Navigation – Plan du site

AccueilNumeros29Introduction

Introduction

Franchir le seuil, faire entendre sa voix, trouver sa place : la participation des élues féminines dans les parlements nationaux aux XXe-XXIe siècles, entre intégration, marginalisation et transformation.
Crossing the threshold, making one’s voice heard, finding one’s place: the participation of elected women in national parliaments in the 20th and 21st centuries, between integration, marginalisation and transformation
Agathe Bernier-Monod et Annette Lensing

Texte intégral

  • 1  « Niemand lacht ein junges Mädchen heute mehr aus, wenn es sagt, dass es später einmal Ministerin (...)

« Personne ne se moque plus aujourd’hui d’une petite fille, quand elle dit qu’elle souhaite plus tard devenir ministre ou même chancelière. On demande même parfois si un homme a le droit de le devenir également […]1 ».

  • 2  Cf. UIP-ONU Femmes : « Les femmes en politique 2021 », consulté le 17 juin 2022, URL : https://www (...)
  • 3  À l’exception de l’Arabie Saoudite, où le droit de vote ne leur donne accès qu’aux élections munic (...)
  • 4  Ces chiffres se fondent sur une étude de l’Union interparlementaire comparant les statistiques de (...)
  • 5  Sur le rôle de la CE comme catalyseur dans l’émergence des politiques publiques en matière d’égali (...)

1Ce trait d’esprit d’Angela Merkel, qui fut pendant seize ans la cheffe de l’exécutif allemand, lors du discours qu’elle tint en 2018 à l’occasion du centenaire du droit de vote et d’éligibilité des femmes en Allemagne, suscita les rires complices de l’auditoire. Jusqu’à la fin de son mandat en décembre 2021, les jeunes Allemand·es né·es après 2005 n’avaient connu qu’une femme chancelière. Aussi, son successeur, le social-démocrate Olaf Scholz, usa avec humour du slogan « Er kann Kanzlerin » (« Chancelière, il peut le faire ») lors de la campagne des élections législatives en septembre 2021. De nombreux films et séries mettent désormais en scène des femmes de pouvoir, à l’instar de la série danoise à succès Borgen, diffusée à partir de 2010, qui présente l’ascension d’une femme politique devenant première ministre. Si le personnel politique et sa représentation dans la culture populaire se sont féminisés au cours des dernières décennies, les femmes restent en réalité largement sous-représentées aux plus hautes fonctions politiques : en janvier 2021, on dénombrait seulement neufs cheffes d’État et treize cheffes de gouvernement dans vingt-deux pays2. Bien que les femmes soient électrices et éligibles dans la quasi-totalité des États3, les femmes parlementaires restent minoritaires par rapport à leurs homologues masculins : certes, plus de vingt-cinq ans après la quatrième conférence mondiale de l’ONU sur les femmes à Beijing en 1995, la proportion de femmes dans les parlements monocaméraux et les chambres basses a plus que doublé, passant de 11,3 % à 25,6 %4. Cela signifie toutefois que trois député·es sur quatre sont encore des hommes. À l’échelle mondiale, seuls trois États ont atteint la parité et comptent le plus grand nombre de femmes parlementaires : le Rwanda (61,3 %), Cuba (53,2 %) et les Émirats arabes unis (50 %). L’Europe, longtemps considérée comme modèle en matière de représentation parlementaire des femmes5, vient en deuxième position, après les Amériques, où la part des femmes dans les parlements atteint 31,1 %.

  • 6  Ionica Berevoescu et Julie Ballington, Représentation des femmes dans les collectivités locales : (...)
  • 7  Les 36 % correspondent à 2,18 millions de femmes sur 6,02 millions de membres élus dans les organe (...)
  • 8  Voir l’index publié sur la page #SHEcurity, consulté le 15 juin 2022, URL : https://shecurity.info (...)

2Le document de travail publié fin 2021 par ONU Femmes offre une illustration supplémentaire d’une politique institutionnelle encore largement masculine : portant sur la représentation des femmes dans les collectivités locales de 133 pays, elle montre que les femmes sont sous-représentées dans la majeure partie des pays – seuls 20 pays dépassent les 40 % –, le pourcentage étant le plus élevé en Asie centrale et méridionale (41 %) et en Europe et en Amérique du Nord (35 %)6. Même si la part des femmes est plus importante dans les organes délibératifs locaux (36 %) que dans les parlements nationaux, on est encore loin de l’objectif onusien d’une participation équitable des femmes dans la vie politique et publique d’ici 20307. De même, l’index réalisé dans le cadre de la campagne #SHEcurity lancée en octobre 2020 à l’occasion du 20e anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU sur le Droit des femmes, la Paix et la Sécurité indique qu’au rythme actuel d’évolution de la participation féminine, il faudrait attendre trente-sept ans pour atteindre la parité dans les parlements des États membres de l’Union européenne et du G208.

