Navigation – Plan du site

AccueilNumeros28ItinérairesEntretien avec Pauline Schmitt Pa...

Notes de la rédaction

Pauline Schmitt Pantel, née en 1947, est professeure émérite d’histoire grecque à l’Université de Paris I. Elle est l’une des principales promotrices de l’histoire des femmes et du genre pour l’étude de l’Antiquité. L’entretien qui suit porte plus particulièrement sur son milieu familial, sa formation, son parcours professionnel et son engagement féministe. L’entretien a été réalisé en juin 2021.

Texte intégral

Origines familiales

1Côté paternel, je n’ai jamais connu mon père. Côté maternel, la mémoire familiale remonte jusqu’au xviie siècle. Des familles de paysans, dans la plus haute vallée des Cévennes, aux confins de la Lozère et du Gard. Des petits cultivateurs dans une région relativement pauvre (polyculture vivrière, bétail, châtaigniers, élevage du vers à soie au xixe siècle), avec une endogamie villageoise (la paroisse de Vialas et les paroisses voisines) : des gens qui se connaissaient bien, avec le même genre de vie mais quelques différences économiques, certains étant plus gros propriétaires que d’autres. Tout le monde était alphabétisé par tradition protestante (lecture de la Bible). Au milieu du xixe siècle, dans une des branches maternelles (celle des Pantel), les garçons sont partis suivre des études de droit à l’université de Montpellier et sont devenus notaires. L’autre branche (celle des Vignes) est restée paysanne. Mon arrière-grand-mère née Alix Vignes a épousé un Ernest Pantel. Ils ont eu douze enfants, dont plusieurs jumeaux, de 1870 à 1883. Quatre enfants ont atteint l’âge adulte. L’instruction était importante dans les familles cévenoles, aussi Alix, devenue veuve, est partie de Lozère et elle s’est établie à Montpellier, pour être sûre que ses enfants, y compris les filles, fassent des études. Elle était fille de paysans, mariée à 18 ans, instruite et elle a vendu l’essentiel des terres pour s’établir à la ville. Ses filles sont allées jusqu’au brevet ; elles n’avaient pas de profession et elles ont été mariées jeunes. Deux fils de cette fratrie de douze ont survécu, l’un est devenu magistrat et l’autre, mon grand-père, a fait des études de médecine. Il a épousé Alice Gengenbacher, d’origine alsacienne, qu’il avait rencontrée sur le front pendant la guerre de 14-18 à Baccarat : il était médecin et elle était infirmière. Ils se sont mariés en 1918 ; elle était âgée de 31 ans et lui avait 35 ans. Alice était née à Delle dans le territoire de Belfort en 1887, mais devenue orpheline de mère, son père l’a emmenée, ainsi que son frère, chez leurs grands-parents paternels qui habitaient à Neuf-Brisach. Elle est donc arrivée à dix ans en Alsace allemande et a étudié dans une institution religieuse tenue par les sœurs de Ribeauvillé, à Colmar, qui l’ont ensuite envoyée faire des études d’infirmière à Paris. Lors de la déclaration de guerre, Alice était en France et elle fait la guerre du côté français. Elle était d’une famille catholique, chez elle on parlait français, mais elle a appris l’allemand et l’alsacien. Je l’ai bien connue puisqu’elle m’a élevée. Elle n’a jamais fait état d’un sentiment anti-allemand (elle parlait du reste très peu de son passé). C’était une femme très cordiale avec un fort caractère. Mon grand-père, André Pantel, avait fait ses études de médecine à Montpellier et sa spécialité en ophtalmologie à Paris. Puis il a ouvert un cabinet à Alès, mais la guerre a éclaté et il a été immédiatement mobilisé : il a eu une citation parce qu’il était allé chercher des blessés dans un trou d’obus et a fini lieutenant ; nous avons conservé un petit carnet où il avait noté son itinéraire de soldat jour après jour, mais nous n’avons pas sa correspondance. Je ne l’ai pas connu parce qu’il est mort en 1943. J’ai donc été élevée par deux femmes, ma mère, qui était médecin à Lyon, et ma grand-mère qui est venue à ma naissance s’installer chez nous.

