l’homo-affectivité est le prix à payer pour affirmer la norme du mariage hétérosexuel71. Cette proposition de « disjonction entre les deux modèles » me semble bien plus pertinente et convaincante que l’idée simpliste et fausse qui consiste à voir, au cours du xiie siècle, la mise à mort d’une culture homosexuelle qui aurait été antérieurement dominante72 car la société chrétienne, dans ses fondements même est, et demeure, de part et d’autre de ce siècle si crucial pour l’Occident, foncièrement hétéronormée.

Famille

  • 73 Dossier « Liens familiaux », Clio. Histoire, Femmes et sociétés, 34, 2011.
  • 74 Jérôme Baschet, Le Sein du père. Abraham et la paternité dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard (...)

23La famille offre un lieu privilégié pour observer les relations entre les sexes et les générations. Les qualités attribuées aux femmes varient surtout en fonction de leur statut marital et de la place qu’elles occupent au sein du cycle de vie familiale et sexuelle (fille, épouse, mère, veuve, etc.) tandis que les caractères masculins se modifient davantage selon le rang social (chevalier, universitaire, maître artisan, paysan, etc.). Rappelons la phrase de l’évêque Gilbert de Limerick au début du xiie siècle : « Je ne dis pas que la fonction des femmes est de prier, de labourer ou de combattre, mais elles sont mariées à ceux qui prient, labourent et se battent, et les servent ». En 2011, la revue Clio. Femmes, genre, histoire a consacré un numéro spécial aux liens familiaux73. Dans la veine thématique et méthodologique ouverte par Jérôme Baschet74, on s’intéresse aujourd’hui à toutes les formes de parenté et à leurs représentations genrées, sans oublier l’au-delà. Solène Baron mène actuellement sous la direction conjointe de Véronique Rouchon et de moi-même, à l’Université de Paris, une thèse dont le titre provisoire, La sainte parenté et la parenté réelle : représenter la famille en France, xiiie-xvie siècle, indique l’ambition d’étudier les différentes formes de parenté (divine, spirituelle, sainte, hagiographique, etc.) dans les images dans une optique de genre en observant comment hommes et femmes ont pensé les membres de la parenté charnelle du Christ, en replaçant les productions iconographiques dans leur contexte de production, de commande et leurs enjeux dynastiques.

Paternités

  • 75 Signalons cependant La Madre, The Mother, études réunies par Agostino Paravicini Bagliani et Floren (...)
  • 76 Rachel Moss, Fatherhood and its Representations in Middle English Texts, Cambridge, Brewer, 2013 ; (...)
  • 77 Aude-Marie Certin et Didier Lett, « Ouverture », in Aude-Marie Certin (dir.), Formes et réformes de (...)

24Les études sur la maternité, qui ont fait l’objet de nombreuses études durant les premières décennies de l’histoire des femmes, ont connu une production moins importante75. La paternité, longtemps délaissée, a commencé à émerger timidement comme objet d’étude à partir des années 1990. Elle a bénéficié depuis une dizaine d’années d’un renouveau grâce aux études de genre. De plus en plus étroitement liées à l’étude des masculinités, les travaux sur la paternité permettent de revenir, par d’autres voies, à l’étude du patriarcat. En 2014, Aude-Marie Certin a soutenu une thèse à l’EHESS (ouvrage en voie de publication), intitulée La Cité des pères. Paternité, mémoire, société dans les villes méridionales de l’Empire du milieu du xive siècle au milieu du XVIe siècle (Nuremberg, Augsbourg, Francfort-sur-le-Main), sous la direction de Pierre Monnet et de Jean-Claude Schmitt. A partir d’une soixantaine de livres de famille rédigés en moyen haut allemand par des patriciens de Nuremberg, d’Augsbourg et de Francfort-sur-le-Main entre 1360 et la seconde moitié du xvie siècle, l’auteure s’intéresse non seulement au père réel mais également à l’image du père et les traces qu’il a laissées dans la mémoire des fils. Elle souligne des évolutions majeures en terme de genre : une inflexion patrilinéaire plus marquée, une mémoire familiale de plus en plus centrée sur les hommes et l’exclusion progressive des femmes de la mémoire des pères. On peut encore citer Sylvie Joye dont le nouveau mémoire d’ HDR soutenue en 2016 avait pour titre L’autorité paternelle en Occident à la fin de l’Antiquité et au haut Moyen Âge (ive-ixe siècle), les ouvrages de Rachel Moss, qui analyse les constructions idéologiques de la paternité de la noblesse et de la bourgeoisie dans l’Angleterre de la fin du Moyen Âge, de Philip David Grace, qui étudie celles de la paternité dans la ville de Bâle vers l’an 1500 et les articles de Melissa Hollander sur la manière dont se construit la paternité à travers la dation du nom du père et de Lucie Laumonier, centré sur les manières dont les pères de Montpellier aux xive et xvsiècles gèrent et dirigent leur foyer et façonnent leur identité civique76. Dans l’introduction de l’ouvrage collectif dirigé par Aude-Marie Certin paru en 2016 et issu d’un colloque qui s’est tenu à Francfort en 2013, nous avons tenté de résumer les apports de l’histoire de la masculinité à celle de la paternité où l’on saisit, finalement, l’identité de l’homme dans un statut spécifique, un rôle et une fonction sociale et familiale77. On interroge donc autrement les âges de la vie, les relations entre les générations, en particulier entre père et fils, la place faite aux pères dans la sphère sociale et politique et a contrario celle réservée aux hommes « non pères », célibataires ou sans enfants. Par rapport à notre société contemporaine où la masculinité – et la féminité – peuvent s’affirmer en dehors de la paternité – ou de la maternité – du fait de l’écart de plus en plus grand entre sexualité et procréation, il apparaît qu’au Moyen Âge et à l’époque moderne, « être père » est beaucoup plus lié au fait d’« être un homme ». À cette époque, la paternité tient une place fondamentale dans l’acquisition et dans l’affirmation de l’identité masculine. Si le mariage est aussi un moment important dans l’existence des hommes puisque c’est la condition pour procréer, devenir père, et donc affirmer son état d’homme, c’est cependant la paternité qui permet le passage définitif d’une masculinité d’adolescent à une masculinité d’adulte. Ainsi voit-on souvent opposée à la fin du Moyen Âge une masculinité de la jeunesse, exubérante, collective, à une masculinité de père marquée par la sobriété, la modération et la responsabilité. Les « non pères » sont vus comme des adultes manqués : en un sens, la paternité est un impératif social. La position de l’homme dans le cycle de vie modifie en outre l’articulation entre masculinité et paternité. Différentes situations montrent en somme que la mort du père joue un rôle important dans l’affirmation de la masculinité du fils – même si dans certaines familles, selon la volonté du père, le fils peut accéder à une certaine responsabilité d’homme, se dégager de la patria potestas ou gérer ses propres biens au moment de son mariage ou par émancipation. Le modèle idéal de masculinité devient ainsi celui du père de famille, mis au fondement de l’ordre social. Enfin, se pose aussi la question de la disjonction entre masculinité et paternité et de la dimension potentiellement paternelle de l’autorité de certaines femmes, particulièrement des veuves.

  • 78 Michelle Armstrong-Partida, « Concubinage, Illegitimacy and Fatherhood: Urban Masculinity in Late-M (...)

25Cette réflexion nouvelle sur la paternité est concomitante d’études récentes sur la filiation illégitime, où le genre s’invite presque naturellement car ces travaux sont menés par de jeunes chercheurs et chercheuses désormais habitués à manier ce concept. Dans une thèse soutenue en 2017, sous ma direction, intitulée Les bâtards et la bâtardise à la fin du Moyen Âge dans la famille ducale de Bourbon, xive-xvie siècles, Marie-Lise Fieyre a montré combien les enfants illégitimes des deux sexes étaient intégrés à la famille ducale et servaient également leur stratégie. Les Catalans de la fin du Moyen Âge, de tous les milieux sociaux, n’éprouvent pas non plus de honte à procréer une progéniture illégitime : un fils, même mal né, reste un signe de virilité et confirme la capacité d’un homme à générer une progéniture. Ces bâtards sont parfaitement intégrés dans la cellule familiale et le père doit les soutenir financièrement et leur offrir une carrière78.

Couples mariés et vie conjugale

  • 79 Ermanno Orlando, Sposarsi nel medioevo. Percorsi coniogali tra Venezia, mare e continente, Rome, Vi (...)
  • 80 Elisabeth van Houts, Married Life in the Middle Ages, 900-1300, Oxford, Oxford University Press, 20 (...)
  • 81 Glenn D. Burger, Conduct Becoming: Good Wives and Husbands in the Later Middle Ages, Philadelphie, (...)
  • 82 « Le Couple dans le monde franc », Médiévales, 65, automne 2013.
  • 83 Dana Wessell Lightfoot, Women, Dowries and Agency: Marriage in Fifteenth Century Valencia, Manchest (...)
  • 84 Isabelle Chabot, La dette des familles. Femmes, lignage et patrimoine à Florence aux xive et xve si (...)
  • 85 Paola Guglielmotti (dir.), Donne, famiglie e patrimoni a Genova e in Liguria nei secoli XII e XIII, (...)
  • 86 Denise Bezzina (dir.), Beyond their Dowries. Women and Wealth in Medieval and Early Modern North-Ce (...)
  • 87 Cordelia Beattie et Matthew Frank Stevens (dir.), Married Women and the Law in Premodern Northwest (...)
  • 88 Jutta Gisela Sperling et Shona Kelly Wray (dir.), Across the Religious Divide: Women, Property, and (...)

26La relation conjugale demeure un lien privilégié pour observer une relation de genre. L’étudier, c’est s’intéresser aux relations entre deux « individus » de sexe différent au sein d’une union dont les normes sont devenues universelles dans le courant du xiie siècle79. Une synthèse récente vient de paraître, faite par une spécialiste du genre, Elisabeth van Houts, et intitulée Married Life in the Middle Ages, 900-130080. L’intérêt majeur de ce livre est de montrer la forte participation des femmes laïques, aux côtés du clergé, à l’élaboration des règles et pratiques entourant le mariage. L’ouvrage récent (2018) de Glenn D. Burger examine les conduites vertueuses de la bonne épouse à travers les traités de pédagogie et les textes littéraires81. Le Haut Moyen Âge n’est pas oublié. Un numéro spécial de la revue Médiévales sur le couple lui a été consacré82 et Emmanuelle Santinelli, l’une des coordinatrices de ce numéro, a soutenu son HDR en 2017 avec un mémoire inédit intitulé Couples et conjugalité au haut Moyen Âge (vie-xiie siècles) qui souligne une évolution majeure, si ce n’est dans la pratique, au moins dans le discours, vers une communauté solidaire fondée sur la fidélité de plus en plus affirmée. On ne s’intéresse plus exclusivement aux couples des élites mais à ceux des couches populaires. Ainsi, Dana Wessell Lightfoot se concentre exclusivement sur les femmes issues de familles d’artisans ou d’ouvriers agricoles dans la Valence du xve siècle, celles qui travaillent, en s’intéressant à leur projet de mariage et à la manière dont elles ont pu le financer par une relative autonomie économique83. Cette étude, comme beaucoup d’autres, met la dot au centre des études sur le mariage et le couple. Qu’elle soit considérée comme une part d’héritage ou une véritable exhérédation (à cause de l’exclusio proter dotem), la dot est un bien qui appartient aux femmes et qu’elles peuvent donc transmettre. On citera sur ce thème l’ouvrage majeur d’Isabelle Chabot qui, à partir de la riche documentation florentine des deux derniers siècles médiévaux (ricordanze, correspondances, catasto de 1427 et 440 testaments masculins et féminins rédigés entre 1350 et 1440), étudie la dot du début à la fin de la chaîne de dévolution et souligne l’originalité du système florentin, dont la patrilinéarité a été poussée à son comble84. En Italie, des travaux collectifs se poursuivent sur les femmes et le patrimoine dans des régions moins bien éclairées par l’historiographie comme la Ligurie85, ou sur les biens non dotaux86. L’ouvrage collectif publié en 2013, dirigé par Cordelia Beattie et Matthew Frank Stevens, traite des femmes mariées dans les textes juridiques de Scandinavie, des îles britanniques, des Pays-Bas et d’Allemagne, mettant au jour les droits des épouses à la propriété, leur capacité à effectuer des transactions commerciales, leurs interactions avec les tribunaux et le devenir des biens matrimoniaux lors de la dissolution du mariage. Dans certaines villes anglaises, il existe un statut juridique spécifique, celle de la femme sole qui permet à celle qui le reçoit d’isoler ses activités économiques de celles de son époux87. Dans un autre ouvrage collectif paru en 2010, il s’agit d’une histoire comparative de la capacité des femmes méditerranéennes à posséder et à agir sur un plan économique dans les trois confessions monothéistes88. Ces travaux permettent donc aussi, en Occident, de pointer les différences de comportement des femmes juives. Une thèse est en cours, de Chloé Bonnet (sous la direction de Claude Denjean à l’université de Perpignan), intitulée Femmes juives, gestion des affaires et transmission des valeurs dans le Royaume d’Aragon, xiiie-xive siècles, qui a pour objet, à partir des sources judiciaires (procès de la cour royale de Majorque et des vigueries) et des sources notariales (actes de crédit, contrats de mariage ou ketoubot, contrats dotaux, testaments, redditions de comptes de tuteurs etc.) de Perpignan et de Gérone entre 1285 et 1370, d’étudier la gestion quotidienne des affaires et la transmission des valeurs chez les femmes de confession juive.

Couples en conflit

  • 89 Claude Gauvard et Alessandro Stella (dir.), Couples en justice, IVe-XIXe siècle, Paris, Publication (...)
  • 90 Martine Charageat, La Délinquance matrimoniale. Couples en conflit et justice en Aragon (xve-xvie s (...)
  • 91 Marie A. Kelleher, The Measure of Woman: Law and Femaly Identity in the Medieval Crown of Aragon, P (...)

27Les travaux les plus récents, essentiellement à partir des sources judiciaires, mettent l’accent moins sur l’entente des époux que sur les conflits et la manière dont ceux-ci ont été résolus. Issu d’un colloque tenu à Paris en octobre 2010, l’ouvrage collectif sous la direction de Claude Gauvard et Alessandro Stella, paru en 2013, cherche à saisir la manière dont les couples hétérosexués des périodes anciennes, mariés ou non, recourent aux tribunaux. Les contributeurs se demandent pourquoi un conjoint, un couple, un proche parent, un ami ou un voisin, décide, à un moment donné, d’étaler au grand jour devant des juges des sentiments et ressentiments, de publiciser des problèmes intimes confinés ordinairement dans la sphère privée. Il apparaît que les femmes, bien plus souvent que les hommes, sollicitent les officialités, soit pour contraindre le fiancé négligent à tenir sa promesse de mariage, soit, après les noces, pour dénoncer la violence et les abus du mari. À l’extrême fin du Moyen Âge, les couples s’affrontent de moins en moins à travers les injures, les rixes ou la vengeance mais de plus en plus « à coups de procédure ». Le tribunal permet de s’échanger des coups au grand jour et de bénéficier de la publicité judiciaire89. Dans un ouvrage important paru en 2011 et dans quelques articles, Martine Charageat a parfaitement montré comment, au tribunal ecclésiastique de Saragosse, pour imposer un mariage ou obtenir une séparation, les époux et épouses n’usent pas des mêmes stratégies, et les procureurs ne développent pas les mêmes argumentations face à eux. Lorsque le juge cherche à contraindre un homme à solenniser un mariage, celui-ci avoue sans trop de difficulté avoir connu charnellement la future mais il se défend d’avoir prononcé la moindre parole d’engagement matrimonial. La femme, en revanche, nie toutes relations sexuelles qui l’obligeraient à se marier, à moins qu’elle désire contraindre son partenaire à l’union. Les femmes « se sentent moins menacées et compromises par les paroles qu’elles ont pu échangées que par leur corps ». Lorsque la femme transgresse les normes sexuelles et matrimoniales, elle est nécessairement déloyale de son corps ; lorsque c’est l’homme, il est responsable par la parole, son adultère ou sa vie en concubinage reposant d’abord sur l’absence des paroles échangées qui constituent le mariage. Devant les tribunaux, le corps de l’homme n’apparaît vraiment que lorsqu’il s’agit de prouver son impuissance, dénoncée et mise au jour par une parole de femme90. L’ouvrage de Marie Kelleher, paru en 2010, s’inscrit dans cette mouvance. Il montre aussi que les épouses aragonaises des xiiie-xive siècle venant porter leur litige conjugal à la connaissance du juge utilisent le vocabulaire attendu par ce dernier91.

  • 92 Christiane Klapisch-Zuber, « ‘La lutte pour la culotte’, un topos des rapports conjugaux (xve-xixe  (...)
  • 93 Adrien Dubois, « Quitter son époux à la fin du Moyen âge », Histoire et Sociétés Rurales, 45.1, 201 (...)
  • 94 Martine Charageat, « Meurtres entre époux en péninsule Ibérique à la fin du moyen âge (xve-xvie siè (...)
  • 95 Sara M. Butler, Divorce in Medieval England: From One to Two Persons in Law, New York, Routledge, 2 (...)
  • 96 Ricardo Cordoba de la Llave, « La mediación de la mujer medieval en la violencia cotidiana: el caso (...)

28Les conflits entre époux se déclinent de mille manières. Ils se limitent parfois à un motif populaire et folklorique sous la forme de la bataille pour la culotte92. Ils peuvent aussi se terminer par la fuite ou le refus de l’épouse de rendre la dette conjugale, comme le montre Adrien Dubois à propos des grèves du sexe des femmes93. Ces mésententes vont jusqu’au crime entre époux94. Toutes ces études confirment que les épouses médiévales ne se sont pas résignées à subir une vie de couple malheureuse, parfois faite d’une insupportable violence. Dans un ouvrage très important, Sara M. Butler a développé le concept de spousal abuse pour désigner la violence maritale dans ce qu’elle a d’acceptable ou pas en analysant finement les mots et les gestes qui désignent cette violence dans les archives des tribunaux de York et de l’Essex aux xive et xve siècles95. Ricardo Cordoba de la Llave a aussi fait remarquer que les Castillanes du xve siècle blessées et battues avaient tendance à pardonner à leur époux violent et qu’elles savaient souvent se montrer conciliatrices entre agresseurs et victimes96

Couples séparés

  • 97 Diego Quaglioni et Silvana Seidel Menchi (dir.), Matrimonio in dubbio: unioni controverse e nozze c (...)
  • 98 Emmanuelle Santinelli (dir.), Séparation, divorce, répudiation dans l’Occident médiéval, Valencienn (...)
  • 99 Sara M. Butler, Divorce in Medieval England…, op.cit.
  • 100 Stéphanie Richard, Vies et morts des couples princiers. Les séparations conjugales dans la Maison d (...)

