Navigation – Plan du site

AccueilNumeros29Jeannette Rankin (1880-1973), une...

Jeannette Rankin (1880-1973), une voix étatsunienne à la marge

Jeannette Rankin (1880-1973), an American voice at the margin
Hélène Quanquin

Résumés

Première Américaine à avoir été élue au Congrès en 1916, Jeannette Rankin fut confrontée à deux difficultés, en tant que seule femme dans un milieu associé à la voix masculine et la représentation par les hommes, mais aussi en tant que militante issue des mouvements suffragistes et progressistes dans une instance démocratique. Cet article s’intéresse aux stratégies qu’elle déploya afin de faire entendre sa voix et normaliser sa présence en les replaçant dans l’histoire longue de la prise de parole politique par les femmes aux États-Unis.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sur la famille de Jeannette Rankin, voir Norma Smith, Jeannette Rankin, America’s Conscience, Hele (...)
  • 2  Melanie Susan Gustafson, Women and the Republican Party, 1854-1924, Urbana, University of Illinois (...)
  • 3  Ibid., p. 172 ; Smith, Jeannette Rankin, America’s Conscience, op. cit., p. 103.

1Première Américaine élue à la Chambre des Représentants, Jeannette Rankin vient à la politique par le militantisme suffragiste et progressiste au début du xxe siècle. Née dans le Montana en 1880 dans une famille aisée – son père a profité des opportunités offertes par l’Ouest pour faire fortune1 –, elle fait partie de cette génération de femmes des classes moyennes et supérieures qui accédèrent à l’enseignement supérieur au début du xxe siècle et s’investirent dans les mouvements de réforme sociale. Après un diplôme de biologie obtenu à l’université du Montana en 1902, elle étudie à la New York School of Philanthropy, qui offre alors les premières formations en travail social, et dont elle sort diplômée en 1909. À partir de 1910, elle milite pour le droit de vote des femmes et participe aux campagnes référendaires menées dans plusieurs États, dont le Montana, qui adopte le suffrage féminin en 1914. Suite à ce succès, elle fait campagne en 1916 sous l’étiquette du Parti républicain sur la base d’un programme dans lequel on trouve notamment le droit de vote des femmes, la prohibition, mais aussi des revendications pacifistes2. Le 7 novembre 1916, elle est élue après être arrivée en deuxième position dans l’État avec 76 932 voix à la Chambre des Représentants, où elle effectue un mandat de deux ans. Un redécoupage électoral défavorable la décourage de se représenter3. Elle y siège cependant une seconde fois plusieurs années plus tard, entre 1941 et 1943. Pacifiste convaincue, Jeannette Rankin est entrée dans l’histoire pour avoir voté à deux reprises contre l’entrée en guerre des États-Unis. Si elle fut l’une des 56 élu·es au Congrès qui prirent position contre la déclaration de guerre en avril 1917, elle fut la seule dans ce cas en décembre 1941, ce qui fit d’elle la cible de violentes attaques. Elle poursuivit cependant son engagement pacifiste jusqu’à sa mort en 1973. En janvier 1968, elle participa ainsi à une manifestation contre la Guerre du Vietnam organisée par une coalition de groupes féministes qui prirent le nom de « Brigade Jeannette Rankin » (Jeannette Rankin Brigade) pour l’occasion.

  • 4  Sur l’engagement pacifiste de Jeannette Rankin, voir par exemple, Joan Hoff Wilson, « “Peace Is a (...)
  • 5  Kathryn Anderson, « Steps to Political Equality: Woman Suffrage and Electoral Politics in the Live (...)
  • 6  Gustafson, Women and the Republican Party, 1854-1924, op. cit, p. 172 et p. 173-174.

2La carrière et l’engagement de Jeannette Rankin sont particulièrement bien documentés grâce notamment à de nombreux entretiens d’histoire orale qui ont nourri des analyses de son engagement pacifiste4. L’étude de son élection et de ses mandats électifs a également montré la façon dont les compétences acquises dans le combat suffragiste furent mobilisées par certaines femmes pour accéder à des positions électives au niveau national mais aussi local5. Plus largement, sa carrière s’inscrit dans une histoire des circulations des pratiques entre militantisme féminin et politique traditionnelle aux États-Unis depuis le xixe siècle6. Reste que les premiers pas mais aussi les premiers mots de Jeannette Rankin en tant qu’élue dans une instance fédérale dominée par les hommes ont été peu étudiés.

