Navigation – Plan du site

AccueilNumeros27Comptes rendus thématiquesArlette Farge et Clémentine Vidal...

Comptes rendus thématiques

Arlette Farge et Clémentine Vidal-Naquet (dir.), Les Paradoxes de l’intime

Numéro thématique de Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales, 6, 2019.
Théo Millot
Référence(s) :

Arlette Farge et Clémentine Vidal-Naquet (dir.), Les Paradoxes de l’intime, numéro thématique de Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales, 6, 2019.

Texte intégral

1Le sixième numéro de la revue Sensibilités arbore en couverture une représentation d’un voile gris sur fond blanc, duquel transparaît une forme indescriptible. L’intime serait donc un voile, qui révèle autant qu’il dissimule ? Voilà le « paradoxe » qu’a choisi d’affronter la revue, qui se conçoit comme un espace de recherche, d’exposition et de discussion où différentes sciences sociales entrent en contact grâce à une même approche, celle des sensibilités, sur un même objet, ici, l’intimité. Sa structure donne une place importante aux expériences et à la subjectivité d’auteurs et d’autrices issu·e·s de champs variés (philosophie, anthropologie, histoire, littérature, photographie, arts plastiques, théâtre, sociologie). Quatre rubriques, « Recherche », « Expérience », « Dispute », « Comment ça s’écrit », permettent à plusieurs modes de récit de se succéder et d’interroger notre capacité à appréhender l’intime. L’intime est présenté, dès l’éditorial de Clémentine Vidal-Naquet, comme un terme mouvant et trompeur. Trop souvent confondu avec le privé, l’intime est ici conçu comme une relation entre le lieu le plus intérieur de la psyché humaine et son environnement extérieur, composé d’êtres humains, mais aussi de « choses », de « lieux », d’« animaux », de « paysages » (p. 8). Pouvant être tantôt exposé, tantôt dissimulé, l’intime ne s’exprime que par traces, ce qui alimente le travail interprétatif des sciences sociales, mais aussi les risques de projection personnelle ou d’anachronisme.

2En ouverture du numéro, le philosophe Michaël Foessel propose une généalogie qui inscrit la notion dans le temps. Dans ses Confessions, Augustin qualifie d’intime son lien « le plus intérieur », celui qui le relie volontairement et aveuglément à Dieu. Ce lien se détache ensuite des cadres théologiques grâce à la pratique du doute et requiert alors des conditions de confiance particulières pour permettre son « partage » (p. 14), puis sa manifestation. Selon l’auteur, l’intime n’est donc ni privé, ni public. Une part de lui peut s’exposer sur la place publique sans pour autant être « fragilisée ». L’auteur convoque l’exemple des luttes féministes et du mouvement Me Too pour décrire la politisation d’une souffrance intime, vécue individuellement mais aussi collectivement par celles et ceux qui témoignent. Il est intéressant de constater que l’action des directeurs de conscience dans la France du XIXe siècle, étudiés par l’historienne Caroline Muller, aboutit elle aussi à une extériorisation d’une part d’intimité des fidèles, souvent issu·e∙s de la bourgeoisie ou de l’aristocratie. Ils les poussent à porter un regard sur soi, à transformer l’introspection en récit, pour le confronter à des préceptes moraux, qui, finalement, nient leur individualité et leur expérience intime. Énoncé dans une relation de confiance, ce récit est parfois rendu public, par des commentaires indiscrets de la part de proches ou de personnes présentes à proximité du lieu de confidence, mais aussi par le clerc lui-même. L’autrice mobilise alors le genre pour éclairer des confessions, en l’occurrence plus féminines que masculines, mais aussi des violations plus ordinaires envers des récits de femmes tournés en ridicule (p. 43). Dans un « détour par l’autre » (p. 32), l’anthropologue Jean-Michel Butel se demande s’il est légitime de transposer l’intimité en dehors du monde occidental en proposant le cas d’une auberge tenue par deux femmes sur l’île rurale d’Hachijô-jima, au Japon. Il procède d’abord à déconstruire les discours « nippologiques » qui affirment l’absence d’intimité dans la culture japonaise ; la langue japonaise aurait adopté le terme anglais privacy pour combler une lacune lexicale. Or, l’auteur estime au contraire que la difficulté à traduire des mots d’une langue occidentale ne prouve pas l’inexistence d’une réalité comparable. Dans l’auberge dans laquelle il est accueilli plusieurs mois par les femmes évoquées, il observe en effet une « fine construction de différents niveaux d’intimité » (p. 27), ajustés selon la pièce concernée ou la plage horaire.

