Navigation – Plan du site

AccueilNumeros28Comptes rendusLaura Di Spurio, Du côté des jeun...

Comptes rendus

Laura Di Spurio, Du côté des jeunes filles. Discours, (contre-)modèles et histoire de l’adolescence féminine, Belgique (1919-1965)

Bruxelles, éd. de l’Université de Bruxelles, Coll. « Genre(s) & Séxualité(s) », 2019
Marianne Thivend
Référence(s) :

Laura Di Spurio, Du côté des jeunes filles. Discours, (contre-)modèles et histoire de l’adolescence féminine, Belgique (1919-1965), Bruxelles, éd. de l’université de Bruxelles, Coll. « Genre(s) & Séxualité(s) », 2019, 296 p.

Texte intégral

  • 1 Citons entre autres Carol Dyhouse, Girl trouble: Panic and Progress in the History of Young Women, (...)

1Dans « du côté des jeunes filles », Laura Di Spurio explore la notion d’adolescence, sa circulation et sa rencontre avec la féminité au sein de la société belge du xxe siècle. Après un premier livre qui plaçait la focale sur les sexualités juvéniles dans la Belgique de l’après Seconde Guerre mondiale, l’historienne poursuit ici son enquête en élargissant la chronologie pour mieux saisir l’évolution de la notion d’adolescence, quand la catégorie construite au xixe siècle sur un référentiel masculin, bourgeois et blanc intègre à partir du début du xxe siècle les filles et les classes populaires (les jeunes issu·es de l’immigration ne sont intégré·es qu’à partir des années 1960). L’ouvrage s’inscrit alors dans une historiographie largement renouvelée par les études sur le genre et les sexualités, ce dont témoigne la dynamique des Girls’ Studies1.

  • 2 Régis Revenin, Une histoire des garçons et des filles: amour, genre, sexualité dans la France d’apr (...)

2L’évolution de cette adolescence, que Laura Di Spurio entend comme un ensemble d’objets, de représentations et de pratiques, est finement retracée : les crises que traverse la Belgique, qu’elles soient politique, économique, sociale et morale font bouger la notion tout comme les différents contextes sociaux au sein desquels elle s’éprouve, à l’école, à l’usine ou aux champs. Si la force du livre tient dans ce croisement réussi entre le genre, la classe et l’âge – les dimensions normatives de l’âge sont éclairées par le genre et la position sociale – qui vient utilement brouiller les définitions de l’adolescence et de l’adolescente, elle tient aussi à l’attention portée à l’adolescence comme objet de savoir, celui fabriqué par les tenant·es de sciences qui s’affirment lors de ce premier xxe siècle, la psychologie surtout, mais également la pédagogie puis la sociologie dans les années 60. L’ouvrage s’intéresse aux discours des « experts » qui dissèquent l’adolescence : on connaissait un peu déjà celui des magistrats et des services sociaux2 et plus largement la vulgate sur l’adolescence que véhiculent notamment les médias de la « culture jeune », mais l’ouvrage offre une plongée dans ceux moins connus des psychologues qui construisent la catégorie qu’ils étudient, alimentant ainsi la vulgate. L’adolescence devient un objet de savoir qui ne découle plus (seulement) de la morale mais d’une approche scientifique. Cela produit une norme – ainsi le bon âge pour faire l’amour ou pour aller au bal – encore plus difficile à rejeter et à transgresser d’autant qu’elle est relayée en grande partie par les Écoles de service social qui forment essentiellement des femmes à éduquer, encadrer et contrôler cette jeunesse. L’analyse des discours produits sur ce moment de la vie dévoile non seulement les anxiétés et les peurs sociales qui se sont cristallisées autour du corps pubère de l’adolescente, mais montre aussi en quoi ce sont les pratiques sociales et culturelles des filles qui ont contribué à définir la catégorie. Finalement, le livre nous fait entrer dans l’atelier de fabrication des discours contemporains qui ont permis de freiner, et freinent sans doute encore, les avancées des filles et des femmes dans les différents domaines de la vie sociale, de l’enseignement au travail en passant par leur intimité, la famille et les loisirs.

