Navigation – Plan du site

AccueilNumeros26Combats, débats, transmission : l...ThématiquesL’utilisation des nouvelles techn...

Combats, débats, transmission : les 20 ans de Mnémosyne
Thématiques

L’utilisation des nouvelles technologies au service de l’histoire des femmes et du genre. À propos du projet de base de données Eurykleia

Using new technologies in the service of the history of women and gender. About the Eurykleia database project
Nathalie Ernoult, Letticia Leite et Camille Noûs

Résumés

Le projet Eurykléia propose de développer une base de données en ligne rassemblant les documents mentionnant des femmes par leur propre nom et ayant vécu dans l’Antiquité grecque et romaine entre le viiie siècle av. J.-C. et le ve siècle apr. J.-C. Chaque nom ainsi collecté est restitué dans le contexte de sa production (textes épiques, dramatiques, philosophiques, historiques, poétiques, juridiques, inscriptions honorifiques, inscriptions sur monnaie, sur vase, graffitis etc.) et dans leur modalité d’énonciation (discours élogieux, discours de blâme, discours neutre vis-à-vis du genre). Cette base de données permet à la communauté scientifique de disposer d’une vue d’ensemble sur la question des femmes dans les cités grecques et romaines et lui fournit l’outil statistique nécessaire à une étude des femmes et du genre dénuée d’a priori historiographiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Notamment : Thesaurus Linguae Graecae (TLG), Perseus Digital Library, Lexicon of Greek Personal Nam (...)

1La période de pandémie et le confinement qui en a découlé nous ont fait prendre conscience de l’importance des technologies d’information et de communication dans tous les domaines. Sans Internet, notre vie confinée aurait été toute autre. Depuis quelques années, l’accès aux bibliothèques numériques, aux sites électroniques de revues scientifiques et aux bases de données qui se sont multipliés ces vingt dernières années ont largement favorisé la diffusion du savoir et de la recherche universitaire. Concernant l’Antiquité grecque, de nombreux portails en ligne1 permettent désormais d’avoir accès depuis son ordinateur, où que l’on soit, aux documents littéraires, iconographiques, épigraphiques et numismatiques grecs et romains. Est-il alors possible, à partir de ce vaste ensemble de données brutes, d’élaborer une réflexion sur le genre en interrogeant la présence des femmes ? Tel est le pari du projet de la base de données Eurykleia.

2Nommé Eurykleia, – en référence au personnage homérique, la nourrice d’Ulysse, dont le nom, qui dit la grande gloire (kleos), contraste avec le statut subalterne dont l’a dotée la tradition antique –, le projet est porté par le programme « Genre, sexe, sexualité dans l’Antiquité grecque et romaine », dirigé par Violaine Sebillotte (UMR 8210 AnHiMA, Paris), ainsi que Sandra Boehringer (UMR 7044 ARCHIMÈDE, Strasbourg), Adeline Grand-Clément (EA 4601 PLH-ERASME, Toulouse) et Sandra Péré-Noguès (UMR 5608 TRACES, Toulouse). Il s’est donné comme objectif de développer une base de données en ligne rassemblant les documents mentionnant des femmes par leur propre nom et ayant vécu dans l’Antiquité grecque et romaine entre le viiie siècle av. J.-C. et le ve apr. J.-C. Si l’objectif initial était de donner une certaine visibilité aux femmes longtemps négligées par les historiens, l’équipe a très vite été amenée à réfléchir aux pratiques qui rendent les femmes invisibles et à celles qui les rendent visibles, en privilégiant l’étude du document. Qui produit le nom et la forme de son énonciation ? Pourquoi un nom de femme était-il énoncé ? Par qui ? Que disent les énoncés des femmes quand ils les nomment ? Comment examiner l’articulation entre les diverses formes de différenciation sociale : différence de sexe, différence de statut, différence de richesse, différence de culture ? Il est alors apparu essentiel de porter une attention soutenue à la nature même de la documentation disponible et de restituer chaque nom ainsi collecté dans le contexte de sa production (textes épiques, dramatiques, philosophiques, historiques, poétiques, juridiques, inscriptions honorifiques, inscriptions sur monnaie, sur vase, graffitis etc.) et dans leur modalité d’énonciation (discours élogieux, discours de blâme, discours neutre vis-à-vis du genre).

