Navigation – Plan du site

AccueilNumeros26Comptes rendusVasiliki Kousoulini, A History of...

Comptes rendus

Vasiliki Kousoulini, A History of Alcman’s Early Reception. Female-Voiced Nightingales

Cambridge Scholars Publishing, Newcastle upon Tyne, 2019, viii + 139 p.
Antoine Chabod
Référence(s) :

Vasiliki Kousoulini, A History of Alcman’s Early Reception. Female-Voiced Nightingales, Cambridge Scholars Publishing, Newcastle upon Tyne, 2019, viii+139 p.

Texte intégral

1Avec la réédition attendue des Chœurs de jeunes filles en Grèce ancienne de Claude Calame et la parution du livre de Vasiliki Kousoulini, 2019 fut une année faste pour le poète spartiate du viie siècle av. J-C, Alcman.

2L’ouvrage, issu d’une thèse de doctorat soutenue à l’Université capodistrienne d’Athènes, interroge la première réception des poèmes d’Alcman, depuis leur composition orale jusqu’à leur mise par écrit et leurs premières éditions systématiques. Ce faisant, Vasiliki Kousoulini questionne également la constitution d’une tradition poétique propre aux parthénées, définis comme des chants choraux destinés à l’initiation rituelle des jeunes filles en Grèce ancienne.

3Dans une brève introduction, l’auteure précise ce qu’elle entend par réception : dans un monde grec archaïque et classique considéré comme une song culture essentiellement orale, elle choisit d’employer le terme dans un acception large, afin de désigner toutes les références implicites ou explicites que les Anciens faisaient aux compositions d’Alcman. Le livre est ensuite divisé en cinq chapitres et une conclusion. Après deux chapitres consacrés à la vie d’Alcman et ce qu’en disaient les Anciens, les trois derniers envisagent l’œuvre du poète et sa diffusion, depuis les performances chorales archaïques à Sparte jusqu’au différents foyers d’érudition hellénistique. L’index général (p. 137-139), assez peu exhaustif quant aux noms propres, présente pour principal intérêt le renvoi aux différentes notions (canon, oral song book, etc.) développées par l’auteure.

  • 1 Découverte à Jerash et aujourd’hui conservée au Kelsey Museum of Archeology à Ann Arbor sous le n°  (...)

4L’ouvrage interroge d’abord les données relatives à la vie du poète Alcman et à ses compositions dans la tradition antique. Dans la seconde moitié du viie s. à Sparte, Alcman est l’auteur de chants destinés à être exécutés par des chœurs de jeunes filles, dans le cadre d’un rite initiatique à forte dimension homo-érotique. Comme le rappelle l’historienne, des jeunes filles y chantent leur amour pour une des leurs afin de répondre à des exigences rituelles. Ce contexte de performance particulier, situé dans le temps et l’espace, est cependant dépassé au fil des siècles. Dès les premiers témoignages disponibles (celui d’Aristote et de son cercle) les poésies d’Alcman apparaissent bien connues au-delà de Sparte. Le chapitre suivant (p. 33-37) interroge les représentations figurées du poète, en reproduisant presque exactement une précédente contribution de l’auteure. Les représentations iconographiques du poète (non reproduites) se limitent à une hypothétique statue hellénistique sur la tombe d’Alcman à Sparte et à une mosaïque de la fin du iie ou du début du iiie s. de notre ère1 qui attestent la renommée d’Alcman à cette époque tardive. Le troisième chapitre (p. 39-58) étudie les poèmes d’Alcman conservés et montre que son art relève d’une poésie archaïque traditionnelle, c’est-à-dire composée et diffusée oralement. Le quatrième chapitre (p. 59-82) est dévolu à la « canonisation » d’Alcman parmi les « classiques », en étudiant de potentielles références à ses compositions dans les sources des ve et ive s. Bien que ténue, l’impression que les Athéniens connaissaient les chansons d’Alcman persiste : les parthénées s’étaient alors émancipés de leur premier contexte d’énonciation (le rite initiatique) et pouvaient être repris à d’autres occasions, telles que les banquets des élites athéniennes. Alcman est désormais un « classique » de la culture grecque. Le cinquième chapitre (p. 83-110) s’intéresse enfin à la réception d’Alcman aux périodes postérieures, en considérant tant les nouvelles performances spartiates que les éditions alexandrines et pergamiennes. Aux iiie et iie s. av. J.-C., la réception des parthénées est attestée par les poètes et poétesses lyriques d’alors qui emploient quelquefois un dialecte et des thématiques typiques de la poésie d’Alcman dans des compositions destinées au chant choral de jeunes filles.

