Navigation – Plan du site

AccueilNumeros27Comptes rendusYolande Cohen, Prostitution et tr...

Comptes rendus

Yolande Cohen, Prostitution et traite des femmes. Une cause féministe en France et au Canada au tournant du XXe siècle

Montréal, Del Busso, 2019, 272 p.
Théo Millot
Référence(s) :

Yolande Cohen, Prostitution et traite des femmes. Une cause féministe en France et au Canada au tournant du XXe siècle, Montréal, Del Busso, 2019, 272 p.

Texte intégral

1À travers son approche comparative, l’ouvrage de Yolande Cohen explore la construction historique de discours féministes français et canadiens sur la prostitution de femmes au service de clientèles masculines. Entre essai historique, ouvrage de synthèse et monographie, il résulte d’un travail collectif mettant en avant les mémoires de recherche d’étudiantes. Cette publication souligne d’ailleurs le rôle moteur qu’a eu le colloque international réuni à Bordeaux en 2014 ayant pour thématique générale « Femmes et réseaux dans les sociétés modernes et contemporaines. Réalités et représentations ». Ces réseaux peuvent ainsi nous rappeler que toute œuvre historienne dépend de connaissances produites collectivement. Cette histoire des associations et du militantisme s’inscrit dans l’histoire du genre pour questionner la construction d’une cause féministe principalement portée par des femmes. Comment le mouvement social devient-il politique ? Dans quelle mesure les constructions nationales de la Troisième République et de la Confédération canadienne ont-elles modelé l’engagement et l’expertise féministes ? Si l’usage des sources n’est pas réellement discuté, la bibliographie rassemble des archives associatives variées, allant des rapports d’assemblées générales aux discours publiés dans des brochures ou dans la presse. L’enquête empirique entend donc restituer le point de vue des groupes sociaux qui composent l’étude. L’autrice veut incarner ces prises de position, notamment à travers les nombreuses notices biographiques, présentes dans le corps du texte et en annexes.

  • 1 Christine Machiels, Les Féminismes et la prostitution (1860-1960), Rennes, PUR, coll. « Archives du (...)

2Dans une première partie dédiée aux causes morales et sexuelles du phénomène (« Un enjeu de morale sexuelle (1875-1890) »), elle présente d’abord l’émergence de l’abolitionnisme français. Elle suit la ligne tracée par la thèse de Christine Machiels1 et replace ces enjeux dans un contexte européen stimulé par des figures issues de milieux protestants, comme Josephine Butler et Émilie de Morsier, ou du féminisme « radical » et athée, comme Maria Deraismes et Léon Richer. Des journaux comme Le Droit des femmes permettent à une « pléthore d’organismes » (p. 32) opposés au réglementarisme de prendre position dans l’espace médiatique français. Le premier congrès de la Fédération abolitionniste internationale (FAI), réuni à Genève en 1877, marque le point de départ d’une consolidation nationale des tissus associatifs. La branche française de la FAI multiplie alors les moyens d’action : scandales médiatiques contre l’arbitraire de la police des mœurs, critique des arguments sanitaires des médecins vénériens, représentation détournée de la voix des prostituées. L’autrice récupère la thèse de la division sexuée des autorités, tout en rappelant la mixité du mouvement abolitionniste : aux femmes la « conscience », aux hommes « l’esprit scientifique » (p. 43). Si l’abolitionnisme constitue une lutte politique, il entre parfois en contact avec la prostitution. La bourgeoisie protestante privilégie le relèvement moral des prostituées alors que le courant laïque privilégie des formes de protection sociale. Dans le premier cas, les jeunes filles « perdues » doivent faire pénitence pour recevoir l’aide des philanthropes alors que d’autres associations, comme l’Œuvre libératrice fondée par Avril de Sainte-Croix en 1901, accompagnent progressivement la réinsertion des femmes prostituées.

3Ce récit chronologique bascule ensuite du côté canadien. L’autrice rappelle « qu’en dehors de la brève tentative réglementariste de 1865, avortée en 1870, il n’y a pas de loi semblable à la loi anglaise sur les maladies vénériennes au Canada » (p. 61). La prostitution est criminalisée au même titre que la mendicité et le vagabondage, et les réformateurs sociaux condamnent toute tolérance de la part des municipalités. Alors que les débats sur le rapport du Code criminel à la prostitution ne se prolongent guère au-delà de son adoption en 1892, un vaste mouvement de tempérance s’organise autour des principales associations : la Woman’s Christian Temperance Union (WCTU) et la Young Women’s Christian Association (YWCA). À la différence du modèle français, ces organisations élaborent un discours puritain, maternaliste mais « féministe » (p. 64) qui condamne l’immoralité et la domination masculines. Ces « gardiennes de la morale » (p. 68) construisent aussi un réseau associatif en faveur d’une prohibition de l’alcool. En effet, sa consommation est présentée par la WCTU comme l’une des causes de l’obscénité des hommes et de l’instabilité du mariage. La YWCA, quant à elle, privilégie la protection des « démunies » et l’insertion professionnelle d’anciennes prostituées.

