Navigation – Plan du site

AccueilNumeros28Travaux soutenusMélanie Fabre, La craie, la plume...

Travaux soutenus

Mélanie Fabre, La craie, la plume et la tribune. Trajectoires d’intellectuelles engagées pour l’école laïque (France, années 1880-1914)

Thèse de doctorat en histoire contemporaine, EHESS, sous la direction de Vincent Duclert et de Rebecca Rogers, soutenue le 25 novembre 2021

Texte intégral

1Située au carrefour de l’histoire des intellectuels, de l’histoire de l’éducation et de l’histoire des femmes et du genre, cette thèse étudie la trajectoire d’une dizaine de femmes engagées dans la « guerre scolaire » qui sévit autour de l’école laïque entre les années 1880 et la Grande Guerre. Le but est d’analyser leur construction en tant qu’intellectuelles, tout d’abord en étudiant la manière dont elles accèdent au monde du savoir, ensuite en analysant la façon dont elles mobilisent leur capital scolaire et leur expérience professionnelle dans l’instruction pour s’exprimer publiquement. Le terme d’« intellectuelle » est mobilisé ici comme une catégorie d’analyse pour désigner l’appartenance de ces femmes à la culture savante, leur posture critique et la visibilité qu’elles acquièrent.

2C’est lors du dépouillement de revues pédagogiques, corporatistes, politiques et féministes, et au cours de l’analyse de divers actes de congrès que des noms féminins sont apparus de manière récurrente, dans divers combats et dans de multiples publications. Ces noms ont constitué la principale cohorte de cette thèse. La plupart des femmes repérées étant fonctionnaires de l’Instruction publique, il a également été possible de suivre leur trace dans les dossiers de carrière nominatifs conservés aux Archives nationales dans la série F/17. Ces dossiers ont permis de préciser des éléments concernant leur trajectoire de vie (état civil, mariage, enfants, lieux d’exercice, diplômes). Ils renferment également les évaluations réalisées par leurs inspecteurs au cours de leur carrière ainsi que les relations, parfois conflictuelles, qu’elles ont entretenues avec leur administration. Outre ces archives produites par l’institution scolaire et les sources imprimées issues notamment de la presse, ont également été consultés des écrits du for privé et des correspondances, l’objectif de cette thèse étant d’introduire dans l’histoire des idées une approche biographique des actrices du débat intellectuel.

3Si quelques développements remontent jusqu’au Second Empire, en analysant notamment la trajectoire de Clarisse Coignet, qui pense la morale laïque en philosophe dès les années 1860 et participe au laboratoire d’idées pédagogiques s’ouvrant en 1870-1871 avec la proclamation de la République, ce sont les lois scolaires des années 1880 qui créent de nouvelles opportunités de carrières intellectuelles pour les femmes dans l’Instruction publique. En effet, la loi Bert (1879) entraîne la multiplication des écoles normales de filles, tandis que la loi Sée (1880) donne naissance aux premiers lycées de jeunes filles. Les professeures et directrices qui constituent ce nouveau personnel féminin sont formées dans les écoles normales supérieures de Fontenay et de Sèvres, institutions étudiées à travers les souvenirs de jeunesse de plusieurs de leurs élèves devenues ensuite des personnalités engagées dans les débats relatifs à l’instruction. Souvent munies d’une expertise internationale – en raison notamment de leur participation aux nombreux congrès qui émaillent la période –, des femmes s’expriment dès les années 1880 sur la forme que doit revêtir l’instruction féminine. Elles adoptent des positions qui les distinguent souvent des hommes, qu’ils soient républicains ou hostiles au régime, la crainte de la « femme pédante » transcendant les clivages politiques.