Enfance

2À l’époque, être ce que l’on appelait « fille-mère » n’était pas très facile – ni enfant naturelle, d’ailleurs – mais ma mère, Madeleine Pantel, a assumé cela très bien socialement. Elle était née en 1921, elle avait commencé ses études de médecine à Montpellier et elle a été très frappée par la déportation de ses nombreux camarades d’études juifs, à partir de 1942. Après la mort de son père, elle a pris le maquis dans la région des Cévennes et est remontée vers Lyon au moment de la libération de la ville avec son groupe de FFI. C’est donc à Lyon qu’elle a terminé ses études de médecine, en faisant une spécialité de pédiatrie. Quand la Sécurité Sociale a été créée, à la Libération, on a fait appel aux jeunes médecins pour y travailler. Ma mère a répondu avec enthousiasme à cet appel en 1946. Je pense que son idéal social venait à la fois de ses origines familiales – André Pantel était conseiller général radical-socialiste du canton du Pont de Montvert – et de son engagement au sein de la Résistance où plusieurs de ses camarades étaient communistes. Elle a fait toute sa carrière au sein de la « Sécu-So » (comme on disait alors). D’abord chargée du secteur de la PMI (protection médicale et infantile) elle supervisait les IMP (Instituts médico-pédagogiques). Elle a terminé comme médecin conseil régional de la région Rhône-Alpes. Aux lendemains de la guerre régnait une ambiance très fraternelle et le sentiment qu’il y avait beaucoup à faire pour l’enfance : lutte contre la malnutrition, les maladies infantiles, les mauvais traitements. Ma mère n’a jamais regretté ce choix. Nous vivions à Lyon dans un petit appartement, dans un quartier plutôt populaire, un peu excentré mais très calme, près des usines Berliet. C’était au premier étage d’un pavillon habité par les propriétaires au rez-de-chaussée. Nous étions reliées au centre de Lyon par un tramway remplacé ensuite par un bus. À la maison, nous écoutions la radio (adolescente j’écoutais « Salut les copains ! »). Nous avions une vie sociale assez développée grâce à la paroisse protestante et au réseau de familles cévenoles qui se trouvaient à Lyon : tous les samedis et dimanches, j’étais chez des ami·e·s de ma mère qui avaient des enfants de mon âge. J’ai participé aux mouvements de jeunesse protestants ; Petite Aile, puis Éclaireuse, puis Cheftaine et cela m’a beaucoup apporté : le chant, la vie dehors, la camaraderie, l’ouverture aux autres. Il y avait au sein des troupes un certain brassage social. J’ai découvert la misère en voyant les grands bidonvilles du quartier de Gerland, peuplés de travailleurs algériens qui étaient venus pour travailler dans les usines chimiques et métallurgiques de la banlieue de Lyon. Par ailleurs, j’ai toujours passé mes vacances dans la maison familiale de Vialas où je retrouvais d’autres ami∙es qui, comme moi, passaient les trois mois de vacances au village. L’éducation que me donnait ma grand-mère était assez rigoriste, mais cela ne m’a pas gênée. Le soir, elle venait me lire une parabole, chantait un psaume, toujours le même, et nous récitions le « Notre Père ». Il était parfois question de politique à la maison. Il y avait un débat récurrent entre ma grand-mère et ma mère. Ma mère affirmait qu’elle appartenait au monde ouvrier alors que ma grand-mère disait qu’elle était une bourgeoise. Elles n’étaient pas d’accord et, les jours d’élection, ma mère me disait en riant : « Pauline, je vais voter pour annuler le bulletin de vote de ta grand-mère ». Ma grand-mère était une fervente gaulliste et ma mère manifestait contre De Gaulle… Nous écoutions des émissions à la radio et elles argumentaient toutes deux de manière véhémente. Je trouvais cela intéressant et j’ai compris aussi assez vite ce qu’était le syndicalisme. La guerre d’Algérie a été déterminante dans ma prise de conscience politique. Elle était très présente dans le quotidien. Comme le lycée était loin, ma mère nous emmenait en voiture, le matin, mon amie Annie et moi, et plus tard sa sœur aussi ; et c’est le père d’Annie qui venait nous chercher. Et nous étions très souvent arrêté·es pour contrôle quand nous traversions le bidonville algérien à Gerland. Il y avait des policiers partout ; le coffre de la voiture était fouillé.

