Navigation – Plan du site

AccueilNumeros29Revendication des droits civiques...

Revendication des droits civiques et préparation au « jour J » : mobilisation et stratégies des féministes radicales allemandes pour obtenir le droit de vote (années 1890-1918)

Demanding civil rights and preparing for D-Day: mobilisation and strategies of German radical feminists to obtain the right to vote (1890-1918)
Anne-Laure Briatte

Résumés

L’article retrace les luttes menées par les féministes « radicales » allemandes pour permettre et préparer l’accession des femmes au droit de vote et à l’éligibilité. S’appuyant sur des articles parus dans la revue bimensuelle Die Frauenbewegung (Le mouvement féministe), organe de presse officiel du mouvement féministe « radical », et sur des brochures et des mémoires publiés par des féministes « radicales », il montre que, parties d’une conception quelque peu idéalisée du Parlement et misant largement sur lui pour défendre les intérêts des femmes, les féministes « radicales » ont progressivement domestiqué la politique, par leur entrée symbolique dans les lieux du politique et par les sujets qu’elles sont parvenues à placer à l’ordre du jour des débats parlementaires. Enfin, l’article restitue des éléments de la réflexion des féministes sur la meilleure manière de promouvoir et de préparer l’entrée des femmes en politique, dans une action séparée ou bien en travaillant aux côtés des hommes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les guillemets ont pour fonction d’appeler à considérer ce qualificatif avec une distance critique  (...)
  • 2 L’ouvrage le plus complet sur les étapes de l’accession au droit de vote actif et passif pour les f (...)
  • 3 Conformément à la Constitution de l’Empire de 1871, les députés du Reichstag étaient jusqu’alors él (...)
  • 4 Barbara von Hindenburg, « Die Auswirkungen des Frauenwahlrechts in der Weimarer Republik », Dossier (...)
  • 5 Bock, « 100 Jahre Frauenwahlrecht », art. cit., p. 405-407.

1Le présent article retrace les luttes et les réflexions menées par les féministes « radicales1 » allemandes pour permettre et préparer l’accession des femmes au droit de vote et à l’éligibilité, l’un des objectifs principaux du mouvement féministe « bourgeois » (c’est-à-dire non prolétaire) de tendance radicale depuis les années 1890. Il prend ainsi le contre-pied de l’idée selon laquelle les femmes auraient fait irruption en politique et montre, au contraire, tout ce que leur entrée en politique en 1918-1919 doit aux luttes menées par les féministes depuis un bon quart de siècle.2 Une irruption ne signifie-t-elle pas entrée soudaine dans un lieu d’un grand nombre de personnes qui n’y étaient pas nécessairement attendues ? Les Allemandes auraient-elles donc franchi, en grand nombre et de façon inattendue, les portes de l’arène politique ? Même si la part des femmes ayant obtenu un siège en 1919 au premier parlement national allemand élu démocratiquement3, estimée à 9,7 % (41 élues sur 423), constituait à l’époque, et de loin, le taux de représentation féminine le plus élevé au monde et ne fut ensuite atteint en Allemagne (RFA) qu’en 19834, on ne peut guère y voir une foule : elles étaient pour cela trop minoritaires et allaient le devenir de plus en plus. L’idée selon laquelle leur entrée au Parlement aurait été soudaine ne correspond – et c’est ce que cet article veut démontrer –, pas davantage à la réalité historique. Cela n’est du reste pas spécifique à l’Allemagne et vaut pour un grand nombre de pays, comme l’ont montré des recherche récentes5.

2Cette démonstration s’appuiera sur des articles parus dans la revue bimensuelle Die Frauenbewegung (Le mouvement féministe), organe de presse officiel du mouvement féministe radical, publié de 1895 à 1919 par Minna Cauer (1841-1922), mais aussi sur des brochures et des mémoires publiés par deux autres féministes radicales à la tête de ce mouvement, Anita Augspurg (1857-1943) et Lida Gustava Heymann (1868-1943).

3Nous partirons du Parlement comme organe de l’État et montrerons dans quelle mesure les féministes radicales focalisaient sur lui une grande partie de leurs efforts et, d’une certaine manière, l’idéalisaient, projetant sur lui leur volonté de participation politique. Nous poursuivrons avec le Reichstag comme bâtiment abritant l’institution et montrerons que les féministes radicales se sont approprié ce lieu et l’ont investi pour manifester la volonté des femmes de participer aux affaires politiques et de faire partie du peuple citoyen. Enfin, nous terminerons sur les réflexions controversées menées par les féministes radicales, entre autres, sur la stratégie à adopter pour obtenir le droit de vote, avec ou sans le soutien des partis politiques.

Le Parlement comme objectif de la volonté politique des femmes

4La constitution de l’État unifié allemand de 1871 a introduit, avec le suffrage masculin sans restriction pour les élections législatives nationales, un élément démocratique dans la vie politique du pays. Ferventes démocrates, les féministes radicales tendaient à se focaliser sur la chambre basse du Parlement (Reichstag) en tant que représentante du peuple et organe d’élaboration des lois. Elles voyaient dans l’élaboration des lois un levier pour améliorer le statut juridique, économique et social des femmes.

« Fixation » sur le Parlement

  • 6 Angelika Schaser, Frauenbewegung in Deutschland 1848-1933, Darmstadt, wbg Academic, 2020.
  • 7 Irene Stoehr, « Frauenbewegte Nationalgefühle und Staatsbewußtheiten vor 1933 », Ariadne, 24, 1993 (...)

5L’historienne et sociologue Irene Stoehr a exposé en 1993 sa théorie d’une « fixation sur l’État » du premier mouvement féministe allemand, né de la révolution de 1848 et qui s’est développé rapidement à partir des années 18606. En tant qu’instance qui statuait sur les droits des femmes, l’État constituait, selon elle, le point de référence de ces féministes de la première heure, qui, sans nécessairement parler de droit de vote, souhaitaient que les femmes deviennent membres à part entière de la société et de l’État7. Les féministes qui se sont regroupées à la fin des années 1880 en opposition à une majorité, selon elles trop modérée, pour former une aile « radicale » se distinguaient par leur conception de la « question des femmes » comme une « question juridique ».

6L’une d’elles, Anita Augspurg, première Allemande titulaire d’un doctorat en droit, écrivait à ce sujet :

  • 8 Anita Augspurg, « Gebt Acht, solange Zeit ist! », Die Frauenbewegung, 1er janvier 1895/1, p. 4.

La question des femmes est certes en grande partie une question alimentaire, peut-être plus encore une question culturelle […], mais c’est en tout premier lieu une question juridique, parce qu’il n’y a que sur le fondement de droits garantis, et non idéaux […], qu’on peut envisager de lui apporter une solution sûre8.