3Ces différentes statistiques sont un indicateur de l’égalité femmes-hommes dans le monde et de la reconfiguration des rapports Nord-Sud, mais ne rendent compte qu’à la marge des contextes et normes politiques, économiques et sociaux, des différences systémiques (démocraties/dictatures) et du respect ou non des libertés fondamentales. De même que l’obtention du droit de vote et d’éligibilité ou encore l’instauration de quotas de femmes dans les partis politiques n’est qu’un jalon parmi d’autres de l’autodétermination des femmes, l’exercice de (hautes) fonctions politiques n’entraîne pas automatiquement l’égalité des sexes devant la loi, que ce soit en matière d’accès à la formation et à la connaissance, de sécurité sanitaire ou encore d’égalité salariale. Aussi, l’actualité internationale montre que les avancées en la matière n’excluent pas des reculs des droits fondamentaux et acquis sociaux, à l’instar de la fermeture des écoles pour les filles en Afghanistan en mars 2022 ou de la remise en cause par la Cour suprême de l’arrêt Roe v. Wade (1973) garantissant le droit à l’avortement aux États-Unis, le 24 juin 2022.

Enjeux et questionnements

  • 9  C’est la thèse que défend Manon Tremblay dans : Manon Tremblay (dir.), Femmes et parlements. Un re (...)
  • 10  https://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/erlis/5987 [consulté le 15/06/2022]
  • 11  Cf. « Dix ans plus tard », in Françoise Thébaud (dir.), Histoire des femmes en Occident, vol. 5 –  (...)
  • 12  Sur cette question de « modèle » et les évolutions à l’œuvre en Allemagne, voir notamment Anne-Lau (...)

4La participation politique des femmes, plus particulièrement au parlement, soulève par conséquent des enjeux aussi complexes qu’actuels. Comment se fait-il que, cent ans après la première vague d’entrée des femmes dans les parlements européens à partir de la fin de la Première Guerre mondiale, celles-ci soient encore aujourd’hui largement sous-représentées ? Le xxie siècle sera-t-il celui du véritable accès des femmes à la représentation politique9 ? Dans quelle mesure la présence des femmes dans les parlements favorise-t-elle l’adoption de lois qui leur sont favorables ? Celles-ci contribuent-elles à transformer les rapports sociaux entre les sexes ? Ces interrogations ont été au fondement du présent dossier thématique qui rassemble, entre autres, les actes d’une journée d’études qui s’est tenue le 18 octobre 2019 à l’Université Le Havre Normandie, en coopération avec l’Université de Caen Normandie, et qui était intitulée « L’irruption. L’entrée des femmes dans les parlements : perceptions et appropriation des modes d’action politique (xxe-xxe siècles)10 ». Les dates anniversaires et commémoratives de l’acquisition des droits civiques par les femmes se traduisant généralement par une augmentation de l’intérêt pour l’histoire du féminisme, des femmes et du genre11, ce dossier a voulu saisir l’opportunité du centenaire de la première vague d’entrée des femmes dans les parlements occidentaux pour éclairer le vécu et les représentations liés à leur arrivée dans et leur participation à la vie politique des xxe et xxie siècles, en interroger les permanences et les ruptures. Les contributions du dossier portent exclusivement sur les sociétés occidentales, avec une focalisation particulière sur l’Allemagne et son rôle de laboratoire, non pas sous l’angle plus classique du « modèle économique » allemand, mais sous celui de la représentation des femmes en politique et de ses évolutions de part et d’autre du second conflit mondial12. Afin de dégager, dans une perspective comparative, l’originalité et la spécificité de l’arrivée des pionnières allemandes dans le parlement en 1919, les études de cas sur l’Allemagne ont été croisées avec des contributions sur la Grande-Bretagne et les États-Unis ainsi que l’Espagne et la France, où l’accès au droit de vote et d’éligibilité des femmes s’est opéré selon différents temporalités et modalités.

  • 13  Les Néo-Zélandaises sont les premières à obtenir le droit de suffrage en 1893. En Europe, la Finla (...)
  • 14  Le 17 décembre 2010, le vendeur de rues Mohamed Bouazizi s’immole par le feu en signe de protestat (...)
  • 15  Cf. Juliette Gaté, « Droits des femmes et révolutions arabes », La Revue des droits de l’homme [En (...)