Études, formation

3J’étais une élève correcte. J’ai fait ma scolarité à l’école communale du quartier, à une vingtaine de minutes à pied de la maison, puis au lycée de jeunes filles de Saint-Just, sur la colline de Fourvière et là il y avait une heure de transport. Le tri se faisait à la fin des études primaires, et pas seulement sur critères scolaires. Mon amie Annie, qui était excellente élève, et qui avait toujours le prix d’excellence, mais qui était d’une famille d’ouvriers, a bien failli ne pas aller au lycée : ce n’était pas ce qu’avait prévu pour elle la directrice de l’école. Ma mère a dû faire une démarche pour convaincre la directrice de lui permettre d’aller au lycée. Je lisais beaucoup. Je peux dire que j’ai été formée intellectuellement, de 5 à 17 ans, par des femmes. Le fait que l’enseignement n’était pas mixte évitait toute comparaison entre filles et garçons, toute compétition et hiérarchie des sexes. Du coup, nous avions une paix royale : nos enseignantes pouvaient nous dispenser un savoir très poussé et très libéral, notamment en littérature, sur des sujets parfois osés. La qualité de l’enseignement était exceptionnelle. Il y avait latin dès la sixième (cinq classes sur sept étaient latinistes) et grec à partir de la quatrième. Mais il n’y avait qu’une classe de grec car les élèves préféraient prendre une deuxième langue vivante. J’ai fait du grec parce que j’avais lu les « Contes et Légendes » de l’Iliade et de l’Odyssée et que ma mère avait fait du grec au lycée. Nous étions en blouse (bleue une semaine, beige l’autre, pour avoir l’assurance qu’on les change). Des petits nœuds de couleur égayaient notre blouse et marquaient notre condition : internes, externes, demi-pensionnaires ! J’étais demi-pensionnaire et j’ai un excellent souvenir des longues heures de récréation passées entre filles. L’histoire m’intéressait, notamment parce que j’avais des professeures merveilleuses, dont mademoiselle Jeannot. J’étais en A’ (à la fois scientifique et littéraire) et j’ai choisi une terminale « Philo ». J’ai eu le bac en 1964 et suis entrée en hypokhâgne au lycée de filles Edgar-Quinet (ma classe n’était pas mixte, mais la classe préparant à Fontenay-Saint Cloud l’était). Je m’y suis beaucoup ennuyée. D’abord, la professeure d’histoire était nulle et, en langues anciennes, on faisait du « petit latin » et du « petit grec » (il fallait parler comme Aristote et Cicéron), ce qui était assez stérile. Mais j’ai eu un professeur de philosophie passionnant, Pierre Jouguelet, et un excellent professeur d’allemand. Ma grande amie Madeleine Rougé était partie à la fac de lettres. Alors, je l’ai rejointe après avoir passé l’examen de Propédeutique. À la faculté d’histoire, l’habitude des étudiants était de commencer leur cursus par les certificats de Moderne et de Contemporaine, mais moi j’avais choisi ceux d’Antique et de Médiévale. Pour le certificat d’histoire ancienne, je suis tombée sur un professeur formidable : Pierre Vidal-Naquet. Ce fut décisif dans ma vie. À l’époque, l’enseignant titulaire faisait tout : les cours magistraux, les travaux dirigés et la version grecque. Nous avions Pierre Vidal-Naquet six heures par semaine. Intellectuellement, c’était une grande chance. Il venait de terminer son livre Clisthène l’Athénien et nous en parlait beaucoup. Nous ne comprenions pas tout, alors parfois il se lamentait : « vous êtes nuls ». C’est là que j’ai connu Maurice Sartre étudiant de seconde année de licence. Nous suivions aussi le cours d’histoire hellénistique qui était au programme de l’agrégation d’histoire. Pierre Vidal-Naquet avait une grande admiration pour l’historienne Claire Préaux. Pour le cours de version grecque, il nous demandait de traduire les textes avant de les commenter, ce dont nous n’étions pas capables. Je suivais aussi les cours de littérature grecque, d’archéologie et d’épigraphie avec Jean Pouilloux et Georges Roux. Pierre Vidal-Naquet étant parti à Paris enseigner à l’EHESS en 1966, j’ai fait une maîtrise en 1967-1968 avec Jean Pouilloux, sur un corpus d’inscriptions de la cité de Magnésie du Méandre en Asie Mineure, qui portaient sur les demandes d’asylie liées au sanctuaire d’Artémis Leucophryénée. J’ai étudié une trentaine d’inscriptions d’époque hellénistique très intéressantes qui montraient les relations de Magnésie avec plusieurs cités, mettaient en scène l’évergétisme, croisaient les thèmes religieux avec les thèmes politiques. Jean Pouilloux venait de créer un centre de recherches, le Centre Fernand-Courby, lieu d’échanges entre les historiens, les archéologues, les épigraphistes, les philologues, extrêmement formateur pour une étudiante en maîtrise. Et dans ces années-là, j’ai pu participer plusieurs fois au chantier de fouilles de Salamine de Chypre où Georges Roux et Jean Pouilloux nous initiaient à l’archéologie, des mois de rêve.