  • 7  Goedele A.M. De Clerck et Josephine Hoegaerts, « Intercession, Emancipation, and a Space In Betwee (...)
  • 8  De Clerck et Hoegaerts, « Intercession, Emancipation… », art. cit., p. 26.

3La voix et l’« audibilité », prises à la fois littéralement et métaphoriquement, sont au cœur du système de la démocratie représentative7. Historiquement, la représentation politique est ainsi intimement liée au « son de la voix masculine » (sound of the male voice)8. Nous nous intéresserons ici à la double difficulté à laquelle Jeannette Rankin fut confrontée en tant que seule femme dans un milieu d’hommes et militante dans une instance législative, au prisme des stratégies parfois contradictoires qu’elle mit en place pour faire entendre sa voix et normaliser sa présence. Nous nous interrogerons sur sa double marginalisation, à la fois subie et volontaire, pour la replacer dans le contexte plus long de la prise de parole politique par les femmes aux États-Unis.

Voix et rôle politique des femmes aux États-Unis avant le xxe siècle

  • 9  Linda K. Kerber, No Constitutional Right to Be Ladies: Women and the Obligations of Citizenship, N (...)
  • 10  Rosemarie Zagarri, Revolutionary Backlash: Women and Politics in the Early American Republic, Phil (...)
  • 11  Pour une exégèse du passage des Corinthiens, voir Nicola Kontzi-Méresse, « Le silence des femmes d (...)
  • 12  Dorothy C. Broaddus, Genteel Rhetoric: Writing High Culture in Nineteenth-Century Boston, Columbia (...)

4Les débuts de Jeannette Rankin en tant qu’élue doivent être envisagés dans le contexte d’une histoire longue du combat mené par les femmes au xixe siècle pour faire entendre leur voix dans l’espace public. Plusieurs obstacles rendent alors difficile leur accès à la parole publique. Les idéaux issus de la Révolution Américaine assignent aux femmes blanches un rôle politique important en tant que « mères » ou « épouses républicaines » (Republican mothers/wives)9. Si, ainsi que le montre Rosemarie Zagarri, des femmes s’investirent en politique aux États-Unis dès la fin du xviiie siècle, l’intensification des conflits partisans contribua à un discours dominant qui faisait du retrait des femmes dans l’espace domestique la garantie de la paix civile10. À cette époque, elles sont également confrontées à un interdit moral issu d’interprétations de la Bible qui les empêchaient d’enseigner et de prendre la parole en public11. Pendant une grande partie du xixe siècle, l’art oratoire est ainsi défini comme exclusivement masculin et souvent enseigné aux hommes dans les universités d’élite12.

  • 13  Martha Jones, All Bound Up Together: The Woman Question in African American Public Culture, 1830-1 (...)
  • 14  Nancy Isenberg, Sex and Citizenship in Antebellum America, Charleston, The University of North Car (...)
  • 15  Martha Jones, All Bound Up Together: The Woman Question in African American Public Culture, 1830-1 (...)
  • 16  Gerda Lerner, The Grimké Sisters from South Carolina: Pioneers for Woman’s Rights and Abolition, N (...)
  • 17  Hélène Quanquin, « “Question de la femme” et “question de l’homme” : Les Américains à la Conventio (...)

5Dans les premières décennies du xixe siècle, le rôle politique des femmes est régi par la notion ambivalente d’« influence féminine » (female influence), qui limite l’expression directe des opinions tout en permettant à certaines femmes d’investir l’espace public13. Dans les années 1820 et 1830, elles s’engagent en grand nombre dans le mouvement abolitionniste, ce qui les amène à passer, selon les mots de Nancy Isenberg, « le seuil du monde grandement visible de la délibération publique » (the threshold into the highly visible world of public deliberation)14. Dans les années 1830, des militantes abolitionnistes noires et blanches, à l’instar de Maria W. Stewart15 et d’Angelina et Sarah Grimké16, commencent à s’adresser à des auditoires mixtes, provoquant la résistance des autorités religieuses, mais aussi de certains abolitionnistes. Le mouvement contre l’esclavage étatsunien se divise à partir de 1837 sur la question de l’intégration des femmes dans les mêmes associations que les hommes, aboutissant à une scission qui est consommée à Londres lors de la première Convention mondiale contre l’esclavage en juin 1840. Les Américaines qui avaient été envoyées comme déléguées sont ainsi interdites de débats à l’issue d’un vote qui met en évidence les résistances étatsuniennes, mais aussi britanniques, à la prise de parole des femmes en public17.