3La recherche repose sur un corpus de sources imprimés impressionnant, représentatif de l’avalanche de discours sur la jeunesse que forment enquêtes, rapports, articles, projets de lois. On peut regretter à cet égard une présentation un peu rapide de ce corpus en fin d’ouvrage (p. 271-278), qui aurait par exemple pu être classé selon les grandes familles de producteurs (ouvrages scientifiques, ouvrages de vulgarisation) mais aussi selon leur orientation politique (ainsi ceux produits par les associations familiales ou par les féministes). De même, les enquêtes, monographies et rapports de stages des élèves des Écoles de service social et des auxiliaires sociales en exercice, comme les enquêtes de sociologie produites dans les années 60, forment un matériau très riche, encore assez inédit, et habilement étudié ici mais qui aurait pu être présenté plus en détail, ce afin de servir de guide pour de futures explorations (notamment les chapitres 3 et 5 de la partie IV). De courtes biographies rassemblées en fin d’ouvrage auraient été par ailleurs bienvenues pour mieux identifier les différents groupes d’expert·es et mesurer la place tenue par les femmes, comme Marguerite Evard, Marie-Thérèse Van Eeckhout ou Aimée Racine, dans la production discursive sur la jeunesse au féminin au fil des décennies. Enfin, le contexte belge est parfois présenté trop furtivement pour un·e néophyte, qu’il s’agisse des prolongations de scolarité au sein desquelles s’inscrivent les filles où les conflits idéologiques et philosophiques qui structurent les milieux politiques et intellectuels qui pensent les jeunesses.

4L’ouvrage est organisé en quatre parties thématiques. La première examine l’adolescence comme objet de savoir(s) et l’émergence d’une adolescence au féminin qui se façonne en référence à l’« étalon-masculin » (p. 19-64). Au début du xxe siècle et pendant l’entre-deux-guerres, la science entend dénouer le « problème » qui résulte de la contradiction entre une adolescence définie comme une période de transgression et de crise et une féminité perçue comme immuable et éternelle. Si les travaux de Freud sont discutés, et notamment sur la puberté perçue comme un continuum plutôt que comme une rupture, la psychologie juvénile demeure toutefois balbutiante, travaille sur l’enfant plutôt que sur l’adolescent·e, sur l’adolescence plutôt que sur les adolescentes. À la sortie de la Seconde Guerre mondiale, tout le monde a désormais son mot à dire sur l’adolescence. Les psychologues tout d’abord, convaincu·es que leur science est la seule capable de comprendre la jeunesse. Leur définition hésite entre une approche biopsychologique – la puberté – ou plus sociale, dépendante des différents contextes sociaux qui viendraient relativiser la crise. Si aucune définition commune n’émerge, c’est à l’appui de ces savoirs qu’une vulgate psychologique et pédagogique se développe pourtant pour mieux encadrer, éduquer et orienter les jeunes filles et responsabiliser leurs mères. La vulgate s’incarne dans l’explosion éditoriale des années 50 et 60, quand magazines, manuels et guides cherchent à expliquer la psychologie des filles et des garçons et décrivent la « crise » aux premier·es intéressé·es. Dans l’océan de poncifs, Laura Di Spurio traque la voix des filles, notamment à travers les enquêtes par questionnaires des psychologues Jacques Burstin en 1958 et Bianka Zazzo en 1965 au sein desquelles les adolescentes se racontent (p. 59-62). L’autrice montre alors que la psychologie des adolescentes devient « une affaire de femmes » : celle de Simone de Beauvoir d’abord qui dans le Deuxième sexe importe en Europe les doctrines psychanalytiques américaines sur la formation des filles, et dans son sillage, celle des femmes psychologues, juristes et pédagogues, qui replacent les filles au sein des études sur l’adolescence (p. 62-64).