4En 1968 le mouvement social a commencé à être perceptible dès février à la fac, dans le syndicat étudiant d’histoire qui était très politisé, notamment sous l’influence des camarades de l’UEC. Nos revendications étaient alors surtout catégorielles, portant sur ce qu’il fallait changer à l’Université. De ce point de vue, ce fut une année très formatrice car nous étions encadrés par des assistants, souvent syndiqués au SNESUP ou au SGEN-CFDT, qui nous aidaient à formuler nos demandes, dans une sorte de cahier de doléances, et à les faire remonter dans les conseils : les conditions de travail, la fin des cours magistraux, l’autogestion, etc. Il y a eu occupation des locaux de la faculté du quai Claude-Bernard, notamment pour empêcher le vandalisme, de grandes manifestations et même un mort (un policier sur un des ponts du Rhône). Ma mère trouvait ma participation au mouvement très bien ; elle est venue me chercher un jour car elle avait entendu à la radio que ça se passait mal, craignant que je sois sur une barricade et elle ne m’a pas trouvée car j’étais déjà rentrée à la maison. Nous avions le soutien de certains enseignants comme Jean Pouilloux ou Bernard Comte. Mais il n’était pas du tout question des femmes et de leur condition. Les groupes trotskystes, les syndicats, l’UEC et les anars étaient dirigés par des garçons.