  • 18  Judith Wellman, The Road to Seneca Falls: Elizabeth Cady Stanton and the First Woman’s Rights Conv (...)
  • 19  National Woman Suffrage Association, Report of the International Council of Women, Assembled by th (...)

6La capacité des femmes à s’exprimer en public, devant des auditoires mixtes de surcroît, est au cœur de l’émergence du mouvement féministe à la fin des années 1840. La première convention pour les droits des femmes, qui se tient à Seneca Falls dans l’État de New York les 19 et 20 juillet 1848, est ainsi organisée en deux journées distinctes. Si seules les femmes sont appelées à participer à la première, la seconde est ouverte aux hommes et présidée par l’un d’eux, James Mott18. Quarante ans plus tard, Elizabeth Cady Stanton, l’une des organisatrices, se souvient également avoir demandé l’aide du militant noir Frederick Douglass, connu pour ses talents oratoires, au moment des débats sur la résolution controversée sur le droit de vote des femmes, en raison de sa timidité et de son manque d’expérience dans la prise de parole en public19.

  • 20  « Proceedings of the Woman’s Rights Convention, Held at the Unitarian Church, Rochester, N.Y., Aug (...)
  • 21  Frederick Douglass, « Woman Suffrage, Address at Tremont Temple, Boston, May 24, 1886 », Frederick (...)

7Deux semaines plus tard, la convention de Rochester, dans l’État de New York, montre l’obstacle physique que constitue la voix féminine dans la revendication de leurs droits. La nomination d’une femme, Abigail Bush, comme présidente de l’assemblée est critiquée par certain·es participant·es, qui craignent que cette décision nuise à la réputation du mouvement naissant. Pendant les débats, l’incapacité de certaines femmes à se faire entendre en raison de leur « faible voix » (low voices) force Abigail Bush à demander l’indulgence de l’auditoire en insistant sur la nervosité des « corps tremblants et des voix hésitantes » (trembling frames and faltering tongues) de ces militantes20. Cette difficulté des femmes à se faire entendre dans les conventions au début du mouvement est ainsi décrite par Frederick Douglass en 1886 : « Quand [elle] essayait de parler, elle sursautait au son de sa propre voix », affirme-t-il alors (When [she] attempted to speak she startled at the sound of her own voice)21.

  • 22  Isenberg, Sex and Citizenship, op. cit., p. 15.
  • 23  Quanquin, Men in the American Women’s Rights Movement, op. cit., p. 90.
  • 24  Ibid., p. 1-2.

8Ces difficultés expliquent en grande partie le statut ambivalent de la voix des hommes dans le combat féministe dans la première moitié du xixe siècle. Cette position est rendue visible lors de l’expérimentation menée les 19 et 20 avril 1850, à l’occasion de la convention pour les droits des femmes de Salem, dans l’Ohio, où seules les participantes sont autorisées à prendre la parole et les hommes sont réduits au rôle de spectateurs silencieux22. L’événement était censé répondre à l’organisation la même année de la convention constitutionnelle de l’État, exclusivement masculine, en attirant l’attention de toutes et tous sur le fait que les hommes n’avaient pas la légitimité pour parler et se prononcer au nom des femmes, dans un contexte où celles-ci étaient privées du droit de vote23. L’évolution de la place des hommes dans le mouvement pour les droits des femmes, du centre à la marge, peut également s’expliquer par la confiance acquise par les femmes dans leur propre voix, prise dans le sens littéral et métaphorique, tout au long du xixe siècle24.

Les voix de Jeannette Rankin : voix de militante, voix de Représentante

  • 25  Ronald Schaffer, « The Montana Woman Suffrage Campaign, 1911-14 », The Pacific Northwest Quarterly(...)
  • 26  « Legislative Work and Gossip », Yellowstone Monitor, February 2, 1911, p. 1.
  • 27  « Female Suffrage. Bill Emerges from Committee of Whole in House, After Battle », The Butte Daily (...)
  • 28  Smith, Jeannette Rankin, America’s Conscience, op. cit, p. 62.
  • 29  Belle Winestine, interviewed by Helen Bonner, July 14, 1980, p. 23, Jeannette Rankin Oral History (...)
  • 30  Kathryn Anderson, « Steps to Political Equality… », art. cit., p. 109.
  • 31  Smith, Jeannette Rankin, America’s Conscience, op. cit., p. 104.