29Intérêt lié à des interrogations contemporaines, on s’intéresse beaucoup plus aujourd’hui à la manière dont les couples médiévaux se séparent qu’à la manière dont ils se forment. Faisant suite aux travaux pionniers de Diego Quaglioni et Silvana Seidel Menchi97, il faut ici citer un ensemble de travaux sur ce thème. Un volume collectif a paru en 2007, intitulé Séparation, divorce, répudiation dans l’Occident médiéval98. Dans son ouvrage déjà cité, Sara M. Butler a également analysé les nombreuses possibilités des gens mariés au Moyen Âge pour casser leur union, de l’abandon du conjoint au divorce officiellement prononcé, en passant par diverses formes de séparation. L’indissolubilité du mariage est toute relative et il existe de nombreuses options lorsque la misère sociale, l’adultère, la folie ou l’impuissance viennent perturber la vie de couple99. Une thèse (publiée) a été soutenue en 2016 par Stéphanie Richard100. Centrant l’étude sur les couples princiers de la deuxième maison d’Orléans des XIVe et XVe siècles, l’auteure s’intéresse aux séparations conjugales sur l’ensemble de la période matrimoniale : de l’absence de vie commune initiale (« la séparation initiale ») juste après le mariage à l’arrêt définitif de la vie commune suite à un conflit, voire au divorce ou à la mort d’un des deux conjoints, en passant par toute une gamme de micro-séparations, passagères ou définitives, intervenant à différents moments de la vie maritale, plus ou moins éloignées géographiquement et aux motifs divers (volontaires ou pas, conjoncturels ou conflictuels etc.). Vivre en couple dans les milieux aristocratiques de la fin du Moyen Âge, c’est surtout « se séparer et se visiter ». La séparation est un mode de vie conjugale ordinaire des couples.

  • 101 Katherine L. French, « Loving Friends: Surviving Widowhood in Late Medieval Westminster », Gender (...)
  • 102 Katherine L. Reyerson, Women’s Networks in Medieval France. Gender and Community in Montpellier, 13 (...)
  • 103 Kathryn L. Reyerson, Mothers and Sons, Inc. Martha de Cabanis in Medieval Montpellier, Philadelphie (...)

30La grande majorité des séparations conjugales demeure consécutive à la mort du conjoint. Même si l’on sait que les sources sont très peu abondantes (et ce constat nécessiterait une vraie réflexion) pour les éclairer, les veufs et leur masculinité reste un angle mort de la recherche. Les veuves en revanche continuent à faire parler d’elles. Katherine L. French, à partir des archives de Westminster, montre combien les femmes, à la mort du conjoint, sont confrontés à de fortes pressions et à des changements sociaux, moraux et juridiques. Malgré leur statut plus indépendant que les femmes mariées, qui a été souligné très souvent dans l’historiographie, elles comptent toujours sur les hommes pour les aider à surmonter la vulnérabilité associée au veuvage101. Dans deux ouvrages récents, profondément ancrés dans la micro-histoire, Kathryn L. Reyerson a apporté un éclairage précieux sur les veuves de Montpellier dans la première moitié du xive siècle à partir de nombreux actes notariés, que ce soit la figure d’Agnès de Bossones, veuve d’un changeur (spécialiste du crédit) qui sait activer ses réseaux masculins mais aussi féminins (liens familiaux, matrimoniaux, professionnels) pour mener à bien ses affaires commerciales102, ou celle de Martha de Cabanis qui, en plus d’élever et de former ses trois jeunes enfants pour qu’ils puissent poursuivre l’entreprise de leur père, est une veuve très active. En vingt ans, elle a développé une riche fortune immobilière à partir de la fabrication et du commerce des tissus103.

Trouble dans la conjugalité : femmes seules, concubinage et bigamie

  • 104 Diego Quaglioni et Silvana Seidel Menchi (dir.), Trasgressioni: seduzione, concubinato, adulterio, (...)
  • 105 Cordelia Beattie, Medieval Single Women: The Politics of Social Classification in Late Medieval Eng (...)
  • 106 Julie De Groot, Isabelle Devos et Ariadne Schmidt (dir.), Single Life and the City 1200–1900, Hound (...)
  • 107 Lucie Laumonier, Solitudes et solidarités en ville. Montpellier, mi-xiiie-fin xve siècles, Turnhout (...)

31À la fin du Moyen Âge, le couple hétérosexuel n’est pas uniquement le couple marié. Il existe d’autres formes de cohabitation provisoire ou définitive entre hommes et femmes : relation adultère, concubinage, seconde union après séparation, bigamie, autant de sujets, en relation étroite avec les femmes et le genre, très étudiés depuis le début du xxie siècle104. L’ouvrage pionnier de Cordelia Beattie paru en 2007 à partir des sources de la pratique nous montre qu’il faut non seulement cesser d’associer systématiquement vie maritale et mariage mais que le Moyen Âge a été peuplé de très nombreuses femmes seules adultes, « a troubling and disruptive category », nous obligeant à penser autrement la vie sociale et intime des individus de la fin du Moyen Âge. Cordelia Beattie estime que 30 ou 40 % des femmes ne se marient pas en Angleterre à la fin du Moyen Âge. Par choix ou parce qu’elles sont trop pauvres pour se constituer une dot suffisante, elles demeurent célibataires et domestiques toute leur vie, certaines autres pouvant redevenir servantes (et donc seules à nouveau) à la suite du décès de leur mari. La variation du nombre de femmes seules est très dépendante des mutations du marché matrimonial et du marché du travail105. Cet ouvrage a été poursuivi par au moins deux études. La première, sous forme de collectif, publiée en 2015, Single Life and the City 1200–1900 est centrée sur le nord-ouest de l’Europe (Angleterre, Écosse, Belgique, Suède et France). Trois articles portent sur la fin de l’époque médiévale, dont celui de Jeremy Goldberg sur l’homme seul106. La seconde est une thèse soutenue en 2013 et devenue désormais un livre en 2015 sur les différentes formes de solitude à Montpellier à la fin du Moyen Âge en fonction de l’âge, du sexe, de la position dans le cycle de vie, du milieu social ou du lieu d’habitation : la solitude des jeunes filles est plus brève que celle des jeunes hommes et la solitude des veuves, plus facilement et plus précocement définitive que celle des veufs107.

  • 108 Michelle Armstrong-Partida, « Concubinage, Illegitimacy… », op. cit.
  • 109 Leah Otis-Cour, « De jure novo: Dealing with adultery in the Fifteenth-Century Toulousain », Specul (...)
  • 110 Corinne Wieben, « The Charms of Women and Priests: Sex, Magic, Gender and Public Order in Late Medi (...)

32Lorsqu’elles ne sont pas seules, les femmes ne sont pas toujours mariées et peuvent être des concubines. On sait qu’à la fin du Moyen Âge, de nombreux clercs vivent en compagnie d’une femme, « comme mari et épouse », avec parfois des enfants. Michelle Armstrong-Partida a montré que les prêtres catalans de la fin du Moyen Âge demandent souvent des lettres de dispenses pour naissance illégitime (defectus natalium) et que beaucoup de laïcs de la même région ont utilisé la vie en concubinage comme une phase normale de transition entre l’adolescence et l’âge adulte, assumant pleinement leur responsabilité de paterfamilias sur les enfants nés de ces unions informelles et provisoires108. Les travaux sur l’adultère sont aussi aujourd’hui bien installés dans le paysage historiographique sur le genre. On citera l’article de Leah Otis-Cour sur Toulouse au xve siècle109 et celui de Corinne Wieben dans lequel l’auteure analyse quatre affaires pénales passées devant les tribunaux ecclésiastiques et communaux de Lucques au milieu du xive siècle, dans lesquelles des femmes sont accusées d’avoir utilisé la magie pour séduire des hommes mariés, et des prêtres sont incriminés pour avoir charmé des femmes mariées. Une femme infidèle, non seulement se déshonore et bafoue sa famille et sa parenté, mais elle remet en cause l’ordre civique, surtout lorsqu’elle utilise des procédés de magie amoureuse pour arriver à ses fins. La peur est grande chez les autorités ecclésiastiques et civiles de voir les femmes utiliser la magie pour contrôler le comportement des hommes, comme elle est grande de voir les clercs déroger à leur vœu de célibat pour satisfaire leur désir de pouvoir et de sexe110.

  • 111 Sara McDougall, « Bigamy: A Male Crime in Medieval Europe? » Gender & History, 22.2, 2010, p. 430-4 (...)
  • 112 Voir Didier Lett, « ‘Femmes tenues’ et ‘femmes connues’. Concubinage et adultère dans trois statuts (...)

33Enfin, des études très récentes portent sur la bigamie. Travaillant pendant longtemps sur les sources normatives, les médiévistes sont restés sur l’idée qu’à partir de la réforme dite grégorienne, la bigamie ne pouvait être que résiduelle et marginale, renvoyant à une pratique « barbare », comme certains Normands décrits par Orderic Vital au xiie siècle dans son Histoire ecclésiastique qui vivent more danico. Sara McDougall, dans son livre sur le diocèse de Troyes au xvsiècle et dans un article programmatique plus général, montre que la bigamie est essentiellement un crime masculin. Si un homme vit avec deux ou plusieurs femmes, les tribunaux déclenchent une enquête criminelle et appliquent des sanctions judiciaires. Si la coupable est une femme, son crime et ignoré ou excusé. En commettant le péché de bigamie, l’homme viole ses responsabilités envers sa première épouse et abuse de la confiance de la deuxième, qu’il trompe. En revanche, la femme bigame, même sans l’autorisation et le soutien de la famille de son mari s’est, d’une certaine manière, orientée dans une voie plus respectable que celle qui a choisi de rester seule, libre, sans attaches, candidate probable à la prostitution, au concubinage avec un laïc ou, pire, un prêtre. Pour une femme, commettre la bigamie, c’est quand même chercher une famille, un foyer et un chef masculin. Il vaut mieux qu’une femme abandonnée se soumette à un second mari que de ne pas avoir de mari du tout. Malgré la rhétorique chrétienne de l’égalité en matière de conjugalité, le christianisme impose donc aux maris et aux femmes des obligations différentes111. En matière de péché sexuel dérivant du mariage, l’adultère est féminin et le concubinage et la bigamie, masculins112.

Frères et sœurs

  • 113 Pour un bilan très récent, voir Didier Lett, « Actualité de la recherche : l’histoire des frères et (...)
  • 114 Pour cette articulation, voir Didier Lett, « Masculinités et féminités des enfants dans les fratrie (...)

34Au sein de la famille, une relation de genre a été particulièrement valorisée ces dernières années. Il s’agit du lien adelphique, comme en rendent compte de nombreux ouvrages collectifs parus ces dernières années113. Il est désormais clair qu’on ne peut plus traiter de l’histoire des frères et sœurs sans prendre en compte autant les sœurs que les frères et sans articuler masculinité, féminité et fratrie114. Justine Audebrand mène actuellement une thèse (sous la direction de Geneviève Bührer-Thierry à l’Université de Paris 1 – Panthéon Sorbonne) sur les relations frères-sœurs au Haut Moyen Âge (ve-xie siècles) à partir des chroniques, récits hagiographiques et actes diplomatiques. Elle s’intéresse à la taille et au sexe de la fratrie, au rang dans la fratrie, aux spécificités des sorories, aux diverses formes d’accès à l’héritage, à l’évolution des constellations fraternelles en fonction des âges de la vie et des moments du « roman familial » (mort, veuvage, naissance etc.) et au poids de la relation adelphique au sein du pouvoir, dans la gestion du patrimoine, dans les moments de conflits et de guerre.

Sexualités

  • 115 Ruth Mazo Karras ; Sexuality in Medieval Europe. Doing unto Others, New York-Londres, 2005. L’auteu (...)

35Si le sujet n’est pas neuf, il a été, lui aussi, considérablement renouvelé ces dernières années par le genre. On bénéficie aujourd’hui de synthèses sur le sujet115. Logiquement, on interroge moins la sexualité conjugale, qui a fait l’objet de nombreux travaux depuis les années 1980, que toutes les autres formes de sexualités (dissident sexualities).

Homosexualité, sodomie, transgenre

  • 116 Voir le déjà ancien Gleen Burger et Steven F. Kruger (dir.), Queering the Middle Ages, Minneapolis, (...)
  • 117 Michael Rocke, Forbidden Friendships. Homosexuality and Male Culture in Renaissance Florence, New Y (...)
  • 118 Voir mes critiques : Didier Lett, « Le ‘vice sodomite’ au Moyen Âge. Contribution à une histoire de (...)
  • 119 Trevor Dean, « Sodomy in Renaissance Bologna », Renaissance Studies, 31.3, 2016, p. 426-443.
  • 120 Jonas Roelens, « Visible Women. Female sodomy in the Late Medieval and Early Modern Southern Nether (...)
  • 121 Jonas Roelens, « Gossip, Defamation and Sodomy in the Early Modern Southern Netherlands », Renaissa (...)
  • 122 Robert Mills, « Seeing Sodomy in the Bibles moralisées », Speculum 87.2, 2012, p. 413-468 et, désor (...)

36Les travaux sur l’homosexualité ou la sodomie ne tarissent pas, fortement influencés, outre-Atlantique, par les mouvements LGBT et queer (même si c’est sans commune mesure avec l’influence exercée sur les études historiques ou littéraires en histoire contemporaine)116. Dans la continuité des travaux pionniers, et désormais anciens, de Guido Ruggiero, Mickael Rocke puis Helmutt Puff117, c’est-à-dire en opérant trop souvent une équation systématique entre sodomie et homosexualité, ce qui, pour le Moyen Âge est loin d’être une évidence118, les historiens portent un intérêt aux relations affectives ou sexuelles entre personnes de même sexe, tel Trevor Dean par exemple à partir des riches archives judicaires de Bologne à la fin du Moyen Âge119. Il s’agit presque exclusivement de relations entre hommes car, hélas, le lesbianisme échappe aux sources de la pratique. Cependant, Jonas Roelens a pu étudier vingt-cinq accusations de sodomie concernant des femmes dans le sud des Pays-Bas. Il explique cette plus grande visibilité régionale (et donc la plus forte répression de la sexualité déviante féminine) par le niveau élevé de liberté et d’alphabétisation dont jouissent les femmes dans ces communautés urbaines120. Un article récent du même auteur vise à nuancer l’idée selon laquelle les élites politiques ont été le principal moteur de la persécution des sodomites, et révèle le rôle central joué par les commérages et les calomnies dans les villes du sud des Pays-Bas, où les fausses accusations d’actes contre-nature étaient pratique courante121. Les images aussi se prêtent à ces études : Robert Mills a répertorié et examiné avec minutie celles qui représentent des sodomites dans les manuscrits médiévaux enluminés et sur les fresques, tel celui qui est embroché de l’anus à la bouche par un démon et qui porte une mitre sur laquelle on peut lire « sotomitto » (un jeu de mot : « je me soumets » / sodomito) dans une scène de luxure du Jugement dernier représenté sur une fresque de la Collegiata de San Gimignano datant du xve siècle122.

  • 123 Clovis Maillet, Les genres fluides. Brève histoire de l’identité au Moyen Âge. De Jeanne d’Arc aux (...)
  • 124 Voir les articles de Cristof Rolker sur le sujet, dont « The Two Laws and the Three Sexes: Ambiguou (...)
  • 125 Maaike van der Lugt, « Sex Difference in Medieval Theology and Canon Law. A Tribute to Joan Cadden  (...)

37Dans la lignée des travaux de Judith Butler, certaines historiennes et certains historiens insistent sur la fluidité du genre et montrent combien il est artificiel de définir l’hétérosexualité comme la norme, même pour les périodes anciennes. Les études transgenre font aussi leur apparition en histoire médiévale, envisageant le genre séparément du sexe de naissance et pensant la dissymétrie entre masculin et féminin. Les travaux sur le travestissement, non pas vu comme une simple transgression ou une déviance passagère mais comme un choix de vie, se poursuivent. Dans un ouvrage centré sur six personnages médiévaux, réels ou imaginaires, (Jeanne d’Arc, Silence, Hildegonde-Joseph, Eugénie-Eugène, Marina-Marinos et Thècle), Clovis Maillet explore toutes les disjonctions possibles, au sein de la société chrétienne, entre assignation de sexe biologique et genre123. Des études se sont intéressées aux hermaphrodites, êtres humains qui, possédant les organes des deux sexes, viennent troubler la distinction de sexe. À partir du xiie siècle, dans les discours médicaux, philosophiques, juridiques et littéraires, se développe une réflexion sur l’origine et la nature spécifique des hermaphrodites, parfois perçus comme un « troisième sexe ». Bien qu’on ait conscience qu’il existe, chez les hermaphrodites, une fusion des deux sexes, on cherche souvent à savoir ce qu’en disent le droit civil, le droit canon et la théologie, quel sexe domine l’autre, quelle est leur capacité d’engendrement124 et la possibilité ou non de leur administrer les sacrements125.

Les violences sexuelles

  • 126 Abuser / forcer / violer, Clio. Femmes, Genre, Histoire, 52, 2020.
  • 127 Iñaki Bazan, « Quelques remarques sur les victimes du viol au Moyen Âge et au début de l’époque mod (...)
  • 128 Dorothea Nolde, « Les violences sexuelles faites aux enfants. Un état des recherches », in Abuser / (...)
  • 129 Didier Lett, « L’inceste père-fille à la fin du Moyen Âge : un crime, un péché de luxure ou un acte (...)

38Faisant écho à des préoccupations très contemporaines, les chercheurs s’intéressent aux violences sexuelles. Le dernier numéro de la revue Clio y est consacré126. La forte inégalité des sexes et la domination masculine engendrent plus souvent une violence exercée par l’homme sur la femme. Le viol a été bien étudié par les médiévistes : nous possédons des sources judiciaires et, de plus, l’histoire des femmes a longtemps privilégié la dialectique oppression-domination127. Les résultats montrent que cet acte est plus fortement réprimé en théorie que dans la réalité, qu’il est peu dénoncé par peur, honte et culpabilité de la victime et déshonneur de sa famille, qu’il se déroule souvent au sein d’un réseau de connaissances, que les nonnes et les femmes inscrites dans un ordre matrimonial (vierges, épouses, veuves) sont davantage protégées par la loi et la société que les célibataires et les femmes de mauvaise renommée et que le non consentement ne va jamais vraiment de soi. Ces études permettent d’interroger l’honneur et la renommée des femmes et leur capacité à dénoncer et à mener jusqu’au bout les poursuites car le viol est l’un des rares crimes que les femmes peuvent poursuivre elles-mêmes. Dans le sillage d’une prise de conscience sociale, alimentée par un flux de révélations et de scandales depuis le milieu des années 1990, les violences sexuelles faites aux enfants (pédophilie ou, plutôt, pédocriminalité) des deux sexes se sont également invitées dans la recherche historique128. L’inceste, même s’il est très difficile à appréhender, a été étudié à l’intérieur de la famille et offre un cas spécifique de pédocriminalité129.

