Navigation – Plan du site

AccueilNumeros26Combats, débats, transmission : l...HistoriographiesApproches, concepts et thématique...

Combats, débats, transmission : les 20 ans de Mnémosyne
Historiographies

Approches, concepts et thématiques en histoire des femmes et du genre au XXIe siècle dans la revue Genre & Histoire

Approaches, concepts and themes in the history of women and gender in the 21st century in the review Genre & Histoire
Michelle Zancarini-Fournel et Camille Noûs

Résumés

L’inventaire des recherches très récentes en histoire des femmes et du genre à l’aide des résumés de thèses publiés dans Genre et Histoire montre que les thèmes concernant le corps, les sexualités et les violences, les féminismes ont été privilégiés ainsi que les approches qui croisent genre et classe, genre et engagement ou genre et religions. Les recherches sur les identités et leurs conséquences politiques, sociales et culturelles devraient se développer dans l’avenir.

Haut de page

Texte intégral

1Pour célébrer les vingt ans d’existence de l’association Mnémosyne, sa présidente avait demandé de faire le point sur les recherches récentes en histoire des femmes et du genre à la période contemporaine. Pour réaliser un bilan exhaustif, il eût été indispensable de penser en termes de multidisciplinarité et de considérer aussi les travaux en sociologie, en science politique, en anthropologie, en littérature et en philosophie, disciplines qui ont également pris en compte les questions de genre dans les deux dernières décennies.

2Limité, le corpus à l’origine de mes réflexions a été constitué pour l’essentiel à partir de la revue Genre & Histoire, née en 2007 et, en particulier, à partir du recensement dans ses colonnes des thèses soutenues qui permet de suivre les orientations de la recherche en histoire des femmes et du genre. Ce bilan ne rend donc pas compte, sauf exception, de l’ensemble des publications, ni des autres revues.

3Depuis le début du xxie siècle, le développement de nouvelles thématiques dans la discipline historique, tel qu’il transparaît à travers une lecture systématique de la revue Genre & Histoire a concerné essentiellement le corps et les sexualités, la diffusion du concept de genre couplé avec un domaine d’étude spécifique et une histoire des féminismes revisitée.

Corps & sexualités

  • 1 Anne-Claire Rebreyend, « Comment écrire l’histoire des sexualités au xxe siècle ? », Clio, Histoire (...)

4Le domaine des sexualités, après celui du corps, a été investi plus tardivement que dans d’autres périodes par les contemporanéistes. Un an avant de soutenir sa thèse « Pour une histoire de l’intime. Sexualités et sentiments amoureux en France de 1920 à 1975 », Anne-Claire Rebreyend dressait en 2005 dans la revue CLIO, Histoire, Femmes et Sociétés un bilan historiographique comparé (domaine français / domaine anglo-américain) dans lequel elle soulignait l’articulation des questions de genre et de sexualité autour de quelques domaines bien balisés : la prostitution, la contraception et l’avortement, les violences sexuelles1. Qu’est-ce qui a changé depuis ce bilan de 2005 ?

  • 2 Bibia Pavard, Contraception et avortement dans la société française (1956-1979) : histoire d’un cha (...)

5L’histoire de la maternité et la question de la maîtrise par les femmes de leurs corps ne sont pas une nouveauté et nous verrons dans un deuxième temps que cette histoire fait pourtant partie des pistes de recherche à développer dans le futur. Sur ce thème, on peut citer la thèse de Bibia Pavard, soutenue en 2010 et publiée en 2012, qui a eu le mérite, entre autres, de tracer un continuum entre la Maternité heureuse (1956), le Planning familial (1960), le mouvement féministe des années 1970 et les lois Veil – la loi sur la contraception de 1974 et la loi sur l’IVG approuvée définitivement en 1979 – et ainsi de déplacer à la fois la chronologie de la séquence et les protagonistes2.

  • 3 Florence Tamagne, Histoire de l’homosexualité en Europe. Berlin, Londres, Paris, 1919-1939, Paris, (...)

6Du point de vue des sexualités, les études françaises en histoire ont d’abord concerné essentiellement l’hétérosexualité, à l’exception de la thèse de Marie-Jo Bonnet sur l’amour entre femmes soutenue en 1979 et dont la première édition chez Odile Jacob date de 1981. La thèse de Florence Tamagne (1998) sur la comparaison de l’homosexualité entre France, Allemagne et Angleterre dans les années 1920-1930, et publiée en 2000 ouvre la voie à une réelle prise en compte des homosexualités, et plus récemment des personnes transgenre3.

  • 4 Cécile Chartrain et Natacha Chetcuti (dir.), Dossier « Lesbiennes », Genre, Sexualité & Société, 1, (...)
  • 5 Régis Revenin, Les garçons, l’amour, la sexualité : une jeunesse sous surveillance ? (Paris, 1945-1 (...)