Carrière

5Dans l’immédiat, je n’ai pas perçu 1968 comme un tournant. Mais la répression du printemps de Prague en août 1968 m’a conduite à m’interroger sur les régimes communistes. La rentrée suivante (septembre 1968) était celle de l’année de préparation des concours de recrutement, on ne s’est pas trop posé la question d’une continuité du mouvement. Il y avait la réforme Faure, mais elle s’est mise en place lentement et je n’en ai pas bénéficié. J’ai eu le concours (agrégation féminine d’histoire et géographie) en juillet 1969 et, sans aucune préparation pédagogique (j’avais juste eu trois semaines de stage en lycée l’année de la maîtrise), j’ai été nommée dans un lycée. Avec mes quatre camarades lyonnaises reçues avec moi, nous avons demandé à la fin du concours à l’inspecteur général à bénéficier, comme les capésiennes et capésiens, d’une année de formation en stage. Il nous a répondu que nous n’avions qu’à démissionner de notre agrégation… J’ai alors choisi le lycée Simone Weil de Saint-Étienne, à l’époque lycée de jeunes filles. La première année, en 1969-1970, j’ai eu 19 heures de cours à faire sur quatre niveaux de classe différents, sur les deux cycles, en dépit de mes protestations auprès de la proviseure. Le lycée et le collège n’étaient pas au même endroit et pour passer de l’un à l’autre, en tramway, il n’y avait que le temps de la récréation. Je suis vite allée voir mon ancienne professeure d’histoire, mademoiselle Jeannot, pour qu’elle me prête des manuels scolaires. Je n’avais aucune idée des programmes. J’avais même deux classes dites d’intégration : ces jeunes filles entraient en quatrième après avoir réussi le certificat d’études. Elles avaient beaucoup d’entrain mais ne connaissaient absolument rien en histoire et étaient à la peine en français. Je n’en ai pas moins passé une très bonne année. J’ai découvert le syndicalisme. Je suis entrée au SGEN-CFDT parce que j’avais eu une bonne expérience de ce syndicat à la fac dans la mesure où les assistants de la fac formaient une équipe très ouverte. En outre, le SGEN était un syndicat inter-catégoriel et c’est pour cela que j’y suis restée pendant toute ma vie professionnelle. Comme je devais me marier avec Jean-Claude Schmitt, que j’avais rencontré en 1966 en montagne, j’ai demandé un poste de professeur en région parisienne et l’inspecteur général m’a nommée au lycée Jean-Baptiste Corot de Savigny-sur-Orge pour l’année 1970-1971. J’ai donc déménagé en 1970 pour Paris. N’étant libre qu’en fin de journée, je suivais le séminaire de Jean-Pierre Vernant le lundi soir à l’EPHE Ve section. C’était l’époque où il préparait son livre sur la mètis et j’avais du mal à suivre ses démonstrations. J’avais pourtant eu la religion grecque au programme de l’agrégation, mais nos professeurs nous avaient dit qu’il ne fallait surtout pas lire Vernant car cela nous aurait donné de très mauvaises idées (sans doute incompatibles avec celles du jury du concours) ! Et un beau jour, j’ai vu arriver Pierre Vidal-Naquet, à une séance où Walter Burkert venait présenter ses travaux sur le sacrifice, avec lesquels Vernant et lui étaient en total désaccord. C’est ainsi que j’ai renoué avec Pierre Vidal-Naquet. Et, comme il était en train de créer l’enseignement de l’histoire ancienne à l’Université de Paris VII-Jussieu toute nouvelle, il m’a proposé de devenir son assistante à la rentrée 1971. J’avais commencé dès février 1971 par remplacer au pied levé François Aron pour une séance sur la religion chez Platon. À Jussieu, les collègues pratiquaient une nouvelle façon d’enseigner l’histoire, voulant remettre en question le « quadripartisme » des périodes, insistant sur les questions de méthodologie et avec des enseignements thématiques trans-périodiques. J’ai partagé par exemple une UE (unité d’enseignement) avec Bernard Vincent, historien moderniste, sur les marginaux et, plus tard, nous avons mis en en place l’UE intitulée « L’histoire des femmes est-elle possible ? ». C’était très dépaysant intellectuellement. Par ailleurs, il fallait que je fasse une thèse en histoire grecque. J’aurais pu demander un sujet à Jean-Pierre Vernant ou Pierre Vidal-Naquet, mais je n’étais pas à l’époque assez à l’aise avec leurs approches et leurs méthodes, assez éloignées de ma formation. Ils m’intimidaient ! Alors j’ai utilisé une lettre de recommandation de Jean Pouilloux à Louis Robert, alors professeur au Collège de France, qui a accepté de m’encadrer. Il a cherché dans ses classeurs en bois, avec son épouse Jeanne, et ils ont trouvé une dizaine de fiches sur les banquets publics, un sujet qu’ils n’auraient pas le temps de traiter. J’ai ainsi commencé un travail de recherches sur les banquets publics dans les cités grecques. Ce fut ma thèse d’État.

