Navigation – Plan du site

AccueilNumeros28Le divorce dans l’Antiquité class...

Le divorce dans l’Antiquité classique : perspective comparatiste

Divorce in Classical Antiquity
Jean-Baptiste Bonnard et Camille Noûs

Résumés

Le divorce existait dans l’Antiquité classique (mondes grec et romain du ve s. avant notre ère au iie s. de notre ère), mais il différait sensiblement de la réalité moderne homonyme par plusieurs traits qui tiennent aux structures plus nettement patriarcales de ces sociétés antiques. Les femmes libres rattachées aux communautés civiques y étaient en effet placées, sauf exception, sous l’autorité d’un homme (en général leur père) qui, en les donnant en mariage, pouvait aussi transmettre à l’époux cette autorité. Dans ces conditions, le divorce, qui le plus souvent relevait de l’initiative du mari, quand ce n’était pas de celle du père, s’apparente davantage à une répudiation qu’à un divorce au sens où nous l’entendons actuellement. Le divorce à l’initiative de l’épouse pouvait cependant exister, dans une certaine limite, sans que, pour autant, cela implique une quelconque égalité de statut, à cet égard, entre les époux. Les différences entre le monde grec et Rome sont par ailleurs sensibles aussi bien en ce qui concerne la nature de l’autorité exercée sur les femmes que sur les motivations et les modalités du divorce.

Haut de page

Texte intégral

L’auteur remercie Jérôme Wilgaux et Philippe Moreau pour leurs remarques précieuses.

  • 1 Jean Gaudemet, Le mariage en Occident. Les mœurs et le droit, Paris, Cerf, 1987, p. 27.
  • 2 Sur la famille dans les mondes grec et romain, voir Jean-Baptiste Bonnard, Véronique Dasen et Jérôm (...)
  • 3 Ibid., chapitre 9 : « La famille en tant que groupe dépendant de l’autorité d’un chef de famille ».

1Ainsi que l’indique l’étymologie du mot, le divorce est une réalité connue de l’Antiquité puisque le terme latin diuortium (du verbe diuertere : séparer) désigne effectivement une séparation des époux. Mais la parenté entre mots antique et moderne ne doit pas masquer les différences importantes entre les réalités qu’ils recouvrent. On ne saurait comprendre le divorce dans l’Antiquité classique (mondes grec et romain du vs. avant notre ère au iie s. de notre ère) sans avoir à l’esprit certaines caractéristiques des mariages antiques qui le distinguent sensiblement du mariage de l’époque moderne. Précisons, d’emblée, que notre étude ne porte pas sur la totalité des unions au sein des mondes grecs et romains. Ainsi, pour le monde grec, nous ne nous intéresserons qu’aux membres des communautés civiques (les esclaves n’ont pas de droits, tandis que les étrangers relèvent des droits de leur cité d’origine même si les étrangers domiciliés, tels les métèques athéniens qui avaient reçu une forme d’intégration civique, pouvaient peut-être suivre le droit de leur cité d’adoption) et, pour être plus précis, aux seuls membres des communautés civiques ayant choisi une forme de mariage formalisée et porteuse de droits, notamment en matière de transmission de la citoyenneté et des biens. Il en va de même pour Rome où, comme dans le monde grec, le mariage n’est pas tant un acte de droit – ce qui ne signifie pas, pour autant, qu’il soit sans conséquences d’ordre juridique, dans la mesure où il entraîne des droits et, dans une moindre mesure, des devoirs – qu’un processus relevant de la sphère privée et comprenant plusieurs dimensions, notamment religieuse. Il se distingue ainsi du mariage contemporain, relevant pour sa part de ce que Jean Gaudemet nomme le « mariage ponctuel », et correspond au « mariage par étapes » dans lequel il « apparaît comme le résultat d’actes multiples échelonnés dans le temps1 ». Le mariage par étapes est un processus long, un continuum d’échanges, d’engagements, de rituels, en présence de témoins, avec différents jalons dont la vie commune du couple et la naissance d’un enfant. Le mariage en Grèce et à Rome a en effet pour fonction principale de légitimer les enfants à naître en les affiliant à une unité patrilinéaire (oikos, genos en Grèce ; familia, gens à Rome), celle de leur père. Il est donc en relation directe avec la transmission du statut personnel, dans ses dimensions sociales et politiques. En outre, davantage que deux individus, le mariage antique concerne principalement deux familles2. Comme tel, il relève d’abord de l’initiative des chefs de ces familles, des hommes, qui exercent notamment une autorité sur les femmes. En règle générale, en effet, dans le monde grec comme dans le monde romain, les femmes sont sous l’autorité (appelée kureia en grec ; en latin, manus quand elle s’exerce sur l’épouse ou la bru, et potestas quand elle s’exerce sur les descendants patrilinéaires, dont la fille) plus ou moins étendue du chef de famille, appelé kurios dans le monde grec et pater familias dans le monde romain dans lequel l’épouse peut sortir de la potestas de son pater familias pour être placée dans la manus de son époux3. Par souci de commodité et compte tenu de la diversité des sources qui les concernent, nous examinerons séparément mondes grec et romain en montrant aussi bien les points communs que les différences.

Le divorce dans le monde grec

2Dans le monde grec, le divorce est principalement documenté pour Athènes par les plaidoyers des orateurs attiques (ive s. avant notre ère), pour la cité de Gortyne (en Crète) par l’épigraphie et pour l’Égypte par des contrats de mariage et des contrats de divorce retrouvés sur papyrus.

Un cas assez bien documenté : l’Athènes classique

  • 4 Sur la pallakè athénienne, voir Raphael Sealey « On Lawful Concubinage in Athens », Classical Antiq (...)

3Précisons, en remarque liminaire, qu’il existe à Athènes une forme d’union plus libre que le mariage légitime. La femme qui vit dans cet état de concubinat est appelée pallakè et, à la différence de l’épouse légitime, elle est donnée sans dot et sans transmission de kureia par son kurios et n’a pas vocation à donner le jour à des enfants légitimes4. L’union avec la pallakè, précaire par excellence, est susceptible d’être rompue à tout moment par son kurios (le plus souvent son père) ou par son conjoint. Il ne sera question ici que de la rupture de l’union avec une enguetè gunè, une épouse donnée en mariage légitime avec une dot et une transmission de la kureia (dation de l’épouse)

Le divorce à l’initiative du mari

  • 5 Alick R. W. Harrison, The Law of Athens, I, The Family and Property, Oxford, Clarendon Press, 1968, (...)
  • 6 Lysias, XIV, 28 (trad. L. Gernet et M. Bizos).
  • 7  Jean-Baptiste Bonnard, Le complexe de Zeus. Représentations de la paternité en Grèce ancienne, Par (...)
  • 8 Voir Aurélie Damet, La septième porte. Les conflits familiaux dans l’Athènes classique, Paris, Publ (...)
  • 9 Ainsi Protomakhos divorce de son épouse et la marie à Thoucritos afin de pouvoir épouser une riche (...)
  • 10 Voir [Démosthène], LIX Contre Néaira, § 52. Sur l’oikos – terme qui désigne à la fois la famille nu (...)

