Navigation – Plan du site

AccueilNumeros26Comptes rendusRebecca Rogers et Pascale Molinie...

Comptes rendus

Rebecca Rogers et Pascale Molinier (dir.), Les femmes dans le monde académique. Perspectives comparatives

Rennes, PUR, 2016, 226 p.
Emmanuelle Picard
Référence(s) :

Rebecca Rogers et Pascale Molinier (dir.), Les femmes dans le monde académique. Perspectives comparatives, Rennes, PUR, 2016, 226 p.

Texte intégral

1Ce livre est issu d’un colloque qui s’est tenu en mars 2015 sous l’égide d’équipes de chargé·es d’égalité d’universités parisiennes. Son projet était de réfléchir à une question centrale au sein de la profession académique, à savoir la place structurellement dominée qui occupent les femmes, en recourant à des travaux qui permettent la comparaison dans le temps et dans l’espace. Ce faisant, il s’agissait de dénoncer la tendance à penser ces inégalités sur un mode individualisé et de montrer combien les logiques structurelles sont déterminantes. Dans cette approche revendiquée comme « politique » (p. 10), les travaux de recherche sont mobilisés à la fois dans leur dimension explicative et dans leurs potentialités performatives : en identifiant les principaux obstacles et en analysant leurs modalités de fonctionnement, il devient alors possible de proposer des actions potentiellement efficaces.

2L’introduction signée par Pascale Molinier, Rebecca Rogers et Marie-Soledad Rodriguez est aussi brève qu’éclairante, magistrale démonstration que l’on peut, en peu de mots, aller à l’essentiel et mettre en perspective une question cruciale en rappelant la double ségrégation verticale et horizontale dont sont victimes les femmes : à la fois de moins en moins nombreuses à mesure de l’avancée dans la carrière et réparties inégalement selon les disciplines. Trois types d’explication sont mobilisées : une socialisation différentielle qui produit des dispositions différentes, que l’on peut par exemple voir à l’œuvre dans le choix de la discipline d’exercice (typiquement le littéraire aux filles, le scientifique aux garçons) ; une division sexuée du travail qui fait reposer l’essentiel de la charge domestique sur les femmes (les hommes délivrés de ces charges font davantage carrière) ; et enfin, un cadre institutionnel et professionnel propice aux biais genrés (les pratiques universitaires tendant à disqualifier plus facilement les femmes lors des différentes opérations d’évaluation). Elle permet également de souligner combien cette thématique ne peut seulement être un objet de recherche mais doit constituer le support à une action volontariste. Les communications rassemblées dans ce volume sont, comme c’est souvent le cas dans les ouvrages issus d’un colloque, d’intérêt variable et portant sur des objets parfois difficiles à articuler entre eux, mais l’ensemble est intéressant, en ce qu’il met en évidence la polyfactorialité du phénomène.

  • 1 Calculs effectués à partir des données en ligne sur le site du MESR : « Les enseignants-chercheurs (...)
  • 2 On trouve des développements sur ce thème dans les monographies sur l’histoire des disciplines.

3La première partie, consacrée à une approche historique (les femmes médiévistes de la fin du xixe siècle ; les étudiantes toulousaines de 1912 à 1968 ; les facultés de médecine et de sciences parisiennes dans la première moitié du xxe), nous rappelle les positions historiquement dominées des femmes, mais sans apporter de réflexions ou d’analyses nouvelles par rapport aux travaux existants. Les femmes sont plus nombreuses en médecine et en sciences (ce qui nous semble aujourd’hui paradoxal mais qui renvoie au fait que les humanités sont alors en position dominante dans le champ académique) et dans les interstices (EPHE) mais toujours dans des positions dominées. Le lecteur et la lectrice opèrent lors un saut brutal dans le temps, l’amenant à l’orée du xxie siècle. On peut déplorer l’absence de texte analysant la seconde moitié du xxe siècle, période durant laquelle les femmes sont entrées massivement dans l’enseignement supérieur, comme étudiantes, mais aussi comme enseignantes (elles représentent aujourd’hui les 3/4 des MCF en sciences du langage et plus de la moitié des professeur·es de langues et littératures anglo-saxonne par exemple1), mais elle n’est que le reflet de la rareté des travaux sur ce thème et cette séquence historique2. C’est donc à la période qui se caractérise à la fois par une présence notable des femmes et par la mise sur agenda de la question de leur situation professionnelle dominée que s’intéressent la quasi totalité des textes du volume.