Les métiers du sexe

  • 130 Jacques Rossiaud, Amours vénales. La prostitution en Occident, XIIe-XVIe siècle, Paris, Flammarion, (...)
  • 131 Agathe Roby, La Prostitution au Moyen Âge. Le commerce charnel en Midi toulousain du XIIIe au XVIe (...)
  • 132 Voir aussi Agathe Roby, « De la Grande abbaye au Château Vert : l’installation d’un nouveau bordel (...)
  • 133 Erik Spindler, « Were Medieval Prostitutes Marginals? Evidence from Sluis, 1397–1440 », Revue belge (...)
  • 134 Jamie Page, « Masculinity and Prostitution in Late Medieval German Literature », Speculum, 94.3, 20 (...)
  • 135 Rosella Rinaldi, « Meretricio, giustizia, genere (secc. XIII-XV) » in Didier Lett (dir.), I registr (...)

39Les métiers du sexe ont donné lieu aussi à des travaux récents. Outre les synthèses réalisées par Jacques Rossiaud et par Maria Serena Mazzi130, une thèse a été soutenue en 2016 par Agathe Roby-Sapin sur La prostitution en Midi toulousain à la fin du Moyen Âge (xiiie-xvie siècle), sous la direction de Sophie Cassagnes-Brouquet à l’Université de Toulouse II-Le Mirail, devenue désormais un livre131. L’auteure y étudie durant quatre siècles (xiiie-xvie siècles), les discours, les représentations et les pratiques de la prostitution dans le Midi toulousain (surtout Toulouse mais aussi Albi, Castelnaudary, Castres, Foix, Montauban, Pamiers, Rodez et même des villages situés dans un rayon d’une centaine de kilomètres autour de Toulouse). Elle montre l’intégration du phénomène prostitutionnel à la société. Les acteurs, qu’ils soient clients, proxénètes, prostituées ou « maquerelles », sont, pour la plupart, des citoyens ordinaires des villes et non des marginaux132. C’est aussi la thèse défendue par Erik Spindler dans un article de 2009133. Jamie Page, en travaillant sur des sources littéraires de l’espace germanophone du sud de l’empire, s’intéresse non seulement aux clients des maisons closes mais à tous les acteurs masculins qui entourent les prostituées et la manière dont le bordel participe à la création d’une identité masculine et civique134. Rossella Rinaldi souligne que dans les villes italiennes de la fin du Moyen Âge, les peines infligées aux prostituées et aux proxénètes, en cas d’insolvabilité ou de récidive, sont très progressives : flagellation dans les rues, puis mise aux chaînes sur la place pendant au moins un jour, tonte des cheveux ou amputation d’une partie du nez et enfin expulsion de la ville. Elle note aussi que ces peines s’alourdissent à la fin du xive siècle, allant parfois jusqu’à des condamnations au bûcher135. Marie Brassel, sous la direction de Sophie Cassagnes-Brouquet, mène une thèse sur les prostituées qui ont fait le choix, volontairement, de sortir du monde de la vénalité pour devenir des repenties – À l’image de la Marie-Madeleine : de la prostituée à la fille pénitente, les couvents de repenties, France Méridionale, Italie du Nord et du Centre (xii-Xe siècle) –, et couvre le Midi toulousain, le Languedoc, la Provence ainsi que l’Italie du Nord et du centre.

40La prostituée semble bouleverser les rapports traditionnels entre les sexes : c’est une femme « publique », qui vit et agit en dehors de la famille, qui a une autonomie de mouvement et un comportement moral ressemblant à celui d’un homme. Dans le cadre de la mentalité et des pratiques médiévales où l’acte sexuel peut être défini comme « quelque chose que quelqu’un fait à quelqu’un d’autre » (Ruth Mazo Karras), la prostituée donne du plaisir et fait quelque chose à l’autre.

La justice

  • 136 Le chapitre 7 de Claude Gauvard, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin d (...)
  • 137 Michelle Perrot, « Délinquance et système pénitentiaire en France au xixe siècle », Annales ESC, 1, (...)
  • 138 Claude Gauvard, Pauline Schmitt-Pantel et al. (dir.), Figures de femmes criminelles. De l’Antiquité (...)
  • 139 Adrien Dubois, La violence des femmes en Normandie à la fin du Moyen Âge, Le Havre, Cahiers Léopold (...)
  • 140 Marie-Amélie Bourguignon et Bernard Dauven, « Une justice au féminin. Femmes victimes et coupables (...)
  • 141 Emily J. Hutchison, « Sex, Knowledge and ‘Women of Sin’ in the Registre Criminel du Châtelet de Par (...)
  • 142 Christine Ekholst, A Punishment for Each Criminal: Gender and Crime in Swedish Medieval Law, Leyde (...)

41L’histoire de la justice s’intéresse aujourd’hui de plus en plus aux acteurs : coupables, victimes, juges, témoins etc. Dans la veine ouverte par Claude Gauvard sur les lettres de rémission et les sources du Châtelet136, cette documentation a été exploitée pour faire l’histoire des femmes et du genre à la fin Moyen Âge. Charlotte Pichot vient de soutenir sa thèse (fin 2020) à Poitiers sous la direction de Martin Aurell et d’Isabelle Mathieu intitulée L’honneur et le corps féminin dans la criminalité du bas Moyen Âge à partir de nombreuses lettres de rémission du Poitou, Pays de Loire moyenne et Gascogne. Les violences sexuelles à l’encontre des femmes ont été un sujet abondamment traité à partir de la documentation judiciaire. Nous l’avons déjà évoqué : les femmes subissent de multiples autres violences de la part d’hommes mais aussi d’autres femmes (insultes, rixes) et, surtout, elles sont elles-mêmes des coupables. En 1975, Michelle Perrot s’interrogeait déjà : « Refuser à la femme sa nature criminelle, n’est-ce pas encore une façon de la nier ? »137. Les premières études féministes, centrées majoritairement sur la domination masculine, ont occulté ce terrain de recherche et ainsi naturalisé la faiblesse des femmes, confortant implicitement préjugés et stéréotypes de genre. Un ouvrage collectif est paru sur les femmes criminelles en 2010138. La même année, Adrien Dubois s’intéresse prioritairement à la violence exercée par les femmes normandes des deux derniers siècles médiévaux en s’appuyant essentiellement sur une centaine de lettres de rémission et sur les registres de la haute justice seigneuriale d’Elbeuf139, comme Marie-Amélie Bourguignon et Bernard Dauven le font pour les Pays-Bas bourguignons du xve siècle140. Emily J. Hutchison étudie le traitement des dix-neuf (sur 127) femmes criminelles dans le registre criminel du Châtelet (1389-1392), jugées et condamnées pour lèse-majesté, homicide, vol, sorcellerie, incendie volontaire, proxénétisme, recel ou abandon d’enfant. Elle souligne en particulier que si les corps masculins sont suspendus à une potence et longuement exposés pour afficher qu’un sujet est venu perturber la paix et l’harmonie du corps politique, les peines infligées aux corps féminins cherchent à faire disparaître les femmes criminelles de la mémoire collective : elles sont enfouies ou brûlées141. Pour les sentences masculines et féminines dans le droit suédois, on peut se reporter utilement à l’ouvrage de Christine Ekholst paru en 2014142.

  • 143 Didier Lett (dir.), I registri della giustizia penale…, op. cit., qui comporte cinq contributions s (...)
  • 144 Voir les travaux de Trevor Dean, « Theft and Gender in Late médiéval Bologna », Gender and History, (...)

42Les registres de la justice pénale de l’Italie communale (libri maleficiorum) ont donné lieu à un ouvrage collectif très récent que j’ai dirigé, où la dimension de genre est très présente143. Là, comme ailleurs, on insiste sur le fort déséquilibre entre hommes et femmes (environ une femme pour neuf hommes). Les femmes sont impliquées dans des conflits mineurs, spontanés et sans armes (elles ne sont généralement pas autorisées à en porter) dans le cadre de relations de voisinage ou de contextes domestiques. Elles sont donc les principales responsables des crimes qui n’aboutissent pas au tribunal car le processus est interrompu avant la phase probatoire parce que les parties ont recours à des formes de règlement privé. Mais il n’existe pas véritablement de crime déterminé par un sexe. Les femmes ne sont pas systématiquement complices de criminels masculins, ne commettent pas que des crimes passionnels ou des infanticides, usant de ruses, de traîtrise, de dissimulation et de convoitise. Le penser serait véhiculer des stéréotypes de genre, conforter l’idée d’un « sexe faible » maîtrisant mal ses émotions. Les femmes peuvent aussi tuer pour de l’argent et des pères, commettre des infanticides. Dans cette documentation, les femmes sont bien plus présentes dans les cas d’insultes et de rixes et, secondairement, dans les affaires de petits vols et de recels : de 20 à 30 %144. Chloé Tardivel mène actuellement une thèse sous ma direction, intitulée Paroles blessantes. Genre, identités sociales et violence verbale dans l’Italie communale (Bologne, xive-xve siècle). À partir de l’étude sérielle de plusieurs centaines de procès pour « paroles injurieuses » (verba iniuriosa), conservés aux archives de Bologne, elle analyse la part des sexes dans la criminalité verbale, le profil social des injuriaires et injurieur-es et le lexique genré de la violence verbale. S’appuyant sur la sociolinguistique, elle montre qu’hommes et femmes partagent un même répertoire injurieux, et potentiellement la même force de langage, remettant ainsi en cause l’hypothèse d’une différence qualitative entre les parlers injurieux masculins et féminins. Attentive aux pratiques langagières dans leur contexte d’énonciation, elle envisage le discours injurieux comme une opportunité pour les hommes et les femmes de « performer » une identité de genre au sein de leur communauté. En insultant publiquement un homme d’être « un traître », « un voleur » ou une femme d’être une « putain », la personne allègue que sa cible ne correspond pas aux attentes de genre : être un honnête homme ou une femme vertueuse.

  • 145 Bronach C. Kane, Popular Memory and Gender in Medieval England: Men, Women, and Testimony in the Ch (...)
  • 146 Elizabeth Cox, Liz Herbert McAvoy et Roberta Magnani (dir.), Reconsidering Gender, Time and Memory (...)
  • 147 Jasmin Hauck, « Le témoignage de la parenté : la mémoire généalogique dans les dispenses matrimonia (...)

43On interroge aussi la manière dont hommes et femmes ont été reçus en tant que témoins et celle dont ils et elles ont fait appel à leur mémoire dans ce contexte inquisitoire. Souvenons-nous de l’étymologie du mot « témoin », telle que rappelée par l’auteur de la Rhetorica ecclesiastica (1160-1180) : « on l’appelle témoin (testis), comme ils disent, à cause de ses testicules (testiculis), c’est pour cette raison que le sexe masculin est tant admis à tester ». C’est cette considération qui explique que, même si les témoignages de femmes sont nombreux, ils n’ont pas exactement la même valeur. Dans un ouvrage récent, Bronach C. Kane s’intéresse à la manière dont le genre et le statut social des témoins (paysannerie, artisanat) ont façonné les témoignages dans l’Angleterre de la fin du Moyen Âge (dans les archidiocèses de York et de Canterbury). Elle analyse les stratégies rhétoriques employées par les témoins pour montrer comment le statut et le sexe ont influencé la performance et la réception de ces témoignages : on fait souvent appel à la mémoire féminine lorsqu’il s’agit de témoigner de l’accouchement, de la naissance, du mariage ou de la conjugalité145. C’est également la mémoire et le genre qui sont au cœur de l’ouvrage collectif Reconsidering Gender, Time and Memory in Medieval Culture, paru en 2015146 et des articles de Jasmin Hauck et de Melissa Vise parus en 2018147.

Identités, corps, âges et vêtements

  • 148 Didier Lett, « Les noms des hommes, des filles et des épouses dans les Marches d’après le procès de (...)
  • 149 Le Nom des femmes, Clio. Femmes, Genre, Histoire, 45, 2017, en particulier les contributions de Chr (...)

44Le nom est un marqueur d’identité et un puissant facteur de transmission des biens symboliques. Il témoigne de distinctions de sexe et permet, notamment, d’observer les positions plurielles des femmes (déjà épouse, mère ou veuve, mais toujours fille et sœur) au sein de la famille et de la parenté, ainsi que les formes de la domination masculine. En 2007, j’ai interrogé ces différences de sexe dans les Marches du xive siècle148. En 2017, un numéro de la revue Clio a été consacré aux noms des femmes, où l’on trouvera à la fois un article de Christiane Klapisch-Zuber et un bilan historiographique sur la nomination et le genre au haut Moyen Âge149.

45Au Moyen Âge, le corps est la part de la persona la plus honteuse puisque dans l’opposition corpus / anima, c’est la partie liée au péché. La femme est toujours perçue comme étant du côté du caro (et l’homme, du côté de l’anima). Les beaux corps masculins dépendent davantage de caractéristiques morales, tandis que la beauté féminine est incarnée physiquement. C’est pourquoi, de nombreux textes médiévaux rangent les femmes du côté de l’animalité. Clémentine Girault mène actuellement une thèse de doctorat sous la direction de Pierre-Olivier Dittmar et de moi-même à l’Université de Paris, intitulée « La tête effroyablement haute à la manière du lion, elles marchent comme des hommes ». Genre et animalité à la fin du Moyen Âge. À partir des encyclopédies médiévales, des traités de pédagogies, des bestiaires, des traités cynégétiques et des contes moralisés, ce travail s’inscrit pleinement dans une problématique visant à interroger la place du non-humain et des frontières imaginaires et symboliques entre hommes et animaux dans la pensée et la réalité médiévales (selon l’animal turn). De surcroît, il interroge aussi les processus de co-construction du genre et de l’animalité, en étudiant comment s’articulent ces deux rapports de pouvoir.

  • 150 Linda Kalof (dir.), A Cultural History of the Human Body in the Middles Ages, Oxford-New York, Berg (...)
  • 151 Le corps féminin au Moyen Âge / Il corpo femminile nel Medioveo, Florence, Sismel, Edizioni del Gal (...)
  • 152 Monica H. Green, Making Women’s Medicine Masculine: The Rise of Male Authority in Pre-Modern Gynaec (...)
  • 153 Cathy McClive et Nicole Pellegrin (dir.), Femmes en fleurs, femmes en corps. Sang, santé, sexualité (...)

46Les discours médiévaux sont beaucoup plus loquaces sur le corps féminin, qu’il faut davantage surveiller. Ce dernier est vu, par rapport à celui de l’homme, comme incomplet, imparfait et donc inférieur, presque exclusivement à travers les fonctions de reproduction « maternelles » (grossesse, accouchement, allaitement). Signalons A Cultural History of the Human Body in the Middles Ages, paru en 2010, où la dimension genre est convoquée pour parler de naissance, de mort, de santé, de sexualité ou de surnaturel150, et un collectif dans la collection dirigée par Agostino Paravicini Bagliani sur le corps féminin au Moyen Âge151. On citera aussi l’ouvrage très important de Monica H. Green paru en 2008 dans lequel l’auteure, reprenant ses études antérieures sur le corpus de textes de Salerne du xiie siècle (appelés Trotula) et sur la gynécologie et l’obstétrique au Moyen Âge, retrace, à travers une fine étude de la tradition textuelle, l’exclusion des femmes de la pratique et de la théorie du savoir gynécologique et donc l’appropriation de ce savoir par les hommes entre le xiie et le xvie siècles. Cette éviction s’inscrit dans un contexte global d’exclusion des femmes de toute forme d’éducation et de connaissance du latin, langue de transmission du savoir scientifique. Si, au cours des xi-xiie siècles, un véritable dialogue entre tradition médicale empirique féminine et érudition littéraire masculine était encore possible, aux siècles suivants, ces échanges sont définitivement interrompus. Le xve siècle voit ce processus de masculinisation de la gynécologie renforcé et il faudra attendre le xviie siècle pour assister à une réappropriation partielle du corps féminin par les femmes médecins, pour la plupart sages-femmes152. L’ouvrage collectif rédigé par douze historiennes, Femmes en fleurs, femmes en corps. Sang, santé, sexualités, du Moyen Âge aux Lumières, daté de 2010, qui tient compte de l’historiographie récente sur les fluides, la sexualité et la santé, éclaire l’histoire du corps féminin en privilégiant les écoulements sanguins (les « fleurs ») à tous âges de la vie. Comme l’annoncent Cathy McClive et Nicole Pellegrin en introduction, le but recherché est triple : tenter de dévoiler, aux côtés du regard extérieur masculin (médical ou juridique), mieux connu, la perception que les femmes elles-mêmes ont pu avoir de leurs fluides ; intégrer les recherches les plus récentes sur le corps féminin et sur la manière dont s’est construite son histoire ; s’inscrire dans la longue durée, du xiiie au xviiie siècle153.

  • 154 Ludmilla Acone, Danser entre ciel et terre. Le maître à danser du Quattrocento, sa technique et son (...)
  • 155 Christiane Klapisch-Zuber, « La danse de Salomé », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 46, 2017, p. 189- (...)

47Les activités corporelles ont fait également l’objet de travaux. Une thèse, devenue un livre, a été soutenue en 2013 sur les discours et pratiques de la danse en Italie au xve siècle par Ludmilla Acone. Essentiellement à travers les grands traités composés par les maîtres à danser italiens, l’auteure y analyse l’émergence des théories sur la danse et la manière dont les performances chorégraphiques ont été figurées, dans le contexte de l’Italie centro-septentrionale du Quattrocento. Une nouvelle profession émerge et se légitime. La danse est censée posséder une valeur éducative et thérapeutique154. Sur ce thème, on se reportera aussi, toujours avec bonheur, à un article de Christiane Klapisch-Zuber sur la danse de Salomé155.

