Navigation – Plan du site

AccueilNumeros29Les femmes du NPD au Römer : Quan...

Les femmes du NPD au Römer : Quand l’extrême droite fait son entrée au parlement de Francfort (1989-1993)

Women from the NPD to the Römer : When the extreme right entered the Frankfurt parliament (1989-1993)
Valérie Dubslaff

Résumés

Au printemps 1989, alors que le Parti national-démocrate d’Allemagne fait son entrée à l’assemblée municipale de Francfort-sur-le-Main, les député·es des autres partis se trouvent confronté·es à un groupe parlementaire d’extrême droite dans lequel s’illustrent surtout deux femmes, Ursula Gerhold et Christine Ringmayer. Leur pratique politique à rebours, leur refus des conventions et leur désinvolture détonnent dans l’assemblée ; elles mettent à mal le jeu parlementaire en défiant systématiquement le consensus démocratique. Cet article éclaire la manière dont ces femmes mettent en scène leur anticonformisme – que ce soit par la défense de positions réactionnaires, une rhétorique outrancière ou un comportement volontairement inadapté – pour s’affirmer comme femmes, a fortiori comme femmes d’extrême droite dans une institution parlementaire qui tente par tous les moyens de les maintenir à la marge.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le NPD a été fondé en 1964 par d’anciens nationaux-socialistes en Allemagne de l’Ouest. Sur les fe (...)
  • 2  Dans les années 1960, le NPD avait fait son entrée dans sept parlements régionaux ouest-allemands.
  • 3  Deutsche Volksunion-Liste D en allemand.
  • 4  Voir Eike Hennig, Die Republikaner im Schatten Deutschlands, eine Studie, Francfort-sur-le-Main, S (...)

1L’année 1989 réserva assurément quelques surprises au Parti national-démocrate d’Allemagne (Nationaldemokratische Partei Deuschlands, NPD1) : la plus grande fut indubitablement la chute du Mur, à laquelle le parti n’était que passablement préparé, alors même que l’unification de l’Allemagne figurait au cœur de son projet nationaliste depuis près de 25 ans. L’autre surprise, de moindre envergure certes, mais significative tout de même, était survenue quelques mois auparavant, le 12 mars 1989, aux élections communales de Hesse où le NPD remporta 29 mandats locaux, dont sept à Francfort-sur-le-Main. Il peut paraître excessif de comparer le profond bouleversement du « tournant » de 1989 (Wende) avec le petit tremblement de terre hessois ; toujours est-il que ce succès électoral marqua un changement de tendance et le retour fracassant, bien que provisoire, du NPD sur la scène politique allemande, une première pour ce parti en vingt ans2. À Francfort, il avait autant profité de l’alliance avec son rival, la DVU-Liste D3, que d’une conjoncture favorable où florissaient la criminalité et la xénophobie, offrant ainsi un terreau particulièrement fertile à l’extrême droite4.

2Parmi les nouveaux député·es nationaux-démocrates figuraient deux femmes, Ursula Gerhold et Christine Ringmayer, dont on souhaite questionner, dans cette contribution, l’entrée inédite au parlement. De quoi leur « irruption » était-elle le symptôme ? Était-elle le fruit d’une redéfinition des rapports de genre au sein de l’extrême droite ? D’une féminisation paradoxale du système politique ? Comment ces femmes faisaient-elles de la politique ? Avec quelles idées et revendications, notamment pour les femmes (Frauenpolitik) ? De quelles marges de manœuvre, de quelle agency disposaient-elles au sein de l’hémicycle ? Et comment se positionnaient-elles vis-à-vis du parlementarisme et de la démocratie libérale en général ?

  • 5 Le « Römer » désigne le complexe de bâtiments du XVe siècle qui accueille la mairie et le parlement (...)
  • 6  Sur le NPD dans les assemblées municipales, voir Benno Hafeneger, Sozialstruktur der extremen Rech (...)

3Rares sont les études historiques ou politistes consacrées au travail parlementaire des député·es du Römer5. Ce constat vaut d’autant plus pour les élu·es du NPD6 dont le bref passage n’a laissé que peu de traces. Cette contribution qui pose la question de la pratique parlementaire des deux actrices d’extrême droite, Christina Ringmayer et Ursula Gerhold, se fonde sur les rapports sténographiques mis à disposition par les archives municipales de Francfort. Elle retracera le cheminement des député·es, de la campagne électorale à l’hémicycle, avant d’étudier leur communication outrancière et le rapport très ambigu qu’elles entretenaient avec l’institution parlementaire et ses autres représentant·es.