4Dans ce genre d’union, le divorce est des plus faciles lorsqu’il est à l’initiative du mari, ce qui semble le cas le plus fréquent ; les termes utilisés alors dans les plaidoyers sont les verbes apopempein (« renvoyer »), ekpempein (« chasser ») ou ekballein (« repousser », « rejeter ») et l’action elle-même est appelée apopempsis ou apopompê5. Il suffit au mari de renvoyer son épouse chez le père de celle-ci, sans avoir à justifier son acte. Un passage de Lysias, dans un plaidoyer prononcé sans doute en 395 ou 394, suggère que la présence de témoins est néanmoins nécessaire pour officialiser le divorce et ainsi le valider : « Hipponikos, en présence de nombreux témoins convoqués par lui (pollous parakalesas) répudia sa femme (exepempse tèn hautou gunaika)6 ». Outre les cas d’adultère (dans lesquels le mari était légalement tenu de divorcer), le motif principal de ce type de divorce à l’initiative de l’époux pouvait être l’absence d’enfant (la stérilité d’une union étant le plus souvent envisagée, dans le monde grec, dans la perspective d’une infécondité de la femme)7. Ces deux motifs peuvent expliquer pourquoi, en règle générale, cette forme de divorce porte atteinte à la réputation de la femme répudiée8. Le motif pouvait être aussi le non versement de la dot ou, tout simplement, un nouveau parti jugé plus intéressant par le mari9. Il convient de préciser que, si l’épouse n’a pas donné de fils à laisser dans l’oikos de son époux, elle repartira avec sa dot (à moins qu’il ne s’agisse d’un cas d’adultère)10. La liberté d’action de l’époux étant absolue dans ce domaine, elle apparente le divorce athénien à une répudiation. La documentation présente toutefois également quelques cas de ce que nous appellerions aujourd’hui des divorces par consentement mutuel dans lesquels l’accord des époux permet un remariage de l’épouse satisfaisant pour tous. Tel est celui de Périclès après que son épouse lui eut donné deux fils légitimes :

  • 11 Plutarque, Vie de Périclès, XXIV, 8 (trad. A.-M. Ozanam). Précisons qu’après ce divorce, c’est à ti (...)

il était marié avec une de ses parentes, qui avait d’abord été l’épouse d’Hipponikos, dont elle avait eu Callias surnommé le Riche, et qui a donné à Périclès deux fils, Xanthippos et Paralos. Ensuite, comme leur vie commune n’était pas heureuse, il la céda, avec son consentement (ekeinèn […] boulomenèn), à un autre mari, et lui-même prit Aspasie, qu’il aima avec une tendresse exceptionnelle11.

5Notons toutefois que, si Périclès a pris le soin de recueillir l’avis de son épouse, c’est à lui que revient l’initiative de l’acte : étant le kurios de son épouse, c’est en effet à bon droit qu’il la donne en mariage à un tiers. Un autre cas, mentionné par l’orateur Isée, montre le vieux Ménéklès sollicitant aussi l’accord et l’assistance des frères de son épouse pour la remarier et attendre, pour le faire, qu’elle donne aussi son accord :

  • 12 Isée, II, Sur la succession de Ménéklès, 7-9 (trad. P. Roussel).

Nous sommes alors revenus [de la guerre] et nous avons trouvé notre sœur aînée avec deux enfants, mais la cadette, qu’avait épousée Ménéklès, n’en avait point. Et lui, un ou deux mois après [notre retour], tout en se louant fort de notre sœur, nous tint le langage suivant : il nous dit qu’il se tourmentait en se voyant avancé en âge et sans enfants ; il ne fallait pas que notre sœur eût pour seul prix de ses vertus de vieillir sans enfants à côté de lui ; il suffisait bien que lui seul fût malheureux. Il nous demandait donc comme une grâce de la marier à un autre, avec son propre consentement. Nous le priâmes d’obtenir l’assentiment (meta tès gnômès tès heautou) de notre sœur sur cette question et, selon ce qu’elle aurait accepté, nous nous déclarâmes prêts à agir. Tout d’abord, elle ne voulut pas même en entendre parler, puis avec le temps, mais non sans peine, elle céda. C’est ainsi que nous l’avons mariée avec Éleios de Sphettos ; Ménéklès remet la dot au mari – car il venait d’obtenir la gestion d’une partie de la fortune des enfants de Nikias –, quant au trousseau qu’elle avait apporté et aux bijoux qu’elle avait, il lui en fait cadeau personnellement12.

6Ces deux cas illustrent deux motifs différents de dissolution du mariage, une mésentente dans le couple et une union stérile, qui trouvent leur solution, satisfaisante pour tous, dans un divorce amiable. Mais ces formes de divorce ne sont probablement pas les plus répandues.

Le divorce à l’initiative de l’épouse

  • 13 Outre le cas d’Hipparétè (infra note 15) on peut mentionner le cas de la sœur d’Onêtor qui aurait p (...)
  • 14 Harrison, The Law of Athens…, op. cit., p. 40 sqq.

7Beaucoup plus rares devaient être les cas où c’était la femme qui impulsait la procédure. Quand elle ne pouvait obtenir l’accord de son mari, l’épouse souhaitant absolument divorcer n’avait d’autre solution que d’agir en justice en intentant par écrit auprès de l’Archonte, magistrat chargé entre autres fonctions de la protection des personnes juridiquement incapables, une graphê apoleipsis. Toute la difficulté vient du fait que l’épouse, comme toute femme, n’a théoriquement pas de capacité d’agir en justice sans la médiation de son kurios… lequel est précisément son époux. Sauf à admettre que, dans ce cas particulier, l’épouse se serait vue reconnaître par le droit attique la possibilité d’ester seule, il faut supposer qu’en pratique un divorce contre la volonté de l’époux était difficile. De fait, trois cas seulement de divorce à l’initiative d’une femme sont véritablement documentés dans nos sources13 et l’on peut penser, comme y invite Alick Harrison14, que l’épouse souhaitant divorcer devait quitter le domicile conjugal pour rejoindre ses propres parents qui pouvaient soutenir sa demande auprès de l’Archonte. Mais, que l’épouse ait la capacité de saisir elle-même l’Archonte ou qu’elle doive recourir à ses proches parents paternels, les difficultés subsistent comme le montre le cas d’Hipparétè, mariée au bel et volage Alcibiade, ainsi que nous le rapporte Plutarque :

  • 15 Plutarque, Vie d’Alcibiade, VIII, 4-6 (trad. A.-M. Ozanam modifiée).

Hipparétè était une femme rangée et attachée à son mari ; elle souffrit de ce mariage avec un homme qui fréquentait des hétaïres étrangères et athéniennes. Elle quitta donc la maison et alla vivre chez son frère. Alcibiade ne s’en préoccupa guère et continua sa vie de débauche. Alors, elle se décida à déposer devant l’Archonte une demande écrite de divorce [apoleipseôs gramma], ce qui devait se faire non pas par un intermédiaire, mais en se présentant elle-même en personne [mê di’ heterôn, all’ autên parousai]. Comme Hipparétè comparaissait devant le magistrat conformément à la loi [kata tôn nomôn], Alcibiade surgit soudain, la saisit et la ramena à la maison, à travers l’agora, sans que personne osât s’opposer à lui et la lui arracher. Elle resta avec lui jusqu’à sa mort, laquelle survint peu après, alors qu’Alcibiade s’était embarqué pour Éphèse. La violence dont il avait fait preuve ne parut pas contraire à la loi ou à l’humanité [edoxen hê bia paranomos oud’ apanthropos einai] ; car si la loi prescrit à la femme qui demande le divorce de se présenter en personne devant l’autorité publique c’est, semble-t-il, pour donner au mari l’occasion de se réconcilier avec elle et de la retenir15 ».

