Navigation – Plan du site

AccueilNumeros28Travaux soutenusJustine Audebrand, Frères et sœur...

Travaux soutenus

Justine Audebrand, Frères et sœurs dans l’Europe du haut Moyen Âge (vers 650-vers 1000)

Thèse de doctorat en histoire médiévale, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Geneviève Bührer-Thierry, soutenue le 13 novembre 2021

Texte intégral

1Dans un article paru en 2008 dans Médiévales, Didier Lett écrivait que les frères et sœurs restaient les « parents pauvres de la parenté ». Les historien·ne·s de la famille, en particulier pour l’époque médiévale, se sont en effet beaucoup servi·e·s des outils de l’anthropologie structuraliste, qui privilégie l’étude des relations de filiation et d’alliance, en laissant de côté les relations adelphiques. Ce terme, dérivé du grec adelphos/adelphè, signifie « né∙e de la même matrice ». L’usage de mots issus de cette racine permet de dégenrer l’analyse en s’éloignant des trop masculins « fratrie » et « fraternité ». On peut ainsi parler d’adelphes pour désigner indifféremment un frère ou une sœur, à l’instar de l’anglais siblings. Désigner un groupe mixte de frères et sœurs par le terme d’adelphie, réserver fratrie à un groupe masculin et sororie à un groupe féminin permet de mettre en évidence la place des femmes.

2La thèse s’attache ainsi à étudier les groupes adelphiques en Gaule (terme qui reste en vigueur jusqu’à la fin du haut Moyen Âge), Germanie et Angleterre entre 650 et 1000. Les sources sont de nature diverse : il s’agit de croiser les textes narratifs, principalement hagiographiques et annalistiques, avec les documents de la pratique, constitués essentiellement des diplômes royaux et de chartes entérinant des transactions (échanges de terres, donations à des monastères, ventes…). La majorité de ces sources a été éditée, en particulier par l’institut allemand des Monumenta Germaniae Historica. Les autres types de sources sont mobilisés de manière ponctuelle, avec une attention toute particulière accordée aux objets et textiles produits par des femmes.

3La première partie de l’étude s’intéresse au vocabulaire et aux contours des groupes adelphiques. Elle permet notamment de montrer que les frontières de l’adelphie ne sont pas fixes : si la parenté biologique prime, on peut qualifier de frères ou de sœurs des parents qui ne le sont pas. Dans la famille ottonienne par exemple, les empereurs tendent à appeler certains de leurs parents « frères » alors qu’ils sont leurs neveux ou leurs cousins. Aussi bien sur le continent qu’en Angleterre, les demi-frères et demi-sœurs sont considéré∙e∙s comme des membres à part entière du groupe.

4Les trois autres parties suivent le cours de la vie des individus, de l’enfance à la mort. Il s’agit de faire une histoire totale des groupes adelphiques, qui va de l’histoire du pouvoir à l’histoire des émotions, du politique à l’intime, des structures aux individus. Cette perspective est d’autant plus nécessaire que, dans un régime démographique où la différence d’âge au mariage est grande, la relation adelphique est souvent la relation familiale la plus longue de la vie d’un individu. Ainsi, si l’enfance permet de former des liens encouragés par les parents, la mort de ces mêmes parents constitue souvent un premier élément de crise qui peut remettre en cause l’intégrité de la cellule adelphique. Une fois cette crise surmontée, les relations adultes apparaissent comme relativement apaisées : la gestion commune du pouvoir et du patrimoine apparaissent comme des éléments de cohésion, qui expliquent l’importance accordée aux sentiments à l’âge adulte. Néanmoins, les guerres, les veuvages et la mort sont autant de moments de remise en cause de ces relations. Les guerres entre souverains, en particulier à l’époque carolingienne, se répercutent ainsi souvent sur les fratries aristocratiques.

5Plusieurs traits saillants caractérisent en définitive les groupes adelphiques au début du Moyen Âge. Les historien·ne·s de la famille ont souvent mis en évidence l’importance des thèmes de la gémellité, de l’inceste et du fratricide dans l’étude des relations adelphiques : en tant que déviances fabuleuses ou monstrueuses, ce sont des notions qui occupent une place importante dans les imaginaires de la parenté. Or, pour le haut Moyen Âge, ces thématiques sont relativement absentes, ce qui est sans doute lié à la survalorisation des liens adelphiques par les clercs. Pour eux, la fraternité (au masculin) est un idéal et doit servir de modèle à l’ensemble des chrétiens : nulle place dans cette vision du monde pour l’anormalité. De même, dans la pensée de ces clercs, la seule relation homme/femme au-dessus de tout soupçon sexuel est la relation entre un frère et une sœur, ce qui explique qu’ils peinent à concevoir l’inceste. On voit ainsi souvent des saints accompagnés de leurs sœurs dans la vie et dans la mort, comme Benoît et Scholastique dont les reliques sont déplacées ensemble vers 660. Cet idéal trouve un certain écho dans l’aristocratie : le lien adelphique, malgré les conflits qui peuvent le menacer, n’est presque jamais définitivement rompu. La collaboration et l’entraide sont des normes largement acceptées, en particulier en-dehors des familles royales où la compétition demeure forte. Encore faut-il souligner le caractère singulier de l’Angleterre dans ce tableau : dans les royaumes de l’île, l’importance de la succession royale entre frères atténue la compétition pour le pouvoir. Étudier les relations entre frères et sœurs est aussi une manière de nuancer certaines positions de l’histoire de la famille : en particulier, il est nécessaire de réévaluer la mise en place de la primogéniture au xe siècle. Plutôt qu’une exclusion des cadets, on remarque une recomposition des relations au sein de la famille, qui n’exclut pas les cadets mais leur assigne un rôle différent dans l’économie du pouvoir. Ce qui est bien visible à cette époque cependant, c’est la marginalisation progressive des femmes : dans la Francie du xe siècle, les sœurs des aristocrates puissants jouent un rôle moins important que durant les siècles précédents, alors qu’elles constituaient, jusqu’à l’époque carolingienne, des piliers du pouvoir de leurs frères. C’est moins le cas en Germanie.

6Étudier les frères et sœurs permet donc de décentrer le regard sur l’histoire traditionnelle de la famille et d’intégrer pleinement les femmes à l’analyse en mettant en lumière leurs actions aux côtés de leurs frères.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Justine Audebrand, Frères et sœurs dans l’Europe du haut Moyen Âge (vers 650-vers 1000) », Genre & Histoire [En ligne], 28 | Automne 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/6814

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search