  • 156 Maria-Giuseppina Muzzarelli, « Statuts et identités. Les couvre-chefs féminins (Italie centrale, xv(...)
  • 157 Voir Geneviève Bührer-Thierry, « La beauté, le vêtement et l’apparence : des armes genrées dans la (...)
  • 158 Tara Hamling et Catherine Richardson (dir.), Everyday Objects. Medieval and Early Modern Material C (...)
  • 159 Voir Irene Barbiera, « Culture matérielle, genre et cycle de vie dans l’Europe du début du Moyen Âg (...)
  • 160 Voir notre dernier bilan sur l’histoire de l’enfance, Didier Lett, Isabelle Robin-Romero et Catheri (...)
  • 161 Didier Lett, « La formation des identités de genre durant l’enfance et la jeunesse à la fin du Moye (...)
  • 162 Caroline Schulster Cordone, Le Crépuscule du corps. Images de la vieillesse féminine, Gollion (Suis (...)

48Le vêtement est un puissant marqueur identitaire et social. Il révèle des différences de genre, d’autant plus qu’il a aussi pour fonction de cacher le corps. Les vêtements féminins, on le sait lorsqu’on étudie les lois somptuaires, sont toujours au centre des préoccupations des institutions communales ou étatiques (masculines). Bien plus que pour les hommes, l’habit porté par les femmes affirme une forte identité morale et sexuelle. Dans l’histoire chrétienne, « le vêtement apparaît en effet au moment de la faute, pour cacher une nudité devenue honteuse et en même temps réparer la définitive coupure du sexe » (Odile Blanc). Il convient de réinscrire cette observation dans une histoire sociale du vêtement pour tenter de montrer en quoi le vêtement aide ou non à différencier les sexes et en se demandant si les évolutions suivent les mêmes rythmes. Maria-Giuseppina Muzzarelli poursuit son travail minutieux et original, à travers les textes et les images, sur les différentes pièces du vêtement féminin, le couvre-chef ou le voile, qui sont des éléments chargés de signifier l’identité de genre156. En plus des éléments de parures féminines et les armes157, un intérêt certain s’est développé ces dernières années pour les objets et, en particulier, ceux qui était produits ou appartenaient aux femmes. Ces objets circulent souvent, entre les hommes (portraits, livres), entre les femmes (par le biais des legs testamentaires) et entre hommes et femmes. Ils sont chargés, par leur possesseur et par leur entourage, d’une valeur affective autant qu’économique158. Dans ce domaine, l’archéologie genrée est d’un grand apport, permettant aujourd’hui de ne pas attribuer une tombe en fonction de l’objet trouvé dans celle-ci par naturalisation et essentialisation des rapports de genre : une sépulture qui comprend des armes n’est pas nécessairement masculine et celle qui comporte des parures ou des poupées n’est pas nécessairement féminine. Ce type d’archéologie permet aussi de réviser les approches sur la disposition des tombes dans les cimetières et les rites funéraires en fonction du sexe des individus ou en fonction de l’âge159. Ce dernier a aussi connu ces dernières années un intérêt certain dans une optique de genre, que ce soit l’enfance160, la jeunesse161 où la vieillesse162.

Émotions

  • 163 Le Genre des émotions, Clio. Femmes, Genre, Histoire, 47, 2018.
  • 164 Carole Lansing, Passion and Order. Restraint of Grief in the Medieval Italian Communes, Ithaca (NY) (...)
  • 165 Voir aussi, sur cette fresque, Christiane Klapisch-Zuber, « L’arbre aux galants », in Myriam Cottia (...)

49La revue Clio a consacré en 2018 un numéro au « genre des émotions »163. Souvent considérées comme un puissant marqueur de genre, les émotions jouent un rôle central dans les délimitations culturelles et sociales du masculin et du féminin. Depuis la théorie antique des tempéraments, en effet, le masculin est du côté des émotions chaudes et sèches (colère, fureur, hardiesse, haine), le féminin, du côté des émotions froides et humides (modestie, douceur, crainte, pudeur, compassion, langueur). Dans le monde occidental, on considère aussi que les émotions sont davantage féminines et la raison plutôt masculine. Les femmes, réputées plus proches de la nature et irrationnelles, manifesteraient en effet une sensibilité plus exacerbée que les hommes, exprimeraient davantage leurs sentiments (quitte à se laisser déborder par eux), passeraient plus rapidement d’une émotion à une autre, seraient lunatiques ou « hystériques ». Les hommes, êtres de culture et de raison, auraient plus de retenue et de contrôle d’eux-mêmes, maîtriseraient davantage l’expression de leurs émotions et en changeraient moins souvent. Dans la façon dont elles sont jugées, attendues et parfois exigées, les émotions, viriles ou efféminées, sont donc genrées. Les articles contenus dans ce dossier de Clio ont tenté de mettre en relation genre et émotions pour déconstruire ces forts stéréotypes de genre. Finalement, hommes et femmes partagent le plus souvent les mêmes « communautés émotionnelles » (Barbara Rosenwein), sans occuper la même position à l’intérieur de celles-ci. Dans un ouvrage important, Carol Lansing s’est intéressée à la manière dont hommes et femmes expriment leur chagrin lors des funérailles dans l’Italie communale du xiiie siècle164. Elle part d’un paradoxe : alors que, dans les statuts communaux, ce sont majoritairement les femmes qui sont menacées d’une condamnation pour des manifestations de deuil jugées intempestives, la grande majorité des sentences prononcées à l’encontre de ces bruyantes funérailles concerne des groupes d’hommes (parfois plus d’une centaine) appartenant le plus souvent à l’élite. Elle pose donc ainsi d’emblée deux problèmes qui structurent l’ensemble de sa réflexion : le « régime de genre » à l’œuvre dans la vie communale italienne du xiiie siècle et le régime de vérité produit par des types de documentation différentes. En examinant minutieusement un aspect du programme législatif des villes italiennes (principalement Orvieto et, secondairement, Bologne et Pérouse), elle s’interroge sur les raisons qui ont incité le législateur à condamner aussi fréquemment et fermement les manifestations publiques de douleur et de lamentations lors des funérailles. Ces dernières sont-elles vraiment une menace pour l’ordre public ? Selon de nombreux historiens, elles seraient jugées dangereuses parce qu’elles seraient l’occasion d’une profusion de rituels non chrétiens. Sans remettre en cause cette opinion, l’auteure pense que ces condamnations s’expliquent davantage par le pouvoir de la douleur, elle-même capable de menacer la paix communale. Carol Lansing réinscrit donc également son étude dans un contexte de rapport de genre qui se modifie. Le xiiie siècle, en effet, connaît une réflexion de plus en plus fine sur la nature féminine, à partir de tout un courant aristotélicien. Le péché est désormais, dans le discours des théologiens et des prédicateurs, lu en termes de genre : les passions excessives et la concupiscence sont féminines tandis que la rationalité est masculine. Ce lien de plus en plus vif entre femmes et appétit sexuel se retrouve dans les sermons et les images. L’auteure étudie en particulier (chapitre 7) « l’arbre au pénis », fameuse fresque de Massa Maritima datée de 1265 qui était vue par l’ensemble de la communauté. Longtemps dissimulée sous une couche de chaux car jugée dérangeante et redécouverte seulement en 2000 dans un bâtiment contenant les sources d’eau appelées « Sources de l’Abondance », elle représente un arbre dont les fruits sont des phallus et une foule de femmes qui les cueillent ou ramassent ceux qui sont tombés par terre165.

L’économie et le travail

Économie de marché et économie de subsistance

  • 166 Pour un bilan récent, surtout pour l’Italie de la fin du Moyen Âge, voir Maria Paola, Zanoboni, « I (...)
  • 167 Ses travaux anciens : Martha C. Howell, Women, Production, and Patriarchy in Late Medieval Cities, (...)
  • 168 Elise M. Dermineur (dir.), Women and Credit in Pre-Industrial Europen Turnhout, Brepols, 2018.

50Le travail des femmes a longtemps été au cœur des préoccupations des historiennes et historiens du genre. Il se poursuit soit sous forme de synthèses, soit sous forme de monographies, éclairant davantage le monde urbain que rural166. Dans divers travaux, Martha Howell a montré que la division sexuée du travail n’est pas aussi rigide qu’on l’a longtemps cur et, surtout, que cette division ne recouvre pas la frontière poreuse entre travail de subsistance et travail pour le marché. Au contraire, en particulier en Europe du Nord, les femmes, comme les hommes, produisent des biens destinés à la vente, travaillent pour un salaire ou à la pièce, et dirigent des établissements commerciaux au sein d’« entreprises familiales ». Certaines femmes sont entrées sur le marché en produisant et en vendant des biens qu’elles fabriquent elles-mêmes pour leur usage domestique (beurre, fromage, bière, tissus, vêtements etc.). De nombreuses épouses ont pu remplacer pendant de longues périodes leur mari parti voyager pour raison de commerce et tenir leurs comptes, stocker les marchandises et organiser les ventes locales. Les veuves propriétaires succèdent souvent à leur mari. Selon Martha Howell, il n’existe pas nécessairement de relation entre le travail effectué par une femme et son degré de subordination ou d’indépendance à l’égard des hommes. Partant, elle revient donc sur le problème de la chronologie de l’histoire des femmes. Selon elle, la fin du Moyen Âge ne voit pas d’« âge d’or » du travail des femmes mais un moment de l’histoire européenne où les impératifs du marché coïncident avec les impératifs du ménage patriarcal dans lequel la femme doit être vertueuse et donc s’occuper consciencieusement de son mari, faire des bénéfices honnêtes puisque profitant à son ménage, fondement de la bonne société, permettant ainsi aux hommes de poursuivre leur quête de profit. L’histoire de la révolution commerciale en Europe n’est donc pas seulement une histoire économique mais également une histoire sociale, juridique et culturelle qui redéfinit les rôles de l’homme et de la femme167. C’est pourquoi de nombreuses femmes se sont consacrées au crédit, comme le montre l’ouvrage collectif paru en 2018 sous la direction d’Elise Dermineur, à la lecture duquel on mesure le nombre élevé, à la fin du Moyen Âge, de créanciers et de débiteurs féminins168.

Les femmes en ville

  • 169 Marjorie Keniston Mcintosh, Working Women in English Society, 1300-1620, Cambridge, Cambridge Unive (...)
  • 170 Sharon Farmer, The Silk Industries of Medieval Paris: Artisanal Migration, Technological Innovation (...)
  • 171 Katherine L. Ryerson, Women’s Networks…, op. cit. et Id., Mothers and Sons…, op. cit.
  • 172 Julie Pilorget, Des femmes dans la ville : Amiens (1380-1520), thèse soutenue en 2018 sous la direc (...)
  • 173 A. Solorzano Telechea, Beatriz Arizaga Bolumburu et Amélia Aguiar Andrade (dir.), Ser mujer en la C (...)
  • 174 Maryanne Kowaleski et Jeremy P. Goldberg (dir.), Medieval Domesticity: Home, Housing and Household (...)
  • 175 Carole Rawcliffe, « A Marginal Occupation? The Medieval Laundress and her Work », Gender & History, (...)
  • 176 Sharon Farmer, The Silk Industries of Medieval Paris…, op. cit.
  • 177 Maria Paola Zanoboni, Povertà femminile nel medioevo. Istantanee di vita quotidiana, Milan, Jouvenc (...)

51Ce sont très nettement les villes anglaises qui ont continué de faire l’objet des études les plus nombreuses169, mais y figurent aussi Paris170, Montpellier171 ou Amiens172. Un colloque s’est tenu en Espagne, qui a donné lieu à un ouvrage collectif où l’on trouvera de précieuses contributions sur les citadines de tous milieux sociaux dans la péninsule ibérique173. Des études ont porté sur la domesticité féminine urbaine, très présente, même dans des ménages assez modestes174 et sur le rôle des femmes dans l’industrie textile, du petit prolétariat urbain aux ouvrières employées dans les industries de luxe. Carole Rawcliffe interroge le travail des blanchisseuses à la fin du Moyen Âge en Angleterre et dans le Nord de la France175. Sharon Farmer étudie les travailleuses de la soie à Paris au xive siècle et souligne qu’elles sont souvent venues, comme leurs homologues masculins, du nord de l’Italie, de la péninsule ibérique, de Chypre, d’Outremer et même de Tunis pour s’installer durablement dans la capitale. Le secteur de la soie est l’un des principaux domaines d’emploi des femmes à Paris et elles y occupent des postes parfois prestigieux. Secteur mixte, les femmes y sont même plus nombreuses que les hommes, mais restent moins bien rémunérées. Cependant, les femmes travaillant dans l’industrie de la soie ont un statut plus élevé que la plupart des autres femmes actives à Paris, et au moins quelques femmes ont réussi à accéder aux échelons supérieurs du métier, possédant leurs propres ateliers, faisant partie des catégories fiscales les plus imposées et traitant directement avec des nobles fortunés. Dans ce type d’industrie, les femmes parisiennes ont davantage de chances de devenir des entrepreneures de haut niveau que leurs homologues en Italie. Néanmoins, certaines d’entre elles ont du mal à gagner leur vie. Ces mêmes femmes se sont souvent tournées vers les prêteurs juifs et, moins fréquemment, vers les prêteurs italiens176. Enfin, des travaux récents interrogent désormais la pauvreté des femmes ou l’articulation entre genre et stratégies de survie des plus démunis177.

Les femmes paysannes

  • 178 Emmanuelle Carpentier et Didier Lett (dir.), Le Village à l’épreuve du genre, Toulouse, Presses uni (...)
  • 179 Gabriella Piccinni, « Le donne nella mezzadria toscana delle origini », in Alfio Cortonesi et Gabri (...)
  • 180 Didier Boisseuil, Pierre Chastang, Laurent Feller et Joseph Morsel (dir.), Écritures de l’espace so (...)

52Le 41e colloque de Flaran, Le village à l’épreuve du genre, a été consacré aux hommes et aux femmes de la paysannerie178. Il a fait le constat de la relative pauvreté des travaux prenant en compte les paysannes et, a fortiori, le genre. La question posée est celle, essentiellement pour les périodes xiie-xviiie siècle, des spécificités par rapport à ce que l’on observe en ville. Là encore, les travaux pionniers sont venus de l’Angleterre. Mais, des études novatrices ont été faites en Italie, en particulier sur les rapports de genre dans le système de la mezzadria pour montrer que l’introduction de ce dernier modifie l’organisation familiale, créant un lien privilégié entre le propriétaire et le mezzadro, ce qui renforce le pouvoir domestique de celui-ci179. En France, pour rendre hommage à Monique Bourin, l’une des premières historiennes françaises à avoir étudié les paysannes dans ces travaux sur le Biterrois, cinq articles ont été consacrés aux femmes en milieu rural dans les mélanges qui lui ont été offert en 2010180. Les paysannes offrent un bel exemple d’intersectionnalité car elles additionnent les signes de subordination et de dévalorisation extrême : appartenance au sexe « inférieur », à un groupe social souvent perçu négativement par les auteurs médiévaux et parfois même à des catégories de non libres. Dans le colloque de Flaran déjà mentionné, Antoni Furio montre comment le cycle de vie est au cœur de l’organisation du travail des hommes comme des femmes dans les campagnes ibériques. Valerie Garver articule genre, âge de la vie et niveau social en montrant que les garçons et les filles des paysans carolingiens présentent moins de différences par rapport à leurs homologues appartenant à l’élite. À partir de neuf volumes de comptes provençaux de la seconde moitié du xve siècle, Philippe Bernardi révèle la présence des femmes dans les grands chantiers médiévaux et nous aide à déconstruire la notion même de « main d’œuvre féminine » en montrant combien, à l’intérieur du groupe des femmes (comme à l’intérieur de celui des hommes), il y a une grande diversité d’activités qui se mesure à de très nombreux critères : niveau de rémunération, durée d’embauche etc. À partir des registres de justice d’Elbeuf et de Beaumont (Normandie) des xive et xve siècles, François Rivière et Nathalie Pallu de La Barrière soulignent l’étendue de la capacité juridique des femmes au tribunal, au-delà des veuves et des célibataires. Les épouses peuvent comparaître au côté de leurs maris, les représenter officiellement ou agir seules en justice, pour défendre des biens et des activités économiques, même si elles demeurent souvent dépendantes des hommes de leur famille qui les représentent ou les accompagnent. Vincent Challet piste les femmes dans les révoltes paysannes et constate que l’aspect communautaire et militarisé de ces dernières en fait des mouvements très masculins et que les chroniques attribuent aux femmes, selon des stéréotypes de genre, des fonctions limitées et spécifiques au sein de la sédition : elles la déclenchent, catalysent l’émotion populaire puis disparaissent des sources.

  • 181 Allyson M. Poska, Women and Authority in Early Modern Spain: The Peasants of Galicia, Oxford, Oxfor (...)
  • 182 Joëlle Rollo-Koster, « The Boundaries of Affection: Women and Property in Late Medieval Avignon », (...)

53Les travaux espagnols sur les campagnes et le genre, dans le sillage de ceux, pionniers, d’Antoni Furio, se poursuivent, comme l’atteste l’étude d’Allyson M. Poska sur les paysannes de Galice à la fin du Moyen Âge. Cette auteure souligne le relatif pouvoir de ces femmes essentiellement dû à la forte migration masculine181. C’est aussi ce que constate Joëlle Rollo-Koster pour Avignon, ville dans laquelle, en raison de la présence pontificale et d’un ratio anormalement élevé d’hommes célibataires, les femmes évoluent dans des domaines traditionnellement perçus comme masculins182.

Le pouvoir politique

  • 183 Eric Bousmar, Jonathan Dumont, Alain Marchandisse et Bertrand Schnerb (dir.), Femmes de pouvoir, fe (...)
  • 184 Ralph V. Turner, Eleanor of Aquitaine: Queen of France, Queen of England, New Haven et Londres, Yal (...)
  • 185 Nuria Silleras-Fernandez, Power, Piety and Patronage in Late Medieval Queenship: Maria de Luna, New (...)

54Le pouvoir politique exercé par les femmes a toujours intéressé et même parfois intrigué. Il a donné lieu à de nombreux travaux sur les femmes d’exception : Frédégonde, Mathilde de Canossa, Aliénor d’Aquitaine, Jeanne d’Arc etc. Quelques travaux poursuivent dans cette lignée, en présentant une suite de portraits de femmes de pouvoir183. Mais, dans une optique de genre, la réflexion des médiévistes du début du xxie siècle porte davantage sur une analyse de la nature de ce pouvoir, même lorsqu’il continue à ne concerner qu’une seule reine, tel l’ouvrage de Ralph V. Turner, qui éclaire les « cours d’amour » d’Aliénor d’Aquitaine, son patronage des troubadours et son inconduite sexuelle184. Nuria Silleras-Fernandez Maria a étudié le cas de Ferrench de Luna (1358-1406) qui a laissé un nombre impressionnant de lettres et de documents administratifs185.