7Si le premier numéro paru en 2009 de la revue en ligne pluridisciplinaire, Genre, sexualité & société, est consacré aux lesbiennes4, la thèse d’histoire de Régis Revenin porte sur « Les garçons, l’amour, la sexualité : une jeunesse sous surveillance ? (Paris, 1945-1975)5 ». La nouveauté est que l’auteur y retrace, dans un contexte de séparation entre procréation et sexualités, des trajectoires individuelles prises dans des scripts sexuels socialement déterminés.

  • 6 Fabrice Virgili, La France virile : des femmes tondues à la Libération, Paris, Payot, 2000 ; voir l (...)

8Les violences sexuelles et genrées ont d’abord été abordées d’un point de vue historique en contexte de guerre. Avec les femmes tondues à la Libération (20 000 environ), les violences sont définies par Fabrice Virgili comme « sexuelles dans ses formes, sexuées dans le choix des cibles ». Il a publié en 2015 son itinéraire de chercheur dans un numéro de Genre & Histoire, sous le titre « La Guerre une transmission genrée6 ».

  • 7 Voir la synthèse d’Anne-Marie Sohn (dir.), Une histoire sans les hommes est-elle possible ? Lyon, E (...)
  • 8 Élodie Serna, Faire et défaire la virilité. Les stérilisations masculines volontaires en Europe dan (...)

9Écrire l’histoire des femmes et poser la question du genre a également conduit à écrire l’histoire des hommes, celle des masculinités et des formes de virilité7. Je n’évoquerai dans cette thématique que la thèse la plus récente (2018) et originale par son sujet : celle d’Élodie Serna, « Faire et défaire la virilité. Les stérilisations masculines volontaires en Europe dans l’entre-deux-guerres8 ». En étudiant les enjeux de la pratique volontaire de la stérilisation masculine, cette thèse éclaire les reconfigurations des masculinités dans les années 1920 et 1930. Dans une perspective transnationale, ce travail interroge les multiples expressions de la virilité. En parallèle, Élodie Serna étudie la stérilisation employée dans l’entre-deux-guerres dans le cadre de projets eugénistes en Grande-Bretagne et dans certaines de ses colonies, avec des débats au sein de la Ligue mondiale pour la réforme sexuelle et dans le mouvement néo-malthusien français. Je reviendrai ultérieurement sur ces politiques eugénistes.

Genre et …

10Dans le domaine de l’histoire très contemporaine, un deuxième grand axe de réflexion se dégage : le croisement du concept de genre et d’une thématique spécifique. Voici quelques exemples de ces combinaisons : Genre et classes ; Genre et sexualités ; Genre et immigration ; Genre et religions ; ou encore Genre et engagement.

  • 9 Fanny Gallot, Les ouvrières, des années 1968 au très contemporain : pratiques et représentations, t (...)

11Le lien entre genre et classes a été renouvelé par Fanny Gallot dans sa thèse sur « Les ouvrières, des années 1968 au très contemporain : pratiques et représentations9 ». Les discussions collectives au sein de l’usine autour de questions relevant du privé, telles les pratiques individuelles des ouvrières envers leurs conjoints ou de leurs familles qui peuvent se trouver modifiées, permettent ici de mesurer l’influence diffuse des féminismes. Le choc que représente la fermeture de l’entreprise est d’autant plus violent qu’il rompt avec ce collectif, cette « famille » comme l’appellent certaines ouvrières.

  • 10 Clyde Marlo Plumauzille, Tolérer et réprimer : prostituées, prostitution et droit de cité dans le P (...)
  • 11 Lola Gonzalez-Quijano, Filles publiques et femmes galantes : des sexualités légitimes et illégitime (...)

12Le rapport entre genre et sexualités, ensuite, a surtout été étudié historiquement à propos du phénomène prostitutionnel. Deux thèses, différentes par leurs orientations respectives et le contexte politique (la Révolution française pour l’une, le Second Empire et la IIIe République pour l’autre), portent sur les prostituées dans l’espace parisien. Dans sa thèse d’histoire sociale sur les prostituées dans le Paris révolutionnaire, d’une part, Clyde Marlo Plumauzille retrace les « vies minuscules » de ces femmes identifiées comme prostituées, et les rapports de domination qui s’exercent sur de jeunes célibataires, migrantes pour la plupart, dans une position économique subalterne – souvent au chômage. En monnayant leur sexualité, ces femmes vont à l’encontre des normes de la conjugalité bourgeoise promue par les révolutionnaires10. Dans sa thèse d’histoire culturelle, Lola Gonzalez-Quijano étudie, d’autre part, la prostitution sous le Second empire et la IIIe République dans un espace parisien diversifié. Elle considère l’ensemble des différentes sexualités de l’époque et la transgression des règles encadrant les formes de sexualité légitimes. Le livre qui en est issu, Capitale de l’amour. Filles et lieux de plaisirs à Paris au xixe siècle (pour lequel l’éditeur a choisi un titre accrocheur, mais un peu étonnant au regard du propos de l’autrice) a été publié en 201511.

  • 12 Linda Guerry, (S’)exclure et (s’)intégrer. Le genre de l’immigration et de la naturalisation : l’ex (...)

