Navigation – Plan du site

AccueilNumeros29Les femmes parlementaires sociale...

Les femmes parlementaires sociales-démocrates au Bundestag durant les « années 1968 » : entre marginalité et affirmation progressive (1967-1972)

Social Democratic women parliamentarians in the Bundestag during 1968: between marginality and progressive affirmation (1967-1972)
Nicolas Batteux

Résumés

L’objectif de cet article est d’étudier la situation des femmes dans le Parlement allemand au cours des « années 1968 ». Les femmes ont en effet été les grandes oubliées des mouvements contestataires de l’époque, en Allemagne, comme dans les autres pays concernés par les manifestations de masse. À cet égard, nous nous demanderons si la situation complexe des femmes dans le mouvement de 1968 se retrouve également au Bundestag. Les députées sociales-démocrates ont souvent été cantonnées à des thématiques stéréotypées, comme la santé et l’éducation et elles ont forgé leur identité de parlementaires en tant que spécialistes de ces questions. Cela ne signifie toutefois pas que quelques députées n’ont pas réussi à émerger en tant que personnalités de premier plan à l’intérieur de leur groupe parlementaire. Ainsi, les femmes ne constituent guère un groupe homogène au Bundestag. Avec la nouvelle législature en 1969, les députées ont alors pu échanger avec leurs homologues masculins sur des thématiques comme le divorce et l’avortement. Elles ont réussi à atténuer la frontière classique entre des thématiques considérées comme typiquement masculines ou féminines et ont développé de nouvelles stratégies discursives pour se faire entendre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Christina von Hodenberg, Das andere Achtundsechzig : Gesellschaftsgeschichte einer Revolte, Munich (...)
  • 2  Les débats concernant la législation d’urgence constituèrent un véritable serpent de mer des débat (...)
  • 3  Deutscher Bundestag, Drucksachen und Plenarprotokolle des Bundestages – 1949 bis 2005 [en ligne], (...)

Les femmes parlementaires apparaissent fréquemment comme les grandes oubliées du Bundestag des années 1960. Si l’on évoque souvent Helmut Schmidt, Herbert Wehner ou encore Hans Apel lorsqu’il s’agit de citer des noms de députés sociaux-démocrates de la fin des années 1960 ou du début des années 1970, des personnalités comme Margarete Rudoll ou Elfriede Eilers restent, quant à elles, dans un relatif anonymat. La période de la fin des années 1960 fut pourtant placée, pour les femmes, sous le signe de l’émancipation et de la participation dans la société ouest-allemande. Néanmoins, les analyses à ce sujet occultent bien souvent le concept de genre. De façon générale, le mouvement de 1967/1968, impulsé notamment par la jeunesse estudiantine, visait à remettre en question l’ordre établi en ce qu’il conduisait à une forme d’inertie sociétale. Néanmoins, dans son discours, ce mouvement resta largement porté par des hommes et dominé par les thématiques proposées par ceux-ci, comme l’a récemment montré l’historienne Christina von Hodenberg1. Les figures de proue du mouvement étaient des hommes et les questions concernant le droit des femmes et l’égalité femmes-hommes se trouvèrent placées au second rang, au profit des thématiques de la cogestion dans l’entreprise et à l’université, ou de questions politiques, comme le débat autour de la législation d’urgence2. Ainsi, le point de départ de cet article réside en une mise en parallèle de la situation des femmes dans le mouvement de 1968 et au sein du Parlement allemand. Si ce mouvement s’empara des problématiques liées à la « condition féminine » avec retard par rapport à d’autres questions portant sur la participation, ce constat se vérifie également au Bundestag. La prise en compte du statut des femmes dans la société allemande en était alors à ses débuts, avec une première concrétisation sous forme d’un (volumineux) rapport du gouvernement fédéral sur la « situation de la femme au travail, au sein de la famille et de la société », publié en septembre 19663.

  • 4  Bettina Tüffers (éd.), Die SPD-Fraktion im Deutschen Bundestag. Sitzungsprotokolle 1966-1969, Düss (...)
  • 5  Agathe Bernier-Monod, « Les anciens de Weimar à Bonn. Itinéraires de 34 doyens et doyennes de la s (...)
  • 6  Heike Specht, « “Die Hälfte des Parlaments gehört uns” : Von der “Alibifrau” zur Parität. Die Frau (...)
  • 7  Le mode de scrutin dans les deux pays explique aussi ces différences. L’élection des parlementaire (...)
  • 8  SFIO, Parti radical et Convention des Institutions Républicaines.
  • 9  Valérie Dubslaff, « Les femmes en quête de pouvoir ? Le défi de la participation politique en Répu (...)
  • 10  Michael Schwartz, « Frauenpolitik im doppelten Deutschland. Die Bundesrepublik und die DDR in den (...)

Nous avons choisi d’étudier le groupe social-démocrate en raison de sa plus grande proximité idéologique supposée avec le mouvement de 1968, si on le compare notamment aux partis de l’Union (CDU/CSU) et aux libéraux-démocrates (FDP), c’est-à-dire aux deux autres groupes parlementaires alors présents au Bundestag. En outre, il s’agit du groupe comprenant alors la plus grande proportion de femmes (9,2 % ou 9,7 % selon les périodes, entre 1967 et 1969)4. Malgré la plus forte féminisation du groupe social-démocrate, il est néanmoins difficile de parler de progrès sensible en la matière sur la plus longue durée. L’Assemblée constituante de Weimar en 1919 comptait par exemple 8,6 % de femmes5. C’est véritablement à partir de la deuxième moitié des années 1970 que la part de femmes présentes dans le groupe social-démocrate augmenta plus significativement6. Les sociales-démocrates étaient néanmoins plus nombreuses que leurs homologues françaises à la même époque7. À titre de comparaison, le groupe parlementaire de la FGDS (Fédération de la Gauche Démocrate et Socialiste), qui regroupait les partis de la gauche non-communiste8, ne comptait qu’une seule femme dans ses rangs, Jacqueline Thome-Patenôtre. Cette dernière, ministre sous la Quatrième République, resta néanmoins très discrète au cours des IIIe (1967-1968) et IVe législatures (1968-1973) dans son groupe. Si l’on s’intéresse à la République démocratique allemande, où les femmes étaient plus nombreuses dans le monde du travail, la représentation politique aux plus hautes fonctions était généralement aussi faible que dans les pays d’Europe occidentale9. Néanmoins, comme le note l’historien Michael Schwartz, les femmes étaient mieux représentées à la Volkskammer, le Parlement de RDA, qu’au Bundestag, avec 16 % de députées en 1949 et un tiers en 197610.

  • 11  Voir la déclaration de politique générale de Willy Brandt du 28 octobre 1969. Bundestag, Drucksach (...)

Nous nous intéresserons ici à la place des femmes députées au Bundestag dans une double perspective : en prenant en compte les prises de parole des députées sociales-démocrates de façon générale et en étudiant plus particulièrement le discours sur les questions relatives aux femmes. Les années 1967/1968 furent une véritable césure dans la société ouest-allemande. Le calendrier parlementaire dispose de sa propre temporalité : l’année 1969 marqua la fin de la cinquième législature au Bundestag (1965-1969) ainsi que l’arrivée de Willy Brandt à la chancellerie, à la tête d’une coalition entre le SPD et les libéraux-démocrates. Le nouveau chancelier souhaitait prendre en compte les revendications du mouvement de 1968 dans sa politique en « os[ant] plus de démocratie11 ». En outre, le passage à la sixième législature marqua un renouvellement important chez les députées sociales-démocrates, notamment en termes générationnels, avec l’émergence de nouvelles personnalités. Il s’agira d’interroger ici les modifications induites par l’entrée de ces nouvelles députées au Parlement.

