Navigation – Plan du site

AccueilNumeros26Comptes rendusVéronique Blanchard, Vagabondes, ...

Comptes rendus

Véronique Blanchard, Vagabondes, Voleuses, Vicieuses. Adolescentes sous contrôle de la Libération à la libération sexuelle

Éditions François Bourin, 2019, 324 p.
Célia Honoré
Référence(s) :

Véronique Blanchard, Vagabondes, Voleuses, Vicieuses. Adolescentes sous contrôle de la Libération à la libération sexuelle, Éditions François Bourin, 2019, 324 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Véronique Blanchard est le résultat d’un travail de longue haleine mené dans les Archives du tribunal de la Seine. Issu d’une thèse d’histoire sous la direction de Frédéric Chauvaud, il traite de la construction historique de la « mauvaise fille » comme représentation entre 1945 et 1958. Le livre est complété, en fin de volume, par une riche bibliographie (p. 317-325) triée thématiquement (par exemple « Histoire politique, culturelle et parisienne », « Histoire des femmes et du genre » ou « Justice, délinquance, mineurs ») et du détail des sources archivistiques utilisées (rubrique « Archives » p. 307-315), correspondant aux dossiers administratifs de suivi des jeunes filles arrêtées. La préface de Frédéric Chauvaud (p. 7-11), professeur d’histoire à l’Université de Poitiers, permet de préciser la genèse du travail effectué par Véronique Blanchard et d’en souligner les apports.

2Les archives du tribunal de la Seine présentées par Véronique Blanchard forment une matière fournie (plus de 460 dossiers dépouillés) lui permettant de retracer dans le même temps les parcours singuliers de jeunes filles délinquantes et l’évolution du système judiciaire et du cadre pénal français entourant les mineur·es dans le Paris de l’après-guerre. Avec la création d'une « Charte des mineurs » en 1945, qui crée le statut de juge des enfants, la priorité est donnée à la prévention, à la protection et à la réinsertion. Le juge des enfants suit les affaires dans leur totalité, depuis son cabinet (les mineur·es, à moins de récidive, ne passent pas, pour la plupart, devant un tribunal) et son statut évolue peu à peu pour lui permettre de passer de l’assistance éducative au civil et au pénal. Au sein même des cabinets, la division genrée opère : les positions de juge des enfants sont occupées exclusivement par des hommes jusque dans les années 1970, tandis que les postes d’auxiliaires de justice (greffières, déléguées à la liberté surveillée, assistantes sociales) le sont par des femmes. La particularité de cet ouvrage est la grande place accordée aux extraits des dossiers de suivi utilisés par les magistrats. Cités longuement, ils viennent structurer le développement du livre et c’est à partir de ceux-ci que se construit la réflexion de l’autrice. Ces dossiers évoquent la globalité de la prise en charge et comprennent des documents à caractère juridique (comptes-rendus d’audience, interrogatoires, ordonnances de placement), les procès-verbaux et enquêtes de police, les enquêtes menées par les assistantes sociales, les rapports des institutions de placement, les courriers des jeunes filles et de leurs familles, ainsi que les notes prises par les juges et sont mis en relation avec des témoignages oraux et les informations produites par les centres de placement. Vagabondes, Voleuses, Vicieuses est construit autour de ces trois figures de la délinquance juvénile féminine identifiées par l’autrice mais également de leurs interlocuteurs et interlocutrices : les personnels éducateurs, les médecins, les psychiatres et les juges. C’est par l’analyse détaillée des mécanismes par lesquels elles sont repérées (arrestations, plaintes parfois déposées par la famille, notamment dans les cas de fugue par le biais de la correction paternelle), par l’examen de leur suivi (grâce aux dossiers administratifs) et des types de prise en charge possibles (placement en institution, liberté surveillée, remise à famille, libération sous promesse de mariage) que Véronique Blanchard explore la construction du sujet féminin déviant.

3Le livre est organisé en cinq chapitres thématiques et s’inscrit dans une perspective intégrant le genre comme « catégorie utile d’analyse historique » (Joan W. Scott, 1988). Le premier (p. 45-78) est consacré à l’espace parisien de l’après-guerre et détaille le contexte historique et social souvent très précaire dans lequel vivent les jeunes filles en question. Il donne un aperçu du quotidien de la jeunesse parisienne après 1945. Ces jeunes filles vivent ou fréquentent le Paris de la reconstruction, divisé entre quartiers bourgeois et prolétaires. Elles habitent le plus souvent des logements précaires et insalubres, fréquentent les bals de la rue de Lappe, les cinémas de la Nation, parfois les cafés et les caves du quartier latin. Le chapitre suivant (p. 79-110) est dédié à l’étude des structures familiales dont sont issues les protagonistes : nombre d’enfants, conditions de logement, entente et occupations des parents, origines sociales et géographiques permettent de saisir le contexte historique, social et la singularité des situations. Le modèle de la famille est un enjeu récurrent tout au long du livre, avec une vigilance particulière accordée au rôle des mères : les familles peuvent en effet être considérées comme responsable des déviances dont sont accusées les mineures. Les trois chapitres suivants (« Petites voleuses ! p. 111-152 ; « Fugueuses » p. 153-218 ; « Dévergondées, lesbiennes et prostituées » p. 219-298) sont consacrés aux figures définies par Véronique Blanchard : la voleuse, la fugueuse et la vicieuse (terme qui recouvre les actes d’atteinte aux moeurs, de prostitution, et les relations lesbiennes). L’ambition du livre est de comprendre les mécanismes qui mènent à de telles catégorisations : il questionne pour ce faire l’émergence de pratiques de contrôle de la jeunesse (en particulier féminine) mises en place par les magistrats et le traitement différentiel de la délinquance juvénile selon le genre. L’origine de la déviance constitue le cœur de la réflexion de l’autrice qui, en restituant les théories des médecins et des juges, s’interroge sur leur capacité à produire cette déviance qu’ils décrivent. Ainsi pour de nombreux médecins, les caractéristiques familiales et le milieu social d’origine sont révélateurs : venir d’un milieu prolétaire et citadin avec une mère qui travaille hors du foyer constituent selon eux des facteurs déterminants. Il s’agit donc, en croisant l’histoire des pratiques judiciaires, des pratiques éducatives et de la jeunesse (notion qui émerge précisément après la Seconde Guerre mondiale) de contribuer à l’écriture d’une histoire sociale des normes de genre (p. 14-15).

