Navigation – Plan du site

AccueilNumeros26Comptes rendusChristine Bard (dir.) avec la col...

Comptes rendus

Christine Bard (dir.) avec la collaboration de Sylvie Chaperon, Dictionnaire des féministes, France XVIIIe-XXIe siècle,

Paris, PUF, 2017, 1700 p.
Myriam Boussahba-Bravard
Référence(s) :

Christine Bard (dir.), avec la collaboration de Sylvie Chaperon, Dictionnaire des féministes, France XVIIIe-XXIe siècle, Paris, PUF, 2017, 1700 p.

Texte intégral

1Le Dictionnaire des féministes annonce son ambition dans le titre même et dans l’avant-propos (p. X). Il s’agit de recenser les femmes et hommes féministes en France du xviiie au xxie siècle, « de rendre compte avec méthode et pédagogie, de toute la richesse du mouvement féministe en France et de donner des repères afin d’en faciliter la compréhension ». Il s’adresse à un large public que Christine Bard (avec la collaboration de Sylvie Chaperon) décline au pluriel « à l’université, dans les médias, dans les mouvements militants ». Elle indique enfin que l’ouvrage : « […] a aussi une ambition mémorielle ».

2La lecture de l’avant-propos, fascinant, est absolument indispensable ; il entraîne la lectrice ou le lecteur dans des sections successives qui développent l’ambition initiale d’un dictionnaire qui institue et « distribue une forme de reconnaissance » nécessaire au féminisme français qui ne disposait pas encore d’un tel ouvrage contrairement à celui paru en Angleterre (1985-90, puis 2000), aux États-Unis (depuis 1971) et en Europe Centrale et de l’Est (2006) (p. X). Le projet est lancé par Christine Bard en 2007-2008 dans le contexte français d’une production scientifique foisonnante depuis les années 2000 et de quelques recensements thématiques de féministes déjà effectués comme par exemple les Marseillaises ou les femmes protestantes (1999, 2003) (p. XII). Il s’agit bien sûr aussi de « définir » (p. XII-XV) qui est féministe, d’où le choix d’une « approche large (celle de la contestation entre les sexes), plurielle (celle des mouvements de femmes), et contextualisée » dont « la plasticité est une donnée capitale » (p. XIII). Quand la directrice du dictionnaire doit « choisir » (p. XV-XVIII), elle inclut dans ses critères la très grande diversité constitutive du mouvement des femmes dans les débats et dans les segmentations sociologiques ainsi que « l’espace de la cause des femmes et les sites de mobilisations au nom des femmes et pour les femmes » (p. XV). Le Dictionnaire s’intéresse au « féminisme en France » mais inclut aussi les personnes significatives pour le féminisme français. De même, la France se décline en provinces et Paris, en métropole et ex-colonies ; elle constitue un espace sur lequel se centrent les notices biographiques et thématiques alors que les frontières laissent passer les idées et les personnes (p. XVI). Les bornes chronologiques, de la Révolution française jusqu’au xxie siècle, dessine « un cadre de pensée politique », mais aussi une chronologie émancipatoire jusqu’à notre actualité sociale et politique, qui a rendu certaines notices soit difficiles à rédiger, soit soumises à autorisation des personnes concernées (p. XVII).

3Les notices biographiques relatent un parcours féministe placé dans un contexte large, incluant les idées, mais aussi les campagnes menées et les fonctions exercées. Les métiers des femmes qui apparaissent dans ce dictionnaire saluent le fait que certaines ont des métiers de pouvoir, de culture, de recherche universitaire ou de création dans lesquels elles font vivre leur engagement féministe (p. XVIII). Les notices thématiques sont remarquables, à la pointe de la recherche et rendent compte des débats actuels. Par exemple en cherchant le mot « féminisme », on trouve successivement les entrées « Féminisme d’Ancien Régime » (p. 547-50), « Féminisme d’État » (p. 550-2), « Féminisme matérialiste » (p. 552-5), « Féminisme modéré » (p. 555-7), « Féminisme radical » (p. 558-60), « Féminisme universaliste / différentialiste (p. 560-6), « Féminismes islamiques » (p. 567-71), entrées qui adoptent toutes une approche définitionnelle et historique, que des personnes incarnent (on les retrouve dans le Dictionnaire également) dans une contextualisation de très bonne tenue qui fait la part belle aux débats d’hier et d’aujourd’hui. Elles renvoient à d’autres notices thématiques comme « Black Feminism » ou « Intersectionnalité » qui, par le biais des transferts culturels, complètent à la fois l’histoire et les débats au sein du corps social, essentiellement français. Ces différentes entrées sur le féminisme sont un bel exemple de ce que le Dictionnaire peut apporter : des références, une contextualisation et un résumé dynamique des débats jusqu’à 2017, date de sa publication.