13Au croisement de l’histoire des femmes, du genre et de l’immigration, la thèse de Linda Guerry, soutenue en 2008, s’inscrit dans une approche renouvelée des politiques d’immigration pour lesquelles le genre joue un rôle dans l’exclusion ou l’intégration des migrantes et des migrants et pour l’acquisition de la nationalité française (par décret et par mariage). L’autrice la présente en 2009 dans un numéro de Genre & Histoire sous le titre : « Femmes et genre dans l’histoire de l’immigration. Naissance et cheminement d’un sujet de recherche »12.

  • 13 Magali Della Sudda, a soutenu une thèse en co-tutelle sous la direction de Laura Lee Downs (EHESS) (...)
  • 14 Matthieu Brejon de Lavergnée, Le temps des cornettes. Histoire des Filles de la Charité, XIXe-XXe s (...)
  • 15 Antony Favier, Égalité, mixité, sexualité : les enjeux du genre et de l’intime chez des jeunes cath (...)
  • 16 Caroline Muller, La direction de conscience au XIXe siècle (France, 1848-1914). Contribution à l’hi (...)

14Nouveau terrain relativement prolifique : le lien entre genre et religions. Dans les études de genre, le religieux est envisagé comme un champ de pratiques, multiformes et complexes, traversé à tous les niveaux par des questions de pouvoir, que ce soit dans le travail militant, la liturgie ou l’accès aux savoirs religieux ou aux fonctions d’encadrement. Magali Della Sudda a étudié la politisation des femmes catholiques conservatrices dans le premier xxe siècle et a soutenu comment il s’agissait d’une forme de citoyenneté en actes, sinon en droit13. À l’intersection de l’histoire des femmes, de l’assistance et du religieux, Matthieu Brejon de Lavergnée s’est consacré à l’étude des religieuses de l’ordre des Filles de la Charité passant de la charité au care14. Antony Favier a soutenu une thèse en 2015 sur les jeunes catholiques des années 1960 en comparant les parcours des filles et garçons dans les organisations de la jeunesse catholique du moment 6815. Enfin, très récemment, Caroline Muller s’est penchée sur la direction de conscience. La notion de genre permet d’éclairer tout à la fois les rapports de force entre directeur et personne dirigée, son rôle confronté à celui des mères ainsi que les motivations sociales des pratiques religieuses16.

  • 17 Maëlle Maugendre, « Les réfugiées espagnoles en France (1939-1942) : des femmes entre assujettissem (...)

15Plusieurs thèses ont été consacrées au genre et aux engagements pendant les guerres, en particulier dans des études régionales pendant et après la Seconde Guerre mondiale17. Maëlle Maugendre a ainsi soutenu une thèse sur « Les réfugiées espagnoles en France (1939-1942) : des femmes entre assujettissements et résistances ». Catherine Lacour-Astol a consacré sa thèse, entre histoire et mémoire, à « La résistance féminine dans le Nord : répression et reconnaissance de 1940 au début des années 1950 » (2010).

  • 18 Charlotte Gobin, Genre et engagement : devenir “porteur.e de valises” en guerre d’Algérie (1954-196 (...)
  • 19 Ophélie Rillon, Féminités et masculinités à l’épreuve de la contestation. Le genre des luttes socia (...)

16La thématique « genre et engagement » concerne aussi les guerres pour les indépendances, en Algérie et dans l’Afrique sub-saharienne colonisées. Charlotte Gobin a soutenu à l’université Lumière-Lyon 2 une thèse à la croisée de trois champs historiographiques, les études de genre, l’histoire des mobilisations collectives et l’histoire de la guerre d’indépendance en Algérie, intitulée « Genre et engagement : devenir ‘porteur.e de valises’ en guerre d’Algérie (1954-1966)18 ». Très présentes dans le soutien clandestin, les femmes n’accèdent pas à la direction de réseau pendant la guerre, ni à la visibilité après l’indépendance. Charlotte Gobin a également codirigé en 2017 le dossier du numéro 19 de Genre & Histoire sur « Genre et engagement en temps de guerre (xvie-xxie siècles) ». Consacrée à l’histoire du Mali au temps des indépendances, la thèse d’Ophélie Rillon, soutenue en 2013, relève quant à elle d’une histoire du genre en Afrique et de la sociologie des mouvements sociaux. Elle analyse les dynamiques sexuées imprégnant les formes d’action collective et la manière dont l’engagement contribue à modifier les rapports de genre dans le Mali contemporain. Ophélie Rillon et Emmanuelle Bouilly ont dirigé ensuite un numéro spécial de la revue Le Mouvement social consacré aux « mobilisations collectives des femmes africaines des années 1940-197019 ».

  • 20 Sara Panata, « Les militantes yorubas se mettent en scène : la politisation du corps habillé à l’ép (...)
  • 21 Sara Panata, Le Nigeria en mouvement(s) : la place des mouvements féminins et féministes dans les l (...)