9L’exemple de Jeannette Rankin met en évidence la persistance des enjeux autour de la prise de parole publique et politique des femmes, lorsque celle-ci se fait dans une situation inhabituelle et dans un lieu dont les femmes ont été historiquement exclues. Lorsqu’elle est élue à la Chambre des Représentants en 1916, Rankin a pourtant une longue expérience de militante et d’oratrice derrière elle. Le combat pour le droit de vote des femmes et les campagnes référendaires qui se multiplient dans les États au début des années 1910 ont permis aux suffragistes d’acquérir une expérience du discours public dans des circonstances parfois difficiles, par exemple dans la rue, et face à des auditoires le plus souvent sceptiques, voire hostiles. Pendant cette période, Jeannette Rankin prit même la parole dans une instance législative. Le 2 février 1911, elle s’adresse ainsi à la Chambre des Représentants du Montana afin de défendre un amendement sur le suffrage féminin25. Sa position à ce moment-là est particulière puisqu’il fallut un vote de la chambre pour lui « accorder le privilège » (accord the privilege) de parler dans l’enceinte26. Un reportage dans la presse de l’époque note la force de son argumentation – « dépourvue de passions et puissante » (unimpassioned and forcible) –, qui est celle d’une femme qui tire sa légitimité à parler en public de son militantisme et de sa position en tant que représentante d’autres femmes privées de voix27. À une époque où les discours se faisaient sans amplification de la voix, Jeannette Rankin est une oratrice compétente et expérimentée28. L’une de ses assistantes, Belle Fligelman Winestine, se souvient en 1980 de son charisme et de sa force de persuasion, décrivant l’ambiance « électrique » (electric) quand elle s’adressait à son auditoire29. Ce sont ces tactiques militantes et cette assurance issue du travail de terrain qui expliquent sa campagne électorale victorieuse de 191630. Lorsqu’elle est élue, elle est bombardée d’offres en tous genres pour écrire dans la presse, faire de la publicité pour différents produits, mais aussi prononcer des discours publics rémunérés, ce qui confirme à la fois sa situation exceptionnelle en tant que première femme élue au Congrès et la reconnaissance de ses talents oratoires31.

  • 32  « Congressman Rankin Talks with Kate Burr », The Buffalo Times, September 30, 1917, p. 34.

10Toutefois, son élection à la Chambre des Représentants change sa position et le statut de sa parole. Les commentaires qui accueillent les premiers pas de Jeannette Rankin dans l’arène représentative se concentrent sur plusieurs éléments souvent exposés dans le moindre détail, notamment son physique et ses vêtements. Elle est ainsi décrite par la journaliste Kate Burr comme « une jeune femme agile et souple » (a lithe, supple-formed young woman) à « la grâce d’une gazelle » (with the grace of a gazelle). Dans le même article, l’autrice mentionne la « tranquille élégance » (quiet elegance) de l’élue, à l’opposé du stéréotype de la femme pionnière de l’Ouest élevée dans un ranch. Elle justifie enfin l’attention particulière portée aux vêtements de Jeannette Rankin par le fait que les hommes élus au Congrès étaient tous habillés de la même façon, insistant ainsi sur la singularité de sa présence32.

  • 33  Smith, Jeannette Rankin, America’s Conscience, op. cit.
  • 34  « Jeannette Rankin pledges Her Best to Women’s Cause », The Missoulian, April 7, 1917, p. 7.
  • 35  Ibid.

11C’est bien la voix de Jeannette Rankin ainsi que les réactions à la première prise de parole d’une femme dans l’enceinte de la Chambre des Représentants qui sont le plus souvent relayées dans la presse de l’époque. Ces impressions tranchent avec les comptes rendus qui notaient l’assurance de l’élue lorsqu’elle faisait campagne pour le droit de vote des femmes au début des années 1910. Ce contraste peut s’expliquer de plusieurs façons. Il est tout d’abord probable qu’il soit dû au contexte même de ses débuts en tant qu’élue, à savoir le vote sur l’entrée en guerre des États-Unis, à l’issue d’une session spéciale du Congrès convoquée par le président Wilson à partir du 2 avril 1917. L’occasion est doublement solennelle pour Jeannette Rankin, puisque le matin même, un petit déjeuner est organisé en son honneur par des associations suffragistes, à l’époque divisées notamment sur la question de la guerre, mais aussi avec lesquelles l’élue était en froid depuis 1915 et qui s’étaient opposées à sa candidature33. Sa prise de parole à cette occasion est déjà décrite comme emplie d’émotion sous l’influence du poids de sa responsabilité34. Elle est également escortée jusqu’au Capitole par un cortège d’automobiles couvertes de drapeaux aux couleurs du mouvement suffragiste. Elle bénéficie d’une attention spéciale puisque c’est l’autre Représentant du Montana, le démocrate John Evans, qui l’accompagne dans l’enceinte du Congrès, suggérant à la fois la solennité de l’événement et la difficulté d’envisager qu’une femme puisse pénétrer seule dans le Capitole35.

