Navigation – Plan du site

AccueilNumeros26Comptes rendusJulia Torlet, Le monde de la pros...

Comptes rendus

Julia Torlet, Le monde de la prostitution à Paris au XVIIIe siècle. Métier de corps, corps de métier ?

Paris, L’Harmattan, coll. « Chemins de la Mémoire », Série XVIIIe siècle, 2018, 273 p.
Charlotte-Isabelle Le Ridée
Référence(s) :

Julia Torlet, Le monde de la prostitution à Paris au XVIIIe siècle. Métier de corps, corps de métier ?, Paris, L’Harmattan, coll. « Chemins de la Mémoire », Série XVIIIe siècle, 2018, 273 p.

Texte intégral

1Dans ce premier ouvrage issu d’un mémoire de recherche, Julia Torlet met en parallèle le monde des corporations avec celui de la prostitution dans le Paris du xviiie siècle. La démonstration s’inscrivant dans la lignée de l’étude du mouvement des travailleuses du sexe du dernier tiers du xxe siècle, aborde la prostitution comme un corps de métier. Elle présente ainsi l’acte sexuel tarifé comme un commerce parmi les autres, apposant une logique entrepreneuriale à la sphère prostitutionnelle parisienne. L’ouvrage organisé en trois parties est composé de treize chapitres courts, écrits dans un style agréable et accessibles aux amateurs d’histoire.

2En premier lieu est dressé une typologie simplifiée de la pluralité des prostituées qui sont ainsi regroupées en trois familles déterminées par la nature de l’activité et le type de rémunération. Tout d’abord, les prostituées travaillant à la passe avec un client de passage, puis celles ayant une place fixe en maison, à la clientèle plus habituelle, enfin les filles entretenues par un seul amant (p. 15-30).

3La première partie s’attache à présenter les trajectoires et les carrières des prostituées tout en insistant sur l’hétérogénéité des parcours individuels. Débutant par le recrutement, l’autrice évoque les multiples facteurs conduisant les femmes à la prostitution : fragilité et isolement social, débauche par une tierce personne ou désir d’émancipation (p. 33-54). Selon Julia Torlet, les maisons de prostitution sont le point névralgique de ce métier où se tissent des liens affectifs, s’établissent les codes de conduite aussi bien pour les filles que pour les clients (p. 55-70). La maquerelle est une gestionnaire avisée possédant un réseau de clients et ayant un sens aigu des affaires. Agent de cohésion, initiatrice, protectrice et autorité quasi maternelle pour ses filles, elle régit étroitement sa maison (p. 71-86). Étudiant ensuite le parcours professionnel des prostituées, l’analogie avec les corporations est appuyée par les évolutions de carrière : recrutement, apprentissage et maîtrise. Les promotions pour les prostituées se résument en deux possibilités : soit par un relatif gain d’autonomie vis-à-vis de la maquerelle via l’entretien par un amant, soit un gain d’autorité en devenant elles-mêmes proxénètes (p. 87-106).

4La deuxième partie « Un métier dans la ville, Paris théâtre de prostitution » (p. 107) traite, contrairement à ce que son titre suggère, des jeux de pouvoir, de solidarité et de concurrence au sein même de la prostitution. Des liens affectifs et des associations professionnelles ont effectivement cours dans ce monde concurrentiel et dangereux. Les filles peuvent s’allier le temps d’une passe ou plus régulièrement, pour offrir une prestation originale garantissant une optimisation des gains, ainsi qu’une « protection » face à la violence de certains clients (p. 109-126). Les maisons peuvent aussi être le théâtre de relations homosexuelles favorisées par la promiscuité quotidienne des filles. La tenancière peut fermer les yeux sur ces liaisons dans un but initiatique ou les bannir fermement car non rentables pour son établissement et foyers possibles de discorde (p. 127-148). Le chapitre suivant détaille les autres formes de proxénétisme dont l’intérêt et l’implication à l’activité prostitutionnelle peuvent être très variables. Le recours aux souteneurs, boutiquiers et autres logeurs est justifié par la nécessité pour les filles d’être « protégées », d’avoir accès à une clientèle ainsi qu’à un logement (p. 149-160). Ce proxénétisme protéiforme érigé en autorité patronale du métier, participerait ainsi à la formation d’un réseau de prostitution global, fait de dynamiques concurrentielles et d’entraides, permettant notamment la circulation des filles.