  • 16 Pollux, VIII, 31.

8Il est difficile de trancher la question de savoir si la femme pouvait recourir à la médiation de sa parenté paternelle pour demander le divorce ou si elle devait le faire seule dans la mesure où Plutarque est le seul texte qui affirme expressément cette obligation, jamais mentionnée dans les autres sources. Il est certain, en tout état de cause, que divorcer était plus compliqué pour une femme que pour un homme de répudier son épouse, ne serait-ce que parce que cette initiative supposait une procédure en justice écrite. De surcroît, les divorces prononcés par l’Archonte à la demande de l’épouse pouvaient, semble-t-il, faire l’objet d’une procédure d’appel, la dikê apoleipseôs16.

Le divorce à l’initiative d’un parent patrilatéral de l’épouse

  • 17  Les sources sur l’aphairesis sont principalement Démosthène, XLI, Contre Spoudias, 3-4 où l’on voi (...)
  • 18  Contra : Vincent J. Rosivach, « Aphairesis and apoleipsis. A study of the sources », Revue Interna (...)
  • 19 Ugo Enrico Paoli, « Les limites juridiques de l’aphairèsis paternelle », Recueil de l’Académie de L (...)
  • 20 Jérôme Wilgaux, « Entre inceste et échange. Réflexions sur le modèle matrimonial athénien », L’Homm (...)
  • 21 Paoli, « Les limites juridiques… », art. cité, p. 387 ; Joseph [Mélèze-]Modrzejewski« La structur (...)
  • 22 On appelle fille épiclère, la femme dont le père meurt sans laisser de fils ou de descendants de fi (...)

9Il convient enfin de préciser qu’il existe aussi une procédure de divorce qui peut être engagée par le père (ou un autre parent paternel) de l’épouse, lequel, en vertu de sa kureia, peut exercer ce que l’on appelle le droit d’aphérèse (aphairesis)17, c’est-à-dire le droit de reprendre sa fille ou sa parente pour la marier à un autre homme18. Sans doute le cas ne se rencontrait-il que rarement et pour de puissants motifs : l’aphérèse est un acte grave, qui peut amener le père à pratiquer dans la maison de son gendre une violence légitime, d’où la nécessité de se faire assister de témoins, et « on doit supposer qu’en pratique on ne l’exerçait que lorsqu’une situation familiale intenable le justifiait19 ». Ce droit illustre parfaitement l’absence de rupture totale entre un père et sa fille et le fait que la dation de l’épousée n’est pas irrévocable. La kureia d’un époux n’est, de ce point de vue, jamais tout à fait semblable à celle d’un père, et la position des femmes reste ambiguë, appartenant à la fois à deux familles et pouvant ainsi assurer la continuité des deux20. On considère généralement, depuis les travaux d’Ugo Enrico Paoli21, que ce droit d’aphérèse disparaît à la naissance d’un fils ; les liens de l’épouse avec sa famille d’origine persistent, mais cette naissance constitue une étape décisive de son intégration dans l’oikos de son époux. Mentionnons enfin le cas particulier de la fille épiclère22 qui, si elle est mariée, est tenue de divorcer pour épouser son plus proche parent paternel (procédure de l’epidikasia).

  • 23 Des divorces sont mentionnés dans les discours suivants : Lysias, XIV, Contre Alcibiade I, § 28 dat (...)
  • 24 Louis Gernet, « Observations sur le mariage en Grèce », Revue historique de droit français et étran (...)
  • 25 Damet, La septième porte… op. cit., p. 169.

10Au total, Louis Cohn-Haft considère que nos données prouvent une certaine stabilité des mariages et conclut à la rareté des divorces à Athènes ; mais, sans aller jusqu’à penser que le divorce était monnaie courante, il nous paraît que les neuf cas de divorces mentionnés dans les discours attiques23 prouvent qu’il ne s’agissait pas d’une pratique rare24. Remarquons, pour en finir avec le cas athénien, qu’en dehors de la procédure d’apoleipsis, dont nous avons vu qu’elle n’était pas aisée à mettre en œuvre, les autres procédures (apopempsis, aphairèsis epidikasia) sont la traduction, par leur évidente infériorité juridique, de la domination qui s’exerce sur les femmes. Comme le remarque Aurélie Damet, « l’existence d’une procédure permettant à une épouse de demander le divorce ne doit pas cacher l’évidente inégalité entre hommes et femmes : il faut de très bonnes raisons pour qu’une femme puisse demander l’apoleipsis25 ».

Le divorce dans le monde grec à l’époque classique en dehors d’Athènes.

  • 26 Sur ce qu’il est convenu d’appeler le Code de Gortyne, on peut lire la présentation d’Henri Van Eff (...)
  • 27 Respectivement IC IV Gortyne, 72, col. II, 53 et IC IV Gortyne, 72, col. II, 45.
  • 28 Voir Michael Gagarin, « Women and Property at Gortyn », Dike. Rivista di Storia del Diritto Greco e (...)

11Le divorce est attesté dans la législation de Gortyne. On a en effet retrouvé dans cette petite cité crétoise, à la fin du xixe siècle, une vaste inscription (lacunaire) de plus de 600 lignes, étendue sur 12 colonnes, disposées sur une trentaine de blocs de tuf calcaire qui devaient initialement être visibles dans un sanctuaire, mais qui, à l’époque romaine, furent réemployés sur les murs d’un odéon. La longueur du texte, la diversité des thèmes et des cas abordés, laissent penser que l’inscription ne propose pas des lois de circonstance, mais répond à un véritable effort de codification, réalisé entre 470 et 450 av. J.‑C., afin de réorganiser, d’adapter autant que possible les normes anciennes et de les rendre accessibles en permanence à tous ceux qui maîtrisaient l’alphabet26. Ce code est loin d’être exhaustif, mais deux passages mentionnent le divorce unilatéral et celui par consentement mutuel27. La condition de l’épouse y est sensiblement meilleure qu’à Athènes : non seulement elle a la possibilité d’agir seule en justice, mais la femme divorcée repart avec sa dot et la moitié des textiles tissés durant l’union, avec en outre une indemnité si le divorce est motivé par une faute de l’époux28. Le divorce devait exister aussi dans l’antique législation de Charondas à Thourioi, en Italie méridionale, s’il faut en croire Diodore de Sicile (XII, 18) qui fait état d’un amendement apporté aux lois du grand législateur archaïque aux termes duquel il était interdit à une femme divorcée de se remarier avec un époux plus jeune ou à un homme divorcé. Cette législation existait peut-être encore à l’époque classique et il est vraisemblable que d’autres cités grecques avaient légiféré sur la question, mais la documentation fait défaut.

