Navigation – Plan du site

AccueilNumeros26Combats, débats, transmission : l...HistoriographiesAperçus sur les développements ré...

Combats, débats, transmission : les 20 ans de Mnémosyne
Historiographies

Aperçus sur les développements récents de l’histoire des femmes et du genre à l’époque moderne

A glance at the recent developments in the history of women's studies and gender studies in the modern period.
Sylvie Steinberg, Mélanie Traversier et Camille Noûs

Résumés

Depuis les années 2000, les études historiques sur les femmes à l’époque moderne se sont si considérablement développées qu’il devient difficile d’en proposer un bilan historiographique exhaustif. Pour rendre compte des dynamiques de cette recherche foisonnante qui contribue à écrire une histoire mixte de la société d’Ancien Régime et à questionner le caractère exceptionnel de certaines trajectoires féminines, trois terrains de recherches émergeants portant sur l’espace français, élargi à ses horizons ultra-marins, ont été ici retenus : les savoirs et les pratiques de création ; les mondes du travail ; l’histoire des migrations et de la colonisation. Ils constituent de bons observatoires pour saisir comment l’histoire des femmes et du genre évolue en intégrant des questions ou notions initialement posées dans d’autres spécialités du savoir historique et, inversement, comment d’autres domaines de recherche, plus anciens, font évoluer leurs propres objets et problématiques en considérant les apports de l’histoire des femmes et du genre. Ainsi, à mesure que les approches documentaires, thématiques et heuristiques se redéfinissent dans ce double mouvement, c’est la compréhension de l’ordre social de l’Ancien Régime qui se trouve complexifiée et enrichie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On pourra se reporter à ses actes : Enrica Asquer, Anna Bellavitis, Giulia Calvi, Isabelle Chabot, (...)

1Depuis la création de Mnémosyne en 2000, les études historiques sur les femmes à l’époque moderne se sont si considérablement développées qu’il devient difficile d’en proposer un bilan historiographique exhaustif. Les années 2000 ont été des années charnières. En 2003 paraissaient deux manuels de synthèse, celui de Dominique Godineau (Les Femmes dans la France moderne. xvie-xviiie siècle, A. Colin) et celui de Scarlett Beauvalet (Les Femmes à l’époque moderne. xvie-xviiie siècle, Belin), qui tous deux prolongeaient le troisième tome de L’Histoire des femmes en Occident, dirigé par Arlette Farge et Natalie Zemon Davis, paru en 1991. Le colloque de Rome consacré vingt-cinq ans après à cet ouvrage, demeuré une référence majeure, a mis en évidence les nombreux renouvellements historiographiques, méthodologiques et thématiques intervenus depuis1.

  • 2 Sur l’articulation parfois conflictuelle entre histoire des femmes et histoire du genre en France, (...)

2Mais à partir des années 2000, les études de genre menées en France ont proposé un autre cadre d’analyse, notamment linguistique, pour retracer la construction des pratiques et des discours sur la différence des sexes2. Dans ce contexte, les recherches continuant à s’inscrire dans la perspective d’une histoire des femmes et des rapports sexués de domination ont suivi deux orientations complémentaires : d’une part l’écriture d’une histoire résolument mixte, redonnant toute leur place aux femmes, quel que soit le champ social considéré et malgré les incontournables apories documentaires ; d’autre part l’ambition de densifier les domaines déjà bien balisés antérieurement en examinant des trajectoires individuelles et collectives féminines, au-delà des cas des grandes figures qui ont fait l’objet des premiers travaux d’envergure, en interrogeant le degré d’exceptionnalité de ces dernières.

  • 3 Sur la rencontre entre histoire sociale de l’Ancien Régime et histoire du genre, voir Sylvie Steinb (...)

3Pour l’époque moderne, trois terrains de recherche émergeants portant sur l’espace français, élargi à ses horizons ultra-marins, seront ici évoqués : les savoirs et les pratiques de création, les mondes du travail et l’histoire des migrations et de la colonisation. Ces champs de recherche constituent de bons observatoires pour repérer les reconfigurations historiographiques des dernières décennies en histoire des femmes et du genre, pour analyser les enrichissements croisés entre les études en histoire des femmes et du genre et d’autres champs d’étude, ainsi que le mouvement de redéploiement et d’élargissement des enquêtes en histoire des femmes et du genre. S’y lit notamment la manière dont l’histoire des femmes et du genre évolue en intégrant des questions ou notions initialement posées dans d’autres spécialités du savoir historique et comment d’autres domaines de recherche, plus anciens, font évoluer leurs propres objets et problématiques en considérant les apports de l’histoire des femmes et du genre. Ainsi, à mesure que les approches documentaires, thématiques et heuristiques se redéfinissent dans ce double mouvement, c’est la compréhension de la société d’Ancien Régime qui se trouve complexifiée et enrichie3.

Savoirs et création artistique 

  • 4 Pour reprendre l’expression toujours efficace de Renate Bridenthal et Claudia Koonz (dir.), Becomin (...)
  • 5 Pour la Renaissance, nous renvoyons à la traduction par Juliette Galonnier de l’article de Joan Kel (...)
  • 6 Pour un bilan très récent, Martine Reid (dir.), Femmes et littérature. Une histoire culturelle, t.  (...)
  • 7 Sur les représentations qui minorent les talents et les parcours des artistes femmes dans les disco (...)
  • 8 Comme en témoignent Huguette Krief et Valérie Andrée (dir.), Dictionnaire des femmes des Lumière (...)

4Dans les domaines des savoirs et de la création artistique, les premières études se sont attachées à « rendre visibles » des femmes qui avaient été effacées de l’histoire des sciences et des arts, ainsi que du canon esthétique des disciplines artistiques4. Elles ont aussi posé le problème de la participation des femmes aux grands mouvements culturels de l’époque moderne, la Renaissance et les Lumières5. C’est dans le sillage dynamique des études littéraires qui, les premières, notamment à l’initiative d’Éliane Viennot, ont (re)valorisé les trajectoires de femmes autrices6, que l’histoire des femmes et du genre à l’époque moderne investit désormais tous les univers de la création artistique, de la littérature aux beaux-arts et aux différentes formes du spectacle vivant. Cet élargissement s’accompagne d’un changement de perspective, marqué par le passage d’une attention soutenue aux figures d’exception à une analyse resituant leur parcours dans un milieu. Se dessinent ainsi des portraits de groupe de femmes artistes jusqu’alors inconnues, méconnues, ou dont le talent était disqualifié par les discours misogynes de leur temps7. Les effets en termes de réception et de postérité des œuvres sont évidents et ce sont non seulement des noms de créatrices mais aussi des œuvres produites par des femmes autrices, compositrices, peintres, sculptrices… qui resurgissent et trouvent une nouvelle visibilité bibliographique ou artistique8.

  • 9 Voir les notices recueillies depuis les débuts de l’enquête en 2001 dans la base de données collabo (...)

5Pour une part, les avancées de la recherche sur les femmes artistes à l’époque moderne proviennent d’exhumations inattendues dans des fonds documentaires qui jusqu’alors n’avaient jamais été examinés dans la perspective de l’histoire des femmes, ou qui, à l’occasion d’investigations menées dans d’autres champs historiques, révèlent de manière inattendue des groupes de femmes. Ainsi, enquêtant sur la musique liturgique et les musiciens d’Église en France, l’équipe du programme MUSEFREM a mis au jour plusieurs milliers de musiciennes actives dans la seconde moitié du xviiie siècle qui étaient occultées par la documentation produite par les institutions religieuses. Les recherches menées par Bernard Dompnier et Sylvie Granger ont établi qu’à l’instar de leurs homologues masculins, ces musiciennes ont sollicité l’aide des comités de salut public locaux, au moment de la Constitution civile du clergé et de la nationalisation des biens d’Église. Dans leurs requêtes, elles reconstituent les cadres de leur formation et leurs activités musicales au service de l’Église et ses fidèles9.

  • 10 Adeline Gargam, « Savoirs mondains, savoirs savants : les femmes et leurs cabinets de curiosités au (...)

6Depuis quelques années, c’est aussi le croisement de l’histoire des femmes et du genre, et de l’histoire sociale des sciences et des techniques, elle-même profondément reconfigurée par une attention nouvelle aux conditions matérielles du travail savant, à la publication scientifique, aux réseaux, aux appropriations sociales des inventions, qui a permis de resituer les parcours de quelques figures emblématiques (Émilie du Châtelet, Marie-Anne Paulze épouse Lavoisier) dans des milieux de savoir féminins plus densément peuplés qu’on ne le croyait et plus divers qu’on ne le présumait – des mathématiques à la minéralogie, en passant par l’astronomie et l’ostéologie. Ces travaux s’attachent aux dynamiques sociales qui en favorisaient la promotion, comme aux freins qui en entravaient l’exposition publique10. L’étude des correspondances interpersonnelles laisse appréhender les stratégies retenues : si certaines publient de manière anonyme (Geneviève Charlotte Thiroux d’Arconville) ou sous un pseudonyme masculin, d’autres choisissent ou parviennent à faire (re)connaître en leur propre nom leurs publications savantes ou leurs collections (Marie-Marguerite Biheron). Dans tous les cas, ce sont des réseaux savants mixtes ou féminins, parfois intergénérationnels, qui sont mobilisés pour qu’elles puissent développer leurs activités savantes.