  • 36  « Miss Jeannette Rankin Praised and Censured for Voting “No” », Pittsburgh Daily Post, April 7, 19 (...)
  • 37  « Congresswoman Faced Difficult Situation », The Daily Missoulian, April 7, 1917, p. 8.
  • 38  Ibid.
  • 39  « Miss Rankin Votes Against War », The Philadelphia Inquirer, April 7, 1917, p. 12.
  • 40  Ibid., p. 16.

12Le premier vote de Jeannette Rankin concentre également tous les regards, en raison de l’importance de la décision à prendre, mais aussi de sa position en tant que première et unique représentante au Congrès. Même si elle ne fut pas la seule à voter contre l’entrée en guerre des États-Unis, elle semble avoir concentré toute l’attention et divisé y compris parmi les suffragistes qui l’avaient célébrée le matin du vote36. Les récits dans la presse insistent sur l’émotion et la fragilité de l’élue aux convictions pacifistes, sur laquelle pèse une responsabilité particulière, évidente dans la phrase qu’elle prononce pour justifier son vote : « Je veux soutenir mon pays mais je ne peux pas voter pour la guerre » (I want to stand by my country but I cannot vote for war)37. On parle alors d’« une voix entrecoupée par l’émotion » (a voice faltering with emotion)38, « secouée par des sanglots » (shaken with sobs)39. Que ce point revienne souvent, y compris des années plus tard dans l’entretien avec Belle Fligelman Winestine, montre l’enjeu que représentait le seul fait qu’une voix féminine résonne dans l’enceinte de la Chambre des Représentants et l’importance de décrire avec précision ses moindres nuances. L’assistante de Jeannette Rankin corrige ainsi les comptes rendus de l’époque, affirmant qu’« [i]l est possible qu’elle ait pleuré, mais elle ne s’est pas évanouie et elle est sortie sans difficulté » (She might have wept, but she didn’t faint and she walked out without any difficulty)40.

La voix et les silences de Jeannette Rankin

  • 41  Ibid.
  • 42  Anderson, « Steps to Political Equality… », op. cit., p. 111-112.
  • 43  Tiffany Lewis, « Democracy and Government: A Critical Edition of Jeannette Rankin’s 1917 Address a (...)

13La question de la voix de Jeannette Rankin est liée à celle de savoir qui elle représente. Dès son investiture, elle est présentée comme l’élue, non pas du Montana, mais des Américaines, et donc comme l’« Envoyée des Femmes » (Envoy of Womanhood)41. Si elle semble avoir été prête à remplir ce rôle et à œuvrer par exemple pour des causes souvent associées aux femmes, leur droit de vote, mais aussi leurs conditions de travail42, elle s’employa également à se présenter dès le départ comme l’élue de son État. Ce double positionnement est ainsi évident dans le premier discours rémunéré qu’elle fit à Carnegie Hall à New York le 2 mars 1917 et qui se concentre sur des enjeux politiques plus larges liés à la représentation, mais aussi sur les problèmes spécifiques du Montana. C’est ce qu’elle s’emploie à faire dès ses premières allocutions au Congrès43.

  • 44  Jeannette Rankin, Activist for World Peace, Women’s Rights, and Democratic Government, 1974, p. 18 (...)
  • 45  Ibid., p. 20.

14La stratégie adoptée par Jeannette Rankin lors de son premier mandat est en fin de compte ambivalente, car elle semble avoir souhaité se fondre dans la masse des élus, probablement en réaction à l’attention dont elle fut l’objet au moment de son élection. Dans un entretien d’histoire orale, elle décrit sa stratégie d’influence par l’exemple : « Je me conduisais comme un élu. J’étais polie et attentionnée, et je n’ai pas fait d’erreur, et tout ce que les hommes avaient à faire, c’était de me regarder. Je n’avais pas à dire quoi que ce soit » (I operated as a Congressman. I was polite and sensitive, and I didn’t do the wrong thing, and all the men had to do was to watch me. I didn’t have to say anything)44. Elle ajoute à plusieurs reprises qu’elle n’eut jamais recours à ce qu’elle appelle « des choses de femmes » (female things), ce qu’elle explicite un peu plus loin en affirmant qu’elle « ne flirta jamais » (never flirted) avec les autres élus45.