5La deuxième partie de l’ouvrage s’intéresse plus particulièrement aux discours qui militent pour l’éducation et l’encadrement de l’adolescence féminine et font de l’école un lieu premier de protection des jeunes filles (p. 67-114). C’est sur la base des « sciences de l’adolescence » que se justifient alors une pédagogie et un enseignement spécifiques aux filles. Par exemple, Marguerite Evard propose de réduire l’enseignement des sciences et de le remplacer par un enseignement de « culture morale » jugé plus adapté à la période de crise de la puberté. De même, le surmenage scolaire, qui toucherait toujours plus les filles que les garçons, justifie de réduire les humanités au profit de l’enseignement ménager. Mais ces discriminations au nom de la « nature féminine » ne font pas l’unanimité et l’autrice souligne combien les féministes elles-mêmes sont divisées sur la place à accorder à cet enseignement ménager. On l’aura compris, c’est bien dans un contexte où les avancées scolaires des filles dans le secondaire se font plus fortes que, pour en limiter la portée, la science de l’adolescence est mobilisée. Les filles des classes populaires sont quant à elles traitées différemment. À l’école, sont mis en place en 1922 des cours de 4e degré, ou « cours de perfectionnement à tendance professionnelle », destinés aux enfants de 12-14 ans issus des mondes ruraux et ouvriers. Avec ces cours, pétris d’enseignement ménager et de préparation aux apprentissages dans les métiers dits féminins – coupe, couture et travaux d’aiguille, dentelle – les filles entrent dans leur genre. Face aux discours renvoyant les filles à leur destin de ménagère, particulièrement virulents dans le contexte de crise et de montée du chômage dans les années 30, l’autrice montre cependant la relative autonomie des adolescentes et de leurs familles, qui plébiscitent au contraire des orientations vers les emplois de bureau.

6La troisième partie s’attache aux loisirs, non seulement pour lire les transformations des relations entre les parents et leurs filles, mais également pour montrer combien les nouvelles pratiques culturelles, ainsi que leur dénonciation par différents groupes de pression, qu’ils soient à base philanthropique ou scientifique – les « entrepreneurs de morale » selon la formule d’Howard Becker –, participent aux redéfinitions genrées de l’adolescence (p. 117-159). Ainsi, le cinéma corrompt les jeunes pubères, il développe rêverie, hystérie et mythomanie chez les filles, délinquance chez les garçons. Dans les années 60, le cinéma est perçu comme plus nocif encore pour les filles, car la sexualité est sous-jacente toujours, pour ces filles qui projettent sur les acteurs leur besoin d’aimer, forcément remis à plus tard. Face à ce qui est perçu comme un danger, les « entrepreneurs de morale » obtiennent les interdictions générales d’accès aux salles obscures des mineur·es, avec les lois de 1920 (moins de 16 ans) et de 1962 (moins de 18 ans). Malgré cette stricte censure, les jeunes conquièrent leur autonomie, avec le soutien de parents plus permissifs.