5Rappelons qu’à l’échelle mondiale, le xxe siècle a marqué l’accès large des femmes à la citoyenneté politique et leur entrée dans les organes de décision et de représentation politiques. Après une première vague au lendemain de la Grande Guerre (États-Unis, Allemagne, Autriche, Angleterre, Irlande, Pays-Bas, États scandinaves13 et baltes, URSS), une deuxième vague se déploie après la Seconde Guerre mondiale, dans les années 1940 et 1950, en France, en Italie et dans la plupart des pays d’Amérique du Sud et d’Asie du Sud-Est. Si la plupart des États d’Afrique et du Moyen-Orient adopte le suffrage féminin dans les années 1950, les femmes obtiennent le droit de vote en Turquie dès les élections nationales en décembre 1934. Au début des années 2010, les mobilisations massives des femmes lors des révolutions du « Printemps arabe », parties de Tunisie14 avant d’essaimer en Égypte, en Libye, au Yémen, au Bahreïn et en Syrie, ont montré le poids de la participation citoyenne comme levier de bouleversements politiques. Dirigées contre les régimes répressifs au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, ces mobilisations ont amené la chute de dirigeants installés au pouvoir de longue date, comme Zine el-Abidine Ben Ali en Tunisie ou Hosni Moubarak en Égypte. Les femmes ont été des actrices clé de ces soulèvements en faveur de réformes démocratiques et sociales, comme l’atteste leur participation massive aux scrutins électoraux consécutifs. Elles ont pourtant été largement exclues du travail de réforme constitutionnel entrepris au lendemain des révolutions, réformes qui n’ont amené que de rares mesures visant à « permettre ou favoriser la participation de femmes à la vie politique […]15 ». Enfin, le « Printemps arabe » n’a pas empêché le rollback des contre-révolutions et le regain de violence et de répression, ce dont témoigne l’assassinat de la militante égyptienne Shaimaa al-Sabbagh en janvier 2015, élevée au rang d’icône de l’après-révolution.

  • 16  Catherine Achin et Sandrine Lévêque, Femmes en politique, Paris, La Découverte, Coll. Repères, 200 (...)
  • 17  Cf. Michelle Perrot, La place des femmes, Une difficile conquête de l’espace public, Paris, Éditio (...)
  • 18  Cf. Dominique Godineau, « Filles de la liberté et citoyennes révolutionnaires », in Geneviève Frai (...)
  • 19  Voir les contributions d’Anne-Laure Briatte et Hélène Quanquin dans ce numéro.

6L’accès des femmes au droit de vote et à l’éligibilité est par conséquent un phénomène international dans lequel viennent s’inscrire différents enjeux nationaux16. En outre, que ce soit avec le combat des suffragettes du début du xxe siècle ou celui des femmes pendant les soulèvements arabes du début des années 2010, la question de la participation politique n’est pas réductible à l’engagement à l’intérieur des institutions politiques, mais amène à prendre en compte des formes parallèles ou concomitantes de participation politique, comme dans les mouvements sociaux ou le militantisme associatif. Longtemps exclues de l’espace public, les femmes l’ont conquis avec difficulté17. Si dans les sociétés occidentales, elles l’investissent progressivement à partir du xviiie siècle, l’espace politique se structure autour de la dichotomie hommes-public/femmes-privé18. En choisissant de placer le terme d’« irruption » au centre de la journée d’étude d’octobre 2019, les organisatrices ont voulu étroitement associer le moment de l’entrée des femmes au parlement à leur perception par leurs homologues masculins. Dénotant une arrivée soudaine et parfois violente d’un nombre important de personnes, le terme d’irruption permet de mettre la focale moins sur l’arrivée en tant que telle de ces nouvelles élues, que sur les représentations qui y sont liées. Deux contributions de ce dossier thématique l’illustrent particulièrement bien : Anne-Laure Briatte montre en quoi l’entrée des députées à l’Assemblée nationale constituante allemande en 1919 n’était ni inattendue, ni soudaine, mais le résultat de luttes menées depuis un quart de siècle par le mouvement féministe « radical », alors qu’Hélène Quanquin présente, à partir de la figure de Jeannette Rankin, les obstacles auxquels la première et seule femme élue au Congrès en 1916 a été confrontée pour faire entendre sa voix dans un espace masculin, dans le contexte de l’entrée en guerre des États-Unis19.

  • 20 Constitution de la République française du 4 octobre 1958, art. 3 et 37 ; Loi fondamentale pour la (...)
  • 21 Joan Wallach Scott, Parité ! L’universel et la différence des sexes, Paris, Albin Michel, 2005, p.  (...)
  • 22  Sur la définition de l’antiféminisme et ses manifestations en France à partir de la fin du xixe si (...)
  • 23 Thomas Mergel, Parlamentarische Kultur in der Weimarer Republik. Politische Kommunikation, symbolis (...)
  • 24  Cf. Françoise Thébaud, in Histoire des femmes en Occident, op. cit., p. 52.
  • 25  Joan W. Scott, « Gender as a useful category of historical analysis », The American Historical Rev (...)
  • 26  Voir notamment l’article de Lucia Schmidt dans ce dossier sur les interruptions sexistes à l’encon (...)