  • 11 Deborah Simonton et Anne Montenach (dir.), Female Agency in the Urban Economy (1640-1750), Londres/ (...)
  • 12 Notamment Cynthia Cockburn, « Technology, production and power », in Gill Kirkup et Laurie Smith Ke (...)
  • 13 CNAM (16 octobre 2020-7 mars 2021), Top modèles. Une leçon princière au xviiie siècle URL : https:/ (...)
  • 14 Mélanie Traversier, L’harmonica de verre et Miss Davies. Essai sur la mécanique du succès au siècle (...)

7C’est aussi l’histoire des inventions qui est revisitée pour reconsidérer et réévaluer le rôle des femmes dans la conception, la fabrication, la promotion et la diffusion des innovations techniques. Certes la production documentaire des sociétés d’Ancien Régime masque en général leur participation à la construction des savoirs et savoir-faire11. Il s’agit donc moins d’analyses sérielles qui recenseraient ces femmes ou quantifieraient les inventions auxquelles elles sont liées, que d’enquêtes microhistoriques ou ciblant un domaine spécifique de l’innovation qui identifient des parcours singuliers d’inventrices et examinent à la lumière de leurs itinéraires les contraintes et les ressources qui rendent possible leur contribution, directe ou indirecte, à la production innovante. S’inscrivant dans le sillage des travaux anglophones qui, dès les années 1990, croisaient histoire des femmes et histoire des sciences et techniques12, des recherches récentes menées sur les milieux de l’innovation dans la France d’Ancien Régime mettent en évidence la contribution des femmes. Certaines étaient formatrices, médiatrices ou mécènes13, à l’instar de Caroline Stéphanie Félicité Du Crest de Saint-Aubin (1746-1830), connue sous le nom de Madame de Genlis ; les modèles réduits d’ateliers qu’elle a fait fabriquer au service de son projet éducatif ont fait l’objet d’une récente exposition au Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) qui témoignait non seulement d’une curiosité technique très vaste mais aussi d’une grande attention aux innovations de son temps en matière d’outils et d’équipements artisanaux et scientifiques. D’autres étaient conceptrices de nouveautés ou perfectionnements techniques, comme Jeanne Louise Constance d’Aumont, Mme de Villeroy, dans le domaine de l’innovation organologique, ainsi que l’a montré récemment Mélanie Traversier dans son travail consacré aux femmes dans la promotion des instruments de musique nouveaux ou perfectionnés à l’époque des Lumières14.

  • 15 À l’évidence, ces écueils sexistes sont encore efficaces pour freiner les projets professionnels de (...)

8Les travaux historiques ont montré que la présence des femmes dans chacun de ces domaines, savant, technique ou artistique, a suivi des chronologies propres, en partie déterminées par les spécificités des modes d’apprentissage du savoir, des processus de professionnalisation, de l’institutionnalisation et de la structuration plus ou moins précoces d’espaces professionnels distincts des espaces domestiques, de la nature des équipements que nécessitaient telle ou telle activité scientifique ou créative (bibliothèques, outils et instruments, matériaux…), des espaces de reconnaissance (académies, universités). Isabelle Lémonon Waxin situe la professionnalisation des domaines relevant des sciences expérimentales au début du xixe siècle et décrit un monde des savants encore marqué par la vie et l’espace domestiques au xviiie siècle. Pour la peinture, Séverine Sofio en pose les jalons dans la seconde moitié du xixe siècle. Mais ce sont les mêmes défis et obstacles, à chaque étape des parcours professionnels, qui sont décrits : un accès à la formation limité et dont les normes peuvent restreindre le choix des « disciplines » savantes ou des pratiques artistiques socialement acceptées pour une jeune artiste ; une reconnaissance par les pairs et par les publics, entravée également par le poids des représentations et des pesanteurs institutionnelles qui freinent projet et capacité à mobiliser des réseaux dont l’activation fabrique les réputations ; une postérité amoindrie voire effacée par la transmission sélective de la documentation ou régie par des choix sexistes15.

  • 16 Jacques Gélis, La sage-femme ou le médecin. Une nouvelle conception de la vie, Paris, Fayard, 1988  (...)
  • 17 Émilie-Anne Pépy, « Les femmes et les plantes. Accès négocié à la botanique savante et résistance d (...)

9Les études historiques ont aussi montré que l’occultation est parfois l’aboutissement de la confiscation des savoirs et savoir-faire associés au féminin, à mesure que la professionnalisation et la rémunération de certaines activités, subalternes ou inscrites dans des pratiques échappant à l’espace public et au marché, en font des territoires de conquête du travail masculin notamment au xviiie siècle. Pour les pratiques et métiers liés aux soins du corps féminin, notamment l’obstétrique, les travaux récents confirment la concurrence entre chirurgiens et sages-femmes mise en lumière par Jacques Gélis16. La question a été récemment étendue par Émilie-Anne Pépy aux savoirs botaniques et à l’herboristerie17. Mais la recherche s’intéresse aussi aux interstices dans lesquels se glissent certaines femmes : la mobilisation de ressources de toute nature que procurent des solidarités souvent mixtes, familiales, professionnelles, amoureuses, et la propre capacité de ces femmes à contrer les adversités et préjugés, permet parfois de les contourner, de développer une activité autonome mais au risque de voir perdurer une forme d’anonymat ou d’effacement commode à l’ombre du maître, du père, du frère, de l’époux. C’est aussi ce que l’on observe en analysant l’histoire du travail des femmes et de leur rôle dans l’économie d’Ancien Régime.

Travail, production, consommation

  • 18 Anna Bellavitis, Virginie Jourdain, Virginie Lemonnier Lesage et Beatrice Zucca Micheletto (dir.), (...)
  • 19 Jacob D. Melish, « The Power of Wives. Managing Money and Men in the Family Bussiness of Old Regime (...)
  • 20 Anne Montenach, Femmes, pouvoirs et contrebande dans les Alpes au xviiie siècle, Presses universita (...)
  • 21 Nina Kushner, Erotic Exchanges. The World of Elite Prostitution in Eighteenth-Century Paris, Ithaca (...)

10L’histoire des femmes s’est intéressée de longue date à la division sexuée du travail. La distribution des métiers et les disparités matérielles, statutaires et symboliques qui en résultent entre hommes et femmes demeurent un champ d’investigation important dont l’analyse continue de se complexifier. En effet, pour l’époque moderne, les enquêtes récentes croisant histoire des femmes et histoire économique remettent en cause la notion même de production et de travail productif, interrogeant les frontières entre travail informel et travail réglé, et réévaluant le rôle socio-économique des femmes dans l’économie d’Ancien Régime, un rôle souvent occulté par les problèmes documentaires créés par la non rémunération des tâches relevant de domaines associés au « féminin » et par la valeur non immédiatement marchande qu’elles créent. Les recherches menées ces dernières années par un groupe de chercheuses européennes réunies par Anna Bellavitis et Manuela Martini ont notamment contribué à valoriser les modalités et l’impact du travail féminin non rémunéré sur les dynamiques sociales et économiques générales18. Elles relancent aussi l’attention sur le travail des femmes dans l’espace domestique, qu’il soit réalisé par les filles, les mères, les épouses ou les servantes, toutes celles qui sont employées dans la maisonnée19. Anne Montenach a, quant à elle, montré toute la place qu’occupaient les femmes dans les circuits illégaux et les commerces illicites, traquant leur rôle dans la contrebande dans les Alpes20. Complétant les travaux d’Erica-Marie Benabou sur la prostitution parisienne et ceux d’Olwen Hufton sur l’économie de subsistance, Nina Kushner et Clyde Plumauzille se sont intéressées aux activités prostitutionnelles relevant de stratégies de survie21.

  • 22 Anna Bellavitis, Manuela Martini et Raffaella Sarti (dir.), Familles laborieuses. Rémunération, tra (...)
  • 23 Natalie Zemon Davis, Les cultures du peuple. Rituels, savoirs et résistances au xvie siècle, Paris, (...)
  • 24 Natacha Coquery, Tenir boutique à Paris au XVIIIe siècle. Luxe et demi-luxe, Paris, CTHS, 2011 ; No (...)
  • 25 Sur les réseaux activés par les femmes dans les mondes marchands, voir notamment Nicole Dufournaud, (...)
  • 26 Par exemple, Astrid Castres et Guy-Michel Leproux, « La parure de la mariée. Le métier d’atourneres (...)
  • 27 Pour une mise en perspective générale à l’échelle européenne, Katie Barclay, Elaine Chalus, Marjo K (...)
  • 28 Ulrike Krampl, Travailler avec les langues à Paris au xviiie siècle. La fabrique d’une ville pluril (...)
  • 29 Raphaël Morera et Thomas Le Roux, « Blanchisseuses du propre, blanchisseurs du pur. Les mutations g (...)