L’entrée historique du NPD au Parlement de Francfort

L’irruption de nouvelles actrices dans l’enceinte parlementaire

  • 7  « In Hessen voran! », Deutsche Stimme (DS), n° 2/1989, p. 9.
  • 8  « NPD-Wahlkampf in Frankfurt », DS, n° 12/1988, p. 2.

4Pour la première fois de son histoire, le NPD accorda à une femme, Ursula « Uschi » Gerhold, d’être placée en tête de liste dans une élection stratégique. Née en 1955 à Gießen, cette jeune caissière et coiffeuse de formation était depuis un certain temps déjà engagée dans les milieux d’extrême droite : encartée au NPD, elle avait rejoint, dès 1975, le Stahlhelmbund der Frontsoldaten, repaire de nostalgiques du « Troisième Reich ». En 1987, elle avait intégré la direction nationale-démocrate de Hesse et pris la direction de la section francfortoise, dans laquelle elle s’était illustrée par son activisme, ce qui lui valut vraisemblablement d’être placée de manière aussi avantageuse sur la liste électorale. En deuxième position figurait Winfried Krauß, célébrité nationale-démocrate, co-fondateur historique des Jeunesses nationales-démocrates (Junge Nationaldemokraten, JN) qu’il avait présidées entre 1975 et 1977. Il était membre de la direction nationale du NPD et porte-parole de la section hessoise. La troisième position était détenue par Christine Ringmayer, femme au foyer alors âgée d’à peine vingt ans. Depuis l’âge de quinze ans, cette technicienne de formation militait dans les JN aux côtés de son mari, Sven Ringmayer, qui en dirigeait alors la section régionale. Pendant la campagne, le NPD ne cessa de mettre en avant ce triumvirat mixte et sa « gynophilie », tout en soulignant l’importance qu’il prétendait accorder au « mérite » des femmes : il décochait ainsi une flèche à l’adresse des partis de la gauche « féministe », accusés de promouvoir par leurs quotas des « femmes alibis7 ». Cependant, derrière la vitrine féminine, l’action et l’organisation de la campagne étaient surtout réservées aux hommes : Karl Gerhold officiait comme directeur de campagne au côté de sa femme Ursula, Winfried Krauß déterminait et diffusait les thèmes de campagne (insécurité, immigration, corruption), et Sven Ringmayer coordonnait le militantisme, le porte-à-porte, l’affichage et la distribution du matériel de campagne dans les rues de la ville. Pour Ursula Gerhold et Christine Ringmayer, la politique était donc aussi une affaire conjugale8.

  • 9  « Frankfurt: Triumphaler NPD-Erfolg! », DS, n° 4/1989, p. 1. 8,9 % des électeurs contre 4,8 % des (...)
  • 10  Le groupe se composait initialement des époux Ursula et Karl Gerhold, de Winfried Krauss, Christin (...)
  • 11  Winfried Krauss, « Hoppla, da sind wir! Die NPD im Frankfurter Römer », in Holger Apfel (dir.), Al (...)

5À la veille des élections, le NPD écrivait avec une certaine suffisance dans son organe Deutsche Stimme qu’il se contenterait de 5 % des suffrages si cela pouvait lui permettre d’intégrer l’Assemblée municipale (Stadtverordnetenversammlung, SVV) de la ville. Il qualifia donc de « triomphe » les 6,6 % de voix obtenues en définitive à Francfort, le 12 mars 1989, « triomphe » qu’il devait notamment à la mobilisation importante de l’électorat masculin ; la mise en avant des femmes nationales-démocrates n’avait en revanche pas eu d’incidence sur le suffrage des femmes, qui, dans toutes les classes d’âge, votèrent deux fois moins pour le parti d’extrême droite que les hommes9. Le groupe national-démocrate, constitué de sept personnes, dont cinq hommes et deux femmes, fit son entrée à la SVV10. Afin de marquer les esprits et d’attirer la presse lors de la session inaugurale, le 1er avril 1989, les nationaux-démocrates refusèrent de s’asseoir à la place qui leur était destinée, tout au fond à droite de l’assemblée. Cette relégation au fond de la salle était à l’image du traitement que comptaient réserver les partis établis, les coalitionnaires du Parti social-démocrate d’Allemagne (Sozialdemokratische Partei Deutschlands, SPD) et des Verts (Die Grünen) ainsi que l’Union chrétienne-démocrate (Christlich-demokratische Union, CDU), au nouveau-venu11 : ils entendaient marginaliser l’extrême droite dans l’enceinte parlementaire.