Le présent article se structure en trois temps. Il s’intéressera tout d’abord à la relative continuité entre les premières législatures et la cinquième, où débute l’analyse. Il n’y eut guère de changement, tant au niveau des thématiques abordées que de l’attitude adoptée par ces députées. Celles-ci restèrent dans une forme de réserve vis-à-vis de leurs homologues masculins. La sixième législature marqua toutefois un premier changement, avec l’arrivée de nouvelles députées au Bundestag, qui contribuèrent à rendre les femmes et certaines problématiques plus visibles au Parlement. Le dernier temps de l’analyse permettra de nuancer l’idée de rupture, à l’aune des traditions idéelles de la social-démocratie. Le SPD jouit en effet d’une histoire particulière dans les luttes pour les droits des femmes, à l’instar du droit de vote des femmes ou de l’égalité femme/homme garantie dans la Loi fondamentale. Il s’agira en particulier dans cette dernière partie d’interroger les succès et les échecs, mais aussi les ambiguïtés de la pratique du groupe parlementaire au cours des « années 1968 ».

Les députées du SPD au cours de la cinquième législature : une continuité historique et des stéréotypes de genre toujours vivaces (1967-1969)

  • 12  Luise Albertz, Margarete Berger-Heise, Elfriede Eilers, Ilse Elsner, Brigitte Freyh, Luise Herklot (...)
  • 13  Voir notamment Heinz Volker Rausch, Heinrich Oberreuter et Emil Hübner (éd.), Der Bundestag von in (...)
  • 14  Pour la période 1967-1969, nous entendons par cela la question de la démocratisation de l’universi (...)
  • 15  Quatorze députées sociales-démocrates sont ainsi entrées au Bundestag en 1949 ou au cours des anné (...)
  • 16  Voir « Parlamentarierinnen im Deutschen Bundestag 1949-1993 », Wissenschaftliche Dienste des Deuts (...)
  • 17 Les commissions considérées ici sont la commission des affaires intérieures, des affaires juridique (...)
  • 18  Bernier-Monod, “Les anciens de Weimar à Bonn », op. cit., p. 79-80.
  • 19  Specht, « “Die Hälfte des Parlaments gehört uns” », Art. cit., p. 2.

Sur les 217 députés sociaux-démocrates élus en 1965, on comptait seulement dix-neuf femmes12, ce qui plaçait celles-ci dans un rapport mathématiquement défavorable par rapport à leurs homologues masculins. Les prises de parole des sociales-démocrates en séance plénière étaient ainsi peu fréquentes et ce phénomène fut renforcé par le fonctionnement interne du groupe parlementaire social-démocrate. En effet, comme l’expliquèrent plusieurs députés dans des essais consacrés au fonctionnement du Bundestag, le choix des orateurs se faisait en fonction de l’ancienneté des députés au sein du groupe et de leur expertise sur la thématique débattue13. Le nombre de députées SPD ayant pris la parole en séance plénière durant la cinquième législature était très faible sur les questions touchant aux questions qui avaient été au cœur du mouvement de 196814. On pourrait donc conclure que ces femmes parlementaires avaient fait leur entrée au Parlement relativement récemment. Or pour la plupart d’entre elles, elles siégeaient au Bundestag depuis le milieu des années 1950, voire étaient députées depuis le début, en 194915. L’affirmation selon laquelle l’expérience serait l’unique critère déterminant les prises de parole au sein du groupe parlementaire ne tient donc pas. Intéressons-nous maintenant aux députées qui présidèrent une commission parlementaire durant la période concernée. Marta Schanzenbach (1907-1997) était la seule vice-présidente sociale-démocrate d’une commission parlementaire permanente16 en prise avec l’une des thématiques du mouvement de 196817 : en l’occurrence, la commission des affaires familiales et de la jeunesse. Ingeborg Geisendörfer, pour la CDU/CSU, était pour sa part vice-présidente de la commission dédiée aux sciences, à la politique culturelle et aux médias. Un double phénomène ressort de cette observation : les femmes étaient peu représentées à la tête des commissions parlementaires et lorsqu’elles l’étaient, elles se trouvaient dans des domaines marqués par les stéréotypes de genre et ayant trait aux questions de santé, de famille et de politique culturelle. Les questions régaliennes, en revanche, restaient une prérogative masculine. À cet endroit, il y eut véritablement une continuité par rapport à la situation des femmes parlementaires sous la République de Weimar, comme l’a montré Agathe Bernier-Monod dans sa thèse : des qualités supposées spécifiquement féminines, comme la douceur, étaient fréquemment mises en avant, ce qui impliquait une spécialisation des députées dans les domaines du care18. En outre, Marta Schanzenbach faisait partie de la génération des députées « historiques » de l’après-guerre au Bundestag. Comme le souligne à juste titre Heike Specht, celles-ci s’étaient spécialisées dans les domaines cités ci-dessus et évitaient les conflits avec leurs collègues masculins19. Le constat de la relative ancienneté des députées sociales-démocrates élues en 1965 confirme cette idée. L’expérience des femmes parlementaires fonctionnait de manière opposée à celle de leurs homologues masculins. Pour ces derniers, une présence prolongée au Bundestag signifiait généralement l’accès à des responsabilités plus importantes dans le groupe. Chez les députées, en revanche, l’expérience était plutôt le reflet d’une intériorisation et d’une acceptation des différences genrées dans le travail parlementaire. La cinquième législature était donc placée sous le signe de la continuité par rapport aux débuts de la République fédérale, notamment du fait de la stabilité des personnels féminins observable sur cette période.

Annemarie Renger, figure de premier plan des parlementaires sociales-démocrates et du groupe social-démocrate dans son ensemble, confirme ce développement. Renger (1919-2008) est notamment connue pour avoir été la première femme Présidente du Bundestag en 1972. Avant cela, elle exerça différents emplois administratifs et travailla au sein du bureau du chef du SPD, Kurt Schumacher, à partir de 1945. Entrée au Bundestag en 1953, elle appartenait depuis 1961 au comité directeur du parti. Elle cumulait donc les responsabilités dans le groupe parlementaire et le parti. Elle n’appartenait pas à la génération de Schanzenbach et se distinguait déjà de cette dernière par son affirmation individuelle dans ces différentes instances. En janvier 1967, Renger définit le positionnement des femmes par rapport aux thématiques développées au Parlement dans une interview accordée au service d’information parlementaire du SPD, le Parlamentarisch-Politischer Pressedienst :

  • 20  Texte original : « Frage : Sie sind vom Vorstand Ihrer Partei als Vorsitzende des Bundesfrauenausc (...)

Question : Vous avez été élue par la direction de votre parti présidente de la commission fédérale des affaires féminines, ainsi que responsable des questions ayant trait au travail féminin. À quoi tient, selon vous, le fait que les femmes ne se manifestent que très peu en politique ?
Réponse : Les femmes se trouvent face à certaines incertitudes dans leur rapport à la politique. Cela vient du fait qu’elles ne sont pas toujours familières des enjeux liés aux questions économiques, politiques et sociétales20.

  • 21  « familienentfremdeter Berufstyp », ibid.

Cette prise de position est assez ambivalente. Renger met en avant l’intériorisation par les femmes de la domination masculine dans le domaine politique et fait également le lien entre genre et compétence sur certaines questions. Elle nuance toutefois son propos dans la suite de l’entretien et estime que le « modèle » de la « femme carriériste incapable de fonder une famille21 », tel qu’il existait jusqu’alors, ne tient plus dans une société en pleine mutation. Les femmes seraient désormais en capacité de combiner vies professionnelle et personnelle.

