Navigation – Plan du site

AccueilNumeros28Comptes rendusMarlen Schneider, Belle comme Vén...

Comptes rendus

Marlen Schneider, Belle comme Vénus. Le portrait historié entre Grand Siècle et Lumières

Paris, Centre allemand d’histoire de l’art (DFK Paris). Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Passages », 2020
Flavie Leroux
Référence(s) :

Marlen Schneider, Belle comme Vénus. Le portrait historié entre Grand Siècle et Lumières, Paris, Centre allemand d’histoire de l’art (DFK Paris). Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Passages », 2020, 370 p.

Notes de la rédaction

Traduction en français par Aude Virey-Wallon : Bildnis – Maske – Galanterie. Das portrait historié zwischen Grand Siècle und Zeitalter der Aufklärung, Deutscher Kunstverlag GmbH Berlin Munich, 2018.

Texte intégral

1L’ouvrage de Marlen Schneider est issu de sa thèse en histoire de l’art, soutenue à l’université Lyon 2 (en cotutelle avec la Karl-Marx-Universität Leipzig). Initialement parue dans sa langue originale, l’allemand, elle fait ici l’objet d’une traduction d‘Aude Virey-Wallon dont la qualité est aussi remarquable que son titre est élégant : Belle comme Vénus. Le portrait historié entre Grand Siècle et Lumières. La publication, de bonne facture, compte un index des noms de personnes et 95 illustrations, dont manque cependant une table récapitulative en début ou fin d’ouvrage.

  • 1 Françoise Bardon, Le portrait mythologique à la cour de France sous Henri IV et Louis XIII : mythol (...)

2L’objet de cette étude est défini en introduction comme un « genre pictural » dans lequel « l’effigie d’une personne vivante s’enrichissait d’éléments issus des mythes antiques comme dans un tableau d’histoire » (p. 22). L’objectif est ici d’en saisir les caractéristiques, les fonctions et les évolutions, aussi bien sur le plan artistique et esthétique que social et culturel, dans la France des années 1680-1770. Prenant donc la suite de Françoise Bardon1, M. Schneider entend ainsi mobiliser l’histoire de l’art mais également l’histoire politique, l’histoire sociale et même l’histoire du genre pour cerner son sujet dans toutes ses dimensions.

3La réflexion est construite en quatre temps, qui s’enchaînent suivant une logique à la fois chronologique et thématique. Un premier chapitre revient sur la définition même de l’objet d’étude, telle qu’elle a pu se construire dans les discours théoriques de l’époque et se placer dans l’évolution des genres artistiques. Habile solution permettant aux postulants à l’Académie de montrer toute l’étendue de leurs talents, le portrait historié apparaît surtout comme un « genre hybride » (p. 75) dont les variantes sont nombreuses, privilégiant tantôt les aspects historiques (P. Mignard, F. de Troy), tantôt la figure représentée (P. Gobert). Enrichi par des influences hollandaises ou flamandes, inscrit dans un contexte culturel bouillonnant (littérature, arts du spectacle), il se nourrit d’autres genres comme les fêtes galantes ou plus généralement les scènes de genre, participant de la sorte à brouiller les frontières et à rendre tout classement difficile.

4Analysé en substance, le portrait historié est ensuite replacé dans le cadre spatio-culturel de sa production et de sa réception. À partir d’une étude de La Famille de Louis XIV, de J. Nocret (1669), pages 103-113, l’autrice engage dans la deuxième partie de son ouvrage une réflexion sur les usages et les enjeux sociaux du genre. D’abord destiné à la famille royale pour véhiculer un message politique à dimension dynastique, il s’oriente progressivement vers un public plus large, dominé par l’aristocratie de cour, qui se l’approprie volontiers pour décorer ses résidences. Goût pour le travestissement, maîtrise des comportements, prévalence du paraître sur l’être, recherche de la distinction caractérisent aussi bien les courtisans que le portrait historié, expliquant le goût des premiers pour le second. La troisième partie (p. 155-230) approfondit cette réflexion sur les fonctions sociales du genre en montrant comment il en vient, par mimétisme, à s’étendre à d’autres catégories de commanditaires, notamment féminins : maîtresse et bâtards royaux en quête de légitimité, bourgeoisie rêvant d’anoblissement et même actrices, danseuses et cantatrices souhaitant exprimer leurs talents.

