Navigation – Plan du site

AccueilNumeros29L’entrée des femmes au Parlement ...

L’entrée des femmes au Parlement britannique : le discours inaugural des députées à la Chambre des Communes (1919-2019)

The Entry of Women into the British Parliament: their maiden speeches in the House of Commons (1919-2019)
Karine Rivière-De Franco

Résumés

Un siècle après l’entrée de la première députée à la Chambre des Communes, les femmes représentent 33 % de l’assemblée depuis les élections de 2019. Cet article se propose d’analyser l’entrée des femmes au Parlement britannique à travers le discours inaugural que prononce chaque nouveau député. Si cette allocution, qui s’inscrit dans une longue tradition, comporte des codes particuliers, elle permet également de mettre en avant des préoccupations spécifiques. L’analyse de près de 500 discours sur une période d’un siècle, sous un angle quantitatif et qualitatif, permet de déterminer dans quelle mesure les femmes parlementaires s’inscrivent dans la continuité et cherchent à s’intégrer au groupe majoritaire ou choisissent, au contraire, de s’en démarquer. L’étude s’attache également à identifier les thématiques abordées par les députées afin d’évaluer si elles privilégient certains enjeux et se positionnent en porte-paroles de la population féminine britannique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nancy Astor, Parti conservateur, élue en 1919.
  • 2 En 1928, le Representation of the People (Equal Franchise) Act institua le suffrage universel, les (...)
  • 3 Pour la liste des députées depuis 1919, voir Richard Kelly, Women Members of Parliament, House of C (...)
  • 4 Anne Phillips, The Politics of Presence, Oxford, Clarendon Press, 1995, p. 22.
  • 5 Pour que les femmes puissent avoir une réelle influence en politique, elles doivent constituer plus (...)
  • 6 Michael Ryle, « Televising Parliament », Parliamentary Affairs, vol. 44, n° 2, avril 1991, p. 185.
  • 7 « The shocking spectacle of male political power », Heather Nunn, Thatcher, Politics and Fantasy. T (...)

1En 2019, les Britanniques ont commémoré le centenaire de la première femme qui siégea à la Chambre des Communes1, la chambre basse du Parlement de Westminster. Suite aux lois de 1918 – The Representation of the People Act et The Parliament (Qualification of Women) Act – les femmes (de plus de 30 ans)2 avaient obtenu le droit de voter aux élections législatives et d’être candidates à la députation. Si Constance Markiewitz fut la première à être élue en 1918, en tant que membre du parti nationaliste irlandais Sinn Féin, elle refusa de prêter le serment d’allégeance à la Couronne. Nancy Astor fut donc la première femme à faire son entrée à la Chambre des Communes après sa victoire à une élection partielle le 28 novembre 1919. Depuis un siècle, 552 députées3 ont investi ce bastion masculin du pouvoir et mis fin au monopole que les hommes détenaient sur les processus de décisions politiques4. Au regard du nombre de membres de chaque session parlementaire – entre 615 et 707 (650 en 2019) – les femmes demeurent sous-représentées, même si elles constituent depuis le dernier scrutin de 2019 une masse critique (33 % de l’ensemble des député·e·s5). Par ailleurs, comme l’a fait remarquer Heather Nunn, les retransmissions télévisées des débats à partir de 19896 ont mis en lumière « le spectacle choquant d’un pouvoir politique masculin7 ».

  • 8 Le même terme est employé, que le parlementaire soit un homme ou une femme
  • 9 « A maiden speech is usually uncontroversial, fairly brief and includes a tribute to the Member’s p (...)
  • 10 Samantha Mackewn, « The one great challenge that reveals the character of a new MP », The Article [ (...)
  • 11 « A new star was born in parliament », Margaret Thatcher, The Path to Power, London, Harper Press, (...)
  • 12 Le corpus comprend l’intégralité des discours disponibles dans les archives parlementaires Hansard, (...)

2Cet article entend analyser la manière dont les nouvelles élues se sont intégrées dans l’arène politique à travers le passage obligé que constitue le discours inaugural (maiden speech8), la première intervention orale devant les pairs au Parlement. Les sources parlementaires définissent cette allocution comme un propos qui « se doit d’être relativement bref, consensuel, de comporter un hommage au prédécesseur local, quel que soit son parti, et des remarques élogieuses sur la circonscription. Il est également de tradition qu’il soit écouté sans être interrompu9 ». Même si nombre de discours passent inaperçus aux yeux du public, les commentateurs et journalistes scrutent ces allocutions10 ; le quotidien The Daily Express a ainsi annoncé qu’« une nouvelle étoile [était] née au Parlement » suite à l’intervention de Margaret Thatcher (5 mai 1960)11. Le corpus constitué pour l’étude comprend près de 500 discours qui s’étalent sur une période d’un siècle, depuis l’entrée de la première femme à la Chambre des Communes en 1919 jusqu’aux dernières élections législatives de 201912, permettant une analyse à la fois comparative et diachronique.

  • 13 All Women Shortlists au Parti travailliste. A-Lists au Parti conservateur. Labour Women’s Network e (...)
  • 14 271 discours de membres du Parti travailliste, 150 discours de membres du Parti conservateur, 29 di (...)

3L’étude s’attachera à identifier de possibles invariants des allocutions liées à l’affiliation politique des nouvelles élues et notamment, en raison du bipartisme britannique traditionnel, au sein du Parti conservateur et du Parti travailliste. L’idéologie, les traditions, le positionnement sur les questions d’égalité ou l’adoption de mesures en faveur des candidates diffèrent selon les partis et constituent de potentiels facteurs d’influence. En outre, la représentation inégale des femmes au sein des divers groupes parlementaires – due à l’histoire et aux valeurs des partis, ainsi qu’aux actions spécifiques menées en faveur d’une plus grande diversité13 – est également à prendre en compte. Sur la période, 56 % de l’ensemble des élues sont issues du Parti travailliste contre 31 % du Parti conservateur14. Si les députées travaillistes se révèlent plus nombreuses au Parlement, les deux seules femmes à avoir accédé à la fonction de Premier ministre faisaient partie des conservateurs (Margaret Thatcher et Theresa May). L’analyse de l’évolution des discours au cours d’un siècle (1919-2019) visera à discerner des éléments de périodisation et à s’interroger sur de potentielles corrélations entre les prises de parole inaugurales et des données comme l’augmentation de la représentation numérique (trois élues en 1959, 220 en 2019) et notamment l’arrivée d’un nombre record d’élues travaillistes en 1997, la présence de femmes à la tête du gouvernement (1979-1990, 2016-2019) ou l’évolution de la société britannique du xxe au xxie siècle (des pionnières à la masse critique).

  • 15 Heide-Marie Lauterer, Parlamentarierinnen in Deutschland, 1918-1949, Helmer, Königstein/Taunus, 200 (...)

4L’étude, menée sous un double angle quantitatif et qualitatif, offre la possibilité de déterminer dans quelle mesure les femmes parlementaires se conforment à la tradition, s’inscrivent dans la continuité et cherchent à s’intégrer au groupe majoritaire ou choisissent, au contraire, de s’en démarquer, de transgresser les conventions, d’apporter un renouveau au débat politique ou d’affirmer une identité spécifique. Par ailleurs, en fonction des thématiques qu’elles choisissent d’aborder – sujets de basse comme de haute politique15, enjeux traditionnellement perçus comme féminins – les nouvelles élues se positionnent en porte-parole de la population féminine ou des Britanniques dans leur ensemble.

Les traditions et les codes parlementaires : entre respect et transgressions

L’intégration au sein de l’institution parlementaire par la conformité au groupe

  • 16 Il fut publié pour la première fois en 1844 et en est désormais à sa 25e édition, Erskine May, Trea (...)
  • 17 Maiden Speeches: guidance for new members, Commons briefing note [en ligne], juin 2017, consulté le (...)

5Le rite initiatique du discours inaugural s’inscrit dans une longue tradition historique qui comporte des codes spécifiques. Afin de préparer cette première intervention publique, les député·e·s peuvent s’appuyer sur l’ouvrage d’Erskine May, Treatise on the Law, Privileges, Proceedings and Usage of Parliament, considéré comme la Bible de la procédure parlementaire16, ainsi que sur le guide parlementaire spécifique rédigé à l’intention des nouveaux membres17.