  • 22  Katrin Grajetzki, « Kanalarbeiter » und Bundesminister. Der Sozialdemokrat Egon Franke (1913-1995)(...)
  • 23  Elle succéda en 1966 à Marta Schanzenbach à ce poste.
  • 24  Käte Strobel devint ministre fédérale de la Santé en 1966.
  • 25  Dans une lettre adressée à l’ensemble des députés du groupe le 7 décembre 1967, Heinz Frehsee indi (...)

Si les femmes parlementaires sont, dans l’ensemble, peu présentes dans les procès-verbaux de séances parlementaires, leurs prises de parole étaient toutefois hétérogènes d’un point de vue quantitatif. Un noyau de députées se manifestait plus fréquemment, avec à sa tête, Annemarie Renger, dont les prises de paroles étaient relativement souvent relayées par le service de presse du SPD. Le cas de Renger est remarquable, dans la mesure où celle-ci se trouvait par ailleurs au cœur d’un groupe de parlementaires qui s’auto-désignaient par le terme Kanalarbeiter (« les égoutiers »). Ce groupe, s’il ne rassemblait certes pas les personnalités sociales-démocrates de premier plan au Bundestag, constituait un rassemblement important dans le dispositif parlementaire. Il fut un facteur de plus en plus décisif au sein du groupe social-démocrate dans les années 1960, obtenant certains sièges au sein des hautes instances du parti, notamment à la présidence du parti (Parteipräsidium) ou dans son comité directeur22. Annemarie Renger faisait partie des député·es qui obtinrent des postes à responsabilités à cette époque. Elle était également présidente de la commission fédérale des femmes du SPD (Bundesfrauenausschuss)23, ce qui lui donnait une forme de prééminence institutionnelle sur ses homologues féminines dans la prise de parole parlementaire. Il y eut donc une distinction pour quelques femmes parlementaires, comme Annemarie Renger ou Käte Strobel24, qui, du fait de leur statut de cadres du parti, parvinrent à émerger et à acquérir une certaine stature parmi les femmes sociales-démocrates, quand d’autres personnalités restèrent en retrait25.

  • 26  Voir par exemple la 39e séance du groupe de travail sur les questions juridiques (Arbeitskreis Rec (...)
  • 27  Deutscher Bundestag, Drucksachen und Plenarprotokolle des Bundestages – 1949 bis 2005 [en ligne], (...)
  • 28  Gisela Notz, Mehr als bunte Tupfen im Bonner Männerclub : Sozialdemokratinnen im Deutschen Bundest (...)

D’un point de vue thématique, les femmes parlementaires prenaient majoritairement la parole sur des questions qui concernaient les femmes et faisaient alors office de représentantes de leur sexe. Elles intervinrent parfois sur des questions en lien avec la législation d’urgence, dans les groupes de travail internes au groupe parlementaire : ce fut le cas d’Annemarie Renger et d’Elinor Hubert (1900-1973) notamment26. Ce débat s’imposa pourtant comme l’une des discussions les plus controversées et virulentes des années 1967/1968. Il s’agissait alors d’adopter une législation fixant les modalités de l’État allemand en cas de situation d’exception et garantissant les fondements de l’État de droit, même dans une crise importante. C’est véritablement sur la question des obligations professionnelles que la participation des femmes se posa. Dans le texte discuté, seuls les hommes pouvaient, en cas d’état d’urgence, être mobilisés sur le plan militaire. Néanmoins, les discussions portèrent également sur les obligations professionnelles en situation de paix, dans le cas d’une catastrophe naturelle par exemple, où le recours à des soignants pouvait s’avérer nécessaire. Certaines parlementaires, à l’instar de la députée du FDP Liselotte Funcke, s’opposèrent à de telles obligations touchant les femmes, dans la mesure où les professions du care étaient essentiellement féminines27. La sociale-démocrate Elfriede Eilers (1921-2016), membre du comité directeur du parti depuis 1966, expliqua, pour sa part, ne pas avoir travaillé, à l’instar de nombreuses femmes du groupe, sur les problématiques de la législation d’urgence en tant que telles, mais sur la question des contraintes imposées aux femmes, sur le déploiement d’infirmières en cas de proclamation de l’état d’urgence28, ce qui tend à confirmer la répartition genrée des thématiques traitées par les parlementaires.

  • 29  Elle fit partie des orateurs choisis pour défendre les positions du FDP lors des débats en séance (...)
  • 30  Ina Hochreuther, Frauen im Parlament : südwestdeutsche Abgeordnete seit 1919, Stuttgart, Theiss, 1 (...)
  • 31  Voir par exemple la proposition de loi visant à garantir l’État de droit en cas d’état de défense (...)
  • 32  Voir Manfred Schmidt, Das politische System Deutschlands : Institutionen, Willensbildung und Polit (...)
  • 33  Wolfgang Ismayr, Der deutsche Bundestag, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 2003, p. 208
  • 34  Ingeborg Kleinert était également entrée au Bundestag en novembre 1964 suite au décès de Ladislaus (...)
  • 35  Constat établi à partir des informations disponibles dans la partie « Biographische Angaben der Pa (...)
  • 36  Voir Pierre Bourdieu, « Séminaires sur le concept de champ, 1972-1975. Introduction de Patrick Cha (...)
  • 37  On pense à une figure comme Adolf Arndt, qui constitue un élément-clef du dispositif parlementaire (...)

Une personnalité fit toutefois figure d’exception au sein du Bundestag et s’imposa comme l’une des oratrices principales de son groupe parlementaire, notamment sur la législation d’urgence : la députée du FDP Emmy Diemer-Nicolaus (1910-2008)29. Son exemple permet de nuancer une forme de fatalisme concernant la limitation des femmes à certaines thématiques. Au moins deux éléments permettent de penser l’exceptionnalité du cas de Diemer-Nicolaus : seules deux femmes avaient été élues députées libérales-démocrates en 1965, ce qui augmente mécaniquement l’importance symbolique de Diemer-Nicolaus en tant que femme dans son propre groupe, ainsi que ses prises de parole. Le deuxième point concerne l’expertise de cette députée, qui était juriste30 et qui se trouvait au cœur de certaines propositions de loi centrales avancées par le FDP31. Sa compétence juridique jouait un rôle particulièrement important dans un Bundestag qui connaissait alors une professionnalisation des élus32 et une spécialisation juridique33 croissantes. Les députées sociales-démocrates pâtirent en revanche de l’absence de professionnelles du droit dans leur rang. En effet, parmi les femmes parlementaires sociales-démocrates élues entre 1965 et 1969, seule Ingeborg Kleinert était juriste de formation. Elle ne fut cependant présente au Bundestag qu’épisodiquement34, devenant députée en décembre 1967 à la suite du décès de Hans Merten35. Les députées du SPD étaient alors majoritairement femmes au foyer, employées de commerce ou travaillaient dans le domaine de la santé. Pour reprendre la catégorie bourdieusienne de « champ »36, les femmes députées sociales-démocrates se trouvaient désavantagées dans le champ du groupe parlementaire social-démocrate parce que nombre de leurs collègues masculins étaient juristes de formation37. Elles formaient également un champ concurrentiel propre où la légitimité et la prise de parole étaient complexes, sans que la notion de concurrence ne soit articulée par les députées elles-mêmes. Annemarie Renger apparut comme une figure de proue imposante, derrière laquelle seules quelques autres députées se distinguèrent véritablement.

De (nouvelles) députées plus affirmées et de nouvelles thématiques au Parlement (1969-1972)

  • 38  Lenelotte von Bothmer, Katharina Focke, Antje Huber, Ellen Lauterbach, Elisabeth Orth, Marie Schle (...)
  • 39  Annemarie Renger, Ein politisches Leben : Erinnerungen, Stuttgart, Deutsche Verlags-Anstalt, 1993, (...)
  • 40  La problématique du divorce avait déjà été évoquée à la fin de l’année 1967, avec la mise en place (...)