Se faire une place au sein du groupe et du parlement

  • 12  Sur les femmes dans la politique communale allemande, voir Beate Hoecker, Politische Partizipation (...)
  • 13  Les chiffres relatifs à la répartition des sexes dans la SVV de Francfort ont été calculés à parti (...)
  • 14  Ursula Gerhold, Rapport sténographique (Rs), Assemblée municipale de Francfort/Main (SVV), 05/07/1 (...)

6Élue pour quatre ans, l’assemblée siégeait une fois par mois de 16 heures à minuit. Ses membres – la part des femmes s’élevait à 29 %12 – étaient tous·tes des député·es bénévoles qui conjuguaient souvent le travail parlementaire avec une activité professionnelle, en échange d’une indemnité. Avec un taux de femmes de 28 %, le groupe national-démocrate se positionnait loin derrière les Verts (50 %), mais talonnait le SPD (30 %) et devançait largement la CDU (22 %)13. Le NPD se situait donc dans la moyenne en termes de représentation féminine. La répartition du pouvoir restait cependant assez conventionnelle au sein du groupe, et l’on confia à un homme, Winfried Krauss, le soin de le diriger ; il y était assisté par Christine Ringmayer, sa vice-présidente, assise à côté de lui, au premier rang. L’éloignement d’Ursula Gerhold de la direction du groupe était lié aux tenaces inimitiés entre les « camarades » qui éclatèrent au grand jour le 13 juin 1990, date à laquelle les époux Gerhold furent évincés du groupe national-démocrate, officiellement pour des raisons d’inconciliabilité personnelle, officieusement pour leur comportement tempétueux et leur radicalité politique14. Poussée à se retirer du NPD, Ursula Gerhold céda toutes ses fonctions politiques, notamment la gestion de la section de Francfort, à Christine Ringmayer. Elle et son mari siégèrent dorénavant comme parlementaires indépendant·es au sein du Römer.

7Même si Ursula Gerhold ne demeura que quelques mois dans le groupe national-démocrate, il paraît intéressant d’étudier sa pratique parlementaire sur toute la législature, tant son comportement détonnait dans cette assemblée. Elle brillait par son extravagance, son insolence et sa désinvolture, montrant par là des « qualités » assez révélatrices de son inadaptation – volontaire ? – à l’univers dans lequel elle avait été élue. Les positions politiques de Gerhold demeuraient cependant invariablement fidèles à la ligne nationale-démocrate et proches de celles de son ancienne « camarade » et rivale, Christine Ringmayer.

  • 15  Les rapports sténographiques ont été lissés : on a volontairement effacé les inflexions dialectale (...)

8Comme le temps de parole alloué à chaque groupe parlementaire dépendait de la taille dudit groupe, les discours des nationales-démocrates étaient en règle générale assez brefs. Largement inexpérimentées et sans doute mal à l’aise, les deux nationales-démocrates intervinrent pour la première fois durant la cinquième séance, donc au bout de cinq mois seulement, préférant manifestement laisser la parole aux hommes, surtout à Winfried Krauss, orateur assez éloquent et particulièrement dominant au sein du groupe. Elles affectionnaient plutôt les « questions » (Fragestunde) aux représentants de la municipalité (Magistrat), rituel parlementaire qui demandait peu de préparation, mais leur donnait une tribune considérable : alors que l’assemblée ignorait systématiquement leurs prises de parole, les membres du Magistrat étaient obligés de répondre, même brièvement, à leurs questions. Tout était consigné dans des rapports sténographiques. Même si ces sources sont problématiques à certains égards15, elles permettent toutefois de reconstituer, sur toute la législature, les accents idéologico-politiques et les singularités argumentatives de chaque député·e, de marquer les convergences et divergences des acteurs nationaux-démocrates dans l’exercice de leur mandat.