Le féminisme et l’engagement dans le mouvement social

6Dans les années 1970, il y avait de nombreuses manifestations pour les droits des femmes, auxquelles je participais. Et je militais au sein du Parti Socialiste pour essayer de faire bouger les choses (en pure perte en ce qui concerne la section du XIIIe arrondissement où nous n’avions pas la parole et où nos questions n’intéressaient personne). À Paris VII-Jussieu, une des UE phares était celle intitulée « Lecture historique de l’actualité » qui était obligatoire pour les étudiantes et étudiants et encadrée par Jean Chesneaux. Nous essayions de faire comprendre à notre public estudiantin la spécificité de la méthode historique en l’appliquant à l’actualité telle qu’elle se manifestait dans les discours politiques, l’écriture journalistique… C’était passionnant. À Vincennes, il y a sans doute eu aussi des expériences semblables. Mais Paris VII, pendant quelques années, a été un véritable chaudron bouillonnant d’initiatives pédagogiques. Dans le cadre des UE trans-périodiques, Michèle Perrot nous a proposé, à Fabienne Bock (assistante en histoire contemporaine) et à moi, de créer un enseignement sur l’histoire des femmes, en 1973. Cette initiative répondait à un vrai problème social de ce temps-là et l’histoire des femmes n’avait jamais été traitée à l’université. Mais lorsque pour la première année nous avons cherché des historiennes et des historiens pour intervenir, nous avons découvert ce paradoxe : il n’y avait que des hommes pour venir exposer l’histoire des femmes (Pierre Vidal-Naquet en Antique, Jacques Le Goff en Médiévale, Emmanuel Le Roy Ladurie pour l’époque moderne, etc.). Et ils n’avaient pas grand-chose à dire car ils n’y avaient jamais sérieusement pensé. Alors, cela a été un déclic. Nous nous sommes dit qu’il fallait absolument former des jeunes chercheuses et chercheurs pour travailler sur ces thèmes. Michelle Perrot a fait un travail extraordinaire : elle a tout de suite commencé à diriger des maîtrises et puis Christiane Klapisch pour le Moyen Âge et Arlette Farge pour l’histoire moderne ont fait de même. Il y a eu tout un vivier de jeunes qui ont dépouillé les archives pour pouvoir commencer à écrire l’histoire des femmes. Du point de vue de la recherche, notre place à l’université a été une chance car cela a permis de promouvoir toute une génération de chercheuses et chercheurs en histoire des femmes. En même temps, la contestation continuait dans la rue, évidemment, et il y a eu une espèce d’osmose entre le mouvement social et ce début des recherches. Ce fut une période extraordinaire qui ne se produit pas souvent dans une vie et nous pouvons dire, Michelle Perrot et moi, que ces quelques années furent le grand moment de notre vie. Nous avons beaucoup milité avec les collègues sociologues, linguistes, anthropologues, etc. Bref, je suis arrivée à l’histoire des femmes par mon engagement dans le mouvement social, plus que par mon histoire familiale ou personnelle. Dans ma famille, je vivais dans un îlot préservé de la domination masculine en ce qui concernait ma cellule familiale, mais je voyais bien certaines pesanteurs chez des cousins et j’ai été très tôt confrontée à la réalité sociale : devenue majeure, je n’avais pas le droit d’ouvrir un compte en banque, je n’avais pas la disposition de mon corps, devenue mère, en 1972, je n’avais pas le droit de quitter la France avec mon enfant sans l’autorisation du père (il n’existait pas d’autorité parentale, mais une autorité paternelle). C’est pourquoi j’ai voulu parler d’histoire des femmes en dehors du cercle académique. Et je me suis intéressée à l’intersection entre ces recherches et la vie sociale. Le prolongement de cet engagement, je le vis depuis une dizaine d’années à la CIMADE, dans mon travail avec les femmes migrantes.

La recherche

  • 1 Michelle Perrot (dir.), Une histoire des femmes est-elle possible ?, Marseille, Rivages, 1984 ; Geo (...)