17Sur l’histoire des femmes africaines, un article original de Sara Panata a été publié dans Genre & Histoire, croisant histoire de leurs engagements, histoire du corps et histoire des codes corporels : « Les militantes yorubas se mettent en scène : la politisation du corps habillé à l’époque coloniale20 ». Dans une étude de photographies prises au sud du Nigéria autour de 1920, les corps vêtus sont analysés comme un instrument politique, entre refus de certaines normes esthétiques étrangères et, inversement, leur totale adoption, en passant par de multiples formes d’hybridation. L’autrice a par ailleurs soutenu à l’automne 2020 une thèse préparée sous la direction d’Anne Hugon, « Le Nigeria en mouvement(s) : la place des mouvements féminins et féministes dans les luttes socio-politiques nationales (1944-1994) »21.

Féminismes revisités

  • 22 Marion Charpenel, Le privé est politique ! Sociologie des mémoires féministes en France, thèse de d (...)
  • 23 Camille Masclet, Sociologie des féministes des années 1970 : analyse localisée, incidences biograph (...)
  • 24 Anna Frisone, Femminismo al lavoro. Come le donne hanno cambiato il sindacato in Italia e in Franci (...)

18Même si elles relèvent souvent d’une autre discipline que l’histoire – de la sociologie ou de la science politique –, plusieurs thèses importantes qui ont fait bouger les lignes sur l’histoire des féminismes doivent être évoquées ici. L’une, de Marion Charpenel, porte sur les mémoires féministes en France et le positionnement des « féministes historiques », dont certaines s’érigent en « gardiennes de la mémoire » de l’histoire du mouvement. Elle étudie le processus de mémorialisation et d’historicisation, en particulier par une observation participante lors de la célébration des quarante ans du Mouvement de Libération des Femmes (MLF)22. Enfin deux thèses soutenues, l’une à l’université de Lausanne, celle de Camille Masclet, en codirection avec l’université Paris 823, l’autre d’Anna Frisonne à l’Institut européen de Florence, permettent de mettre la focale sur les sujets féministes – des féministes provinciales aux syndicalistes françaises et italiennes – et les chronologies jusqu’en 1983-1984, ce qui permet d’écrire une autre histoire avec d’autres pratiques que celles du MLF parisien24.

  • 25 Fanny Bugnon, La violence politique au prisme du genre à travers la presse française (1970-1994), t (...)
  • 26 Sylvie Aprile, Maryla Laurent, Janine Ponty, avec une préparation documentaire d’Elżbieta Łątka et (...)

19Je conclurai en considérant les points communs entre ces différentes études, par une réflexion sur les sources et la méthodologie. Des objets qui avaient été quelque peu délaissés ont été réintroduits, comme celui de l’analyse de la presse et des revues. Fanny Bugnon, par exemple, a étudié dans sa thèse la vision comparée de la violence politique des femmes d’Action directe et des femmes de la RAF dans la République fédérale d’Allemagne (Rote Armee Fraktion ou Fraction Armée rouge), à travers différents journaux ayant des positionnements politiques opposés. La thèse a été publiée en 2015 sous le titre Les Amazones de la terreur : sur la violence politique des femmes, de la Fraction Armée rouge à Action directe25. D’autres sources, en partie nouvelles, ont été utilisées : les journaux intimes, les mémoires, les autobiographies, les correspondances, toutes ces écritures du « for privé » ou « écritures de soi » qui permettent de retracer des histoires individuelles de protagonistes, comme dans la thèse d’Anne-Claire Rebreyend citée ci-dessus. Publiées par un collectif d’historiennes et de linguistes, les lettres d’ouvrières agricoles polonaises envoyées en 1934 à une inspectrice de la main d’œuvre immigrée du département d’Indre-et-Loire sont particulièrement émouvantes et enrichissent la thématique genre et immigration26.

  • 27 Damien Delille, « Trans-archive. Magnus Hirschfeld et l’atlas visuel des sexualités de l’entre-deux (...)

20De même, la question des sexualités a été abordée par l’analyse des images et particulièrement des photographies. Un article de Damien Delille étudie ainsi l’Atlas scientifique et visuel des sexualités constitué durant l’entre-deux-guerres (1926-1930) par le sexologue allemand Magnus Hirschfeld, comme expression des subjectivités en voie d’émancipation sexuelle et comme lieu de savoir performatif des identités de genre27.

21À la suite de ce bilan cavalier, on peut dégager plusieurs pistes de recherche, en repérant les zones d’ombre ou les sujets encore à explorer ou développer.

  • 28 Emilie Blanc, “Art power” : tactiques artistiques et politiques de l’identité en Californie (1966-1 (...)
  • 29 Les débats du colloque « Les féminismes noirs en contexte (post) impérial français ? » sont en lign (...)
  • 30 Françoise Collin, « Essentialisme et dissymétrie des sexes », Les Cahiers du GRIF, 40 1989, 40, p.  (...)
  • 31 Clara Palmiste et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), Dossier « Le genre dans les mondes caribéens » (...)