11Le renouvellement concerne aussi l’histoire du travail féminin dans le monde du travail réglé, en lien avec les récentes orientations de l’histoire économique à l’échelle urbaine, qui favorisent l’analyse des réseaux, de la famille aux circuits internationaux, s’intéressent aux acteurs de la production et de la commercialisation d’objets innovants, et insèrent ces questionnements dans l’histoire environnementale. Cette dynamique de recherche de l’histoire des femmes rencontre ainsi les intérêts renouvelés de l’histoire des structures de production artisanale, plus attentive désormais aux modes de fonctionnement entrepreneuriaux familiaux et conjugaux22. Certains travaux prolongent des enquêtes lancées il y a plus de quarante ans par Natalie Zemon Davis sur les femmes dans les métiers du livre23. Des travaux récents sur les ateliers et le monde de la boutique proposent des éclairages nouveaux sur le capital provenant de la dot, les revenus complémentaires apportés à l’économie familiale ou à l’entreprise des époux par les épouses, mais aussi leur rôle d’entrepreneure autonome, lorsqu’elles sont veuves ou séparées24. Sources économiques, judiciaires et épistolaires montrent comment des femmes se sont insérées efficacement dans des réseaux d’affaires et professionnels souvent à plusieurs échelles géographiques, et ont développé des stratégies commerciales, recourant aussi parfois au remariage homogame, pour développer leur entreprise ou en assurer la sauvegarde25. Des sources déjà bien balisées par les modernistes sont réexaminées, permettant d’approfondir l’histoire des milieux professionnels au sein desquels la présence des femmes était sous-évaluée et leur rôle sous-estimé dans l’économie urbaine26. Les mutations liées à la révolution commerciale et industrielle et les nouvelles opportunités professionnelles qu’offre, concomitamment, le développement urbain au xviiie siècle ouvrent aux femmes des champs d’activité rémunérée où elles n’avaient jusqu’alors qu’une place limitée27. Par exemple, Ulrike Krampl a mis en valeur l’intense activité professionnelle de femmes traductrices dans la capitale française à l’époque des Lumières28. Enfin, le dialogue très récent entre l’histoire environnementale, l’histoire de l’économie, et l’histoire des femmes et du genre, réexaminant les processus socio-économiques de l’histoire de la transformation artisanale et de la consommation des ressources naturelles, contribue à ressaisir certaines pratiques durablement féminines. Mais ces chantiers révèlent aussi les processus à l’œuvre qui aboutissent à la dépossession de savoir-faire féminins, qui, à mesure des progrès de la mécanisation et des mouvements d’industrialisation et de capitalisation croissante qui en résultent, sont accaparés par des entrepreneurs masculins29.

  • 30 La bibliographie, nourrie à la fois par les historiens de la consommation et les spécialistes d’his (...)
  • 31 Aurélie Chatenet-Calyste, Une consommation aristocratique, fin de siècle. Marie-Fortunée d’Este, (...)

12Depuis les années 1990, les recherches sur le monde économique proto-industriel interrogent aussi la place des femmes comme consommatrices, repérant les éventuelles spécificités de leurs pratiques d’achat et d’usage, des imaginaires qui les soutiennent, et discutant la nature des objets dans l’espace domestique, comme dans l’espace public et leurs circulations d’un espace à l’autre30. Les enquêtes menées sur les pratiques de consommation et d’appropriation des objets par les femmes à l’époque moderne sont sans surprise confrontées à des apories documentaires. Les sources mobilisées (les inventaires après décès, les sources comptables, les écrits personnels, l’iconographie, les fonds judiciaires enregistrant les vols, parfois les objets eux-mêmes lorsqu’ils ont été conservés…) invitent à privilégier l’étude des femmes des élites et n’autorisent pas forcément une interprétation évidente sur les pratiques d’achat et les expériences de consommation qui seraient spécifiquement féminines. Les études de Kathleen Wilson-Chevalier et Caroline zum Kolk sur les dames de la cour, de Pauline Ferrier-Viaud sur les femmes de ministre, de Flavie Leroux sur les maîtresses de roi ainsi que la thèse d’Aurélie Chatenet-Calyste sont autant d’aperçus sur ces consommations aristocratiques féminines31.

  • 32 Jennifer Michelle Jones, Sexing La Mode. Gender, Fashion and Commercial Culture in Old Regime Franc (...)
  • 33 Amanda Vickery, « Women in the world of goods. A Lanshire consummer and her possessions 1751-1781 » (...)
  • 34 Emmanuelle Friant, Le catholicisme matériel. Les objets de la piété privée dans la France des xvie (...)

13Des « bibles à chignon » et autres objets de piété aux pochettes, des cosmétiques aux bijoux et montres, ce sont aussi les accessoires et les parures qui sont examinés en termes d’appropriations genrées afin d’analyser les artefacts des intimités féminine et masculine dans des mouvements complexes de dévoilement et d’occultation32. Dans le sillage des travaux lancés dès les années 1990 pour d’autres espaces européens33, les enquêtes récentes sur l’acquisition, l’accumulation, le port ou le maniement des objets de l’intime, inscrites dans une réflexion sur leur(s) genre(s), les resituent non seulement dans les cadres de l’histoire matérielle mais aussi dans l’histoire des sensibilités et des croyances dans les sociétés d’Ancien Régime. Les objets de piété, portés par des laïques ou des religieuses, se prêtent particulièrement à ces études qui posent des enjeux majeurs sur les objets clandestins ou visibles, sur les convictions religieuses qu’ils révèlent34.

  • 35 Damien Boquet et Didier Lett (dir.), Le genre des émotions, numéro thématique, Clio. Femmes, Genre, (...)
  • 36 Éliane Viennot et Nicole Pellegrin (dir.), Revisiter la Querelle des femmes. Discours sur l’égalité (...)
  • 37 Emmanuelle Chapron, « Écoles charitables et économie du livre au XVIIIsiècle : les livres à l’usa (...)
  • 38 Sur la lecture comme pratique participant à la construction de la différence des sexes, Isabelle Br (...)
  • 39 Marie Bouhaïk-Gironès, Céline Candiard, Fabien Cavaillé, Jeanne-Marie Hostiou, Véronique Lochert (...)

14Les récents développements de l’histoire des sensibilités contribuent à faire évoluer l’histoire de la consommation féminine des objets culturels, livres et loisirs, en étant attentifs aux dimensions genrées des émotions, qu’elles surgissent au spectacle ou qu’elles relèvent de l’intimité personnelle, conjugale ou familiale35. Prolongeant les recherches menées sur l’éducation des filles et sur la querelle des femmes amplifiée et transformée par le triomphe de l’imprimé36, les spécialistes de l’histoire des livres, des bibliothèques et de la lecture en général intègrent de plus en souvent une réflexion genrée, s’intéressant notamment aux corpus d’ouvrages spécifiquement destinés aux femmes37, à la littérature grivoise évoquant les cabinets de lecture féminins, et tentant d’appréhender les pratiques des lectrices elles-mêmes, souvent associées à des pratiques d’écriture38. L’histoire sociale des spectacles s’est très récemment emparée des questionnements en termes de genre. À partir de la distribution spatiale dans les lieux de représentation, les témoignages de la chronique théâtrale et musicale, les traités de civilité normant les gestes et les expressions sensuelles, elle questionne des formes d’ennui, de critique, de plaisir... qui seraient ou pas spécifiquement féminins ou masculins, que leurs manifestations soient redoutées, notamment pour les femmes, ou interprétées comme étant genrées dans la documentation de l’époque39.

Migrations/Colonisation

  • 40 Lucie Guyard, Itinérance féminine et institutions. Le vagabondage féminin dans la généralité de Rou (...)
  • 41 Heidi Keller-Lapp, « Devenir des Jésuitesses. Les missionnaires ursulines du monde atlantique », Hi (...)
  • 42 Prolongeant les travaux d’Yves Landry entamés dans les années 1990 sur cette politique mise en œuvr (...)

15L’histoire des mobilités à l’époque moderne s’est également enrichie de questionnements en termes de genre, pour repérer les contraintes et pratiques susceptibles de définir des circulations et des modalités de circulations prioritairement masculines, féminines ou mixtes, ainsi que les réseaux variés qui pouvaient en aiguillonner le tracé et les étapes de séjour temporaire voire une sédentarisation définitive. Ces enquêtes s’appuient sur des jeux d’échelle géographique, comme elles varient les analyses microhistoriques et les approches plus collectives, lorsque la documentation permet de suivre les itinéraires d’un groupe de femmes aux caractéristiques socio-économiques communes, par exemple les femmes pauvres itinérantes prises dans les rets policiers40, les religieuses impliquées dans les projets missionnaires de leur ordre41, les « filles du Roy », majoritairement pauvres et orphelines, vouées à la politique de peuplement de la colonie canadienne française42.

  • 43 Nicole Pellegrin, « Genre, voyage et histoire. Quelques aperçus », Genre & Histoire [En ligne], 8, (...)
  • 44 Mathilde Monge et Natalia Muchnik, L’Europe des Diasporas (xvie-xviiie siècle), Paris, PUF, 2019. S (...)

