Navigation – Plan du site

AccueilNumeros26ItinéraireL’histoire de Mnémosyne

Itinéraire

L’histoire de Mnémosyne

Entretien avec Françoise Thébaud et Pascale Barthélémy
Linda Guerry et Julie Verlaine

Notes de la rédaction

Entretien réalisé par Linda Guerry et Julie Verlaine 

Texte intégral

  • 1 Professeure d’histoire contemporaine honoraire de l’Université d’Avignon
  • 2 Maîtresse de conférences HDR en histoire contemporaine à l’ENS de Lyon, rattachée à l’UMR 5190 LARH (...)

1Cet entretien a été mené le 8 novembre 2019 à Paris par Linda Guerry membre du Conseil d’administration de Mnémosyne et Julie Verlaine, actuelle présidente de Mnémosyne. Nous remercions Françoise Thébaud1 et Pascale Barthélémy2 du temps qu’elles nous ont consacré.

Mnémosyne : Pouvez-vous nous parler de la création de Mnémosyne en 2000 ?

Françoise Thébaud : Section française de la Fédération internationale pour la recherche en histoire des femmes, Mnémosyne a une sœur ainée dont il faut rappeler l’existence. En 1995, s’est tenu, à Montréal, le 18e Congrès international des sciences historiques. Pour la première fois dans l’histoire de ces congrès quinquennaux, un des trois « thèmes majeurs » concernait l’histoire des femmes et du genre : « Women, Men, and Historical Change : Case Studies on the Impact of Gender History ». J’étais présente avec d’autres Françaises spécialistes d’histoire des femmes et j’y ai retrouvé l’historienne américaine Karen Offen que je connaissais déjà depuis quelques années. Elle est une des fondatrices, en 1987, de la Fédération internationale pour la recherche en histoire des femmes et elle m’a interpellée : « Vous avez produit en France les cinq volumes de l’Histoire des femmes en Occident et vous n’êtes pas membre de la Fédération ! ». Elle me propose alors de créer une section française. A l’époque, il fallait donner trois noms pour former le bureau et être admis. La seconde personne était Catherine Marand-Fouquet et la troisième Geneviève Dermenjian. Mon rôle était d’animer la section, de photocopier la newsletter et d’envoyer par la poste des copies à qui le souhaitait. C’était avant internet.

En 1995, je lançais avec d’autres la revue Clio. Histoire, Femmes et Sociétés et je m’y investissais davantage. La section vivotait et je me contentais de diffuser le bulletin de la Fédération qui intéressait peu de collègues. Puis, dans un contexte favorable à une mobilisation pour l’institutionnalisation du champ de recherche « histoire des femmes et du genre », il est apparu nécessaire de revivifier la section en créant une véritable association loi de 1901. Quelques éléments de contexte dont je me souviens : suite au combat victorieux pour la parité en politique, j’avais envoyé au Monde une tribune intitulée « L’histoire des femmes, enfin », publiée le 8 mars 2000 sous le titre « Notre histoire, enfin » (Illustration 1), qui eut quelques échos ; peu après, Michelle Perrot et moi-même avions rencontré Maurice Garden, chef de la Mission scientifique universitaire, pour lui exposer l’état de la situation et les besoins ; l’été 2000, Michelle Zancarini-Fournel et moi-même renouvelions la démarche auprès de Francine Demichel, Directrice de l’enseignement supérieur, promotrice de la première convention pour la promotion de l’égalité des chances entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif. Si ma mémoire est bonne, c’est lors d’un comité de rédaction de Clio que j’ai proposé à l’équipe de prendre l’initiative de fonder cette association que nous avons appelée Mnémosyne, avec l’idée de lui laisser aussitôt toute autonomie. On a rédigé collectivement un texte pour appeler à une assemblée générale constitutive, texte diffusé largement avec des statuts provisoires (Illustration 2). L’assemblée s’est tenue le 21 octobre à Reid Hall. La grande salle était pleine et les débats furent riches. Le CA désigné par l’assemblée comptait onze membres : Christiane Klapisch-Zuber, Françoise Thébaud, Evelyne Diebolt, qui allaient former le premier bureau de l’association, cette dernière, familière de l’associatif par ses recherches d’historienne, acceptant la fonction ingrate de trésorière et accueillant les réunions chez elle dans une ambiance très sympathique ; mais aussi Pierre Brulé, Cécile Dauphin, Marie-Françoise Lévy, Dominique Loiseau, Laurence Moulinier, Florence Rochefort, Rebecca Rogers et Anne-Marie Sohn. Le compte rendu de cette AG envoyé en janvier 2001 indique que 94 membres, dont 17 hommes, avaient déjà adhéré avant la réunion d’octobre et que l’association rassemblait trois mois plus tard 153 personnes (Illustration 3).