  • 18 « ordeal », A. Kerr, 1964 ; « a very difficult occasion », M. Pike, 1957 ; « a daunting task », J.  (...)
  • 19 E. Pitt, 1953 ; M. Pike, 1957 ; J. Knight, 1966 ; J. Richardson, 1974 ; E. Currie, 1983 ; L. Lynne, (...)
  • 20 E. Rathbone, 1921 ; E. Summerskill, 1938 ; G. Colman, 1946 ; P. Hornsby, 1950 ; D. Rees, 1950 ; P.  (...)
  • 21 Debating [en ligne], consulté le 2 février 2021, URL : https://www.parliament.uk/about/how/role/deb (...)
  • 22 Dirigées exclusivement en direction des femmes en raison de leur genre, ces interruptions systémati (...)
  • 23 « a tour of the delights of Burton », J. Dean, 1997 ; « a metaphorical open-top bus tour », S. Kenn (...)
  • 24 Lady Gammans, 1957 ; E. Peacock, 1983 ; V. Bottomley, 1984 ; D. Abbott, 1987 ; H. Jackson, 1992 ; T (...)
  • 25 T. May, 1997 ; P. Starkey, 1997 ; M. Hillier, 2005.

6Les allocutions du corpus suivent globalement le schéma classique : les femmes nouvellement élues respectent les coutumes parlementaires et cherchent à s’intégrer au sein de l’institution à travers la conformité au groupe. En effet, 88 % des discours des députées conservatrices et travaillistes (90 % et 86 % respectivement) mentionnent explicitement le caractère particulier de cette intervention en utilisant l’expression « maiden speech ». Les députées décrivent d’ailleurs ce moment à part comme « une épreuve », une « tâche redoutable » et même « un calvaire » « terrifiant » et « difficilement supportable18 », source d’appréhension et de trac19. En annoncer d’emblée la nature leur permet de solliciter la traditionnelle « indulgence20 » de leurs nouveaux collègues et de bénéficier de quelques minutes de calme et de silence sans être coupées, des conditions inhabituelles à la Chambre des Communes21 ; sur l’ensemble de la période, seules 9 % d’entre elles ont été interrompues22. Les références directes à cette première prise de parole s’avèrent récurrentes jusqu’à l’aube du xxisiècle, puis elles deviennent quasiment systématiques (99 %). En revanche, les conditions dans lesquelles les femmes interviennent se détériorent au fil du temps, puisque le nombre d’interruptions s’accroît, signe d’une moins grande discipline des parlementaires ; la période 2015-2019 concentre 56 % du total de ce type d’occurrences. Fidèles aux pratiques d’usage, 91 % des nouvelles représentantes (90 % des conservatrices, 89 % des travaillistes) présentent leur circonscription23, en mentionnant les événements historiques marquants et les personnalités célèbres, les caractéristiques économiques et sociales, les atouts, difficultés ou problématiques particulières de la région (emploi, industrie minière, pêche, logement…). Depuis 2000, aucun discours ne fait l’impasse sur cette dimension locale, même si 89 % de l’ensemble des allocutions (90 % pour les conservatrices, 88 % pour les travaillistes) comportent également des réflexions sur la situation plus large du pays, reflet de la double mission des députés : engagement en faveur de leur circonscription et action législative nationale. 85 % des femmes parlementaires (87 % des conservatrices, 83 % des travaillistes) se conforment également au passage obligé des remerciements adressés au prédécesseur. Cette caractéristique, qui fait son apparition en 1950, devient la règle qui ne souffre pas d’exception depuis 2000 : elles rendent hommage à l’engagement et l’investissement du député sortant24 ou s’inscrivent dans la lignée des précédents membres de leur parti ayant représenté la circonscription25.

7Les députées intègrent donc l’essentiel des aspects les plus formels attendus d’un discours inaugural. Ce conformisme, qui augmente avec les années, n’exclut pas des exceptions et des allocutions moins conventionnelles.

Des entorses aux codes en vigueur

  • 26 Azza Karam, Women in Parliament: Beyond Numbers, Stockholm, International IDEA, 1998, p. ii.

8Pour Azza Karam, l’intégration des femmes au sein des institutions se déroule en trois étapes : après avoir appris les règles et s’être approprié les codes, les députées les utilisent pour ensuite les modifier26. Si les écarts par rapport aux conventions ou les interprétations personnelles des us et coutumes parlementaires constituent des exceptions, ils n’en demeurent pas moins révélateurs d’une volonté de changement.

  • 27 Online Etymology Dictionary [en ligne], consulté le 6 avril 2021, URL : https://www.etymonline.com/ (...)
  • 28 « My first speech, as I prefer to call it », C. Short, 1983 ; « my very first words », Y. Cooper, 1 (...)
  • 29 « The somewhat unlikely title of virgin. As someone who has […] accumulated two children along the (...)

9L’appellation même du discours – le terme « maiden » désignait à l’origine une jeune fille, une célibataire ou une vierge27 – se trouve contesté. Certaines députées (1 %) refusent de l’employer et préfèrent recourir à des synonymes ou à des périphrases (« mon premier discours », « mes premiers mots », « mes débuts »)28 ; les élues, et en particulier les mères de famille, estiment cette dénomination « improbable », « particulièrement inadaptée » ou « insolite »29. Si cette remise en cause reste limitée (très peu de parlementaires concernées), elle augmente sur la période d’étude (83 % des discours datent d’après 1997) et témoigne de la nécessaire réforme d’un système créé par et pour des hommes ainsi que de l’indispensable adaptation de la langue à l’évolution de la société.

  • 30 M. Herbison, 1945 ; J. Butler, 1955 ; B. Ribeiro, 2020 ; C. Webbe, 2020.
  • 31 « In a maiden speech it is not very courteous to be partisan », M. McKay, 1964 ; « I intend to stra (...)
  • 32 « An appalling mess », J. Richardson, 1974 ; « a social and economic disaster », M. Hodge, 1994 ; « (...)
  • 33 « If the Government do not intend to change course […] they should do the honourable thing and move (...)
  • 34 L. Blackman, 1997 ; B. Follett, 1997 ; B. Hughes, 1997 ; J. Lawrence, 1997 ; R. Kelly, 1997 ; F. Ma (...)
  • 35 « My constituents […] are not prepared to write off whole communities, as happened in the '80s and (...)
  • 36 « He bought the Thatcher dream, and its betrayal was a potent factor in the general election result (...)
  • 37 « It was my own experience of education under the Conservative Governments of the 1980s and 1990s t (...)
  • 38 Sur ce point, voir notamment Sylvia Bashevkin, « Tough Times in Review. The British Women’s Movemen (...)

10L’entorse aux codes en vigueur la plus significative concerne l’aspect consensuel de l’intervention. En faisant le choix d’aborder des sujets sensibles, sources de clivages, comme l’Irlande du Nord ou l’héritage du colonialisme et de l’esclavage30, ou d’émettre des attaques en direction de leur adversaire politique, les parlementaires contreviennent aux traditions de Westminster. Ces manquements à la norme ne s’expliquent pas par un défaut d’information, mais sont le fruit d’une volonté délibérée des élues ; Ann Kerr annonce ainsi « s’engage[r] dans les eaux profondes de la controverse » (10 novembre 1964), tandis que Judith Hart prévient qu’elle s’efforcera de rester « modérée » à défaut de faire l’unanimité (3 novembre 1959). Quant à Margaret McKay, elle enfreint consciemment la règle selon laquelle « il n’est pas très courtois d’être partisan dans un premier discours » (26 novembre 1964)31. 31 % des discours (sans évolution notable sur la période) contiennent des critiques du gouvernement en place, d’anciens Premiers ministres ou de l’opposition. Les conservateurs représentent la principale cible des attaques, en raison de la supériorité numérique des élues travaillistes (271 contre 150 conservatrices) et de leur statut d’opposition sur une grande partie de la période (57 ans contre 38 pour les conservatrices). Outre leurs « vaines promesses », les conséquences de leurs mesures sont fermement condamnées (« chaos épouvantable », « désastre économique et social », enrichissement d’« une minorité aux dépens de la majorité32 ») et le gouvernement en place en 1990 est même invité à démissionner33. Les travaillistes visent en particulier Margaret Thatcher, dont les convictions et l’action ont mis un terme au consensus de l’après-guerre et polarisé l’opinion de manière durable. 5 % des discours prononcés après 1979 mentionnent les gouvernements conservateurs de la période 1979-199034. Margaret Thatcher est accusée d’avoir « décimé des communautés entières », « voué au chômage la jeunesse » et « abandonné » les Britanniques35. Ceux qui ont cru « au rêve Thatcher » ont été « trahis » par un gouvernement qui n’a pas essayé « de comprendre le monde réel36 ». Sian James (24 mai 2005), Rachel Reeves (8 juin 2010) et Mhairi Black (14 juillet 2015) attribuent d’ailleurs leur vocation politique au rejet du thatchérisme, une catastrophe qu’il convient à tout prix d’éviter de reproduire37. À travers la dénonciation des conséquences économiques et sociales du thatchérisme sur la population, les élues travaillistes s’inscrivent dans la dynamique de leur parti et revendiquent une identité politique. Alors que des associations féministes accusent Margaret Thatcher de trahison et condamnent des mesures jugées défavorables pour les femmes38, ces députées ne prennent pas en compte la dimension genrée.