3Rassemblées sous le titre « Griffures du pouvoir », les propositions de l’historienne Anouche Kunth et de l’anthropologue Chowra Makaremi mettent le lien intime familial à l’épreuve d’entreprises d’anéantissement, la première dans le cadre du génocide arménien, la seconde dans celui des geôles de la République islamique d’Iran. Les assassinats, déportations, enlèvements et maladies entraînent la décomposition de l’unité des familles arméniennes et laissent derrière eux des orphelins de tous âges. L’expérience traumatique de la violence provoque alors une « pétrification des sentiments » (p. 54) de ceux et celles qui ont survécu. Les relations filiales s’intègrent dans une sphère relationnelle plus vaste, et lorsqu’un lien est coupé, tous les membres de la famille en sont affectés. Mais l’autrice insiste aussi sur la formation de nouvelles relations, par exemple lorsqu’une mère recueille par solidarité un enfant seul, au sein d’un camp de réfugiés ou dans le cadre d’une parentèle élargie, ou par des mariages entre membres de la diaspora. Ce sont autant de mécanismes de résistance qui ont participé à fonder un « programme de renaissance nationale » portée par la « famille arménienne » (p. 55). Chowra Makaremi présente les effets de « l’expérience carcérale » sur les liens familiaux à partir de son histoire personnelle, celle de l’emprisonnement politique de sa mère, candidate d’opposition aux premières élections législatives de 1981, jusqu’à son exécution en 1988. Les gardiens de la révolution lui intiment de devenir « collaboratrice » (tavvab) et donc de mettre en danger ses amitiés politiques. Le chantage employé par le pouvoir instrumentalise ses relations familiales et dégrade l’opposante politique pour ne s’adresser qu’à la mère : « l’individualisation des détenues a servi à briser la résistance à l’intérieur des prisons » (p. 59).

4D’autres expériences carcérales sont évoquées dans le dossier. Les notes personnelles de Valérie du Chené, animatrice d’ateliers artistiques auprès de détenus en France, mettent en récit les émotions que lui inspire ce rendez-vous : sa nervosité à l’idée d’entrer dans une prison, ses difficultés à interagir avec le personnel surveillant, ses surprises et ses déceptions vis-à-vis de l’investissement des participants. Klavdij Sluban, quant à lui, expose une série de photographies réalisées entre 2013 et 2016 au centre des jeunes détenus de Fleury-Mérogis. Ses clichés, composés de nuances de gris, mettent en scène des lits et des murs de cellules vides, autant de traces d’une intimité devenue difficile à partager et qui s’apparente à un repli sur soi. À l’inverse, les lettres d’amour trouvées dans des vide-greniers par Clémentine Vidal-Naquet « crient » une part de soi dans une relation de confiance éprouvée.

5La revue achève son cheminement avec deux encarts épistémologiques centrés sur deux figures des sciences sociales : l’historien Carlo Ginzburg et le sociologue Howard S. Becker. Ginzburg jette d’abord un regard rétrospectif sur l’analogie qu’il a établie dans ses travaux entre les chamanes de Sibérie et les benandanti frioulans. Il rappelle comment son œuvre, notamment Les Batailles nocturnes et Le Sabbat des sorcières, a pu être influencée par la morphologie qu’il ne connaissait pas ou peu. L’historien Étienne Anheim poursuit cette réflexion sur l’œuvre de Ginzburg et interroge la méthode historique de production de la connaissance à l’aide d’outils psychanalytiques. La revue, enfin, invite Howard Becker à l’introspection lorsqu’elle lui demande si son écriture a un quelconque rapport avec son statut de « musicien à temps partiel » (p. 165). Selon lui, la familiarité qu’il entretenait avec le milieu de la musique, devenu son objet d’étude, lui a permis de se défaire des normes imposées par certain·e∙s enseignant·e∙s ainsi que des « concepts théoriques impersonnels » (p. 169) qui rendent parfois hermétique le langage scientifique.

6Au fil des rubriques, l’intime croise donc le genre à plusieurs reprises mais leur rencontre ne débouche pas sur un approfondissement spécifique. Les normes de genre investissent largement les relations intimes, mais ces dernières, dans la pratique, redéfinissent les règles à suivre en produisant leur propre hiérarchie de valeurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Théo Millot, « Arlette Farge et Clémentine Vidal-Naquet (dir.), Les Paradoxes de l’intime », Genre & Histoire [En ligne], 27 | Printemps 2021, mis en ligne le 01 octobre 2021, consulté le 14 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/6158

Haut de page

Auteur

Théo Millot

Université Paris I-Panthéon Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search