  • 46  Ibid.
  • 47  Josephine Hoegaerts, « The Sound of Sovereignty: Royal Vocal Strategies in the Victorian House of (...)
  • 48  « Has Montana “Kept Press? », The Daily Missoulian, August 27, 1917, p. 4.
  • 49  « Congressman Rankin Talks with Kate Burr », art. cit.
  • 50  « Congress Ropes Puzzle Woman », The San Francisco Examiner, April 2, 1917, p. 2.

15Après ses débuts tonitruants, il semble donc que l’une des stratégies de Jeannette Rankin ait été de ne pas se faire remarquer et de parler le moins possible46, un silence que des femmes investies d’un rôle public avant elle, à l’instar de la Reine Victoria, avaient utilisé47. Cette attitude s’explique probablement par le contexte des mois qui suivirent son élection : le vote contre la guerre, mais aussi des comptes rendus d’un discours donné en août qu’elle dut démentir avoir tenu48. Quelques mois après ses premiers pas au Congrès, un élu la qualifie de représentante « discrète » (unobstrusive) dont la présence n’a essentiellement rien changé, ce qui est décrit comme un point positif : « C’est juste la même chose qu’avant son arrivée » (It is just the same as it used to be before she came)49. Interviewée quelques heures après son entrée officielle dans le Capitole, elle avait ainsi affirmé : « J’ai tant de choses à apprendre que je ne sais pas quoi dire. Plus important encore, je ne sais pas quoi ne pas dire » (I have so much to learn that I do not know what to say. What’s more important, I don’t know what not to say)50.

  • 51  Lewis, « Democracy and Government… », art. cit., p. 49.
  • 52  Belle Winestine, interviewed by Helen Bonner, July 14, 1980, Jeannette Rankin Oral History Project (...)

16L’autre point important à souligner dans cette tension entre prise de parole et silence est lié aux textes des discours que Jeannette Rankin donna une fois élue. Si son expérience en tant que militante suffragiste fait qu’elle est capable d’improviser, elle s’en remet à son frère Wellington et à Belle Fligelman Winestine pour ses allocutions prévues à l’avance, ce qui est systématiquement le cas dans son travail d’élue51. Belle Fligelman Winestine écrivit également les articles publiés dans le Chicago Herald sous le nom de Jeannette Rankin avant sa prise de fonction. « Elle parlait, mais elle n’aimait pas écrire » (she talked, but she didn’t like to write), dit-elle de Jeannette Rankin52. Cet écart montre la position difficile de la première Représentante étatsunienne, prise entre un militantisme dont l’efficacité se fonde sur sa capacité à parler depuis la marge et une pratique de la politique représentative où sa spécificité doit être effacée le plus possible pour pouvoir influencer la politique de l’intérieur.

Conclusion

  • 53  Sur l’influence mutuelle entre guerre et genre, voir par exemple Joshua S. Goldstein, War and Gend (...)

17La prise de parole politique des femmes aux États-Unis au début du xxe siècle s’inscrit dans l’histoire longue des réactions à la voix féminine à l’intérieur et à l’extérieur des mouvements féministes. La question de la voix, entendue dans un sens à la fois littéral et métaphorique, permet de mesurer les obstacles à la présence des femmes dans des instances élues, ce que le cas de Jeannette Rankin confirme. Militante et oratrice aguerrie avant son élection, elle maîtrisait les stratégies mises en place dans les années 1910 par les suffragistes, qui investissaient l’espace public en prenant la parole de façon spontanée ou pas et en interrompant parfois les discours des hommes politiques, mais qui utilisaient parfois le silence comme modalité de mobilisation, par exemple lors des manifestations silencieuses organisées devant la Maison-Blanche à partir de janvier 1917. Une fois élue, Jeannette Rankin se retrouva dans une position exceptionnelle et inédite en tant que première Américaine élue au Congrès dans le contexte de l’entrée en guerre des États-Unis, historiquement pensée comme une affaire d’hommes53. Cela l’amena à repenser sa relation à la prise de parole en public en tentant de normaliser sa présence, défi auquel de nombreuses femmes politiques continuent d’être confrontées. L’exemple de Jeannette Rankin nous permet de réfléchir à la spécificité des liens entre militantisme féminin et politique représentative, ainsi qu’à la puissance d’une prise de parole politique depuis la marge.