16De l’itinérance à l’échelle régionale aux migrations transocéaniques, c’est non seulement la pratique du « voyage », qu’il soit forcé, professionnel ou d’agrément, qui est ressaisie à l’aune du genre mais aussi les traces documentaires que les déplacements ont produites. Pour la période moderne, le Grand Tour, les voyages de formation notamment artistique, mais aussi les circulations liées à l’exil religieux et politique ont récemment introduit des questionnaires en termes de genre et de mixité des pratiques gyrovagues. Les contraintes matérielles pesant sur le voyage, en particulier pour les voyageuses se déplaçant rarement seules, comme sur le processus d’écriture, entraînent des disparités nettes sur l’enregistrement écrit de l’expérience vécue du voyage et sur son éventuelle publication43. Les phénomènes diasporiques de l’époque moderne sont, quant à eux, marqués par des logiques davantage familiales, laissant moins apparaître des formes d’action spécifiquement féminines, du moins dans l’impulsion au départ en cas d’exil religieux ou politique44.

17L’inscription de l’histoire de la France dans l’espace atlantique et dans l’histoire impériale ouvre la voie à des questionnements nouveaux sur la place des femmes dans l’aventure commerciale et coloniale, sur les rapports de genre au sein des nouvelles colonies, sur leur articulation avec les rapports de domination présents dans les sociétés créoles et les sociétés esclavagistes, au sein de comparaisons désormais possibles avec les autres colonisations des Amériques et les autres expériences impériales.

  • 45 Par exemple Jennifer L. Palmer, « Women and Contracts in the Age of Transatlantic Commerce », in Da (...)

18Les évolutions actuelles de l’histoire des circuits commerciaux à l’échelle transocéanique, s’éloignant d’une approche quantitative pour s’intéresser aux dynamiques réticulaires et à l’histoire sociale de tous les acteurs impliqués dans le commerce au long cours, ont mis récemment en valeur le rôle actif des épouses de marins, capitaines et autres marchands, pour soutenir matériellement l’économie domestique et le développement de l’entreprise « familiale » lors des absences durables de leur époux, notamment par le biais des pratiques de procuration45.

  • 46 Démarche empruntée sur la Nouvelle Néerlande par Virginie Adane, Genre, pouvoir et relations marcha (...)
  • 47 Gilles Havard, Histoire des coureurs de bois (Amérique du Nord, 1600-1840), Paris, Les Indes Savant (...)

19La manière dont les rapports de genre se réagencent dans les mouvements de population, la rencontre avec les populations autochtones et la confrontation avec les contraintes naturelles des terres à conquérir, sont des thématiques en cours d’exploration aujourd’hui46. Gilles Havard, en consacrant plusieurs études aux « coureurs des bois » de l’Amérique du Nord et aux aventuriers francophones, éclaire les métamorphoses de la masculinité coloniale ainsi que les effets de la rencontre avec des populations autochtones modelées par d’autres représentations du genre et de la sexualité47

  • 48 David Geggus, « Sex Ratio, Age and Ethnicity in the Atlantic Slave Trade. Data from French Shipping (...)
  • 49 Jennifer Morgan, Laboring Women : Reproduction and Gender in New World Slavery, Philadelphie, Unive (...)
  • 50 Joan M. Martin, « Plaçage and the Louisiana Gens de Couleur Libre. How Race and Sex Defined the Li (...)
  • 51 Dominique Rogers et Stewart King, « Housekeepers, merchants, rentiers. Free women of color in the p (...)
  • 52 Marie Houllemare, « Marie Kingué et la subversion de l’ordre colonial (Saint-Domingue, 1785) », Cli (...)
  • 53 Sur les femmes de couleurs actives à la tête de compagnie ou actrices sur les scènes caribéennes de (...)
  • 54 Jessica Pierre-Louis, « Femmes de couleur libres et donations à la Martinique (1806-1830) », Clio. (...)

20Les historiennes et les historiens des migrations transatlantiques forcées avaient commencé dès la fin des années 1980 à s’interroger sur le sex ratio parmi les captifs et captives déportés vers les colonies américaines à l’époque moderne48. Les recherches actuelles tendent à majorer la présence des captives dans les convois maritimes de la traite et à affiner la chronologie menant à un rééquilibrage entre hommes et femmes, selon les colonies considérées et selon les priorités entre valeur reproductive et force de travail que redéfinissent les vendeurs et les acheteurs d’esclaves49. Récemment l’attention s’est portée plus généralement sur les sociétés coloniales elles-mêmes, sur les dynamiques raciales mais aussi genrées que l’on peut observer dans les pratiques de domination et de hiérarchisation sociale, non seulement dans le commerce d’esclaves, dans les plantations mais aussi dans les centres urbains. Le dialogue avec l’histoire coloniale offre ainsi de nouveaux champs d’enquête pour l’histoire des femmes et du genre : tout en contribuant à renouveler le questionnaire sur les clivages des sociétés coloniales, l’analyse en termes de normes de genre se trouve elle-même confrontée à d’autres logiques sociales opératoires, en particulier aux hiérarchies raciales50. L’enjeu consiste dès lors à mesurer comment les logiques de racialisation, les relégations de genre et la hiérarchie socio-économique combinent ou non leurs effets, pour déterminer des positions ou favoriser certaines trajectoires de mobilité sociale. Les travaux récents soulignent en effet les contraintes et les violences pesant sur les personnes dominées et exploitées, mais tentent aussi de mesurer les opportunités que les femmes libres de couleur ou métisses peuvent saisir dans des champs très variés de la vie sociale, qu’il s’agisse du monde de la boutique51, des pratiques de soin indifférentes aux statuts raciaux52, des entreprises de spectacle dans les villes coloniales53. C’est parfois à partir d’une documentation connue mais rarement examinée à l’aune des critères raciaux et genrés, que des expériences et solidarités féminines méconnues sont mises en évidence : ainsi l’enquête menée dans les fonds des Hypothèques de la Martinique par Jessica Pierre-Louis montre-t-elle la grande variété des situations économiques des femmes de couleur libres à la Martinique au tournant des xviiie et xixe siècles54.

  • 55 Dominique Deslandres, « Inspiration, fondation, relais. Le rôle des femmes laïques dans les mission (...)
  • 56  Voir par exemple les analyses sur les mariages entre Blancs européens ou créoles et femmes libres (...)
  • 57 Mélanie Lamotte, Making Race. Policy, Sex, and Social Order in the French Atlantic and Indian Ocean (...)

21L’observation des effets combinés du genre, de la couleur de peau, du statut de libre ou esclave, du niveau de fortune et de propriété rompt ainsi avec une vision qui privilégierait un type de domination plutôt qu’un autre. Les études récentes sur l’évangélisation des esclaves mettent par exemple en évidence le rôle collectif de femmes colons, non seulement religieuses mais aussi laïques, dans les expériences locales missionnaires, ce qui restitue aussi leur place dans un processus important de contrôle social et moral des populations mise sous la tutelle coloniale55. L’histoire de la police coloniale, dont l’essor actuel bénéficie des acquis de l’histoire des esclavages, s’intéresse désormais aussi aux clivages à la fois raciaux et genrés qui en déterminent les pratiques et les ajustements successifs, participant à la construction d’un ordre juridique colonial spécifique56. C’est dans une perspective comparatiste, confrontant les réalités des colonies françaises caribéennes, celles situées sur le continent nord-américain et celles de l’Océan Indien, que s’inscrivent les travaux les plus récents analysant les imbrications et confrontations entre race, genre et identité à l’œuvre dans ces sociétés. Mélanie Lamotte a notamment retenu cette approche pan-impériale dans son analyse des processus de créolisation et des rapports de race et de genre tels qu’ils sont élaborés par les dispositifs réglementaires et policiers visant les populations d’origine amérindienne, africaine, sud-asiatique et malgache, et tels qu’ils façonnent les rapports sociaux dans les sociétés avec esclavage57.

*

  • 58 Voir Anne Montenach (dir), Agency. Un concept opératoire dans les études de genre ?, numéro thémati (...)

22Arrivées à ce point de notre bilan, nous sommes bien conscientes d’avoir laissé de côté un grand nombre de thématiques parmi lesquelles certaines que nous avons nous-mêmes abordées dans nos travaux respectifs : sexualité, corps, liens familiaux, noblesse, pouvoir monarchique, justice, croyances religieuses ou culture populaire. Aucun bilan ne peut être exhaustif. Peut-être que l’inventaire proposé ici a-t-il l’intérêt de montrer les continuités qui existent entre la jeune recherche et l’historiographie qui l’a précédée, très marquée en France par les paradigmes de l’histoire sociale et l’ambition de comprendre l’organisation sociale de l’Ancien Régime en y incluant femmes et genre. En dialogue avec l’histoire de l’art, de la littérature et des sciences, les travaux ici envisagés s’intéressent à la fois aux discours et aux pratiques, aux représentations et aux réalités sociales. Ils emboitent des récits de vie et des portraits de groupe, faisant la part belle à la capacité d’agir des femmes dans des configurations sociales précises – arrangement, contournement, ruse, rébellion, résistance, anti-conformisme – davantage qu’aux normes qui organisent leur domination. Omniprésente, la notion d’agentivité (agency) mériterait à elle seule un autre bilan historiographique58.