Illustration 1. Françoise Thébaud, « Notre histoire, enfin », Le Monde, 8 mars 2000.

Illustration 1. Françoise Thébaud, « Notre histoire, enfin », Le Monde, 8 mars 2000.

© Archives association Mnémosyne

Illustration 2. Invitation à l’Assemblée générale constitutive de l’association, 21 octobre 2000.

Illustration 2. Invitation à l’Assemblée générale constitutive de l’association, 21 octobre 2000.

© Archives association Mnémosyne

Illustration 3. Compte rendu de l’Assemblée générale constitutive d’octobre 2000.

Illustration 3. Compte rendu de l’Assemblée générale constitutive d’octobre 2000.

Lien vers le pdf

© Archives association Mnémosyne

Ainsi, la création de Mnémosyne, suite à une sollicitation internationale, s’est faite en deux temps : un ballon d’essai puis une initiative du comité de rédaction de Clio. La situation française se présente comme l’inverse de la situation espagnole. Les historiennes espagnoles ont commencé par créer une section espagnole de la fédération internationale, association qui a ensuite fondé la revue Arenal en 1994. En France, on a commencé par la revue Clio, créée dans la foulée de la publication de l’Histoire des femmes en Occident et dans un contexte international de création de revues d’histoire des femmes au début des années 1990 ; puis la section française de la fédération a été lancée par le comité de rédaction de la revue. L’association est cependant, dès sa constitution définitive, indépendante de Clio, même si quelques personnes siègent à la fois au comité de rédaction de la revue et au CA de l’association, à commencer par Christiane Klapisch qui a été pendant un an la première présidente, tandis que je faisais la secrétaire, et moi-même qui ai fait deux mandats de présidence (2001-2009) tout en étant codirectrice de la revue. Quand certaines dans Mnémosyne ont voulu lancer en 2007 la revue de l’association (la revue électronique Genre & Histoire), des cliotines ont été réticentes et m’ont reproché d’affaiblir la revue que j’avais portée sur les fonds baptismaux en 1995. Personnellement, je voyais les deux entreprises comme complémentaires.

Mnémosyne : As-tu développé des liens avec les autres sections ? Est-ce que Mnémosyne a créé des liens à l’échelle internationale ?

La newsletter de la Fédération, alimentée par chaque section nationale, est le premier outil des liens internationaux. Mais nous avions le souci dès le début de rencontrer des représentantes d’autres sections nationales, conscientes qu’il fallait jouer la carte internationale, que la légitimité de l’histoire des femmes et du genre en France pouvait se gagner en mettant en avant ce qui se faisait ailleurs et en s’inscrivant dans des réseaux plus larges. Une légitimité pas seulement intellectuelle, à peu près acquise après la publication de l’Histoire des femmes en Occident (1991-1992), mais aussi institutionnelle, qui faisait encore largement défaut. Ainsi, le thème de la journée d’études associée à l’assemblée générale d’octobre 2002 était : « Le temps de l’action. Les dynamiques associatives dans le développement de l’histoire des femmes et du genre ». Karen Offen y a présenté la Fédération internationale, Siân Reynolds les réseaux britanniques, Michela de Giorgio la Societa Italiana delle Storiche, une collègue espagnole la section de son pays. Dès le début en effet, on organisait, chaque année pendant un samedi entier, assemblée générale et journée d’études thématique, l’ensemble étant publié dans un bulletin papier distribué aux adhérent·es. Outre les flyers de présentation de l’association (Illustration 4), pour plus de visibilité et grâce à Isabelle Ernot, un site a été mis en place à partir de fin 2002.