7Dans ce passage, fréquemment repris pour illustrer l’approche des féministes radicales, Anita Augspurg prend ses distances par rapport à deux autres orientations du mouvement féministe allemand de son temps : le mouvement prolétaire féminin, auquel elle reproche de réduire la question des femmes à un problème alimentaire, et le mouvement féministe modéré qui, selon elle, la réduit à une « question culturelle ». Anita Augspurg souligne l’importance de lois pour garantir les droits des femmes et « apporter une solution sûre », afin qu’il ne s’agisse pas de simples concessions soumises à l’arbitraire du souverain.

8Organe dans lequel les représentants du peuple exerçaient le pouvoir législatif, le Parlement constituait donc, pour les féministes radicales en particulier, le cadre de leurs réflexions et le destinataire de leurs demandes. Plus encore qu’une fixation sur l’État, les radicales se distinguaient, selon notre analyse, par leur « fixation » sur le Parlement, à l’origine les textes de lois et dont les membres (élus depuis 1871 selon des modalités partiellement démocratiques) représentaient théoriquement les intérêts du peuple allemand.

  • 9 Bock, Geschlechtergeschichten der Neuzeit, op. cit., p. 177.
  • 10 Malte König, « Frauenwahlrecht und Prostitution. Über die Notwendigkeit politischer Selbstvertretun (...)

9En Allemagne, comme dans le reste de l’Europe, prévalait au xixe siècle la théorie d’inspiration libérale de la représentation politique des femmes par les hommes9, la participation directe des femmes aux affaires de l’État étant considérée comme nuisible. Contrairement à Clara Zetkin (1857-1933), leader du mouvement ouvrier féminin, qui rejetait le système de représentation parlementaire, les féministes radicales voulaient croire au principe de la représentation de leurs intérêts par les députés masculins, y voyant un levier pour influer sur la politique en attendant l’octroi des droits civiques. Or, comme l’a montré l’historien Malte König au sujet de la réglementation de la prostitution par l’État, il apparut de manière évidente que les intérêts des hommes et des femmes n’étaient pas seulement différents, mais bien souvent opposés10.

Surestimation des pouvoirs du Parlement

10En vertu d’une concession faite au principe de la participation politique du peuple, c’est, selon la Constitution de l’Empire allemand de 1871, au Parlement que les projets de lois étaient débattus et les intérêts du peuple représentés, par l’intermédiaire des députés élus. Les féministes pensaient donc pouvoir faire remonter les problèmes spécifiques des femmes aux représentants du peuple pour initier par leur intermédiaire des changements propres à améliorer les conditions de vie et de travail des femmes.

  • 11 Andreas Biefang, Die andere Seite der Macht: Reichstag und Öffentlichkeit im « System Bismarck » 18 (...)

11Or le pouvoir du Reichstag était en réalité assez limité : il avait certes une compétence budgétaire et législative, mais l’adoption des lois était soumise à l’accord de la chambre haute, le Bundesrat, où siégeaient les représentants des États allemands, sous la présidence du chancelier. De plus, avec le droit de dissolution du Parlement dont jouissait le Bundesrat avec l’accord de l’empereur, le chancelier et l’empereur disposaient d’une grande latitude pour faire adopter des lois11. Le Reichstag était également peu à même d’influer sur le gouvernement : en effet, le chancelier, chef de l’exécutif de l’Empire, n’était pas responsable devant le Parlement, mais uniquement devant l’empereur. Le Parlement pouvait donc critiquer et contrôler le gouvernement, mais il ne pouvait pas lui ôter sa confiance, ni demander sa destitution.

  • 12 Volker Ullrich, Die nervöse Großmacht 1871–1918. Aufstieg und Untergang des deutschen Kaiserreichs, (...)
  • 13 Selon Thomas Mergel, le Männerbund (cercle ou club masculin) parlementaire se retrouvait au restaur (...)

12Face à l’empereur, au chancelier, aux représentants des États allemands au Bundesrat, la chambre basse avait donc bien peu de poids dans le jeu politique, même si celui-ci s’étendit progressivement à partir des années 1890. Sa capacité d’action politique était d’autant plus réduite que l’empereur Guillaume II, arrivé sur le trône en 1888, écoutait davantage ses proches conseillers à la cour que ses ministres12, et encore moins les députés élus par le peuple. Par ailleurs, un certain nombre d’arrangements politiques étaient conclus dans des structures informelles de pouvoir, comme les coulisses des réunions de partis politiques ou les soirées parlementaires organisées au foyer ou au restaurant du Reichstag, dans un entre-soi exclusivement masculin et dans la tradition des corporations estudiantines allemandes (Corps et Burschenschaften)13.

  • 14 Briatte-Peters, Citoyennes sous tutelle, op. cit., p. 274-304 ; Angelika Schaser, « Bürgerliche Fra (...)

13Par ailleurs, les parlementaires allemands n’étaient pas – à l’exception du socialiste August Bebel (1840-1913) qui, le premier, demanda en 1895 l’introduction du droit de vote des femmes devant le Reichstag – réellement disposés à soutenir les revendications féministes dans un contexte encore très largement défavorable au suffrage des femmes14.

Les pétitions, seul moyen d’expression de la volonté politique des femmes

  • 15 Susanne Kinnebrock, Anita Augspurg (1857-1943). Feministin und Pazifistin zwischen Journalismus und (...)

14Si les féministes radicales concentraient à ce point leurs efforts sur le Parlement, cela tenait également au fait que, privées du droit de vote mais aussi, jusqu’en 1908, du droit d’être membres d’associations politiques, les femmes ne disposaient que des pétitions pour faire entendre leur voix. Cela peut sembler bien peu mais, contrairement aux brochures, prospectus, résolutions, mémorandums et autres déclarations plus ou moins officielles qu’elles publiaient, les pétitions devaient obligatoirement être examinées par la commission des pétitions du Parlement. Ceci explique la persistance avec laquelle les féministes radicales s’adressèrent aux parlements d’Empire et des États allemands. Certes, les pétitions des femmes furent rarement débattues, mais du moins le Reichstag devait-il en prendre note. Lorsqu’elles étaient mises au débat, les féministes pouvaient se féliciter de la publicité accordée à leur pétition, en raison du caractère public des débats et de la couverture médiatique assurée par la presse15. Bridées dans leur capacité d’action en tant que sujets politiques, les féministes radicales et les autres s’appropriaient donc tous les outils qui étaient à leur portée pour mobiliser l’opinion (pétitions, associations, presse féministe et générale) mais aussi, comme nous le verrons par la suite, les lieux du politique.

La « domestication de la politique »

  • 16 Paula Baker, « The Domestication of Politics. Women and American Political Society, 1790-1920 », Th (...)

15Aux États-Unis au cours du xixe siècle, l’historienne Paula Baker observe une « domestication de la politique » par les femmes, comprise comme l’introduction de la sphère domestique dans la politique, lorsque, sur leur insistance, des sujets tels que le droit familial ou la prostitution apparaissent à l’ordre du jour. L’expression, polysémique, renvoie également à leur apprivoisement d’une sphère politique jusqu’alors exclusivement masculine16. Les Allemandes, elles aussi, ont « domestiqué » la politique dans ces deux sens.