Haut de page

Notes

1  Sur la famille de Jeannette Rankin, voir Norma Smith, Jeannette Rankin, America’s Conscience, Helena, Montana Historical Society Press, 2002, p. 29-40.

2  Melanie Susan Gustafson, Women and the Republican Party, 1854-1924, Urbana, University of Illinois Press, 2001, p. 171-172.

3  Ibid., p. 172 ; Smith, Jeannette Rankin, America’s Conscience, op. cit., p. 103.

4  Sur l’engagement pacifiste de Jeannette Rankin, voir par exemple, Joan Hoff Wilson, « “Peace Is a Woman’s Job...” Jeannette Rankin and American Foreign Policy: Her Lifework as a Pacifist », Montana The Magazine of Western History, 30, 2, 1980, p. 38-53 ; Harriet Hyman Alonso, « Jeannette Rankin and the Women’s Peace Union », Montana The Magazine of Western History, 39, 2, 1989, p. 34-49.

5  Kathryn Anderson, « Steps to Political Equality: Woman Suffrage and Electoral Politics in the Lives of Emily Newell Blair, Anne Henrietta Martin, and Jeannette Rankin », Frontiers: A Journal of Women Studies, 18, 1, 1997, p. 101-121.

6  Gustafson, Women and the Republican Party, 1854-1924, op. cit, p. 172 et p. 173-174.

7  Goedele A.M. De Clerck et Josephine Hoegaerts, « Intercession, Emancipation, and a Space In Between: Silence as a Mode of Deaf Citizenship in the Nineteenth Century and Today », DiGeSt. Journal of Diversity and Gender Studies, 3, 2, 2016, p. 24.

8  De Clerck et Hoegaerts, « Intercession, Emancipation… », art. cit., p. 26.

9  Linda K. Kerber, No Constitutional Right to Be Ladies: Women and the Obligations of Citizenship, New York, Hill and Wang, 1998 ; Jan Lewis, « The Republican Wife: Virtue and Seduction in the Early Republic », The William and Mary Quarterly, 44, 4, 1987, p. 689-721.

10  Rosemarie Zagarri, Revolutionary Backlash: Women and Politics in the Early American Republic, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2007, p. 6.

11  Pour une exégèse du passage des Corinthiens, voir Nicola Kontzi-Méresse, « Le silence des femmes dans l’assemblée. Réflexion autour de 1 Corinthiens 14, 34-35 », Études théologiques et religieuses, 80, 2, 2005, p. 273-278.

12  Dorothy C. Broaddus, Genteel Rhetoric: Writing High Culture in Nineteenth-Century Boston, Columbia (SC), University of South Carolina Press, 1999, p. 24. 

13  Martha Jones, All Bound Up Together: The Woman Question in African American Public Culture, 1830-1890, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2007, p. 28 et 49.

14  Nancy Isenberg, Sex and Citizenship in Antebellum America, Charleston, The University of North Carolina Press, 1998, p. 17.

15  Martha Jones, All Bound Up Together: The Woman Question in African American Public Culture, 1830-1890, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2007, p. 25-27.

16  Gerda Lerner, The Grimké Sisters from South Carolina: Pioneers for Woman’s Rights and Abolition, New York, Schocken Books, 1967, p. 153-156.

17  Hélène Quanquin, « “Question de la femme” et “question de l’homme” : Les Américains à la Convention mondiale contre l’esclavage de 1840 », in Florence Rochefort et Éliane Viennot (dir.), L’engagement des hommes pour l’égalité des sexes (XIVe-XXIe siècle), Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2013, p. 73-84.

18  Judith Wellman, The Road to Seneca Falls: Elizabeth Cady Stanton and the First Woman’s Rights Convention, Urbana, University of Illinois Press, 2004, p. 198.

19  National Woman Suffrage Association, Report of the International Council of Women, Assembled by the National Woman Suffrage Association, D.C., U.S. of America, March 25 to April 1, 1888, Washington (D.C.), Rufus H. Darby, 1888, p. 323-324 ; Hélène Quanquin, Men in the American Women’s Rights Movement, 1830-1890: Cumbersome Allies, New York, Routledge, 2020, p. 60-61.

