Navigation – Plan du site

AccueilNumeros28Travaux soutenusMarion Loiseau, Les femmes et leu...

Travaux soutenus

Marion Loiseau, Les femmes et leurs images : identité, invention, projection de soi dans les livres d’heures de la France de l’Ouest au xve siècle

Thèse de doctorat en histoire de l’art médiéval, Université de Poitiers, sous la direction de Cécile Voyer, soutenue le 24 septembre 2021

Texte intégral

1Au xve siècle, en Europe occidentale, deux phénomènes s’observent de manière concomitante. Premièrement, une définition médicale, théologique et morale du féminin s’ancre profondément dans la société et justifie une hiérarchisation défavorable aux femmes. Deuxièmement, l’individualisation grandissante de la pratique religieuse accorde une place de plus en plus grande aux émotions et à l’intériorité des fidèles. Dans ce contexte, les supports de la dévotion semblent être des objets qui permettent d’interroger l’interaction entre ces deux dynamiques. C’est particulièrement le cas du livre d’heures : livre de prières, objet de prestige et d’apparat, vecteur de mémoire et support de méditations quotidiennes, il cumule de nombreux usages qui en font un témoin de choix des pratiques et des mentalités de leurs propriétaires.

2Une question se pose alors : les livres d’heures ont-ils été adaptés à l’usage des femmes ? Pour y répondre, cette thèse s’est appuyée sur un corpus de vingt-quatre manuscrits datant du xve siècle, réalisés par des ateliers d’enlumineurs (sans doute à majorité masculine) exerçant en Bretagne, en Anjou, dans le Poitou et la Saintonge. Leurs productions ont été sélectionnées pour avoir appartenu, avoir été commandées par, ou pour, des femmes de ces mêmes provinces. Parmi elles, quatorze ont été identifiées, depuis la haute bourgeoisie nantaise jusqu’à Isabelle Stuart et Marguerite de Foix, duchesses de Bretagne.

3Pour analyser ce corpus, la démarche s’est voulue exploratoire et novatrice, afin de dépasser l’uniformité apparente des images, le livre d’heures ayant atteint au xve siècle un format canonique dont les thèmes varient très peu d’un exemplaire à l’autre. Pour cela, deux approches complémentaires ont été utilisées.

4La première suit la démarche proposée par le projet Ontologie du Christianisme Médiéval en Images, dirigé par Isabelle Marchesin à l’INHA. Cette encyclopédie visuelle a pour but d’identifier et d’analyser le langage des images médiévales, leur logique de communication ainsi que leur contribution à une anthropologie chrétienne. Une méthode semblable a été appliquée aux manuscrits de ce corpus : ils s’intègrent en effet à une structure de pensée plus vaste, constituée par un système de conception et de représentation du monde, dont découlent les pratiques sociales et religieuses qui façonnent le contenu des livres d’heures. Parallèlement, le recours aux gender studies a permis de mesurer la participation de ces images à la construction, à la propagation et à l’intériorisation de modèles féminins, puis d’interroger l’adéquation des images à ces normes, ou de déceler des écarts. Le genre est également une figure signifiante dans les images, en ce qu’il véhicule un ensemble de valeurs polarisées et fait partie d’une sémantique spécifique à l’Occident médiéval, contribuant par là-même à la connaissance du système de représentation que nous cherchons à étudier.

5Ainsi questionné, le livre d’heures apparaît comme un objet mobile, fréquemment transmis aux proches et cumulant des usages qui cohabitent sans s’exclure. Les images du corpus, malgré leur uniformité thématique, témoignent d’une richesse sémantique que nous avons choisi de rendre perceptible à travers quatre fonctions principales : l’éducation, la dévotion, la projection et la mémoire.

6Le livre d’heures est tout d’abord le support d’une instruction féminine dont les vecteurs principaux sont l’exemple et l’imitation. La Vierge et les saintes sont souvent mises en scène comme des modèles : des mères fertiles, des protectrices spirituelles faisant preuve de charité, de modestie et de toutes les vertus attendues d’une bonne épouse.

7En tant que livre de prières, le livre d’heures est aussi un objet de dévotion qui témoigne des orientations marquantes de la piété laïque au xve siècle : on y voit le rôle central de l’eucharistie, le culte de la Vierge, l’importance accordée aux saints. Peu de spécificités féminines apparaissent cependant. L’œil situationnel, les modes de projection spirituelle et d’identification empathique semblent au contraire être ce qui dénote le plus fortement de pratiques genrées.

8Enfin, il faut aussi considérer les livres d’heures dans leur matérialité : à travers les portraits, les armoiries, les écrits marginaux et les livres de raison, ces objets durables perpétuent des mémoires familiales jusqu’à des périodes récentes, souvent par l’intermédiaire des femmes. Ces marques témoignent aussi de la construction d’identités et d’intériorités féminines.

9Au terme de ce travail, il n’a pas été possible d’identifier de façon certaine ce qui permet de qualifier les livres d’heures à usage féminin, en dehors d’œuvres de commande qui se singularisent fortement. Cette absence de particularités soulève une contradiction entre le discours théologique et celui des images où la femme comme individu s’efface derrière une fonction : celle de la Dame, supposée être parée de toutes les vertus féminines dont elle est la garante au sein de son foyer. Elle est chrétienne et noble avant tout, alors même que le genre devient, au contraire, une catégorie de plus en plus strictement figée et contrôlée.

10Au-delà de l’approfondissement des notions déjà abordées, cette thèse ouvre ainsi des perspectives nouvelles d’enquête : l’étude d’autres corpus régionaux et le questionnement d’une semblable construction du masculin à travers les images.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Marion Loiseau, Les femmes et leurs images : identité, invention, projection de soi dans les livres d’heures de la France de l’Ouest au xve siècle », Genre & Histoire [En ligne], 28 | Automne 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/6823

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search