4Puis, Yolande Cohen dirige l’étude vers les mobilisations internationales contre la « traite des blanches » (Chapitre 2, 1880-1914). L’autrice insiste sur la dimension masculine de la lutte contre ce phénomène mal défini mais décrit comme un « fléau ». Les abolitionnistes féministes identifient un lien de causalité entre la réglementation de la prostitution et la croissance redoutée de ces migrations forcées. L’enjeu de définition scientifique et juridique de la traite anime le débat associatif et détermine les moyens de répression envisagés. L’autrice voit dans la réflexion sur la libre circulation des femmes, « le moment d’une confrontation ouverte entre hommes et femmes » (p. 77). La FAI se retrouve dépossédée de son primat par ces associations spécialisées dans la lutte contre la traite. Ces dernières parviennent, lors des accords internationaux du début du XXe siècle, à faire adopter une réglementation internationale plus contraignante à l’égard des femmes, sous couvert d’une protection contre les proxénètes. Pour autant, cette influence néo-réglementariste décroît à mesure que les tendances féministes progressent au sein des associations. Le Conseil international des femmes (CIF) joue à ce titre un rôle prépondérant dans la structuration d’associations nationales et permet à la lutte contre la réglementation de la prostitution d’être replacée au cœur des engagements féministes de l’époque.

5Les deux dernières parties de l’ouvrage investissent l’échelle nationale, d’abord canadienne (Chapitre 3, 1893-1919), puis française (Chapitre 4, 1901-1919), pour enquêter sur la construction politique du CIF. Le National Council of Women of Canada (NCWC) est fondé sous l’influence britannique de Lady Aberdeen et fédère autour de lui des organisations de femmes canadiennes aux confessions plurielles. Leur position sociale conditionne leur accès privilégié aux leviers du pouvoir. Yolande Cohen interroge ainsi la représentativité de ces figures pour défendre la cause des femmes. Néanmoins, l’ouverture des conseils aux femmes de confession catholique, juive, unitarienne ou quaker, permet d’envisager une « neutralité religieuse » (p. 141) qui respecte l’organisation communautaire du pays. Malgré cela, la prostitution demeure un « impensé » (p. 150) dans le discours féministe du début du siècle, alors que la traite permet au NCWC de faire valoir ses préoccupations morales, voire raciales, sur les questions d’immigration. Le Conseil national des femmes françaises (CNFF) est également fondé par des « pionnières » influencées par le protestantisme. Une fois encore, l’autrice porte son attention sur les trajectoires de grandes figures féministes pour reprendre à son compte la thèse de Christine Machiels sur l’absence de consensus en matière de prostitution.

  • 2 Ibid. p. 185.

6Si l’ouvrage exprime des savoirs inédits sur les féminismes canadiens, il tend à calquer leurs conclusions sur le cas français. Lorsque Yolande Cohen explique que les militantes luttent contre une « double morale », qu’elle définit comme « une morale inégale pour les femmes et pour les hommes » (p. 13), elle s’inscrit en faux contre la définition de Christine Machiels. En effet, la thèse de cette dernière révèle que les abolitionnistes françaises luttent en faveur de « l’unité de la morale » pour mettre à mal la duplicité qui opposerait les femmes « honnêtes » du XIXe siècle aux « débauchées »2.

  • 3 Alain Corbin, Les Filles de noces : misère sexuelle et prostitution aux XIXe et XXsiècles, Paris, (...)
  • 4 « Tous les régimes depuis 1789 ont marqué la même répugnance à légiférer sur un sujet choquant pour (...)

7Enfin, alors que le vœu de situer cette recherche dans un vide historiographique (p. 12) déconcerte, l’autrice semble utiliser à contresens des constats posés par l’historiographie française. Alain Corbin est ainsi sollicité pour affirmer que « l’introduction d’une réglementation stricte de la prostitution témoigne de ce besoin nouveau de l’État d’intervenir dans la sphère publique » (p. 12). Plus loin, les abolitionnistes « condamn[ent] le sexisme de ces lois » (p. 23), le terme de « lois » étant utilisé indistinctement pour désigner des règlements municipaux. L’État français étend certes ses prérogatives au XIXe siècle, jusqu’au contrôle social des mœurs et des sexualités, mais la « permanence du silence législatif3 » traduit également un refus d’intervenir dans des affaires considérées comme immorales4. Les abolitionnistes françaises n’ont donc pas pu dénoncer ces lois, puisqu’elles n’existaient pas. Au contraire, elles ont d’abord nourri leur combat de la critique de l’arbitraire de la police des mœurs et de l’absence de cadre juridique clair. Dans l’ensemble, le propos manque d’une présentation critique des concepts qui soutiennent l’argumentation, ce qui conduit à ignorer une part des discours étudiés.

Haut de page

Notes

1 Christine Machiels, Les Féminismes et la prostitution (1860-1960), Rennes, PUR, coll. « Archives du féminisme », 2016.

2 Ibid. p. 185.

3 Alain Corbin, Les Filles de noces : misère sexuelle et prostitution aux XIXe et XXsiècles, Paris, Flammarion, 1982 [1978], p. 429.

4 « Tous les régimes depuis 1789 ont marqué la même répugnance à légiférer sur un sujet choquant pour la morale et la pudeur, une répugnance qui s’explique essentiellement par le refus de reconnaître légalement l’existence de la prostitution et l’irréalisme qu’il y aurait eu par ailleurs à décider de son illégalité » (Jean-Marc Berlière, La Police des mœurs, Paris, Perrin, « Tempus », 2016 [1992], p. 19.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Théo Millot, « Yolande Cohen, Prostitution et traite des femmes. Une cause féministe en France et au Canada au tournant du XXe siècle », Genre & Histoire [En ligne], 27 | Printemps 2021, mis en ligne le 01 octobre 2021, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/6308

Haut de page

Auteur

Théo Millot

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d'histoire du XIXsiècle (UR 3550).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search