Haut de page

Notes

1 On pourra se reporter à ses actes : Enrica Asquer, Anna Bellavitis, Giulia Calvi, Isabelle Chabot, Maria Cristina La Rocca et Manuela Martini (dir.), Vingt-cinq ans après. Les femmes au rendez-vous de l’histoire, Rome, École française de Rome, 2019.

2 Sur l’articulation parfois conflictuelle entre histoire des femmes et histoire du genre en France, voir le livre toujours utile de Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, Paris, ENS Éditions, 2007 (2e édition) ; Michelle Zancarini-Fournel, « Histoire des femmes, histoire du genre », in Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia et Nicolas Offenstadt (dir.), Historiographies, t. I, Concepts et débats, Paris, Gallimard, 2010, p. 208-219. Pour une synthèse des débats en France autour du « genre » comme catégorie d’analyse et une réflexion sur les acceptions de la notion dans les travaux récents menés en histoire moderne, Sylvie Steinberg, « Histoire du genre », in Nicolas Leroux (dir.), Faire de l’histoire moderne, Paris, Classiques Garnier, 2020, p. 39-63.

3 Sur la rencontre entre histoire sociale de l’Ancien Régime et histoire du genre, voir Sylvie Steinberg, « Hiérarchies dans l’Ancien Régime », in Michèle Riot-Sarcey (dir.), De la différence des sexes. Le genre en histoire, Paris, Larousse, 2010, p. 135-162.

4 Pour reprendre l’expression toujours efficace de Renate Bridenthal et Claudia Koonz (dir.), Becoming Visible. Women in European History, Boston, Houghton Mifflin Co., 1977.

5 Pour la Renaissance, nous renvoyons à la traduction par Juliette Galonnier de l’article de Joan Kelly, « Les femmes ont-elles connu une Renaissance ? », in Thomas Angeletti, Quentin Deluermoz et Juliette Galonnier (dir.), Faire époque, numéro thématique, Tracés, 36, 2019, p. 191-224, accompagné de l’introduction qu’en propose Sylvie Steinberg : « Les découpages temporels à l’épreuve de l’histoire des femmes », p. 183-190. Voir aussi : Sophie Cassagnes-Brouquet, Christiane Klapisch-Zuber et Sylvie Steinberg, « Sur les traces de Joan Kelly. Pouvoir, amour et courtoisie (xiie-xvie siècles) », Clio. Histoire, Femmes, Sociétés, 32, 2010, p. 17-52. Sur l’évaluation du rôle des femmes dans le mouvement des Lumières, un bilan historiographique du même type reste, semble-t-il, à faire.

6 Pour un bilan très récent, Martine Reid (dir.), Femmes et littérature. Une histoire culturelle, t. 1, du Moyen-Âge au xviiie siècle, Paris, folio, 2020 ; sur les femmes autrices et les autres expériences féminines d’écriture à l’époque moderne, voir Anne R. Larsen et Colette H. Winn (dir.), Writing/Creating in the Feminine in Early Modern France – Écrire/Créer au féminin dans la France moderne, numéro thématique, L’Esprit créateur, 60, 1, 2020.

7 Sur les représentations qui minorent les talents et les parcours des artistes femmes dans les discours de l’époque et leurs effets disqualifiants sur la longue durée, voir Raphaëlle Legrand, « Libertines et femmes vertueuses : l’image des chanteuses d’opéra et d’opéra-comique en France au xviiie siècle », in Hélène Marquié et Noël Burch (dir.), Émancipation sexuelle ou contrainte des corps ?, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 157-175 ; Caroline Giron-Panel, Sylvie Granger, Raphaëlle Legrand et Bertrand Porot (dir.), Musiciennes en duo. Mères, filles, sœurs ou compagnes d’artistes, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015 ; Sarah Nancy, La voix féminine et le plaisir de l’écoute en France aux xviie et xviiie siècles, Paris, Classiques Garnier, 2012 (voir la recension parue dans Genre & Histoire [En ligne], 12-13, 2013, URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/1816) ; Alban Ramaut et Mélanie Traversier (dir.), La musique a-t-elle un genre ?, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2019.

8 Comme en témoignent Huguette Krief et Valérie Andrée (dir.), Dictionnaire des femmes des Lumières, Paris, Honoré Champion, 2015, le Dictionnaire des femmes de l’Ancienne France établi et régulièrement augmenté par la SIEFAR (http://siefar.org/dictionnaire/fr/Accueil), et les mises à jour régulières ; pour l’époque moderne voir également de Béatrice Didier, Antoinette Fouque, Mireille Calle-Gruber (dir.), Dictionnaire des créatrices, Paris, Des femmes, 2013. Sur les femmes peintres, voir Séverine Sofio, Artistes femmes. La parenthèse enchantée (xviiie-xixe siècles), Paris, CNRS Éditions, 2016. Parmi les travaux les plus récents enrichissant l’histoire des professionnelles de la scène à l’époque moderne, voir dans le domaine chorégraphique, Emmanuelle Delattre-Destemberg, Les enfants de Terpsichore. Histoire de l’École et des élèves de la danse de l’Académie de musique (1783-1913), thèse d’histoire contemporaine sous la direction de Jean-Claude Yon, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 2016, 2 vol. , en particulier sur la formation des jeunes danseuses à l’époque moderne, vol. 1, p. 1-54 ; Elizabeth Claire, « Pratiques de danse et discours de genre, une histoire connectée », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 46, 2017, p. 7-18 ; Idem, « Le corps en révolution », in Laura Capelle (dir.), Nouvelle Histoire de la danse en Occident. De la Préhistoire à nos jours, Paris, Seuil, 2020, p. 90-101 ; Sylvie Granger, Danser dans la France des Lumières, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019 ; dans le domaine musical, Imyra Santana, Les femmes instrumentistes dans la France du xviiie siècle : professionnalisation et carrières, thèse de musicologie, sous la direction de Raphaëlle Legrand, Université Sorbonne-Université, soutenue le 19 octobre 2020 ; Suzanne Rochefort, La professionnalisation des comédiens et des comédiennes à Paris dans la seconde moitié du xviiie siècle, thèse d’histoire moderne en préparation sous la direction d’Antoine Lilti, EHESS.

9 Voir les notices recueillies depuis les débuts de l’enquête en 2001 dans la base de données collaborative MUSÉFREM – Base de données prosopographique des musiciens d’Église au xviiie siècle, https://philidor.cmbv.fr/musefrem/.

10 Adeline Gargam, « Savoirs mondains, savoirs savants : les femmes et leurs cabinets de curiosités au siècle des Lumières », Genre & Histoire [En ligne], 5, 2009, URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/899 ; Idem, Les Femmes savantes, lettrées et cultivées dans la littérature française des Lumières ou la conquête d’une légitimité (1690-1804), Paris, H. Champion, 2013 ; Florence Lotterie, Le Genre des Lumières. Femme et philosophe au xviiie siècle, Paris, Classiques Garnier, 2013 ; Richard Spavin, « La minéralogie au féminin. La transmission du savoir chez Martine de Bertereau », Dix-septième siècle, 3,280, 2018, p. 499-512 ; Isabelle Lémonon Waxin, La Savante des Lumières françaises, histoire d’une persona. Pratiques, représentations, espaces et réseaux, thèse de doctorat en histoire des sciences, EHESS, sous la direction de Jeanne Peiffer, soutenue le 8 juillet 2019, présentée dans Genre & Histoire [En ligne], 24, 2019, URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/4806. En préparation : Francesca Antonelli, Sociabilité, savoirs et stratégies de persuasion. Madame Lavoisier promotrice de la “chimie nouvelle” (1758-1836), sous la codirection d’Antonella Romano et Marco Beretta, EHESS/Université de Bologne.

11 Deborah Simonton et Anne Montenach (dir.), Female Agency in the Urban Economy (1640-1750), Londres/New York, Routledge, 2013. En outre, la minorité juridique pesant sur la majorité des femmes et qui est maintenue sur toute la période, entrave leur possibilité de déposer une demande de brevet en leur propre nom, alors même que le processus d’innovation au siècle des Lumières n’implique pas systématiquement une demande de brevet (Liliane Hilaire-Pérez, L’Invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000).

12 Notamment Cynthia Cockburn, « Technology, production and power », in Gill Kirkup et Laurie Smith Keller (dir.), Inventing women. Science, technology and gender, Oxford, Polity press, The Open University, 1992, p. 196-211 ; Autumn Stanley, Mothers and daughters of invention. Notes for a revised history of technology, Metuchen (N.J.)/Londres, The Scarcrow Press, 1993 ; Nina E. Lerman, Arwen P. Ohum et Ruth Olzendiel (dir.), Gender and technology, Baltimore/Londres, The Johns Hopkins University Press, 1993.

13 CNAM (16 octobre 2020-7 mars 2021), Top modèles. Une leçon princière au xviiie siècle URL : https://www.arts-et-metiers.net/musee/top-modeles-une-lecon-princiere-au-xviiie-siecle.