La revendication de l’appartenance sexuelle et genrée

Des femmes parlementaires

11Alors que les nouvelles représentantes interviennent dans le cadre d’une institution gouvernée par des normes masculines depuis des siècles, la revendication d’une identité spécifique liée au genre est néanmoins présente dans les discours inauguraux.

  • 39 Nirmal Puwar, Space Invaders. Race, Gender and Bodies Out of Place, Oxford, Berg Publishers, 2004.
  • 40 « The women of the whole world will not forget that it was the fighting men of Devon who dared to s (...)
  • 41 « I am the first woman to hold the seat », R. Cooper, 2005 ; « the first woman MP to serve Ashton-u (...)
  • 42 H. Brinton, 1997 ; G. Stuart, 1997 ; L. Powell, 2012 ; L. Nici, 2020.
  • 43 « A shining example of equal parliamentary representation between men and women », J. Corston, 1992 (...)
  • 44 Mickael Quilliou-Rioual, « Le genre et l’identité », Identités de genre et intervention sociale, 20 (...)

1228 % des députées mentionnent leur spécificité de femme parlementaire. Nancy Astor, la pionnière et « envahisseuse de l’espace », pour reprendre les termes de Nirmal Puwar39, relève ainsi l’importance de ce moment historique que représente son entrée au Parlement britannique pour « les femmes du monde entier40 » (24 février 1920). Celles qui sont élues après 1920 affichent également leur statut de femme députée. Elles soulignent le caractère novateur de leur élection, qu’il s’agisse d’exprimer leur fierté de briser des siècles de représentation masculine dans leur circonscription comme Rosie Cooper (24 mai 2005), Angela Rayner (2 juin 2015) ou Niclie Aike (24 février 2020)41, ou de faire part de leur satisfaction d’être les premières élues locales de leur parti, à l’instar de Helen Brinton (20 mars 1997), Gisela Stuart (15 mai 1997), Lucy Powell (28 novembre 2012) ou Lia Nici (16 mars 2020)42. À l’inverse, lorsque la voie a déjà été ouverte, elles se félicitent de l’évolution de la société vers une plus grande diversité. Jean Corston salue « un bel exemple de représentation parlementaire paritaire entre les hommes et les femmes » (13 mai 1992), tandis que Holly Lynch rend hommage à ses administrés, habitués à élire « des femmes travaillistes fortes43 » (9 juin 2015). Cette identité, qui renvoie aux « valeurs et normes dans lesquelles chaque personne se reconnaît » et qui permet « une prise de position singulière et une ressemblance avec les membres du groupe identitaire44 », n’est pas endossée de manière identique par toutes les élues : 32 % des représentantes travaillistes y font référence contre 21 % des conservatrices. En plus de leur affiliation politique, ces députées assument de se positionner comme membres d’un sous-groupe parlementaire défini par le genre.

  • 45 « The first lady M.P. », N. Astor, 1920.

13Par ailleurs, bien que Nancy Astor se présente comme « la première femme député »45 dès 1920 (24 février), par la suite une forte corrélation apparaît entre la représentation numérique des femmes au Parlement et l’expression d’une identité féminine. 12 % des discours y font référence avant 1950, contre 38 % en 2019-2020. Le scrutin de 1997, marqué par l’élection d’un très grand nombre de femmes travaillistes, constitue à cet égard un record (39 %). En outre, au xxie siècle, les députées se définissent à travers des identités multiples. Au-delà de l’affiliation politique et du genre, elles se caractérisent par leur classe sociale (Sarah Dines, 17 mars 2020, et Nadia Whittome, 20 janvier 2020) ou leur origine ethnique (Nusrat Ghani, 9 juin 2015, Feryal Clark, 16 janvier 2020). Cette évolution s’inscrit dans la tendance à une plus grande personnalisation des discours : 28 % des nouvelles députées mentionnent leur famille (27 % des conservatrices, 29 % des travaillistes), 78 % de ces références familiales datant d’après 2000.

14Les discours inauguraux reflètent donc, dans une certaine mesure, la plus grande diversité observée au Parlement britannique ces dernières années, en particulier la féminisation de la classe politique.

La féminisation du personnel politique

15Les députées se réjouissent des progrès du Parlement en termes de représentativité et saluent la féminisation du personnel politique qui constitue pour elles une avancée en matière d’égalité des droits et de respect du principe d’équité.

  • 46 « A sea-change in the number of women in Parliament », J. Drown, 1997 ; B. Follett, 1997 ; M. Johns (...)
  • 47 Auparavant, même si les candidates étaient plus nombreuses, peu entraient au Parlement : 9 élues su (...)
  • 48 Joni Lovenduski, Feminizing Politics, Cambridge, Polity Press, 2005, p. 146.
  • 49 S. McIsaac, 1997 ; A. McKechin, 2001.
  • 50 Chez les conservateurs, David Cameron a introduit en 2005 des listes de candidats (notamment des fe (...)
  • 51 « In the 2005 intake of new Labour MPs, 66 per cent are female », D. Butler, 2005 ; « I sit on the (...)
  • 52 « I am delighted that the Parliamentary Labour Party now reflects the gender breakdown of the count (...)
  • 53 A. Oppong, 2020 ; S. Saxby, 2020 ; A. Richardson, 2020.

16Cette ouverture des institutions vers une plus grande diversité est particulièrement soulignée par les élues travaillistes, notamment suite au scrutin de 1997 qui a donné lieu à l’élection de 101 femmes issues de leur parti. Cette année-là, Julia Drown relève la « transformation radicale du nombre de femmes au Parlement46 » (15 mai 1997), tandis que Melanie Johnson (20 mai 1997), Barbara Follett (2 juin 1997), et Linda Perham (6 juin 1997) insistent sur l’exemplarité de leur formation politique en matière de représentativité et font l’éloge des résultats concrets de leur engagement à promouvoir davantage de candidates. En effet, sous l’impulsion de Tony Blair, le parti a adopté une stratégie de discrimination positive : dans la moitié des circonscriptions dans lesquelles le parti était en position de l’emporter, seules des femmes pouvaient candidater (All Women Shortlists). Cette mesure a permis aux femmes de ne plus être sélectionnées principalement dans des circonscriptions difficilement gagnables et d’augmenter leur présence au sein du groupe parlementaire (moins de 10 % auparavant)47. Le parti a ainsi dépassé le stade de la rhétorique d’égalité et de la promotion de l’égalité pour s’engager dans la voie de la garantie d’égalité, pour reprendre les trois niveaux d’implication d’un parti définis par Joni Lovenduski48. En 1997, Shona McIsaac, qui a bénéficié de ce dispositif, s’en félicite (2 juin), et en 2001, Ann McKechin loue le projet de loi introduit par le parti qui vise à pérenniser et légaliser cet outil (28 juin)49, finalement adopté l’année suivante (2002 Sex Discrimination (Election Candidates) Act50). En 2005, Dawn Butler fait remarquer que les femmes représentent un quart de l’ensemble des élus travaillistes (24 juin) et Emily Thornberry lance : « nous sommes à mi-chemin, les filles51 » (24 mai), tandis qu’en 2020, Abena Oppong constate avec plaisir que « le groupe parlementaire travailliste reflète la composition genrée de la société52 » (29 janvier). En outre, les deux principaux partis britanniques disposent de groupes qui accompagnent les candidates, en leur fournissant conseils et aides : le Labour Women’s Network (créé en 1988) et Women2Win (fondé en 2005). Dans son discours, Abena Oppong, députée travailliste et présidente du LWN, se félicite que le groupe ait aidé des centaines de femmes (29 janvier 2020). Selaine Saxby (3 février 2020) et Angela Richardson (13 février 2020) et, élues conservatrices, remercient W2W pour son soutien53.

  • 54 « There still have not been many more than 200 women Members since Lady Astor took her seat in 1919 (...)
  • 55 « There are still more men in this Parliament than there have ever been women in Parliament in this (...)
  • 56 « The task of ensuring that Parliament better reflects the people it represents remains work in pro (...)
  • 57 Sarah Childs, Women and British…, op. cit.