Illustration 4. Flyer présentant les activités de Mnémosyne en 2003.

Illustration 4. Flyer présentant les activités de Mnémosyne en 2003.

© Archives association Mnémosyne

Comme l’indique l’article 2 des statuts, les objectifs de l’association sont de « promouvoir la dimension européenne, francophone et internationale de l’histoire des femmes et du genre », de « favoriser l’inscription institutionnelle de ce domaine de recherche », de « soutenir l’intégration professionnelle des chercheuses et chercheurs concernés ». Je me souviens avoir rédigé beaucoup de lettres de démarches auprès des institutions pour tenter d’obtenir des postes mais aussi, et de façon régulière, pour obtenir des subventions, notamment à l’époque auprès du Secrétariat aux droits des femmes qui nous accordait généralement 3 à 4 000 euros. Mais très vite a surgi dans nos discussions en CA l’idée que l’institutionnalisation de l’histoire des femmes ne pouvait être dissociée de son intégration à tous les niveaux de l’enseignement, d’où l’importance de la transmission. En 2003, est créé le Prix Mnémosyne (prix de master) comme un moyen de faire connaître l’histoire des femmes et de la promouvoir dans l’université, initiative qui a eu beaucoup de succès et perdure encore aujourd’hui (Illustration 5). Parallèlement est imaginé un colloque sur la transmission qui se tient finalement les 8 et 9 mars 2005 à l’IUFM de Lyon, établissement pilote pour l’application de la convention pour l’égalité citée précédemment (« Histoire des femmes et du genre : enseignements et transmissions des savoirs »).

Illustration 5. Remise du « Prix Mnémosyne » à Pauline Mortas, en 2016.

Illustration 5. Remise du « Prix Mnémosyne » à Pauline Mortas, en 2016.

© Archives association Mnémosyne

Mnémosyne : À quel moment Mnémosyne s’est-elle plutôt tournée vers le Ministère de l’enseignement supérieur et de la Recherche et de sa Mission de la parité et de la lutte contre les discriminations (MIPADI) ?

  • 3 Le 9 mars 2011, la rubrique les « confidentiels » du Figaro mentionne que Roselyne Bachelot-Narquin (...)

Pascale Barthélémy : J’ai pris la présidence en 2009 et pendant les deux premières années, nous n’avons plus obtenu de subvention. J’ai cru qu’on allait mettre la clé sous la porte. Il n’y avait plus de ministère des droits des femmes sous la présidence de Nicolas Sarkozy et la ministre de l’Enseignement supérieur Valérie Pécresse avait d’autres priorités. Nous n’avons eu aucune réponse, jusqu’à la publication d’un grand succès de Mnémosyne : le manuel La place des femmes dans l’histoire. Une histoire mixte paru chez Belin en 2010. L’ouvrage a été repéré par Roselyne Bachelot-Narquin, alors ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, qui l’a offert aux membres du gouvernement et au président de la République3. Cette année-là, en 2011, nous avons obtenu de nouveau une subvention. La MIPADI (Mission pour la parité dans l’enseignement supérieur) nous a subventionnées à hauteur de mil euros. Nous avons toujours effectué par la suite des demandes de soutien annuelles auprès du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche.

F.T. : Alors que j’étais présidente, je me souviens avoir posé plusieurs fois, en réunion de conseil d’administration, la question suivante : « quelle est la nature de Mnémosyne ? » : est-elle une association professionnelle, de défense de ses membres ? Est-elle une association scientifique qui produit de la science ? Est-elle une association qui sert d’interface entre l’enseignement supérieur et l’enseignement secondaire ? On n’a jamais vraiment tranché, on a tourné autour de la question. À l’époque, j’étais un peu inquiète sur le devenir de l’association. Il n’y avait pas les mêmes moyens qu’aujourd’hui. La relève est magnifique.