14 Mélanie Traversier, L’harmonica de verre et Miss Davies. Essai sur la mécanique du succès au siècle des Lumières, Paris, Seuil, 2021 (p. 151 et suivantes pour Mme de Villeroy).

15 À l’évidence, ces écueils sexistes sont encore efficaces pour freiner les projets professionnels des femmes artistes, scientifiques ou intellectuelles : Geneviève Fraisse, La suite de l’histoire, Paris, Seuil, 2019.

16 Jacques Gélis, La sage-femme ou le médecin. Une nouvelle conception de la vie, Paris, Fayard, 1988 ; Adeline Gargam, « L’obstétrique au xviiie siècle. Un territoire de femmes convoité par les hommes », in Femmes et Sciences, Paris, éd. Association Femmes et Sciences, 2012, p. 73-90 ; Nahema Hanefi, Le frisson et le baume. Expériences féminines du corps au siècle des Lumières, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2017 ; Nathalie Sage Pranchère, L’école des sages-femmes. Naissance d’un corps professionnel (1786-1917), Tours, Presses universitaires François Rabelais, 2016 ; Véronique Garrigues, « La machine de Madame du Coudray, France, 1759-1783 », in Julie Le Gac et Fabrice Virgili (dir.), L’Europe des femmes, Paris, Perrin, 2019, p. 112-116.

17 Émilie-Anne Pépy, « Les femmes et les plantes. Accès négocié à la botanique savante et résistance des savoirs vernaculaires (France, xviiie siècle) », in Charles-François Mathis et Florence Tamagne (dir.), Genre et environnement, numéro thématique, Genre & Histoire [En ligne], 22, 2018, URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3654.

18 Anna Bellavitis, Virginie Jourdain, Virginie Lemonnier Lesage et Beatrice Zucca Micheletto (dir.), “Tout ce qu’elle saura et pourra faire”. Femmes, droits, travail en Normandie du Moyen Âge à la Grande guerre, Mont-Saint-Aignan, Presses Universitaires de Rouen et du Havre, 2015 ; Pour un cadrage européen, Anna Bellavitis, Il lavoro delle donne nelle città dell’Europa moderna, Rome, Viella, 2016 ; idem, Women’s work and rights in early modern urban Europe, Londres, Palgrave Macmillan, 2018.

19 Jacob D. Melish, « The Power of Wives. Managing Money and Men in the Family Bussiness of Old Regime Paris », in Daryl M. Hafter et Nina Kushner (dir.), Women and Work in Eighteenth-Century France, Baton Rouge, Louisiana, State University Press, 2015, p. 77-90 ; Nicole Pellegrin, « Les vertus de “l’ouvrage”. Recherches sur la féminisation des travaux d’aiguille (xvie-xviiie siècles) », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 46, 4, 1999, p. 747-769 ; Danièle Tosato-Rigato, « Paroles de gouvernantes. Un aperçu sur un métier féminin méconnu (Europe, xviiie-début xixe siècles) », in Emmanuelle Berthiaud (dir.), Paroles de femmes. Rôles et images de soi dans les écrits personnels, Europe xvie-xxe siècles, Paris, Éditions Le Manuscrit, 2017, p. 109-128 ; Suzy Pasleau, Verena Schopp, avec Raffaella Sarti (dir.), Proceedings of the Servant Project, 5 vol. , Liège, Les Éditions de l’Université de Liège, 2001-2005 ; Antoinette Fauve-Chamoux (dir.), « Domesticité et parcours de vie », numéro thématique, Annales de démographie historique, 1, 2009.

20 Anne Montenach, Femmes, pouvoirs et contrebande dans les Alpes au xviiie siècle, Presses universitaires de Grenoble, Grenoble, 2017 ; idem, « “Uncontrolled Crossings”. Gender and Illicit Economic Territories in Eighteenth-Century French Towns », in Elaine Chalus et Marjo Kaartinen (dir.), Gendering Spaces in European Towns, 1500-1914, Londres/New York, Routledge, 2019, p. 135-152.

21 Nina Kushner, Erotic Exchanges. The World of Elite Prostitution in Eighteenth-Century Paris, Ithaca, Cornell University Press, 2013 ; idem, « The Business of Being Kept. Elite Prostitution as Work », in Daryl M. Hafter et Nina Kushner (dir.), Women and Work in Eighteenth-Century France, Baton Rouge, Louisiana, State University Press, 2015, p. 52-76 ; Clyde Plumauzille, Prostitution et Révolution. Les femmes publiques dans la cité républicaine (1789-1804), Seyssel, Champ Vallon, 2016.

22 Anna Bellavitis, Manuela Martini et Raffaella Sarti (dir.), Familles laborieuses. Rémunération, transmission et apprentissage dans les ateliers familiaux de la fin du Moyen Âge à l’époque contemporaine en Europe, dossier thématique, Mélanges de l’École Française de Rome, Italie-Méditerranée, 128-1, 2016, URL : https://mefrim.revues.org/2366.

23 Natalie Zemon Davis, Les cultures du peuple. Rituels, savoirs et résistances au xvie siècle, Paris, Aubier, 1979, p. 308-365 ; idem, « Women in the arts mecaniques in Sixteenth Century Lyon », in Lyon et l’Europe. Hommes et sociétés. Mélanges offerts à R. Gascon, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1980, p. 139-167. Voir aussi Rémi Jimenes, Charlotte Guillard, une femme imprimeur à la Renaissance, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 2017 ; Sylvain Skora, « Les femmes dans le milieu éditorial rouennais aux xvie et xviie siècles : un effacement trompeur ? », in Bernard Bodinier (textes réunis par), Être femme(s) en Normandie, Actes du 48e congrès organisé par la Fédération des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie (Bellême, 16-19 octobre 2013), Louviers, Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, 2014, p. 269-284.

24 Natacha Coquery, Tenir boutique à Paris au XVIIIe siècle. Luxe et demi-luxe, Paris, CTHS, 2011 ; Noémie Etienne, La restauration des peintures à Paris, 1750-1815. Pratiques et discours sur la matérialité des œuvres d’art, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, en particulier p. 32 et suivantes sur le travail de Marie-Jacob Godefroid dans l’atelier familial de restauration d’œuvres d’art ; Clare Haru Crowston, Fabricating Women. The Seamstresses of Old Regime France, 1675-1791, Durham (N.C.), Duke University Press, 2001 ; Silvia Marzagalli, « Mariée et indépendante ? Une femme d’affaires à la fin du xviiie siècle, Hélène de Meyere épouse Skinner », Annales du Midi, 118, 253, 2006, p. 73-84 ; Camille Dejardin, Madame Blakey. Une femme entrepreneure au xviiie siècle, préface d’Anne Conchon, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Mnémosyne », 2019 ; pour un exemple, rare, de corporation mixte et la réception des maîtresses au sein de la communauté professionnelle, voir Ekaterina Kirillova, « Tailleurs d’habits et couturières à Reims en 1716. Une étude de cas pour l’histoire sociale », Histoire, économie & société, 2021/1 (40e année), p. 86-99.

25 Sur les réseaux activés par les femmes dans les mondes marchands, voir notamment Nicole Dufournaud, Bernard Michon, Benjamin Bach et Pascal Cristofoli, « L’analyse des réseaux, une aide à penser : réflexions sur les stratégies économique et sociale de Marie Boucher, marchande à Nantes au xviie siècle », in Carole Carribon, Dominique Picco, Delphine Dussert-Galinat, Bernard Lachaise et Fanny Bugnon (dir.), Réseaux de femmes, femmes en réseaux (xvie-xxie siècles), Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2017, p. 109-137 ; Nicole Dufournaud et Bernard Michon, Femmes et négoce dans les ports européens (fin du Moyen Âge - xixe siècle), Berne et al., Peter Lang, 2018.

26 Par exemple, Astrid Castres et Guy-Michel Leproux, « La parure de la mariée. Le métier d’atourneresse d’épousée à Paris sous les deniers Valois », Documents d’histoire parisienne, 19, 2017, p. 13-32 ; Sylvain Leteux, « La vente des produits tripiers. Un secteur réservé aux femmes à Paris au xviiie siècle ? », in Jeanne Chiron, Nathalie Grande, Ramona Herz-Gazeau, Julie Pilorget et Julie Piront (dir.), Les Parisiennes. Les femmes dans la ville (Moyen Âge - xviiie siècle), Arras, Presses de l’université d’Artois, 2020, p. 75-88.

27 Pour une mise en perspective générale à l’échelle européenne, Katie Barclay, Elaine Chalus, Marjo Kaartinen, Nina Koefoed, Anne Montenach, Deborah Simonton et Nigel Worden Nigel (dir.), The Routledge History Handbook of Gender and the Urban Experience, Londres/New York, Routledge, 2017.