17Les élues regrettent toutefois que la parité soit loin d’être atteinte. En 1997, Linda Gilroy calcule que les élus hommes ont été vingt fois plus nombreux que les femmes depuis 1919 (27 octobre)54. Les discours qui dénoncent cette inégalité se multiplient au xxie siècle. En 2005 Meg Hillier rappelle que le nombre d’hommes présents pour l’ouverture de cette nouvelle session parlementaire s’avère supérieur au nombre total de femmes élues depuis la loi leur donnant le droit de se présenter (24 mai)55. Caroline Lucas souligne en 2010 qu’il s’agit d’« un chantier encore en cours » (27 mai) et Paula Sherrif affirme en 2015 que « beaucoup » reste à faire (24 juin)56. Cette préoccupation s’avère d’autant plus importante qu’une corrélation existerait entre représentation descriptive et représentation substantive (la défense d’intérêts spécifiquement féminins)57.

Entre représentantes généralistes et porte-paroles de la population féminine

Une absence d’autocensure

  • 58 P. G. Richards, The Backbenchers, London, Faber and Faber, 1972, p. 92.

18Comme tous les membres de la Chambre des Communes, les nouvelles élues sont libres de se concentrer sur des enjeux locaux ou nationaux et d’adopter un point de vue généraliste ou spécialisé58. En outre, elles peuvent se concentrer sur un nombre limité de thèmes, en particulier les enjeux associés à des questions essentiellement féminines, ou au contraire ne pas se limiter à ces thématiques.

  • 59 « I believe that women should have a voice in everything », M. Hodge, 1994 ; « It may perhaps be th (...)
  • 60 Heide-Marie Lauterer, Parlamentarierinnen in Deutschland, 1918-1949, Helmer, Königstein/Taunus, 200 (...)
  • 61 « It may perhaps be thought unusual for a woman to speak in a defence debate », P. Ford, 1953.
  • 62 Rachel Reeves, op cit, p. 86. Elizabeth Vallance, Women in the House: A Study of Women Members of P (...)
  • 63 Députées citées dans Joni Lovenduski, Feminizing Politics, Cambridge, Polity Press, 2005, p. 49. Ra (...)
  • 64 « Disrupting a male consensus », Krista Cowman, Women in British Politics, 1689-1979, Londres, Palg (...)

19L’analyse du corpus révèle que, depuis leur entrée au Parlement, les députées ont abordé des sujets très variés dans leur premier discours : questions sociales et économiques, défense et maintien de l’ordre, politique étrangère, immigration, transports, environnement, sport ou réformes des institutions. Ethel Bentham et Edith Picton-Turbevill ont pris la parole pour dénoncer les conditions de travail dans les mines en 1929, Florence Horsbrugh pour défendre l’industrie textile en 1931 et Barbara Ayrton-Gould pour faire part de ses craintes quant à la bombe atomique en 1945. Par ailleurs, comme les hommes, elles relaient les préoccupations de certains groupes spécifiques de population, comme les personnes handicapées, les mineurs de fond, les dockers, les Écossais ou les Nord-Irlandais. Cette absence d’autocensure est clairement revendiquée par les parlementaires qui considèrent que « les femmes doivent avoir leur mot à dire sur tout », y compris la sécurité nationale, et que pas même « le pire misogyne » ne pourra leur retirer ce droit59. Sans négliger les enjeux considérés comme de possibles extensions du rôle domestique de la femme selon l’idéologie des sphères séparées du xixe siècle, les parlementaires ne se limitent donc pas aux sujets de basse politique60, quitte à aller à l’encontre des attentes de leurs collègues masculins. En 1921, Margaret Wintringham est consciente d’empiéter sur un domaine considéré comme l’une des chasses gardées des hommes lorsqu’elle axe son discours sur l’économie et affirme que les femmes peuvent se montrer tout aussi compétentes que les hommes en ce domaine (9 novembre). De même, en 1953, Patricia Ford reconnaît pouvoir surprendre certains députés en intervenant dans un débat sur la politique de défense du Royaume-Uni (29 juillet)61. Jusque dans les années 1990, ces femmes sont contraintes de se justifier face aux préjugés et aux moqueries de leurs collègues masculins. Winston Churchill tourne en dérision l’intérêt de Florence Horsbrugh pour la politique étrangère en 1931 ; pour Herbert Morrison en 1954, Lena Jeger devrait s’en tenir à des questions féminines62. Les récits de Nancy Astor, Shirley Williams, Dawn Butler, Stella Creasy ou Barbara Castle révèlent d’ailleurs les coulisses d’un univers empreint de comportements sexistes et de remarques condescendantes63. Plus récemment, les réflexions de l’ancien Premier ministre conservateur David Cameron en 2011 (« calmez-vous, ma chère », lancé à Angela Eagle) ou de l’ancien dirigeant travailliste Jeremy Corbyn en 2018 (« femme stupide », marmonné à l’adresse de Theresa May) attestent du milieu hostile dans lequel les femmes siègent et « perturbent un consensus masculin » établi de longue date64. Afin de renforcer leur légitimité, les élues multiplient les preuves de leur compétence : elles assoient leur argumentation sur des données chiffrées (89 % du corpus), elles citent des rapports, des lois et des experts (71 % des allocutions) et mentionnent leurs études, leur expérience professionnelle ou les connaissances qui justifient leur contribution aux travaux parlementaires (références autobiographiques présentes dans 55 % des discours, 70 % depuis 2000).

Un engagement sur les enjeux féminins

  • 65 « I am voicing, I am sure, the feelings of very many women in this country », M. Wintringham, 1921  (...)
  • 66 « To champion and speak up for the young women and girls who are facing sexual exploitation », F. E (...)
  • 67 J. Corston, 1992 ; L. Farris, 2020.
  • 68 R. Reeves, 2010 ; L. Trott, 2020.
  • 69 E. Emmet, 1955 ; S. Summerskill, 1964 ; J. Maynard, 1974.
  • 70 G. Stuart, 1997 ; L. Twist, 2017.

20Malgré la diversité des sujets examinés par les nouvelles députées dans leur discours inaugural, nombre d’entre elles revendiquent une perspective féminine spécifique et agissent comme porte-voix d’un segment de la population britannique. De Margaret Wintringham qui affirmait en 1921 relayer « le sentiment de beaucoup de femmes britanniques65» (9 novembre) à Florence Eshalomi qui affirme qu’elle « représentera et défendra les jeunes femmes et les filles » en 2020 (16 janvier)66, en passant par Lady Apsley (23 mars 1943), Dorothy Rees (13 mars 1950), Patricia Ford (29 juillet 1953), Anne McLaughlin (27 octobre 1955), Ann Kerr (10 novembre 1964), Melanie Johnson (20 mai 1997), Jackie Ballard (17 juin 1997), Rebecca Pow (1 juin 2015), Jo Platt (12 juillet 2017) ou Holly Mumby (4 mars 2020), ces élues s’expriment, au nom des femmes, en faveur de l’amélioration de leurs conditions de vie. Certaines catégories font l’objet d’attentions particulières : les femmes actives (Jean Corston, 13 mai 1992, Laura Farris, 24 février 202067), les femmes enceintes (Rachel Reeves, 8 juin 2010, Laura Trott, 16 janvier 202068), les veuves (Evelyn Emmett, 21 novembre 1955, Shirley Summerskill, 12 novembre 1964, Joan Maynard, 6 novembre 197469) et les retraitées (Gisela Stuart, 15 mai 1997, Liz Twist, 19 juin 201770).

  • 71 V. Vaz, 2010 ; H. Bardell, 2015 ; P. Sheriff, 2015 ; A. Begum, 2020.
  • 72 K. Hollern, 2015 ; L. Farris, 2020 ; J. Marson 2020.
  • 73 « Some remarkable, courageous and dedicated women. They include several scientists, nurses and doct (...)
  • 74 « Marie Stopes, who pioneered birth control for women », T. Saddiq, 2015 ; « Mary Barbour, who […] (...)
  • 75 « The women today are […] as determined as the men », A. Clwyd, 1984 ; « Women from mining communit (...)
  • 76 « The women who live on one cul-de-sac on a council estate. They are grandmothers, mothers and daug (...)
  • 77 Linda Trimble, Jane Arscott, Still Counting: Women in Politics Across Canada, Peterborough, Broadvi (...)
  • 78 M. Shields, 1986 ; « the abilities of those two women had been squandered or ignored on the basis o (...)
  • 79 M. Bondfield, 1924 ; M. Pickford, 1931 ; A. Hardie, 1937; M. Pike, 1957 ; J. Knight, 1966 ; A. Tayl (...)
  • 80 A. McLaughlin, 1955 ; F. Jones, 2020 ; « Across the UK, it is estimated that 137,000 girls missed s (...)
  • 81 S. Osborne, 1997 ; V. Baird, 2001 ; N. Blackwood, 2010 ; B. Phillipson, 2010 ; J. Phillips, 2015 ; (...)
  • 82 « Having worked for years in a service that operated refuges, rape crisis, child sexual exploitatio (...)
  • 83 Corpus de 677 183 827 mots prononcés au Parlement de 1945 à 2016. Luke Blaxill, Kaspar Beelen, « A (...)
  • 84 Analyse d’1, 2 million de discours parlementaires de 1970 à 2018. Durand D'souza, « what 1.2 millio (...)