Le divorce en Égypte hellénistique

  • 29 Bernard Legras, Hommes et femmes d’Égypte (ive s. av. J.-C. – ive s. ap. J.-C.). Droit, histoire, a (...)
  • 30 Branko Van Öppen (« The marriage and divorce of Ptolemy I and Eurydice: an excursion in early-Helle (...)
  • 31 Recension et analyse de la documentation papyrologique grecque relative aux divorces : Ilias Arnaou (...)
  • 32  Hans-Albert Rupprecht, « Marriage, contract regulations and documentary practice in the Greek papy (...)
  • 33 Diana Delia, « Marriage Egyptian style », in Diana E. E. Kleiner et Susan B. Matheson (dir.), I, Cl (...)
  • 34 [Mélèze-]Modrzejewski, « La structure juridique du mariage grec », art. cité, 1981, p. 63, n. 112 ; (...)
  • 35 Naphtali Lewis, « Aphairesis in Athenian Law and Custum », in Joseph Modrzejewski et Detlef Liebs ( (...)

12Dans l’Égypte hellénistique, le divorce est possible à l’initiative des deux époux – celui à l’initiative de l’épouse n’étant cependant pas documenté avant le IIe s. avant notre ère29. La plus ancienne attestation est le divorce du roi Ptolémée et de le reine Eurydice à la fin du IVe s. av. notre ère, mais il s’agit d’un cas particulier et, qui plus est, ne faisant pas l’unanimité quant à son interprétation30. Comme le mariage, le divorce peut donner lieu à la rédaction d’un acte. La fonction de cet acte de divorce est d’annuler les effets du contrat de mariage et de préciser les conditions de la séparation. Comme à Athènes, le mari doit alors restituer la dot, à moins que l’épouse ne soit reconnue fautive31. Souvent, l’éventualité du divorce est anticipée dès le contrat de mariage qui définit par avance les différentes compensations qui seront appliquées en cas de dissolution de l’union32. Il est possible que les particularités du droit grec en Égypte en matière de divorce soient liées à l’influence du droit égyptien tel que le donnent à voir les papyrus démotiques33. Le droit d’aphérèse existait probablement aussi en Égypte à l’époque hellénistique. Il fut, en tout cas, pratiqué, chez les souverains lagides, par Ptolémée VI qui reprit sa fille Cléopâtre Théa à son premier mari Alexandre Ier Balas pour la donner à Démétrios II de Syrie, en 147, dans l’espoir de récupérer la Coélè-Syrie34. Il est documenté pour la population grecque de l’époque romaine35.

Le divorce à Rome

  • 36 Nous ne traitons ici que du mariage légitime, manifesté par le rite public de la domum deductio qui (...)
  • 37 Yan Thomas a rappelé ce que ce consensus peut avoir de purement formel dès lors que les futurs épou (...)
  • 38 Susan Treggiari (dir.) Roman Marriage. Iusti Coniuges from the Time of Cicero to the Time of Ulpian(...)

13À Rome, où le mariage36, à l’époque républicaine, est fondé sur le consentement37, le divorce paraît aisé38. Il procède, sous la République, de la simple volonté de ne plus être uni en mariage. Mais, dès avant la période républicaine, il était peut-être possible, pour le mari, de divorcer dans certaines circonstances. S’il faut en croire Plutarque, en effet, une loi attribuée à Romulus permettait au mari de répudier son épouse dans trois cas :

  • 39 Plutarque, Vie de Romulus, XXII, 3 (trad. A.‑M. Ozanam) ; la clause relative à l’empoisonnement des (...)

Romulus établit aussi quelques lois : l’une d’elles, particulièrement sévère, interdisait à la femme de quitter son mari, mais permettait à celui-ci de chasser [ekballein] sa femme en cas d’empoisonnement d’enfants, de substitution de clefs, et d’adultère. S’il la renvoyait pour un autre motif, la loi exigeait qu’une partie de ses biens revînt à cette femme, et que le reste fût consacré à Cérès ; celui qui répudiait sa femme était tenu d’offrir un sacrifice aux dieux infernaux39.

  • 40 La loi des XII Tables, rédigée en 451-450, est présentée par la tradition antique comme la première (...)
  • 41 Cicéron, Deuxième Philippique, XXVIII ; Gaius, 3 ad XII tab., Dig., LVIII, 5, 43.
  • 42 Voir Carla Fayer, La familia romana…, op. cit., t. II, 2005, p. 389-411.

14Ce témoignage semble confirmé par Denys d’Halicarnasse (II, 25, 1), mais il faut prendre avec beaucoup de précautions les informations relatives à la Rome pré-républicaine. Quoi qu’il en soit, la loi encadre le divorce au plus tard au milieu du Ve siècle puisque la loi des XII Tables40 y fait allusion : « Selon la loi des XII Tables (en cas de divorce) “qu’il ordonne à sa femme d’emmener ses frusques, et qu’elle rende les clefs41 ». Il est automatique dès lors qu’un des époux perd le conubium42, c’est-à-dire le droit civil de se marier qui est un apanage de la citoyenneté. Tel est le cas, par exemple d’un citoyen romain fait prisonnier à la guerre (il devient esclave, or la liberté est une condition du conubium) ou qui perd sa citoyenneté, à la suite d’une condamnation par exemple. Le divorce décidé unilatéralement par le mari est appelé repudium (terme dont l’étymologie, qui a sans doute à voir avec la notion de pudor : « mouvement de répulsion », renvoie plus nettement à l’idée de décision unilatérale), alors que celui par consentement mutuel est appelé diuortium, terme qui indique, par une métaphore spatiale, que chacun des époux part de son côté (di-uertere). Aucune formalité juridique n’est nécessaire, comme dans le mariage du reste. Il faut, en revanche, pour procéder à l’acte, être en pleine capacité juridique.

Les conditions du divorce dans la Rome classique

  • 43 Voir Yan Thomas, « À Rome, pères citoyens et cité des pères », art. cité.
  • 44 Sur cette notion, voir Jean-Baptiste Bonnard, Véronique Dasen et Jérôme Wilgaux, op. cit., chap. 2.
  • 45 Myles McDonnell, « Divorce initiated by women in Rome », American Journal of Ancient History, VIII, (...)
  • 46 Sur le mariage cum manu, voir Carla Fayer, La familia romana…, op. cit., t. II, 2005, p. 185-326.
  • 47 L’étendue de l’autorité de l’époux sur son épouse, dans le cadre d’une conuentio in manum est discu (...)
  • 48 Fayer, La familia romana…, op. cit., III, p. 86-95.
  • 49 Voir Cod. Iust. 5, 4, 12 qui, pour dater de 285 de notre ère, n’en compile pas moins des constituti (...)
  • 50  Voir Judith Ann Evans Grubbs, « Parent-child conflict in the Roman family: the evidence of the cod (...)
  • 51 Suétone, Tibère, 7.