L’année 1969 marqua une césure à plusieurs égards. La sixième législature amena au pouvoir le premier chancelier social-démocrate depuis la fondation de la République fédérale, Willy Brandt. Les sociaux-démocrates furent plus nombreux au Parlement (237 au lieu de 217) et avec eux survint un renouvellement de personnel important chez les femmes du groupe. Sur les dix-huit députées élues du groupe, sept firent leur entrée au Bundestag en 196938. Plus encore qu’un simple renouvellement numérique, Annemarie Renger souligna, dans ses mémoires, la différence d’attitude qui caractérisait alors les nouvelles députées par rapport aux sociales-démocrates qui les avaient précédées. Les nouvelles députées avaient souvent fait des études supérieures, faisaient preuve de davantage de confiance en leurs capacités et s’engagèrent également dans les questions de stratégie politique et partisane39. Lenelotte von Bothmer (1915-1997) était par exemple interprète, Katharina Focke (1922-2016) docteure en sciences politiques et secrétaire générale de l’agence de formation Bildungswerk Europäische Politik, Helga Timm (1924-2014), également docteure, enseignait à l’Université de Francfort. La diversité des profils était à cet égard plus importante, comparée à la cohorte élue en 1965. Au-delà de ces changements de personnel, de nouvelles thématiques firent également leur apparition au Parlement, dans la continuité du mouvement de 1968. Les femmes avaient en effet été absentes des sujets ayant trait à la participation au cours des années précédentes. Toutefois, à la fin des années 1960 et au début des années 1970, la thématique du divorce40 apparut dans les débats internes au groupe social-démocrate.

  • 41  Au cours de la séance du 30 mars 1971, Elfriede Eilers et Marie Schlei rappelèrent à leurs collègu (...)
  • 42  AdsD, SPD-Bundestagsfraktion, 6. WP, 41.
  • 43  AdsD, SPD-Bundestagsfraktion, 6. WP, 6/TONS000008, Sven Jüngerkes (éd.), Die SPD-Fraktion, op. cit (...)
  • 44  AdsD, SPD-Bundestagsfraktion, 6. WP, 6/TONS000010, ibid., p. 524-525.
  • 45  Ibid., p. 527.

Dans la législature précédente, les femmes avaient essentiellement été cantonnées aux sujets censés les concerner au premier chef. La question du divorce concernait, quant à elle, tant les femmes que les hommes et permit par conséquent d’impliquer les parlementaires hommes dans des questionnements touchant les deux sexes. Cette question, décisive pour les femmes en termes de revenus, de retraite, de position dans la société, l’était également pour les hommes, qui craignaient que la réforme ne leur soit économiquement (et symboliquement) défavorable. La problématique du divorce faisait appel au droit, traditionnellement accaparé par les hommes, mais demandait également aux femmes de se faire les représentantes de leur sexe. L’objectif du texte proposé était notamment d’offrir une protection aux femmes au foyer souhaitant divorcer, mais qui seraient vulnérables financièrement et, par conséquent, dépendantes de leur mari. Les députées firent preuve de ténacité face à certains de leurs collègues masculins41. Le 6 octobre 1970, Antje Huber (1924-2015) insista sur l’importance de la question du divorce, qu’elle avait identifiée lors de la campagne législative chez les électrices de sa circonscription42. Hedwig Meermann (1913-2000) se plaça ensuite, le 18 décembre, en garante des valeurs sociales-démocrates, mettant l’accent sur les inquiétudes que le projet de discussion social-démocrate avait causées chez les femmes au foyer, notamment parmi les plus âgées43. Ces deux prises de parole de députées témoignent de la volonté de ne pas oublier les femmes dans ces questions et le ministre social-démocrate de la Justice, Gerhard Jahn, confirma l’importance d’une amélioration du statut des femmes lors de la séance du groupe parlementaire du 30 mars 197144. Néanmoins, à cette volonté de ne pas désavantager les femmes se vit opposée, au cours de la même séance, l’impression pour certains députés que l’« homme » devait également se battre dans ces questions, par l’intermédiaire d’Alwin Brück45. Les intérêts masculins, notamment financiers, devaient être défendus et une réforme du droit du divorce ne devait être menée au détriment du seul mari.

  • 46  Dans le cadre du débat sur l’article 218 du Code pénal, Hans de With, avec Helga Timm, devint d’ai (...)
  • 47  Voir notamment Pressemitteilungen und Informationen SPD, Communiqué de presse du 19/06/1970, n° 19 (...)

Il ne faudrait toutefois voir à cet endroit une ligne de fracture rigide entre députés hommes et femmes au sein du groupe. Martin Hirsch, qui présidait le groupe de travail interne aux questions juridiques (Arbeitskreis Rechtswesen), se trouva de facto confronté à ces questions et dut, au titre de sa fonction, contribuer à l’élaboration d’un consensus au sein du groupe parlementaire. D’autres députés, comme Hans de With46, qui obtinrent un mandat de parlementaire en 1969, acquirent une visibilité sur ces thèmes. Les questions de divorce, puis de l’avortement offrirent aux femmes parlementaires un forum au sein duquel elles purent, en tant que premières protagonistes concernées, gagner en prise de parole et en poids politique, et à partir duquel elles purent élargir le spectre des thèmes abordés. Les communiqués de presse délivrés par Annemarie Renger, par exemple, ne faisaient plus systématiquement mention des questions de sexe après 1969 : celle-ci analysa, au début des années 1970, les résultats des diverses élections régionales pour son parti et défendit la politique gouvernementale, au même titre que ses homologues masculins47. Les réflexions sur une spécificité de la politique au féminin étaient absentes de son propos.

  • 48  Birgit Sauer, « “Trouble in politics”. Ein Überblick über politikwissenschaftliche Geschlechterfor (...)
  • 49  Schwartz, « Frauenpolitik im doppelten Deutschland », Art. cit., p. 35-36.

La politiste Birgit Sauer voit dans le Bundestag un monde aux codes masculins, reposant sur une séparation entre sphères privée et publique. À cet égard, elle identifie dans cette séparation fictive une attribution de rôles sexués : aux hommes la sphère publique, là où la sphère privée serait l’apanage des femmes. En ressort une « masculinisation » de l’État et de la politique, à laquelle appartient le Bundestag. L’action politique des femmes ne s’intègre donc pas dans cette définition du politique48. Néanmoins, les femmes parlementaires sociales-démocrates parvinrent à combiner les deux dimensions et s’imposèrent davantage au Bundestag à partir de 1969. Le débat autour de l’avortement joua un rôle particulier dans cette affirmation de soi des députées du SPD. Le débat se développa alors dans différents pays, et la situation comparative avec les pays de l’Est donna lieu à un phénomène de concurrence. Au moment de débattre de l’évolution potentielle du droit en matière d’interruption volontaire de grossesse, les parlementaires s’intéressèrent à la situation dans les pays voisins, en particulier à l’Est. Au cours de la décennie précédente, la législation avait connu une réelle libéralisation en la matière en URSS, dès 1956/1957, et même en Pologne, alors que la RDA conserva un modèle restrictif jusqu’en 197249. Les débats en République fédérale s’intégrèrent donc dans une discussion plus globale et les partisans d’une solution plus souple pouvaient s’appuyer sur des expérimentations effectuées à l’étranger, par exemple en Suède.

  • 50  Ce terme figurait dans le projet de loi présenté en mai 1972. Bundestag, Drucksachen und Plenarpro (...)
  • 51  Marie Schlei développa une argumentation similaire.
  • 52  Lenelotte von Bothmer, « Der § 218 und das persönliche Gewissen. Ein Diskussionsbeitrag zur Schwan (...)