Cauer et Augspurg : des lectrices assidues à la bibliothèque du Reichstag

16Dans ses mémoires rédigés à quatre mains avec sa compagne de lutte et de vie Anita Augspurg, Lida Gustava Heymann a immortalisé l’image des deux féministes radicales les plus en vue au début des années 1890, Minna Cauer et Anita Augspurg, allant et venant comme de vraies habituées au Reichstag :

  • 17 Lida Gustava Heymann, Erlebtes – Erschautes. Deutsche Frauen kämpfen für Freiheit, Recht und Friede (...)

Minna Cauer et Anita Augspurg avaient pour ainsi dire un passe-partout auprès des administrations à Berlin ; ayant reçu une autorisation du directeur du Reichstag, elles entraient et sortaient du Reichstag comme les députés. Cela était très peu commun à l’époque17.

  • 18 Hedwig Dohm, Der Frauen Natur und Recht [1876], Neunkirch, Ala, 1986, p. 160.

17Si l’accès au Reichstag n’était pas expressément interdit aux femmes, rien en revanche n’était fait pour les y attirer, puisque le suffrage sans restriction pour l’élection du parlement d’Empire ne s’appliquait qu’aux Allemands âgés de plus de vingt-cinq ans et excluait les femmes, au même titre que les criminels et les idiots, pour reprendre la remarque acerbe de l’écrivaine féministe berlinoise Hedwig Dohm (1831-1919)18. Les féministes qui, telles Minna Cauer et Anita Augspurg, se procuraient une autorisation expresse du directeur du Reichstag et en fréquentaient la bibliothèque avec une assiduité presque provocatrice, montraient par leur présence physique que le Parlement, la maison du peuple, était autant leur maison que celle des hommes.

Les radicales, observatrices et critiques des débats parlementaires

  • 19 Heymann, Erlebtes – Erschautes, op. cit., p. 92.
  • 20 Bock, « 100 Jahre Frauenwahlrecht », art. cit., p. 409.

18Dans plus de la moitié des États allemands, notamment la Prusse et la Bavière, les lois sur les associations interdisaient aux femmes d’adhérer à des partis politiques ; celles-ci ne pouvaient assister à des réunions politiques que confinées dans un « segment » réservé aux femmes, séparées des hommes par une corde, et tenues au silence19. Cette séparation physique des corps, qui rendait visible la marginalisation des femmes dans l’espace politique, relevait de la « masculinisation de la participation politique20 » dans de nombreux pays au xixe siècle, concept qui désigne non pas tant les pratiques habituelles écartant les femmes de la participation politique, que leur mise à l’écart explicite, par exemple spécifiée dans les constitutions.

  • 21 Kinnebrock, Anita Augspurg, op. cit., p. 179.
  • 22 Dans son ouvrage sur les relations entre le Reichstag et l’espace public à l’époque du chancelier B (...)

19Les débats parlementaires étant publics, Minna Cauer et Anita Augspurg, étaient des habituées de la tribune des visiteurs du Reichstag21, tout comme Marie Raschke, autre féministe radicale. Régulièrement, elles assistaient aux débats parlementaires, en particulier lorsqu’il y était question des droits des femmes, elles observaient alors les députés débattre des projets de lois susceptibles de modifier leurs droits.22

  • 23 Par exemple « Die Frauenfrage in den Reichstagsverhandlungen », Parlamentarische Angelegenheiten un (...)
  • 24 Mergel, Parlamentarische Kultur, op. cit., p. 44 sq.

20Pour informer les femmes des débats sur les textes de lois les concernant et en intéresser le plus grand nombre à ces questions, les directrices de publication de la revue bimensuelle Die Frauenbewegung créèrent un supplément (compris dans l’abonnement) dédié aux questions débattues aux parlements, qu’ils soient d’Empire, de Prusse ou d’un autre État allemand. Ce supplément intitulé Parlamentarische Angelegenheiten und Gesetzgebung (Affaires parlementaires et législation) parut de 1899 à 1907 sous la direction de la juriste Anita Augspurg ; il publiait les comptes rendus sténographiques des débats parlementaires touchant aux intérêts des femmes.23 Cela permettait aux Allemandes de savoir quels élus s’engageaient effectivement pour leur cause et dans quels termes on débattait de leurs intérêts au Parlement. Les féministes commentaient ces débats et n’hésitaient pas à critiquer l’attitude des députés lorsque ceux-ci ne défendaient pas suffisamment, selon elles, les intérêts des femmes ou le bien commun. La seule présence régulière de ces femmes dans les tribunes du Reichstag signalait aux hommes que, même si les femmes n’avaient pas encore voix au chapitre, ils n’étaient désormais plus entre eux. Vu les difficultés des élus de la République de Weimar à accepter parmi eux – et comme des pairs ! – les premières femmes élues en 191924, on peut imaginer le peu d’enthousiasme des députés de l’Empire à se savoir observés par des féministes.

Les radicales au Reichstag

  • 25 Ci-après : VfF
  • 26 « Die Delegiertenversammlung des Vereins Frauenwohl vom 5.-7. Oktober in Berlin », Die Frauenbewegu (...)
  • 27 Biefang, Die andere Seite der Macht, op. cit., p. 149.
  • 28 Ibid., p. 150.

21Profitant d’un rapport de forces qui leur était favorable au sein du mouvement féministe allemand, les féministes radicales de tout l’Empire se regroupèrent en 1899 dans la Confédération des associations féministes progressistes (Verband fortschrittlicher Frauenvereine25). Son programme reprenait les objectifs principaux du mouvement féministe radical : l’instruction des jeunes filles et leur formation professionnelle ; la coopération avec les ouvrières, afin de lutter avec elles pour améliorer leurs conditions de vie et de travail ; la lutte contre la double morale et ses conséquences (maladies vénériennes, naissances hors-mariage, prostitution) ; l’exercice et l’apprentissage des droits civiques26. Afin de signaler sans équivoque possible la volonté des femmes de participer aux affaires de l’État, la Confédération organisait ses assemblées générales dans le bâtiment du Reichstag. Il était fréquent alors que ce bâtiment serve, sur autorisation du son Président, de lieu de réunion à des associations les plus diverses27 ; faisant usage de cette possibilité, les féministes radicales prenaient place dans « un lieu central de la vie politique de la capitale28 ».

  • 29 « Die Delegiertenversammlung des Vereins Frauenwohl vom 5.-7. Oktober in Berlin », art. cit., p. 17 (...)

