Navigation – Plan du site

AccueilNumeros28Comptes rendusEnrica Asquer, Anna Bellavitis, G...

Comptes rendus

Enrica Asquer, Anna Bellavitis, Giulia Calvi, Isabelle Chabot, Cristina La Rocca, Manuela Martini (études réunies par), Vingt cinq ans après. Les femmes au rendez-vous de l’histoire

Rome, École Française de Rome, 2019
Claudia Opitz-Belakhal
Référence(s) :

Enrica Asquer, Anna Bellavitis, Giulia Calvi, Isabelle Chabot, Cristina La Rocca, Manuela Martini (études réunies par), Vingt cinq ans après. Les femmes au rendez-vous de l’histoire. Rome, École Française de Rome, 2019, 498 p.

Texte intégral

1C’est une tâche peu facile de rendre compte de ce livre extrêmement riche et d’une ambition énorme : à propos du double anniversaire de la publication des cinq volumes de L’Histoire des femmes en Occident et de La Storia delle donne in Italia en mai 2016, une bonne dizaine d’historiennes et quelques historiens et autres amateur et amatrices de l’histoire des femmes et du genre se sont réunis à l’École Française de Rome pour discuter du destin de cette révolution historiographique débutée en 1990.

2Comme le soulignent les éditrices dans l’introduction de ce gros volume de 450 pages : « on a assisté à un élargissement des thèmes et des sujets, des échanges et des hybridations d’approches et de méthodologies à une échelle internationale de plus en plus large et surtout, l’irruption de la catégorie de « genre » déjà bien présente à l’époque et progressivement intégrée par les historiographies de pays de langue latine » (p. 1).

3En fait, cet élargissement des thèmes et des sujets et la multiplication des approches sont manifestes dans presque tous les 28 articles réunis dans le volume, à commencer par les contributions à la section II, intitulée « Mondes et circulations » (p. 91-226), jusqu’à la section IV intitulée « Économies, Sociétés et Culture Matérielle » (p. 353-458), en passant par la section III « Droits et identités » (p. 229-350) qui, seule, semble du premier coup d’œil reprendre les questions les plus discutées dans les années 1990 au sein des milieux féministes, sur les droits de citoyenneté et sur le manque d’égalité des femmes vs droits de l’homme/des hommes.

  • 1 Ces deux articles ont été republiés dans Women, History & Theory: The Essays of Joan Kelly, Ann Arb (...)

4Mais les changements de perspectives et de méthodologies se démarquent tout autant dans cette section que dans les deux autres qui réunissent, il est vrai, des questions et des approches plus récentes relevant d’une part de l’histoire post-coloniale ou de l’histoire globale ou de l’histoire croisée (ou encore « entangled history ») et d’autre part, de l’histoire culturelle de l’économie ainsi que de la « material culture ». Prenons par exemple l’article magistral de Sylvie Steinberg sur « Les identités sexuées en question » : on dirait que les différences des sexes et l’histoire de la répression sexuelle des femmes ont été une des bases de l’histoire des femmes depuis son début – si l’on pense, par exemple aux articles fondateurs de Joan Kelly (« Did women have a Renaissance » (1976) ou « The social Relations of the Sexes » (1978))1. Si, comme le montre Sylvie Steinberg, la question de l’identité sexuée (et encore moins « sexuelle ») a été tenue à distance de l’agenda des éditeurs et éditrices des cinq volumes de l’Histoire des femmes en Occident dans les années 1990, elle se trouve actuellement plus que jamais ouverte ! Pas uniquement à cause des « réverbérations » critiques à propos de la catégorie « genre » de la part de la queer theory, dont parlait Joan Scott déjà en 2001, mais plutôt parce qu’il est plus incertain que jamais que les femmes et les hommes des époques pré-modernes aient eu une identité sexuée voire (et encore moins) sexuelle dans le sens propre de la catégorie moderne, qui se trouve actuellement contestée par l‘historiographie et plus encore dans la société.

5Le volume permet alors, et cela est vrai pour la grande majorité des articles, de poursuivre les chemins aussi divers que (parfois) difficiles d’une historiographie de plus en plus internationale sur les femmes et le genre. Il offre des réécritures du récit historique dans une multiplicité de champs comme, par exemple, l’histoire du travail et de l’économie. Non seulement ont été intégré·es dans ce champs traditionnellement fort important de l’histoire sociale, les migrantes ainsi que les travailleurs forcés voire esclaves des deux sexes (articles de Jocelyn Dakhlia, Rafaella Sarti ou Elise van Nederveen Meerkerk) mais l’importance du travail féminin pour le développement économique est requestionnée : il est certain que la révolution industrielle n’aurait pu avoir lieu sans le travail, payé ou non, des femmes (et des autres membres du foyer) ; mais ce sont également les femmes comme consommatrices qui deviennent un facteur reconnu dans une nouvelle historiographie économique globale (articles de Alexandra Shepard, Carmen Sarasua et Jane Hamlet).

