Navigation – Plan du site

AccueilNumeros28Travaux soutenusMatthieu Mensch, Construction et ...

Travaux soutenus

Matthieu Mensch, Construction et réappropriations de figures royales féminines. Les cas de la duchesse d’Angoulême et de la duchesse de Berry (1778-1870)

Thèse de doctorat en histoire, Université de Strasbourg et Université Federico II de Naples, sous la codirection d’Isabelle Laboulais et Anna-Maria Rao, soutenue le 15 janvier 2021

Texte intégral

1Aux antipodes d’une histoire de princesses qui serait uniquement biographique, ce travail de thèse vise à rendre intelligible les figures de la réginalité sous la Restauration : la duchesse d’Angoulême (1778-1851) et la duchesse de Berry (1798-1870). Toutes deux semblent écrasées par les postérités oppressantes de Marie-Antoinette, des impératrices Joséphine et Marie-Louise avant elles, et celle de l’impératrice Eugénie après. Trop souvent les princesses, et encore plus celles qui sont rejetées dans l’ombre historiographique et médiatique, sont réduites à des clichés. La duchesse d’Angoulême se trouve limitée à l’incarnation de l’orpheline du Temple et la duchesse de Berry à celle de la rebelle des Bourbons. Ce travail est animé par la volonté de déconstruire ces représentations pour les restituer dans toute leur complexité. L’idée d’inscrire la thèse dans une chronologie longue s’est révélée indispensable. Il devient alors possible de rétablir les archétypes successifs assignés aux deux duchesses, en portant attention aux procédés d’élaboration, de diffusion et de réappropriation de l’image de ces deux femmes qui, en dépit de leur apparent second rôle, souvent amplifié par le manque d’intérêt scientifique autour de la Restauration, ont accompagné l’histoire politique de la France.

2En effet, la Restauration reste une période relativement négligée par les historiens et la bibliographie existante à tendance à effacer le parcours de ces deux femmes qui demeurent malgré tout au cœur du pouvoir royal. Les princesses ne portent jamais le titre de reine et pourtant elles en mobilisent des attributs et des fonctions. Elles sont alors à la fois héritières d’une norme de représentation de la figure réginale fixée sous l’Ancien Régime et l’incarnation d’une forme de souveraineté féminine reconstruite sous la Restauration puis, façonnée au gré des usages, des contextes politiques et des cultures visuelles entre 1789 et 2020.

3Les nombreuses sources utilisées pour ce travail de thèse permettent de mesurer la place occupée par ces deux femmes. La consultation de sources manuscrites inédites, dans les fonds français, viennois et napolitains, a été d’une grande richesse. Les archives de Naples, majoritairement inédites, en raison des aléas de la conservation qui ont rendu ces fonds indisponibles à la consultation depuis des décennies, se sont révélées très prolifiques. La découverte d’une abondante correspondance et du journal inédit du voyage de la duchesse de Berry vers la France sont autant de pièces qui permettent de saisir différents moments de la vie d’une princesse de France et de l’organisation de la cour autour de cette dernière. Ces ensembles permettent notamment d’inscrire les princesses dans une perspective plus globale sur les questions de la réginalité au travers de leur place à la cour, de leur expérience et de leur quotidien. Ces archives ont été croisées avec de nombreuses autres sources textuelles, telles que de nombreux titres de presse et l’abondante production de mémoires et de souvenirs rédigés par de nombreux contemporains. À cela, il faut ajouter la bibliographie consacrée à ces deux femmes, qui constitue un ensemble de sources secondaires, permettant de comprendre comment s’est construite leur image, à la fois chronologiquement et thématiquement. Ce travail prend également en compte la documentation audiovisuelle (cinéma, télévision, radio) et plus largement la production de produits dérivés autour de la figure de ces princesses.

4L’enquête s’appuie largement sur la constitution d’un vaste corpus de sources iconographiques qui peut être classé selon trois logiques : formelle, thématique, et chronologique. Un catalogue d’images, regroupant gravures, portraits officiels, tableaux d’histoire, médailles, bustes, caricatures mais aussi bandes-dessinées, merchandising, cinématographiques ou télévisuelles et deviant art, a été constitué. Il propose une compilation de près de 400 images. Un véritable catalogage n’avait jamais été réalisé pour aucune de ces princesses et il permet de mieux saisir ces évolutions, en les inscrivant dans le temps long et les approches contemporaines. De ce fait, ce corpus se prête également à une approche quantitative et statistique sur un objet historique, abordé jusqu’à présent dans les études scientifiques surtout de manière qualitative.