22Peu de temps auparavant, les radicales s’étaient convaincues que « maintenant qu’elles particip[ai]ent à la vie publique, elles d[e]v[ai]ent absolument connaître les us et coutumes parlementaires29. » Notons d’abord leur définition large de la participation politique, fondée sur leur engagement politique bien plus que dans les droits civiques, dont elles étaient privées. Partant du principe qu’elles devaient connaître les règles (écrites et par là officielles) et les usages (non nécessairement écrits et officiels) parlementaires, elles évaluèrent désormais la progression du mouvement féministe allemand à l’aune de la maîtrise de ces règles et usages. Si ceux-ci n’étaient pas respectés, elles se répandaient en critiques sur le manque de professionnalisme du mouvement féministe allemand, comme dans ce compte rendu de l’assemblée générale de l’Union des associations féminines allemandes (Bund deutscher Frauenvereine) en 1898, publié dans leur organe de presse interne :

  • 30 « Die dritte Generalversammlung des Bundes Deutscher Frauenvereine in Hamburg vom 3.-6. Oktober », (...)

[…] dès le début des débats, celle-ci [la minorité, donc les radicales ; ALB] dut constater avec regret que la façon dont ils étaient menés était aussi peu équitable que les procédés peu parlementaires. […] [L]’on fut immédiatement gagné par le sentiment que ne régnaient dans ces débats ni les usages parlementaires ni un grand sens de l’équité30.

23Ce genre de critique était pour elles une façon de se démarquer de la majorité du mouvement féministe allemand et de se présenter comme son avant-garde, son aile progressiste ou politique.

24Le respect des règles et usages parlementaires était si cher aux féministes radicales que celles-ci lancèrent en 1901 un vaste programme de formation interne. Sur le plan théorique, il s’agissait d’acquérir une très bonne connaissance du système politique, des partis, de l’histoire constitutionnelle etc. Par ailleurs, des séances d’exercices pratiques visaient à apprendre aux femmes comment s’exprimer en politique et comment présider une assemblée ou une association.

  • 31 Grundriß der Vereinsleitung. Die wichtigsten Bestimmungen und parlamentarischen Gebräuche zur Orien (...)
  • 32 Ibid., p. 8-14.

25En complément, le VfF publia en 1902 un Manuel pour la direction d’une association. Principes fondamentaux et usages parlementaires pour les profanes31. Cette brochure de 30 pages est conçue comme un manuel permettant d’apprendre ce qu’est une association, quels sont ses droits et ses obligations, comment elle fonctionne et comment se dirige une assemblée politique. Le manuel renvoie, entre autres sources bibliographiques, au règlement intérieur du Reichstag32, qui restait à leurs yeux le mètre-étalon en la matière. Il se comprend comme un code des usages parlementaires, que les féministes radicales entendaient alors inculquer aux femmes afin de les préparer méthodiquement à l’exercice de leurs pleins droits civiques. Le but de ces initiatives était double : d’abord fournir la preuve de la capacité politique des femmes, invariablement mise en doute lors des débats sur le droit de vote féminin, et ensuite préparer les femmes à la mission qui finirait par leur incomber un jour, celle de représenter elles aussi les intérêts du peuple et de participer au gouvernement du pays.

Quelles stratégies pour promouvoir et préparer l’entrée des femmes en politique ?

  • 33 Pour le détail, voir Rosenbusch, Der Weg zum Frauenwahlrecht, op. cit.
  • 34 Hedwig Richter et Kerstin Wolff, « Demokratiegeschichte als Frauengeschichte », in Richter, Wolff ( (...)
  • 35 Cette stratégie d’entrisme caractérise largement le mouvement féministe allemand, non seulement rad (...)

26Rappelons que, vers la fin du xixe siècle, les Allemandes pouvaient disposer, sous certaines conditions (notamment d’état civil et de propriété), d’un droit de vote à l’échelle communale ou paroissiale, souvent hérité du passé33. Pour la plupart, elles ignoraient ce droit ou n’en faisaient pas usage, n’étant autorisées à exprimer leur voix que par l’intermédiaire d’un représentant masculin34. La consigne des féministes radicales à l’adresse de toutes les femmes de l’Empire était donc de faire un usage maximum de ces droits tout comme des diverses possibilités de participation politique qui s’offraient à elles, par exemple en s’engageant dans la politique communale, dans des institutions sociales puis dans les partis politiques35. Privées de droits civiques, elles comptaient les obtenir grâce à un travail de mobilisation de l’opinion doublé d’une stratégie du grignotage.

Désillusions au contact des hommes politiques

  • 36 On trouvera des critiques similaires dans les articles suivants : « Charakteristisches », Die Fraue (...)
  • 37 Anna Pappritz, « Heiterkeit im Reichstag! », Die Frauenbewegung, 15 avril 1904/8, p. 58 sq.

27Les débats auxquels les féministes radicales assistèrent au Parlement furent à l’origine d’un certain désenchantement sur le professionnalisme des députés. Au printemps 1900, un projet de loi du Code pénal d’Empire qui visait à prévenir le proxénétisme fut débattu au Reichstag ; la loi est connue comme Lex Heinze, du nom d’un proxénète berlinois jugé pour coups et blessures suivis du décès d’autrui. Alors qu’il s’agissait pour elles d’un problème sanitaire, social et éthique primordial, les féministes radicales observèrent chez les députés un dilettantisme prononcé, une discipline de travail insuffisante, un désintérêt pour le bien général et une bonne dose d’hypocrisie36. Des scènes d’hilarité dans l’hémicycle du Reichstag atterraient les féministes, qui ne comprenaient pas qu’on pût prendre à la légère des sujets aussi sérieux que la prostitution ou le sort des mères célibataires37. Au vu de la qualité toute relative des débats parlementaires, les féministes radicales étaient plus que jamais convaincues du bien-fondé de leurs revendications de participation politique.

  • 38 Contrairement au droit prussien sur les associations, le droit en vigueur dans la ville-État de Ham (...)
  • 39 Heymann, Erlebtes – Erschautes, op. cit., p. 101.

28Une autre expérience conforta Anita Augspurg et Lida Gustava Heymann dans cette certitude, lors de leur engagement dans un parti politique. Les deux féministes avaient adhéré au parti de la gauche libérale le plus important en taille, la Freisinnige Volkspartei, à Hambourg en 190338. Elles avaient travaillé au service de ce parti à Hambourg, en Bavière et en Thuringe ; il les avait laissé mener des campagnes électorales en toute autonomie dans des circonscriptions électorales pour les élections législatives d’Empire, d’État et communales.39 Toutes deux furent outrées du dilettantisme observé au sein du parti libéral. Lida Gustava Heymann explique dans ses mémoires quelle fut alors leur réaction :

  • 40 Ibid., p. 101 sq.

Nous découvrîmes bientôt tous les détails du travail en temps de campagne électorale et organisâmes la propagande et le travail selon nos principes. Lorsque nous tombions sur des machinations malhonnêtes ou sur une mauvaise gestion, nous en informions la direction du parti et n’avions de cesse qu’on n’y eût mis un terme. […] Nous ne tolérâmes pas la diffamation des adversaires. Nous interdîmes l’utilisation de la caisse du parti à des fins  à notre sens  personnelles, telles que : repas, bière, tabac. Ceux qui ne voulaient pas travailler ne furent pas autorisés à utiliser les locaux du parti comme salon de conversation40.