7Ma propre recherche en histoire grecque n’a pas porté initialement sur l’histoire des femmes. Elles n’apparaissaient guère dans mon corpus sur les banquets publics ! Et j’ai travaillé plus largement sur l’histoire des mœurs et du politique. Ce qui m’a intéressée d’abord en histoire des femmes, c’est l’historiographie, parce que je trouvais cela utile sur le plan méthodologique. En 1990, je suis allée présenter un point sur la question de l’histoire des femmes à un congrès des études anciennes en Italie, à la Fédération internationale des études classiques. Les collègues antiquistes découvraient alors que l’on pouvait s’intéresser à ce genre de thématique. En dehors du domaine de l’histoire ancienne, je faisais partie d’un groupe qui se réunissait à l’EHESS, avec Michelle Perrot, Cécile Dauphin, Christiane Klapisch, Arlette Farge, Véronique Nahoum, Rose-Marie Lagrave, et bien d’autres, où pendant des années nous avons réfléchi de façon critique à ce domaine et à ces problématiques ; parfois avec des invitées comme Natalie Zemon Davis. Ce groupe n’a jamais pris une forme institutionnalisée. C’étaient juste quelques heures hebdomadaires de discussion libre. Et c’est de ce vivier intellectuel que sont sortis le colloque et le livre : Une histoire des femmes est-elle possible ? et l’ouvrage collectif : l’Histoire des femmes1. Puis, la revue Clio a été créée en 1995, fédérant des chercheuses parisiennes et toulousaines notamment, souvent plus jeunes. J’ai accepté de faire partie du comité scientifique où je n’ai rien eu à faire de particulier, c’est une forme d’attachement symbolique. En revanche, j’ai donné plusieurs articles à Clio (sur les festins de femmes, sur les prostituées, sur les héroïnes), et coordonné un numéro avec Christiane Klapisch et Gabrielle Houbre sur « Femmes et images ». L’association Mnémosyne a été créée en 2000 à partir de ce noyau de chercheuses. Ce sont les filles de Clio qui se sont trouvées un peu en porte-à-faux vis-à-vis des autres associations européennes et internationales d’historiennes sur l’histoire des femmes qui s’étonnaient de ne pas trouver d’institution correspondante en France. Depuis vingt ans, je suis les journées d’études et les assemblées générales de « Mnémosyne », requinquée chaque fois par la jeunesse et le dynamisme présents. J’ai parfois pris part aux tables rondes organisées par « Mnémosyne » aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois, une autre manière de toucher le large public d’enseignants et d’enseignantes du secondaire.

  • 2 Nathalie Ernoult et Violaine Sebillotte (dir.), Problèmes du genre en Grèce ancienne, Paris, Public (...)
  • 3 Sandra Boehringer et Violaine Sebillotte Cuchet (dir.), Hommes et femmes dans l’Antiquité grecque e (...)

8De façon parallèle et complémentaire, cette fois-ci en histoire ancienne, nous avons fondé en 2000, Louise Bruit et moi, une équipe de recherches : « Phéacie » (Paris I/Paris VII) dont le titre était : « Les pratiques culturelles dans les sociétés grecques et romaines ». Plusieurs thèmes étaient à l’étude et sous l’impulsion de Violaine Sebillotte qui avait lu Thomas Laqueur et Joan Scott, nous nous sommes intéressées au genre, dans notre séminaire mensuel, ce qui a donné le livre Problèmes du genre en Grèce ancienne2. C’était une démarche prudente, partant du terrain d’étude de chaque membre du groupe. Nous avons appliqué la même démarche pour le livre publié sous la direction de Violaine Sebillotte et Sandra Boehringer3, à vocation plus pédagogique. De 2000 à 2010, l’équipe de recherches « Phéacie » a donc été un point d’ancrage important pour les études de genre en histoire antique menée par une nouvelle génération, celle des chercheuses et chercheurs né∙es dans les années 1960-80. Elle s’est ensuite fondue dans l’UMR AnHiMA où l’axe « genre » a toute sa place.