Le queenship

  • 186 Simon MacLean, Ottonian Queenship, Oxford et New York, Oxford University Press, 2017.
  • 187 Justine Audebrand, « La promotion d’une idéologie carolingienne autour de la reine Gerberge (milieu (...)
  • 188 Sylvie Joye, Régine Le Jan (dir.), Genre et compétition au haut Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2018.

55Une très grande majorité de travaux sur le pouvoir politique des femmes s’appuient sur les travaux du queenship, c’est-à-dire le statut des reines, leur fonction, leur rang et leur honneur. Bien étudié au départ pour le haut Moyen Âge, mondes ottonien et carolingien (travaux de Pauline Strafford, Janet Nelson ou Régine Le Jan), il s’étend désormais à l’ensemble de la période médiévale. On a montré en effet qu’au cours des xe et xie siècles, en France, et encore plus en Germanie et en Angleterre, les reines ont été étroitement associées au pouvoir royal. On les voit souvent négocier et signer des actes aux côtés de leur mari. Dans l’Empire germanique, l’impératrice est élevée au rang d’« associée » (consors). Les travaux sur le queenship au haut Moyen Âge se sont poursuivis. Simon MacLean vient d’étudier six reines consorts de l’Allemagne du xe siècle en mettant en évidence une rupture autour de 960, qui voit le début d’une institutionnalisation plus poussée du queenship186. Justine Audebrand a également étudié l’une de ces reines, Gerberge, épouse de Louis IV (939-954), mère de Lothaire (954-986) et sœur d’Otton Ier, qui se trouve au cœur des luttes de pouvoir entre Ottoniens et Carolingiens187. Parmi les programmes de recherches dirigés par Régine Le Jan et Geneviève Bührer-Thierry sur les élites, celui consacré à la compétition a consacré un ouvrage au genre188.

  • 189 Theresa Earenfight, Queenship in Medieval Europe, New York, Palgrave Macmillan, 2013.
  • 190 Liz Oakley-Brown et Louise J. Wilkinson (dir.), The Rituals and Rhetoric of Queenship: Medieval to (...)
  • 191 Laura Slater, « Defining Queenship at Greyfriars London, c. 1300–58 », Gender & History, 27.1, 2015 (...)
  • 192 Murielle Gaude-Ferragu, La Reine au Moyen Âge. Le pouvoir au féminin, xvie-xve siècle, Paris, Talla (...)
  • 193 Elena Woodacre et Carey Fleiner (dir.), Royal Mothers and their Ruling Children: Wielding Political (...)
  • 194 Diana Pelaz Flores et Isabel del Val Valdivieso, « La Historia de las Mujeres en el siglo XXI a tra (...)
  • 195 Lucy K. Pick, Her Father’s Daughter: Gender, Power, and Religion in the Early Spanish Kingdoms. Ith (...)
  • 196 Elena Woodacre, The Queens Regnant of Navarre: Succession, Politics, and Partnership, 1274–1512, Ne (...)

56Même si, à partir du xiie siècle, le pouvoir effectif des reines décline, des travaux d’envergure et des synthèses ont également été consacrés à la fin du Moyen Âge. Theresa Earenfight adopte une approche chronologique pour examiner la reine européenne médiévale à travers la Scandinavie, la Méditerranée, les îles britanniques, la Russie et Byzance189. L’ouvrage collectif, The Rituals and Rhetoric of Queenship, paru en 2009, comprend dix-huit articles (les littéraires surpassent les historiens) qui examinent le pouvoir des reines, leur formation, leur accès au pouvoir, le mécénat de cour et les rituels190. Laura Slater a centré son étude sur deux reines d’Angleterre, Marguerite de France, deuxième épouse d’Édouard Ier, et sa nièce et successeure, Isabelle de France, épouse d’Édouard II et régente de facto de l’Angleterre entre 1326 et 1330. Elle montre les stratégies qu’elles ont développées pour se donner une image positive d’elles-mêmes et comment elles ont utilisé le patronage dévotionnel comme moyen de communication politique191. Sur la nature du pouvoir des reines de France à la fin du Moyen Âge et leur fonction au sein de la cour et du pouvoir, on citera la synthèse de Murielle Gaude-Ferragu192. Un ouvrage collectif, Royal Mothers and their Ruling Children : Wielding Political Authority from Antiquity to the Early Modern Era, examine les différents types d’ambition maternelle des reines pour leurs enfants ou pour elles-mêmes193. En Espagne et au Portugal, on assiste aussi depuis la dernière décennie à un fort engouement pour le queenship. On trouvera deux bilans historiographiques très complets sur ce thème parus en 2015194. Dans un ouvrage de 2017, Lucy K. Pick souligne que les filles et sœurs royales des royaumes chrétiens ibériques (en particulier en Léon-Castille au xie siècle) font partie intégrante du système de gouvernement, au même titre que le roi, la reine et les héritiers mâles. Ces femmes royales, souvent non mariées, ont aussi joué un rôle-clef dans l’histoire politique et la survie dynastique par l’importance des terres qu’elles possédaient, connues plus tard sous le nom d’infantazgo195. Elena Woodacre offre le premier examen détaillé des règnes de cinq souveraines navarraises (Juana I, Juana II, Blanca I, Leonor et Catalina I) en insistant sur les facteurs qui ont favorisé ou entravé la succession, le type de partenariat que ces reines ont développé avec leurs conjoints et l’influence de leurs règnes sur le destin du royaume de Navarre196.

Les femmes de l’aristocratie

  • 197 Christiane Klapisch-Zuber (dir.), Les femmes dans l’espace nord-méditerranéen, études roussillonnai (...)
  • 198 Murielle Gaude-Ferragu, et Cécile Vincent-Cassy (dir.), « La Dame de cœur ». Patronage et mécénat r (...)
  • 199 Lucie Jardot, Pratiques et représentations du pouvoir des comtesses de Flandre et de Hainaut (xiiie(...)

57On interroge aussi le pouvoir féminin dans la haute aristocratie. Dans une thèse soutenue en 2014, sous la direction d’élisabeth Crouzet-Pavan, intitulée Femmes au « cœur d’homme » ou pouvoir au féminin ? Les duchesses de la seconde Maison d’Anjou (1360-1481), Marion Chaigne-Legouy s’est intéressée à la nature du pouvoir des duchesses de la seconde Maison d’Anjou, qui ont joué un rôle non négligeable dans la politique du Duché en raison des fréquentes absences des maris, mais aussi à cause d’un réel souci de ces derniers de déléguer leur pouvoir à leurs épouses (régence, lieutenance en cas d’absence du mari, gouvernance etc.). Dans une autre thèse soutenue la même année sous la direction de Jean-Claude Cheynet, intitulée Les dames de la Morée franque (xiiie-xve siècle). Représentation, rôle et pouvoir des femmes de l’élite latine en Grèce médiévale, Marie Guérin a étudié les conditions juridiques (en utilisant les Assises de Morée), les représentations (à travers les sources littéraires et les chroniques) et la vie quotidienne des femmes de l’aristocratie de Morée. Cinq contributions de l’ouvrage collectif consacré aux femmes méditerranéennes portent sur les femmes de pouvoir, dont certaines interrogent également des femmes de la haute aristocratie (article de Béatrice Leroy) voire de l’aristocratie moyenne (articles d’Hélène Debax et de Laure Verdon)197. Les rapports de pouvoir des hommes et des femmes dans les images ont été étudiés en éclairant les postures et les gestes de la dame et de son amant dans les enluminures. Dans une thèse soutenue en 2019 sous la direction de Daniel Russo et Cécile Voyer (Université de Bourgogne), intitulée Femme et dame de courtoisie dans les manuscrits enluminés en France aux xive et xve siècles, Audrey Pennel a étudié la manière dont s’est construite « la dame » à travers textes et images au cours des xive et xve siècles, une femme idéelle et un modèle littéraire. Le patronage et le mécénat opérés par les femmes de l’aristocratie ont aussi retenu l’attention des chercheuses et chercheurs198. On interroge enfin les sceaux de ces princesses, à la fois comme outils de validation et de pouvoir et forts marqueurs d’identité199.

Cultures féminines : literacy et aurality

58Deux directions principales sont prises dans les études sur la culture des femmes. La première est celle qui consiste à montrer comment les femmes ont participé à la culture par la maîtrise de la lecture et parfois de l’écriture ; la seconde, plus récente, de chercher toutes les autres formes de participation des femmes à la vie culturelle, en dehors de l’écrit.

  • 200 Jacqueline Broad et Karen Green, A History of Women’s Political Thought in Europe, 1400–1700, Cambr (...)
  • 201 Verónica Carla Abenza Soria, « Mujeres y artistas: ¿un género subestimado? », in Manuel Antonio Cas (...)
  • 202 Albrecht Classen, Reading Medieval European Women Writers: Strong Literary Witnesses from the Past, (...)
  • 203 Aude Mairey, « Genre et culture de l’écrit en Angleterre à la fin du Moyen Âge », Clio. Femmes, Gen (...)
  • 204 Sylvie Duval « La littéracie des femmes à la fin du Moyen Âge. Questions sur l’histoire de la cultu (...)
  • 205 Voir par exemple Comas Via, Mireia, « Mujeres y escritura en el espacio urbano. Cataluña, siglos XI (...)
  • 206 Christaine Klapisch-Zuber, « Épistolières florentines des xive-xve siècles », Clio. Histoire, Femme (...)
  • 207 Dennis Howard Green, Women Readers in the Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

59On a ainsi étudié la pensée politique féminine, en prenant appui, mais pas uniquement, sur les traités politiques de Christine de Pizan, largement diffusés à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne200, ou sur les femmes artistes, plus nombreuses qu’on ne l’a longtemps pensé201. On a aussi dressé des portraits d’écrivaines médiévales202. Aude Mairey a proposé un bilan historiographique sur le genre et la culture de l’écrit dans l’Angleterre de la fin du Moyen Âge203. Sylvie Duval a également rédigé une synthèse récente sur la littéracie des femmes à la fin du Moyen Âge. On y apprend beaucoup sur les femmes lectrices, mécènes et dédicataires d’œuvres, propriétaires et utilisatrices de bibliothèques204. On travaille aussi, en s’intéressant aux femmes de l’élite, aux pratiques genrées de lecture, aux modes et aux moments d’écriture, à la délégation d’écriture, à la connaissance du latin et des langues vulgaires etc.205 On sait que les femmes de l’élite de Florence ont écrit au quotidien206. Les riches correspondances anglaises du xve siècle (en particulier celles des Paston) ont été sollicitées en ce qui concerne la culture des households. Les rapports entre les femmes et la lecture ont également suscité de riches études : tel en 2007, le livre très érudit de Dennis Howard Green, Women Readers in the Middle Ages, qui examine toutes les formes de lectures médiévales féminines en distinguant la lecture pour soi-même, l’écoute de la lecture de quelqu’un d’autre, la lecture silencieuse et la lecture à haute voix pour soi-même ou pour les autres etc. L’auteur soutient même que les femmes de l’aristocratie médiévale (en Allemagne, Angleterre et France) habituées à posséder des livres de prières et à les lire, sont parfois plus lettrées que leurs maris, occupés à se battre et à mener des activités physiques207.

  • 208 Aude Mairey, « Genre et culture de l’écrit… », op. cit., p. 285.
  • 209 Anneke B. Mulder-Bakker, Seeing and Knowing: Women and Learning in Medieval Europe, 1200-1550, Turn (...)

60Toutefois, le niveau de culture ne se mesure pas seulement à la capacité d’un individu à lire et à écrire. Les femmes, comme les hommes, sont intégrées à l’aurality (audition partagée des textes écrits) et accèdent également à un savoir dans lequel l’ouïe et la vue jouent un rôle essentiel. De plus en plus de travaux insistent sur la complémentarité de l’écrit et de l’oral dans la société médiévale. Les femmes lollardes ne sont pas plus lettrées que leurs consœurs orthodoxes, mais cela ne les empêche pas de mémoriser les lectures de la Bible et les enseignements hétérodoxes durant les réunions, voire de les transmettre à leur tour. Comme le constate Aude Mairey, la « bibliographie sur les deux auteurs féminins anglais, Julian de Norwich et Margery Kempe, est absolument pléthorique, car elles cristallisent, mais de manière différente, nombre de problématiques traversant les champs tant de la gender history que de la culture écrite. De fait, la question de l’autorité de l’auteur au féminin, médiatisée par un clerc, et celle du rapport aux autorités écrites et institutionnelles, sont particulièrement prégnantes »208.C’est pourquoi Anneke B. Mulder-Bakker invite à étudier la culture féminine autrement que la culture masculine209. Les femmes vivent dans un milieu culturel souvent très éloigné de celui des hommes et utilisent donc des moyens d’acquisition et de transmission de la culture et du savoir très différents.

Conclusion

61La comparaison avec les bilans réalisés en 2008 est instructive car si de nombreux thèmes se retrouvent (monastères féminins, piété, famille, pouvoir, alphabétisation etc.), ils ne sont plus traités de la même manière et désormais renouvelés en profondeur par les études de genre (relations nonnes-confesseurs, paternité, culture féminine entre literacy et aurality etc.). Partout, on insiste sur l’agency des femmes, qu’elles soient laïques ou moniales, sur leur capacité à accepter ou intérioriser les règles masculines et on parle peu de leur soumission, de la domination et de la misogynie masculines. Incontestablement, une nouvelle génération de chercheuses et chercheurs féministes s’est emparée de l’histoire des femmes et du genre. Attention cependant à ne pas forcer le trait et à brosser le tableau d’une société médiévale où la capacité d’agir des femmes ferait oublier le poids du patriarcat et les fortes contraintes qui pèsent sur elles.

  • 210 Caroline Jeanne, « La France : une délicate appropriation du genre », in Les médiévistes et l’histo (...)

62En 2008, Caroline Jeanne regrettait « une délicate appropriation du genre en France » par les médiévistes210. Je crois qu’en 2020 ce constat doit être révisé, non seulement parce que quelques chercheuses et chercheurs médiévistes reconnu-es se sont emparé-es de l’outil genre ou, du moins, savent désormais qu’il existe et que c’est une variable à prendre en compte lorsque l’on travaille sur les sociétés médiévales, mais surtout parce que la génération de jeunes médiévistes qui font leur thèse aujourd’hui et qui, parfois (de plus en plus rarement) trouvent un poste et peuvent continuer à mener leur recherche, a été nourrie dès les premiers cours d’université (et parfois avant) aux problématiques de genre. Il faut se réjouir de cette évolution pour l’avenir de la médiévistique.

Haut de page

Notes

1 Isabelle Ernot, Didier Lett et Rebecca Rogers (dir.), Dossier « Les médiévistes et l’histoire du genre en Europe », Genre & Histoire, 3, 2008, https://journals.openedition.org/genrehistoire/340

2 Judith. M. Bennett et Ruth Mazo Karras, « Women, Gender, and Medieval Historians », in Judith. M. Bennett et Ruth Mazo Karras (dir.), The Oxford Handbook of Women and Gender in Medieval Europe, Oxford, Oxford University Press, 2013, p. 2-17 ; John Arnold, « Gender and Sexuality », in Carol Lansing et Edward D. English (dir.), A Companion to the Medieval Word, Oxford, Wiley-Blackwell, 2013, p. 161-184 ; Enrica Asquer, Anna Bellavitis, Giulia Calvi, Isabelle Chabot, Cristina La Rocca et Manuela Martini (dir.), Vingt-cinq ans après. Les femmes au rendez-vous de l’histoire, Rome, École française de Rome, 2019 ; Isabel del Val Valdivieso, « La historia de las mujeres medievales en Espana », in Jesus A. Solorzano Telechea, Beatriz Arizaga Bolumburu et Amélia Aguiar Andrade (dir.), Ser mujer en la Ciudad medieval europea, La Rioja, Instituto de Estudios Riojanos, 2013, p. 19-38. Pour le Portugal, centré sur le Queenship, voir Miriam Coser, « A Idade Média sob a perspectiva da História das Mulheres e dos estudos de gênero:
as biografias das rainhas portuguesas », Roda da Fortuna, Revista Eletrônica sobre Antiguidade e Medievo Electronic Journal about Antiquity and Middle Ages, 6.2, 2017, p. 44-59.

3 15 mémoires (3,7 %) ont été classés dans « Autres » (transpériode, préhistoire, autres disciplines). La liste de tous les mémoires qui ont concouru est consultable en ligne : https://www.mnemosyne.asso.fr/mnemosyne/prix-mnemosyne/les-anciens-prix-mnemosyne/memoires-ayant-concouru/. Les résumés de la grande majorité des mémoires sont publiés en ligne dans la revue Genre & Histoire.

4 Voir Didier Lett, « Introduction » Dossier « Les régimes de genre dans les sociétés occidentales de l’Antiquité au XVIIe siècle », Annales HSS, 67.3, 2012, p. 563-572.

5 En témoigne Cordelia Beattie et Kirsten A. Fenton (dir.), Intersections of Gender, Religion and Ethnicity in the Middle Ages, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2010, ouvrage collectif dans lequel s’articulent les trois religions monothéistes, ethnicité et genre.

6 Michelle M. Sauer, Gender in Medieval Culture, Londres, Bloomsbury, 2015, qui malgré le titre très général, met l’accent sur l’Angleterre médiévale tardive (1066-1485) ; Didier Lett, Hommes et femmes au Moyen Âge. Histoire du genre xiie-xve siècle, Paris, Armand Colin, 2013 (version italienne : Uomini e donne nel Medioevo. Storia del genere (secoli XII-XV), Bologne, Il Mulino, 2014) ; Esther Corral Díaz (dir.), Voces de mujeres en la Edad Media: entre realidad y ficción, Berlin, De Gruyter, 2018, qui présente une mosaïque de petits chapitres faisant le point sur des dossiers très récents de l’histoire culturelle des femmes et du genre en Espagne.

7 Dossier « Sex, Gender and the Sacred: Reconfiguring Religion in Gender History », Gender & History, 25.3, 2013. On peut citer également le recueil d’articles de Jacques Dalarun, « Dieu changea de sexe, pour ainsi dire ». La religion faite femme, xie-xve siècle », Paris, Le Cerf, 2008.

8 José Angel, García de Cortázar et Ramón Teja Casuso (dir.), Mujeres en silencio: el monacato femenino en la España medieval, Aguilar de Campoo, Fundación Santa María la Real, Centro de Estudios del Románico, 2017 ; Vita religiosa al femminile (secoli XIII-XIV), Atti del Convegno di Pistoia di May 2017), Rome, Viella, 2019.

9 Silvia Carraro, La Laguna delle donne. Il monachismo femminile a Venezia tra IX e XIV secolo, Pise, Pisa University Press, 2015 ; Sylvie Duval, « Comme des anges sur terre ». Les moniales dominicaines et les débuts de la réforme observante, 1385-1461, Rome, École française de Rome, 2015.