15La personne qui initie la démarche doit disposer de la capacité juridique. Pour l’époux, ce n’est possible que s’il est sui iuris (soumis à sa propre puissance, jouissant de sa propre capacité d’agir, en particulier en justice). Or, le droit romain considère que la pleine capacité juridique n’appartient qu’au pater familias43 qui l’exerce sa vie durant sur toute sa familia44. Ainsi, un époux dont le père est toujours vivant n’en jouit pas (on dit qu’il est in potestate), sauf si son père l’a émancipé par une procédure juridique attestée depuis le milieu du ive siècle qui a pour effet de libérer le fils de la patria potestas, mais aussi de le faire sortir de l’agnation paternelle. On ignore à quelle date le diuortium à l’initiative de l’épouse fut rendu possible et les éléments de datation tirés des pièces comiques ne sont pas convaincants45. Quoi qu’il en soit, la condition de capacité est la même pour l’épouse qui, tant que son père est vivant, demeure sous sa potestas : il peut la contraindre à divorcer et elle ne possède aucun bien en propre tant qu’il vit. Un cas fait exception à cette règle, celui du mariage cum manu (pour reprendre une terminologie moderne)46, c’est-à-dire l’union qui est accompagnée d’un acte juridique (la conuentio in manum) par lequel la femme quitte la patria potestas de son père pour entrer dans la manus de son mari ou du pater familias de son époux si celui-ci est encore in potestate. La conuentio in manum est un acte juridique ; le mariage demeure un état de fait47. En admettant que, pour le mariage des personnes in potestate, le consentement du pater familias ou des deux patres familias était nécessaire, alors il faut penser que, dès lors que leur consentement cessait, l’union était dissoute. Un divorce pouvait donc théoriquement être décidé contre la volonté des deux mariés par l’un ou l’autre de leurs patres familias ou les deux48, comme l’indique le Code Justinien49. Cela pouvait être source de tensions50. Le cas n’est positivement documenté qu’une seule fois : Tibère fut obligé par son père adoptif Auguste de répudier son épouse Vipsania Agrippina, à laquelle il était attaché et qu’il regretta, s’il faut en croire Suétone51. Sans doute ce cas dynastique n’est-il pas représentatif de pratiques sociales plus larges.

Les motifs du divorce romain et ses modalités

16Dans le premier état connu du droit, le divorce est apparemment limité aux seuls cas où l’épouse est reconnue fautive. L’appréciation de cette faute est laissée à une sorte de conseil de famille ou de proches (consilium propinquorum). C’est ainsi que vers 309, s’il faut en croire Valère Maxime, L. Annius fut chassé du Sénat pour avoir répudié son épouse sans consulter ce conseil. Les censeurs M. Valerius Maximus et C. Junius Brutus Bubulcus :

  • 52 Valère Maxime, II, 9, 2.

ont chassé Lucius Annius du Sénat parce qu’il avait répudié [repudiasset] la jeune fille qu’il avait épousée, sans recourir au conseil de ses amis [nullo amicorum consilio adhibito]. Et ce délit est […] un comportement contraire au droit [iniuriose tractata sunt]. Les censeurs ont donc bien jugé quand ils ont considéré Annius comme indigne d’avoir accès à la Curie52.

17Notons toutefois que cela n’a pas invalidé le divorce de L. Annius. Disons simplement que son divorce lui a coûté son statut de sénateur. D’autres motifs de repudium sont possibles à des époques plus récentes, puisque Carvilius Ruga, consul en 234, répudia sa femme en 225 parce qu’il ne parvenait pas à en obtenir d’enfant :

  • 53 Aulu Gelle, IV, 3, 1-2 et XVII, 21, 44 ; voir Alan Watson, « The Divorce of Carvilius Ruga », Revue (...)

Ensuite, la cinq cent dix-neuvième année après la fondation de Rome, Spurius Carvilius Ruga, le premier à Rome, après avoir consulté ses amis, divorça d’avec son épouse [de amicorum sententia diuortium cum uxore fecit] parce qu’elle était stérile et qu’il avait juré devant les censeurs qu’il avait une épouse pour avoir des enfants53.

  • 54 Orsolya Márta Peter, « “Liberorum quaerundorum causa” : l’image idéale du mariage et de la filiatio (...)
  • 55 Isabella Piro, « Unioni confarreate e diffarreatio : presupposti e limiti di dissolubilità delle un (...)
  • 56 Voir Carla Fayer, op. cit., t. II, p. 698-714.
  • 57 Le droit romain d’époque républicaine était sans cesse actualisé par la jurisprudence, en particuli (...)

18Peut-être même la stérilité supposée de l’épouse était-elle un cas de divorce obligatoire si l’on suppose, comme certains historiens, que Carvilius Ruga, aurait été contraint de divorcer contre sa volonté54. Toujours est-il que, bon gré, mal gré, Carvillius Ruga divorça ; mais il ne restitua pas la dot. Il est possible que ce cas soit à l’origine de la législation encadrant le régime dotal55. En cas de divorce, en effet, la dot doit être restituée à l’épouse ou à son pater familias, amputée toutefois des frais que le mari a consacrés à l’entretien de son épouse56. Telle est du moins la coutume et, au surplus, cela peut être convenu par convention lors du mariage (on parle alors de dot réceptice). Vers la fin du iiie siècle, en outre, la législation du préteur57 a renforcé cette possibilité par le droit donné à l’épouse divorcée ou à son pater familias de réclamer au mari, même en dehors de toute convention passée au moment du mariage, la restitution d’une partie de la dot par l’actio rei uxoriae. Cette action en justice est étendue, à la fin de la République aux cas où le mariage est dissous par le décès de l’époux et elle fait de la veuve une créancière privilégiée de son mari. Cette évolution de la législation montre une volonté de protéger la femme divorcée et la veuve. C’est la raison pour laquelle la dot donne lieu à un inventaire, qui peut aussi servir de preuve du mariage.

Fréquence et fonctions du divorce dans la Rome républicaine

  • 58 Voir Susanna Morton Braund, « Marriage, adultery, and divorce in Roman comic drama », in Warren S. (...)
  • 59 Michel Humbert, Le remariage à Rome. Étude d’histoire juridique et sociale, Milan, Giuffrè, 1972, p (...)
  • 60 Treggiari, « Divorce Roman Style… », art. cité.
  • 61 Keith Bradley, « Remarriage and the structure of the upper-class Roman family », in Beryl Rawson (d (...)
  • 62 Philippe Moreau, « Structures de parenté et d’alliance à Larinum d’après le Pro Cluentio », in Les (...)
  • 63 Mireille Corbier, « Les comportements familiaux de l’aristocratie romaine (iie siècle av. J.‑C.-iii(...)

19Les divorces semblent avoir été fréquents à Rome, comme l’indique notamment leur place sur la scène comique, chez Plaute ou Terence58, et de plus en plus fréquents au cours de la République et après59, même s’il ne faut pas prendre au pied de la lettre le mot de Sénèque (De ben., III, 16) qui, sous le Principat, affirmait qu’à Rome les femmes ne comptaient pas les années par les noms des consuls, mais par ceux de leurs époux. Cette augmentation de la fréquence des divorces pourrait s’expliquer notamment par le fait que, pendant la période républicaine, le mariage cum manu est de moins en moins pratiqué au point de devenir assez rare à la fin de la République. La principale limitation au divorce résidait peut-être dans le poids de l’opinion publique. Il est vraisemblable aussi que l’on divorçait davantage dans les classes supérieures de la société60 qui devaient comprendre un grand nombre de “familles recomposées”61. Mais il n’est pas impossible que ces pratiques aient été également courantes en dehors des milieux sénatoriaux, comme le montre l’exemple des notables de Larinum, étudié à partir du Pour A. Cluentius de Cicéron pour le Ier siècle, chez lesquels on voit deux à trois mariages par individu masculin ou féminin62. Si le mari divorcé peut se remarier immédiatement, l’épouse divorcée doit, pour sa part, attendre un délai de viduité de dix mois. Toute grossesse survenant pendant ce délai est susceptible d’être imputée au mari divorcé. Il est certain, par ailleurs, que, tout comme le mariage, le divorce est un élément des stratégies familiales63.

