Navigation – Plan du site

AccueilNumeros28Comptes rendusSean Brady et Mark Seymour (dir.)...

Comptes rendus

Sean Brady et Mark Seymour (dir.), From Sodomy Laws to Same-Sex Marriage. International Perspectives since 1789

Londres, Bloomsbury, 2019
Romain Jaouen
Référence(s) :

Sean Brady et Mark Seymour (dir.), From Sodomy Laws to Same-Sex Marriage. International Perspectives since 1789, Londres, Bloomsbury, 2019, 243 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage collectif paru en 2019, Sean Brady et Mark Seymour, respectivement professeurs à Birbeck, Université de Londres et à l’Université d’Otago de Nouvelle-Zélande, réunissent un panel de chercheur·ses spécialistes de l’histoire contemporaine de l’homosexualité. Leur objectif est d’expliquer comment, dans un ensemble de pays principalement d’Europe occidentale ou de l’ancien espace impérial britannique, une bascule s’est opérée entre la criminalisation de certains actes homosexuels héritée le plus souvent de prescriptions religieuses antérieures au xixe siècle et l’accès récent au mariage ou à l’union civile pour les couples homosexuels. Comment, s’interrogent-ils, les sociétés concernées ont-elles pu passer d’un encadrement pénal, traduisant une volonté de réprimer l’homosexualité, à une reconnaissance civile des relations homosexuelles ? Cette question est décomposée dans l’introduction de l’ouvrage en deux fils conducteurs : le rapport des sociétés au droit pénal en matière de sexualité (et notamment sa contestation) et l’évolution des attitudes – ce que certain·nes historien·nes français·es désigneraient sous le nom de « mentalités » – à l’égard de la sexualité et de la conjugalité entre hommes ou entre femmes. Les contributions réunies, qui mobilisent 20 auteurs et autrices, se présentent comme une succession d’études de cas aux méthodes variées : analyses de textes juridiques, de publications, entretiens d’histoire orale, analyses quantitatives de dossiers judiciaires, histoire des émotions (entre autres). La majorité se cantonne à un contexte local, national ou impérial donné, à l’exception de quelques articles relevant de l’histoire comparative ou transnationale. S’ils apparaissent par ordre chronologique, on peut tenter de les regrouper sous trois angles thématiques.

  • 1 Dans le cas anglais, seuls les hommes sont passibles de poursuites.

2Un premier ensemble (le plus nourri) concerne l’histoire des argumentaires mobilisés contre la criminalisation des actes homosexuels, qui, de manière intéressante, ne répondent pas toujours à la volonté de défendre l’homosexualité en elle-même. Bryant Ragan revient ainsi sur l’abolition en France du crime de sodomie en 1791, point de départ chronologique de tout l’ouvrage. Il insiste sur l’importance de la pensée rationnelle des Lumières qui inspire la critique des infractions pénales de l’ancien droit, sans que cette dernière ne s’apparente à une approbation de la sexualité entre hommes ou entre femmes ni à la reconnaissance de « droits » individuels en matière de sexualité. Dans une même optique, Charles Upchurch met en avant le cas original des citoyens de la Nouvelle Orléans contestant, quelques années après le rachat de la Louisiane par les États-Unis en 1803, l’imposition de lois prohibitives contre la sodomie. Il ne s’agit pas, ici aussi, de défendre le droit à l’homosexualité, mais plutôt de critiquer une législation perçue comme une forme de fanatisme évangélique. L’arrêt des pendaisons pour sodomie en Angleterre après 1835 est également interprété par Dominic Janes non comme une clémence à l’égard des homosexuels1 mais comme une tentative de minimiser l’écho, dans l’opinion publique, des scandales d’amours entre hommes. À l’inverse, C. Upchurch montre que la critique de la législation anglaise contre la sodomie par des membres du parlement dans la première moitié du xixe siècle s’appuie explicitement sur la défense des relations homosexuelles, visible dans le poème « Don Leon » (faussement attribué à Lord Byron lors de sa publication ultérieure en 1866). Finalement, c’est au xxe siècle que la critique des discriminations pénales se fait la plus audible dans l’espace britannique, comme le montre Graham Willet étudiant l’écho au-delà du Royaume-Uni du Wolfenden Report de 1957 prescrivant la fin de ces discriminations, mais également en Irlande, dont Patrick McDonagh rappelle la trajectoire particulière – le mouvement anti-criminalisation eut recours à la Cour européenne des droits de l’Homme dans les années 1990.