5La troisième partie aborde la répression en tant que facteur de cohésion du monde prostitutionnel (p. 171). Les divers rites initiatiques seraient autant de preuves des codes communs à l’intérieur du métier. Certains de ces rites sont motivés en partie par la répression policière, le meilleur exemple étant l’adoption d’un « nom de débauche » par les nouvelles recrues, obstacle à l’identification en cas d’arrestation (p. 173-191). Revenant sur les motivations du durcissement de la répression à partir la fin du xviie siècle, l’autrice présente les différents lieux d’enfermement à Paris (p. 192-209). Cette répression présentée comme agent régulateur du métier, oscille en réalité entre rafles massives des prostituées les plus « scandaleuses » et surveillance étroite d’une certaine prostitution tolérée (p. 210-227).

6La définition du métier de la prostitution est ici cohérente dans les limites de la prostitution régulière et en particulier celle des maisons et des filles entretenues par un unique client. Ces deux formes de prostitution constituent le pilier de la démonstration tandis que la majorité de la prostitution parisienne se déroule dans la rue et de manière occasionnelle. En conséquence, la relation intime entre la conjoncture socio-économique et la prostitution n’apparaît que très peu, alors que les difficultés de subsistance sont pourtant au cœur du recours à la prostitution pour la majorité des filles, qu’elles soient victimes ou actrices de leur destinée.

  • 1 Myriam Deniel-Ternant, Ecclésiastiques en débauche (1700-1790), Paris, Champ Vallon, coll. « Épo (...)
  • 2 Lola Gonzales-Quijano, Capitale de l’amour. Filles et lieux de plaisirs à Paris au XIXe siècle, (...)
  • 3 Clyde Plumauzille, Prostitution et Révolution. Les femmes publiques dans la cité républicaine (1 (...)

7Les lacunes de la démonstration s’expliquent essentiellement par la faiblesse du corpus de sources. Il est constitué quasiment exclusivement de sources imprimées, à savoir le Journal des inspecteurs de M. de Sartines, ou encore des lettres et des publications d’observateurs contemporains de la prostitution parisienne comme la maquerelle Marguerite Gourdan ou encore Louis-Sébastien Mercier. Les enjeux et les biais de ces sources et de leurs auteurs étant insuffisamment analysés, l’autrice tire de leurs écrits des généralisations manquant de nuances. Les sources de la pratique et de la répression prostitutionnelle, bien que considérables parmi les fonds parisiens, sont peu traitées. Elles auraient notamment permis de traiter pleinement la formation destinée à conjurer les risques du métier, tels que les pratiques hygiéniques, contraceptives ou abortives. D’autres aspects sont quant à eux tout à fait absents, comme la clientèle, la prostitution masculine ou les pratiques et tarifs sexuels. Cet ouvrage se rapproche davantage de l’essai en raison de sa bibliographie peu exploitée et très générale. S’arrêtant en 2007, elle ne tient pas compte des dernières avancées historiographiques pourtant nombreuses en histoire du genre et de la prostitution, dont les travaux de Myriam Deniel-Ternant1, de Lola Gonzales-Quijano2 et de Clyde Plumauzille3.

8En somme, l’ouvrage de Julia Torlet soulève par intuition des pistes de réflexion intéressantes. Une mobilisation plus rigoureuse et fournie des sources et de l’historiographie aurait davantage mis en valeur les conclusions de l’auteur. Toutefois, la comparaison de la prostitution au sein des maisons avec le monde des corporations semble effectivement pertinente.

Haut de page

Notes

1 Myriam Deniel-Ternant, Ecclésiastiques en débauche (1700-1790), Paris, Champ Vallon, coll. « Époques », 2017, 388p.

2 Lola Gonzales-Quijano, Capitale de l’amour. Filles et lieux de plaisirs à Paris au XIXe siècle, Paris, Vendémiaire, coll. « Chroniques », 2015, 320p.

3 Clyde Plumauzille, Prostitution et Révolution. Les femmes publiques dans la cité républicaine (1789-1804), Paris, Champ Vallon, coll. « La chose publique », 2016, 400p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte-Isabelle Le Ridée, « Julia Torlet, Le monde de la prostitution à Paris au XVIIIe siècle. Métier de corps, corps de métier ? », Genre & Histoire [En ligne], 26 | Automne 2020, mis en ligne le 31 mars 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5899

Haut de page

Auteur

Charlotte-Isabelle Le Ridée

HisteMé-EA 7455, Université de Caen Normandie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search