3Une équipe d’enseignant·es et/ou chercheur·ses internationaux·les2, dont les travaux s’inscrivent dans le domaine du genre et de l’histoire des femmes dans l’Antiquité grecque et/ou romaine, s’est mise au travail afin de définir les protocoles d’analyse permettant d’identifier, de contextualiser, d’interpréter les mentions de femmes dans l’Antiquité. Il a fallu tout d’abord définir les bornes chronologiques et l’aire géographique de cette recherche. Celles-ci ont évolué au fur et à mesure de l’avancée des travaux et discussions. Finalement, l’aire géographique retenue, le bassin méditerranéen, avec ses extensions orientales et occidentales, liées à la conquête macédonienne puis romaine, et la large amplitude des bornes chronologiques offrent de riches possibilités de comparaison et permettent d’interroger la notion d’évolution historique en ce qui concerne le statut et l’implication des femmes dans les sociétés civiques.

4L’une des premières missions de l’équipe a été l’élaboration d’une grille de saisie de données permettant de faire le lien entre l’enregistrement du nom, le genre discursif du document et le support du texte appelé à apparaître dans la base. L’élaboration des critères a donné lieu à de nombreuses réunions et discussions, incluant le plus souvent les informaticien·nes, afin de définir le plus précisément possible toutes les notions. Une fois celles-ci mises en place, il a fallu éditer un guide de saisie à destination des contributeur·trices afin d’uniformiser la méthode et de respecter les normes indispensables pour le travail de numérisation.

Réalisations et publications

  • 3 CNRS, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Institut Universitaire de France, Universidade Federal (...)

5Parallèlement aux ateliers de travail sur la saisie des notices en vue de la construction de la base de données, l’équipe d’Eurykleia a initié, grâce à l’appui financier et scientifique de plusieurs partenaires institutionnels3, de nombreuses activités scientifiques ouvertes au public, notamment des journées d’études, des colloques internationaux et des séminaires en résidence.

  • 4 Sandra Boehringer, Adeline Grand-Clément, Sandra Péré-Noguès et Violaine Sebillotte Cuchet, « Celle (...)

6Les journées d’études ont parfois donné lieu à la publication d’articles et d’ouvrages collectifs. Citons par exemple le numéro 99 de la revue Pallas en 2015, qui inclut un dossier dirigé par l’équipe d’Eurykleia : « Laisser son nom. Femmes et actes de mémoire dans les sociétés anciennes4 ». Huit contributions résultant d’une journée d’étude organisée à Toulouse en avril 2014 ont étudié la façon dont les Grecs et les Romains nommaient les femmes, la manière dont elles-mêmes se désignaient et dont leurs traces et leur nom étaient conservés. Oubliées, pas ou mal identifiées, ou bien identifiées de manière caricaturale, souvent assimilées à des courtisanes lorsqu’elles apparaissent en public et ne sont ni prêtresses ni évergètes, il s’agissait de réévaluer leur présence dans les sources et dans les sociétés grecque et romaine.

  • 5 Pour l’agenda et le programme complète des activités développées dans le cadre du PICS ANGAN, au co (...)

7En 2017, un Projet international de coopération scientifique (PICS), établi conjointement par l’UMR 8210 AnHiMA et l’équipe de recherche brésilienne NEREIDA (Núcleo de Estudos de Representações e de Imagens da Antiguidade) / UFF (Université Fédérale Fluminense) et UNIRIO (Université Fédérale de l’État de Rio de Janeiro) a donné lieu à trois colloques internationaux5. En 2017, « Celles qui avaient un nom » réunissait les participant.e.s des équipes française et brésilienne à Rio de Janeiro. Puis il y a eu en 2018 « Elles comptent aussi / Women Who Matter. Gender and Digital Classics », un colloque organisé par Sandra Boehringer, Adeline Grand-Clément, Sandra Péré-Noguès et Violaine Sebillotte Cuchet à Paris, puis en 2019 « Construindo a base de dados Eurykleia : Antiguidade e História Digital », un colloque organisé par Claudia Beltrão à Rio de Janeiro. Ces deux derniers colloques ont donné lieu à une publication dans la revue Mètis (18, 2020) ainsi qu’à une publication, encore en préparation, dirigée par les partenaires brésiliennes du projet.

