Navigation – Plan du site

AccueilNumeros28Travaux soutenusMamaye Idriss, Femmes et engageme...

Travaux soutenus

Mamaye Idriss, Femmes et engagement pour la départementalisation de Mayotte (1958-2011). Dynamiques du genre dans les luttes sociales et politiques dans l’archipel des Comores

Thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université de Paris, sous la direction de Faranirina Rajaonah et de Sophie Blanchy, soutenue le 4 décembre 2019

Texte intégral

1À Mayotte, l’idée selon laquelle les femmes détiendraient une position avantageuse, voire supérieure aux hommes, suggérant une inversion des rapports de genre dans une société musulmane, est un élément saillant dans les médias. Si la matrilocalité a servi dans un premier temps à justifier cette supposée anomalie, c’est sur la base de la mobilisation protestataire d’un mouvement de femmes surgi dans les années 1960-1970, les soroda wa maore (en mahorais : les soldats de Mayotte) que les germes d’un particularisme féminin mahorais se sont cristallisés. Plus connues par le grand public sous le nom de chatouilleuses, ces femmes se sont imposées sur la scène politique mahoraise en ayant recours à la protestation et à la violence ; la pratique de la « chatouille », euphémisme faisant allusion aux représailles dirigées contre leurs opposants politiques, en fit leur renommée. En revenant sur l’engagement de ces femmes pour la départementalisation de Mayotte, cette thèse entend réfléchir sur la fabrication de stéréotypes de genre en montrant la nouveauté de la place des femmes acquise au cours des années 1960 à Mayotte et les récupérations politiques et mémorielles contemporaines.

2Ma démarche a consisté à dérouler trois fils : tout d’abord, celui des chatouilleuses, de leur engagement, puis, celui des dynamiques féminines anciennes spécifiques à la région océan Indien ayant contribué à l’émergence de revendications féminines en Petite-Terre, enfin, celui des mémoires et des récupérations politiques de l’histoire des chatouilleuses. L’étude diachronique des chatouilleuses, de ses différents ressorts et prolongements permet d’éclairer sur le temps long les dynamiques du genre et la redéfinition des rôles masculins et féminins du début de la colonisation aux victoires politiques de 1976 et 2011, élevant Mayotte au statut de département français, plusieurs années après sa séparation de l’archipel des Comores.

3Croisant récits de vie et archives, la thèse s’appuie sur un large corpus documentaire provenant d’archives administratives, diplomatiques et judiciaires situées en France hexagonale (Archives nationales, Archives nationales de l’Outre-Mer), à Mayotte (Archives départementales de Mayotte), en Union des Comores (Archives du centre national de documentation) et à Madagascar (Archives nationales de Madagascar). À ces sources écrites, s’ajoute des sources imprimées (Journal officiel, rapports, fascicules, manuels), des sources de presse, et des ouvrages sources (essais, biographies). Les entretiens réalisés de façon individuelle ou en groupe constituent le corps de la thèse. Prenant la forme de récits de vie, elles ont été réalisées auprès d’acteurs et actrices de la mobilisation, de témoins, parents et proches ainsi que de descendants de militant·es départementalistes ou indépendantistes. Près de soixante-dix entretiens ont été effectués entre 2009 et 2019 dans l’archipel des Comores, en France et à Madagascar sans compter le nombre important de refus de témoignages – une quinzaine –, également pris en compte dans l’exploitation du corpus documentaire. Ces données sont complétées d’observations sur le terrain, notamment de rituels, et de sources orales extraites des Archives départementales de Mayotte. Enfin, il faut souligner le recours à un troisième type de sources, permettant de sortir de la dichotomie entre archives écrites versus archives orales : celui des sources en ligne, s’insérant dans des dynamiques mémorielles plurielles et constitutives d’un parc audiovisuel éphémère. Par le recoupement des données et l’administration de la preuve, la thèse offre ainsi une lecture contrastée des enjeux de la départementalisation en fonction de ses acteurs et des périodes, sortant des analyses partisanes du projet départementaliste et des conceptions stéréotypées de genre.

4L’étude retrace dans une première partie l’itinéraire de femmes en remontant aux origines de leur installation à Mayotte au milieu du xixe siècle. « Migrantes ignorées » (M. Rodet) de l’administration coloniale, ces femmes ont développé des stratégies migratoires essentiellement à destination des premières villes coloniales de la région océan Indien. Cette circulation féminine, souvent familiale ou en fratrie, se distingue des flux de population relatifs au commerce de traite et à son corollaire, l’engagisme, bien recensé par l’historiographie. Ces dynamiques migratoires à visée matrimoniale, de travail, et plus tard, scolaire, furent les vecteurs d’un cosmopolitisme au féminin original. De Diego Suarez en passant par Nosy Be et Dzaoudzi, les germes d’une société métisse voient le jour, se singularisant par le brassage de population et de nouvelles formes de conjugalité. Au milieu du xxe siècle, de nouveaux paradigmes féminins se dessinent avec la première génération de femmes auxiliaires de l’administration coloniale, recrutées et formées généralement dans le secteur du soin et de l’éducation. Le rôle actif des femmes dans l’économie informelle participe également à cette dynamique, génératrice d’une plus grande autonomie. Parmi elles, la figure de femmes créoles catholique instruites ainsi que celle de femmes maîtresses coraniques, investies dans le commerce informel, ayant respectivement des liens de parenté avec l’île malgache de Sainte-Marie et l’archipel des Comores.