22Historiennes et historiens se posent toujours des questions à partir des problèmes du temps présent. Les revendications identitaires traversent aujourd’hui nombre de sociétés occidentales et cette problématique des identités devrait irriguer les recherches à venir. Le premier thème est celui des identités lié au questionnement sur l’universalisme. On peut prendre l’exemple de la thèse d’Émilie Blanc, lauréate d’un prix du GIS Genre/CNRS en 2018, pour une thèse en histoire de l’art qui a relié arts visuels, pratiques des artistes et politiques des identités, avec une étude de cas sur la Californie entre 1966 et 1990. Elle y pose en particulier des questions entrecroisées de genre et de race28. Un colloque sur les féministes noires, tenu à Paris en mars 2020 et centré sur les afro-féministes en contexte français (post)colonial, a refusé de considérer que le Black Feminism étatsunien incarnerait à lui seul tous les féminismes noirs29. En 1989 déjà, Françoise Collin avait proposé le concept de « pluriversalisme » ; en prenant en compte le genre, elle prônait le remplacement d’« universalisme » par « pluriversalisme » car selon elle, le « masculin a été traditionnellement assimilé à l’humain en général, faisant du féminin sa particularité »30. On pourrait aussi parler, en dépassant les paradoxes de l’universalisme, d’« universalité plurielle ». Mais il reste beaucoup à faire dans ce domaine. Nous avons tenté avec un dossier récent de la revue CLIO. Femmes Genre Histoire sur « Le genre des mondes caribéens » d’avancer dans cette histoire des liens entre différences, universalisme et régime républicain31.

  • 32 Cécile Thomé, La sexualité aux temps de la contraception. Genre, désir et plaisir dans les rapports (...)
  • 33 Hélène Cixous, « Le rire de la méduse », L’Arc, 61, 1975, p. 39-54.

23De même, il serait souhaitable de revisiter l’histoire de la maternité à la faveur de nouvelles orientations qui se dessinent. Dans sa thèse de sociohistoire soutenue en novembre 2019 sur « La sexualité aux temps de la contraception. Genre, désir et plaisir dans les rapports hétérosexuels (France, années 1960 – années 2010) », Cécile Thomé a mis au jour ce qui est à la fois une zone grise de l’histoire des féminismes et une piste de recherche. L’autrice étudie les recompositions du genre et des sexualités à travers les transformations de la contraception. À la fin de la période étudiée, elle présente des intellectuelles et des activistes catholiques revendiquant un « nouveau féminisme » centré sur la nature, qui articulent rhétorique religieuse et rhétorique écologique. Le « féminisme-pilule » est dénoncé comme un manque de respect du corps de la femme et le « vrai féminisme » – « le féminisme intégral » – consiste donc à utiliser la seule méthode considérée comme valable, l’auto-observation. Une des figures de ce mouvement, la philosophe Marianne Durano, s’interroge de manière accrocheuse dans la revue Limite en 2015 : « Comment baiser sans niquer la planète ? ». Elle interpelle les « petites jouisseuses des temps modernes », que « les sextoys bourrés de phtalates rendent peu à peu stériles », en dénonçant à la fois l’utilisation du préservatif et la médicalisation de la contraception avec des formules provocantes (« tu voulais t’offrir à ton homme, tu te livres à ton gynéco ») et s’insurgeant contre « la dictature de la médecine sur les femmes ». Cette rhétorique du « retour à la nature » peut ainsi facilement être réinvestie, selon Cécile Thomé, dans un discours conservateur32. On peut s’interroger sur ce nouveau rapport du maternel-féminin avec la nature et sur les points communs ou les différences avec le féminisme différentialiste des années 1970, tel celui d’Hélène Cixous qui dans « Le rire de la méduse » fait le lien entre le corps, la voix et le langage dans une logique d’affirmation de l’être-femme33.

  • 34 Isabelle Cambourakis « Un écoféminisme à la française ? Les liens entre mouvements féministe et éco (...)

24Enfin il pourrait être utile de revenir sur l’écoféminisme. Isabelle Cambourakis a exploré dans Genre & Histoire les liens entre mouvements féministes et écologistes dans les années 197034. S’appuyant sur un dépouillement systématique de revues écologistes (La Gueule ouverte et Le Sauvage) comme féministes (Sorcières, Des femmes en mouvement…) ainsi que sur des entretiens menés avec des protagonistes, elle revient sur la période du post-1968, qui a vu la réémergence et la relative convergence des mouvements écologiste et féministe avec l’articulation théorique, proposée à partir de 1974 par Françoise d’Eaubonne, autour du concept d’éco-féminisme. À la fin des années 1970, émerge un mouvement écoféministe transnational qui focalise l’attention et se révèle différent du mouvement français. Se réapproprier son corps, réhabiliter la Terre sont les objectifs actuels des écoféministes qui redécouvrent la culture des guérisseuses en Europe au moment des sorcières.

  • 35 Mona Chollet, Sorcières. La puissance invaincue des femmes, Paris, Zones, 2018.