20  « Proceedings of the Woman’s Rights Convention, Held at the Unitarian Church, Rochester, N.Y., August 2, 1848, To Consider the Rights of Woman, Politically, Religiously, and Industrially », in Proceedings of the Woman’s Rights Conventions, Held at Seneca Falls & Rochester, N.Y., July & August, 1848, New York, Robert J. Johnson, 1870, p. 3 ; Quanquin, Men in the American Women’s Rights Movement, op. cit., p. 62.

21  Frederick Douglass, « Woman Suffrage, Address at Tremont Temple, Boston, May 24, 1886 », Frederick Douglass Papers, 1841-1964 (MSS11879), Library of Congress.

22  Isenberg, Sex and Citizenship, op. cit., p. 15.

23  Quanquin, Men in the American Women’s Rights Movement, op. cit., p. 90.

24  Ibid., p. 1-2.

25  Ronald Schaffer, « The Montana Woman Suffrage Campaign, 1911-14 », The Pacific Northwest Quarterly, 55, 1, 1964, p. 9-10.

26  « Legislative Work and Gossip », Yellowstone Monitor, February 2, 1911, p. 1.

27  « Female Suffrage. Bill Emerges from Committee of Whole in House, After Battle », The Butte Daily Post, February 2, 1911, p. 2.

28  Smith, Jeannette Rankin, America’s Conscience, op. cit, p. 62.

29  Belle Winestine, interviewed by Helen Bonner, July 14, 1980, p. 23, Jeannette Rankin Oral History Project, OH 104, Archives and Special Collections, Mansfield Library, University of Montana-Missoula ScholarWorks, consulté le 8 juillet 2021, URL: https://scholarworks.umt.edu/jeannetterankin/1/.

30  Kathryn Anderson, « Steps to Political Equality… », art. cit., p. 109.

31  Smith, Jeannette Rankin, America’s Conscience, op. cit., p. 104.

32  « Congressman Rankin Talks with Kate Burr », The Buffalo Times, September 30, 1917, p. 34.

33  Smith, Jeannette Rankin, America’s Conscience, op. cit.

34  « Jeannette Rankin pledges Her Best to Women’s Cause », The Missoulian, April 7, 1917, p. 7.

35  Ibid.

36  « Miss Jeannette Rankin Praised and Censured for Voting “No” », Pittsburgh Daily Post, April 7, 1917, p. 4.

37  « Congresswoman Faced Difficult Situation », The Daily Missoulian, April 7, 1917, p. 8.

38  Ibid.

39  « Miss Rankin Votes Against War », The Philadelphia Inquirer, April 7, 1917, p. 12.

40  Ibid., p. 16.

41  Ibid.

42  Anderson, « Steps to Political Equality… », op. cit., p. 111-112.

43  Tiffany Lewis, « Democracy and Government: A Critical Edition of Jeannette Rankin’s 1917 Address at Carnegie Hall », Advances in the History of Rhetoric, 20, 1, 2017, p. 47-56 ; « Miss Rankin Makes Maiden Speech », The Washington Times, August 7, 1917, p. 1.

44  Jeannette Rankin, Activist for World Peace, Women’s Rights, and Democratic Government, 1974, p. 18. Suffragists Oral History Project, URL : http://texts.cdlib.org/view?docId=kt758005dx&brand=calisphere&doc.view=entire_text

45  Ibid., p. 20.

46  Ibid.

47  Josephine Hoegaerts, « The Sound of Sovereignty: Royal Vocal Strategies in the Victorian House of Lords », in Anke Gilleir & Aude Defurne (dir.), Women and the Gender of Sovereignty in European Culture, Louvain, Leuven University Press, 2020, p. 151.

48  « Has Montana “Kept Press? », The Daily Missoulian, August 27, 1917, p. 4.

49  « Congressman Rankin Talks with Kate Burr », art. cit.

50  « Congress Ropes Puzzle Woman », The San Francisco Examiner, April 2, 1917, p. 2.

51  Lewis, « Democracy and Government… », art. cit., p. 49.

52  Belle Winestine, interviewed by Helen Bonner, July 14, 1980, Jeannette Rankin Oral History Project, OH 104-4 et 104-5, p. 23.

53  Sur l’influence mutuelle entre guerre et genre, voir par exemple Joshua S. Goldstein, War and Gender: How Gender Shapes the War System and Vice Versa, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Quanquin, « Jeannette Rankin (1880-1973), une voix étatsunienne à la marge »Genre & Histoire [En ligne], 29 | Printemps 2022, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7080

Haut de page

Auteur

Hélène Quanquin

CECILLE (ULR 4074), Université de Lille. Courriel : helene.quanquin@univ-lille.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search