5La thèse se décline en trois parties. Elle s’intéresse dans un premier temps aux soubresauts de l’image officielle construite du vivant des duchesses, entre 1778 et 1830, date à laquelle les Bourbons perdent le trône de France et s’exilent. L’image officielle, celle commandée par le pouvoir royal et celle diffusée par les royalistes, est ici largement exploitée. La duchesse d’Angoulême apparaît comme la « presque reine » (H. Béquet), hiératique et digne. À ses côtés, la duchesse de Berry fait figure d’abord de princesse gâtée, dont le destin la pousse lentement vers la figure tragique, mère douloureuse et triomphante du futur roi de France. Le « détournement », opéré aux xixe et xxe siècles, est abordé dans un second temps. Il permet de saisir comment se déconstruit toute cette image officielle au travers des pamphlets et de la caricature, au gré de la conjoncture politique et des transformations de la culture politique. Cette image brouillée, qui va à rebours de l’image officielle, est examinée dans une chronologie longue afin de confronter les différentes dynamiques à l’œuvre dans le détournement des images officielles. La duchesse d’Angoulême devient une princesse virile, cruelle et sévère, digne émule de sa mère et la duchesse de Berry, une sotte écervelée et légère. Enfin, ce travail aboutit à saisir la construction et enfin la fixation d’une image, perceptible dans les pratiques culturelles contemporaines et propre à encourager une figure archétypale des princesses, déhistoricisée et décontextualisée.

6Cette recherche fait le pari d’interroger deux princesses, qui semblent a priori relever d’une histoire destinée au grand public plus qu’aux scientifiques. Il met en lumière l’écart entre l’image unique et stéréotypée qui s’est peu à peu imposée dans les médias et la diversité des images produites depuis la fin du xviiie siècle. Ce faisant, la thèse identifie également les temporalités de ce processus en identifiant les moments d’évolution, d’inflexion et de fixation. Dans la construction de leur image à la cour de France, on observe une véritable volonté d’adaptation, en particulier pour la duchesse d’Angoulême. Celle qui n’est pas reine et ne devient dauphine qu’en 1824, semble mobiliser bien des acquis de la souveraine. Ces représentations, si elles apparaissent comme une synthèse entre les portraits royaux féminins du xviiie et figures impériales du début du xixe siècle, finissent par aboutir, dans un second temps, à préparer le modèle bourgeois qui domine dans les portraits de la reine Marie-Amélie. On saisit alors cette inflexion dans les représentations, qui jusqu’ici semblait brutale entre les années 1800-1814 et 1830-1838.

7La thèse montre comment les princesses sont souvent réduites à des figures uniformes et simplifiées à l’extrême. La duchesse d’Angoulême, princesse martyre, puis cruelle et revancharde, redevient l’éternelle adolescente de Versailles, Madame Royale bien plus que duchesse d’Angoulême. Cette focalisation passe sous silence tout son rôle symbolique et politique sous la Restauration, ne faisant d’elle qu’un second rôle permanent de la mythologie Marie-Antoinette. La duchesse de Berry, princesse coquette, puis princesse sulfureuse, finit par n’être que la fière Amazone de Vendée. Son rôle au sein de la cour de France et ses prises de positions politiques sont résumés à quelques mois de résistance oscillant entre le romantique et le pathétique. In fine, ce travail aboutit, non pas à une nouvelle biographie des princesses, mais contribue à inscrire les duchesses d’Angoulême et de Berry dans les questionnements historiographiques majeurs autour de la notion de réginalité. Si les princesses ne portent pas le titre de reine, excepté en exil pour la duchesse d’Angoulême, elles ne peuvent être exclues de cette forme de filiation des reines Bourbons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Matthieu Mensch, Construction et réappropriations de figures royales féminines. Les cas de la duchesse d’Angoulême et de la duchesse de Berry (1778-1870) », Genre & Histoire [En ligne], 28 | Automne 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/6829

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search