P.B. : J’ai toujours repris ces trois aspects de l’association dans les assemblées générales et aujourd’hui, Mnémosyne réussit à faire les trois en même temps, avec des moyens, des personnes investies et des nouveaux modes de communication.

  • 4 Il s’agit de l’ouvrage de Massilia Ourabah, The Social Life of a Herstory Textbook. Bridging Instit (...)

F.T. : Mnémosyne a pu épisodiquement dans les années 2000 ouvrir une petite brèche dans la formation professionnelle des enseignant·es. Nous sommes plusieurs à avoir participé à des Plans Académiques de Formations (PAF) destinés à sensibiliser les enseignant·es à l’histoire des femmes. Irène Jami qui enseigne en lycée avait fait le lien. C’est cette expérience qui nous a donné l’idée du manuel d’histoire mixte, suite à la demande de collègues qui souhaitaient disposer d’outils adéquats et conformes aux programmes. Le manuel, résultat d’une collaboration entre Mnémosyne et Belin, a été un magnifique succès. Un mémoire qui vient d’être publié a même été rédigé sur l’histoire sociale de sa production et sur son usage dans les classes4.

Je me souviens avoir écrit beaucoup de lettres aux Conseils généraux et régionaux en leur présentant le projet de manuel et en proposant un pré-achat. Pour convaincre un éditeur, il fallait en effet soit lui apporter une subvention, soit lui garantir des ventes. On avait répondu à un appel à projets de la région Île de France sur le thème « égalité femmes-hommes » et on a obtenu pour la production et la diffusion d’un manuel la somme de 30 000 euros. Un premier acompte de 12 000 euros a été versé, qui a suffi à convaincre l’éditeur, mais on n’a pas perçu le solde de la subvention. Un des arguments opposés était le recours à un éditeur commercial. On nous disait que c’était à l’association d’éditer le livre, ce qu’elle ne pouvait faire avec le professionnalisme d’un éditeur scolaire, garant également d’une bonne diffusion. On nous avait même répondu « Une subvention, c’est destiné à ne pas être versée ! ». Le manuel a ainsi été une entreprise scientifique, éditoriale et financière compliquée mais le résultat en valait la peine. La grande déception, c’est l’indifférence apparente de l’Inspection générale qui n’a pas souhaité donner consigne aux établissements scolaires de commander un ou deux exemplaires pour leur centre de documentation. Certaines documentalistes ont cependant fait la démarche. Les institutions n’aiment pas ce qui vient du dehors. J’avais aussi prévenu les syndicats enseignants, les associations de parents d’élèves. Il n’y a pas eu beaucoup de retours. Cependant, le manuel a connu une diffusion de 7 à 8000 exemplaires, ce qui est déjà pas mal. Deux régions de l’époque – le Limousin et Poitou-Charentes – en ont doté tous les lycées de leur ressort ; le Conseil général de l’Isère les collèges du département.

Mnémosyne : Pascale, en quoi Mnémosyne a-t-elle changé sous ta présidence, entre 2009 et 2017 ?

Pascale Barthélémy : Je suis devenue membre du conseil d’administration puis présidente de Mnémosyne à l’initiative de Françoise Thébaud et de Rebecca Rogers, des piliers de l’association, qui étaient à mon jury de thèse. Je ne me rendais pas compte de ce que cela supposait, même si je partageais complètement les objectifs. Ce qui a changé entre le début des années 2000 et les années 2010, c’est le contexte institutionnel. On est entré dans une phase de plus grande reconnaissance institutionnelle de l’histoire des femmes et du genre avec la création par exemple de l’Institut du genre au sein du CNRS en 2011. Le contexte politique a aussi donné lieu à de fortes mobilisations (contre la « théorie du genre », au moment des ABCD de l’égalité…) qui ont demandé beaucoup d’énergie mais ont aussi accru la visibilité de l’association. J’ai fait beaucoup de lobbying, j’ai beaucoup réagi à ce qui se passait dans la société : avec Fabrice Virgili, qui est devenu vice-président en 2013, nous avons écrit beaucoup de lettres aux différents partenaires institutionnels, aux ministres, pour les interpeller et les informer (Illustration 6).