29L’expérience fut de courte durée : en peu de temps, les deux féministes s’étaient rendues impopulaires au plus haut point en instaurant de nouvelles règles de travail. Trois ans et demi après leur entrée, elles quittèrent le parti. Lida Gustava Heymann s’en expliqua plus tard :

  • 41 Ibid., p. 102 sq.

« Les expériences que nous fîmes dans la Fortschrittliche Volkspartei [ceci est une erreur, il s’agissait en réalité de la Freisinnige Volkspartei ; ALB] nous révélèrent l’extrême étroitesse des partis, où ce qui comptait le plus n’étaient pas des objectifs humains, mais les intérêts partisans et les avantages personnels. […]
Non, nous ne voulions ni ne pouvions dépenser plus longtemps notre temps, notre force et notre argent pour faire du travail politique dans de telles conditions. Nous ne tardâmes pas à quitter le parti. […] Plus que jamais il s’agissait de tenir les femmes éloignées de la politique masculine de partis, particulièrement ces femmes à qui l’assurance et un bon esprit critique faisaient défaut41. »

  • 42 Ibid., p. 101.
  • 43 Anita Augspurg, « Programm », Zeitschrift für Frauenstimmrecht, 15 janvier 1907/1, p. 2.
  • 44 Idem.

30Désormais, Anita Augspurg et surtout Lida Gustava Heymann, considérant qu’« à quelques exceptions près, les hommes sont paresseux42 » et ne connaissent aucune discipline de travail, refusèrent de travailler avec les partis politiques et avec les hommes en général. Le terme de « politique masculine de partis » recouvrait pour elles toutes les turpitudes de la vie politique : « égoïsme de parti, politique d’intérêts, abêtissement systématique du peuple, violation du droit, faiblesse de caractère et immoralisme au sens le plus large43. » Au lieu de cela, les deux féministes entendaient faire régner en politique « lumière, liberté et progrès44 ». Mais, pour le moment, leur intransigeance les avait amenées mettre fin à cette première expérience de participation féminine dans une structure politique jusque-là exclusivement masculine.

Que penser de l’affiliation politique des femmes ?

  • 45 Schaser, « Zur Einführung des Frauenwahlrechts », art. cit., p. 101. Pour plus de détails, voir Boc (...)
  • 46 Minna Cauer, « Freie Bahn », Die Frauenbewegung, 1er mai 1908/9, p. 66.
  • 47 Schaser, Frauenbewegung, op. cit., p. 75.

31Les féministes radicales ont été – avec Helene Lange (1848-1930), leader du mouvement féministe modéré – les premières Allemandes à revendiquer en public les droits civiques pour les femmes, en 189445. Elles ont fondé en 1902 l’Association allemande pour le suffrage des femmes, qui connut un déploiement si rapide qu’une Fédération du même nom vit le jour dès 1904 ainsi que, la même année et de nouveau à leur instigation, l’Association internationale pour le suffrage des femmes (AISF). Elles, qui avaient déployé dans les années 1900 tout un programme de formation politique des femmes, encouragèrent vigoureusement les femmes à s’affilier à des partis politiques lorsque la réforme du droit associatif en 1908 autorisa enfin les Allemandes à être membres d’un parti politique. Pour Minna Cauer, il fallait que les femmes rejoignent les partis politiques : elle y voyait la possibilité enfin donnée aux femmes de découvrir le fonctionnement de la politique et d’habituer femmes et hommes à travailler ensemble46. De ce point de vue, elle partageait l’avis de Helene Lange, qui était convaincue que les femmes devaient s’affilier à des partis politiques pour fournir la preuve de leur capacité : cela leur permettrait, à terme, d’être traitées comme des partenaires égales dans la vie politique et dans la société en général47.

  • 48 Lida Gustava Heymann, Wird die Mitarbeit der Frauen in den politischen Männerparteien das Frauensti (...)
  • 49 Schaser, Frauenbewegung, op. cit., p. 75.

32Lida Gustava Heymann, en revanche, ne partageait aucunement cette vision des choses et ouvrit un débat dans le mouvement féministe sur le bien-fondé de l’affiliation politique des femmes. Les expériences qu’elle avait faites dans la Freisinnige Volkspartei et l’immense déception des féministes allemandes lors de la fusion des partis de la gauche libérale en Fortschrittliche Volkspartei en 1910, qui refusa de faire figurer le droit de vote des femmes dans son programme, lui inspirèrent la publication en 1911 d’une brochure de 16 pages, intitulée « La participation des femmes dans les partis politiques des hommes va-t-elle promouvoir le droit de vote des femmes ? ». Heymann y démontre que l’affiliation politique des femmes ne servirait que les intérêts politiques du parti en question, qui ne se gênerait pas pour exploiter le travail des femmes dans le seul intérêt du parti, sans se laisser pour autant convaincre du bien-fondé d’une participation politique égale des deux sexes. Heymann était ainsi persuadée que les femmes qui offraient leur temps et leur travail à des partis politiques privaient le mouvement féministe de leur présence et de leurs ressources et ne faisaient en rien progresser la cause suffragiste, au contraire48. Toutefois, face à la majorité du mouvement féministe bourgeois qui estimait que les avantages d’une entrée des femmes dans les partis politiques l’emportaient largement sur les inconvénients49, Lida Gustava Heymann et Anita Augspurg, qui partageait sa position, s’isolèrent progressivement avec leur intransigeance.

Immense déception aux élections de 1919

  • 50 Journaux intimes de Minna Cauer, 9 novembre 1918. International Institute of Social History (Amster (...)
  • 51 Rosenbusch, Der Weg zum Frauenwahlrecht, op. cit., p. 473.

33Les féministes radicales jubilèrent évidemment à la proclamation du droit de vote direct, égal et secret, pour les hommes et les femmes, le 12 novembre 1918 par le gouvernement révolutionnaire, le Rat der Volksbeauftragten, présidé par le social-démocrate Friedrich Ebert. Âgée de 77 ans et après trente ans d’engagement féministe, Minna Cauer s’exclamait dans son journal intime : « Rêve de ma jeunesse, exaucé au soir de ma vie ! Je meurs républicaine !50 ». Dès l’annonce de l’élection prochaine de l’Assemblée constituante, les féministes radicales organisèrent une campagne massive pour que les Allemandes se rendent aux urnes le 19 janvier 1919. Certes, le taux de participation des femmes, estimé à plus de 82 %51, pouvait leur donner entière satisfaction, mais leur déception fut immense lorsque les radicales virent qu’aucune d’entre elles n’était élue, contrairement à des sociales-démocrates et à d’autres femmes issues du mouvement féministe modéré, qui s’étaient pourtant montrées longtemps hostiles, ou à tout le moins réservées, sur le droit de vote démocratique.