3Un deuxième ensemble, proche du premier, traite de l’évolution législative au long cours de certains pays sur la question de l’homosexualité. Ces articles montrent la variété des trajectoires nationales et la désynchronisation parfois flagrante entre les évolutions du droit d’une part, la réalité de la répression et les expériences vécues d’autre part. Geoffroy Huard revient ainsi sur le cas espagnol, depuis l’abandon des lois anti-sodomie (1822) jusqu’au mariage homosexuel (2005) et à la loi de réhabilitation de 2007 permettant aux homosexuels de formuler des demandes de réparation. Il montre que la réintroduction ou l’abandon d’une législation explicite contre les actes homosexuels ne correspond pas toujours à un changement de régime, de même que l’intensification de la répression n’est pas corrélée à un changement de loi. Ainsi, la répression accrue de l’homosexualité des classes populaires sous Franco n’a d’abord nécessité aucun changement légal, une loi contre le vagabondage votée sous la République ayant suffi à la mettre en œuvre. Il faut attendre 1954 pour qu’une mention spécifique de l’homosexualité soit ajoutée à l’article de cette loi. Yuri Guaiana et M. Seymour proposent une analyse comparable du cas italien, dont la particularité est de n’avoir pas connu de re-criminalisation sur le plan juridique depuis 1890, malgré la répression fasciste des masculinités déviantes. Benno Gammerl, quant à lui, s’intéresse aux configurations émotionnelles produites par la survivance de lois anti-homosexualité après le nazisme en Allemagne de l’Ouest, et à la manière dont ces émotions ont en retour favorisé la mobilisation pour leur retrait partiel en 1969.

  • 2 Parmi les exceptions en Europe, on compte l’Autriche (qui interdit les rapports lesbiens au même ti (...)

4Enfin, un dernier ensemble s’attache à l’histoire récente des luttes pour le mariage homosexuel et l’expérience vécue des couples de même sexe confrontés à cet enjeu. Marcia M. Gallo retrace ainsi l’histoire de l’accès au mariage des homosexuel·les américain·es, fruit d’une bataille juridique ayant abouti à un arrêt favorable de la Cour Suprême en 2015. G. Huard, Y. Guaiana et M. Seymour explorent également dans leurs articles les changements de mentalité et les luttes sociales ayant conduit l’Espagne et l’Italie respectivement au mariage et à l’union civile. Toutefois, c’est le recours de certain·es auteurs et autrices à l’histoire des femmes et à l’histoire orale qui ouvre ici les pistes de lecture les plus stimulantes. Ainsi, Rebecca Jennings souligne que, dans la plupart des pays, l’homosexualité féminine n’a jamais été pénalisée2. Quel sens prend alors l’arrivée du mariage dans la vie des couples lesbiens, dès lors qu’elle ne s’inscrit précisément pas dans le cheminement archétypique – ou androcentrique – ayant pour point de départ l’interdiction de certaines pratiques sexuelles ? Grâce à plusieurs entretiens, elle explore les attitudes ambivalentes des femmes lesbiennes britanniques et australiennes vis-à-vis de la possibilité du mariage, qui n’apparaît pas nécessairement comme le point d’arrivée téléologique d’une libération linéaire. Sous un angle analogue, Daniel Monk propose une analyse sociologique des mariages homosexuels anglais, et des divorces conflictuels auxquels certains aboutissent.

5Ces remarques invitent en retour à questionner la démarche globale de l’ouvrage. La criminalisation/décriminalisation des actes homosexuels (le plus souvent entre hommes) doit-elle être mise en perspective avec l’obtention ultérieure d’un droit au mariage ? Étudier ensemble ces deux processus peut donner l’impression d’un cheminement linéaire de l’un à l’autre, et ce malgré l’invitation des auteurs et autrices à observer la diversité des trajectoires juridiques. Certaines contributions suggèrent certes quelques parallèles entre les arguments anti-criminalisation au xixe siècle et les mobilisations pro-mariage récentes (par exemple, la conclusion de C. Upchurch), mais ces remarques restent rares. L’ensemble donne davantage l’impression d’une juxtaposition temporelle des problématiques, y compris dans les analyses de cadre national sur la longue durée (Espagne, Italie). D’autre part, la notion de criminalisation gagnerait à être davantage distinguée à l’échelle de tout l’ouvrage, selon les pratiques visées par les lois en vigueur : dans certains contextes, il s’agit essentiellement de pénétration anale, dans d’autres, de tout contact sexuel, et parfois, de sexualité avec des mineurs. La succession des études permet difficilement de dégager une vue d’ensemble sur le passage d’un type de pénalisation à l’autre à travers le temps, alors qu’une réelle diversité de trajectoires s’observe à cette échelle. Enfin, des contributions, souvent passionnantes pour qui s’intéresse à tel sujet ou tel contexte, n’éclairent pas précisément la question des changements du droit (pénal ou civil) à travers le temps et s’éloignent ainsi des enjeux du livre : on trouve ainsi une étude des prisonniers condamnés pour sodomie dans les institutions pénitentiaires britanniques au xixe siècle (Ben Bethell), deux études sur des procédures judiciaires engagées contre des individus accusés d’homosexualité – l’une qualitative sur une affaire à Lima en 1846 (Magally Alegre Henderson), l’autre quantitative sur l’Australie de l’entre-deux-guerres (Yorick Smaal & Mark Finnane) –, et une dernière sur les craintes concernant le recrutement d’homosexuels dans les services de sécurité occidentaux pendant la Guerre froide (Kate Davinson).