10 Voir sur ce point Sylvie Duval, « De la réclusion volontaire. L’enfermement des religieuses entre Moyen Âge et époque moderne », in Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre, élisabeth Lusset et Falk Bretschneider (dir.), Enfermements III. Le genre enfermé. Hommes et femmes en milieux clos (xiiie-xxe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2016, p. 53-69.

11 Michelle M. Sauer, « Architecture of Desire: Mediating the Female Gaze in the Medieval English Anchorhold », Gender & History, 25.3, 2013, p. 545-564.

12 Fiona J. Griffiths et Julie Hotchin (dir.), Partners in Spirit: Women, Men, and Religious Life in Germany, 1100–1500, Turnhout, Brepols, 2014.

13 Claire Taylor Jones, Ruling the Spirit: Women, Liturgy, and Dominican Reform in Late Medieval Germany, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2018.

14 Erin L. Jordan, « Gender concerns : Monks, Nuns,
and Patronage of the Cistercian Order in Thirteenth-Century Flanders and Hainaut », Speculum 87, 2012, p. 62-94.

15 Jennifer C. Edwards, « ‘Man Can be Subject to Woman’: Female Monastic Authority in Fifteenth-Century Poitiers », Gender & History, 25.1, 2013, p. 86-106.

16 Steven Vanderputten, Dark Age Nunneries. The Ambiguous Identity of Female Monasticism, 800-1050, Ithaca/Londres, Cornell University Press, 2018.

17 Sylvie Duval, « Comme des anges sur terre »…, op. cit.

18 Voir une synthèse récente sur ce phénomène, Eleonora Rava « Il fenomeno della reclusione: esperienze italiane ed europee », in Vita religiosa al femminile…, op. cit., p. 43-54.

19 Cité par Alcuin Blamires, The Case for Women in Medieval Culture, Oxford, Clarendon Press, 1997, p. 135.

20 Voir, par exemple, Eleonora Rava, « Le testatrici e le recluse: il fenomeno della reclusione urbana nei testamenti delle donne pisane (secoli xiii-xiv) in Maria Clara Rossi (dir.), Margini di libertà: testamenti femminili nel medioevo. Atti del convegno internazionale (Verona,  23-25 ottobre 2008), Vérone, Cierre Edizioni, 2010 p. 311-332.

21 J. W. Coakley, Women, Men, and Spiritual Power. Female Saints and their Male Collaborators, New York, Columbia University Press, 2006.

22 Fiona J. Griffiths,  Nuns’ Priests’ Tales: Men and Salvation in Medieval Women’s Monastic Life, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2018.

23 Alison I. Beach, Constance H. Berman et Lisa M. Bitel (dir.), Sacred Communities, Shared Devotions: Gender, Material Culture and Monasticism in Late Medieval Germany, Turnhout, Brepols, 2014. Voir aussi, de manière plus générale et pour le haut Moyen Âge, Justine Audebrand, « Le genre au haut Moyen Âge : une approche par l’objet », in Isabelle Algrain (dir.), Archéologie du genre. Construction sociale des identités et culture matérielle (à paraître).

24 Felice Lifshitz, Religious Women in Early Carolingian Francia: A Study of Manuscript Transmission & Monastic Culture, New York, Fordham University Press, 2014.

25 Veerle Fraeters et Imke De Gier (dir.), Mulieres religiosae. Shaping Female Authority in the Medieval and Early Modern Periods, Turnhout, Brepols, 2014.

26 Caritas et familiaritas à l’ombre du Seigneur : les relations des mulieres religiosae des Pays-Bas méridionaux au xiiie siècle avec leur entourage, thèse soutenue à l’Université de Toulouse II-Le Mirail sous la direction de Sophie Cassagnes-Brouquet, 2012. Voir aussi un article de la même auteure, « Lutgarde d’Aywières et son entourage. Rapports de genre dans les monastères féminins du xiiie siècle d’après la Vie de Lutgarde d’Aywières », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 29, 2009, p. 225-242.

27 Walter Simons, Cities of Ladies: Beguine Communities in the Medieval Low Countries, 1200–1565, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2001 ; Tanya Stabler Miller, The Beguines of Medieval Paris: Gender, Patronage, and Spiritual Authority, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2014 ; Laura Swann, The Wisdom of the Beguines: The Forgotten Story of a Medieval Women’s Movement, Katonah (NY), Bluebridge, 2014.

28 Par exemple l’ouvrage de Dyan Elliott, The Bride of Christ Goes to Hell. Metaphor and Embodiment in the Lives of Pious Women, 200-1500, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2012, ou l’article de Rebeca Sanmartín Bastida, « Sobre las categorías de santa, beata y visionaria: el género performativo », Cahiers d'études hispaniques médiévales, 39, 2016, p. 183-208.

29 Renate Blumenfeld-Kosinski, The Strange Case of Ermine de Reims: A Medieval Woman between Demons and Saints, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2015.

30 Sean L. Field, Robert E. Lerner et Syvian Piron (dir.), Marguerite Porete et le Miroir des simples âmes. Perspectives historiques, philosophiques et littéraires, Paris, Vrin, 2014 et Sean L. Field, The Beguine, the Angel and the Inquisitor. The Trials of Marguerite Porete and Guiard de Cressonessart, Notre-Dame (IN), University of Notre-Dame Press, 2012.

31 Damien Boquet, Sainte vergogne. Les privilèges de la honte dans l’hagiographie féminine au XIIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2020.

32 Gary Macy, The Hidden History of Women’s Ordination: Female Clergy in the Medieval West, Oxford, Oxford University Press, 2008.

33 Alastair Minnis et Rosalynn Voaden (dir.), Medieval Holy Women in the Christian Tradition (c. 1100–c. 1500), Turnhout, Brepols, 2010 ; Anna Benvenuti, Sante donne di Toscana. Il Medioevo, Florence, SISMEL-Edizioni del Galluzzo, 2018. Dans l’art, voir Anne Doustaly Les saintes et le roi. Images et pouvoirs en Provence au XVe siècle, un système iconographique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013 (issue d’une thèse soutenue en 2011).

34 Chloé Maillet, La Parenté hagiographique (xiiie-xve siècle). D’après Jacques de Voragine et les manuscrits enluminés de la Légende dorée (c. 1260-1490), Brepols, Turnhout, 2014. Voir aussi sur cet aspect les travaux de Martha Easton, « ‘Why Can’t a Woman Be More Like a Man ?’ Transforming and Transcending Gender in the Lives of Female Saints », in Evelyn Staudinger Lane, Elisabeth Carson Pastan et Ellen M. Shortell (dir.), The Four Modes of Seeing. Approaches to Medieval Imagery in Honor of Madeline Harrison Caviness, Londres/New York, Routledge, p. 333-347.

35 Patricia H. Cullum et Katherine Lewis (dir.), Holiness and Masculinity in the Middle Ages, Toronto, University de Toronto Press, 2004 ; Katherine Allen Smith, « Saints in Shining Armor: Martial Ascetism and Masculine Models of Sanctity, ca. 1050-1250 », Speculum 83, 2008, p. 572-602 ; Paul E. Szarmach (dir.), Writing Women Saints in Anglo-Saxon England, Toronto, University of Toronto Press, 2013.

36 Katherine Lewis, « Male Saints and Devotional Masculinity in Late Medieval England », Gender & History, 24.1, 2012, p. 112-133.

37 Sean L. Field, Courting Sanctity. Holy Women and the Capetians, Ithaca (NY), Cornell University Press, 2019.

38 Christine F. Cooper-Rompato, The Gift of Tongues. Women’s Xenoglossia in the Later Middle Ages, Philadelphie, Pennsylvania University Press, 2010.

39 Michel Lauwers, « Les femmes et l’eucharistie dans Occident : interdits, transgressions, dévotions », in Nicole Bériou, Béatrice Caseau et Dominique Rigaux (dir.), Pratiques de l’eucharistie dans les églises d’Orient et d’Occident (Antiquité et Moyen Âge), vol. 1 : L’institution, Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 2009, p. 445-476.

40 Sari Katajala-Peltomaa, Gender, Miracles, and Daily Life. The Evidence of Fourteenth-Century Canonization Processes, Turnhout, Brepols, 2009.

41 Katherine L. French, The Good Women of the Parish: Gender and Religion after the Black Death, Philadelphie, Pennsylvania University Press, 2008 et Id., « Women in the Late Medieval English Parish », in Mary Erler et Maryanne Kowaleski (dir.), Gendering the Master Narrative: Women and Power in the Middle Ages, Ithaca (NY), Cornell University Press, 2003, p. 156-173 ; Nicola A. Lowe, « Women’s Devotional Bequests of Textiles in the Late Medieval English Parish Church, c. 1350–1550 », Gender & History, 22.2, 2010, p. 407-429.

42 Beth Allison Barr, The Pastoral Care of Women in Late Medieval England, Woodbridge, Boydell Press, 2008.

43 Nancy L. Green, « Women, gender, migrations: historiographies on the move », in Enrica Asquer et al. (dir.), Vingt-cinq ans après. Les femmes au rendez-vous de l’histoire…, op. cit., p. 215-226.

44 Sarah Hopper, Mothers, Mystics and Merrymakers: Medieval Women Pilgrims, Stroud, Sutton Publishing, 2006, Leigh Ann Craig, Wandering Women and Holy Matrons: Women as Pilgrims in the Later Middle Ages, Leiden, Brill, 2009 ; Anne E. Bailey, « Flights of Distance, Time and Fancy: Women Pilgrims and their Journeys in English Medieval Miracle Narratives », Gender & History, 24.2, 2012, p. 292-309 ; Carlos Andrés González-Paz (dir.), Women and Pilgrimage in Medieval Galicia, Farnham (Surrey), Ashgate, 2015.

45 Monat Chollet, Sorcières : La puissance invaincue des femmes, Paris, La Découverte, 2018.

46 Laura Kounine et Michael Ostling (dir.), Emotions in the History of Witchcraft, London, Palgrave Macmillan, 2016.

47 Y compris chez les spécialistes de littérature, voir par exemple Isabel Davis, Writing Masculinity in the Later Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 2007 sur les discours médiévaux sur la masculinité et la représentation du travail comme responsabilité masculine à travers cinq auteurs londoniens entre 1360 à 1430 (William Langland, Thomas Usk, John Gower, Geoffrey Chaucer et Thomas Hoccleve).

48 Pour la France, signalons Anne-Marie Sohn (dir.), Une histoire sans les hommes est-elle possible ?, Lyon, ENS Editions, 2013, issu du premier colloque sur les masculinités tenu à Lyon en 2009, dans lequel on trouvera cinq articles portant sur l’époque médiévale. On peut aussi mentionner l’existence des contributions dans Jacques Vigarello (dir.), L’invention de la virilité. De l’Antiquité aux Lumières, vol. 1 de Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello (dir.), Histoire de la Virilité, Paris, Le Seuil, 2011, en disant d’emblée qu’elles ne posent aucune réflexion théorique sur les concepts de virilité ou de masculinité et ne s’inscrivent pas dans l’histoire du genre.

49 John H. Arnold et Sean Brady (dir.), What Is Masculinity ? Historical Dynamics from Antiquity to the Contemporary World, Londres, Palgrave Macmillan, 2011.

50 Voir par exemple la relecture de la controverse autour de la mort de Thomas Becket par Hugh M. Thomas qui, en dépit du mot masculinty du titre, convoque les concepts d’honneur, de colère et de honte mais pas ceux de genre ou de masculinité. Hugh M. Thomas, « Shame, Masculinity, and the Death of Thomas Becket », Speculum 87.4, 2012, p. 1050-1088.

51 Andrew J. Romig, Be a Perfect Man: Christian Masculinity and the Carolingian Aristocracy. Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2017 ; Rachel Stone, Morality and Masculinity in the Caroligian Empire, Cambridge, Cambridge University Press, 2012.

52 Helder Carvalhal et Isabel dos Guimaraes Sa, « Knightly Masculinity, Court Games and Material Culture in Late-medieval Portugal: The Case of Constable Afonso (c.1480–1504) »,
Gender & History, 28.2, 2016, p. 387-400.

53 Stefan Meysman, « Degrading the Male Body: Manhood and Conflict in the High-Medieval Low Countries », Gender & History, 28.2, 2016, p. 367-386.

54 Gareth Lloyd Evans, Men and Masculinities in the Sagas of Icelanders, New York, Oxford University Press, 2019.

55 Ruth Mazo-Karras, From Boys to Men: Formations of Masculinity in Late Medieval Europe, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2003.

56 Pour les rois anglais, voir Christopher Fletcher, Richard II : Manhood, Youth and Politics 1377-1399, Oxford, Oxford University Press, 2008 ; Katherine J. Lewis, Kingship and Masculinity in Late Medieval England, Abingdon, Routledge, 2013, pour Henri V (1413-22), incarnation d’une masculinité hégémonique, virile et pieuse (donc très positive) et d'Henri VI (1422-61), modèle d’une masculinité royale peu énergique et passive.

57 Derek G. Neal, The Masculine Self in Late Medieval England, Chicago, University of Chicago Press, 2008.

58 Fiona S. Dunlop, The Late Medieval Interlude: The Drama of Youth and Aristocratic Masculinity, York, Woodbridge, 2007 ; Maya Corry, « The Alluring Beauty of a Leonardesque Ideal: Masculinity and Spirituality in Renaissance Milan », Gender & History, 25.3, 2013, p. 565-589, qui s’intéresse à la mode des portraits androgynes des jeunes gens dans l’art de l’extrême fin du xve siècle ayant servi à la dévotion personnelle.

59 Katherine Lewis, « Male Saints and Devotional Masculinity in Late Medieval England », Gender & History 24.1, 2012, p. 112-33.

60 R. W. Connell, Gender and Power: Society, the Person and Sexual Politics, Cambridge, Polity Press & Blackwell, 1987, et R. W. Connell et James W. Messerschmidt, « Hegemonic Masculinity: Rethinking the Concept », Gender and Society 19, 2005, p. 829-859. 


61 Ben Griffin, « Hegemonic Masculinity as a Historical Problem », Gender & History, 30.2, 2018, p. 377-400.

62 Andrew G. Miller, « To ‘Frock’ a Cleric: The Gendered Implications of Mutilating Ecclesiastical Vestments in Medieval England », Gender & History 24, 2012, p. 271-291 et Id., « ‘Tails’ of Masculinity: Knights, Clerics, and the Mutilation of Horses in Medieval England », Speculum 88.4, 2013, p. 958-995.

63 Stefan Meysman, « Degrading the Male Body: Manhood and Conflict in the High-Medieval Low Countries », Gender & History, 28.2, 2016, p. 367-386.

64 Jacqueline Murray, « One Flesh, Two Sexes, Three Genders » in Lisa M. Bitel et Felice Lifshitz (dir.), Gender and Christianity in Medieval Europe: New Perspectives, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2008, p. 34-51.

65 Christopher Fletcher, « ‘Sire, uns hom sui’ : transgression et inversion par rapport à quelles(s) normes(s) dans l’histoire des masculinités médiévales ? », in Eva Pibiri et Fanny Abbott (dir.), Féminité et masculinité altérées : transgression et inversion des genres au Moyen Âge, Florence, Sismel, Edizioni del Galluzzo, 2017, p. 23-49.

66 Voir Janelle Werner, « Promiscuous Priests and Vicarage Children: Clerical Sexuality and Masculinity in Late Medieval England », in Jennifer D Thibodeaux (dir.), Negotiating Clerical Identities: Priests, Monks and Masculinity in the Middle Ages, New York, Palgrave Macmillan, 2010, p. 159-184 ; Patricia H. Cullum, « Give Me Chastity: Masculinity and Attitudes to Chastity and Celibacy in the Middle Ages », Gender & History 25, 2013, p. 621-636 ; Ruth Karras, « Thomas Aquinas’s Chastity Belt: Clerical Masculinity in Medieval Europe », in Lisa M. Bitel et Felice Lifshitz (dir.), Gender and Christianity in Medieval Europe: New Perspectives, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2008, p. 52-67 ; Patricia H. Cullum et Katherine J. Lewis (dir.), Religious Men and Masculine Identity in the Middle Ages, Woodbridge, Boydell & Brewer Press, 2013.

67 Katherine Zieman, « Minding the Rod: Sodomy and Clerical Masculinity in Fifteenth-Century Leicester » Gender & History, 31.1, 2019, p. 60-77.

68 Jennifer D. Thibodeaux, The Manly Priest: Clerical Celibacy, Masculinity, and Reform in England and Normandy, 1066–1300, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2015. Voir aussi Jennifer D. Thibodeaux (dir.), Negotiating Clerical Identities: Priests, Monks and Masculinity in the Middle Ages, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2010.

69 Kim M. Phillips, « Masculinities and the Medieval English Sumptuary Laws », Gender & History, 19.1, 2007, p. 22-42.

70 Patricia H. Cullum, « ‘Give Me Chastity... », op. cit.

71 Damien Boquet, « L’amitié comme problème au Moyen Âge », in Damien Boquet, Blaise Dufal et
Pauline Labey (dir.), Une histoire au présent. Les historiens et Michel Foucault, Paris, CNRS éditions, 2013, p. 59-81.

72 Voir Louis-Georges Tin, L’Invention de la culture hétérosexuelle, Paris, Autrement, 2008 et mes critiques dans un compte-rendu de l’ouvrage dans Clio. Histoire, femmes et sociétés, 31, 2010, p. 287-290.

73 Dossier « Liens familiaux », Clio. Histoire, Femmes et sociétés, 34, 2011.

74 Jérôme Baschet, Le Sein du père. Abraham et la paternité dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 2000 ; voir aussi Id., « La distinction des sexes dans l’au-delà médiéval », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés (« Clôtures ») 26, 2007, p. 16-36.

75 Signalons cependant La Madre, The Mother, études réunies par Agostino Paravicini Bagliani et Florence Sismel, Florence, Edizioni del Galluzzo, 2009 ; Jutta Gisela Sperling (dir.), Medieval and Renaissance Lactations. Images, Rhetorics, Practices, Farnham, Ashgate, 2013 ; Zubin Mistry, « The Sexual Shame of the Chaste: ‘Abortion Miracles’ in Early Medieval Saints Lives », Gender & History, 25.3, 2013, p. 607-620, qui étudie le « miracle de l’avortement » dans l’hagiographie latine du début du Moyen Âge en Irlande, miracle par lequel une sainte fait disparaître miraculeusement la grossesse d’une religieuse. Voir aussi désormais Id., Abortion in the Early Middle Ages, c. 500–900, Woodbridge, Boydell & Brewer, 2015.