En Allemagne fédérale, le débat autour de l’avortement marqua une rupture dans la stratégie médiatique des députées sociales-démocrates, à l’intérieur comme à l’extérieur du Parlement. Les premières discussions émergèrent dans le groupe dès 1970, mais le travail en commission ne débuta réellement qu’en 1973. La sixième législature s’acheva de manière anticipée après la dissolution du Bundestag en 1972, suite à l’échec de la motion de défiance constructive de la CDU/CSU contre le chancelier Willy Brandt. La députée sociale-démocrate Lenelotte von Bothmer, élue en 1969, renversa la séparation traditionnelle des sexes dans le débat sur l’avortement. Le projet de loi envisagé, puis proposé, par le ministre de la Justice Gerhard Jahn prévoyait la mise en place d’une Indikationenregelung50, c’est-à-dire d’une autorisation de l’avortement uniquement après accord d’experts. Pour Bothmer51 cependant, l’homme, sous le prétexte d’une expertise quelconque, ne devait pas être en mesure de décider du sort d’une femme souhaitant avorter. La séparation des rôles de genre fut ici réinvestie par von Bothmer, qui mit ainsi en avant une certaine forme d’hypocrisie52.

  • 53  Bothmer fut par ailleurs la première femme députée à avoir tenu un discours au Bundestag en pantal (...)
  • 54  « Die Eunuchen-Reform », Stern, 17/11/1971.
  • 55  Rupp Doinet, « Wichtiger ist der Schutz des Menschen », Abendzeitung – 8-Uhr Blatt, 30/08/1971.
  • 56  Thomas Mergel, Propaganda nach Hitler : eine Kulturgeschichte des Wahlkampfs in der Bundesrepublik (...)

La question permit aux députées de puiser une certaine légitimité, sur laquelle fonder leurs prises de parole, qui devinrent plus nombreuses sur la scène publique. L’argument de la participation (« Mitbestimmung ») fut alors utilisé par les députées. Celles-ci mirent en avant le droit de prendre les décisions concernant leur propre corps. Elles réinvestirent, dans l’esprit et la sémantique, une revendication soixante-huitarde, celle de la participation, appliquée à la situation des femmes. L’une des prises de parole de Bothmer53, dans le magazine Stern54, est également intéressante du point de vue du rapport à la vie privée : Bothmer y était présentée comme mère de six enfants, vraisemblablement afin d’éviter toute caricature de la députée comme tenante d’une politique antinataliste. Il s’agit également d’une prise de parole en dehors du Parlement et de ses relais médiatiques immédiats (service de presse du Parlement, du parti etc.), dans un magazine national au tirage important. Cela témoigne aussi d’une délimitation moins stricte de leur domaine d’intervention et d’une volonté de gagner en visibilité, et illustre ce qu’Annemarie Renger constata dans cette nouvelle génération de femmes parlementaires. La mise en scène de détails concernant la vie privée devint plus fréquente. Bothmer se plaça également dans la continuité de la tribune « Wir haben abgetrieben ! » (littéralement : « Nous avons avorté ! »), paru également dans le magazine Stern le 6 juin 1971 et lui-même inspiré du « Manifeste des 343 » publié en France le 5 avril 1971 dans le Nouvel Observateur. Un autre exemple de cette tendance se trouva dans une interview de la fille du président allemand, Uta Ranke-Heinemann (qui n’était pas députée), qui expliqua dans l’Abendzeitung – 8 – Uhr Blatt en août 197155 ne pas avoir discuté de cette question avec son père, ce qui eut paradoxalement pour effet de mettre en scène le privé au cœur d’une parole publique. La porosité entre sphères publique et privée semblait de plus en plus grande et s’accompagnait d’une plus grande présence médiatique des femmes dans l’espace public. À cet égard, le personnel politique modifia son usage de la sphère privée dans son argumentaire. En effet, ce phénomène de mise en avant de l’intime avait pu être observé chez les hommes politiques cherchant à s’adresser à un électorat féminin, particulièrement important au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, et réputé peu intéressé par les questions d’ordre politique56. À cet usage médiatique à l’attention des femmes s’ajouta alors, à ce moment-là, une reprise de l’instrument par les députées elles-mêmes. Plus globalement, ce nouvel usage des médias marqua aussi une politisation féminine plus importante.

L’engagement historique des sociaux-démocrates pour les femmes : un héritage et des promesses déçues

  • 57  Discours de Willy Brandt lors de la conférence fédérale des femmes sociales-démocrates (SPD-Bundes (...)
  • 58  Susanne Eyssen, Der Aufbruch der Frauen in der SPD : Die Entwicklung der Frauenarbeitsgemeinschaft (...)

La réalité du groupe parlementaire était donc différente du message social-démocrate et du profil que le parti revendiquait. En juin 1968, Willy Brandt, en tant que chef du parti, avait indiqué souhaiter aller à l’encontre de cette tendance. Il se référait au rôle joué par le SPD en 1918 dans l’octroi du droit de vote aux femmes et en 1949 dans l’inscription de l’égalité femmes-hommes dans la Loi fondamentale57, tout en reconnaissant le travail important qui restait à accomplir. Il existait donc une certaine mythologie de l’engagement social-démocrate en faveur des femmes, qui se trouvait néanmoins en contradiction avec la situation concrète de celles-ci au sein du parti et du groupe parlementaire. Le SPD revendiquait en effet le statut de parti du progrès et de la « condition féminine ». Il y avait alors un hiatus entre engagement symbolique et participation réelle, qui se trouvait justifié par les plus hautes instances du parti, elles aussi masculines58. L’objectif pour Brandt, en 1968, était alors de remédier à cette tendance lourde. Or, comme on a pu le constater dans cet article, ces mots ne furent pas totalement suivis d’effets et les impulsions qui s’enclenchèrent au début des années 1970 ne marquèrent nullement une révolution dans le parti.

  • 59  Pressemitteilungen und Informationen SPD, Communiqué du 29/09/1972, n° 345/72.
  • 60  Ibid.
  • 61  Eyssen, Der Aufbruch der Frauen in der SPD, op. cit., p. 304.

Quelle position les députées sociales-démocrates adoptèrent-elles dans le rapport délicat de la social-démocratie contemporaine à la cause féminine ? Dans un article paru dans Vorwärts, le journal de la social-démocratie, le 29 mai 197259, Annemarie Renger aborda la situation des femmes dans la société allemande et dans le groupe parlementaire social-démocrate. Elle reprit tout d’abord les éléments de l’imaginaire social-démocrate, déjà évoqués en 1968 par Willy Brandt60, concernant le rôle joué par le SPD dans la question de l’émancipation féminine. Si elle reconnut le retard pris en la matière, elle en attribua néanmoins la responsabilité à la CDU, qu’elle accusait de vouloir parasiter les débats parlementaires sur le droit de la famille. Elle affirma également sa fierté d’avoir, avec ses collègues députées sociales-démocrates, fait avancer la cause des femmes. Cette imputation à la CDU de toutes les anicroches retardant l’avancée de ces thématiques pose plusieurs questions : dans quelle mesure le propos de Renger relevait-il d’une stratégie politique classique, qui imputait les torts à l’adversaire ? Dans quelle mesure était-il également le symptôme d’une intériorisation de la domination masculine au sein du groupe parlementaire, qui empêchait toute critique vis-à-vis du propre appareil partisan et parlementaire ? Comme l’a montré la sociologue Susanne Eyssen, Renger entretenait des rapports compliqués avec de jeunes femmes activistes de la cause féministe, également membres de l’organisation de jeunesse du parti, les Jungsozialisten61. Ces tensions se situaient dans la continuité des problèmes que rencontraient par ailleurs certains députés de l’aile droite du groupe parlementaire, à l’instar de Hermann Schmitt-Vockenhausen ou de Friedrich Schäfer, face aux manifestants de 1968. Renger, également membre de l’aile droite du parti, était perçue avec hostilité dans ces cercles de l’aile gauche du parti. En ce sens, l’absence de critique de la ligne du parti pouvait s’expliquer par la défense d’un positionnement pragmatique par Renger, proche de la ligne gouvernementale et parfois critiqué dans les milieux attachés aux valeurs historiques de la social-démocratie. L’orientation politique prit le pas sur la question du droit des femmes, malgré tout important chez Renger.