7Le dossier se concentre principalement sur les chambres basses, lieux de l’expression de la volonté populaire par excellence. En effet, les membres de l’Assemblée nationale ou du Bundestag, élus au suffrage direct, ont pour mission de représenter le peuple tout entier20, quand ceux de la chambre haute, élus de façon indirecte, représentent généralement les collectivités territoriales. Le Bundesrat allemand représente ainsi les Länder. La chambre haute peut en outre présenter un caractère plus exclusif à l’instar de la Chambre des Lords britannique composée d’aristocrates. Examiner le vécu et les perceptions des élues des chambres basses permet ainsi d’évaluer l’acceptation de ces élues par l’opinion comme incarnations possibles de la nation. En effet, comme l’a montré Joan W. Scott dans son analyse du mouvement français pour la parité, les femmes sont considérées comme l’incarnation de la différence des sexes et « ne peuvent donc pas être des individus abstraits », qui fondent l’universalisme républicain français et sont pensés comme masculins21. Quelles que soient les époques et les aires géographiques considérées, l’entrée des femmes dans l’arène parlementaire a été accompagnée par des réactions antiféministes de rejet22. Après l’élection des premières femmes parlementaires en 1919, certains élus masculins redoutaient que les nouvelles arrivantes menacent le bon fonctionnement du travail parlementaire, alors même qu’elles étaient minoritaires23. Dans la France du Gouvernement provisoire, l’octroi du droit de vote et d’éligibilité aux femmes en 1944 fut perçu par certains comme un risque pour leur féminité24. Tout au long du xxe siècle, le concept même de politique a été redéfini de manière à continuer à en exclure les femmes. Un « cordon sanitaire » fut établi autour de la « haute politique », cantonnant les élues aux domaines considérés comme secondaires et féminins – ou plutôt comme secondaires car féminins : droit familial, affaires sociales, santé25. C’est ce que montre notamment la contribution de Nicolas Batteux, avec l’exclusion des femmes sociales-démocrates des champs régaliens, qui restent une prérogative masculine lors de la 5e législature (1965-1969) au Bundestag de la République fédérale d’Allemagne. Cette marginalisation passe aussi par des interruptions ou interpellations à caractère sexiste vis-à-vis des élues. Si elles sont moins fréquentes aujourd’hui, elles refont régulièrement surface26, comme en témoignent les insultes sexistes dont a fait l’objet la députée France Insoumise Mathilde Panot, traitée de « poissonnière » en pleine séance parlementaire à l’Assemblée nationale début 2021. La représentation au parlement constitue-t-elle par conséquent un facteur d’émancipation politique ? Le parlement est-il le lieu de l’intégration ou au contraire de l’exclusion des femmes ?

  • 27  Renate Bridenthal et Claudia Koonz, « Becoming Visible : Women in European History », Science and (...)
  • 28  Briatte et al., L’Europe, une chance pour les femmes, op. cit., p. 12.
  • 29  Patrick Farges, « Critical Men’s Studies, Männlichkeitsgeschichte, histoire de la virilité : quelq (...)
  • 30  Voir notamment Julie Verlaine et Patrick Farges (dir.), « Combats, débats, transmission : les 20 a (...)

8Les contributions de ce dossier intitulé « Femmes dans les parlements : perceptions et appropriations de modes d’action politique (xxe-xxie siècles) », apportent divers éclairages à l’ensemble des interrogations soulevées ici, en questionnant les multiples fonctions du parlement – comme espace institutionnel de conquête de droits politiques, comme lieu de travail et d’interactions et comme lieu de discours et d’affrontements, régi par des règles et des codes de sociabilité. En étudiant les dynamiques d’exclusion et d’inclusion des femmes dans l’espace parlementaire, ce dossier se place dans la continuité du renouvellement récent des approches et des objets d’étude de l’histoire des femmes et du genre. Si les premiers travaux ont eu pour objet de rendre « visibles » les femmes du passé pour reprendre la célèbre formulation de Claudia Koonz et de Renate Bridenthal27, sous l’influence de la recherche américaine et anglo-saxonne, un glissement s’est opéré vers l’histoire du genre, c’est-à-dire la « construction sociale de la différence des sexes et les rapports de pouvoir qui en découlent28 ». Comme le souligne à juste titre Patrick Farges, l’histoire du genre s’inscrit, du point de vue historiographique, dans un « dialogue transatlantique nourri », ce qui n’exclut pas la persistance de « particularités nationales29 ». Publié en 2021, le numéro d’Allemagne d’aujourd’hui intitulé « Ce que le genre fait aux études germaniques » montre justement, à partir d’une discipline française récente et interdisciplinaire, les multiples apports et potentialités du genre dès lors qu’il rejoint l’outillage des sciences humaines et sociales, en ce qu’il apporte un nouvel éclairage aux sources ou permet de redéfinir des objets de recherche30.

