Navigation – Plan du site

AccueilNumeros26Comptes rendusMartine Lapied, L’engagement poli...

Comptes rendus

Martine Lapied, L’engagement politique des femmes dans le sud-est de la France de l’Ancien Régime à la Révolution. Pratiques et représentations

Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2019, 166 p.
Solenn Mabo
Référence(s) :

Martine Lapied, L’engagement politique des femmes dans le sud-est de la France de l’Ancien Régime à la Révolution. Pratiques et représentations, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2019, 166 p.

Texte intégral

1Martine Lapied appartient à cette génération de pionnières qui ont contribué à forger une nouvelle histoire du politique en la mettant à l’épreuve du genre. Par cet ouvrage limpide et synthétique, elle livre les résultats de recherches menées au long cours sur le rôle des femmes dans la France moderne et révolutionnaire. Jusque-là connues par toute une série d’articles, ses analyses sur les pratiques politiques féminines et leurs représentations constituent un jalon déterminant de l’historiographie des femmes et du genre dans la Révolution française et il est heureux qu’elles prennent désormais la forme d’un livre. Exploré à l’échelle d’une région comtadine et provençale dont elle est spécialiste, l’engagement politique des femmes est saisi à partir de sources locales d’une grande richesse – archives judiciaires, papiers des sociétés populaires et des comités de surveillance, délibérations et correspondances des pouvoirs locaux, etc. En dévoilant toute une gamme d’interventions féminines par ailleurs peu visibles, elle questionne la lecture d’une Révolution refusée aux femmes (Joan B. Landes, Dorinda Outram) et montre combien l’enquête de terrain est féconde pour mettre à l’épreuve ce « récit du déclin » (Lynn Hunt). Parallèlement, en mettant la focale sur des actrices provinciales, restées largement anonymes, cette recherche offre un précieux contrepoint aux rôles mieux connus des Parisiennes – « citoyennes tricoteuses » de Dominique Godineau, « Dames de la Halle » récemment étudiées par Katie Jarvis.

2Centrée sur la Révolution française, l’analyse est fermement arrimée à la période antérieure, la première partie de l’ouvrage examinant la place des femmes dans l’espace public et la vie politique de la fin du xviie siècle à l’aube de la Révolution (p. 19-53). Martine Lapied en offre une lecture dynamique, structurée par la notion de conflictualités, qu’elle interroge à différents niveaux en analysant les crises politiques avignonnaises des xviie et xviiie siècle (p. 21-41), les usages de la violence dans les troubles tant privés que publics (p. 31-34) et, enfin, les prémices de la Révolution en 1789-1790 (p. 41-52). En dégageant la grande mixité des mouvements populaires – les hommes et les femmes intervenant largement ensemble, mais par des gestes partiellement différents –, elle montre comment les conflits ouvrent à l’ensemble des catégories dominées des possibilités d’intervention dans le jeu politique. Si les spécificités liées au genre ne se dégagent pas nettement dans ces mobilisations mixtes, ce n’est pas nécessairement lié aux silences des sources, mais cela témoigne aussi de l’intégration sociale des femmes par leurs rôles de mère, de travailleuse, de paroissienne, ainsi que par leur insertion dans des réseaux locaux (parenté, voisinage, clientèle) et une vie communautaire traversée par des enjeux de pouvoir. Parallèlement, Martine Lapied analyse la part du genre en montrant comment les modes de répression et la production des sources retranscrivent des stéréotypes et les alimentent en retour, le tout conduisant à minorer le rôle politique des femmes.