  • 3 Au sein de l’Union européenne, on trouve ainsi la Bulgarie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, l (...)
  • 4 On pense au cas de l’Argentine, du Brésil, de la Colombie, Costa Rica, de l’Équateur, et de l’Urugu (...)
  • 5 On pense notamment aux activistes célèbres comme le juriste Karl Heinrich Ulrichs ou le médecin Mag (...)
  • 6 Jens Rydström et Kati Mustola (dir.), Criminally Queer: Homosexuality and Criminal Law in Scandinav (...)

6Outre la cohérence du fil problématique de l’ouvrage, le choix des cas d’étude prête lui aussi à différentes questions. Tout d’abord, en ne retenant que les pays qui ont accordé l’union civile ou le mariage à la date de publication du livre, les coordinateurs de l’ouvrage écartent les trajectoires alternatives, comme celles de pays dans lesquels les discriminations pénales envers les homosexuels ont été abolies sans pour autant conduire à une reconnaissance des unions3. À l’inverse, la focalisation sur des pays européens ou anglophones écarte d’autres aires géographiques pourtant pertinentes, en premier lieu l’Amérique Latine où de nombreux États reconnaissent aujourd’hui les unions entre partenaires de même sexe4. L’ouvrage se tient également à distance de plusieurs cas d’études particulièrement riches en matière de contestation de la pénalisation de l’homosexualité mais bien connus par ailleurs, comme l’espace germanophone du xixe au début du xxe siècle5 ou la Scandinavie6. Plus largement, si le livre tient le pari de s’intéresser à des contextes géographiques distincts, la possibilité de comparer les cas à partir des problématiques centrales n’est réellement garantie que dans les rares articles comparatifs, ou en rapprochant les quelques études de longue durée.

7Au total, l’ouvrage comporte un réel intérêt pour ses contributions variées, dont certaines constituent d’utiles synthèses, et d’autres des études de cas originales. La diversité des matériaux mobilisés, et notamment le recours à l’histoire orale, est un réel atout pour traverser certaines problématiques. L’ouvrage montre également la nécessité de distinguer l’état du droit de la réalité des relations homosexuelles, aussi bien avant la décriminalisation ou l’accès au mariage qu’après. La mise en résonnance de la reconnaissance des couples avec les évolutions antérieures du droit pénal reste une question à penser au-delà des cas présents ici, mais la réunion de ces études démontre bien in fine la nécessité de se départir d’une vision trop schématique du progrès de l’acceptation de l’homosexualité dans les sociétés contemporaines.

Haut de page

Notes

1 Dans le cas anglais, seuls les hommes sont passibles de poursuites.

2 Parmi les exceptions en Europe, on compte l’Autriche (qui interdit les rapports lesbiens au même titre que la sexualité homosexuelle masculine jusqu’en 1972) ou bien la France (dont l’interdiction des « actes impudiques » avec mineurs de moins de 21 ans en 1942 s’applique aux femmes comme aux hommes).

3 Au sein de l’Union européenne, on trouve ainsi la Bulgarie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la Roumanie et la Slovaquie.

4 On pense au cas de l’Argentine, du Brésil, de la Colombie, Costa Rica, de l’Équateur, et de l’Uruguay où le mariage homosexuel est reconnu, ou encore au Chili qui possède une union civile.

5 On pense notamment aux activistes célèbres comme le juriste Karl Heinrich Ulrichs ou le médecin Magnus Hirschfeld.

6 Jens Rydström et Kati Mustola (dir.), Criminally Queer: Homosexuality and Criminal Law in Scandinavia 1842-1999, Amsterdam, Aksant, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Jaouen, « Sean Brady et Mark Seymour (dir.), From Sodomy Laws to Same-Sex Marriage. International Perspectives since 1789 », Genre & Histoire [En ligne], 28 | Automne 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/6863

Haut de page

Auteur

Romain Jaouen

Centre d’Histoire de Sciences Po

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search