Présentation du dossier

Entrer au parlement : vécu et représentations

  • 31  Achin et al., Femmes en politique, op. cit., p. 3.

9Comme le soulignent Catherine Achin et Sandrine Lévêque, la question de la participation politique des femmes est généralement posée dans son rapport aux institutions politiques et porte sur la voie que les femmes empruntent pour obtenir le droit d’élire leurs représentant·es et d’être elles-mêmes élues31. Aussi, le premier volet de ce dossier thématique est consacré à l’entrée des femmes dans les parlements aux xxe-xxie siècles. Anne-Laure Briatte montre que le mouvement féministe « radical », véritable fer de lance du suffragisme dans le Reich wilhelmien, a préparé l’entrée des femmes au parlement et a plus largement contribué à la politisation et à la démocratisation de la société, même si aucune féministe radicale ne figure parmi les 37 députées qui siègent à l’Assemblée nationale constituante en 1919. Dans les représentations des féministes « radicales » comme Anita Augspurg ou Lida Gustava Heymann, principalement issues des milieux bourgeois cultivés et d’orientation libérale, le Reichstag, chambre basse du parlement, apparaît avant tout comme un lieu politique idéalisé à même d’améliorer la situation des femmes, alors même que son poids politique réel est limité. Si ces femmes se sont approprié les codes de communication et de sociabilité pour démontrer leur aptitude aux affaires politiques, les contacts avec des députés masculins ont laissé présager qu’un accueil défavorable serait réservé aux élues féminines. La contribution d’Hélène Quanquin s’attache elle aussi à inscrire l’entrée des femmes au Congrès américain au début du xxe siècle dans la continuité des combats menés par les femmes aux États-Unis depuis le xixe siècle pour s’extraire de l’espace domestique, en s’intéressant à la trajectoire de la première élue au Congrès américain Jeannette Rankin, qui siégea à la Chambre des Représentants entre 1917 et 1919, puis entre 1941 et 1943. En éclairant ses prises de parole, sa voix et sa perception, Quanquin montre la circulation entre une pratique militante féministe et pacifiste et les pratiques politiques traditionnelles, en s’intéressant notamment aux stratégies mises en place pour se faire entendre dans l’espace public (prise de parole spontanée, interruption de la parole masculine, silence) et dans les instances parlementaires.

Se faire entendre au parlement : stratégies discursives des élues

10Devenues officiellement sujets politiques, les femmes viennent, à des degrés divers, bousculer les pratiques et les habitudes. L’éclairage de leur participation politique amène à questionner les rapports de domination à l’œuvre et l’articulation entre normes politiques et culturelles. Il amène aussi à porter le regard sur les stratégies mises en œuvre pour se faire entendre au parlement et y devenir force de proposition politique, question qui est au cœur de trois articles du dossier. S’intéressant respectivement aux cas de la France, de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne fédérale aux xxe-xxie siècles, ces contributions éclairent les prises de parole publiques, les moyens rhétoriques mis en œuvre et les champs politiques investis par les élues. En se fondant sur l’analyse assistée par ordinateur de près de mille professions de foi électorales au début de la Cinquième République, dans les années 1958-1973, Magali Guaresi examine la dimension performative des prises de parole des candidates à l’Assemblée nationale et met au jour l’articulation étroite entre le langage politique et la « fabrication des identités ». Cette contribution atteste que, dans ces actes de candidature, les femmes politiques françaises mettent davantage en avant leur identité de genre que leur expérience politique ou leur expertise, réactivant ainsi un imaginaire sexiste. La question de la représentation de soi et du message politique qu’on souhaite porter est aussi au centre de l’article de Karine Rivière-De Franco : analysant 500 discours inauguraux tenus par des élues britanniques à la Chambre des Communes entre 1919 et 2019, elle montre la grande diversité de sujets abordés par ces nouvelles actrices politiques par-delà les seuls enjeux considérés comme « féminins », même si les députées sont plus susceptibles d’évoquer la famille et la protection sociale que leurs homologues masculins. Si les comportements sexistes continuent de faire du parlement un milieu hostile aux femmes, l’intégration de ces dernières n’en a pas moins entraîné des modifications durables des pratiques parlementaires. Le discours comme lieu d’élaboration et de reconfiguration des relations de pouvoir est aussi au cœur de la dernière contribution de cet ensemble thématique : Nicolas Batteux y examine la situation et le rôle politiques des élues sociales-démocrates dans la République fédérale d’Allemagne des « années 1968 ». Il démontre que, malgré le cantonnement des femmes parlementaires aux sujets dits « féminins » – la famille, la santé et la jeunesse –, certaines élues ont pu s’affirmer au sein de leurs familles politiques : après le changement de législature de 1969, des élues sociales-démocrates se sont ainsi appropriées les revendications issues des mobilisations de 1968, notamment sur la réforme du divorce et la dépénalisation de l’avortement, signe que les mots d’ordre de la rue sont parvenus à franchir la porte des parlements.