  • 52 Kinnebrock, Anita Augspurg, op. cit., p. 421-455.

34Suite à la proclamation de la République en Bavière le 8 novembre 1918, Anita Ausgpurg, proche de Kurt Eisner (1867-1919), social-démocrate indépendant (USPD) et pacifiste, fut membre du parlement provisoire (Provisorischer Nationalrat). Elle se porta candidate sans étiquette et figura sur la liste des socialistes indépendants (USPD) aux élections législatives de Bavière en janvier 1919, sans toutefois être élue. Lida Gustava Heymann, quant à elle, se présenta aux élections législatives pour l’Assemblée constituante en janvier 1919. Candidate sans étiquette, elle figurait sur une liste USPD de Bavière, mais n’obtint pas de mandat52.

  • 53 Ibid., p. 437 sq.
  • 54 Ibid., p. 541. Heymann, Erlebtes – Erschautes, op. cit., p. 207.

35Avec 9,7 %, de femmes, l’Assemblée constituante de la République de Weimar se situait bien en-deçà des espoirs de Lida Gustava Heymann et d’Anita Augspurg, qui réclamaient la parité hommes-femmes dans tous les organes de l’État53. Après la répression sanglante de la révolution, ces dernières perdirent confiance en la capacité de la République de Weimar d’assurer le relèvement politique de l’Allemagne et se tournèrent les réseaux pacifistes internationaux de femmes comme patrie de substitution. À partir de 1919, elles s’engagèrent exclusivement dans le mouvement international des femmes pour la paix et ne suivirent plus l’évolution de la situation politique allemande qu’en tant qu’observatrices critiques mais extérieures. Leur seule intervention politique en Allemagne, en 1923, auprès du ministre bavarois de l’Intérieur, Franz Schweyer, demandant l’expulsion en Autriche d’Adolf Hitler, fut un échec54. Quelques mois plus tard eut lieu le putsch dit de la Brasserie (9 novembre 1923), qui, certes, échoua mais ne marqua pas pour autant la fin de la carrière politique d’Adolf Hitler.

Conclusion

36Les deux réformes majeures du début du xxe siècle concernant les droits civiques des Allemandes, à savoir la révision de la loi sur les associations en 1908 suivie, dix ans plus tard, de la promulgation du droit de vote pour les femmes, puis de l’intégration de celui-ci à la Constitution de la République de Weimar, entrée en vigueur le 11 août 1919, ne sont pas exclusivement dues aux féministes radicales, mais celles-ci peuvent se targuer, avec les autres féministes de leur temps, d’avoir su mobiliser l’opinion publique sur ce sujet et multiplier les efforts pour faire adopter de nouvelles lois. Le droit de vote démocratique fut finalement promulgué au cœur de la révolution par le Conseil des représentants du peuple, composé de socialistes majoritaires et indépendants, et non par les libéraux et encore moins par les représentants élus, en qui les féministes radicales avaient placé leurs espoirs, se trompant sur leur volonté et leur capacité à soutenir les revendications féministes.

  • 55 Carole Pateman, « Beyond Suffrage. Three Questions About Woman Suffrage », in Caroline Daley et Mel (...)

37Les luttes opiniâtres des féministes radicales pour être admises dans le cercle des acteurs et actrices politiques, leur propagande écrite et orale réclamant une participation des femmes en politique égale à celle des hommes ont contribué à ce que les Allemand·e·s s’approprient progressivement le droit de vote démocratique (non censitaire) et ne le perçoivent plus comme une menace contre l’ordre social et politique, mais comme une condition indispensable à la légitimation du pouvoir. Ces deux évolutions ont été primordiales dans le long cheminement vers l’égalité des droits politiques en Grande-Bretagne et aux États-Unis, comme l’a montré Carole Pateman55. Il est très vraisemblable qu’un tel changement dans la façon de voir, non pas les femmes, mais le droit de vote, a été également bénéfique en Allemagne.

  • 56 Bock, « 100 Jahre Frauenwahlrecht », art. cit., p. 404-406.
  • 57 Kerstin Wolff, « Noch einmal von vorn und neu erzählt », in Richter, Wolff (dir.), Frauenwahlrecht, (...)
  • 58 Concernant l’intégration des femmes au Parlement, citons, parmi une longue liste, les travaux suiva (...)

38Par son engagement acharné et son travail incessant d’information, de formation et de persuasion, le mouvement féministe allemand, toutes tendances confondues, a œuvré à long terme pour préparer l’entrée des femmes en politique, déployant des stratégies multiples à divers niveaux. Ce tournant n’est pas advenu subitement mais a résulté d’un processus long de plusieurs décennies56. L’historienne Kerstin Wolff estime que « le mouvement féministe en tant que force politique, en tant que mouvement social, a joué un rôle considérable pour mettre la société allemande sur la voie de la politisation et de la démocratisation, en s’attaquant aux effets de l’inégalité hommes-femmes sur la politique et la société57. » Tout en revendiquant par principe l’égalité des droits civiques entre femmes et hommes, les féministes radicales ont minutieusement préparé les femmes à participer, non plus comme des citoyennes de second rang, mais à égalité avec les hommes, aux affaires de l’État, que ce soit comme électrices ou comme élues et détentrices de fonctions58.

Haut de page

Notes

1 Les guillemets ont pour fonction d’appeler à considérer ce qualificatif avec une distance critique : d’abord parce que le sens de « radical » est relationnel (il se définit par rapport à son opposé, « modéré ») et variable dans le temps et selon le contexte politique ; ensuite parce que les féministes allemandes issues des milieux bourgeois utilisaient respectivement les qualificatifs « radical » et « modéré » pour déprécier le travail de leurs concurrentes et se distinguer des autres dans le paysage féministe. Enfin, les guillemets sont également là pour nuancer l’idée selon laquelle il existerait une frontière clairement tracée entre les ailes « radicale » et « modérée » du mouvement féministe bourgeois, tant cette frontière pouvait être fluide, voire brouillée, en fonction des luttes. Les féministes radicales prétendaient prendre le problème de l’inégalité femmes-hommes à la racine (radix en latin) et rejeter, par exemple, les œuvres de charité qui ne faisaient que remédier aux effets du problème sans résoudre celui-ci. Avec cette approche, elles ont mis à l’agenda politique des sujets tabous à l’époque (la prostitution, la double morale sexuelle, la participation politique des femmes etc.). Si radicales fussent-elles pour la société wilhelmienne, elles restaient cependant légalistes dans leurs modes d’action, contrairement par exemple aux suffragettes britanniques. Voir Anne-Laure Briatte-Peters, Citoyennes sous tutelle. Le mouvement féministe « radical » dans l’Allemagne wilhelmienne, Berne, Peter Lang, 2013. Cet ouvrage a paru en traduction allemande sous le titre Bevormundete Staatsbürgerinnen. Die « radikale » Frauenbewegung im Deutschen Kaiserreich, Francfort, Campus, 2020 (trad. Meiken Endruweit). Pour une plus grande lisibilité du texte, nous renonçons pour la suite à l’emploi des guillemets autour des adjectifs radical et modéré.