9Une autre aventure dont j’ai fait partie est celle de l’Institut Émilie-du-Châtelet, créé en 2006 par le Conseil général d’Île-de-France. Cet institut « pour le développement et la diffusion des recherches sur les femmes, le sexe et le genre » a donné un élan aux recherches sur le genre jusqu’en 2018, notamment par des financements de bourses de master, de doctorat, de post-doctorat, mais aussi par toute une série de colloques qui ont diffusé ces recherches. Les échanges, au sein du conseil scientifique, avec les collègues des autres disciplines étaient fort intéressants. Ils m’ont rappelé un peu l’époque de Jussieu des années soixante-dix. Pour des questions comme l’histoire des femmes et le genre, la transdisciplinarité est en effet essentielle. Elle est présente aussi dans le séminaire de master de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne sur le genre, créé en 2001 comme séminaire historique trans-périodique. Puis en 2009, un axe transversal de recherches et un séminaire pluridisciplinaire se sont ouverts pour les étudiantes et étudiants de master et de doctorat des différentes composantes de l’université. C’était une belle victoire que d’avoir ainsi pu « institutionnaliser » dans notre université ce tronc commun indispensable à la réflexion en histoire et dans les sciences sociales. Mon passage à la direction de l’École Doctorale d’histoire de Paris I m’a permis de suivre de près nombre de thèses novatrices.

  • 4 Pauline Schmitt Pantel, Aithra et Pandora, Femme, Genre et Cité dans la Grèce antique, Paris, L’Har (...)
  • 5 Sandra Boehringer, Sandra Péré-Noguès, Adeline Grand-Clément, Violaine Sebillotte-Cuchet, « La base (...)

10Après avoir moi-même rassemblé dans un livre, Aithra et Pandora, les recherches que j’ai menées sur les femmes4, je continue à m’intéresser aux évolutions récentes de la recherche dans le domaine de l’Antiquité et je suis d’accord avec les historiennes sur l’importance de rendre les femmes antiques visibles, comme se propose de le faire le projet « Eurykleia » piloté par Sandra Boehringer, Adeline Grand Clément, Sandra Péré-Noguès et Violaine Sebillotte5. Un débat se poursuit sur l’existence ou non de « citoyennes » dans le monde grec. Les uns et les unes disent que les femmes n’avaient pas de droits politiques et donc qu’elles ne sont pas des citoyennes stricto sensu et les autres font valoir que la citoyenneté en Grèce ne se limite pas à la participation à l’Assemblée. Josine Block, quant à elle, insiste sur la dimension religieuse de la citoyenneté. La définition que l’on donne au politique dans les cités est à l’arrière-plan de ce débat. Dans la mesure où je défends depuis longtemps l’idée que la définition de la citoyenneté n’est pas seulement celle qu’en donne Aristote (la participation aux délibérations et aux charges) mais qu’elle est beaucoup plus large, je ne suis pas choquée par cette utilisation du terme « citoyennes » pour les femmes grecques. Après tout, nos grand-mères et nos mères n’ont pas attendu le droit de voter pour agir en citoyennes.

Haut de page

Notes

1 Michelle Perrot (dir.), Une histoire des femmes est-elle possible ?, Marseille, Rivages, 1984 ; Georges Duby et Michelle Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, 5 vol. , Paris, Plon, 1991.

2 Nathalie Ernoult et Violaine Sebillotte (dir.), Problèmes du genre en Grèce ancienne, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007.

3 Sandra Boehringer et Violaine Sebillotte Cuchet (dir.), Hommes et femmes dans l’Antiquité grecque et romaine. Le Genre : méthode et documents, Paris, A. Colin, 2011.

4 Pauline Schmitt Pantel, Aithra et Pandora, Femme, Genre et Cité dans la Grèce antique, Paris, L’Harmattan, 2009.

5 Sandra Boehringer, Sandra Péré-Noguès, Adeline Grand-Clément, Violaine Sebillotte-Cuchet, « La base de données Eurykleia. Un outil au service d’une histoire mixte de l’Antiquité », Mètis, N.S., 18, 2020, p. 19-38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Bonnard, « Entretien avec Pauline Schmitt Pantel », Genre & Histoire [En ligne], 28 | Automne 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/6806

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Bonnard

Jean-Baptiste Bonnard, maitre de conférences en histoire grecque à l’Université de Caen-Normandie, rattaché à l’UMR 8210 AnHiMa et membre associé de l’EA 7455 HisTéMé. Courriel : jean-baptiste.bonnard@unicaen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search