2128 % des discours du corpus reflètent une préoccupation particulière pour les femmes britanniques. Des hommages sont rendus à des personnalités et des féministes réputées, comme les suffragettes (Emmeline Pankhurst, Sylvia Pankhurst, Emily Davidson71) ou les pionnières parlementaires (Nancy Astor, Barbara Castle72). Les nouvelles élues saluent également celles qui ont joué un rôle de premier plan dans l’histoire du pays (« scientifiques, infirmières et médecins73») et celles qui ont transformé la vie quotidienne des femmes britanniques, comme Marie Stopes (pionnière de la contraception), Mary Barbour (à l’origine de la grève des loyers de 1915) ou la Ligue des Ménagères (engagée pour la suppression des tickets de rationnement dans les années 1940)74. L’activisme de femmes ordinaires est également loué, qu’il s’agisse des femmes de mineurs (« aussi déterminées que les hommes » à « protéger leur communauté75 ») ou des générations de « grands-mères, mères et filles » anonymes76. Ces députées abordent également les enjeux féminins, définis comme les thématiques qui constituent des sujets de première importance pour la population féminine, pour des raisons biologiques (cancer du sein…) ou sociales (garde d’enfants…)77. Parmi les préoccupations principales figurent les inégalités en matière d’éducation et d’emploi. Lilian Greenwood déplore ainsi que les « compétences [de sa mère et de sa grand-mère aient été] gâchées ou ignorées du simple fait de leur sexe ou de leur classe sociale78 » (3 juin 2010). Margaret Bondfield (21 janvier 1924), Mary Pickford (23 novembre 1931), Agnes Hardie (12 novembre 1937), Mervyn Pike (25 juin 1957), Jill Knight (25 mai 1966), Ann Taylor (12 novembre 1974), Jean Corston (13 mai 1992), Alison Thewliss (17 juin 2015) et Laura Farris (24 février 2020) dénoncent les conditions de travail, la sous-représentation de la main d’œuvre féminine dans certains secteurs ainsi que les écarts de salaires et les discriminations79. Anne McLaughlin (27 octobre 1955) et Fay Jones (21 janvier 2020) soulèvent la question de la féminisation de la pauvreté et Janet Daby s’insurge du coût des protections périodiques, source d’absentéisme scolaire (24 juillet 2018)80. Depuis la fin du xxe siècle, les violences faites aux femmes et notamment les violences conjugales sont régulièrement dénoncées, que ce soit par Sandra Osborne (9 juillet 1997), Vera Baird (9 juillet 2001), Nicola Blackwood (7 juin 2010), Florence Eshalomi (16 janvier 2020), Sara Britcliffe (28 mars 2020), Sarah Owen (28 mars 2020), ou Bridget Phillipson (7 juin 2020)81. Jess Phillips (28 mai 2015) et Thangam Debbonnaire (2 juin 2015) font d’ailleurs part de leur expérience de terrain au sein d’associations d’aide aux victimes82. Ces conclusions corroborent deux études purement quantitatives menées ces dernières années sur l’ensemble des débats parlementaires qui ont fait ressortir des différences de comportement. Les députées sont davantage susceptibles de parler des femmes et de présenter des revendications liées au genre83. Par ailleurs, elles traitent davantage de réformes de l’aide sociale, de garde d’enfants, de santé et de protection sociale, tandis que les hommes privilégient des thématiques liées à la législation, l’énergie, l’Europe et l’armée84.

  • 85  Sophie Ridge, The Women who shaped Politics. Empowering stories of women who have shifted the poli (...)
  • 86  Register of All-Party Parliamentary Groups [en ligne], consulté le 1er avril 2021, URL : https://w (...)

22Au-delà des discours inauguraux, l’engagement des députées en faveur des femmes s’exprime à travers d’autres activités parlementaires : questions posées lors des séances de questions au Premier ministre, travail en commission et comportement de vote. Elles contribuent également à l’évolution de la législation : Margaret Wintringham sur les droits de garde des enfants, Eleanor Rathbone sur le versement des allocations familiales aux mères, Barbara Castle sur le paiement des toilettes publiques pour les femmes, Marion Roe sur la lutte contre les mutilations génitales féminines et Jo Richardson sur la violence conjugale85. Les nouvelles entrantes peuvent également rejoindre la vingtaine de Groupes Parlementaires Inter-Partis (All Party Parliamentary Groups) en lien avec des thématiques genrées86.

  • 87 « I am not unhappy about giving support to single mothers, but what about working mothers? What abo (...)

23Sur l’ensemble du corpus, les parlementaires travaillistes abordent davantage ce type de thématiques que leurs consœurs conservatrices (ce type de références est présent dans 32 % des discours travaillistes, 22 % des allocutions des conservatrices). L’engagement historique du parti sur les questions d’égalité explique cette approche progressiste de la part d’une partie des députées. À l’inverse, Eleanor Laing (4 juillet 1997) et Nadine Dorries (25 mai 2005), deux élues du Parti conservateur, défendent une vision plus traditionnelle de la famille et de la place de la femme dans la société. En 1997, la première déplore que les débats sur le travail des femmes se focalisent sur les difficultés rencontrées par les mères célibataires sans s’intéresser aux femmes mariées, tandis qu’en 2005 la seconde apporte son soutien aux mères au foyer, « qui ne se sentent ni représentées ni valorisées dans une société tellement axée sur la carrière professionnelle87 ».

  • 88 « John Austin is one of the handful of men I have met whom I could truly call a feminist », T. Pear (...)
  • 89 « As a feminist, it is a privilege to be addressing this House as the first female Member of Parlia (...)

24Malgré l’intérêt particulier dont certaines députées font preuve, les références explicites au mouvement féministe se révèlent quasiment inexistantes. Trois occurrences seulement sont relevées dans des allocutions d’élues travaillistes du xxie siècle. Deux vantent les mérites d’un prédécesseur88 et seule Claudia Webbe se définit expressément comme une féministe en 2020 (« en tant que féministe, c’est un privilège de m’adresser à la Chambre en tant que première femme représentant Leicester East », 9 mars89).

Conclusion

  • 90 « A disconcerting mixture of sincerity and convention », T. F. Lindsay, Parliament from the Press G (...)
  • 91 « Some of the Tories would make lewd comments […] comments about people’s figures and loud asides » (...)
  • 92 « Historically, so much happens in this building that is designed to exclude and alienate working-c (...)
  • 93 « We have to confront the fact that our toxic politics is driving good women MPs away. In 2019 it i (...)

25Si, comme l’a souligné T. F. Lindsay, « les débats parlementaires offrent un mélange déconcertant d’authenticité et de convention90 », le premier discours d’un représentant constitue un exercice très codifié. L’étude a révélé que les députées nouvellement élues respectent pour la plupart l’aspect formel de l’allocution sans différence notable entre les deux partis et que ce conformisme a tendance à augmenter avec les années. Par ailleurs, le nombre d’interruptions, s’il augmente sur la période, reste peu élevé, ce qui contraste avec les récits autobiographiques d’anciennes députées qui relatent des comportements quotidiens qui restent empreints de préjugés de la part de collègues masculins qui les marginalisent, infantilisent, se moquent d’elles et objectifient leurs corps. Helen Liddell se souvient que pendant les discours des nouvelles élues travaillistes en 1997, « certains conservateurs faisaient des remarques obscènes […], des commentaires sur le physique et des apartés bruyants91 ». En 2020, Nadia Whittome déplore que « en tant que femme de couleur de la classe ouvrière », elle ne se sente pas la bienvenue (20 janvier)92. Pour la Fawcett Society, la principale association de défense des droits des femmes au Royaume-Uni, la sphère politique continue de constituer un environnement politique « toxique » et « hostile » pour les femmes93.

  • 94 Catherine Achin, « Au-delà de la parité », Mouvements [en ligne], n° 69, janvier 2012, p. 49-54, co (...)
  • 95 « the battle they have fought for their own sex have been but a small proportion of their total eff (...)
  • 96 Pippa Norris, « Women politicians: transforming Westminster? », Parliamentary Affairs, 49 (1), Janu (...)
  • 97 Rachel Reeves, op  cit., p. 29-30.