76 Rachel Moss, Fatherhood and its Representations in Middle English Texts, Cambridge, Brewer, 2013 ; Philip David Grace, Affectionate Authorities: Fathers and Fatherly Roles in Late Medieval Basel, Farnham, Ashgate, 2015 ; Melissa Hollander, « The Name of the Father: Baptism and the Social Construction of Fatherhood in Early Modern Edinburgh », in Elisabeth Ewan et Janay Nugent (dir.), Finding the Family in Medieval and Early Modern Scotland, Farnham, Ashgate, 2008, p. 63-72 ; Lucie Laumonier, « Meanings of Fatherhood in Late-Medieval Montpellier: Love, Care and the Exercise of Patria Potestas », Gender & History (dossier « Men at home »), 27.3, 2015, p. 651-668.

77 Aude-Marie Certin et Didier Lett, « Ouverture », in Aude-Marie Certin (dir.), Formes et réformes de la paternité à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, Franfort-sur-le-Main, Peter Lang, 2016, p. 13-29.

78 Michelle Armstrong-Partida, « Concubinage, Illegitimacy and Fatherhood: Urban Masculinity in Late-Medieval Barcelona », Gender & History, 31.1, 2019, p. 195-219.

79 Ermanno Orlando, Sposarsi nel medioevo. Percorsi coniogali tra Venezia, mare e continente, Rome, Viella, 2010.

80 Elisabeth van Houts, Married Life in the Middle Ages, 900-1300, Oxford, Oxford University Press, 2019 ; voir aussi Id., « The Portrayal of Marriage in Miracula in France, c.1000–1200 », Gender & History, 29.3, 2017, p. 529-543, qui examine les relations conjugales et la piété des époux à travers les miracula du Moyen Âge central.

81 Glenn D. Burger, Conduct Becoming: Good Wives and Husbands in the Later Middle Ages, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2018.

82 « Le Couple dans le monde franc », Médiévales, 65, automne 2013.

83 Dana Wessell Lightfoot, Women, Dowries and Agency: Marriage in Fifteenth Century Valencia, Manchester, Manchester University Press, 2013.

84 Isabelle Chabot, La dette des familles. Femmes, lignage et patrimoine à Florence aux xive et xve siècles, Rome, École française de Rome, 2011.

85 Paola Guglielmotti (dir.), Donne, famiglie e patrimoni a Genova e in Liguria nei secoli XII e XIII, Gènes, Società Ligure di Storia Patria, 2020.

86 Denise Bezzina (dir.), Beyond their Dowries. Women and Wealth in Medieval and Early Modern North-Central Italy (Mélanges de l’École Française de Rome. Moyen Âge, 130-1), 2018, p. 113-211, https://journals.openedition.org/mefrm/3908

87 Cordelia Beattie et Matthew Frank Stevens (dir.), Married Women and the Law in Premodern Northwest Europe, Woodbridge, Boydell Press, 2013.

88 Jutta Gisela Sperling et Shona Kelly Wray (dir.), Across the Religious Divide: Women, Property, and Law in the Wider Mediterranean (ca. 1300–1800), New York-Londres, Routledge, 2010.

89 Claude Gauvard et Alessandro Stella (dir.), Couples en justice, IVe-XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013.

90 Martine Charageat, La Délinquance matrimoniale. Couples en conflit et justice en Aragon (xve-xvie siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 2011 ; voir aussi Id., « La confrontation des genres au tribunal au Moyen Âge (xive-xvisiècles). Une relecture des relations de couples en conflit », Genre & Histoire [en ligne], 5, automne 2009, https://journals.openedition.org/genrehistoire/775

91 Marie A. Kelleher, The Measure of Woman: Law and Femaly Identity in the Medieval Crown of Aragon, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2010.

92 Christiane Klapisch-Zuber, « ‘La lutte pour la culotte’, un topos des rapports conjugaux (xve-xixe siècles) », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, « Liens familiaux », 34, 2011, p. 203-218.

93 Adrien Dubois, « Quitter son époux à la fin du Moyen âge », Histoire et Sociétés Rurales, 45.1, 2016, p. 7-42.

94 Martine Charageat, « Meurtres entre époux en péninsule Ibérique à la fin du moyen âge (xve-xvie siècles) », Annales de démographie historique, 2015, 130.2, p. 25-50.

95 Sara M. Butler, Divorce in Medieval England: From One to Two Persons in Law, New York, Routledge, 2013 ; voir aussi les contributions d’histoire médiévale dans Abdelhafid Hammouche (dir.), Violences conjugales. Rapports de genre, rapports de force, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012.

96 Ricardo Cordoba de la Llave, « La mediación de la mujer medieval en la violencia cotidiana: el caso de Castilla en el siglo XV », e-Spania. Revue électronique d’études hispaniques médiévales et modernes, 33, 2019, https://journals.openedition.org/e-spania/31357

97 Diego Quaglioni et Silvana Seidel Menchi (dir.), Matrimonio in dubbio: unioni controverse e nozze clandestine in Italia dal XIV al XVIII secolo, Bologne, Il Mulino, 2001.

98 Emmanuelle Santinelli (dir.), Séparation, divorce, répudiation dans l’Occident médiéval, Valenciennes, Presses universitaires de valenciennes, 2007.

99 Sara M. Butler, Divorce in Medieval England…, op.cit.

100 Stéphanie Richard, Vies et morts des couples princiers. Les séparations conjugales dans la Maison d’Orléans, Paris, Classiques Garnier, 2019.

101 Katherine L. French, « Loving Friends: Surviving Widowhood in Late Medieval Westminster », Gender & History, 22.1, 2010, p. 21-37.

102 Katherine L. Reyerson, Women’s Networks in Medieval France. Gender and Community in Montpellier, 1300–1500, Woodbridge, Palgrave Macmillan, 2016.

103 Kathryn L. Reyerson, Mothers and Sons, Inc. Martha de Cabanis in Medieval Montpellier, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2018.

104 Diego Quaglioni et Silvana Seidel Menchi (dir.), Trasgressioni: seduzione, concubinato, adulterio, bigamia (XIV-XVIII secolo), Bologne, Il Mulino, 2004.

105 Cordelia Beattie, Medieval Single Women: The Politics of Social Classification in Late Medieval England, Oxford, Oxford University Press, 2007.

106 Julie De Groot, Isabelle Devos et Ariadne Schmidt (dir.), Single Life and the City 1200–1900, Houndsmills Palgrave MacMillan, 2015. Voir les articles de Peter Stabel, « Working Alone? Single Women in the Urban Economy of Late Medieval Flanders Thirteeth-Early Fifteenth Centuries » (p. 27-49) ; Jeremy P. Goldberg, « Desperately Seeking the Single Man in Later Medieval England » (p. 117-137) ; Inneke Baatsen, Julie De Groot et Isis Sturtewagen, « Single Life in Fifteenth-Century Bruges: Living Arrangements and Material Culture at the Fringes of Urban Society » (p. 179-202).

107 Lucie Laumonier, Solitudes et solidarités en ville. Montpellier, mi-xiiie-fin xve siècles, Turnhout, Brepols, 2015.

108 Michelle Armstrong-Partida, « Concubinage, Illegitimacy… », op. cit.

109 Leah Otis-Cour, « De jure novo: Dealing with adultery in the Fifteenth-Century Toulousain », Speculum, 84, 2009, p. 347-392.

110 Corinne Wieben, « The Charms of Women and Priests: Sex, Magic, Gender and Public Order in Late Medieval Italy », Gender & History, 29.1, 2017, p. 141-157.

111 Sara McDougall, « Bigamy: A Male Crime in Medieval Europe? » Gender & History, 22.2, 2010, p. 430-446 ; et Id., Bigamy and Christian Identity in Late Medieval Champagne, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2012.

112 Voir Didier Lett, « ‘Femmes tenues’ et ‘femmes connues’. Concubinage et adultère dans trois statuts communaux marchésans du xve siècle », in Laurent Jégou, Sylvie Joye, Thomas Lienhard et Jens Schneider (dir.), Splendor reginae. Passions, genre et famille. Mélanges en l’honneur de Régine Le Jan, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, p. 169-178.

113 Pour un bilan très récent, voir Didier Lett, « Actualité de la recherche : l’histoire des frères et des sœurs », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, 34 (« Liens familiaux »), 2011, p. 182-202 ; Frères et sœurs. Ethnographie d’un lien de parenté, Médiévales 54, printemps 2008 ; Fabrice Boudjaaba, Christine Dousset et Sylvie Mouysset (dir.), Frères et sœurs du Moyen Âge à nos jours, Berne, Peter Lang, 2016 ; Christopher H. Johnson et David Warren Sabean (dir.), Sibling Relations and the Transformations of European Kinship (1300–1900), New York, Berghahn Books, 2011 ; Jonathan R. Lyon, Princely Brothers and Sisters: The Sibling Bond in German Politics, 1100-1250, Ithaca-Londres, Cornell University Press, 2013 ; Marianne Closson et François Raviez (dir.), Les Amours entre frère et sœur. L’inceste adelphique du Moyen Âge au début du XIXe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2020.

114 Pour cette articulation, voir Didier Lett, « Masculinités et féminités des enfants dans les fratries et les sorories à la fin du Moyen Âge », in Angela Groppi et Jean-François Chauvard (dir.), Il posto dei bambini. Infanzia e mondo degli adulti tra Medioevo ed Età contemporanea, Rome, École française de Rome, 123.2, 2011, p. 315-329.

115 Ruth Mazo Karras ; Sexuality in Medieval Europe. Doing unto Others, New York-Londres, 2005. L’auteure poursuit l’exploitation de ce thème : Id., « The Regulation of Sexuality in the Late Middle Ages: England and France », Speculum 86, 2011, p. 1010-1039. Voir aussi Kim. M. Phillips et Barry Reay (dir.), Sex before Sexuality: A Premodern History, Cambridge, Polity Press, 2011 ; Victoria Blud, The Unspeakable, Gender and Sexuality in Medieval Literature, 1000–1400, Cambridge, D. S. Brewer, 2017. En français, on se reportera à Didier Lett, « L’Occident médiéval », in Sylvie Steinberg (dir.), Histoire des sexualités, Paris, PUF, 2018 et à Elizabeth Kinne, « Les écrits didactiques pour femmes et le double discours du désir au Moyen Âge », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 31 (« Érotiques »), 2010, p. 135-152.

116 Voir le déjà ancien Gleen Burger et Steven F. Kruger (dir.), Queering the Middle Ages, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2001 et, plus récent, Tome Linkinen, Same-Sex Sexuality in Later Medieval English Culture, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2015 ; David Clark, Between Medieval Men: Male Friendship and Desire in Early Medieval English Literature, Oxford, Oxford University Press, 2009 ; Joan Cadden, Nothing Natural Is Shameful: Sodomy and Science in Late Medieval Europe. Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2013.

117 Michael Rocke, Forbidden Friendships. Homosexuality and Male Culture in Renaissance Florence, New York-Oxford, Oxford University Press, 1996 ; Guido Ruggiero, The Boundaries of Eros. Sex, Crime and Sexuality in Renaissance Venice, New York, Oxford, Oxford University Press, 1985 ; Helmut Puff, Sodomy in Reformation Germany and Switzerland, 1400-1600, Chicago-Londres, The University of Chicago Press, 2003.

118 Voir mes critiques : Didier Lett, « Le ‘vice sodomite’ au Moyen Âge. Contribution à une histoire des homosexuels », in Rémy Bethmont et Martine Gross (dir.), Homosexualité et traditions monothéistes. Vers la fin d’un antagonisme ?, Genève, Labor & Fides, 2017, p. 247-262.

119 Trevor Dean, « Sodomy in Renaissance Bologna », Renaissance Studies, 31.3, 2016, p. 426-443.

120 Jonas Roelens, « Visible Women. Female sodomy in the Late Medieval and Early Modern Southern Netherlands (1400-1550) », Low Countries Historical Review, 130.3, 2015, p. 3-24. Voir désormais Id., Citizens & Sodomites: Perception and Persecution of Sodomy in the Southern Low Countries (1400-1700), Gand, Universiteit Gent, 2018.

121 Jonas Roelens, « Gossip, Defamation and Sodomy in the Early Modern Southern Netherlands », Renaissance Studies, 32.2, 2017, p. 1-17.

122 Robert Mills, « Seeing Sodomy in the Bibles moralisées », Speculum 87.2, 2012, p. 413-468 et, désormais, Robert Mills, Seeing Sodomy in the Middles Ages, Chicago-Londres, The University of Chicago Press, 2015.

123 Clovis Maillet, Les genres fluides. Brève histoire de l’identité au Moyen Âge. De Jeanne d’Arc aux saintes trans, Paris, Arkhe, 2020.

124 Voir les articles de Cristof Rolker sur le sujet, dont « The Two Laws and the Three Sexes: Ambiguous Bodies in Canon Law and Roman Law (12th to 16th Centuries) », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte: Kanonistische Abteilung,100, 2014, p. 178-222 ; Leon Jacobowitz Efron, « Hermaphrodite Trouble: Gender, Sex and Sexuality in Fourteenth-Century Italian Commentaries to the Divine Comedy », Gender & History, 25.1, 2013, p. 65-85 ; Nico Mara-McKay, « Becoming Gendered: Two Medieval Approaches to Intersex Gender Assignment », Prandium. The Journal of Historical Studies, 7.1, 2018, http://jps.library.utoronto.ca/index.php/prandium/article/view/16211/ ; Laurent Kondratuk « Les ambiguïtés sexuelles anatomiques en droit romano-canonique », in Eva Pibiri et Fanny Abbott (dir.), Féminité et masculinité altérées…, op. cit., p. 121-143 ; Glenn W. Olsen, Of Sodomites, Effeminates, Hermaphrodites and Androgynes: Sodomy in the Age of Peter Damian, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 2011.

125 Maaike van der Lugt, « Sex Difference in Medieval Theology and Canon Law. A Tribute to Joan Cadden », Medieval Feminist Forum, 46, 2010, p. 101-121.

126 Abuser / forcer / violer, Clio. Femmes, Genre, Histoire, 52, 2020.

127 Iñaki Bazan, « Quelques remarques sur les victimes du viol au Moyen Âge et au début de l’époque moderne », in Benoît Garnot (dir.), Les victimes, des oubliées de l’histoire ?, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 433-444 ; Albrecht Classen, Sexual Violence and Rape in the Middle Ages: A Critical Discourse in Premodern German and European Literature, Berlin, De Gruyter, 2011 ; Anna Esposito, Franco Franceschi et Gabriella Piccinni (dir.), Violenza alle donne. Una prospettiva medievale, Bologne, Il Mulino, 2018 ; Carol Lansing, « Accusations of Rape in Thirteenth-Century Bologna », in Sarah Rubin Blanshei (dir.), Violence and Justice in Bologna 1250-1700, New York-Londres, Lanham Boulder, 2018, p. 167-186 ; Didier Lett, « ‘Connaître charnellement une femme contre sa volonté et avec violence’. Viols des femmes et honneurs des hommes dans les statuts communaux des Marches au xive siècle », in Olivier Mattéoni, Julie Claustre et Nicolas Offenstadt (dir.), Un Moyen Âge pour aujourd’hui – Pouvoir d’État, opinion publique, justice. Mélanges offerts à Claude Gauvard, Paris, PUF, 2010 p. 449-461 et Id., « Femmes violentées, femmes violées dans la procédure judiciaire de Bologne (xive-xve siècle) », in Abuser / forcer / violer…, op. cit., p. 43-68 ; Myriam Soria, « Violences sexuelles à la fin du Moyen Âge : des femmes à l’épreuve de leur conjugalité ? », Dialogue, 208.2, 2015, p. 57-70. Pour la littérature médiévale, voir Caroline Dunn, « The Language of Ravishment in Medieval England », Speculum 86, 2011, p. 79-116 et désormais son livre : Id., Stolen Women in Medieval England: Rape, Abduction, and Adultery, 1100–1500, Cambridge, Cambridge University Press, 2013. Voir aussi Maria Sabina Álvarez Bezos, « Violencia contra las mujeres. Algunos casos de mujeres riojanas », in Esther Lòpez Ojeda (dir.), La violencia en la sociedad medieval, La Rioja, Instituto de Estudios Riojanos, 2019, p. 157-224.

128 Dorothea Nolde, « Les violences sexuelles faites aux enfants. Un état des recherches », in Abuser / forcer / violer…, op. cit., p. 137-162 ; Didier Lett, « Genre, enfance et violence sexuelle dans les archives judiciaires de Bologne au XVsiècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 42 (Âge et Sexualité), 2015, p. 202-215 ; Didier Lett, « Genre et violences sexuelles exercées contre les enfants dans les registres judiciaires de Bologne au XVsiècle », Annales de Démographie Historique, 1, 2018, p. 141-172 ; et désormais Didier Lett, Viols d’enfants au Moyen Âge. Genre et pédocriminalité à Bologne, XIVe-XVe siècle, Paris, PUF, 2021. Sur la pédocriminalité des clercs, voir Dylan Elliot, The Corrupter of Boys. Sodomy, Scandal, and the Medieval Clergy, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2020.

129 Didier Lett, « L’inceste père-fille à la fin du Moyen Âge : un crime, un péché de luxure ou un acte consenti ? », Société et représentations, 42 (Dire l’inceste), 2016 p. 15-30.

130 Jacques Rossiaud, Amours vénales. La prostitution en Occident, XIIe-XVIe siècle, Paris, Flammarion, 2010 ; Maria Serena Mazzi, La mala vita. Donne pubbliche nel Medioevo, Bologne, Il Mulino, 2018.

131 Agathe Roby, La Prostitution au Moyen Âge. Le commerce charnel en Midi toulousain du XIIIe au XVIe siècle, Villemur-sur-Tarn, éditions Loubatières, 2021.

132 Voir aussi Agathe Roby, « De la Grande abbaye au Château Vert : l’installation d’un nouveau bordel municipal à Toulouse au xive siècle », Histoire urbaine, 49, 2017, p. 17-35.

133 Erik Spindler, « Were Medieval Prostitutes Marginals? Evidence from Sluis, 1397–1440 », Revue belge de philologie et d’histoire, 87, 2009, p. 239-272.

134 Jamie Page, « Masculinity and Prostitution in Late Medieval German Literature », Speculum, 94.3, 2019, p. 739-773.

135 Rosella Rinaldi, « Meretricio, giustizia, genere (secc. XIII-XV) » in Didier Lett (dir.), I registri della giustizia penale nell’Italia dei secoli XII-XV, Rome, École française de Rome, 2021, p. 425-462.