6Enfin, pour souligner un dernier point fort du livre et de l’historiographie sur les femmes : même si l’auteur et les autrices de ces Rendez-vous de l’histoire sont pratiquement sans exception des Européen·nes, l’histoire globale et l’histoire extra-européenne voire post-coloniale ne manquent plus à ces rencontres, comme en témoignent les articles d’Elena Borghi sur l’histoire des femmes aux Indes, de Paola Paderni sur celle des femmes en Chine ou d’Odile Goerg et d’Anna Vanzan sur les femmes en Afrique et au Proche-Orient.

  • 2 Voir Pauline Schmitt-Pantel, Françoise Thébaud, « Le nuove frontiere della storia delle genere dell (...)

7Ceci dit, on remarque aussi que l’élargissement global ne semble plus permettre de profondeur temporelle. A trois reprises seulement, les époques pré-modernes apparaissent : dans l’article sur la citoyenneté des hommes et des femmes en Athènes classique de Violaine Sebillotte Cuchet, suivi d’une discussion sur le paterfamilias entre Antiquité tardive et haut Moyen Âge de Sylvie Joye et enfin l’article « Material culture, gender and the life cycle in early medieval Europe » d’Irene Barbiera. On est alors en droit de se demander si l’histoire des femmes sous l’Antiquité et au Moyen Âge, qui formait à l’époque une partie importante du projet (deux volumes sur cinq ), n’a pas pu pâtir des bouleversements méthodologiques des trois dernières décennies, à part peut-être l’histoire des masculinités ou bien la discussion sur la culture matérielle. Je n’y crois pourtant pas. Une histoire croisée peut se trouver déjà pour l’époque romaine, depuis l’Espagne et l’Angleterre jusqu’aux Indes, au sein de l’Empire romain, avec toutes les conséquences pour l’histoire des femmes d’alors2. Et elle se poursuit bien pendant le Moyen Âge non seulement autour de la Méditerranée mais également par la voie terrestre, entre l’Europe, l’Asie et le Proche Orient. Cette longue histoire de migrations, d’échanges et aussi de conflits (y compris les guerres et l’esclavage par exemple) ne doit pas être oubliée, face à celle d’aujourd’hui.

8Qui plus est, l’histoire des femmes et du genre de l’Antiquité et du Moyen Age ne doit pas être présentée uniquement comme la préhistoire des relations et situations de genre à l’époque moderne. Il faut alors retrouver, il me semble, en histoire des femmes, la perspective de longue durée et d’altérité, qui a été importante autant que fascinante dans cette entreprise qu’était à l’époque la fameuse Histoire des femmes en Occident. Comme le dit bien en effet Pauline Schmitt-Pantel dans sa réflexion au début de la section I, il faudrait enfin « dessiner une cartographie des lieux où la différence des sexes est plus ou moins significative, afin de voir comment elle est opératoire et quelles sont les modalités de son impact dans tous les domaines sociaux, économiques, religieux, culturels, politiques » (p. 43). Bref, il faut donc tout le long de l’histoire « déterminer où, quand et comment la différence des sexes est significative, en faire en quelque sorte l’histoire... » (p. 43).

Haut de page

Notes

1 Ces deux articles ont été republiés dans Women, History & Theory: The Essays of Joan Kelly, Ann Arbor, Michigan 1984.

2 Voir Pauline Schmitt-Pantel, Françoise Thébaud, « Le nuove frontiere della storia delle genere dell`Antiquità all`età contemporanea », dans L. Guidi, M. Rosaria Pelizzari (dir.), Nuove frontiere per la storia di genere, Salerne, 2013, p. 49-64.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudia Opitz-Belakhal, « Enrica Asquer, Anna Bellavitis, Giulia Calvi, Isabelle Chabot, Cristina La Rocca, Manuela Martini (études réunies par), Vingt cinq ans après. Les femmes au rendez-vous de l’histoire », Genre & Histoire [En ligne], 28 | Automne 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/6839

Haut de page

Auteur

Claudia Opitz-Belakhal

Professeure en Histoire moderne, Departement Geschichte, Université de Bâle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search