Trouver sa place au parlement : résister à l’antiféminisme

  • 32  L’Allemagne se situe à la 48e place du classement effectué par l’Union interparlementaire, avec 31 (...)

11L’entrée des femmes dans les parlements n’annule pas les disparités et les inégalités, que ce soit au niveau du rôle politique ou des représentations que des réactions sexistes et antiféministes. Les marges de manœuvre des élues et leur réception sont au centre de la contribution de Catherine Saupin qui examine les résistances auxquelles durent faire face les trois pionnières de la démocratie à l’Assemblée constituante espagnole, Clara Campoamor, Victoria Kent et Margarita Nelken. Après l’octroi du droit d’éligibilité aux femmes par décret gouvernemental en 1931, ces premières femmes parlementaires de la Seconde République espagnole durent faire preuve de combativité et se défaire d’une logique purement partisane pour plaider la cause des femmes face aux critiques misogynes, qui s’exprimèrent dans l’hémicycle comme dans la presse. Les deux dernières contributions de ce dossier se focalisent sur le cas allemand. Lucia Schmidt s’intéresse à un temps politique relativement long – la période qu’elle examine s’étend de l’après-guerre au très contemporain – et interroge l’évolution des discriminations sexistes au Bundestag. Tout en montrant que les femmes sont traditionnellement davantage la cible d’interruptions à caractère sexiste que les hommes, elle identifie un recul tant quantitatif que qualitatif de ces attaques verbales. À la condescendance paternaliste, qui dominait les interruptions sexistes des années 1950 à 1970, a succédé dans les années 1980 une agressivité, qui peut être vue comme une résistance à la vague de féminisation de la période. À l’inverse, la nature plus rare et plus subtile des interruptions actuelles peut être analysée comme le signe d’une affirmation plus importante des femmes au sein du parlement, même si ces dernières constituent en 2021 moins d’un tiers de l’assemblée32. L’article de Valérie Dubslaff met également l’accent sur les stratégies discursives mises en œuvre dans les organes parlementaires allemands, en opérant un double décentrement : elle éclaire la pratique politique des élues nationalistes du Parti national-démocrate d’Allemagne au parlement de Francfort entre 1989 et 1993. Alors que l’assemblée mettait tout en œuvre pour ignorer ces femmes – au même titre que leurs homologues masculins, au nom du consensus antifasciste –, les nationales-démocrates Ursula Gerhold et Christine Ringmayer s’employèrent à miner le fonctionnement du conseil municipal par leur ton outrancier et leurs provocations réactionnaires. Forçant les autres acteurs à se positionner par rapport à elles, elles donnèrent de la visibilité aux femmes d’extrême-droite, contribuant ainsi à se faire entendre comme femmes, mais aussi à normaliser la participation politique de l’extrême-droite au parlement.

  • 33  Cf. Fabrice Virgili, « L’histoire des femmes et l’histoire des genres aujourd’hui », Vingtième siè (...)

12Par l’adoption d’une perspective comparative et interdisciplinaire, ce dossier permet d’identifier des constantes de la participation politique féminine, par-delà les périodes et aires géographiques considérées : le parlement apparaît comme un espace de représentations et de projection, de pratiques politiques et d’affrontements, qui s’effectuent selon les lignes de division politiques et/ou sexuées et qui s’inscrivent à l’intérieur de l’évolution des structures institutionnelles et des mentalités. Mettant l’accent sur la participation politique conventionnelle des femmes – participation aux suffrages et exercice du métier politique –, ce dossier aborde également, à la marge, la mobilisation dans la société civile. Dans la rubrique « Itinéraires », nous avons ainsi souhaité donner la parole à la philosophe du féminisme et ancienne eurodéputée (1999-2004) Geneviève Fraisse : même si son expérience politique française et européenne fait figure de parenthèse dans son parcours de chercheuse, son témoignage offre un exemple de l’imbrication forte des niveaux scientifiques, militants et institutionnels en matière d’histoire des femmes et du genre. Tout en montrant que l’Europe a fait figure de levier en termes d’égalité femmes-hommes, cet entretien révèle les résistances (masculines) à l’œuvre dès lors que la question du pouvoir est en jeu33.