25Aujourd’hui on assiste aussi au « retour des sorcières », marqué par le très grand succès du livre de Mona Chollet, Sorcières. La puissance invaincue des femmes35. Pour ses lectrices, l’essentiel est que le récit proposé corresponde aux problèmes existentiels que se posent nombre de femmes à la fin de la seconde décennie du xxie siècle : rester ou non célibataires, avoir ou non des enfants, accepter le déroulement implacable des années et le vieillissement qui s’ensuit, mettre en cause ou pas les normes sociales, prendre en mains son destin et organiser sa vie. Les théories des féministes décoloniales de l’Amérique du sud incarnent les trois questions évoquées ci-dessus : les racines africaines et des métissages, le nouveau maternalisme et l’écoféminisme, avec un souci majeur de l’environnement relié à l’histoire de la colonisation et aux dégâts écologiques de la colonisation occidentale du monde. La place des femmes dans cette histoire doit nous interroger à l’aune des positionnements de genre, entre nature et culture.

  • 36 Voir un bilan mondial dans Giti Chandra et Irma Erlingsdottir (dir.), The Routledge Handbook of the (...)

26Enfin, dernière piste de recherche qui peut englober toutes les précédentes : l’étude du rôle des réseaux sociaux dans les processus de mobilisations féministes déjà explorés, entre autres par Bibia Pavard, devra être prolongée après la vague de fond de l’événement #MeToo, qui ouvre sans doute une nouvelle séquence historique36. Le mouvement sera-t-il éphémère ou inaugure-t-il un nouveau rythme et un autre répertoire de mobilisations ? Avec quels effets ?

  • 37 Collectif, Notre corps nous-mêmes, Marseille, Hors d’atteinte, 2020.

27Dans les deux premières décennies du xxie siècle, les problématiques autour des sexualités se sont imposées dans la recherche historique en histoire du genre. Celles autour du corps des femmes et de l’enfantement se sont renouvelées avec des interrogations et des points de vue diversifiés. Revisiter le passé à partir du présent reste une ardente nécessité, dont témoigne le succès éditorial fulgurant de la version complètement renouvelée du livre de 1977, Notre corps nous-mêmes37. Enfin, le courant écoféministe des années 1970 est revenu en force, alimenté par les préoccupations concernant le climat et la destruction des espaces naturels. Les figures des sorcières sont ressuscitées au nom de la puissance et des savoirs des femmes, mais au prix parfois d’une réinvention de l’histoire. Des pistes ont commencé à être explorées sur les questions identitaires, avec la prise en compte de l’imbrication des dominations et l’utilisation du concept d’intersectionnalité. Dans le même temps, l’histoire des féminismes a été revisitée et l’unité du « nous les femmes » comme celle du féminisme a été déconstruite par des revendications identitaires et générationnelles. Enfin, alors que l’antiféminisme s’affirme de façon décomplexée, l’approche des masculinités s’est, elle, complexifiée. L’insurrection féministe du temps présent continue ainsi de bousculer les normes de genre, tout comme la recherche.

Haut de page

Notes

1 Anne-Claire Rebreyend, « Comment écrire l’histoire des sexualités au xxe siècle ? », Clio, Histoire‚ Femmes et Sociétés, 22, 2005, p. 185-209 [En ligne]. Elle soutient en 2006 une thèse sous la direction de Françoise Thébaud, à l’université Paris Diderot – Paris 7, publiée en 2009 sous le titre Intimités amoureuses (1920-1975), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. Le temps du genre, 2009.

2 Bibia Pavard, Contraception et avortement dans la société française (1956-1979) : histoire d’un changement politique et culturel, thèse d’histoire, Sciences-Po Paris, sous la direction de Jean-François Sirinelli, publiée en 2012 sous le titre Si je veux, quand je veux : contraception et avortement dans la société française, 1956-1979, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Archives du féminisme, 2012.

3 Florence Tamagne, Histoire de l’homosexualité en Europe. Berlin, Londres, Paris, 1919-1939, Paris, Seuil, 2000.

4 Cécile Chartrain et Natacha Chetcuti (dir.), Dossier « Lesbiennes », Genre, Sexualité & Société, 1, 2009, https://journals.openedition.org/gss/87

5 Régis Revenin, Les garçons, l’amour, la sexualité : une jeunesse sous surveillance ? (Paris, 1945-1975), thèse d’histoire dirigée par Pascal Ory, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, 2012, présentée dans Genre & Histoire, 11, 2012 et publiée sous le titre Une histoire des garçons et des filles. Amour, genre et sexualité dans la France d’après-guerre, Paris, Vendémiaire, 2015.

6 Fabrice Virgili, La France virile : des femmes tondues à la Libération, Paris, Payot, 2000 ; voir le compte rendu de son dossier d’habilitation à diriger des recherches dans Genre & Histoire, 5, 2009, https://journals.openedition.org/genrehistoire/885 ; puis son itinéraire intitulé « La guerre une transmission genrée », Genre & Histoire, 15, 2015, https://journals.openedition.org/genrehistoire/2076.

7 Voir la synthèse d’Anne-Marie Sohn (dir.), Une histoire sans les hommes est-elle possible ? Lyon, ENS Éditions, 2014.

8 Élodie Serna, Faire et défaire la virilité. Les stérilisations masculines volontaires en Europe dans l’entre-deux-guerres, thèse en co-direction avec Sylvie Aprile (université de Lille) et Sandrine Kott (université de Genève), soutenue le 25 mai 2018 (Genre & Histoire, 22, 2018, https://journals.openedition.org/genrehistoire/3950).