26Les discours inauguraux des représentantes annoncent la grande variété de positionnement des élues au cours de leur carrière politique : certaines défendent des positions résolument féministes tandis que d’autres ne souhaitent pas se laisser enfermer dans des rôles réducteurs et potentiellement stigmatisants94. Un peu plus d’un quart des prises de parole analysées font explicitement référence aux femmes ou abordent des enjeux féminins. Comme l’a noté Pamela Brookes, « les batailles menées pour leur propre sexe n’ont constitué qu’une petite proportion de l’ensemble de leurs efforts95 », ce qui n’a rien de surprenant dans la mesure où, pour Pippa Norris, bien d’autres facteurs que le genre entrent en jeu dans le comportement législatif (parti, idéologie, région, cohorte d’entrée…96). Les députées travaillistes se distinguent de leurs consœurs conservatrices : elles revendiquent davantage une identité particulière, sont plus nombreuses à se féliciter de la diversification du personnel politique ainsi qu’à aborder des problématiques centrées sur les femmes. En outre, ce type de références augmente sur la période étudiée. En effet, parmi les premières femmes à entrer à Westminster, certaines se montrèrent sceptiques quant à l’existence même d’enjeux féminins, tandis que des élues travaillistes refusèrent de privilégier la solidarité féminine aux dépens de la lutte des classes97.

  • 98 Sarah Childs, The Good Parliament, [en ligne], juillet 2016, consulté le 1er avril 2021, URL : http (...)
  • 99 « Ask her to stand » [en ligne], consulté le 1er février 2021, URL : https://5050parliament.co.uk/a (...)
  • 100 Michael Fallon, Secrétaire d’État à la défense, démissionne en novembre 2017 après avoir reconnu de (...)
  • 101 « Millicent Fawcett statue unveiled in Parliament Square - in pictures », The Guardian [en ligne], (...)

27Qu’elles aient travaillé dans l’ombre ou dans la lumière, qu’elles aient privilégié des enjeux féminins ou empiété sur des chasses gardées masculines, l’entrée des femmes au Parlement britannique a mis un terme au monopole masculin du pouvoir. Les femmes ne peuvent désormais plus être ignorées et leur inclusion dans les processus décisionnels a eu des répercussions sur les pratiques parlementaires à la fin du xxe et au xxie siècle (création d’une crèche, modification des horaires davantage compatibles avec une vie de famille…). Des réflexions sur l'institution ont été lancées et des propositions de réformes avancées, à la fois en interne (création de la Commission sur les Femmes et l’Égalité, du Groupe de référence sur la représentation et l’inclusion, publication de rapports sur la vie publique98) et en externe (lancement de campagnes pour une représentation parlementaire paritaire : Un Parlement 50/50. Hashtag AskHerToStand99). Les révélations de harcèlement et d’agression sexuelle ont suscité l’indignation collective, obligeant deux ministres à démissionner en 2017100. Un siècle après l’obtention du droit de vote, si la parité n’a pas été atteinte, la statue de la suffragiste Millicent Garret Fawcett a été installée à Parliament Square, une place située devant le Palais de Westminster et ornée jusque-là de onze statues d’hommes ayant marqué l’histoire du pays101.

Haut de page

Notes

1 Nancy Astor, Parti conservateur, élue en 1919.

2 En 1928, le Representation of the People (Equal Franchise) Act institua le suffrage universel, les femmes comme les hommes de plus de 21 ans disposent alors du droit de vote. En 1969, ce droit fut abaissé à 18 ans.

3 Pour la liste des députées depuis 1919, voir Richard Kelly, Women Members of Parliament, House of Commons, Briefing Paper, Number 06652 [en ligne], 14 mai 2021, p. 4-16, consulté le 9 avril 2021, URL : https://researchbriefings.files.parliament.uk/documents/SN06652/SN06652.pdf

4 Anne Phillips, The Politics of Presence, Oxford, Clarendon Press, 1995, p. 22.

5 Pour que les femmes puissent avoir une réelle influence en politique, elles doivent constituer plus de 30 % des parlementaires. Sarah Childs, Women and British Party Politics: Descriptive, Substantive and Symbolic Representation, Londres, Routledge, 2008.

6 Michael Ryle, « Televising Parliament », Parliamentary Affairs, vol. 44, n° 2, avril 1991, p. 185.

7 « The shocking spectacle of male political power », Heather Nunn, Thatcher, Politics and Fantasy. The Political Culture of Gender and Nation, Londres, Lawrence and Wishort, 2002, p. 38.

8 Le même terme est employé, que le parlementaire soit un homme ou une femme

9 « A maiden speech is usually uncontroversial, fairly brief and includes a tribute to the Member’s predecessor in the seat, irrespective of party, and favourable remarks about the constituency. It is also a tradition that a maiden speech is heard without interruption », Anastasia Lewis, Sarah Priddy, « Maiden speeches in the House of Commons since 1918 », Research Briefing [en ligne], 10 février 2022 consulté le 18 juillet 2022. URL : https://commonslibrary.parliament.uk/research-briefings/sn04588

10 Samantha Mackewn, « The one great challenge that reveals the character of a new MP », The Article [en ligne], 6 janvier 2020, consulté le 1er février 2020, URL : https://www.thearticle.com/the-one-great-challenge-that-reveals-the-character-of-a-new-mp

11 « A new star was born in parliament », Margaret Thatcher, The Path to Power, London, Harper Press, 1995, p. 113.

12 Le corpus comprend l’intégralité des discours disponibles dans les archives parlementaires Hansard, 485, soit 88 % de l’ensemble des discours prononcés sur la période couvrant les élections législatives de 1919 à 2019 et les discours inauguraux prononcés entre février 1920 et juin 2020 [en ligne], consultés du 25 au 30 janvier 2021, URL : https://api.parliament.uk/historic-hansard/sittings/1918/jul/index.html, https://commonslibrary.parliament.uk/research-briefings/sn04588

13 All Women Shortlists au Parti travailliste. A-Lists au Parti conservateur. Labour Women’s Network et Emily’s List chez les travaillistes, Women2Win chez les conservateurs.

14 271 discours de membres du Parti travailliste, 150 discours de membres du Parti conservateur, 29 discours de libéraux (Liberal, Alliance, Liberal Democrats), 2 du SDLP, 24 du SNP, 1 de Plaid Cymru, 2 du UUP, 3 du DUP, 1 du Green Party, 1 de l’Independent Republican et 1 indépendant.

15 Heide-Marie Lauterer, Parlamentarierinnen in Deutschland, 1918-1949, Helmer, Königstein/Taunus, 2002. Rosie Campbell, Sarah Childs et Joni Lovenduski, Women at the top 2005, Changing Numbers, Changing Politics?, Hansard Society, 2005.

16 Il fut publié pour la première fois en 1844 et en est désormais à sa 25e édition, Erskine May, Treatise on the law, priviledges, proceedings and usage of Parliament, 25e édition [en ligne], 2019 consulté le 2 février 2021, URL : https://erskinemay.parliament.uk/

17 Maiden Speeches: guidance for new members, Commons briefing note [en ligne], juin 2017, consulté le 26 janvier 2021, URL : https://www.parliament.uk/globalassets/documents/commons/executive/commons-briefing-note-2-maiden-speech.pdf

18 « ordeal », A. Kerr, 1964 ; « a very difficult occasion », M. Pike, 1957 ; « a daunting task », J. Dean, 1997 ; « particularly terrifying ordeal », C. Short, 1964 ; « an occasion well-nigh intolerable », H. Anderson, 1960.

19 E. Pitt, 1953 ; M. Pike, 1957 ; J. Knight, 1966 ; J. Richardson, 1974 ; E. Currie, 1983 ; L. Lynne, 1992 ; J. Ballard, 1997 ; C. Ward, 1998 ; N. Shah, 2015.

20 E. Rathbone, 1921 ; E. Summerskill, 1938 ; G. Colman, 1946 ; P. Hornsby, 1950 ; D. Rees, 1950 ; P. Ford, 1953. E. Pitt, 1953. L. Jeger, 1954. E. Emmet, 1955. J. Anderson, 1960. S. Williams, 1964. G. Dunwoody, 1966. J. Lestor, 1966 ; M. Holt, 1970 ; B. Boothroyd, 1973 ; J. Richardson, 1974 ; A. Wise, 1974.

21 Debating [en ligne], consulté le 2 février 2021, URL : https://www.parliament.uk/about/how/role/debate

22 Dirigées exclusivement en direction des femmes en raison de leur genre, ces interruptions systématiques – désignées sous le terme de manterrupting – sont désormais dénoncées comme un comportement sexiste.

23 « a tour of the delights of Burton », J. Dean, 1997 ; « a metaphorical open-top bus tour », S. Kennedy, 2015 ; « the one-woman tourist board for North Devon », S. Saxby, 2020.