3La deuxième partie est consacrée à la nouvelle donne révolutionnaire, dont l’autrice mesure l’impact sur les pratiques politiques féminines en analysant toute une série de crises ainsi que les nouvelles sociabilités politiques (p. 57-102). Elle montre alors comment la définition d’une citoyenneté politique masculine place les femmes dans la position d’une minorité – vouée à s’immiscer par les marges dans les espaces formalisés du politique ou à intervenir par l’action directe dans les antagonismes locaux –, mais que, parallèlement, l’intensification de la politisation, qui concerne aussi l’espace privé, ouvre aux femmes de nouvelles possibilités de s’exprimer et d’agir (dans les mouvements de rue, les clubs ou encore en dénonçant des adversaires). Par ce mouvement de balancier et par une analyse menée au plus près du local, de ses protagonistes ordinaires et de ses réseaux, elle parvient à dégager la complexité des rapports de genre dans la sphère révolutionnaire qui ne peuvent être réduits aux processus de domination masculine et d’exclusion des citoyennes. Sur le terrain – clubs politiques (p. 59-73), mouvement populaire des premières années de la révolution (p. 75-81), crise fédéraliste de 1793 (p. 81-88) – l’engagement des femmes révolutionnaires est contraint par leurs droits limités et les rôles de genre, mais n’est pas nécessairement vécu par les hommes comme une menace, quand l’enjeu premier est de défendre la cause commune de la Révolution ou de soutenir telle ou telle faction.

4La troisième partie, consacrée aux résistances à la Révolution (p. 105-139), s’empare d’un champ encore peu étudié – les recherches sur l’engagement féminin ayant privilégié le rôle des citoyennes et la manière dont elles ont usé de leurs droits ou cherché à les étendre. Partant du meurtre du révolutionnaire avignonnais Lescuyer en 1791 (p. 107-115), elle examine plus largement les formes d’engagements féminins contre la Révolution et comment ils sont réprimés en l’an II par les comités de surveillance, les tribunaux révolutionnaires et la Commission populaire d’Orange (p. 129-139). Elle y questionne la relation entretenue entre les femmes et la défense de l’identité religieuse et analyse également la construction de la figure ambivalente – criminelle et victime – de la « fanatique contre-révolutionnaire ».

5L’entreprise de synthèse réalisée par Martine Lapied est à saluer car ce livre concis repose sur un considérable travail dans des archives dispersées et restitue une recherche qui a nourri de fécondes collaborations scientifiques – avec l’historien Jacques Guilhaumou et le groupe de recherches GeFeM notamment. Grâce à sa parfaite connaissance du paysage politique provençal et comtadin de l’époque moderne et révolutionnaire, Martine Lapied replace toujours les expériences féminines dans leur environnement spatial, culturel, politique et social, son livre offrant donc aussi une histoire de la vie politique régionale. Restituer le foisonnement d’une dynamique politique impliquant hommes et femmes n’efface pas la problématique du genre mais invite, au contraire, à reconnaitre son historicisation, en considérant son articulation avec d’autres rapports sociaux. Parallèlement, cette approche élargie permet de dépasser la focale mise sur les femmes et de décloisonner des champs de la participation politique souvent étudiés séparément – engagements religieux, sociaux, partisans, révolutionnaires ou contre-révolutionnaires. L’analyse de situations aussi différentes est guidée par la recherche des mécanismes de mise en lumière ou d’invisibilisation des actrices dans les événements, les sources et l’historiographie. Suivant cette méthode, elle parvient à dépasser la multiplicité et la singularité des expériences d’engagement pour y sonder la part du genre. Cette problématique de la visibilité sociale s’avère une grande force de l’ouvrage : en plus d’élargir les connaissances sur la dynamique révolutionnaire et le rôle politique des femmes, elle propose une grille de lecture féconde pour penser par le genre les pratiques d’engagement et leurs représentations. Elle permet ainsi de suivre au plus près des événements comment la Révolution a marqué un tournant critique dans les rapports entre les femmes et la République, ouvrant des possibles à leur action politique tout en les disqualifiant, les renvoyant ainsi pour longtemps aux marges de la citoyenneté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solenn Mabo, « Martine Lapied, L’engagement politique des femmes dans le sud-est de la France de l’Ancien Régime à la Révolution. Pratiques et représentations », Genre & Histoire [En ligne], 26 | Automne 2020, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 14 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5853

Haut de page

Auteur

Solenn Mabo

TEMPORA-EA 7468, Université Rennes 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search