9 Fanny Gallot, Les ouvrières, des années 1968 au très contemporain : pratiques et représentations, thèse d’histoire dirigée par Michelle Zancarini-Fournel, université Lyon 2, soutenue le 10 décembre 2012 (Genre & Histoire, 11, 2012, https://journals.openedition.org/genrehistoire/1656).

10 Clyde Marlo Plumauzille, Tolérer et réprimer : prostituées, prostitution et droit de cité dans le Paris révolutionnaire (1789-1799), thèse d’histoire dirigée par Pierre Serna, université de Paris 1 –Panthéon Sorbonne soutenue le 7 décembre 2013 (Genre & Histoire, 14, 2014, https://journals.openedition.org/genrehistoire/1938) ; Prostitution et révolution : Les femmes publiques dans la cité républicaine (1789-1804), Seyssel, Champ Vallon éditions, 2016.

11 Lola Gonzalez-Quijano, Filles publiques et femmes galantes : des sexualités légitimes et illégitimes à l’intérieur des espaces sociaux et géographiques parisiens (1851-1914), thèse en co-tutelle sous la direction de Renata Ago et Maurizio Gribaudi, EHESS / Università degli Studi di Napoli L’Orientale, 2012 (Genre & Histoire, 10, 2012, https://journals.openedition.org/genrehistoire/1604). Voir Lola Gonzalez-Quijano, Capitale de l’amour. Filles et lieux de plaisir à Paris au xixe siècle, Paris, Vendémiaire, 2015 (voir le compte rendu dans Genre & Histoire, 18, 2016, https://journals.openedition.org/genrehistoire/2625).

12 Linda Guerry, (S’)exclure et (s’)intégrer. Le genre de l’immigration et de la naturalisation : l’exemple de Marseille (1918-1940), thèse dirigée par Françoise Thébaud, université d’Avignon, soutenue en 2008 et publiée : Le genre de l’immigration et de la naturalisation. L’exemple de Marseille (1918-1940), Lyon, ENS Éditions, 2013. Voir aussi Linda Guerry, « Femmes et genre dans l’histoire de l’immigration. Naissance et cheminement d’un sujet de recherche », Genre & Histoire, 5 (2009), http://journals.openedition.org/genrehistoire/808.

13 Magali Della Sudda, a soutenu une thèse en co-tutelle sous la direction de Laura Lee Downs (EHESS) et Lucetta Scaraffia (Rome, Université La Sapienza), Une activité politique féminine conservatrice avant le droit de suffrage en France et en Italie : sociohistoire de la politisation des femmes catholiques au sein de la Ligue patriotiques des Françaises (1902-1933) et de l’Unione fra le donne cattoliche d’Italia (1909-1919), présentée dans le numéro 5 de Genre & Histoire (2009) : https://journals.openedition.org/genrehistoire/879.

14 Matthieu Brejon de Lavergnée, Le temps des cornettes. Histoire des Filles de la Charité, XIXe-XXe siècle, Paris, Fayard, 2018 ; De la charité au care. Genre, religion et société à l’âge libéral de l’assistance (XIXe-premier XXe siècle) compte rendu de son habilitation à diriger des recherches, université Paris-Sorbonne, 2017, dans Genre & Histoire, 22, 2018, https://journals.openedition.org/genrehistoire/3965.

15 Antony Favier, Égalité, mixité, sexualité : les enjeux du genre et de l’intime chez des jeunes catholiques du mouvement de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC-F), des années 1968 et au-delà (jusqu’en 1987), thèse d’histoire dirigée par Claude Prudhomme, université Lumière Lyon 2, 2015.

16 Caroline Muller, La direction de conscience au XIXe siècle (France, 1848-1914). Contribution à l’histoire du genre et du fait religieux, thèse de doctorat en histoire contemporaine dirigée par Bruno Dumons, université Lumière Lyon 2, 2017 (voir Genre & Histoire, 21, 2018, https://journals.openedition.org/genrehistoire/3455).

17 Maëlle Maugendre, « Les réfugiées espagnoles en France (1939-1942) : des femmes entre assujettissements et résistances », thèse d’histoire dirigée par Sylvie Chaperon et François Godicheau, université Toulouse 2 – Le Mirail, 2013 (voir Genre & Histoire, 14, 2014, https://journals.openedition.org/genrehistoire/2055) ; Catherine Lacour-Astol, La Résistance féminine : répression et reconnaissance (1940-début des années 1950). L’exemple du Nord, thèse de doctorat en histoire contemporaine sous la direction de Claire Andrieu, Institut d’Études politiques de Paris, 2010.

18 Charlotte Gobin, Genre et engagement : devenir “porteur.e de valises” en guerre d’Algérie (1954-1966), thèse de doctorat en histoire contemporaine dirigée par Sylvie Schweitzer, université Lumière – Lyon 2, 2017 (voir Genre & Histoire, 20, 2017, https://journals.openedition.org/genrehistoire/2897).