24 Lady Gammans, 1957 ; E. Peacock, 1983 ; V. Bottomley, 1984 ; D. Abbott, 1987 ; H. Jackson, 1992 ; T. Jowell ; 1992 ; C. Flint, 1997 ; P. Hewitt, 1997 ; A. Soubry, 2010 ; A. Callaghan, 2020.

25 T. May, 1997 ; P. Starkey, 1997 ; M. Hillier, 2005.

26 Azza Karam, Women in Parliament: Beyond Numbers, Stockholm, International IDEA, 1998, p. ii.

27 Online Etymology Dictionary [en ligne], consulté le 6 avril 2021, URL : https://www.etymonline.com/word/maiden

28 « My first speech, as I prefer to call it », C. Short, 1983 ; « my very first words », Y. Cooper, 1997 ; « their debuts », D. Rees, 1950.

29 « The somewhat unlikely title of virgin. As someone who has […] accumulated two children along the way, it seems remarkably ill-suited », F. Jones, 1998 ; « This is the first time I have been called a maiden, and it seems a little unusual as my children watch me from the Strangers Gallery », J. Phillips, 2015 ; « I have been exposed to the undoubted wit of the London cabby, one of whom told me that he did not know how a married woman could make a maiden speech », A. McGuire, 1997.

30 M. Herbison, 1945 ; J. Butler, 1955 ; B. Ribeiro, 2020 ; C. Webbe, 2020.

31 « In a maiden speech it is not very courteous to be partisan », M. McKay, 1964 ; « I intend to stray […] into the deep waters of controversy », A. Kerr, 1964 ; « it is particularly difficult to observe the usual courtesies of being uncontroversial. I shall, however, do my best to remain moderate », J. Hart, 1959.

32 « An appalling mess », J. Richardson, 1974 ; « a social and economic disaster », M. Hodge, 1994 ; « the broken, failed economics that have served only to enrich the few at the expense of the many », A. Begum, 2020.

33 « If the Government do not intend to change course […] they should do the honourable thing and move over and let someone who can change course do so », I. Adams, 1990.

34 L. Blackman, 1997 ; B. Follett, 1997 ; B. Hughes, 1997 ; J. Lawrence, 1997 ; R. Kelly, 1997 ; F. Mactaggart, 1997 ; S. Osborne ; 1997; D. Johnson, 2005 ; E. Thornberry, 2005 ; J. Elliott, 2010 ; M. Glindon, 2010 ; M. Greenwood, 2010 ; N. Morgan, 2010 ; L. Nandy, 2010 ; P. Nash, 2010 ; R. Reeves, 2010 ; A. McLaughlin, 2015 ; T. Owatemi, 2020 ; Z. Sultana, 2020 ; C. Webbe, 2020 ; B. Winter, 2020.

35 « My constituents […] are not prepared to write off whole communities, as happened in the '80s and early '90s, when the only future young people had to look forward to was a life on the dole », S. McCarty, 2005 ; « Mrs. Thatcher and her Government had abandoned us », E. Thornberry, 2005.

36 « He bought the Thatcher dream, and its betrayal was a potent factor in the general election result », S. Keeble, 1997 ; « They do not try to understand the real world », M. Mowlam, 1987.

37 « It was my own experience of education under the Conservative Governments of the 1980s and 1990s that motivated me to get involved in politics […] », R. Reeves, 2010 ; « it was the miners’ strike of 1984 that catapulted me into direct action and got me involved with Labour party politics […] », S. James, 2005 ; « one of the most uncaring, uncompromising and out-of-touch Governments that the UK has seen since Thatcher », M. Black, 2015.

38 Sur ce point, voir notamment Sylvia Bashevkin, « Tough Times in Review. The British Women’s Movement during the Thatcher Years » in Comparative Political Studies, vol. 28, n° 4, January 1996 ; Eric J. Evans, Thatcher and Thatcherism, London, Routledge, 1997 ; Jane Pilcher, « The Gender Significance of Women in Power. British Women Talking about Margaret Thatcher » in The European Journal of Women’s Studies, vol. 2, n° 4, 1995.

39 Nirmal Puwar, Space Invaders. Race, Gender and Bodies Out of Place, Oxford, Berg Publishers, 2004.

40 « The women of the whole world will not forget that it was the fighting men of Devon who dared to send the first woman to represent women in the Mother of Parliaments », N. Astor, 1920.

41 « I am the first woman to hold the seat », R. Cooper, 2005 ; « the first woman MP to serve Ashton-under-Lyne in 183 years », A. Rayner, 2015 ; « in the period of more than 700 years since it was established, I am the first woman to represent it », N. Aike, 2020.

42 H. Brinton, 1997 ; G. Stuart, 1997 ; L. Powell, 2012 ; L. Nici, 2020.

43 « A shining example of equal parliamentary representation between men and women », J. Corston, 1992. « Halifax has a proud history of sending tough Labour women from our town to represent us in Westminster », H. Lynch, 2015.

44 Mickael Quilliou-Rioual, « Le genre et l’identité », Identités de genre et intervention sociale, 2014, p. 27 [en ligne], consulté le 18 janvier 2021, URL : https://www.cairn.info/identites-de-genre-et-intervention-sociale--9782100702428-page-27.htm

45 « The first lady M.P. », N. Astor, 1920.

46 « A sea-change in the number of women in Parliament », J. Drown, 1997 ; B. Follett, 1997 ; M. Johnson, 1997 ; L. Perham, 1997.

47 Auparavant, même si les candidates étaient plus nombreuses, peu entraient au Parlement : 9 élues sur 30 candidates en 1929, 10 sur 77 en 1983.

48 Joni Lovenduski, Feminizing Politics, Cambridge, Polity Press, 2005, p. 146.

49 S. McIsaac, 1997 ; A. McKechin, 2001.

50 Chez les conservateurs, David Cameron a introduit en 2005 des listes de candidats (notamment des femmes) à sélectionner en priorité dans 140 circonscriptions bastions du parti (A-Lists).

51 « In the 2005 intake of new Labour MPs, 66 per cent are female », D. Butler, 2005 ; « I sit on the Labour Benches, where we finally make up more than 25 per cent of Labour Members. So we are halfway there, girls », E. Thornberry, 2005.

52 « I am delighted that the Parliamentary Labour Party now reflects the gender breakdown of the country », A. Oppong, 2020.

53 A. Oppong, 2020 ; S. Saxby, 2020 ; A. Richardson, 2020.

54 « There still have not been many more than 200 women Members since Lady Astor took her seat in 1919. In the same time, there have been more than 4,000 male Members of Parliament », L. Gilroy, 1997.

55 « There are still more men in this Parliament than there have ever been women in Parliament in this country », M. Hillier, 2005.

56 « The task of ensuring that Parliament better reflects the people it represents remains work in progress », C. Lucas, 2010. « There is a lot more to do », P. Sherriff, 2015.

57 Sarah Childs, Women and British…, op. cit.

58 P. G. Richards, The Backbenchers, London, Faber and Faber, 1972, p. 92.

59 « I believe that women should have a voice in everything », M. Hodge, 1994 ; « It may perhaps be thought unusual for a woman to speak in a defence debate », P. Ford, 1953 ; « even the most die-hard misogynist in this House will admit that the matter under discussion is one upon which a woman has a right to speak », M. Tate, 1932.

60 Heide-Marie Lauterer, Parlamentarierinnen in Deutschland, 1918-1949, Helmer, Königstein/Taunus, 2002. Rosie Campbell, Sarah Childs et Joni Lovenduski, Women at the…, op. cit.

61 « It may perhaps be thought unusual for a woman to speak in a defence debate », P. Ford, 1953.

62 Rachel Reeves, op cit, p. 86. Elizabeth Vallance, Women in the House: A Study of Women Members of Parliament, Londres, Athlone, 1979, p. 85.

63 Députées citées dans Joni Lovenduski, Feminizing Politics, Cambridge, Polity Press, 2005, p. 49. Rachel Reeves, Women of Westminster. The MPs who changed Politics, Londres, I. B. Tauris, 2019, p. 5.

64 « Disrupting a male consensus », Krista Cowman, Women in British Politics, 1689-1979, Londres, Palgrave Macmillan, 2010, p. 2.

65 « I am voicing, I am sure, the feelings of very many women in this country », M. Wintringham, 1921 ; Lady Apsley, 1943 ; D. Rees, 1950 ; P. Ford, 1953 ; A. McLaughlin, 1955 ; A. Kerr, 1964 ; J. Ballard, 1997 ; M. Johnson, 1997 ; R. Pow, 2015 ; J. Platt, 2017 ; H. Mumby, 2020.