28 Ulrike Krampl, Travailler avec les langues à Paris au xviiie siècle. La fabrique d’une ville plurilingue, essai inédit du dossier d’habilitation à diriger des recherches, présenté à l’Université de Paris, le 16 novembre 2019 ; Patrice Bret, « Traductrices scientifiques », in Huguette Krief et Valérie André (dir.), Dictionnaire des femmes des Lumières, Paris, Honoré Champion, 2015, p. 1156-1161 ; Suzan Van Dijk, « Traductrices françaises (1751-1800) : préférences genrées ? », in Guyonne Leduc (dir.), Les Rôles transfrontaliers joués par les femmes dans la construction de l’Europe, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 45-57 ; Fritz Nies, Yen-Maï Tran-Gervat, « Traducteurs », in Yves Chevrel, Annie Cointre et Yen-Maï Tran-Gervat (dir.), Histoire de la traduction en langue française, vol. 2, Paris, Verdier, 2014, p. 103-185.

29 Raphaël Morera et Thomas Le Roux, « Blanchisseuses du propre, blanchisseurs du pur. Les mutations genrées de l’art du linge à l’âge des révolutions textiles et chimiques (1750-1820) », in Charles-François Mathis et Florence Tamagne (dir.), Genre et environnement, numéro thématique, Genre & Histoire [En ligne], 22, 2018, URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3706.

30 La bibliographie, nourrie à la fois par les historiens de la consommation et les spécialistes d’histoire du genre, s’est considérablement développée depuis l’ouvrage de Victoria De Grazia et Ellen Furlough (dir.), The Sex of Things. Gender and Consumption in Historical Perspective, Berkeley, University of California Press, 1996. Parmi les travaux récents faisant dialoguer ces deux champs de la recherche, Jennifer Grant Germann et Heidi Anne Strobel (dir.), Materializing Gender in Eighteenth-Century Europe, Londres/New York, Routledge, 2018. Une telle démarche n’est ni propre à l’histoire moderne ni à la discipline historique en général. Le dialogue entre analyse des cultures matérielles et études de genre concerne l’ensemble des sciences sociales, de l’anthropologie à la sociologie et aux sciences politiques : voir Élisabeth Anstett et Marie-Luce Gélard (dir.), Les objets ont-ils un genre ? Culture matérielle et production sociale des identités sexuées, Paris, Armand Colin, 2012 ; Anne Monjaret, « Objets du genre et genre des objets en ethnologie et sociologie françaises », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 40, 2014, p. 153‐170.

31 Aurélie Chatenet-Calyste, Une consommation aristocratique, fin de siècle. Marie-Fortunée d’Este, princesse de Conti, 1731-1803, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2013 ; Pauline Ferrier-Viaud, « Étudier les femmes des ministres au temps de Louis XIV. Utiliser et dépasser la prosopographie », Hypothèses, 1, 18, 2015, p. 287-298, URL : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-2015-1-page-287.htm, en particulier sur la gestion des biens du couple et du patrimoine familial par ces femmes ; Kathleen Wilson-Chevalier et Caroline zum Kolk (dir.), avec la collaboration de Pauline Ferrier-Viaud et Flavie Leroux, Femmes à la cour de France : statuts et fonctions (Moyen Âge – xixe siècle), Villeneuve-D’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2018 ; Flavie Leroux, Les maîtresses du roi. De Henri IV à Louis XIV, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2020, notamment le chapitre « Saisir la fortune en meuble » ; Paul Micio, « La princesse Palatine collectionneuse », in Aurélie Chatenet-Calyste et Emmanuelle Le Bail (dir.), La princesse Palatine (1652-1722), la plume et le Soleil, cat. exposition, Musée des Avelines, 15 octobre 2020 – 28 février 2021, Saint-Cloud, Ville de Saint-Cloud, 2020, p. 159-166.

32 Jennifer Michelle Jones, Sexing La Mode. Gender, Fashion and Commercial Culture in Old Regime France, Oxford/New York, Berg, 2004 ; Catherine Lanoë, La poudre et le fard. Une histoire des cosmétiques de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon, 2008 ; Barbara Burman et Ariane Fenneteaux, The pocket. A hidden history of women’s lives, 1660-1900, New Haven, Yale University Press, 2019 ; Ariane Fenneteaux, « Les poches ou la voie / voix moyenne. Valeurs et pratiques des femmes de la middling sort en Grande-Bretagne au xviiie siècle », xvii-xviii. Revue de la Société d’études anglo-américaines des xviie et xviiie siècles, 72, 2015, p. 129-150 ; Scarlet Beauvalet-Boutouyrie et Emmanuelle Berthiaud, Le Rose et le Bleu. La fabrique du féminin et du masculin. Cinq siècles d’histoire, Paris, Belin, 2016 ; Nicole Pellegrin, Voiles. Une histoire du Moyen Âge à Vatican II, Paris, CNRS Éditions, 2017.

33 Amanda Vickery, « Women in the world of goods. A Lanshire consummer and her possessions 1751-1781 », in John Brewer et Roy Porter (dir.), Consumption and the World of Goods, Londres/New York, Routledge, 1993, p. 274-301.

34 Emmanuelle Friant, Le catholicisme matériel. Les objets de la piété privée dans la France des xvie et xviie siècles, thèse de doctorat en histoire moderne sous la direction de Philippe Martin, Université de Nancy II, Nancy, 2009 ; Christine Aribaud, « De la soie au drap. La scénographie de la vêture au Carmel (France, xviie-xviiie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 36, 2012, p. 91-108. Voir également sur les appropriations genrées des objets et parures en fonction aussi de valeurs morales et religieuses, les travaux en cours de Marjorie Meiss, « D’une mode modeste à l’autre », communication présentée lors du colloque Revêtir l’invisible. La religion habillée, organisé par Nathalie Roelens et Alberto Fabio Ambrosio, Paris, Collège des Bernardins, 10 octobre 2019.

35 Damien Boquet et Didier Lett (dir.), Le genre des émotions, numéro thématique, Clio. Femmes, Genre, Histoire, 47, 2018. Sur le cas particulier des émotions suscitées par des liens affectifs à l’époque moderne, Maurice Daumas, « Cœurs vaillants et cœurs tendres. L’amitié et l’amour à l’époque moderne », in Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello (dir.), Histoire des émotions, t. 1, De l’Antiquité aux Lumières, Paris, Seuil, 2016, p. 333-350.

36 Éliane Viennot et Nicole Pellegrin (dir.), Revisiter la Querelle des femmes. Discours sur l’égalité/inégalité des femmes et des hommes, de 1750 aux lendemains de la Révolution, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2012 ; Armel Dubois-Nayt, Nicole Dufournaud et Anne Paupert (dir.), Revisiter la Querelle des femmes. Discours sur l’égalité/inégalité des femmes et des hommes, de 1400 à 1600, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2013 ; Danielle Haase-Dubosc et Marie-Élisabeth Henneau (dir.), Revisiter la Querelle des femmes. Discours sur l’égalité/inégalité des femmes et des hommes, de 1600 à 1750, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2013 ; Armel Dubois-Nayt, Marie-Elisabeth Henneau et Rotraud von Kulessa (dir.), Revisiter la Querelle des femmes. Discours sur l’égalité/inégalité des femmes et des hommes en Europe, de 1400 aux lendemains de la Révolution, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2015.

37 Emmanuelle Chapron, « Écoles charitables et économie du livre au XVIIIsiècle : les livres à l’usage des élèves des ursulines », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 59/4, 2012, p. 33-50 ; Catriona Seth et Rotraud von Kulessa (dir.), Une éducatrice des Lumières, Marie Leprince de Beaumont, Paris, Classiques Garnier, 2018.

38 Sur la lecture comme pratique participant à la construction de la différence des sexes, Isabelle Brouard-Arends (dir.), Lectrices d’Ancien Régime, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003 ; Sandrine Aragon, Des liseuses en péril, images de lectrices dans les textes de fiction (1656-1856) de La Prétieuse de l’abbé de Pure à Madame Bovary de Flaubert, Paris Honoré Champion, 2003 ; Pierre Caspard, « Lectures historiques et apprentissage de l’histoire chez les filles et les garçons, 1700-1815. Une analyse sérielle de leurs souvenirs », in Dominique Picco, Ulrike Krampl et Marianne Thivend (dir.), Manières d’apprendre (xviiie-xxe siècles). Quand le genre s’en mêle, numéro thématique, Genre & Histoire [En ligne], 20, 2017, URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/2818.

39 Marie Bouhaïk-Gironès, Céline Candiard, Fabien Cavaillé, Jeanne-Marie Hostiou, Véronique Lochert et Mélanie Traversier (dir.), Spectatrices ! Les femmes au spectacle de l’Antiquité à nos jours, actes du colloque international organisé à Paris les 26-28 septembre 2019, en préparation à CNRS Éditions.

40 Lucie Guyard, Itinérance féminine et institutions. Le vagabondage féminin dans la généralité de Rouen au xviiisiècle, thèse d’histoire moderne sous la direction d’Anna Bellavitis, soutenue le 21 novembre 2019, Université de Rouen Normandie ; voir en particulier, à partir des registres d’entrée au dépôt de mendicité de Rouen, le traitement policier réservé aux femmes paupérisées par la crise du textile normand au milieu des années 1780, arrêtées pour vagabondage et mendicité, idem, « Coton et misère féminine dans la généralité de Rouen à la fin de l’Ancien Régime », in Alain Bonnet et Natacha Coquery (dir.), Les marchés de la misère (xviie-xxie siècles), Paris, Mare et Martin, 2021.