4L’avant-propos (11 pages) est suivi de la table des 422 entrées biographiques, puis de la table des 137 entrées thématiques indiquant à chaque fois les auteur·e·s correspondant·es, puis du dictionnaire lui-même (1 700 pages). Celui-ci donne la liste des principaux sigles (2 pages), puis les notices par ordre alphabétique – qu’elles soient biographiques ou thématiques–, les 195 auteur·es (45 pages), la table des illustrations (4 pages) et enfin l’index nominum (65 pages). Chaque section du dictionnaire est une mine de renseignements pour les étudiant·es ou les journalistes en début de recherche ou quiconque souhaite découvrir la complexité et la richesse du champ que ce dictionnaire apprivoise efficacement. Les notices biographiques et thématiques apportent des connaissances diverses toutes enregistrées au service des féministes, femmes et hommes, que ce dictionnaire donne à lire. L’index nominum offre une étendue encore plus large de noms mentionnés dans les notices (biographiques et thématiques) pour continuer une recherche d’informations en toute autonomie et hors du dictionnaire.

5Le soin apporté par les auteur·es à établir les notices fait écho à la présentation généreuse et précise que donne Christine Bard des contributrices entre les pages 1585 et 1630, section qui constitue encore une mine d’informations à explorer pour les chercheur·es, apprenti·es et confirmé·es. La liste des noms d’auteur·es référencé·es avec la ou les notices rédigées présente un groupe dont la majorité a produit de la littérature ou de la recherche ; chercher ensuite leur nom dans un catalogue de bibliothèque permet de constituer une bibliographie sommaire ou approfondie selon les besoins. Les universitaires basé·es en France ou à l’étranger ou les non-spécialistes de la France ont ainsi à disposition un corpus de noms de chercheur·es ainsi que leur domaine de recherche. Le grand public peut aussi lancer sa propre aventure de découverte grâce au Dictionnaire des féministes. Le Dictionnaire (à commencer par son volume) est aussi une réponse flagrante de plus pour ceux qui se demandent où étaient les suffragistes et féministes françaises, lorsque, au début du xxe siècle, les Anglaises faisaient la une des titres européens. Tout récemment, un bon amateur/connaisseur d’histoire de France me posait la question, partant du principe que puisqu’il n’avait jamais entendu parler de ces femmes, elles n’avaient pas existé. Alors que je lui parlais de l’écriture de l’histoire et du récit national encore souvent sans histoire des femmes et du genre, je suis allée lui chercher le Dictionnaire des féministes, France xviiie-xxie siècle qu’il a parcouru longuement, stupéfait de ne jamais avoir rencontré un tel pan de l’histoire de France : dans ce cas précis, le Dictionnaire objet vaut plus que mille mots.

6Se pose maintenant la question de sa numérisation qui permettrait à l’index nominum, en particulier, mais aussi aux autres sections de prendre corps dans une édition numérique qui, malheureusement, n’est pas à l’ordre du jour : elle aurait pu offrir la possibilité de faire des mises à jour et d’intégrer de nouvelles biographies et thèmes au fil du temps. Les ajouts seront forcément limités dans une seconde version papier, toujours en un volume et déjà en préparation.

7Ce dictionnaire est un formidable outil pour découvrir le féminisme en France, approfondir ou étendre sa recherche, à un prix abordable (32 euros). Il s’adresse à toutes et tous dans une exigence de clarté et de refus du simplisme. Il faut absolument le conseiller et le faire acheter à toutes les bibliothèques universitaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Boussahba-Bravard, « Christine Bard (dir.) avec la collaboration de Sylvie Chaperon, Dictionnaire des féministes, France XVIIIe-XXIe siècle,  », Genre & Histoire [En ligne], 26 | Automne 2020, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5794

Haut de page

Auteur

Myriam Boussahba-Bravard

GRIC-EA 4314, Université Le Havre Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search