Conclusion

  • 64 Anne-Emmanuelle Veïsse, « Grecques et Égyptiennes en Égypte au temps des Ptolémées », Clio. Femmes, (...)
  • 65 Analiza Rei, « Villains, Wives and Slaves in the Comedies of Plautus », in Sandra R. Joshel et Shei (...)

20Le divorce prend donc des formes sensiblement différentes dans les mondes grec et romain en dépit de logiques communes (en particulier la tutelle des femmes) et d’une structuration semblable du mariage dans ces deux sociétés patriarcales. Ces différences tiennent en particulier à la plus ou moins grande autorité exercée sur les femmes et aux différentes formes que peut prendre le régime dotal, selon les sociétés. Elles ont suscité des études soulignant, par exemple, une plus grande égalité entre conjoints et une plus grande autonomie (apparente) des femmes grecques en Égypte64 ou à Rome65, par rapport à ce que les documents laissent percevoir dans d’autres espaces du monde, notamment à Athènes. Mais, par-delà ces différences, il est certain que le divorce met en évidence les structures profondément inégalitaires entre les catégories sociales et entre les sexes de l’ensemble des sociétés de l’Antiquité classique.

Haut de page

Notes

1 Jean Gaudemet, Le mariage en Occident. Les mœurs et le droit, Paris, Cerf, 1987, p. 27.

2 Sur la famille dans les mondes grec et romain, voir Jean-Baptiste Bonnard, Véronique Dasen et Jérôme Wilgaux, Famille et société dans le monde grec et en Italie du ve au iie siècle av. J‑C., Rennes, PUR, 2017.

3 Ibid., chapitre 9 : « La famille en tant que groupe dépendant de l’autorité d’un chef de famille ».

4 Sur la pallakè athénienne, voir Raphael Sealey « On Lawful Concubinage in Athens », Classical Antiquity, III, p. 111-133, ainsi que Claude Mossé, « La place de la pallakê dans la famille athénienne », in Symposion 1990, Vorträge zur griechischen und hellenistischen Rechtsgeschichte (Pacific Grove, California, 24-26 september 1990), “Akten der Geselschaft für griechische und hellenistische Rechtsgeschichte 8”, Cologne, Böhlau Vlg., p. 273-280.

5 Alick R. W. Harrison, The Law of Athens, I, The Family and Property, Oxford, Clarendon Press, 1968, p. 39-45 ; Louis Cohn-Haft, « Divorce in Classical Athens », Journal of Hellenic Studies, CXV, 1995, p. 1-14.

6 Lysias, XIV, 28 (trad. L. Gernet et M. Bizos).

7  Jean-Baptiste Bonnard, Le complexe de Zeus. Représentations de la paternité en Grèce ancienne, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 160-166. Contra : Dominique Lenfant, « Les Grecs répudiaient-ils leurs femmes pour stérilité ? », Revue des Études Anciennes, CXXII/1, 2020, p. 3-27, pour qui la stérilité n’était pas en Grèce ancienne une cause banale de répudiation.

8 Voir Aurélie Damet, La septième porte. Les conflits familiaux dans l’Athènes classique, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012, p. 168-173.

9 Ainsi Protomakhos divorce de son épouse et la marie à Thoucritos afin de pouvoir épouser une riche héritière (une épiclère ; sur le sens de ce terme, voir infra note 22), comme le montre le plaidoyer LVII de Démosthène, Contre Euboulidès, § 41.

10 Voir [Démosthène], LIX Contre Néaira, § 52. Sur l’oikos – terme qui désigne à la fois la famille nucléaire et la famille en tant que « maison », au sens anthropologique du terme –, unifié par des pratiques religieuses qui lui sont propres et placé sous l’autorité du père de famille, voir Jean-Baptiste Bonnard, Véronique Dasen et Jérôme Wilgaux, op. cit., p. 33-34.

11 Plutarque, Vie de Périclès, XXIV, 8 (trad. A.-M. Ozanam). Précisons qu’après ce divorce, c’est à titre de pallakè que Périclès prit Aspasie.

12 Isée, II, Sur la succession de Ménéklès, 7-9 (trad. P. Roussel).

13 Outre le cas d’Hipparétè (infra note 15) on peut mentionner le cas de la sœur d’Onêtor qui aurait prétendument divorcé deux fois en 364 (Démosthène, XXX Contre Onêtor I) ; mais Démosthène, qui mentionne ces deux cas d’apoleipsis, doute de la véracité de ces divorces.

14 Harrison, The Law of Athens…, op. cit., p. 40 sqq.

15 Plutarque, Vie d’Alcibiade, VIII, 4-6 (trad. A.-M. Ozanam modifiée).

16 Pollux, VIII, 31.

17  Les sources sur l’aphairesis sont principalement Démosthène, XLI, Contre Spoudias, 3-4 où l’on voit que Polyeucte, s’étant fâché avec son gendre Léocratès, vient reprendre sa fille pour la donner en mariage à Spoudias ; Ménandre, Epitrepontes, vv. 134-140 S = 8-14K ; Pap. Didot I = Pack2, 1319.

18  Contra : Vincent J. Rosivach, « Aphairesis and apoleipsis. A study of the sources », Revue Internationale des Droits de l’Antiquité, XXXI, 1984, p. 193-230.

19 Ugo Enrico Paoli, « Les limites juridiques de l’aphairèsis paternelle », Recueil de l’Académie de Législation (Toulouse), II, 1953, p. 3 sqq. = Altri studi di diritto greco e romano, Milan, Istituto Editoriale Cisalpino-La Goliardica, 1976, p. 385-391 (p. 390).

20 Jérôme Wilgaux, « Entre inceste et échange. Réflexions sur le modèle matrimonial athénien », L’Homme, CXLIV-CXLV, 2000, p. 659-676.

21 Paoli, « Les limites juridiques… », art. cité, p. 387 ; Joseph [Mélèze-]Modrzejewski« La structure juridique du mariage grec », in Panayotis D. Dimakis (dir.), Symposion 1979. Actes du IVᵉ Colloque international de droit grec et hellénistique (Égine, 3-7 Septembre 1979), Cologne – Vienne, Böhlau, 1983, p. 37-71 [= Statut personnel et liens de famille dans les droits de l’Antiquité, Aldershot, Variorum, 1993], p. 62-64.

22 On appelle fille épiclère, la femme dont le père meurt sans laisser de fils ou de descendants de fils alors qu’il y a un patrimoine et un statut à transmettre. Dans ce cas particulier, la fille est appelée “épiclère” et devient “héritière” des biens paternels ; cela signifie, en pratique, qu’elle doit épouser un proche parent paternel et que cette union devra aboutir à la naissance d’un garçon qui sera réputé fils (et héritier) du père de l’épiclère : on voit par-là que la fille épiclère “hérite” pour le compte d’un fils qu’elle doit donner à son propre père. Voir Jean‑Baptiste Bonnard, Véronique Dasen et Jérôme Wilgaux, op. cit., p. 320-324.