2 L’ouvrage le plus complet sur les étapes de l’accession au droit de vote actif et passif pour les femmes en Allemagne reste celui d’Ute Rosenbusch (Der Weg zum Frauenwahlrecht in Deutschland, Baden-Baden, Nomos, 1998). Le centenaire de la proclamation du droit de vote des femmes en Allemagne a donné lieu à la publication de plusieurs articles et ouvrages qui s’appliquent tous à retracer ce long cheminement et à rappeler le rôle joué par les féministes de l’époque pour obtenir ce droit, par exemple Hedwig Richter et Kerstin Wolff (dir.), Frauenwahlrecht. Demokratisierung der Demokratie in Deutschland und Europa, Hambourg, Hamburger Edition, 2018 ; Gisela Bock, « 100 Jahre Frauenwahlrecht: Deutschland in transnationaler Perspektive », Zeitschrift für Geschichtswissenschaft, 5, 2018, p. 395-412 ; Kerstin Wolff, Unsere Stimme zählt! die Geschichte des deutschen Frauenwahlrechts, Überlingen, Bast Medien, 2018. Voir également Angelika Schaser, « Zur Einführung des Frauenwahlrechts vor 90 Jahren am 12. November 1918 », Feministische Studien, 1, 2009, p. 97-110.

3 Conformément à la Constitution de l’Empire de 1871, les députés du Reichstag étaient jusqu’alors élus au droit de vote dit universel, mais réservé aux hommes. En ce qu’il excluait les femmes, ce droit de vote ne saurait être considéré comme démocratique au sens contemporain du terme. Pour l’historicisation du droit de vote masculin, qui au début du XXe siècle était encore employé comme synonyme de droit de vote démocratique, voir Gisela Bock, Geschlechtergeschichten der Neuzeit: Ideen, Politik, Praxis, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2014, p. 206 sq.

4 Barbara von Hindenburg, « Die Auswirkungen des Frauenwahlrechts in der Weimarer Republik », Dossier: « Frauenwahlrecht » (Droit de vote des femmes) proposé par la Centrale fédérale pour l’éducation politique (Bundeszentrale für politische Bildung), 12 novembre 2018, URL : https://www.bpb.de/geschichte/deutsche-geschichte/frauenwahlrecht/279340/auswirkungen-des-frauenwahlrechts (consulté le 8 avril 2020).

5 Bock, « 100 Jahre Frauenwahlrecht », art. cit., p. 405-407.

6 Angelika Schaser, Frauenbewegung in Deutschland 1848-1933, Darmstadt, wbg Academic, 2020.

7 Irene Stoehr, « Frauenbewegte Nationalgefühle und Staatsbewußtheiten vor 1933 », Ariadne, 24, 1993 (« Im Dienst des Vaterlandes? Nationalismus und Internationalismus in der deutschen Frauenbewegung »), p. 22-29, ici p. 22.

8 Anita Augspurg, « Gebt Acht, solange Zeit ist! », Die Frauenbewegung, 1er janvier 1895/1, p. 4.

9 Bock, Geschlechtergeschichten der Neuzeit, op. cit., p. 177.

10 Malte König, « Frauenwahlrecht und Prostitution. Über die Notwendigkeit politischer Selbstvertretung », in Richter, Wolff (dir.), Frauenwahlrecht, op. cit., p. 166-184 ; Anne-Laure Briatte et Yannick Ripa, « La prostitution révélatrice de la condition féminine. Une lecture abolitionniste du réglementarisme au XIXe siècle (France, Allemagne, Angleterre) », in Françoise Berger et Anne Kwaschik (dir.), La « condition féminine ». Feminismus und Frauenbewegung im 19. und 20. Jahrhundert/Féminismes et mouvements de femmes aux XIXe-XXe siècles, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2016, p. 55-66.

11 Andreas Biefang, Die andere Seite der Macht: Reichstag und Öffentlichkeit im « System Bismarck » 1871–1890, Düsseldorf, Droste, 2009, p. 51-63.

12 Volker Ullrich, Die nervöse Großmacht 1871–1918. Aufstieg und Untergang des deutschen Kaiserreichs, Francfort-sur-le-Main, Fischer, 2001, p. 150.

13 Selon Thomas Mergel, le Männerbund (cercle ou club masculin) parlementaire se retrouvait au restaurant du Reichstag, pendant la République de Weimar comme sous l’Empire allemand : Thomas Mergel, Parlamentarische Kultur in der Weimarer Republik: politische Kommunikation, symbolische Politik und Öffentlichkeit im Reichstag, Düsseldorf, Droste, 2002, p. 94 (voir également la photographie très explicite p. 82). Concernant les soirées informelles au Reichstag, qui se prolongeaient parfois jusqu’au milieu de la nuit, voir Michael S. Cullen, Der Reichstag, Geschichte eines Monuments, Berlin, Frölich & Kaufmann, 1983, p. 347 sq.

14 Briatte-Peters, Citoyennes sous tutelle, op. cit., p. 274-304 ; Angelika Schaser, « Bürgerliche Frauen auf dem Weg in die linksliberalen Parteien (1908 bis 1933) », Historische Zeitschrift, 263, 1996, p. 641-680.

15 Susanne Kinnebrock, Anita Augspurg (1857-1943). Feministin und Pazifistin zwischen Journalismus und Politik: eine kommunikationshistorische Biographie, Herbolzheim, Centaurus, 2005 ; Ulla Wischermann, Frauenbewegungen und Öffentlichkeiten um 1900: Netzwerke – Gegenöffentlichkeiten – Protestinszenierungen, Königstein, Ulrike Helmer, 2003.

16 Paula Baker, « The Domestication of Politics. Women and American Political Society, 1790-1920 », The American Historical Review, 89/3, 1984, p. 620-647.

17 Lida Gustava Heymann, Erlebtes – Erschautes. Deutsche Frauen kämpfen für Freiheit, Recht und Frieden, 1850-1940, in Zusammenarbeit mit Dr. jur. Anita Augspurg [1941], Meisenheim a. G., Anton Hain, 1977, p. 95. Dans le texte original, on lit « Direktor des Reichstags », mais il s’agit certainement du Président.

18 Hedwig Dohm, Der Frauen Natur und Recht [1876], Neunkirch, Ala, 1986, p. 160.

19 Heymann, Erlebtes – Erschautes, op. cit., p. 92.

20 Bock, « 100 Jahre Frauenwahlrecht », art. cit., p. 409.

21 Kinnebrock, Anita Augspurg, op. cit., p. 179.

22 Dans son ouvrage sur les relations entre le Reichstag et l’espace public à l’époque du chancelier Bismarck, Andreas Biefang ne mentionne, parmi les femmes assistant régulièrement à des débats parlementaires, que des épouses, sœurs ou filles de parlementaires et ne les présente – même dans le cas d’Henriette Schader-Breymann, épouse du député Karl Schrader et féministe – que dans la posture d’admiratrices de personnalités politiques de renom, tels le chancelier Bismarck, le libéral Eugen Richter ou le social-démocrate August Bebel. Biefang, Die andere Seite der Macht, op. cit., p. 147 sq.