  • 62  Lenelotte von Bothmer, « Offener Brief an Bundesjustizminister Jahn », Vorwärts, 14/10/1971.
  • 63  Germaine Greer, The Female Eunuch, Londres, Macgibon & Kee, 1970.
  • 64  Helga Timm, « Ohne uns keine Reform des § 218 », in Renate Lepsius (éd.), Frauenpolitik als Beruf  (...)

D’autres femmes députées, parmi les nouvelles venues au Bundestag en 1969, se montrèrent néanmoins plus critiques à l’égard de la ligne du parti et de ses responsables. Lenelotte von Bothmer publia ainsi en octobre 197162 une lettre ouverte adressée à Gerhard Jahn, dans laquelle elle qualifia sa réforme en matière d’avortement de « réforme d’eunuque » (« Eunuchen-Reform »). Cette critique ne se fit pas dans la discrétion, au sein du groupe parlementaire, mais publiquement, dans le journal historique des sociaux-démocrates, ce qui renforce encore sa portée. Bothmer y joua sur l’image de la masculinité, faisant très certainement allusion à l’ouvrage La Femme eunuque, publié par Germaine Greer en 197063. Elle pointa également du doigt la trahison d’un idéal social-démocrate de longue date, celui de l’accès à l’avortement facilité pour toutes les femmes, et dénonça l’absence de concertation dans le projet de loi proposé, qui selon elle faisait fi des principales concernées. En cela, elle réinséra son propos dans la logique de dénonciation des institutions, stigmatisées comme étant insuffisamment démocratiques, qui avait été au cœur du dispositif argumentatif des manifestants de 1968. Elle déplaça la dichotomie entre jeunesse protestataire et élite conservatrice peu à l’écoute vers une distinction entre des femmes qui souhaitaient disposer de leur propre corps et une élite masculine technocrate. En outre, ce discours se conçut comme un engagement fidèle aux origines du mouvement social-démocrate64, là où l’institution aurait cédé à une forme de conformisme. Une nouvelle fois, l’héritage social-démocrate constitua un enjeu symbolique et se trouva même disputé dans le groupe parlementaire. Le débat sur l’avortement et son caractère explosif jouèrent un rôle particulier à l’heure où le chancelier Brandt promettait d’« oser plus de démocratie ». Au-delà de la seule question des femmes et du genre, ces discussions témoignèrent également des tensions internes à la social-démocratie, entre éthique de responsabilité et éthique de conviction au sens de Max Weber, qui se retrouvèrent également dans les débats autour de la législation d’urgence en 1967/1968 ou dans le rapport que les députés du SPD entretenaient aux jeunes manifestants.

Conclusion

  • 65  Jean Garrigues et al., « Qu’est-ce que la Ve République a changé dans la pratique des parlementair (...)
  • 66  Voir Beate Hoecker, « Parlamentarierinnen im Deutschen Bundestag 1949 bis 1990. Ein Postskriptum z (...)

La place des femmes au Bundestag pendant et au lendemain de 1968 ne connut pas de réel bouleversement. Les « années 1968 » provoquèrent des discussions sur la législation d’urgence ou sur la participation des étudiants à l’université. Néanmoins, s’il y avait bien un point commun entre les manifestations et le Parlement à cette époque-là, il concernait la marginalisation des femmes aussi bien en tant qu’instigatrices du changement qu’en tant que principales concernées par certaines problématiques. Si la répartition des rôles masculins et féminins connut une certaine continuité, la stratégie discursive des élues sociales-démocrates se modifia néanmoins. Au début des années 1970, l’arrivée progressive d’une nouvelle génération de femmes parlementaires, au profil différent, changea quelque peu la donne. Celles-ci se firent en effet plus critiques et apparurent comme les actrices incontournables de débats les concernant au premier chef, et dans lesquels les hommes s’impliquèrent également. Par ce biais, elles abolirent implicitement la distinction entre sujets « féminins » et « masculins ». Pas de bouleversement sous l’impulsion de Willy Brandt donc, mais un rapport aux collègues masculins et à leurs propres interventions désormais plus volontaire. Les lendemains de 1968 marquèrent une première impulsion pour les femmes, qui s’accentua au cours des années 1970, avec notamment la création de l’Arbeitsgemeinschaft Sozialdemokratischer Frauen [Groupe de travail des femmes sociales-démocrates] en 1973 comme acteur de la vie interne du SPD, étudié par Susanne Eyssen, ou encore par les débats en commission et en séance plénière autour de la question de l’avortement en 1973-1974. Le bilan est donc en demi-teinte pour le SPD, qui parvint toutefois à s’emparer des thématiques « féminines » relativement tôt, comparé à son voisin socialiste français. Les socialistes ne parvinrent en effet pas à imposer ces questions en France et se trouvèrent dans l’embarras au moment où le président Valéry Giscard d’Estaing fit adopter une législation libéralisant l’avortement en 1975, comme le confirma plus tard le député André Chandernagor65. Dans tous les cas, les exemples de la gauche ouest-allemande et française témoignent d’une difficulté commune à faire corps avec les mouvements féministes du début des années 1970 depuis le Parlement. Même si les députées sociales-démocrates s’affirmèrent davantage, elles restèrent néanmoins trop peu nombreuses et vécurent au Parlement un véritable changement à la fin des années 1970, avec le renforcement des mouvements féministes, comme l’ont montré plusieurs recherches sur les nouveaux mouvements sociaux66.

Haut de page

Notes

1  Christina von Hodenberg, Das andere Achtundsechzig : Gesellschaftsgeschichte einer Revolte, Munich, C.H. Beck, 2018.

2  Les débats concernant la législation d’urgence constituèrent un véritable serpent de mer des débats législatifs ouest-allemands depuis la deuxième moitié des années 1950. L’objectif de cette loi était de prévoir une législation en cas de circonstances exceptionnelles (état de guerre, catastrophe naturelle etc.) afin d’obtenir le retrait des Alliés et une souveraineté complète pour la République fédérale d’Allemagne. La peur d’un abus du pouvoir exécutif dans une telle situation, avec l’arrière-plan de la République de Weimar et du régime national-socialiste, fut l’un des arguments majeurs des opposants au projet, qui manifestèrent dans la rue en 1967 et 1968. À ce sujet, voir notamment : Michael Schneider, Demokratie in Gefahr ? Der Konflikt um die Notstandsgesetze : Sozialdemokratie, Gewerkschaften und intellektueller Protest (1958-1968), Bonn, Verlag Neue Gesellschaft, 1986.

3  Deutscher Bundestag, Drucksachen und Plenarprotokolle des Bundestages – 1949 bis 2005 [en ligne], imprimé n° 05/909 du 14/09/1966, consulté le 17 septembre 2019, URL : http://dipbt.bundestag.de/doc/btd/05/009/0500909.pdf.

4  Bettina Tüffers (éd.), Die SPD-Fraktion im Deutschen Bundestag. Sitzungsprotokolle 1966-1969, Düsseldorf, Droste, 2009, p. XXIII.

5  Agathe Bernier-Monod, « Les anciens de Weimar à Bonn. Itinéraires de 34 doyens et doyennes de la seconde démocratie parlementaire allemande », Paris, Université Paris-Sorbonne [thèse de doctorat], 2017, p. 115.