Illustration 6. Après un Conseil d’administration, en 2014.

Illustration 6. Après un Conseil d’administration, en 2014.

© Archives association Mnémosyne

Les moyens d’action et de communication ont aussi énormément changé : notre nouveau site nous a donné une vitrine plus efficace et a suscité l’adhésion des plus jeunes, notre présence sur les réseaux sociaux, plus récemment, a représenté un tournant dans la visibilité et la circulation rapide d’informations sur les actions de l’association… Le nombre d’adhérent·es tournait déjà autour d’une centaine (aujourd’hui il est de 125 environ), il n’a donc pas nettement augmenté ; en revanche, le nombre de sympathisant·es, de compagnon·nes de route, a beaucoup augmenté. L’association a fortement gagné en visibilité auprès d’un large public notamment en participant aux Rendez-vous de l’histoire de Blois (Illustrations 7 et 8) : notre première participation a eu lieu en 2010, juste au moment de la sortie du manuel, pour le faire connaître ; lors des CA suivants, nous avons décidé de proposer une table ronde Mnémosyne chaque année, sur le thème de l’édition. Le soutien de Michelle Perrot au sein du Conseil scientifique des Rendez-vous de l’Histoire a été décisif. Nous avons également développé des liens avec d’autres associations, en France mais aussi en Italie (la SIS – Società delle storiche) ; avec des structures comme l’Institut Emilie du Châtelet au niveau de la région Île-de-France, avec le Centre Hubertine Auclert avec lequel nous avons beaucoup travaillé sur les manuels d’enseignement et sur les stéréotypes de genre. Nous avons pu mettre en place une forte mobilisation pour les questions de programme d’histoire dans le secondaire, en 2013-2014, lors de la mise en place du Conseil supérieur des programmes.

Illustration 7. Mnémosyne aux Rendez-vous de l’histoire de Blois en 2011 : « Notre Orient en question ».

Illustration 7. Mnémosyne aux Rendez-vous de l’histoire de Blois en 2011 : « Notre Orient en question ».

© Archives association Mnémosyne

Illustration 8. Le public, à Blois, lors d’une table ronde « Carte Blanche à Mnémosyne » en 2013.

Illustration 8. Le public, à Blois, lors d’une table ronde « Carte Blanche à Mnémosyne » en 2013.

© Archives association Mnémosyne

L’attribution des financements a elle aussi changé : on ne demande plus au Ministère de l’Enseignement supérieur un soutien de l’association, mais on répond désormais à un appel à projets. Celui-ci porte sur le Prix Mnémosyne et les actions de valorisation qui représente un très fort investissement humain et financier pour l’association. Cela oblige à organiser notre budget différemment, à penser nos actions dans une perspective différente.

Mnémosyne : Quels sont, d’après vous, les enjeux actuels pour l’association Mnémosyne ? Quelles luttes devra-t-elle mener dans les prochaines années ?

F.T. : Il faudrait peut-être reprendre une lutte que nous avions commencé à mener dans les années 1970 avec des collègues du secondaire : la reconnaissance d’un statut pour les enseignant·es-chercheur·es dans le secondaire, afin d’éviter certaines situations scandaleuses. Un·e enseignant·e du secondaire, qui fait de la recherche, devrait pouvoir bénéficier d’une décharge horaire, qu’il/elle soit doctorant·e ou déjà docteur·e. Mais la tendance actuelle est plutôt au cloisonnement entre secondaire et supérieur.