Détonner dans l’hémicycle : la haine comme faire-valoir politique

Le racisme et la xénophobie au service d’un nationalisme ethno-pluraliste

9Si l’on s’intéresse à la récurrence des thèmes débattus dans l’assemblée par les deux femmes nationales-démocrates, on observe que les thématiques dites « féminines » étaient loin d’être prépondérantes : le thème de l’immigration, de l’asile et des « étrangers » était dominant. La xénophobie figurait au cœur de l’engagement extrémiste des nationaux-démocrates, qui érigeaient la question identitaire et le rejet de l’Autre en programme politique. Dans sa première intervention en plénière, en juin 1989, Ringmayer s’employa ainsi à fustiger la mise en place de l’Office pour les Affaires multiculturelles (Amt für multikulturelle Angelegenheiten) sous l’égide de Daniel Cohn-Bendit, qui venait de rejoindre le Magistrat de Francfort. Ce libertaire « spontanéiste » soixante-huitard y avait construit sa carrière politique après son expulsion de France en 1968. En tant que représentant du biculturalisme franco-allemand, Cohn-Bendit, de même que l’Office des Affaires multiculturelles devinrent très rapidement la cible privilégiée des nationaux-démocrates :

  • 16  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 15/06/1989, p. 90.

Contrairement à ce que semble indiquer le nom de cet Office, celui-ci n’est pas censé entretenir et honorer différentes cultures, mais il veut contribuer à arracher les étrangers qui vivent en Allemagne à leur aire culturelle naturelle et à germaniser autant que possible ce qu’il en reste. Non seulement, on dessouche les étrangers de leur peuple, mais on détruit aussi la culture allemande16.

  • 17  Forgé par la Nouvelle Droite comme alternative au multiculturalisme, l’« ethno-pluralisme » désign (...)

10Ringmayer, toujours fidèle à la ligne établie par le NPD depuis 1980, mettait en avant le principe de l’ethno-pluralisme17 pour rejeter toute forme de brassage ethnique ou de « parasitage » culturel. À l’inverse, Daniel Cohn-Bendit se gardait de réduire le multiculturalisme à une définition ethnique, raciale ou identitaire, mettant l’accent sur la diversité humaine. C’est ce qu’il tenta d’expliquer, en déconstruisant les stéréotypes nationaux, à Ursula Gerhold qui lui reprochait, un mois plus tard, de « dilapider » l’argent du contribuable au nom du multiculturalisme :

  • 18  Daniel Cohn-Bendit, Rs, SVV, 06/09/1990, p. 13 sq.

Il y a des personnes qui aiment le drapeau allemand, il y a des personnes qui aiment d’autres drapeaux, il y a des personnes qui aiment la bière, il y a des personnes qui aiment le vin, il y a des personnes qui aiment les chiens, il y a des personnes qui n’ont pas de chien. C’est ce qui fait le charme d’une ville, c’est ce qu’on appelle une ville multiculturelle et un mode de vie multiculturel. Vous faites partie de ce mode de vie multiculturel18.

  • 19  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 06/09/1990, p. 76.
  • 20  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 12/12/1991, p. 118.
  • 21  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 25/04/1991, p. 27. Ursula Gerhold réclama de la même manière qu’on i (...)
  • 22  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 02/10/1991, p. 79.
  • 23  Ringmayer se servit de l’adage « steter Tropfen höhlt den Stein » (« goutte après goutte, l’eau cr (...)

11Les nationaux-démocrates se démarquaient clairement de la position de Cohn-Bendit en distinguant schématiquement les Francfortois « de souche » et les « étrangers », terme utilisé comme hyperonyme pour désigner – et amalgamer – les Allemands d’origine étrangère, les immigrés, les réfugiés et les demandeurs d’asile, qu’ils disaient attirés par la politique sociale prétendument incitative de la municipalité. Christine Ringmayer s’inquiétait régulièrement de l’augmentation « exponentielle » de leur nombre dans la ville, qui compterait déjà « 150 000 étrangers », en plus des « 30 000 soldats américains », et dans laquelle les « Allemands » seraient bientôt minoritaires19. De même, elle s’attaquait aux demandeurs d’asile, auxquels on accordait volontiers des allocations et des logements, alors qu’il aurait fallu les « expulser » et « prioriser les Allemands20 », ainsi qu’aux réfugiés qui « apportaient des cafards » et des maladies21 et faisaient « exploser » la criminalité à Francfort22. Ursula Gerhold la rejoignait tout à fait sur les « défis » sanitaires et sécuritaires de l’« intégration ratée des étrangers », confondant volontairement « multiculturel » et « multi-criminel » dans ses prises de parole. Ce calembour raciste était employé par tous les nationaux-démocrates du groupe afin de dénigrer méthodiquement la municipalité ainsi que les étrangers et d’attiser le ressentiment des habitants à leur égard23. Partant, ils ne faisaient que relayer, dans l’hémicycle, les stéréotypes racistes de l’idéologie du NPD.