41 Heidi Keller-Lapp, « Devenir des Jésuitesses. Les missionnaires ursulines du monde atlantique », Histoire et missions chrétiennes, 4, 16, 2010, p. 19-51.

42 Prolongeant les travaux d’Yves Landry entamés dans les années 1990 sur cette politique mise en œuvre entre 1663 et 1673, voir les notices biographiques de 71 « filles du Roy », établies et rassemblées par la Société d’histoire des Filles du Roy, Les Filles du Roy. Pionnières de Montréal, Québec, Éditions du Septentrion, 2017.

43 Nicole Pellegrin, « Genre, voyage et histoire. Quelques aperçus », Genre & Histoire [En ligne], 8, 2011, URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/1290 ; Nicolas Bourguinat, « Bibliographie du voyage des femmes françaises et britanniques en Italie, 1770-1861 », Genre & Histoire [En ligne], 9, 2011, URL : https://journals.openedition.org/genrehistoire/1461 ; idem, La Bella Libertà ? L’Italie des voyageuses, 1770-1870, Montrouge, Édition du Bourg, 2017.

44 Mathilde Monge et Natalia Muchnik, L’Europe des Diasporas (xvie-xviiie siècle), Paris, PUF, 2019. Sur l’expérience féminine de l’exil, voir les apports documentaires de l’histoire des écrits du for privé, examinés dans le cas de l’exil huguenot, Colette H. Winn, « “Mon évasion hors de France” : Les huguenotes et leurs mémoires d’exil », in Anne R. Larsen et Colette H. Winn (dir.), Writing/Creating in the Feminine in Early Modern France – Écrire/Créer au féminin dans la France moderne, numéro thématique, L’Esprit créateur, 60, 1, 2020, p. 124-135 ; Henriette Goldwyn, « Les voix du désert et de l’exil », in ibid., p. 136-147.

45 Par exemple Jennifer L. Palmer, « Women and Contracts in the Age of Transatlantic Commerce », in Daryl M. Hafter et Nina Kushner (dir.), Women and Work in Eighteenth-Century France, Baton Rouge, Louisiana, State University Press, 2015, p. 130-151 ; Benoît Grenier et Catherine Ferland, « “Quelque longue que soit l’absence”. Procurations et pouvoir féminin à Québec au xviiie siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 37, 2013, p. 197-225.

46 Démarche empruntée sur la Nouvelle Néerlande par Virginie Adane, Genre, pouvoir et relations marchandes dans une société coloniale multiculturelle. Nouvelle Néerlande, New York (1630-1730), thèse de doctorat sous la direction de François Weil, soutenue en 2017, EHESS ; idem, « Des Provinces-Unies à la vallée de l’Hudson. Réagencement de genre en Nouvelle-Néerlande (1624-1664) », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 51, 2020, p. 75-96.

47 Gilles Havard, Histoire des coureurs de bois (Amérique du Nord, 1600-1840), Paris, Les Indes Savantes, 2016 ; idem, L’Amérique fantôme. Les aventuriers francophones du Nouveau Monde, Paris, Flammarion, 2019.

48 David Geggus, « Sex Ratio, Age and Ethnicity in the Atlantic Slave Trade. Data from French Shipping and Plantation Records », The Journal of African History, 1989, 30, p. 23-44.

49 Jennifer Morgan, Laboring Women : Reproduction and Gender in New World Slavery, Philadelphie, University of Pennsylvania, 2004 ; Donna Gabaccia et Katerine Donato (dir.), Gender and International Migration. From the Slavery Era to the Global Age, New York, Russell Sage Foundation, 2015. Voir la réédition récente du livre de référence d’Arlette Gautier, Les Sœurs de Solitude. Femmes et esclavage aux Antilles du xviie au xixe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

50 Joan M. Martin, « Plaçage and the Louisiana Gens de Couleur Libre. How Race and Sex Defined the Lifestyles of Free Women of Color », in Sybil Kein (dir.), Creole. The History and Legacy of Louisiana’s Free People of Color, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 2002, p. 57-70 ; et, très récemment, Cécile Vidal, Caribbean New Orleans. Empire, Race, and the Making of a Slave Society, Williamsburg et Chapel Hill, Omohundro Institute of Early American History & Culture and University of North Carolina Press, 2019 ; idem, « Violence, slavery, and race in Early English and French America », in Robert Antony, Stuart Carroll et Caroline Dodds Pennock (dir.), The Cambridge World History of Violence, vol. 3, AD 1500- AD 1800, Cambridge, Cambridge University Press, p. 36-54. Voir le bilan historiographique établi par idem, « Femmes et genre dans les historiographies sur les sociétés avec esclavage (Caraïbes anglaise et française, xviie-mi-xixe siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 50, 2019, p. 189-210.

51 Dominique Rogers et Stewart King, « Housekeepers, merchants, rentiers. Free women of color in the port cities of colonial Saint-Domingue, 1750-1790 », in Douglas Catterall et Jodi Campbell (dir.), Women in Port. Gendering Communities, Economies, and Social Networks in Atlantic Port Cities, 1500-1800, Leyde, Brill, 2012, p. 357-397.

52 Marie Houllemare, « Marie Kingué et la subversion de l’ordre colonial (Saint-Domingue, 1785) », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 50, 2019, p. 155-164.

53 Sur les femmes de couleurs actives à la tête de compagnie ou actrices sur les scènes caribéennes des colonies françaises, voir pour le cas de Saint-Domingue, Bernard Camier, « Minette (Elisabeth, Alexandrine, Louise Ferrand dite), artiste libre de couleur à Port-au-Prince à la fin du xviiie siècle. Une étude biographique », Revue de la société haïtienne d’histoire de géographie et de géologie, 259-262, 2018, p. 214-237.

54 Jessica Pierre-Louis, « Femmes de couleur libres et donations à la Martinique (1806-1830) », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 50, 2019, p. 109-123.

55 Dominique Deslandres, « Inspiration, fondation, relais. Le rôle des femmes laïques dans les missions françaises au xviie siècle », in Aliocha Maldavsky (dir.), Les Laïcs dans la mission. Europe et Amériques, xvie-xviiie siècles, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2017, p. 69-93. Voir également sur le rôle des ursulines établies à la Nouvelle-Orléans dans les trajectoires de conversion des esclaves : Emily Clark « Genre et conversion religieuse des esclaves. La Nouvelle-Orléans 1729-1800 », in ibid., p. 183-194.

56  Voir par exemple les analyses sur les mariages entre Blancs européens ou créoles et femmes libres de couleur dans les centres urbains à la Martinique au xviiie siècle dans l’enquête sur les milices de couleurs développée par Baptiste Bonnefoy, L’enchevêtrement des appartenances. Miliciens de “couleur” dans les villes espagnoles, françaises et britanniques de la Caraïbe (xviie-xviiie siècle), thèse d’histoire sous la direction de Jean-Paul Zúñiga, soutenue, le 18 décembre 2019, EHESS, p. 351-359 ; pour les colonies françaises de l’océan Indien, les travaux en cours de Catherine Denys, menés dans les archives policières de Port-Louis conservées aux Archives nationales de Maurice, confirment la forte prévalence des femmes de couleur affranchies, actrices principales de la vie quotidienne dans la ville et donc très souvent en rapport avec la police. On retrouve des dynamiques qui avaient déjà été observées dans les villes guadeloupéennes par Anne Pérotin-Dumon, La ville aux îles, la ville dans l’île. Basse-Terre et Pointe-à-Pitre, Guadeloupe, 1650-1820, Paris, Editions Karthala, 2000.

57 Mélanie Lamotte, Making Race. Policy, Sex, and Social Order in the French Atlantic and Indian Oceans, c. 1608-1756, sous presse. Voir également Guillaume Aubert, « “Nègres ou mulâtres, nous sommes tous français”. Race, genre et nation à Gorée et à Saint-Louis du Sénégal, fin xviie-fin xviiie siècle », in Cécile Vidal (dir.), Français ? La nation en débat entre colonies et métropole (xvie-xixe siècle), Paris, Editions de l’EHESS, 2014, p. 125-147 ; Nathan Marvin, « The “Ambroise Affair”. White women, black men, and the limits of métissage in Revolution-era Réunion », French History, 32, 4, 2018, p. 493-510.

58 Voir Anne Montenach (dir), Agency. Un concept opératoire dans les études de genre ?, numéro thématique, Rives méditerranéennes, 41, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Steinberg, Mélanie Traversier et Camille Noûs, « Aperçus sur les développements récents de l’histoire des femmes et du genre à l’époque moderne », Genre & Histoire [En ligne], 26 | Automne 2020, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 14 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5933

Haut de page

Auteurs

Sylvie Steinberg

Ehess/Crh, sylvie.steinberg@ehess.fr

Articles du même auteur

Mélanie Traversier

Université de Lille – IRHiS UMR 8529, melanie.traversier@univ-lille.fr

Articles du même auteur

Camille Noûs

Laboratoire Cogitamus, https://www.cogitamus.fr/

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search