7Enfin, la quatrième partie présente une série de modèles et de contre-modèles d’adolescentes, des personnages rencontrés dans les sources, mais traités ici comme des « fictions » (p. 165-254) : les « petites folles de l’entre-deux-guerres » ou la garçonne sont approchées à travers la littérature psychologique ; les adolescentes « classiques, moyennes et typiques », prototype de l’adolescente du xxe siècle, que dessinent les travaux scientifiques et vulgarisateurs ; les adolescentes d’usine dont le quotidien, les désirs et les rêves sont scrutés par les étudiantes du service social ; la « petite voleuse » incarnée par Janine au cinéma, double féminin de Doinel, dont la sexualité dite « précoce » alarme les éducateurs ; enfin la « fille des champs » observée par les étudiantes de l’école de Namur au travail, dans la famille et à l’école. Laura Di Spurio dévoile ici, grâce à ce corpus de sources inédites, des jeunesses jusqu’alors largement invisibles : on entre dans le quotidien des « naveteuses », ces filles rurales qui prennent le bus tous les jours pour travailler en ville à l’usine et y construisent leurs propres sociabilités féminines, ou d’approcher ces jeunes fermières, toujours « aidantes », bras droit de leurs mères et de leurs pères à l’atelier ou à la ferme mais dont la question du salaire n’est jamais posée au contraire de leurs frères. Si les jeunes auxiliaires de service social pointent les écarts à la norme et à la « fable du développement » de l’adolescente, surtout du point de vue de la sexualité, elles se rassurent toutefois avec les avancées scolaires des filles : comme le rappelle l’autrice, c’est désormais l’école qui fait les adolescentes, contre l’usine qui les dénature et la ferme qui les isole. Les portraits types convergent finalement vers un modèle unique d’adolescence au féminin qui s’est construit tout au long du siècle pour s’imposer dans les années 60. Si les filles sont constamment rappelées à l’ordre et si les injonctions de genre pèsent toujours plus sur elles – interdit des rapports sexuels et horizon indépassable du mariage et de la maternité – l’adolescente moderne émerge cependant, sous surveillance toujours mais de plus en plus autonome.

8Par l’ampleur chronologique et thématique, la maîtrise de l’important corpus de sources et des analyses fines servies par une belle plume, l’ouvrage ne manquera pas de constituer une référence majeure dans la bibliographie déjà riche sur l’histoire de l’adolescence. Au détour de chaque partie, le croisement fructueux des catégories de genre, de classe et d’âge suggère aussi de nombreuses pistes de recherche, à condition de trouver des sources qui donnent voix directement aux jeunes filles. L’agency des filles, leur capacité de négocier avec les forces extérieures et les normes imposées ici admirablement décrites, lors de moments clés comme celui de l’orientation professionnelle par exemple ou quand elles s’engagent dans des parcours difficiles de transfuges de classe, mériterait de nouvelles recherches. À cet égard, les filles des classes moyennes, les « banales » ou les « normales », les « pas dangereuses », se font trop discrètes et attendent encore leur historien·ne. Il en va de même pour les filles issues de l’immigration, qui entrent en scène à partir des années 1960-1970 pour être à leur tour étudiées, éduquées, contrôlées et encadrées. L’ouvrage plaide ainsi pour poursuivre les études sur les adolescentes, sur cet âge de la vie qui éclaire autrement l’histoire des femmes dans tous les domaines d’activités sociales : la famille, l’enseignement, le travail, les loisirs ou les sexualités. Et plus largement, l’ouvrage invite à s’emparer de cet objet toujours fuyant qu’est l’adolescente – et l’adolescent – pour regarder en miroir la société dans son ensemble.

Haut de page

Notes

1 Citons entre autres Carol Dyhouse, Girl trouble: Panic and Progress in the History of Young Women, Londres, Zedbooks, 2013 et Susan Weiner, Enfants terribles: Youth and Feminity in the Mass Media in France, 1945-1968, Baltimore, John Hopkins University Press, 2001.

2 Régis Revenin, Une histoire des garçons et des filles: amour, genre, sexualité dans la France d’après-guerre, Paris, Vendémiaire, 2015 ; Véronique Blanchard, Vagabondes, voleuses, vicieuses: adolescentes sous contrôle, de la Libération à la libération sexuelle, Paris, François Bourin éd., 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Thivend, « Laura Di Spurio, Du côté des jeunes filles. Discours, (contre-)modèles et histoire de l’adolescence féminine, Belgique (1919-1965) », Genre & Histoire [En ligne], 28 | Automne 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/6881

Haut de page

Auteur

Marianne Thivend

Université Lumière Lyon 2, LARHRA

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    Le genre des apprentissages : contraintes et contournements (XVIIIe-XXe siècles)
    Paru dans Genre & Histoire, 20 | Automne 2017
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search