4Les mécanismes qui président au processus d’exclusion des femmes des échelons supérieurs du monde académique sont globalement bien identifiés. Mais comme le souligne Nicky Le Feuvre, les situations contextuelles sont rarement mises en évidence du fait d’un consensus général sur l’universalité du problème. Or, comme elle le rappelle fort justement, les systèmes d’enseignement supérieur nationaux ont de fortes particularités et les processus d’exclusion varient de ce fait dans leurs formes comme dans leurs temporalités. Ne pas s’attacher à la compréhension fine et située de ces mécanismes autorise de fait à considérer l’existence d’un « féminin universel invariant » aux prises avec un cadre professionnel généraliste. Cette approche a comme principale conséquence d’affaiblir les choix politiques en empêchant de mettre à jour chaque verrou et les actions qui permettraient de le faire disparaître. Les autres textes n’ont pas cette ampleur réflexive et portent sur des analyses beaucoup plus générales, contribuant chacun à leur manière au kaléidoscope descriptif : P. Barbier et B. Fusilier mettent en évidence les difficultés spécifiques des femmes à faire carrière dans une institution « gourmande » (greedy institution) qui exige « la démonstration d’une vocation et un investissement entier dans la carrière professionnelle », particulièrement difficile à assumer dès lors qu’elles ont des enfants et que leurs charges en termes de vie privée s’accroissent. Il s’agit d’une thématique que l’on retrouve dans le texte de A. Jacquemart et F. Sarfati qui explore le rapport différencié des hommes et des femmes universitaires à leur travail, les secondes ayant un jugement plus négatif, et ce d’autant plus qu’elles sont majoritairement dans des positions professionnelles subalternes. Dans ces deux cas, la division sexuée du travail et de l’emploi académique fournit un cadre interprétatif qui corrèle position et investissement/projection. Le serpent se mord la queue quand on présume que la dépréciation de soi, le moindre investissement ou enthousiasme, la mise en retrait des femmes sont autant de facteurs qui contribuent à les maintenir dans les positions dominées et donc à nourrir ce type de représentations, qui à leur tour… Une troisième contribution, sous la plume de Sophie Lhenry interroge à son tour cette question de la représentation de soi au travers d’une auto-analyse des carrières, qui met en évidence le poids des normes produites par l’institution universitaire elle-même « qui contribuent à la construction et aux renforcements d’identité sexuées » (p. 108) : mobilisations systématiques de référence à la sphère privée pour les femmes, jugements sur l’apparence physique récurrents, système de normes (autorité, ambition, disponibilité) « naturelles » pour les hommes et disqualifiant pour les femmes. La majeure partie des cas présentés ont le système français pour cadre, ne permettant pas de discuter la proposition théorique de N. Le Feuvre. Cependant, une étude de cas sur la Côte d’Ivoire permet de mettre en évidence une surreprésentation des femmes dans les positions de responsabilité dans la carrière académique, résultat d’une volonté politique forte de parité davantage que de logiques structurelles.

5La troisième partie est consacrée à la question des transformations institutionnelles. La première initiative présentée est celle du projet GenderTime, qui vise à développer une proposition de « boite à outils » à partir de l’identification des plans d’action les plus efficaces, mais elle se dilue à mon sens dans la difficile discussion autour de la surimposition de la distinction SEE/SHS aux inégalités hommes/femmes, en renvoyant l’invisibilisation des femmes en matière d’évaluation de la recherche au fait de leur présence majoritaire en SHS. Francine Descarries, au travers d’un retour historique sur les études féministes au Québec, met en évidence les limites de leur impact dans l’université en général. On peut par ailleurs opposer la situation haïtienne évoquée par Danièle Magloire, qui met en évidence de grandes difficultés à donner aux femmes une place à l’université et un manque de volontarisme criant en la matière et le cas suisse présenté par Farinaz Fassa, caractérisé par la délégation volontariste aux facultés des problématiques d’égalité de genre (passage d’une politique top-down à une approche bottom-up). Dans ce dernier cas, il est intéressant de constater que le changement d’échelle ne produit pas finalement d’effets particulièrement notables, voire peut, dans certains cas, constituer un frein aux transformations, en leur substituant une réflexion trop générale en termes d’équité. L’exemple allemand, enfin, montre les toutes limites d’une loi sur l’égalité, et sur les quotas, lorsqu’elle prend place dans un contexte de scepticisme, en particulier de la part des hommes universitaires, et l’importance en retour de la nécessité d’améliorer la transparence des procédures et des critères.

6L’ouvrage est précieux, en particulier car il donne accès à un ensemble de références sur les travaux des vingt dernières années, souvent clairement présentés dans les introductions et permet donc un tour d’horizon de l’état de l’art. La diversité des approches et des situations offre un large panorama, qui souligne la complexité du phénomène et ses multiples critères d’explication. Comme souvent face à ce genre d’ouvrage, la variété produit en revers un effet de dilution. Trop de cas, trop de critères, pas assez de mise en relation entre les différentes situations, pas de réflexion pour chacune adossée à un questionnement systématique. La contribution de Nicky Le Feuvre, qui interroge justement la question des contextes nationaux, aurait pu servir de filtre, mais cela aurait impliqué une relecture des communications a posteriori qui est souvent très compliquée à mettre en œuvre. La conclusion de Catherine Marry fait le bilan des résultats, à savoir des transformations induites par la volonté politique de mise sur agenda des inégalités de genre dans la profession académique, de façon plus large, intégrant des recherches non présentées lors du colloque qui est à l’origine de cet ouvrage. Si elle salue l’extension du domaine de la recherche, en nombre et en objets, la multiplication des politiques volontaristes et leur acceptation croissante, elle n’en souligne pas moins les limites et les retards, appelant l’attention sur un phénomène sensible de retournement de situation, comme la déféminisation de la population des chercheur·es du CNRS en sciences de la vie ou de celle des enseignant·es chercheur·es de l’EHESS. Elle insiste à son tour sur la nécessité d’une synthèse qui permette de livrer les éléments empiriques d’une interprétation plus systématique, voire d’une typologisation des situations. Enfin, elle ouvre à la toute fin de son intervention la question centrale qui est celle des couples et des analyses prenant en compte plus finement les interactions qui peuvent être à l’œuvre en leur sein en termes de carrières académiques.

7Malgré les difficultés inhérentes à tout ouvrage issu d’un colloque, celui-ci constitue une étape intéressante et offre des pistes de réflexion qui justifient sa lecture.

Haut de page

Notes

1 Calculs effectués à partir des données en ligne sur le site du MESR : « Les enseignants-chercheurs titulaires par section du CNU, corps et sexe », 2012-2013.

2 On trouve des développements sur ce thème dans les monographies sur l’histoire des disciplines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Picard, « Rebecca Rogers et Pascale Molinier (dir.), Les femmes dans le monde académique. Perspectives comparatives », Genre & Histoire [En ligne], 26 | Automne 2020, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5876

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Picard

Triangle UMR-5206/Le Laboratoire de l’éducation, UMS 3773, ENS Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search