Navigation – Plan du site

AccueilNumeros28Comptes rendusNathalie Zimpfer, Mary Wollstonec...

Comptes rendus

Nathalie Zimpfer, Mary Wollstonecraft : aux origines du féminisme politique et social en Angleterre

Lyon, ENS éd., 2016
Marie-Lise Paoli
Référence(s) :

Nathalie Zimpfer, Mary Wollstonecraft : aux origines du féminisme politique et social en Angleterre, Lyon, ENS éd., 2016, 247 p.

Texte intégral

1Ce volume consacré par Nathalie Zimpfer à Mary Wollstonecraft dans la collection « Les fondamentaux du féminisme anglo-saxon », dirigée par Frédéric Regard, vient opportunément compléter la série qui comptait déjà plusieurs publications importantes sur les grands textes relatifs aux droits des femmes et aux origines des revendications féministes. En choisissant de mettre à l’honneur celle qui nourrissait le « souhait fou » d’abolir « les distinctions de sexe dans la société » (p. 126), Nathalie Zimpfer s’est intéressée à une figure phare mais largement méconnue du grand public francophone, à qui est offert l’opportunité d’une découverte par des textes traduits au plus près de l’original. Parfois mal comprise des spécialistes même de l’anglophonie et des féministes averti·es, l’œuvre de celle qu’Horace Walpole surnommait « la hyène en jupons » a été et est toujours ici ou là caricaturée, vilipendée ou récupérée avec plus ou moins d’honnêteté intellectuelle. Aussi un ouvrage comme celui-ci, en permettant un accès direct à un corpus étendu et divers, accompagné d’un appareil critique substantiel mais discret et qui laisse toute leur place aux textes eux-mêmes ainsi qu’à la liberté de lecture de chacun et de chacune, est-il particulièrement bienvenu. Il remplit à la fois une mission de vulgarisation et de rectification de l’image de Mary Wollstonecraft à travers ses écrits et un éclairage érudit porté sur ces derniers.

2Il est toujours délicat de tenter de mesurer rétrospectivement un apport « féministe » avant la lettre et de définir de quel féminisme il s’agirait. Ceci est d’autant plus vrai dans le cas d’une autrice comme Mary Wollstonecraft, souvent taxée de misogynie pour sa manière de fustiger dans des diatribes véhémentes ses contemporaines, qu’elle dépeint comme des femmes résignées, voire sur-adaptées à l’infériorité de leur condition. Cependant on note le soin pris pour dépassionner le débat et rendre justice à une pensée en mouvement, faite de « fulgurantes intuitions qui invalident de fait des binarités taxinomiques qui régissent la société anglaise du xviiie siècle » (p. 55), ce qui a le mérite d’introduire un propos tout en nuance.

3Comme le précise l’avertissement placé en début d’ouvrage, la plupart des traductions présentées sont des inédits, à l’exception des deux Défense (Défense des droits des hommes et Défense des droits de la femme) ainsi que Maria, ou le malheur d’être femme, qui ont fait l’objet de traductions antérieures dont Nathalie Zimpfer souhaite se démarquer par un double impératif clairement affiché : fidélité à la langue de l’époque (jusqu’au respect des règles typographiques en vigueur au xviiie siècle) et accessibilité pour le public d’aujourd’hui (orthographe modernisée, notes qui facilitent la compréhension). Force est de constater que ce pari est tenu : si l’on compare, en effet, d’un point de vue stylistique la traduction française de la dédicace de la Défense des droits de la femme qui figure dans l’ouvrage à celle parue anonymement sous le titre Défense des droits des femmes suivie de quelques considérations sur des sujets politiques et moraux : ouvrage traduit de l’anglais de Mary Wollstonecraft ; et dédié à M. l’ancien Évêque d’Autun (Paris : Chez Buisson, Lyon : Chez Bruyset, 1792), le gain en terme d’intelligibilité pour le public du xxie siècle est manifeste, sans que le style perde en authenticité.

4Le corpus choisi est constitué de dix textes de Mary Wollstonecraft parus entre 1787 et 1796 (p. 61-198), répartis en six sections thématiques, comportant chacune quelques pages de présentation qui révèlent une personnalité aux multiples facettes. L’hétérogénéité des intitulés met l’accent tantôt sur l’engagement militant, tantôt sur la production littéraire en tant que telle. Les extraits d’œuvres de fiction, injustement délaissées par la critique, figurent en bonne place. On y trouve des formules choc comme celle prêtée à Maria : « Le mariage m’a embastillée pour la vie » p. 146). En complément viennent des écrits indicatifs de la réception de l’œuvre par d’autres (p. 199-229), originellement parus entre 1792 (Horace Walpole) et 1932 (Virginia Woolf), exception faite d’une recension de la biographie rédigée par Claire Tomalin datée de 1974.

5L’anthologie est précédée d’une courte introduction qui situe Mary Wollstonecraft comme femme de lettres, elle qui s’était auto-proclamée « première d’une nouvelle espèce » en tant que femme dont l’ambition était de vivre de sa plume et qui effectivement parvint à ce statut. Suit un essai d’une trentaine de pages qui présente l’orientation adoptée, dont l’intitulé fait écho à celui de l’ouvrage : « Mary Wollstonecraft et les origines du féminisme politique et social ». Il s’agit, en effet, d’un proto-féminisme défini comme « pensée réformatrice ayant pour visée l’avancement de la condition féminine » (p. 12, note 4). C’est bien le principe unificateur de l’œuvre, au-delà de sa diversité générique, que Nathalie Zimpfer entend mettre en évidence, un processus de déconstruction tous azimuts des inégalités homme/femme fondées fallacieusement sur une supposée inégalité naturelle.

6Aussi les extraits choisis visent-ils à illustrer la méthode propre à Mary Wollstonecraft, qui consiste à repérer et dénoncer les mécanismes discriminatoires à l’encontre du sexe dit faible pour faire émerger une conscience réformatrice qu’elle appelle de ses vœux tant sur le plan juridique que politique et social : « le propos de Wollstonecraft n’est pas féministe stricto sensu, mais sociétal et s’inscrit dans le cadre d’une théorie politique ayant pour ambition le passage d’un système patriarcal fondé sur l’inégalité des individus à une société démocratique reposant sur l’égalité et l’autonomie de tous les citoyens » (p. 40). On sera frappé par le contraste saisissant entre le mépris affiché par certains contemporains et la stratégie discursive audacieuse et novatrice que l’on découvre dans les textes présentés. Ainsi le célèbre parlementaire et penseur politique Edmund Burke tournant en dérision « la demi-douzaine de sauterelles cachées sous une fougère qui emplissent les prés de leur crissement inopportun » (p. 30), visait-il Mary Wollstonecraft à travers une allusion à la dissidence religieuse unitarienne dont elle se réclamait. Or, l’on décèle chez cette dernière une vision réformatrice remarquable, qui passe avant tout par un projet éducatif ambiteux et qui s’inspire d’une véritable théorie politique fondée sur l’analyse d’une société patriarcale qui refusait aux femmes la possibilité d’être des citoyennes à part entière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Lise Paoli, « Nathalie Zimpfer, Mary Wollstonecraft : aux origines du féminisme politique et social en Angleterre », Genre & Histoire [En ligne], 28 | Automne 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/6896

Haut de page

Auteur

Marie-Lise Paoli

ERCIF-UR CLARE, Université Bordeaux-Montaigne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search