23 Par exemple « Die Frauenfrage in den Reichstagsverhandlungen », Parlamentarische Angelegenheiten und Gesetzgebung. Beilage der Frauenbewegung, 1er février 1900/3, p. 9 sq. Cet article évoque, sans les retranscrire, les débats menés au Reichstag le 10 janvier 1900 sur l’introduction d’agents féminins dans l’inspection des usines, ainsi que les débats de la session du 13 janvier sur l’accès des femmes aux universités allemandes ; le compte rendu sténographique de ces débats y est restitué mot pour mot.

24 Mergel, Parlamentarische Kultur, op. cit., p. 44 sq.

25 Ci-après : VfF

26 « Die Delegiertenversammlung des Vereins Frauenwohl vom 5.-7. Oktober in Berlin », Die Frauenbewegung, 20, 15 octobre 1899, p. 173.

27 Biefang, Die andere Seite der Macht, op. cit., p. 149.

28 Ibid., p. 150.

29 « Die Delegiertenversammlung des Vereins Frauenwohl vom 5.-7. Oktober in Berlin », art. cit., p. 173.

30 « Die dritte Generalversammlung des Bundes Deutscher Frauenvereine in Hamburg vom 3.-6. Oktober », Die Frauenbewegung, 15 octobre 1898/20, p. 216.

31 Grundriß der Vereinsleitung. Die wichtigsten Bestimmungen und parlamentarischen Gebräuche zur Orientierung für Laien, publié par le Verband fortschrittlicher Frauenvereine, Berlin, VfF, 1902.

32 Ibid., p. 8-14.

33 Pour le détail, voir Rosenbusch, Der Weg zum Frauenwahlrecht, op. cit.

34 Hedwig Richter et Kerstin Wolff, « Demokratiegeschichte als Frauengeschichte », in Richter, Wolff (dir.), Frauenwahlrecht, op. cit., p. 22 sq.

35 Cette stratégie d’entrisme caractérise largement le mouvement féministe allemand, non seulement radical, de l’époque. Plusieurs études l’exemplifient, notamment: Kerstin Wolff, « Stadtmütter »: bürgerliche Frauen und ihr Einfluss auf die Kommunalpolitik im 19. Jahrhundert (1860-1900), Königstein, Helmer, 2003 ; Thomas Höpel, Frauenwahlrecht und Demokratisierung in Leipzig 1900-1933, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2020.

36 On trouvera des critiques similaires dans les articles suivants : « Charakteristisches », Die Frauenbewegung, 15 mars 1900/6, p. 41 sq. ; « Kampf », Die Frauenbewegung, 1er avril 1900/7, p. 49 sq. ; « Wie lange noch? », Die Frauenbewegung, 1er février 1901/3, p. 17 sq.

37 Anna Pappritz, « Heiterkeit im Reichstag! », Die Frauenbewegung, 15 avril 1904/8, p. 58 sq.

38 Contrairement au droit prussien sur les associations, le droit en vigueur dans la ville-État de Hambourg n’interdisait pas aux femmes de participer à des rassemblements de nature politique ni d’adhérer à des partis politiques. Cela permit à Lida Gustava Heymann et Anita Augspurg de s’affilier à l’antenne locale de la Freisinnige Volkspartei bien avant que la loi sur les associations de 1908 n’y autorise les femmes dans tout l’Empire. Par ailleurs, le 22 mai 1903, la Freisinnige Volkspartei de Hambourg vota l’amendement de ses statuts, proposé par le DVF, permettant aux femmes de devenir membres ordinaires du parti. Die Frauenbewegung, 1er juin 1903/11, p. 81.

39 Heymann, Erlebtes – Erschautes, op. cit., p. 101.

40 Ibid., p. 101 sq.

41 Ibid., p. 102 sq.

42 Ibid., p. 101.

43 Anita Augspurg, « Programm », Zeitschrift für Frauenstimmrecht, 15 janvier 1907/1, p. 2.

44 Idem.

45 Schaser, « Zur Einführung des Frauenwahlrechts », art. cit., p. 101. Pour plus de détails, voir Bock, Geschlechtergeschichten der Neuzeit, op. cit., p. 178-180.

46 Minna Cauer, « Freie Bahn », Die Frauenbewegung, 1er mai 1908/9, p. 66.

47 Schaser, Frauenbewegung, op. cit., p. 75.

48 Lida Gustava Heymann, Wird die Mitarbeit der Frauen in den politischen Männerparteien das Frauenstimmrecht fördern?, Leipzig, Dietrich, 1911.

49 Schaser, Frauenbewegung, op. cit., p. 75.

50 Journaux intimes de Minna Cauer, 9 novembre 1918. International Institute of Social History (Amsterdam), Minna Cauer Papers, Tagebücher.

51 Rosenbusch, Der Weg zum Frauenwahlrecht, op. cit., p. 473.

52 Kinnebrock, Anita Augspurg, op. cit., p. 421-455.

53 Ibid., p. 437 sq.

54 Ibid., p. 541. Heymann, Erlebtes – Erschautes, op. cit., p. 207.

55 Carole Pateman, « Beyond Suffrage. Three Questions About Woman Suffrage », in Caroline Daley et Melanie Nolan (dir.), Suffrage and Beyond. International Feminist Perspectives, New York, New York University Press, 1994, p. 331-348, ici p. 343.

56 Bock, « 100 Jahre Frauenwahlrecht », art. cit., p. 404-406.

57 Kerstin Wolff, « Noch einmal von vorn und neu erzählt », in Richter, Wolff (dir.), Frauenwahlrecht, op. cit., p. 56.

58 Concernant l’intégration des femmes au Parlement, citons, parmi une longue liste, les travaux suivants : Heide-Marie Lauterer, Parlamentarierinnen in Deutschland 1918/19–1949, Königstein/Ts., Helmer, 2002 ; Agathe Bernier-Monod, « Les anciens de Weimar à Bonn. Itinéraires de trente-quatre doyens et doyennes de la seconde démocratie parlementaire allemande », thèse de doctorat, soutenue le 21 novembre 2017, Université Paris-Sorbonne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Laure Briatte, « Revendication des droits civiques et préparation au « jour J » : mobilisation et stratégies des féministes radicales allemandes pour obtenir le droit de vote (années 1890-1918) »Genre & Histoire [En ligne], 29 | Printemps 2022, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7140

Haut de page

Auteur

Anne-Laure Briatte

Sorbonne Université, UMR SIRICE. Courriel : anne-laure.briatte@sorbonne-universite.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search