Navigation – Plan du site

AccueilNumeros26Comptes rendusChristine Machiels, Les féminisme...

Comptes rendus

Christine Machiels, Les féminismes et la prostitution (1860-1960)

Rennes, PUR, coll. « Archives du féminisme », 2016, 330 p.
Théo Millot
Référence(s) :

Christine Machiels, Les féminismes et la prostitution (1860-1960), Rennes, PUR, coll. « Archives du féminisme », 2016, 330 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Christine Machiels est le fruit d’une thèse soutenue en 2011 et réalisée entre l’Université d’Angers et l’Université catholique de Louvain. Cette cotutelle franco-belge sert une réflexion comparative et transnationale sur l’émergence et l’affirmation de « cultures abolitionnistes » (p. 263) en Belgique, en France et en Suisse. Alors que des réglementations administratives de la prostitution sont adoptées par de nombreux pays d’Europe et d’Amérique au cours du xixe siècle, un modèle juridique concurrent naît de la critique des maisons closes et du contrôle sanitaire et policier des prostituées. Il se définit d’abord par son but : abolir l’encadrement de la prostitution par l’administration sans porter atteinte au droit de disposer librement de son corps. La thèse questionne sa construction historique en tant que modèle juridique, au prisme de revendications féminines et féministes portées par des mouvements militants. L’autrice suit un fil chronologique scindé entre « fondements » (1860-1919) et « développements » (1920-1960). Cette fondation résulte plus d’une circulation transnationale d’idées partagées que de la simple campagne menée par Joséphine Butler contre les Contagious Diseases Acts (1864, 1866, 1869). L’adhésion tardive des pays étudiés à la Convention internationale pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui de 1949, dont l’article 6 constitue une « victoire abolitionniste » (p. 249), borne finalement un siècle d’abolitionnisme de combat.

2Cette histoire d’associations, de militantismes, et de féminismes suit l’élaboration d’une opinion publique à l’égard d’un sujet considéré comme frivole, secondaire, voire indécent. La diversité des productions militantes (livres, brochures, pamphlets, enquêtes, revues, rapports d’association ou de congrès, résumés de conférence, correspondances officielles et personnelles…) traduit à la fois un cadre idéologique, des politiques associatives et des convictions personnelles. Les notices biographiques présentes en fin d’ouvrage témoignent d’ailleurs de la multitude d’incarnations. Les formes documentaires font également état de contestations variées et contextualisées (pétitions, articles de presse, réunions militantes et publiques, associations et fédérations, propagande éducative, lobbying, interpellations politiques…). Le minutieux travail de croisement permet à la thèse d’approcher l’abolitionnisme dans ses nuances et ses contradictions.

3Le cœur du propos revient sur la courante assimilation entre abolitionnisme et féminisme. Protéiforme, l’abolitionnisme réunit des lectures et des revendications parfois contraires, que ce soit à l’échelle d’organisations internationales, de fédérations nationales, de cartels associatifs, de groupes militants voire d’un même individu. Au temps des « pionnières » (I. 1860-1882), l’opposition entre des « honnêtes femmes » et des « filles perdues » est battue en brèche par des féministes minoritaires comme Maria Deraismes. Cette dernière, en refusant d’assimiler la prostituée à un « être spécial » (p. 35), récuse la dualité véhiculée par les réglementaristes. Pour autant, cela n’empêche pas Hubertine Auclert de proposer en 1882 un remède à base d’internement, de traque et de relégation vers les colonies pour « les prostituées n’ayant plus la faim pour excuse de leur débauche et de leur fainéantise » (p. 96).

4La Fédération abolitionniste internationale, héritage butlérien, entre en contact avec des cercles militants locaux (II. « L’abolitionnisme continental : une révolte féminine et féministe (1883-1905) »). Dans ces comités, des femmes expérimentent parfois pour la première fois la parole publique. Les abolitionnistes revendiquent une « expertise morale » qui légitime leur présence inhabituelle dans le débat. Elles refusent néanmoins de faire concurrence à l’expertise scientifique et à l’autorité politique des hommes qui siègent majoritairement à leurs côtés. Le premier conflit mondial réduit l’intensité du lien associatif et la portée des arguments abolitionnistes (III. « Tensions nationalistes, Grande Guerre et crispations morales (1906-1919) »). Face au péril vénérien et au malaise des sexualités militaires, l’encadrement sanitaire de la prostitution devient l’idée fixe du nouvel élan réglementaire, qualifié de « néo-réglementariste ».

5La structuration et la diffusion du mouvement sont néanmoins favorisées par des scandales de « traite des blanches » qui émergent dans les années 1880 et influencent profondément l’opinion d’entre-deux-guerres (IV. « Un lobbying féminin à la Société des Nations (1920-1939) »). Si la lutte contre la « traite » concurrence d’abord celle contre la réglementation, les abolitionnistes féministes parviennent, avec l’aide de la SDN, à relier les deux questions par un lien de causalité. Christine Machiels révèle que l’abolitionnisme s’adapte aux conjonctures pour convaincre le corps politique (V. « À l’assaut des « citadelles » de la réglementation (1920-1939) »). Des tendances moralistes ou néo-réglementaristes poussent des militantes comme Emilie Gourd à défendre des principes liberticides tels que le traitement obligatoire des prostituées malades (p. 210). Marcelle Legrand-Falco soutient l’idée des délits de contamination et de racolage, à condition qu’ils concernent théoriquement les deux sexes, ce qui criminalise implicitement la prostitution (p. 222). Ces compromis s’inscrivent dans un pragmatisme politique qui revendique des « victoires » abolitionnistes : suspension du règlement à Bruxelles (1922), abolitions à Genève (1925), Strasbourg (1926), et Grenoble (1930).

  • 1 Jean-Michel Chaumont, Le Mythe de la traite des blanches. Enquête sur la fabrication d’un fléau, Pa (...)

6La démonstration chronologique conduit finalement au chapitre consacré aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale (VI. « Seconde Guerre mondiale et « assainissement moral » des nations (1940-1960) »). Plus descriptif, il déroule le récit d’une victoire (la Suisse en 1943, la Belgique en 1948, la France en 1960) atténuée par un manque de considération pour l’après-abolition. Si proxénètes et clients incarnent « l’adversaire » (p. 262), l’application des lois abolitionnistes pénalise aussi des prostituées largement oubliées de cette « première vague » féministe, excepté la singulière tribune offerte par la socialiste Léo Wanner en 1927 (p. 203). Cette absence rend nécessaire d’ouvrir à l’histoire sociale la question du lien causal entre réglementation et proxénétisme international. S’il s’agit en effet d’une « stratégie militante » (p. 166) portée par des abolitionnistes au comité d’experts de la SDN (1924-1927)1, des archives plus proches des acteurs de la prostitution permettraient peut-être d’y voir plus qu’un simple discours idéologique. Christine Machiels livre donc une argumentation critique et multiscalaire qui documente la puissance émancipatrice du militantisme, et historicise l’absence de consensus féministe sur la question prostitutionnelle.

Haut de page

Notes

1 Jean-Michel Chaumont, Le Mythe de la traite des blanches. Enquête sur la fabrication d’un fléau, Paris, La Découverte, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Théo Millot, « Christine Machiels, Les féminismes et la prostitution (1860-1960) », Genre & Histoire [En ligne], 26 | Automne 2020, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5861

Haut de page

Auteur

Théo Millot

CRHXIX-EA 3550 Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search