23 Des divorces sont mentionnés dans les discours suivants : Lysias, XIV, Contre Alcibiade I, § 28 daté de 395-394 ; Ps.-Andocide, IV, Contre Alcibiade, § 14, datant de 396-380 ; Démosthène, XXX, Contre Onêtor I, §§ 4 sq., de 361 ; Isée, II, Sur la succession de Ménéclès, §§ 7-12, daté de c. 354 ; Isée, III, Sur la succession de Pyrrhos, § 78 ; Démosthène, XLI, Contre Spoudias, § 4 et LVII, Contre Euboulidès, § 41 de c. 345 ; Ps.‑Démosthène, LIX, Contre Néaira, §§ 51 et 63, antérieur de peu à 340.

24 Louis Gernet, « Observations sur le mariage en Grèce », Revue historique de droit français et étranger, XXXII, 1954, p. 468-490 (p. 468).

25 Damet, La septième porte… op. cit., p. 169.

26 Sur ce qu’il est convenu d’appeler le Code de Gortyne, on peut lire la présentation d’Henri Van Effenterre et Françoise Ruzé, Nomima. Recueil d’inscriptions politiques et juridiques de l’archaïsme grec, Rome, École française de Rome, 1994 ; le texte est édité par Ronald F. Willets, The Law Code of Gortyn, Berlin, W. de Gruyter, 1967.

27 Respectivement IC IV Gortyne, 72, col. II, 53 et IC IV Gortyne, 72, col. II, 45.

28 Voir Michael Gagarin, « Women and Property at Gortyn », Dike. Rivista di Storia del Diritto Greco ed Ellenistico, XI, 2008, p. 5-25, ainsi que Maud Lajeunesse, « La mère dans le Code de Gortyne : reconnue juridiquement, mais pas autonome pour autant », in Jean-Baptiste Bonnard et Florence Gherchanoc (dir.), Mères grecques (Cahiers Mondes Anciens, 6), 2015 [en ligne : http://mondesanciens.revues.org/1315].

29 Bernard Legras, Hommes et femmes d’Égypte (ive s. av. J.-C. – ive s. ap. J.-C.). Droit, histoire, anthropologie, Paris, Armand Colin, 2010, p. 155-156. Les différentes modalités du divorce dans l’Égypte hellénistique sont indiquées par Uri Yiftach-Firanko, « Was there a “divorce procedure” among Greeks in early Roman Egypt ? », in Isabella Andorlini (dir.), Atti del XXII congresso internazionale di papirologia: Firenze, 23-29 agosto 1998, Florence, Istituto Papirologico G. Vitelli, 2001, p. 1331-1339. Voir aussi Uri Yiftach-Firanko, Marriage and Marital Arrangements. A History of the Greek Marriage Documents in Egypt, 4th century BCE - 4th century CE, Münich, Beck, 2003, p. 197-220.

30 Branko Van Öppen (« The marriage and divorce of Ptolemy I and Eurydice: an excursion in early-Hellenistic marital practices », Chronique d’Égypte, XC/179, 2015, p. 147-173) considère ainsi que Ptolémée n’a pas divorcé mais serait resté bigame pendant plusieurs années.

31 Recension et analyse de la documentation papyrologique grecque relative aux divorces : Ilias Arnaoutoglou, « Marital disputes in Greco-Roman Egypt », The Journal of Juristic Papyrology, XXV, 1995, p. 11-28.

32  Hans-Albert Rupprecht, « Marriage, contract regulations and documentary practice in the Greek papyri », Scripta Classica Israelica, XVII, 1998, p. 60-76.

33 Diana Delia, « Marriage Egyptian style », in Diana E. E. Kleiner et Susan B. Matheson (dir.), I, Claudia. 2: Women in Roman art and society, Austin (Tex.), University of Texas Pr., 2000, p. 139-147. Sur l’influence exercée par le divorce sur la nuptialité dans l’Égypte romaine : April Pudsey, « Nuptiality and the demographic life cycle of the family in Roman Egypt », in Claire Holleran et April Pudsey (dir.), Demography and the Graeco-Roman world: new insights and approaches, Cambridge – New York, Cambridge University Pr., 2011, p. 60-98.

34 [Mélèze-]Modrzejewski, « La structure juridique du mariage grec », art. cité, 1981, p. 63, n. 112 ; Bernard Legras, Les reclus grecs du Sarapeion de Memphis. Une enquête sur l’hellénisme égyptien, Louvain, Peters, 2011, p. 200.

35 Naphtali Lewis, « Aphairesis in Athenian Law and Custum », in Joseph Modrzejewski et Detlef Liebs (dir.), Symposion 1977, Vorträge zur griechischen und hellenistischen Rechtsgeschichte (Chantilly, 1-4 juin 1977), Cologne-Vienne, Böhlau, 1982, p. 161-178 (p. 161).

36 Nous ne traitons ici que du mariage légitime, manifesté par le rite public de la domum deductio qui atteste que la femme entre bien dans la maison de son mari avec le statut d’épouse et non celui de concubine. Sur le mariage à Rome, voir Carla Fayer, La familia romana, t. II, Sponsalia, matrimonio, dote, Rome, Bretschneider, 2005, p. 327-672.

37 Yan Thomas a rappelé ce que ce consensus peut avoir de purement formel dès lors que les futurs époux sont l’un et l’autre sous la puissance d’un pater familias : voir Yan Thomas, « À Rome, pères citoyens et cité des pères », in André Burguière et al. (dir.), Histoire de la famille, Paris, A. Colin, t. 1, p. 195-229 (p. 226), repris dans Aline Rousselle, Giulia Sissa et Yan Thomas, La Famille en Grèce et à Rome, Paris, Complexe, 2005, p. 65-125 (p. 118).

38 Susan Treggiari (dir.) Roman Marriage. Iusti Coniuges from the Time of Cicero to the Time of Ulpian, Oxford, Clarendon Press, 1991, p. 432-502 et « Divorce Roman style: how easy and how frequent was it ? », in Berryl Rawson (dir.), Marriage, Divorce, and Children in ancient Rome, Oxford, Clarendon Pr., 1991, p. 31-46 ; Carla Fayer, La familia romana, t. III, Concubinato, Divorzio, Adulterio, Rome, Bretschneider 2005, p. 55-187.

39 Plutarque, Vie de Romulus, XXII, 3 (trad. A.‑M. Ozanam) ; la clause relative à l’empoisonnement des enfants est peut-être une allusion à des pratiques abortives. Voir Robert Flacelière, « Sur quelques passages des vies de Plutarque », Revue des études grecques, LXI, 1948, p. 89-92 ; Pierre Noailles, Les tabous du mariage dans le droit primitif des Romains, 1949 (repris de l’Année Sociologique, C/2, 1937). Ce passage de la Vie de Romulus a donné lieu à de nombreuses interprétations relevées par Geoffrey MacCormack, « Wine drinking and the Romulan law of divorce », The Irish Jurist, X, 1975, p. 170-174.