Haut de page

Notes

1  « Niemand lacht ein junges Mädchen heute mehr aus, wenn es sagt, dass es später einmal Ministerin oder sogar Bundeskanzlerin werden will. Es soll sogar schon Fragen geben, ob es auch ein Mann werden darf […] ». Discours d’Angela Merkel lors des célébrations des 100 ans du droit de vote des femmes, le 12 novembre 2018, consulté le 28 avril 2020, URL : https://www.bundeskanzlerin.de/bkin-de/aktuelles/rede-von-bundeskanzlerin-merkel-bei-der-festveranstaltung-100-jahre-frauenwahlrecht-am-12-november-2018-1548938.

2  Cf. UIP-ONU Femmes : « Les femmes en politique 2021 », consulté le 17 juin 2022, URL : https://www.ipu.org/fr/femmes-politique-2021.

3  À l’exception de l’Arabie Saoudite, où le droit de vote ne leur donne accès qu’aux élections municipales, et du Vatican, où elles sont exclues du vote.

4  Ces chiffres se fondent sur une étude de l’Union interparlementaire comparant les statistiques de 191 États au 1er janvier 2021. Voir la carte UIP-ONU Femmes, consultée le 17 juin 2022, URL : https://www.ipu.org/fr/femmes-politique-2021.

5  Sur le rôle de la CE comme catalyseur dans l’émergence des politiques publiques en matière d’égalité des sexes, voir Sonia Mazey, « L’Union européenne et les droits des femmes : de l’européanisation des agendas nationaux à la nationalisation d’un agenda européen ? », in Richard Balme, Didier Chabanet et Vincent Wright (dir.), L’Action collective en Europe. Collective Action in Europe, Paris, Presses de Sciences Po, coll. Académique, 2002, p. 405-432. Sur le croisement fructueux des historiographies de l’Europe et du genre, voir Anne-Laure Briatte, Éliane Gubin et Françoise Thébaud (dir.), L’Europe, une chance pour les femmes ? Le genre de la construction européenne, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2019.

6  Ionica Berevoescu et Julie Ballington, Représentation des femmes dans les collectivités locales : analyse mondiale, ONU femmes, Section gouvernance et participation, New York, décembre 2021, consulté le 19 avril 2022, URL : https://www.unwomen.org/sites/default/files/2022-01/Womens-representation-in-local-government-en.pdf, p. 8.

7  Les 36 % correspondent à 2,18 millions de femmes sur 6,02 millions de membres élus dans les organes délibératifs des collectivités locales au 1er janvier 2020. Ibid., p. 7.

8  Voir l’index publié sur la page #SHEcurity, consulté le 15 juin 2022, URL : https://shecurity.info/wp-content/uploads/2021/10/Report_Shecurity_2021_RGB-Final.pdf, p. 17.

9  C’est la thèse que défend Manon Tremblay dans : Manon Tremblay (dir.), Femmes et parlements. Un regard international, Montréal, Remue-Ménage, 2005.

10  https://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/erlis/5987 [consulté le 15/06/2022]

11  Cf. « Dix ans plus tard », in Françoise Thébaud (dir.), Histoire des femmes en Occident, vol. 5 – Le xxe siècle, 2e éd. aug., Paris, Perrin, 2002, p. 7-58, p. 45. Plusieurs manifestations scientifiques ont été organisées à l’occasion de ce centenaire. Cf. par exemple le colloque « Vorhang auf – Frauen in Parlament und Politik im internationalen Vergleich », Berlin, 6-8 mars 2019 ; le colloque « Féminisme, droit et citoyenneté », Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, 24-26 juin 2020.

12  Sur cette question de « modèle » et les évolutions à l’œuvre en Allemagne, voir notamment Anne-Laure Briatte-Peters, « Introduction. Les femmes dans la vie politique allemande – une irrésistible ascension ? », Allemagne d'aujourd’hui, [en ligne], 2014/1, n° 207, p. 5-12. URL : https://www.cairn.info/revue-allemagne-d-aujourd-hui-2014-1-page-5.htm, DOI : 10.3917/all.207.0005.

13  Les Néo-Zélandaises sont les premières à obtenir le droit de suffrage en 1893. En Europe, la Finlande fut pionnière en matière de droit de vote des femmes, avec l’élection de la première assemblée citoyenne par des hommes et des femmes en mars 1907.

14  Le 17 décembre 2010, le vendeur de rues Mohamed Bouazizi s’immole par le feu en signe de protestation contre le harcèlement policier. Sa mort déclenche une mobilisation populaire sans précédent.