4Mais c’est surtout l’affaire Dreyfus qui propulse plusieurs femmes dans la sphère publique. Ces dernières défendent l’école laïque en des temps de crise politique et prennent part aux initiatives d’éducation populaire. Ainsi, Mathilde Salomon, directrice du Collège Sévigné, établissement libre et laïque, s’engage dans les rangs dreyfusards et siège à la Ligue des droits de l’homme, quitte à mettre son institution en péril. Albertine Eidenschenk et Marie Baertschi, anciennes fontenaisiennes, défendent coûte que coûte leur conception de la laïcité face à une hiérarchie hostile et agissent dans la sphère publique, l’une en créant un patronage laïque de jeunes filles, l’autre, oratrice hors pair, en devenant « la muse des universités populaires ». Pauline Kergomard, inspectrice générale des écoles maternelles et Jeanne Desparmet-Ruello, directrice du lycée de jeunes filles de Lyon, investissent-elles aussi la tribune dans le grand mouvement des universités populaires. La crise dreyfusarde constitue pour elles une injonction à l’action dans le contexte de la « Guerre des deux France ».

5L’éducation des filles constitue un des champs de bataille de cette « Guerre des deux France » où les femmes catholiques se mobilisent également. Dans ce climat, l’ouvrage de Mère Marie du Sacré-Cœur, née Adrienne Laroche, qui, en 1898, dénonce la pauvreté de l’instruction donnée aux jeunes filles dans les congrégations, fait l’effet d’un coup de tonnerre. Cette religieuse qui porte une parole dissidente au sein d’une institution aussi hiérarchisée que l’Église peut-elle être qualifiée d’intellectuelle ? Son texte, réédité quatre fois en un an avant d’être condamné par la Congrégation des évêques et réguliers à Rome, est en tout cas prophétique : quelques années après cette publication, les congrégations enseignantes disparaissent à la faveur de la loi de juillet 1904. La renaissance d’un enseignement libre sécularisé contribue alors à l’apparition de nouvelles figures catholiques, dont les écoles d’un nouveau genre font concurrence aux lycées, puisqu’elles préparent les jeunes filles au baccalauréat. Cela relance les controverses autour de l’enseignement secondaire public féminin.

6Cette Belle Époque marquée par une intense conflictualité politico-religieuse est un cadre propice au débat, lui-même nourri par la poussée féministe qui met les questions d’éducation en tête de ses préoccupations. Plusieurs partisanes de l’école laïque cumulent un engagement féministe, libre-penseur et socialiste. Ces dernières militent pour un enseignement pacifiste à l’école, mais aussi pour l’introduction de la coéducation, et, plus généralement, pour une réforme profonde du modèle scolaire.

7La décennie qui précède la Grande Guerre constitue en outre une période de mobilisation des enseignantes, qui revendiquent par exemple l’égalité des traitements entre hommes et femmes ou réclament le droit d’accéder à des postes jusqu’alors masculins, comme ceux relatifs à l’inspection des écoles. Les intellectuelles étudiées ici deviennent alors leurs porte-drapeaux, à la fois en tenant des rubriques dans des journaux, mais aussi en prenant la parole dans des congrès, ou en forçant la porte du Conseil supérieur de l’Instruction publique lors d’élections professionnelles conçues à l’origine pour faire de cet organe un lieu de discussion masculin.

8Encadrée par un prologue et un épilogue qui permettent de suivre de leur naissance à leur mort quatre des intellectuelles les plus actives entre 1880 et 1914, cette thèse se donne pour objectif, selon la formule de Marc Bloch, d’introduire de la « chair humaine » dans l’histoire des idées. Elle étudie des personnalités jusqu’alors méconnues de l’historiographie, qui évoluent dans le monde de l’instruction, mais qui posent souvent la craie pour tremper leur plume dans l’encre de la polémique, sans hésiter parfois, n’en déplaisent aux détracteurs des « femmes savantes », à monter à la tribune.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Mélanie Fabre, La craie, la plume et la tribune. Trajectoires d’intellectuelles engagées pour l’école laïque (France, années 1880-1914) », Genre & Histoire [En ligne], 28 | Automne 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/6818

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search