6  Heike Specht, « “Die Hälfte des Parlaments gehört uns” : Von der “Alibifrau” zur Parität. Die Frauen in der SPD-Fraktion 1949 bis heute », Texte d’une contribution présentée au cours du colloque organisé par la Friedrich-Ebert-Stiftung, « Geschichte und politischen Arbeit der SPD-Bundestagsfraktion » [en ligne], 24-25 septembre 2020, consulté le 22 décembre 2021, URL : https://www.fes.de/index.php ?eID =dumpFile&t =f&f =57083&token =73a98f661973bcfaeeb22de39ec5e6b09d39d928, p. 3.

7  Le mode de scrutin dans les deux pays explique aussi ces différences. L’élection des parlementaires en République fédérale d’Allemagne s’effectue en effet pour moitié par un scrutin uninominal majoritaire à un tour dans les circonscriptions (« premières voix ») et pour moitié par un scrutin de liste à la proportionnelle (« deuxièmes voix »). Seules 30 % des députées sociales-démocrates élues en 1965 et toujours présentes en 1967 ont été élues par le biais des « premières voix ». Cette présence féminine, majoritairement garantie par le scrutin de liste, relevait donc pour grande partie du volontarisme des partis politiques, prêts (ou non) à placer un nombre de femmes important en positions éligibles dans leurs listes.

8  SFIO, Parti radical et Convention des Institutions Républicaines.

9  Valérie Dubslaff, « Les femmes en quête de pouvoir ? Le défi de la participation politique en République démocratique allemande (1949-1990) », Allemagne d’aujourd’hui, 207, 2014, p. 33-45.

10  Michael Schwartz, « Frauenpolitik im doppelten Deutschland. Die Bundesrepublik und die DDR in den 1970er Jahren », in Christine Hikel, Nicole Kramer et Elisabeth Zellmer (dir.), Lieschen Müller wird politisch. Geschlecht, Staat und Partizipation im 20. Jahrhundert, Munich, R. Oldenbourg Verlag, 2009, p. 33.

11  Voir la déclaration de politique générale de Willy Brandt du 28 octobre 1969. Bundestag, Drucksachen und Plenarprotokolle des Bundestages – 1949 bis 2005 [en ligne], imprimé n° 06/005 du 28/10/1969, consulté le 20 décembre 2021, URL : https://dserver.bundestag.de/btp/06/06005.pdf

12  Luise Albertz, Margarete Berger-Heise, Elfriede Eilers, Ilse Elsner, Brigitte Freyh, Luise Herklotz, Elinor Hubert, Ingeborg Kleinert, Lisa Korspeter, Edith Krappe, Ursula Krips, Lucie Kurlbaum-Beyer, Dora Lösche, Hedwig Meermann, Annemarie Renger, Margarete Rudoll, Marta Schanzenbach, Hildegard Schimschock, Elfriede Seppi, Käte Strobel, Helene Wessel. Si le nombre total de députées sociales-démocrates est de dix-neuf en 1965, elles sont au total vingt-et-une à avoir exercé un mandat parlementaire durant la législature, par le biais du remplacement de collègues démissionnaires ou décédés en cours de mandat.

13  Voir notamment Heinz Volker Rausch, Heinrich Oberreuter et Emil Hübner (éd.), Der Bundestag von innen gesehen ; 24 Beiträge, Munich, R. Piper, 1969.

14  Pour la période 1967-1969, nous entendons par cela la question de la démocratisation de l’université et de l’entreprise, des manifestations estudiantines ou encore celle de la législation d’urgence.

15  Quatorze députées sociales-démocrates sont ainsi entrées au Bundestag en 1949 ou au cours des années 1950.

16  Voir « Parlamentarierinnen im Deutschen Bundestag 1949-1993 », Wissenschaftliche Dienste des Deutschen Bundestages, n° 122, août 1993, p. 48.

17 Les commissions considérées ici sont la commission des affaires intérieures, des affaires juridiques, des affaires étrangères, de la politique sociale, du travail, des affaires familiales et de la jeunesse, ainsi que des sciences, de la politique culturelle et des médias.

18  Bernier-Monod, “Les anciens de Weimar à Bonn », op. cit., p. 79-80.

19  Specht, « “Die Hälfte des Parlaments gehört uns” », Art. cit., p. 2.

20  Texte original : « Frage : Sie sind vom Vorstand Ihrer Partei als Vorsitzende des Bundesfrauenauschusses somit als Leiterin der Frauenarbeit gewählt worden. Woran liegt es nach Ihrer Meinung, daß die Frauen in der Politik nicht ausreichend in Erscheinung treten ? Antwort : Die Frauen haben in ihrem Verhältnis zur Politik eine gewisse Unsicherheit. Das ergibt sich daraus, daß ihnen die Zusammenhänge der wirtschaftlichen, politischen und gesellschaftlichen Fragen nicht immer geläufig sind. » Pressemitteilungen und Informationen SPD, Communiqué de presse du 23/01/1967, n° 25/67.

21  « familienentfremdeter Berufstyp », ibid.

22  Katrin Grajetzki, « Kanalarbeiter » und Bundesminister. Der Sozialdemokrat Egon Franke (1913-1995), Bonn, Dietz, 2020, p. 72-73.

23  Elle succéda en 1966 à Marta Schanzenbach à ce poste.

24  Käte Strobel devint ministre fédérale de la Santé en 1966.

25  Dans une lettre adressée à l’ensemble des députés du groupe le 7 décembre 1967, Heinz Frehsee indiqua le nombre de prises de paroles de chaque député, depuis le début de la 5e législature en 1965. Sept femmes députées n’avaient ainsi pas pris la parole au cours des 130 premières séances plénières, alors que certaines de leurs collègues avaient été presque aussi actives que leurs collègues masculins les plus prolixes, parmi lesquelles on compte Lucie Kurlbaum-Beyer et Brigitte Freyh. Archiv der sozialen Demokratie (désormais AdsD), Helmut-Schmidt-Archiv, 1/HSAA005068.

26  Voir par exemple la 39e séance du groupe de travail sur les questions juridiques (Arbeitskreis Rechtswesen) du groupe parlementaire social-démocrate le 13 juin 1967. AdsD, SPD-Bundestagsfraktion 5. WP, 959.

27  Deutscher Bundestag, Drucksachen und Plenarprotokolle des Bundestages – 1949 bis 2005 [en ligne], imprimé n° 05/174 du 15/05/1968, p. 9349, consulté le 17 septembre 2019, URL : http://dipbt.bundestag.de/doc/btd/05/009/0500909.pdf.

28  Gisela Notz, Mehr als bunte Tupfen im Bonner Männerclub : Sozialdemokratinnen im Deutschen Bundestag 1957-1969 : mit 12 Biographien, Bonn, Dietz, 2007, p. 60. Ingeborg Kleinert critiqua également ce point du projet de loi dans une lettre adressée à Helmut Schmidt, président du groupe parlementaire social-démocrate, le 1er avril 1968. AdsD, Helmut-Schmidt-Archiv, 1/HSAA005103.

29  Elle fit partie des orateurs choisis pour défendre les positions du FDP lors des débats en séance plénière consacrés à la législation d’urgence.

30  Ina Hochreuther, Frauen im Parlament : südwestdeutsche Abgeordnete seit 1919, Stuttgart, Theiss, 1992, p. 179.

31  Voir par exemple la proposition de loi visant à garantir l’État de droit en cas d’état de défense (Gesetz zur Sicherung der rechtsstaatlichen Ordnung im Verteidigungsfall) des députés du FDP : Bundestag, Drucksachen und Plenarprotokolle des Bundestages – 1949 bis 2005 [en ligne], imprimé n° 05/2130 du 02/10/1967, consulté le17 septembre 2019, URL : http://dipbt.bundestag.de/doc/btd/05/021/0502130.pdf.