P.B. : Je pense que la transmission à l’enseignement secondaire est l’essentiel car il n’y a que comme cela que l’on peut faire évoluer les mentalités, susciter des réflexions chez les plus jeunes, filles et garçons. Il faudrait que Mnémosyne soit entendue par les instances sur des questions de programme, mais aussi sur des questions de sensibilisation à l’égalité filles-garçons, la lutte contre le sexisme dans les collèges et les lycées. L’impression de backlash dans ce domaine est permanente. Mais peut-être la nouvelle génération des jeunes enseignant·es est-elle plus attentive à ces questions, qui devraient aussi avoir leur place dans la formation initiale délivrée par les INSPE.

F.T : Je suis tout à fait d’accord avec Pascale mais ferai une dernière suggestion : développer les réseaux internationaux, par la participation à des colloques et à des manifestations de structures spécialisées en histoire des femmes et du genre, notamment ceux de la Fédération internationale.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Professeure d’histoire contemporaine honoraire de l’Université d’Avignon

2 Maîtresse de conférences HDR en histoire contemporaine à l’ENS de Lyon, rattachée à l’UMR 5190 LARHRA

3 Le 9 mars 2011, la rubrique les « confidentiels » du Figaro mentionne que Roselyne Bachelot-Narquin a offert à l’occasion de la journée internationale des femmes, « un tablier aux hommes du gouvernement et au chef de l’État ». La ministre a en effet fait parvenir à tous les membres du gouvernement et au président de la République un livre intitulé La place des femmes dans l’histoire et « deuxième petit cadeau », selon le quotidien : « un tablier brodé à leur prénom ». « Les femmes n’ont eu que le livre car elles ont déjà le tablier », s’est amusée la ministre selon le journal. Source : https://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/wp-content/uploads/2012/07/synthese_actualite_10-03-11.pdf (p. 7), consulté le 10 novembre 2020.

4 Il s’agit de l’ouvrage de Massilia Ourabah, The Social Life of a Herstory Textbook. Bridging Institutionalism and Actor-Network Theory, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2020. Cet ouvrage de sociologie interroge l’enseignement de l’histoire au secondaire. Il se base sur une enquête de terrain menée en 2017 autour du manuel La Place des femmes dans l’histoire. Une histoire mixte (Belin, 2011). Il retrace la « vie sociale » de ce manuel, notamment grâce à la contribution des membres de Mnémosyne qui y ont participé (éditrices, auteur·es, mais également professeures d’histoire qui en font usage).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Françoise Thébaud, « Notre histoire, enfin », Le Monde, 8 mars 2000.
Crédits © Archives association Mnémosyne
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/5929/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Illustration 2. Invitation à l’Assemblée générale constitutive de l’association, 21 octobre 2000.
Crédits © Archives association Mnémosyne
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/5929/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Titre Illustration 3. Compte rendu de l’Assemblée générale constitutive d’octobre 2000.
Crédits Lien vers le pdf
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/5929/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
Titre Illustration 4. Flyer présentant les activités de Mnémosyne en 2003.
Crédits © Archives association Mnémosyne
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/5929/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Illustration 5. Remise du « Prix Mnémosyne » à Pauline Mortas, en 2016.
Crédits © Archives association Mnémosyne
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/5929/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Illustration 6. Après un Conseil d’administration, en 2014.
Crédits © Archives association Mnémosyne
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/5929/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Illustration 7. Mnémosyne aux Rendez-vous de l’histoire de Blois en 2011 : « Notre Orient en question ».
Crédits © Archives association Mnémosyne
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/5929/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 761k
Titre Illustration 8. Le public, à Blois, lors d’une table ronde « Carte Blanche à Mnémosyne » en 2013.
Crédits © Archives association Mnémosyne
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/5929/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 766k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Linda Guerry et Julie Verlaine, « L’histoire de Mnémosyne », Genre & Histoire [En ligne], 26 | Automne 2020, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5929

Haut de page

Auteurs

Linda Guerry

Docteure en histoire contemporaine, Fellow à l’Institut Convergences Migrations, chercheuse associée à l’UMR 5190 – LARHRA

Articles du même auteur

Julie Verlaine

Maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université Panthéon Sorbonne, rattachée à l’UMR 8058 – Centre d’histoire sociale du xxe siècle (CHS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search