5La deuxième partie se centre sur la période de forte mobilisation sociale à Mayotte. De 1966 à 1976, un mouvement protestataire embrasa l’île, conduit par le Mouvement populaire mahorais (MPM), né de l’alliance entre la branche créole du Congrès des Notables (le premier parti formé à Mayotte en 1958) et le mouvement de femmes de Petite-Terre constitué peu de temps après le transfert, en 1966, du chef-lieu de Mayotte (Dzaoudzi) vers la Grande Comore (Moroni). Si la mobilisation des femmes tient à des questions sociales et économiques relatives au déplacement du centre administratif, l’intensité du mouvement et son extension à l’ensemble de l’île a pour origine une opposition de genre entre fonctionnaires masculins et administrées. Insultées et reléguées à l’état de femmes lascives par les responsables mahorais, les militantes, en quête de réponses sociales, gagnent progressivement le soutien d’autres femmes, et convertissent en mode d’action (la chatouille) le stéréotype de genre dont elles avaient été affublées en violentant les hommes politiques de passage dans l’île. En dépit de leur exclusion des institutions, les femmes témoignèrent de fortes aspirations à encadrer la lutte et pallier leur déficit en capital scolaire. Leur activité militante oscilla entre mobilisation protestataire (manifestation, boycott, expulsion des fonctionnaires au moyen de « chatouilles »), mesures coercitives vis-à-vis de leurs opposants, et gestion du protocole à destination des autorités françaises. Elles investirent également les lieux du pouvoir comme le conseil de circonscription, seule instance de représentation de l’île, signalant leur désir d’étendre leur périmètre d’intervention à celui dévolu aux hommes. C’est dans la sphère religieuse cependant qu’elles acquirent une légitimité nouvelle en reprenant à leur compte un rituel masculin (le maulida shenge), synthèse de croyances liées à la cosmogonie locale et à la foi musulmane. Si les femmes s’alignèrent au départ sur la position des hommes, en se prononçant pour l’élévation de Mayotte au statut de département français, leur requête prit néanmoins un sens nouveau dans la mesure où elles s’opposaient aux hommes, issus de l’élite précoloniale et détenteurs des principales fonctions de représentation. La mobilisation féminine prit ainsi l’allure d’une révolte contre l’ordre social masculin dans le sillage de la révolution zanzibarite, survenue deux ans plus tôt en 1964.

6Apparenter la lutte départementaliste à un combat strictement féminin tend cependant à réifier une revendication devenue l’incarnation même de l’identité mahoraise, voire d’une féminité typiquement mahoraise. L’étude des chatouilleuses montre, au contraire, que ce mouvement majoritairement féminin fut soutenu par des hommes dont l’activité était peu visible. Sollicités en raison de leur fonction ou de leur compétence en tant qu’élus, « notables » ou religieux, leur participation était loin d’être mineure comme le renseigne la présence d’un comité directeur, au sein duquel intervenaient les ténors de la lutte départementaliste. Au cours des années 1970, un groupe paramilitaire visant à réprimer les partisans de l’indépendance se structura à l’ombre des femmes, opérant ainsi une division sexuée des tâches militantes originales, surexposant les femmes d’un côté et invisibilisant les hommes de l’autre.

7Enfin, la troisième partie cherche à observer les engagements selon une perspective transgénérationnelle, afin de repérer les transmissions de savoirs et savoir-faire militants ayant rendu possible la départementalisation de l’île en 2011. Elle montre dans un premier temps la centralité du combat pour Mayotte française dans les processus mémoriels. La séparation de Mayotte de l’archipel des Comores en 1976, consacrant la victoire des chatouilleuses, a participé à redéfinir un ordre du temps spécifique à Mayotte opposant un passé, conçu comme une longue période où l’oligarchie comorienne imposait sa domination, et un futur pensé en association avec la France avec l’idée toujours vive du passé dont il faut se défaire. La rupture politique de 1976 s’apparente ainsi à un temps de libération dans la mémoire collective mahoraise, donnant matière à la production d’une « mémoire réparatrice », et mettant fin au cercle d’allégeance et de soumission séculaire. Ceci étant dit, on observe une compétition des mémoires dans l’élévation de figures féminines et masculines de la lutte départementaliste. Les entrepreneurs de mémoires se distinguent notamment par la mobilisation de supports assez différents (tissu, écrit, plaque honorifique). Tandis que le conseil départemental soutient l’écriture d’un premier récit « national » tendant à réhabiliter la participation des hommes, l’histoire mahoraise est régulièrement ravivée dans le cadre de pratiques rituelles majoritairement féminines au travers de ses héroïnes. La diversité de ces entreprises mémorielles orchestre ainsi une division de genre où la révolte des femmes de 1966-1976 constitue un nœud de l’histoire mahoraise tantôt commémorée ou passée sous silence à l’avantage des hommes. De même, la diversité des actrices de la lutte est occultée à la faveur de quelques figures féminines suivant des stéréotypes de genre classiques relatifs à la maternité.

8L’héritage des chatouilleuses a fait l’objet de récupérations aussi bien par les politiciens mahorais que par les femmes. Gage de légitimité, leur engagement politique a contribué à façonner le mythe d’un pouvoir féminin à Mayotte selon lequel les femmes feraient autorité et bénéficieraient d’un plus grand crédit au sein de la population. L’affirmation d’un particularisme féminin a servi à des mouvements féminins comme celui des Femmes Leaders à justifier leur intervention dans l’espace public. S’il a fallu attendre 2008 pour voir une femme élue au conseil général, les politiciens mahorais ont néanmoins de tout temps composé avec elles. Les compensations obtenues après l’indépendance des Comores (biens fonciers, aides sociales, distinctions honorifiques) ou encore le poids des femmes mobilisées durant les campagnes électorales montrent qu’elles ont conservé une position préférentielle en politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Mamaye Idriss, Femmes et engagement pour la départementalisation de Mayotte (1958-2011). Dynamiques du genre dans les luttes sociales et politiques dans l’archipel des Comores », Genre & Histoire [En ligne], 28 | Automne 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/6821

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search