15  Cf. Juliette Gaté, « Droits des femmes et révolutions arabes », La Revue des droits de l’homme [En ligne], 6 /2014, mis en ligne le 7 novembre 2014, consulté le 19 avril 2022, URL : http://journals.openedition.org/revdh/929, DOI : https://doi.org/10.4000/revdh.929

16  Catherine Achin et Sandrine Lévêque, Femmes en politique, Paris, La Découverte, Coll. Repères, 2006.

17  Cf. Michelle Perrot, La place des femmes, Une difficile conquête de l’espace public, Paris, Éditions textuel, 2020.

18  Cf. Dominique Godineau, « Filles de la liberté et citoyennes révolutionnaires », in Geneviève Fraisse et Michelle Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, vol. 4, Paris, Perrin, 2002, cité in Catherine Achin et al., Femmes en politique, op. cit., p. 7.

19  Voir les contributions d’Anne-Laure Briatte et Hélène Quanquin dans ce numéro.

20 Constitution de la République française du 4 octobre 1958, art. 3 et 37 ; Loi fondamentale pour la République fédérale d’Allemagne du 23 mai 1949, art. 38.

21 Joan Wallach Scott, Parité ! L’universel et la différence des sexes, Paris, Albin Michel, 2005, p. 14-15.

22  Sur la définition de l’antiféminisme et ses manifestations en France à partir de la fin du xixe siècle, voir notamment Christine Bard (dir.), Un siècle d’antiféminisme, Paris, Fayard, 1999. Voir aussi Christine Bard, Mélissa Blais et Francis Dupuis-Déri, (dir.), Antiféminismes et masculinismes d’hier et d’aujourd’hui, Paris, PUF, 2019.

23 Thomas Mergel, Parlamentarische Kultur in der Weimarer Republik. Politische Kommunikation, symbolische Politik und Öffentlichkeit im Reichstag, Düsseldorf, Droste, p. 106.

24  Cf. Françoise Thébaud, in Histoire des femmes en Occident, op. cit., p. 52.

25  Joan W. Scott, « Gender as a useful category of historical analysis », The American Historical Review, vol. 91, n° 5, décembre 1986, p. 1073.

26  Voir notamment l’article de Lucia Schmidt dans ce dossier sur les interruptions sexistes à l’encontre des femmes dans la chambre basse allemande. Pour les apports d’une approche comparatiste, voir l’étude d’envergure de Karen Offen sur les réactions antiféministes en Europe entre le xviiie et la première moitié du xxe siècle. Karen Offen, European Feminisms, 1700-1950. A Political History, Stanford, Stanford University Press, 2000.

27  Renate Bridenthal et Claudia Koonz, « Becoming Visible : Women in European History », Science and Society 42 (3), 1978, p. 361-363.

28  Briatte et al., L’Europe, une chance pour les femmes, op. cit., p. 12.

29  Patrick Farges, « Critical Men’s Studies, Männlichkeitsgeschichte, histoire de la virilité : quelques effets de la réception triangulaire », in Anne-Laure Briatte, Hélène Camarade, Valérie Dubslaff et Sibylle Goepper (dir.), dossier « Ce que le genre fait aux études germaniques », Allemagne d’aujourd’hui [en ligne], n° 237, juillet-septembre 2021, URL : https://www.cairn.info/revue-allemagne-d-aujourd-hui-2021-3.htm, p. 31-51, p. 31.

30  Voir notamment Julie Verlaine et Patrick Farges (dir.), « Combats, débats, transmission : les 20 ans de Mnémosyne », Genre & Histoire, [en ligne], n° 26, 2020, consulté le 12 juillet 2021, URL : https://journals.openedition.org/genrehistoire/5539 ; Anne-Laure Briatte, et. al. (dir.), « Ce que le genre fait aux études germaniques », op. cit.

31  Achin et al., Femmes en politique, op. cit., p. 3.

32  L’Allemagne se situe à la 48e place du classement effectué par l’Union interparlementaire, avec 31,2 % de femmes au Bundestag. Cf. carte UIP-ONU, op. cit.

33  Cf. Fabrice Virgili, « L’histoire des femmes et l’histoire des genres aujourd’hui », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 2002/3, n° 75, URL : https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2002-3-page-5.htm#, p. 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agathe Bernier-Monod et Annette Lensing, « Introduction »Genre & Histoire [En ligne], 29 | Printemps 2022, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7070

Haut de page

Auteurs

Agathe Bernier-Monod

Université Le Havre Normandie. Groupe de recherches Identités & Cultures (GRIC). Courriel : agathe.bernier-monod@univ-lehavre.fr

Articles du même auteur

Annette Lensing

Université de Caen Normandie. Équipe de Recherche sur les Littératures, les Imaginaires et les Sociétés (ERLIS). Courriel : annette.lensing@unicaen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search