Navigation – Plan du site

AccueilNumeros26Comptes rendusCarolyn J. Eichner, Franchir les ...

Comptes rendus

Carolyn J. Eichner, Franchir les barricades, les femmes dans la Commune de Paris

Paris, Éditions de la Sorbonne, 2020, 312 p.
Sylvie Aprile
Référence(s) :

Carolyn J. Eichner, Franchir les barricades, les femmes dans la Commune de Paris, Paris, Editions de la Sorbonne, 2020, 312 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est la traduction du premier livre de l’historienne américaine Carolyn J. Eichner, paru en 2004 aux éditions Indiana Université Press sous le titre Surmounting the Barricades :  Women in the Paris Commune. Carolyn J. Eichner inscrit son propos dans un vaste mouvement de renouveau de l’histoire des femmes dans la Commune et surtout de l’histoire de la Commune dans le féminisme. On connaît en effet le débat qui a animé et parfois opposé nombre d’historiens et d'historiennes concernant le rôle émancipateur de la politique des Communards. On peut à ce sujet rappeler que la question se pose également pour les étrangers, leur place dans la Commune et la mise en œuvre d’une politique d’ouverture du droit de vote et d’une citoyenneté accordée aux femmes comme aux étrangers. L’écueil majeur pour apprécier l’apport de La Commune est toujours celui de sa durée limitée, ces 72 jours qui imposent déjà une lecture mesurée voir prudente de la question du féminisme dans la Commune. Cette question est aussi largement biaisée par le fait qu’une des grandes figures de la Commune, Louise Michel, a elle-même récusé bien des années plus tard, tout engagement féministe, qualifiant ces revendications d’aberrantes, refusant le féminisme suffragiste au nom de l’anarchisme. Elle déclare encore dans le journal, La Presse, en 1904 « Pourquoi réclamer, en effet, pour les femmes des droits politiques puisque, dans l’anarchie future, il n’y aura plus de gouvernement, plus d’autorité ? ».

  • 1 Edith Thomas, Les « Pétroleuses ». Paris, Gallimard, 1963, 290 p.

2Carolyn J. Eischner entend analyser à nouveaux frais le militantisme radical féminin en se concentrant sur trois figures de révolutionnaires : André Léo, Elisabeth Dmitrieff et Paule Mink, toutes trois communardes. Ce choix ne tient pas seulement à leur notoriété. Célèbres, elles l’ont été comme le montre, sur la couverture de l’ouvrage, leurs portraits tirés des photographies extraites du livre des célébrités du xixe siècle d’E. Appert. Elles sont cependant beaucoup moins connues que Louise Michel et l’auteure cherche ici à leur redonner une place de premier plan et surtout à montrer comment elles ont – chacune à leur manière - contribué théoriquement aux socialismes féministes de l’époque. Elle rappelle que c’est surtout la légende noire de la Commune, celle de ces détracteurs qui a souvent mis en avant la place des femmes, ces pétroleuses dont en 1963, l’historienne Edith Thomas a réhabilité l’image1. Selon Carolyn J. Eichner, les études parues depuis cette date ont donné une place aux femmes mais peu au féminisme. L’auteure reste elle–même prudente dans l’usage du terme de féminisme rappelant que le substantif est né postérieurement, dans les années 1880. Le féminisme s’entend, explique-t-elle « comme la reconnaissance et la condamnation du manque d’égalité entre hommes et femmes en matière de pouvoir et d’autre part, le désir de remédier à cette situation et les efforts mis en œuvre pour y parvenir » (p. 13). Elle s’attache alors à présenter les actions mais aussi les écrits de ces trois femmes avant, pendant et après la Commune. Elle montre comment malgré des positions idéologiques différentes, elles ont pensé et mis en œuvre leur vision de l’égalité. Paule Mink défend un féminisme individualiste, André Léo un collectivisme socialiste féministe, Elisabeth Dmitrieff un associationnisme marxiste-féministe.

  • 2 Jo Burr Mardagant (ed.), The New Biography : Performing Feminity in Nineteenth-Century France, Berk (...)

3Carolyn J. Eichner n’adopte pas une démarche classiquement biographique, elle s’inspire des travaux de Jo Burr Margadant sur la New Biography2. L’ouvrage est divisé en trois parties « chronologiques » avant, pendant et après. Elle montre ainsi la genèse des engagements de ces trois femmes, puis comment la Commune façonne leur expérience et leur réflexion sur le socialisme et le féminisme. Elle achève son propos par une ouverture sur leurs situations et positions après 1871. L’historienne dresse ainsi une synthèse des idées féministes, de leurs prémices à leur développement dans les années 1880. Carolyn J. Eichner revient dans la seconde partie sur l’analyse des actions féminines dans la Commune et dissèque finement les formes organisationnelles de cette première et essentielle expérimentation du socialisme. La troisième partie permet d’élargir la focale au paysage politique du socialisme et du féminisme en Europe pendant les années 1870 et 1880. Si Elisabeth Dmitrieff et André Léo s’effacent politiquement, Paule Mink continue à militer et à tenir des meetings.

4Si le choix de ces trois grandes figures est parfaitement justifié et assumé, on peut néanmoins regretter qu’il oblitère quelque peu l’action des femmes du peuple telles que Nathalie Lemel et des anonymes de la Commune. On peut aussi s’étonner que la version française de l’ouvrage en question publiée près de quinze ans après la première publication, ne donne pas lieu à une réactualisation de la bibliographie. Aucun des ouvrages ou travaux publiés sur les femmes et la Commune depuis 2004 n’est mentionné. S’ils n’ont pas forcément la même approche, ces titres auraient cependant montré l’ampleur des recherches sur les femmes et le genre durant la Commune. On peut à cet égard citer les travaux de Sidonie Verhaeghe sur Louise Michel et le féminisme et l’ouvrage collectif Les Vies d’André Léo, romancière, féministe, communarde, préfacé par Michelle Perrot publié sous la direction de Frédéric Chauvaud, François Dubasque, Pierre Rossignol et Louis Vibrac en 2015. Cela n’enlève rien à la qualité de cet ouvrage documenté et clair qui peut à la fois s’adresser à des spécialistes et à un plus large public.

Haut de page

Notes

1 Edith Thomas, Les « Pétroleuses ». Paris, Gallimard, 1963, 290 p.

2 Jo Burr Mardagant (ed.), The New Biography : Performing Feminity in Nineteenth-Century France, Berkeley, University of California Press, 2000, 298 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Aprile, « Carolyn J. Eichner, Franchir les barricades, les femmes dans la Commune de Paris », Genre & Histoire [En ligne], 26 | Automne 2020, mis en ligne le 02 mars 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5823

Haut de page

Auteur

Sylvie Aprile

ISP UMR-7220, Université Paris-Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search