4La matière du livre est faite d’allers-retours entre les discours produits par ces différentes instances : les enquêtes de police et des assistantes sociales fournissent des témoignages de l’entourage des jeunes filles concernées (la moyenne d’âge dans les dossiers du corpus est de seize ans) ; les rapports des éducateurs et des médecins qui examinent les jeunes filles placées en observation après leur arrestation posent des diagnostics. Ainsi, des causes endocriniennes sont parfois données aux fugues (p. 181) et plus largement les « débordements biologiques » (p. 198) et les « particularités physiologiques du sexe féminin » (p. 182) sont utilisés pour expliquer les causes des comportements des jeunes filles (par exemple, soupçons de mythomanie ou d’amoralité). Cette lecture clinique déresponsabilise les jeunes filles de leurs actes : elles ne sont alors plus pénalement condamnables. Les jeunes filles sont sollicitées par le biais d’exercices de rédaction lorsqu’elles sont placées en institution et pour un certain nombre d’entre elles écrivent également à leur juge pour donner des explications, demander des rendez-vous, exprimer des désirs de retour à « la vie normale ». Véronique Blanchard cite longuement ces documents qui ont une teneur souvent intime. Ainsi Yvette déclare avoir fugué à cause d’un père alcoolique et violent (p. 174). Cela constitue la richesse du livre mais c’est aussi ce qui peut égarer : dans le foisonnement des témoignages, il peut parfois être difficile de s’y retrouver. Néanmoins, grâce aux documents cités, le propos de Véronique Blanchard reste extrêmement concret, attaché aux conditions dans lesquelles s’exerce la prise en charge judiciaire des mineures délinquantes.

5En décrivant en détail les situations dont il est question, en précisant les liens familiaux complexes, les événements marquants, les décès, les violences, les questionnements des jeunes filles et de celles et ceux qui les suivent, l’autrice met en lumière l’écart entre la loi et les mécanismes d’application. Ceux-ci produisent plusieurs sortes d’invisibilisation :

6invisibilisation de violences subies par des jeunes filles qui en sont rendues responsables, invisibilisation des violences commises par certaines d’entre elles au profit d’une obsession de la déviance sexuelle (p. 300-301). Les trois figures définies par Véronique Blanchard : la vagabonde, la voleuse et la vicieuse reflètent au fond une inquiétude latente et récurrente de ce que ces jeunes filles décident de faire de leur corps : où elles vont, qui elles fréquentent, à quelles activités elles s’adonnent et dans quels espaces (privé, public). Cette typologie est cependant poreuse : l’autrice démontre qu’elle peut servir à la mise sous surveillance de jeunes filles dont les comportements inquiètent leur famille ou la justice. Les juges des enfants ont ainsi, grâce à leur statut particulier, une grande latitude dans la prise en charge des mineures délinquantes. La sexualité constitue le point culminant des inquiétudes, avec le péril récurrent de la prostitution pour des jeunes filles trop indépendantes. La recherche et, parfois, la revendication d’autonomie de ces jeunes filles est au cœur de ce qui fonde leur identité de « mauvaise fille ».

7Vagabondes, Voleuses, Vicieuses s’inscrit à la fois dans des travaux récents sur la violence et la criminalité féminines et résonne avec les débats actuels sur les violences sexuelles et les droits des femmes. Ce livre permet de mesurer l’évolution de la condition des femmes dans la société française et la permanence de certains stéréotypes. En mettant l’accent sur les mots de ces jeunes filles, Véronique Blanchard ne construit pas un discours « sur », mais un discours « avec » et déconstruit la taxonomie judiciaire. Elle restitue ainsi la position de sujet de ces mineures, dont les discours ne sont pas utilisés dans le cadre d’une réflexion sur l’évolution des pratiques pénales, mais fondent un travail qui place l’expérience située et singulière au cœur de l’écriture historique. En les laissant dire « je », elle montre ce que peut être, en termes de conditions matérielles d’existence, la vie d’une jeune fille parisienne des années 1950.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Célia Honoré, « Véronique Blanchard, Vagabondes, Voleuses, Vicieuses. Adolescentes sous contrôle de la Libération à la libération sexuelle », Genre & Histoire [En ligne], 26 | Automne 2020, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5808

Haut de page

Auteur

Célia Honoré

InTRu- EA 6301 Université de Tours

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search