32  Voir Manfred Schmidt, Das politische System Deutschlands : Institutionen, Willensbildung und Politikfelder, Munich, C.H. Beck, 2016, p. 143.

33  Wolfgang Ismayr, Der deutsche Bundestag, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 2003, p. 208.

34  Ingeborg Kleinert était également entrée au Bundestag en novembre 1964 suite au décès de Ladislaus Winterstein à la fin de la quatrième législature.

35  Constat établi à partir des informations disponibles dans la partie « Biographische Angaben der Parlamentarierinnen der 1. bis 12. Wahlperiode – Auszüge aus den Amtlichen Handbüchern des Deutschen Bundestages ». Voir « Parlamentarierinnen im Deutschen Bundestag 1949-1993 », Art. cit.

36  Voir Pierre Bourdieu, « Séminaires sur le concept de champ, 1972-1975. Introduction de Patrick Champagne », Actes de la recherche en sciences sociales, 200, 2013/5, p. 4-37.

37  On pense à une figure comme Adolf Arndt, qui constitue un élément-clef du dispositif parlementaire social-démocrate de 1949 à 1969. Voir Dieter Gosewinkel, Adolf Arndt : die Wiederbegründung des Rechtsstaats aus dem Geist der Sozialdemokratie (1945-1961), Bonn, Dietz, 1991, p. 172.

38  Lenelotte von Bothmer, Katharina Focke, Antje Huber, Ellen Lauterbach, Elisabeth Orth, Marie Schlei et Helga Timm.

39  Annemarie Renger, Ein politisches Leben : Erinnerungen, Stuttgart, Deutsche Verlags-Anstalt, 1993, p. 242.

40  La problématique du divorce avait déjà été évoquée à la fin de l’année 1967, avec la mise en place d’une commission parlementaire chargée du droit matrimonial (Eherechtskommission) par le Bundestag, mais c’est véritablement au début des années 1970 que cette question gagna en importance au Parlement. Voir par exemple la lettre de Hans Matthöfer à Georg Friedrich Hentschel du 08/10/1968 sur la mise en place de cette commission. AdsD, Nachlass Hans Matthöfer, P-HM-413.

41  Au cours de la séance du 30 mars 1971, Elfriede Eilers et Marie Schlei rappelèrent à leurs collègues masculins la situation bien plus délicate des femmes dans la société ouest-allemande de l’époque. 6. WP, 6/TONS000010, Sven Jüngerkes (éd.), Die SPD-Fraktion im Deutschen Bundestag. 1969-1972, Düsseldorf, Droste, 2017, p. 529-530.

42  AdsD, SPD-Bundestagsfraktion, 6. WP, 41.

43  AdsD, SPD-Bundestagsfraktion, 6. WP, 6/TONS000008, Sven Jüngerkes (éd.), Die SPD-Fraktion, op. cit., p. 335.

44  AdsD, SPD-Bundestagsfraktion, 6. WP, 6/TONS000010, ibid., p. 524-525.

45  Ibid., p. 527.

46  Dans le cadre du débat sur l’article 218 du Code pénal, Hans de With, avec Helga Timm, devint d’ailleurs le principal défenseur de la Fristenlösung, i.e. du droit à l’avortement à trois mois de grossesse, dans le groupe de travail consacré aux questions juridiques au sein du groupe parlementaire.

47  Voir notamment Pressemitteilungen und Informationen SPD, Communiqué de presse du 19/06/1970, n° 191/70 ; Communiqué du 20/06/1970, n° 193/70 ; Communiqué du 28/06/1972 n° 260/72.

48  Birgit Sauer, « “Trouble in politics”. Ein Überblick über politikwissenschaftliche Geschlechterforschung », in Mechtild Oechsle et Karin Wetterau (dir.), Politische Bildung und Geschlechterverhältnis, Wiesbaden, Springer Fachmedien, 2000, p. 127.

49  Schwartz, « Frauenpolitik im doppelten Deutschland », Art. cit., p. 35-36.

50  Ce terme figurait dans le projet de loi présenté en mai 1972. Bundestag, Drucksachen und Plenarprotokolle des Bundestages – 1949 bis 2005 [en ligne], imprimé n° 06/3434 du 15/05/1972, consulté le 17 septembre 2019, URL : http://dipbt.bundestag.de/doc/btd/06/034/0603434.pdf

51  Marie Schlei développa une argumentation similaire.

52  Lenelotte von Bothmer, « Der § 218 und das persönliche Gewissen. Ein Diskussionsbeitrag zur Schwangerschaftsunterbrechung », SPD-Pressedienst, 16/12/1970.

53  Bothmer fut par ailleurs la première femme députée à avoir tenu un discours au Bundestag en pantalon, le 15 avril 1970.

54  « Die Eunuchen-Reform », Stern, 17/11/1971.

55  Rupp Doinet, « Wichtiger ist der Schutz des Menschen », Abendzeitung – 8-Uhr Blatt, 30/08/1971.

56  Thomas Mergel, Propaganda nach Hitler : eine Kulturgeschichte des Wahlkampfs in der Bundesrepublik 1949-1990, Göttingen, Wallstein, 2010, p. 230.

57  Discours de Willy Brandt lors de la conférence fédérale des femmes sociales-démocrates (SPD-Bundesfrauenkonferenz) du 9 juin 1968. AdsD, WBA, A 3, 279. Cité d’après : Daniela Münkel (dir.), Willy Brandt. Berliner Ausgabe. vol. 4 : Auf dem Weg nach vorn. Willy Brandt und die SPD 1947-1972, Bonn, Dietz, 2000, p. 418.

58  Susanne Eyssen, Der Aufbruch der Frauen in der SPD : Die Entwicklung der Frauenarbeitsgemeinschaft (ASF) während der 1970er und 1980er Jahre, Berlin-Opladen-Toronto, Budrich UniPress, 2019, p. 273.

59  Pressemitteilungen und Informationen SPD, Communiqué du 29/09/1972, n° 345/72.

60  Ibid.

61  Eyssen, Der Aufbruch der Frauen in der SPD, op. cit., p. 304.

62  Lenelotte von Bothmer, « Offener Brief an Bundesjustizminister Jahn », Vorwärts, 14/10/1971.

63  Germaine Greer, The Female Eunuch, Londres, Macgibon & Kee, 1970.

64  Helga Timm, « Ohne uns keine Reform des § 218 », in Renate Lepsius (éd.), Frauenpolitik als Beruf : Gespräche mit SPD-Parlamentarierinnen, Hambourg, Hoffmann und Campe, 1987, p. 112.

65  Jean Garrigues et al., « Qu’est-ce que la Ve République a changé dans la pratique des parlementaires socialistes  ? », Parlement[s], Revue d’histoire politique, 6, 2, 2006, p. 13-14.

66  Voir Beate Hoecker, « Parlamentarierinnen im Deutschen Bundestag 1949 bis 1990. Ein Postskriptum zur Abgeordnetensoziologie », ZParl, 4, 94, 1994, p. 556 ; Roland Roth et Dieter Rucht (dir.), Neue soziale Bewegungen in der Bundesrepublik Deutschland, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 1987.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Batteux, « Les femmes parlementaires sociales-démocrates au Bundestag durant les « années 1968 » : entre marginalité et affirmation progressive (1967-1972) »Genre & Histoire [En ligne], 29 | Printemps 2022, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 28 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7302

Haut de page

Auteur

Nicolas Batteux

Sorbonne Université/Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität Bonn, UMR 8138 SIRICE. Courriel : nicolas.batteux@sorbonne-universite.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search