136 Le chapitre 7 de Claude Gauvard, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge (Paris, Publications de la Sorbonne, 1991), s’intitule « Homme et femme », vol. 1, p. 299-346.

137 Michelle Perrot, « Délinquance et système pénitentiaire en France au xixe siècle », Annales ESC, 1, 1975, p. 78. Voir Cristophe  Régina, La violence des femmes : histoire d’un tabou social, Paris, Max Milo, 2011.

138 Claude Gauvard, Pauline Schmitt-Pantel et al. (dir.), Figures de femmes criminelles. De l’Antiquité à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

139 Adrien Dubois, La violence des femmes en Normandie à la fin du Moyen Âge, Le Havre, Cahiers Léopold Delisle, 2010.

140 Marie-Amélie Bourguignon et Bernard Dauven, « Une justice au féminin. Femmes victimes et coupables dans les Pays-Bas bourguignons au xve siècle », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, 35, 2012, p. 215-238.

141 Emily J. Hutchison, « Sex, Knowledge and ‘Women of Sin’ in the Registre Criminel du Châtelet de Paris (1389–92) », Gender & History, 32.1, 2020, p. 131-148.

142 Christine Ekholst, A Punishment for Each Criminal: Gender and Crime in Swedish Medieval Law, Leyde et Boston, Brill, 2014.

143 Didier Lett (dir.), I registri della giustizia penale…, op. cit., qui comporte cinq contributions sur le genre : Sara Cucini, « Violenza ‘femminile’ e violenza ‘maschile’ nei Libri Maleficiorum bolognesi del tardo Quattrocento » ; Didier Lett, « Violenza et dipendenza. Il regime di genere nei registri della giustizia criminale di età comunale » (secc. XIII-XV) » ; Gemma T. Colesanti et Daniela Santoro, « Crimini contro le donne. Storie di violenza nel Mezzogiorno medievale » ; Carol Lansing, « Aspettative di genere nei tribunali dell’Italia tardo medievale » ; Rossella Rinaldi, « Meretricio, giustizia, genere (secc. XIII-XV) ».

144 Voir les travaux de Trevor Dean, « Theft and Gender in Late médiéval Bologna », Gender and History, 20.2, 2008, p. 399-415 et Id., « Gender and Insult in an Italian City: Bologna in the Later Middle Ages », Social History, 29, 2004, p. 217-231.

145 Bronach C. Kane, Popular Memory and Gender in Medieval England: Men, Women, and Testimony in the Church Courts, c.1200‒1500, Woodbridge (UK), Boydell, 2019.

146 Elizabeth Cox, Liz Herbert McAvoy et Roberta Magnani (dir.), Reconsidering Gender, Time and Memory in Medieval Culture, Cambridge, D. S. Brewer, 2015.

147 Jasmin Hauck, « Le témoignage de la parenté : la mémoire généalogique dans les dispenses matrimoniales à Florence (xve-xvie siècles) », Genre & Histoire [En ligne], 21, 2018, http://journals.openedition.org/genrehistoire/3512 et Melissa Vise, « The Women and the Inquisitor: Peacemaking in Bologna, 1299 », Speculum 93.2, 2018, p. 357-386.

148 Didier Lett, « Les noms des hommes, des filles et des épouses dans les Marches d’après le procès de canonisation de Nicolas de Tolentino (1325), Mélanges de l’École Française de Rome. Moyen Âge, 119.2, 2007, p. 401-413.

149 Le Nom des femmes, Clio. Femmes, Genre, Histoire, 45, 2017, en particulier les contributions de Christiane Klapisch-Zuber, « Les patrons célestes des filles et des garçons au baptistère de Florence (xive-xve siècle) », p. 61-83 et Arnaud Lestremau, « Le genre du nom dans l’Occident médiéval (vie-xie siècle) », p. 199-221.

150 Linda Kalof (dir.), A Cultural History of the Human Body in the Middles Ages, Oxford-New York, Berg, 2010.

151 Le corps féminin au Moyen Âge / Il corpo femminile nel Medioveo, Florence, Sismel, Edizioni del Galluzzo, 2014.

152 Monica H. Green, Making Women’s Medicine Masculine: The Rise of Male Authority in Pre-Modern Gynaecology, Oxford, Oxford University Press, 2008.

153 Cathy McClive et Nicole Pellegrin (dir.), Femmes en fleurs, femmes en corps. Sang, santé, sexualités, du Moyen Âge aux Lumières, Saint-Etienne, Presses universitaires de Saint-Etienne, 2010.

154 Ludmilla Acone, Danser entre ciel et terre. Le maître à danser du Quattrocento, sa technique et son art, Paris, Classique Garnier, 2020 ; voir aussi Id., « Entre Mars et Vénus. Le genre de la danse en Italie au xve siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 46, 2017, p. 135-148.

155 Christiane Klapisch-Zuber, « La danse de Salomé », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 46, 2017, p. 189-198.

156 Maria-Giuseppina Muzzarelli, « Statuts et identités. Les couvre-chefs féminins (Italie centrale, xve-xvie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 36, 2012, p. 67-89 et Id., Histoire du voile. Des origines au foulard islamique, Paris, Bayard, 2017 (traduit de l’italien).

157 Voir Geneviève Bührer-Thierry, « La beauté, le vêtement et l’apparence : des armes genrées dans la compétition », in Sylvie Joye, Régine Le Jan (dir.), Genre et compétition au haut Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2018, p. 117-133.

158 Tara Hamling et Catherine Richardson (dir.), Everyday Objects. Medieval and Early Modern Material Culture and its Meanings », Surrey-Burlington, Ashgate, 2010.

159 Voir Irene Barbiera, « Culture matérielle, genre et cycle de vie dans l’Europe du début du Moyen Âge », in Vingt-cinq ans après. Les femmes au rendez-vous de l’histoire…, op. cit., p. 419-436 et Id., « ‘Si masculi superassent foeminas’. Sex ratio et mortalité féminine au Moyen Âge en Italie », Mélanges de l’École Française de Rome. Moyen Âge, 124.2, 2012, p. 547-565.

160 Voir notre dernier bilan sur l’histoire de l’enfance, Didier Lett, Isabelle Robin-Romero et Catherine Rollet, « Faire l’histoire des enfants au début du xxie siècle : de l’enfance aux enfants », Annales de Démographie Historique, 1, 2015, p. 231-276, en particulier p. 234-235. Une thèse a été soutenue en 2017 sur les enfants (garçons et filles) dans la peinture italienne, Fabien Lacouture, Représenter l’enfant dans la peinture d’Italie du Nord et d’Italie centrale, xive-xvie siècles, sous la direction de Nadeije Laneyrie-Dagen, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne.

161 Didier Lett, « La formation des identités de genre durant l’enfance et la jeunesse à la fin du Moyen Âge (xiie-xve siècle) », in Flocel Sabaté (dir.), La Formaciò de la personalitat a l’edat mitjana, Lleida, Pagès, 2016, p. 25-33 et Id., « Les jeunes garçons et les jeunes filles des statuts communaux des Marches à la fin du Moyen Âge », in Isa Lori Sanfilippo, Antonio Rigon (dir.), I Giovani nel Medioevo. Ideali e pratiche di vita, Rome, Istituto storico italiano per il medio evo, 2014, p. 166-185. Plus ancien, mais pionnier, Kim M. Phillips, Medieval Maidens. Young Women and Gender in England, 1270-1540, Manchester et New York, Manchester University Press, 2003.

162 Caroline Schulster Cordone, Le Crépuscule du corps. Images de la vieillesse féminine, Gollion (Suisse), Infolio, 2009. Une thèse a été soutenue en 2013 : Laura Cayrol-Bernardo, La « vieille femme » dans l’Espagne médiévale (xiie-xve siècle), sous la direction d’Adeline Rucquoi (EHESS) et Raquel Alonso Álvarez (Universidad de Oviedo).

163 Le Genre des émotions, Clio. Femmes, Genre, Histoire, 47, 2018.

164 Carole Lansing, Passion and Order. Restraint of Grief in the Medieval Italian Communes, Ithaca (NY) et Londres, 2008.

165 Voir aussi, sur cette fresque, Christiane Klapisch-Zuber, « L’arbre aux galants », in Myriam Cottias, Laura Lee Downs et Christiane Klapisch-Zuber (dir.), Le Corps, la famille et l’État. Hommage à André Burguière, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 117-132.

166 Pour un bilan récent, surtout pour l’Italie de la fin du Moyen Âge, voir Maria Paola, Zanoboni, « Il lavoro femminile in Italia e in Europa nel basso Medioevo: stato delle ricerce e nuovi spunti interpretativi », Storia economica, 18.1, 2015, p. 141-200 et une synthèse : Id., Donne al lavoro nell’Italia e nell’Europa medievali (secoli XIII-XV), Milan, Jouvence, 2016.

167 Ses travaux anciens : Martha C. Howell, Women, Production, and Patriarchy in Late Medieval Cities, Chicago, 1986 ; Id., The Marriage Exchange: Property, Social Place and Gender in Cities of the Low Countries , 1300-1550, Chicago, The University of Chicago Press, 1998 ; un article plus récent : Id., « The Gender of Europe’s Commercial Economy, 1200–1700 », Gender & History, 20.3, 2008, p. 519-538. Pour une réflexion sur la possibilité ou non d’appliquer à l’histoire des femmes une chronologie dérivée de l’expérience masculine, voir Merry E. Wiesner-Hanks, « Do Women Need the Renaissance? » Gender & History, 20.3, 2008, p. 539-557.

168 Elise M. Dermineur (dir.), Women and Credit in Pre-Industrial Europen Turnhout, Brepols, 2018.

169 Marjorie Keniston Mcintosh, Working Women in English Society, 1300-1620, Cambridge, Cambridge University Press, 2005 ; Barbara A. Hanawalt, The Wealth of Wives: Women, Law and Economy in Late Medieval London, Oxford, Oxford University Press, 2007.

170 Sharon Farmer, The Silk Industries of Medieval Paris: Artisanal Migration, Technological Innovation, and Gendered Experience, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2017.

171 Katherine L. Ryerson, Women’s Networks…, op. cit. et Id., Mothers and Sons…, op. cit.

172 Julie Pilorget, Des femmes dans la ville : Amiens (1380-1520), thèse soutenue en 2018 sous la direction de d’élisabeth Crouzet-Pavan, Sorbonne Université.

173 A. Solorzano Telechea, Beatriz Arizaga Bolumburu et Amélia Aguiar Andrade (dir.), Ser mujer en la Ciudad medieval europea, Gobiermo de la Rioja, Jesus Instituto de Estudios Riojanos, 2013.

174 Maryanne Kowaleski et Jeremy P. Goldberg (dir.), Medieval Domesticity: Home, Housing and Household in Medieval England, Cambridge, Cambridge University Press, 2008.

175 Carole Rawcliffe, « A Marginal Occupation? The Medieval Laundress and her Work », Gender & History, 21.1, 2009, p. 147-169. 

176 Sharon Farmer, The Silk Industries of Medieval Paris…, op. cit.

177 Maria Paola Zanoboni, Povertà femminile nel medioevo. Istantanee di vita quotidiana, Milan, Jouvence, 2018 ; Didier Lett, « La culture du pauvre. Les stratégies de survie des hommes et des femmes des Marches au xve siècle », in Pere Benito, Sandro Carocci et Laurent Feller (dir.), Pauvreté, consommation et culture matérielle, Rome-Madrid, Casa de Velazquez et École française de Rome, 2020 (à paraître) ; Id., « La voix des humbles dans les assemblées : stratégies et genre dans les suppliques contenues dans les registres de délibérations de Macerata au XVe siècle », in François Otchakovsky-Laurens et Laure Verdon (dir.), La voix des assemblées. Quelle démocratie urbaine au travers des registres de délibérations ? (Méditerranée-Europe, xiiie-xviiie siècle), Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2020 (à paraître).

178 Emmanuelle Carpentier et Didier Lett (dir.), Le Village à l’épreuve du genre, Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2021.

179 Gabriella Piccinni, « Le donne nella mezzadria toscana delle origini », in Alfio Cortonesi et Gabriella Piccinni (dir.), Medioevo delle campagne. Rapporti di lavoro, politica agraria, proresta contadina, Rome, Viella, 2006, p. 153-203.

180 Didier Boisseuil, Pierre Chastang, Laurent Feller et Joseph Morsel (dir.), Écritures de l’espace social. Mélanges d’histoire médiévale offerts à Monique Bourin, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010, 3e section, « Hommes et femmes », p. 627-698 : on y trouvera les articles de Robert Durand, Robert Fossier, Marta Madero, Michel Parisse et Jean Tricard.

181 Allyson M. Poska, Women and Authority in Early Modern Spain: The Peasants of Galicia, Oxford, Oxford University Press, 2005.

182 Joëlle Rollo-Koster, « The Boundaries of Affection: Women and Property in Late Medieval Avignon », in Jutta Gisela Sperling et Shona Kelly Wray (dir.), Across the Religious Divide: Women, Property, and Law in the Wider Mediterranean (ca.1300–1800), New York et Londres, Routledge, 2010.

183 Eric Bousmar, Jonathan Dumont, Alain Marchandisse et Bertrand Schnerb (dir.), Femmes de pouvoir, femmes politiques durant les derniers siècles du Moyen Âge et au cours de la première Renaissance, Bruxelles, De Boeck, 2012.

184 Ralph V. Turner, Eleanor of Aquitaine: Queen of France, Queen of England, New Haven et Londres, Yale University Press, 2009.

185 Nuria Silleras-Fernandez, Power, Piety and Patronage in Late Medieval Queenship: Maria de Luna, New York, Palgrave Macmillan, 2008.

186 Simon MacLean, Ottonian Queenship, Oxford et New York, Oxford University Press, 2017.

187 Justine Audebrand, « La promotion d’une idéologie carolingienne autour de la reine Gerberge (milieu du xsiècle », Genre & Histoire, 23, 2019, https://journals.openedition.org/genrehistoire/4150.

188 Sylvie Joye, Régine Le Jan (dir.), Genre et compétition au haut Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2018.

189 Theresa Earenfight, Queenship in Medieval Europe, New York, Palgrave Macmillan, 2013.

190 Liz Oakley-Brown et Louise J. Wilkinson (dir.), The Rituals and Rhetoric of Queenship: Medieval to Early Modern, Dublin, Four Courts Press, 2009.

191 Laura Slater, « Defining Queenship at Greyfriars London, c. 1300–58 », Gender & History, 27.1, 2015, p. 53-76.

192 Murielle Gaude-Ferragu, La Reine au Moyen Âge. Le pouvoir au féminin, xvie-xve siècle, Paris, Tallandier, 2014.

193 Elena Woodacre et Carey Fleiner (dir.), Royal Mothers and their Ruling Children: Wielding Political Authority from Antiquity to the Early Modern Era, New York, Palgrave Macmillan, 2015.

194 Diana Pelaz Flores et Isabel del Val Valdivieso, « La Historia de las Mujeres en el siglo XXI a través del estudio de la Reginalidad medieval », Revista de historiografía, 22, 2015, p. 101-127 ; Lledó Ruiz Domingo, « La incorporación de las perspectivas de género en los estudios sobre la monarquía medieval », in Rosa Casado Mejía, Consuelo Flecha García et al. (dir.), Aportaciones a la investigación sobre mujeres y género, Séville, Universidad de Sevilla, 2015, p. 183-201.

195 Lucy K. Pick, Her Father’s Daughter: Gender, Power, and Religion in the Early Spanish Kingdoms. Ithaca (NY) et Londres, Cornell University Press, 2017.

196 Elena Woodacre, The Queens Regnant of Navarre: Succession, Politics, and Partnership, 1274–1512, New York, Palgrave Macmillan, 2013.

197 Christiane Klapisch-Zuber (dir.), Les femmes dans l’espace nord-méditerranéen, études roussillonnaises, Revue d’histoire et d’archéologie méditerranéennes, 25, 2013.

198 Murielle Gaude-Ferragu, et Cécile Vincent-Cassy (dir.), « La Dame de cœur ». Patronage et mécénat religieux des femmes de pouvoir dans l’Europe des xive-xviie siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016.

199 Lucie Jardot, Pratiques et représentations du pouvoir des comtesses de Flandre et de Hainaut (xiiie-xve siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020.

200 Jacqueline Broad et Karen Green, A History of Women’s Political Thought in Europe, 1400–1700, Cambridge, Cambridge University Press, 2009.

201 Verónica Carla Abenza Soria, « Mujeres y artistas: ¿un género subestimado? », in Manuel Antonio Castineiras Gonzalez (dir.), Entre la letra y el pincel. El artista medieval: Leyenda, identidad y estatus », Almería, Grupo Editorial Círculo Rojo SL, 2017, p. 279-297.

202 Albrecht Classen, Reading Medieval European Women Writers: Strong Literary Witnesses from the Past, New York, Peter Lang, 2017.

203 Aude Mairey, « Genre et culture de l’écrit en Angleterre à la fin du Moyen Âge », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 38, 2013, p. 273-298.

204 Sylvie Duval « La littéracie des femmes à la fin du Moyen Âge. Questions sur l’histoire de la culture, de la lecture et de l’écriture à travers des travaux récents », Médiévales, 75.2, 2018, p. 227-248.

205 Voir par exemple Comas Via, Mireia, « Mujeres y escritura en el espacio urbano. Cataluña, siglos XIV-XV », in José Maria de Francesco Olmos et Javier de Santiago Fernadez (dir.) in Escritura y sociedad. Burgueses, artesanos y campesinos, Madrid, Dykinson, 2019, p. 69-84.

206 Christaine Klapisch-Zuber, « Épistolières florentines des xive-xve siècles », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, 35 (« Écrire au quotidien »), 2012, p. 129-147.

207 Dennis Howard Green, Women Readers in the Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

208 Aude Mairey, « Genre et culture de l’écrit… », op. cit., p. 285.

209 Anneke B. Mulder-Bakker, Seeing and Knowing: Women and Learning in Medieval Europe, 1200-1550, Turnhout, Brepols, 2004 et Id. (dir.), Women and Experience in Later Medieval Writing: Reading the Book of Life, New York, Palgrave Macmillan, 2009.

210 Caroline Jeanne, « La France : une délicate appropriation du genre », in Les médiévistes et l’histoire du genre en Europe…, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Lett et Camille Noûs, « Les médiévistes et l’histoire des femmes et du genre : douze ans de recherche », Genre & Histoire [En ligne], 26 | Automne 2020, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5594

Haut de page

Auteurs

Didier Lett

Université de Paris, Laboratoire ICT, didier.lett(at)wanadoo.fr

Articles du même auteur

Camille Noûs

Laboratoire Cogitamus, https://www.cogitamus.fr/ 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search