40 La loi des XII Tables, rédigée en 451-450, est présentée par la tradition antique comme la première codification écrite des lois et, par là-même, comme le fondement du droit romain. Mais la version épigraphique (sur des plaques de bronze) de ces XII Tables aurait disparu lors du saccage de Rome de 390 ; son contenu n’est donc que partiellement connu grâce aux citations des auteurs anciens, au fil des siècles ; voir Alan Watson, Rome of the XII Tables: Persons and Property, Princeton, Princeton University Press, 1975, notamment p. 31-32.

41 Cicéron, Deuxième Philippique, XXVIII ; Gaius, 3 ad XII tab., Dig., LVIII, 5, 43.

42 Voir Carla Fayer, La familia romana…, op. cit., t. II, 2005, p. 389-411.

43 Voir Yan Thomas, « À Rome, pères citoyens et cité des pères », art. cité.

44 Sur cette notion, voir Jean-Baptiste Bonnard, Véronique Dasen et Jérôme Wilgaux, op. cit., chap. 2.

45 Myles McDonnell, « Divorce initiated by women in Rome », American Journal of Ancient History, VIII, 1983, p. 54-80.

46 Sur le mariage cum manu, voir Carla Fayer, La familia romana…, op. cit., t. II, 2005, p. 185-326.

47 L’étendue de l’autorité de l’époux sur son épouse, dans le cadre d’une conuentio in manum est discutée : Alan Watson (The Law of the Ancient Romans, Dallas, Southern Methodist Univ. Press, 1970, p. 22) estime que, dans la pratique, la femme n’était pas nécessairement entièrement subordonnée à son époux, mais il n’est pas douteux que cette manus s’exerçait sur le plan patrimonial.

48 Fayer, La familia romana…, op. cit., III, p. 86-95.

49 Voir Cod. Iust. 5, 4, 12 qui, pour dater de 285 de notre ère, n’en compile pas moins des constitutions héritières d’états antérieurs du droit.

50  Voir Judith Ann Evans Grubbs, « Parent-child conflict in the Roman family: the evidence of the code of Justinian », in Michele George (dir.), The Roman family in the empire: Rome, Italy, and beyond, Oxford – New York, Oxford University Pr., 2005, p. 93-128.

51 Suétone, Tibère, 7.

52 Valère Maxime, II, 9, 2.

53 Aulu Gelle, IV, 3, 1-2 et XVII, 21, 44 ; voir Alan Watson, « The Divorce of Carvilius Ruga », Revue historique de droit français et étranger, XXXIII, 1965, p. 38-50 et Carla Fayer, La familia romana…, op. cit., t. III, p. 70-85.

54 Orsolya Márta Peter, « “Liberorum quaerundorum causa” : l’image idéale du mariage et de la filiation à Rome », Revue Internationale des Droits de l’Antiquité, XXXVIII, 1991, p. 285-331 ; Annalize Jacobs, « Carvilius Ruga v. uxor : a Famous Roman Divorce », Fundamina, XV/2, 2009, p. 92-111.

55 Isabella Piro, « Unioni confarreate e diffarreatio : presupposti e limiti di dissolubilità delle unioni coniugali in età regia », Index, XXV, 1997, p. 253-299.

56 Voir Carla Fayer, op. cit., t. II, p. 698-714.

57 Le droit romain d’époque républicaine était sans cesse actualisé par la jurisprudence, en particulier celle des préteurs, magistrats qui avaient notamment pour fonction d’organiser les instances judiciaires civiles et d’interpréter les lois. À son entrée en fonction, le préteur rendait un édit par lequel il annonçait son programme en matière judiciaire et les actions en justice qu’il comptait mettre à la disposition des plaideurs. Ce texte reprenait et avalisait en grande partie l’édit du préteur précédent, contribuant ainsi à la construction du droit et à sa connaissance.

58 Voir Susanna Morton Braund, « Marriage, adultery, and divorce in Roman comic drama », in Warren S. Smith (dir.), Satiric advice on women and marriage: from Plautus to Chaucer, Ann Arbor (Mich.), University of Michigan Pr., 2005, p. 39-70.

59 Michel Humbert, Le remariage à Rome. Étude d’histoire juridique et sociale, Milan, Giuffrè, 1972, p. 131-137.

60 Treggiari, « Divorce Roman Style… », art. cité.

61 Keith Bradley, « Remarriage and the structure of the upper-class Roman family », in Beryl Rawson (dir.), Marriage, Divorce, and Children in ancient Rome, Oxford, Clarendon Pr., 1991, p. 79-98.

62 Philippe Moreau, « Structures de parenté et d’alliance à Larinum d’après le Pro Cluentio », in Les bourgeoisies municipales italiennes aux iie et ier s. av. J.-C., Colloques internationaux du CNRS, n° 609, Paris – Naples, 1983, p. 99-123 (notamment p. 114-117) ; pour une liste des attestations de divorce sous la République, voir l’appendice 4 de Susan Treggiari, Roman Marriage. Iusti Coniuges from the Time of Cicero to the Time of Ulpian, Oxford, Oxford Clarendon Press, p. 516.

63 Mireille Corbier, « Les comportements familiaux de l’aristocratie romaine (iie siècle av. J.‑C.-iiie siècle ap.  J.‑C.) », in Jean Andreau et Hinnerk Bruhns (dir.), Parenté et stratégies familiales dans l’Antiquité romaine, Actes de la table ronde des 2-4 octobre 1986, Rome – Paris, École française de Rome, 1990, p. 225-249 ; Ronald Syme, « The divorce of Aemilius Paullus », in Ronald Syme et Federico Santangelo (dir.), Approaching the Roman revolution: papers on Republican history, Oxford, Oxford University Pr., 2016, p. 16-25 ; Ida Gilda Mastrorosa, « Matronae e repudium nell’ultimo secolo di Roma repubblicana », in Francesca Cenerini et Francesca Rohr Vio (dir.), « Matronae in domo et in republica agentes » : spazi e occasioni dell’azione femminile nel mondo romano tra tarda Republica e primo Impero : atti del Convegno di Venezia, 16-17 ottobre 2014, Trieste, EUT, 2016, p. 65-87.

64 Anne-Emmanuelle Veïsse, « Grecques et Égyptiennes en Égypte au temps des Ptolémées », Clio. Femmes, Genre, Histoire, XXXIII, 2011, p. 125-137.

65 Analiza Rei, « Villains, Wives and Slaves in the Comedies of Plautus », in Sandra R. Joshel et Sheila Mumaghan (dir.), Women and Slaves in Greco-Roman Culture: Differential Equations, London, Routledge, 1998, p. 92-108.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Bonnard et Camille Noûs, « Le divorce dans l’Antiquité classique : perspective comparatiste », Genre & Histoire [En ligne], 28 | Automne 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/6466

Haut de page

Auteurs

Jean-Baptiste Bonnard

AnHiMA UMR 8210 – LabEx HASTEC (ANR-10-LABX-85). Université de Caen (HisTeMé EA 7455). Courriel : jean-baptiste.bonnard@unicaen.fr

Articles du même auteur

Camille Noûs

Laboratoire Cogitamus

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search