66 « To champion and speak up for the young women and girls who are facing sexual exploitation », F. Eshalomi, 2020.

67 J. Corston, 1992 ; L. Farris, 2020.

68 R. Reeves, 2010 ; L. Trott, 2020.

69 E. Emmet, 1955 ; S. Summerskill, 1964 ; J. Maynard, 1974.

70 G. Stuart, 1997 ; L. Twist, 2017.

71 V. Vaz, 2010 ; H. Bardell, 2015 ; P. Sheriff, 2015 ; A. Begum, 2020.

72 K. Hollern, 2015 ; L. Farris, 2020 ; J. Marson 2020.

73 « Some remarkable, courageous and dedicated women. They include several scientists, nurses and doctors », L. Gilroy, 1997.

74 « Marie Stopes, who pioneered birth control for women », T. Saddiq, 2015 ; « Mary Barbour, who […] went on rent strike and forced the British Government of the day to act », N. McGarry, 2015 ; « the Housewives League. They campaigned dutifully in the late 1940s objecting because ration books were still required for essential foods », B. Boothroyd, 1973.

75 « The women today are […] as determined as the men », A. Clwyd, 1984 ; « Women from mining communities across the county beat their own drums to protect their communities during the miners' strike of 1984 », F. O’Donnell, 2010.

76 « The women who live on one cul-de-sac on a council estate. They are grandmothers, mothers and daughters », L. Fitzimons, 1997.

77 Linda Trimble, Jane Arscott, Still Counting: Women in Politics Across Canada, Peterborough, Broadview Press, 2003 ;Azza Karam, Joni Lovenduski (eds), Women in Parliament: Beyond Numbers, Stockholm, International IDEA, 1998. La défense par des élues féminines de ces questions / le traitement de ces questions par les élues féminines constitue « la représentation substantive », à différencier de « la représentation numérique ou descriptive » qui fait référence à la présence numérique des femmes au sein des institutions politiques. Sarah Childs, op. cit.

78 M. Shields, 1986 ; « the abilities of those two women had been squandered or ignored on the basis of their sex or their class » L. Greenwood, 2010.

79 M. Bondfield, 1924 ; M. Pickford, 1931 ; A. Hardie, 1937; M. Pike, 1957 ; J. Knight, 1966 ; A. Taylor, 1974 ; J. Corston, 1992 ; A. Thewliss, 2015 ; L. Farris, 2020.

80 A. McLaughlin, 1955 ; F. Jones, 2020 ; « Across the UK, it is estimated that 137,000 girls missed school last year because of this type of poverty », J. Daby, 2018.

81 S. Osborne, 1997 ; V. Baird, 2001 ; N. Blackwood, 2010 ; B. Phillipson, 2010 ; J. Phillips, 2015 ; S. Britcliffe, 2020 ; F. Eshalomi, 2020 ; S. Owen, 2020.

82 « Having worked for years in a service that operated refuges, rape crisis, child sexual exploitation services and human trafficking services », J. Phillips, 2015 ; « I bring to this House a quarter of a century of experience in work to prevent domestic violence », T. Debbonnaire, 2015.

83 Corpus de 677 183 827 mots prononcés au Parlement de 1945 à 2016. Luke Blaxill, Kaspar Beelen, « A feminized language of democracy? The representation of women at Westminster since 1945 », Twenty century British History [en ligne], vol. 27, n° 3, 2016, p. 412-449, consulté le 1er avril 2021, URL : https://academic.oup.com/tcbh/article/27/3/412/2451967

84 Analyse d’1, 2 million de discours parlementaires de 1970 à 2018. Durand D'souza, « what 1.2 million parliamentary speeches can teach us about gender representation », The Pudding [en ligne], 10 juillet 2018, consulté le 1er avril 2021, URL : https://pudding.cool/2018/07/women-in-parliament

85  Sophie Ridge, The Women who shaped Politics. Empowering stories of women who have shifted the political landscape, Londres, Coronet, 2017, p. 110, 117.

86  Register of All-Party Parliamentary Groups [en ligne], consulté le 1er avril 2021, URL : https://www.parliament.uk/mps-lords-and-offices/standards-and-financial-interests/parliamentary-commissioner-for-standards/registers-of-interests/register-of-all-party-party-parliamentary-groups

87 « I am not unhappy about giving support to single mothers, but what about working mothers? What about women who are struggling to work and look after their families and who happen to be married to the fathers of their children? », E. Laing, 1997 ; « I promise to be a voice for the family and to stand up for mothers who wish to stay at home and raise their children but feel voiceless and unworthy in such a career-oriented society », N. Dorries, 2005.

88 « John Austin is one of the handful of men I have met whom I could truly call a feminist », T. Pearce, 2010 ; « I start by praising my predecessor, Teresa Pearce. Many in this House will know her as a fighter, a socialist and a feminist », A. Oppong, 2020.

89 « As a feminist, it is a privilege to be addressing this House as the first female Member of Parliament for Leicester East », C. Webbe, 2020.

90 « A disconcerting mixture of sincerity and convention », T. F. Lindsay, Parliament from the Press Gallery, London, Macmillan, 1967, p. 64.

91 « Some of the Tories would make lewd comments […] comments about people’s figures and loud asides », Rachel Reeves, op. cit., p. 201.

92 « Historically, so much happens in this building that is designed to exclude and alienate working-class people: the old conventions, the antiquated language. As a working-class woman of colour, I am made to feel like I do not belong here unless I throw my community under a bus », N. Whittome, 2020.

93 « We have to confront the fact that our toxic politics is driving good women MPs away. In 2019 it is still a hostile environment for women », Fawcett comments on number of MPs standing down, [en ligne], 31 octobre 2019, consulté le 2 février 2021, URL :https://www.fawcettsociety.org.uk/news/fawcett-comments-on-number-of-women-mps-standing-down https://www.fawcettsociety.org.uk/news/fawcett-comments-on-number-of-women-mps-standing-down ; « New Fawcett report reveals how glaring gaps in equality legislation leave Parliament 'above the law' on sexual harassment », [en ligne], 26 février 2019, consulté le 2 février 2021, URL : https://www.fawcettsociety.org.uk/news/new-fawcett-report-glaring-gaps-in-equality-legislation-leaveparliament-above-the-law-on-sexual-harassment

94 Catherine Achin, « Au-delà de la parité », Mouvements [en ligne], n° 69, janvier 2012, p. 49-54, consulté le 1er février 2021, URL : https://www.cairn.info/revue-mouvements-2012-1-page-49.htm.

95 « the battle they have fought for their own sex have been but a small proportion of their total effort », Pamela Brookes, Women at Westminster: An Account of Women in the British Parliament, 1918-1966, Londres, P. Davies, 1967, p. 239.

96 Pippa Norris, « Women politicians: transforming Westminster? », Parliamentary Affairs, 49 (1), January 1996, p. 91-92.

97 Rachel Reeves, op  cit., p. 29-30.

98 Sarah Childs, The Good Parliament, [en ligne], juillet 2016, consulté le 1er avril 2021, URL : https://www.bristol.ac.uk/media-library/sites/news/2016/july/20%20Jul%20Prof%20Sarah%20Childs%20The%20Good%20Parliament%20report.pdf ;Committee on Standards in Public Life, Intimidation in Public Life: A review by the Committee on Standards in Public life [en ligne], décembre 2017, consulté le 2 février 2021, URL : https://www.gov.uk/government/publications/intimidation-in-public-life-a-review-by-thecommittee-on-standards-in-public-life

99 « Ask her to stand » [en ligne], consulté le 1er février 2021, URL : https://5050parliament.co.uk/ask-her-to-stand

100 Michael Fallon, Secrétaire d’État à la défense, démissionne en novembre 2017 après avoir reconnu des faits de harcèlement sexuel. Damian Green, Vice-Premier Ministre et Ministre du Bureau du Cabinet, quitte ses fonctions en décembre 2017 après avoir admis avoir menti sur la détention d’images pornographiques et avoir fait l’objet d’accusations de harcèlement sexuel.

101 « Millicent Fawcett statue unveiled in Parliament Square - in pictures », The Guardian [en ligne], 24 avril 2018, consulté le 1er février 2021, URL : https://www.theguardian.com/artanddesign/gallery/2018/apr/24/millicent-fawcett-statue-unveiled-in-parliament-square-in-pictures

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Rivière-De Franco, « L’entrée des femmes au Parlement britannique : le discours inaugural des députées à la Chambre des Communes (1919-2019) »Genre & Histoire [En ligne], 29 | Printemps 2022, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7200

Haut de page

Auteur

Karine Rivière-De Franco

Université d’Orléans, CEPOC-POLEN. Mail : karine.riviere-de-franco@univ-orleans.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search