5Les coquilles et fautes de typographie, souvent anodines (e. g. l’absence de titre 2 dans le chapitre 3 ou l’oubli du l de Alcman, p. 96, l. 5), compliquent parfois la lecture. Ainsi l’inscription SEG 11.652 est-elle systématiquement citée SEG 11.625 (e. g. p. 78-79) tandis que Stefano Caciagli, auteur de travaux remarqués sur la poésie chorale féminine, est appelé S. Cagliari (p. 123, voir aussi n. 97, p. 21).

  • 2 Voir par exemple : Luana Quattrocelli, « Poesia e convivialità a Sparta arcaica. Nuove prospettive (...)
  • 3 Claude Calame, « Modes de la citation et critique de l'intertextualité : jeux énonciatifs et pragma (...)

6L’appareil de note est parfois lapidaire et la bibliographie contenue. La focalisation sur Alcman et sa réception conduit à manquer quelques développements récents de l’histoire de Sparte qui vont pourtant dans le sens de l’auteure. Ainsi ne croit-on plus à l’existence de syssitia (e. g. p. 28, p. 56 ou encore p. 108), ces repas austères typiques de la Sparte classique, à la haute époque. Les andreia d’Alcman sont bien des banquets festifs2. La question de la réception de la poésie d’Alcman dans les banquets athéniens d’époque classique s’en trouve simplifiée. La comparaison avec la réception d’autres poètes archaïques, même ponctuelle, aurait également pu conforter les thèses de l’historienne. L’idée séduisante d’un « oral songbook » (p. 72), constitué à Athènes au cours du ve s., qui devait nécessairement inclure de nombreuses autres poésies archaïques, évoque les Theognidea, recueil attribué à Théognis de Mégare, intégrant des compositions de divers autres poètes3. Les études de genre, enfin, pourtant au cœur de nombreux travaux consacrés à Alcman, sont pour l’essentiel éludées. Sans doute auraient-elles pu apporter un éclairage particulier sur la réception de chants homo-érotiques de jeunes filles spartiates, devenus des classiques du banquet des élites masculines avant d’être intégrés au canon de la culture grecque tant par les érudits que par les poétesses hellénistiques.

7Ces quelques remarques ne retirent rien à l’intérêt de l’ouvrage. Le livre considère avec finesse l’oralité et la circulation des poèmes dans une culture du chant jusqu’à leur fixation écrite par l’érudition hellénistique. L’auteure y montre avec clarté comment une poésie rituelle spartiate a pu devenir une partie du canon culturel grec au début de la période hellénistique.

Haut de page

Notes

1 Découverte à Jerash et aujourd’hui conservée au Kelsey Museum of Archeology à Ann Arbor sous le n° d’inventaire 1987.04.0001. Sans doute l’auteure aurait-elle pu ici concéder une référence plus développée qu’un laconique « en Jordanie » (p. 36).

2 Voir par exemple : Luana Quattrocelli, « Poesia e convivialità a Sparta arcaica. Nuove prospettive di studio », Cahiers du Centre Gustave Glotz, 2002, vol. 13, no 1, p. 7‑32.

3 Claude Calame, « Modes de la citation et critique de l'intertextualité : jeux énonciatifs et pragmatiques dans les “Théognidéa” » La citation dans l'Antiquité, Grenoble, Jérôme Million, 2004, p. 221-241.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Chabod, « Vasiliki Kousoulini, A History of Alcman’s Early Reception. Female-Voiced Nightingales », Genre & Histoire [En ligne], 26 | Automne 2020, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5834

Haut de page

Auteur

Antoine Chabod

GRHis-EA 3831 Université de Rouen

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search