8Par ailleurs, une volonté de partager les nouvelles recherches avec un large public s’est traduit par la réalisation d’une exposition virtuelle intitulée « Sortir du gynécée. Un nouveau regard sur la Grèce antique ». Conçue par l’équipe en 2017 et publiée en mars 2018, elle invite le visiteur, grâce aux nouveaux apports des archéologues, philologues et épigraphistes, à s’attaquer aux stéréotypes sur la place des femmes en Grèce antique. L’exposition met en évidence que, contrairement aux idées reçues, loin d’être enfermées au gynécée, les femmes étaient impliquées dans l’économie et la religion de la cité, qu’elles étaient parfois citoyennes et avaient, dans certains contextes, accès au sport et au savoir. L’ensemble du parcours démontre ainsi qu’il est illusoire d’émettre des idées générales sur une « condition des femmes » postulée, sans prendre en compte les critères de statut (libre ou esclave), d’âge, de naissance, de richesse, et le type documentaire qui donne accès aux informations. Conscient·es que les générations futures décèleront certainement des stéréotypes dans leur manière de travailler, les auteur·trices de l’exposition, conformément à la méthode globale du projet Eurykleia, se sont attaché·es. à décrire pas à pas leur propre processus d’interprétation. Traduite en anglais et en portugais (Brésil) l’exposition est accessible sur le site « Musea », hébergé par l’université d’Angers et qui propose depuis 2004 des expositions virtuelles sur l’histoire des femmes et du genre : http://musea.fr/​exhibits.

9On l’aura compris, l’élaboration de la base de données Eurykleia ne constitue pas une fin en soi mais marque une étape importante dans un processus de recherche plus large. La communauté scientifique pourra ainsi avoir une vue d’ensemble sur la question des femmes dans les cités grecques et romaines et disposera d’un outil statistique dénué d’a priori historiographiques. En intégrant une variété de critères descriptifs (données et méta-données), elle permettra des analyses statistiques (visibilité des actes de femmes, notion de norme et d’exception) et des études comparatives (par régions, périodes, champs lexicaux, domaines d’action, type de document). Mais surtout, et en proposant une description approfondie des pratiques discursives fondées sur les types de documents analysés et la modalisation du discours qu’ils portent, la base de données Eurykleia ouvre la voie à des analyses renouvelées des documents historiques.

Haut de page

Notes

1 Notamment : Thesaurus Linguae Graecae (TLG), Perseus Digital Library, Lexicon of Greek Personal Names (LGPN), Inscriptiones Graecae, Lexicon Iconographicum Mytholigiae Classicae (LIMC), PHI…

2 Pour la liste des participant·es, voir : https://eurykleia.hypotheses.org/liste-des-participants

3 CNRS, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Institut Universitaire de France, Universidade Federal Fluminense (UFF) ; Équipes et Laboratoires : UMR 8210 ANHIMA, UMR 7044 ARCHIMÈDE, UMR 5608 TRACES, EA 4601 PLH-Erasme , Núcleo de Estudos de Representacões e de Imagens da Antiguidade (NEIREIDA), Atelier Efigies « Genre, sexe et sexualité dans les monde grec et romain » MIE Paris ; GIS Humanités, sources et langues, GIS Institut du genre et la Fondation des Treilles.

4 Sandra Boehringer, Adeline Grand-Clément, Sandra Péré-Noguès et Violaine Sebillotte Cuchet, « Celles qui avaient un nom. Eurykléia ou comment rendre les femmes visibles », Pallas [En ligne], 99 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016.

5 Pour l’agenda et le programme complète des activités développées dans le cadre du PICS ANGAN, au cours de la durée de ce projet voir : https://eurykleia.hypotheses.org/colloque-international-pics-angan-rio-oct-2017, https://eurykleia.hypotheses.org/elles-comptent-aussi-women-who-matter, https://eurykleia.hypotheses.org/1192.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Ernoult, Letticia Leite et Camille Noûs, « L’utilisation des nouvelles technologies au service de l’histoire des femmes et du genre. À propos du projet de base de données Eurykleia », Genre & Histoire [En ligne], 26 | Automne 2020, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5658

Haut de page

Auteurs

Nathalie Ernoult

Musée national d’art moderne-Centre Georges Pompidou, ANHIMA. nathalie.ernoult(at)centrepompidou.fr

Letticia Leite

Programa de Pós-Graduação em Metafísica, Université de Brasília, leitele(at)yahoo.com.br

Camille Noûs

Laboratoire Cogitamus, https://www.cogitamus.fr/

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search