5Paradoxalement, l’assimilation du genre à la gent féminine et à la noblesse de cour est à l’origine de son succès en même temps que de son déclin. C’est là l’objet de la quatrième partie, sobrement intitulée « Critique » (p. 231-289). À compter du milieu du xviiie siècle, le portrait historié connaît un progressif rejet, dû à des critiques de plus en plus acerbes qui s’inscrivent dans le prolongement de la philosophie des Lumières. Les critiques d’art et les auteurs de l’Encyclopédie, notamment, lui reprochent d’entretenir la vanité humaine – féminine, surtout – au détriment de l’authenticité, de dissimuler la nature véritable de la personne représentée et même, à terme, d’incarner un mauvais goût caractéristique d’une noblesse décadente. Si l’on en voit encore quelques exemples, surtout à valeur décorative et sur le thème galant, le genre s’éteint progressivement à compter des années 1770.

6L’ouvrage de M. Schneider est globalement d’une approche aisée pour les non spécialistes qui trouveront ici l’occasion d’apprécier toute une iconographie généralement reléguée au mieux à la simple évocation, au pire à l’incompréhension. Le terme « historié » aurait certes mérité d’être mieux expliqué, renvoyant aussi bien à l’histoire réelle, factuelle, qu’à l’histoire mythologique et à l’histoire religieuse. Mais l’essentiel est convaincant : aussi instructif que plaisant grâce à ses nombreux cas d’étude bien illustrés, le travail de M. Schneider doit être salué, autant en raison de l’étendue de son érudition (en témoigne la bibliographie, anglophone, francophone, germanophone, bien maîtrisée), que de la variété de ses sources (au-delà des portraits eux-mêmes, des gravures, des écrits littéraires et même des inventaires après décès).

7La pluridisciplinarité recherchée ici, que l’on ne peut que louer, est cependant aussi à l’origine de quelques maladresses sur le plan de l’analyse historique. L’on pardonne volontiers les coquilles (Marly comme propriété du Dauphin, p. 172) et les approximations, par exemple le mauvais usage du titre de « fille de France » (p. 322, note 55). Certaines conclusions peuvent apparaître rudimentaires, telle la distinction sociale recherchée par la noblesse et opérée via le portrait, que l’autrice déduit en s’appuyant essentiellement sur N. Elias. L’on regrette qu’elle ne soit pas allée plus loin, en montrant comment la recherche de la différenciation s’intègre dans des dynamiques plus générales de représentation (voir par exemple les travaux de C. Lanoë et I. Paresys sur la parure).

8Les lacunes historiques se révèlent plus malheureuses au début de la troisième partie, consacré à la marquise de Montespan. La compréhension de la place des enfants bâtards à la cour semble insuffisante pour étayer l’analyse ici proposée : la légitimation ne fait pas de ces enfants des « princes et princesses de France » (p. 159) ou, pire, des « enfants de France » (p. 162) pouvant prétendre à la Couronne. Une connaissance historique plus précise aurait ainsi permis d’affiner les conclusions de l’autrice sur ce point : le portrait historié n’est pas seulement le reflet d’une réalité, mais un moyen de la transcender, dans le but d’affirmer (de revendiquer ?) un rang supérieur. Il est d’ailleurs dommage de ne pas avoir étudié plus spécifiquement, en tant que telles, les filles légitimées (ou épouses de fils légitimés) de Louis XIV, pourtant largement représentées dans le corpus d’étude. Revenir sur leur marginalité par rapport à la famille royale légitime aurait permis d’insister davantage sur le caractère performatif du portrait historié. En dépit de ces quelques faiblesses, M. Schneider a le grand mérite d’avoir essayé, et souvent réussi, là où l’on n’ose encore trop peu s’aventurer : dépasser les frontières disciplinaires pour ouvrir la réflexion, étendre les pistes de recherche et multiplier les échanges scientifiques.

Haut de page

Notes

1 Françoise Bardon, Le portrait mythologique à la cour de France sous Henri IV et Louis XIII : mythologie et politique, Paris, A. et J. Picard, 1974.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Flavie Leroux, « Marlen Schneider, Belle comme Vénus. Le portrait historié entre Grand Siècle et Lumières », Genre & Histoire [En ligne], 28 | Automne 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/6886

Haut de page

Auteur

Flavie Leroux

Centre de recherche du château de Versailles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search