19 Ophélie Rillon, Féminités et masculinités à l’épreuve de la contestation. Le genre des luttes sociales et politiques au Mali (1954-1993), thèse de doctorat dirigée par Pierre Boilley, université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, 2013 (voir Genre & Histoire, 14, 2014, https://journals.openedition.org/genrehistoire/1939) ; voir aussi Ophélie Rillon et Emmanuelle Bouilly (dir.), Dossier « Femmes africaines et mobilisations collectives (années 1940-1970) », Le Mouvement social, 255/2, 2016.

20 Sara Panata, « Les militantes yorubas se mettent en scène : la politisation du corps habillé à l’époque coloniale », Genre & Histoire, 18, 2016, http://journals.openedition.org/genrehistoire/2585

21 Sara Panata, Le Nigeria en mouvement(s) : la place des mouvements féminins et féministes dans les luttes socio-politiques nationales (1944-1994), thèse de doctorat dirigée par Anne Hugon, université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, 2015.

22 Marion Charpenel, Le privé est politique ! Sociologie des mémoires féministes en France, thèse de doctorat sous la direction de Marie-Claire Lavabre, Sciences Po Paris, 2014.

23 Camille Masclet, Sociologie des féministes des années 1970 : analyse localisée, incidences biographiques et transmission familiale d’un engagement pour la cause des femmes en France, thèse de doctorat en co-tutelle entre l’université de Lausanne et l’université de Paris 8, dirigée par Olivier Filleule et Michèle Ferrand, 2017.

24 Anna Frisone, Femminismo al lavoro. Come le donne hanno cambiato il sindacato in Italia e in Francia (1968-1983), Rome, ed. Viella, 2020.

25 Fanny Bugnon, La violence politique au prisme du genre à travers la presse française (1970-1994), thèse de doctorat en histoire contemporaine dirigée par Christine Bard, université d’Angers, 2011 (voir Genre & Histoire, 9, 2011, https://journals.openedition.org/genrehistoire/1338). La thèse a été publiée : Les « amazones de la terreur ». Sur la violence politique des femmes, de la Fraction armée rouge à Action directe, Paris, Payot, 2015.

26 Sylvie Aprile, Maryla Laurent, Janine Ponty, avec une préparation documentaire d’Elżbieta Łątka et Monika Salmon-Siama, Polonaises aux champs. Lettres de femmes immigrées dans les campagnes françaises, 1930-1935, Paris, Numilog, coll. « Le Rocher de Calliope », 2015 (voir le compte rendu dans le n° 51, « Femmes et genre en migrations », de la revue CLIO. Femmes Genre Histoire, 2020, https://journals.openedition.org/clio/17917).

27 Damien Delille, « Trans-archive. Magnus Hirschfeld et l’atlas visuel des sexualités de l’entre-deux-guerres », Genre & Histoire, 23, 2019, http://journals.openedition.org/genrehistoire/4215

28 Emilie Blanc, “Art power” : tactiques artistiques et politiques de l’identité en Californie (1966-1990), thèse de doctorat en histoire de l’art contemporain dirigée par Elvan Zabunyan, université Rennes 2, 2017 (voir Genre & Histoire, 23, 2019, https://journals.openedition.org/genrehistoire/4280).

29 Les débats du colloque « Les féminismes noirs en contexte (post) impérial français ? » sont en ligne : EHESS - Chaînes - Canal-U.

30 Françoise Collin, « Essentialisme et dissymétrie des sexes », Les Cahiers du GRIF, 40 1989, 40, p. 93.

31 Clara Palmiste et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), Dossier « Le genre dans les mondes caribéens », CLIO. Femmes Genre Histoire, 50, 2019.

32 Cécile Thomé, La sexualité aux temps de la contraception. Genre, désir et plaisir dans les rapports hétérosexuels (France, années 1960-années 2010), thèse de doctorat de sociologie dirigée par Michel Bozon, EHESS, 2019.

33 Hélène Cixous, « Le rire de la méduse », L’Arc, 61, 1975, p. 39-54.

34 Isabelle Cambourakis « Un écoféminisme à la française ? Les liens entre mouvements féministe et écologiste dans les années 1970 en France », Dossier « Genre et environnement », Genre & Histoire, 22, 2018, https://journals.openedition.org/genrehistoire/3798.

35 Mona Chollet, Sorcières. La puissance invaincue des femmes, Paris, Zones, 2018.

36 Voir un bilan mondial dans Giti Chandra et Irma Erlingsdottir (dir.), The Routledge Handbook of the Politics of the #MeToo Mouvement, Oxon/New York, Routledge, 2021.

37 Collectif, Notre corps nous-mêmes, Marseille, Hors d’atteinte, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michelle Zancarini-Fournel et Camille Noûs, « Approches, concepts et thématiques en histoire des femmes et du genre au XXIe siècle dans la revue Genre & Histoire », Genre & Histoire [En ligne], 26 | Automne 2020, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 14 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5626

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search