L’antidémocratisme des femmes : relents hygiénistes et diffamation des adversaires politiques

12La violence rhétorique était une arme politique dont les époux Gerhold faisaient un usage régulier, tant à l’égard des étrangers qu’à l’encontre de leurs propres collègues député·es, allant jusqu’à transgresser les codes et convenances parlementaires en les accusant de « trahison au peuple », comme le fit Karl Gerhold lors de la dernière séance de la législature :

  • 24  Karl Gerhold, Rs, SVV, 26/02/1993, Parlis [en ligne], consulté le 7 juin 2021, URL : https://www.s (...)

Nous sommes convaincus que le 7 mars, l’électeur allemand va décontaminer cette assemblée municipale de ses éléments multiculturels […]. Cette assemblée n’est quasiment constituée que de traîtres au peuple24.

13L’utilisation d’analogies hygiénistes ou médicales – comme le montre la référence à la « décontamination » (Entseuchung) qui faisait visiblement écho au langage national-socialiste – était récurrente dans le discours national-démocrate. Christine Ringmayer s’en empara par exemple pour décrire l’état d’insécurité à Francfort, son thème de prédilection, et pour illustrer le laxisme supposé de la municipalité, incapable selon elle de trouver un « remède » qui permettrait de purger la ville de ses « immondices » :

  • 25  Christine Ringmayer, Rs, RVV, 25/01/1990, p. 67.

Francfort doit redevenir une ville propre. Ce qui se passe actuellement et se passait déjà auparavant dans l’administration est monstrueux et doit être mis au jour. Il faut assécher le bourbier. La politique […] pue prodigieusement. […] Il y a de quoi avoir mal au cœur quand on voit que la ville tolère au fond, sans rien faire, le fait que Francfort vire à un bordel gigantesque, dans lequel les jeunes filles sont poussées à la prostitution et deviennent des toxicomanes. […] Sous la municipalité chrétienne-démocrate, la funeste tumeur proliférait dans le quartier de la gare […]. Des métastases se sont formées les unes après les autres dans la ville. Avec ce cancer, Francfort menace de s’anéantir […]25.

  • 26  Ursula Gerhold, Rs, SVV, 23/05/1991, p. 73.
  • 27  « Multikulturelle freie Bumszone » en allemand. Ursula Gerhold, Rs, SVV, 16/01/1991, p. 19.

14La faute était ainsi imputée aux partis établis, aux chrétiens-démocrates et aux « socialistes utopistes » (Utopiesozialisten), qui auraient consciemment laissé proliférer le « cancer », c’est-à-dire le crime, la débauche, la prostitution et les drogues dans cette ville présentée comme une véritable Babylone du vice. Par l’usage de métaphores médicales et sexuelles, de même que d’une rhétorique hygiéniste et sécuritaire outrancière, les nationaux-démocrates se démarquaient ostensiblement des autres députés ainsi que des responsables municipaux qu’ils tentaient de discréditer par tous les moyens, notamment en épinglant leurs « affaires véreuses ». Le message asséné était toujours le même : quelle que fût leur couleur politique, les démocrates étaient corrompus, laxistes, obsédés, malades et les agents de la décadence culturelle. Ursula Gerhold n’hésitait pas à traiter les conseillers municipaux de « mafia », qu’elle accusait de détourner des fonds publics26. Non contente de criminaliser la municipalité, elle la sexualisa également, en 1991, en décrivant la ville comme « zone de baise libre et multiculturelle27 ». Gerhold accusait ainsi les Conseillers d’être les principaux clients des maisons closes – c’était, expliquait-elle, la raison de la prolifération de la prostitution dans la ville. Le Magistrat serait, de surcroît, complice d’un « complot homosexuel » :

  • 28  Ibid., p. 18 sq.

Les rouges-verts veulent transformer Francfort en ville libre pour les pédérastes et les lesbiennes et faire de Francfort un bordel monumental. La municipalité rouge-verte favorise tellement ces gens déviants. Dehors on se raconte que la moitié de la municipalité est pédéraste. (Hilarité) […] Il semble y avoir des spécialistes des bordels dans le groupe SPD et chez les Verts. On dirait qu’il y a pas mal de lesbiennes aussi. Certaines femmes vont s’étonner ce soir de voir rentrer leurs maris excités comme des taureaux après ce débat, et puis les affaires des maisons closes se porteront bien […]28.

15Comme le montre cette citation, Ursula Gerhold méconnaissait volontairement les règles de conduite dans l’hémicycle régi, traditionnellement en République fédérale, par des modes de délibération tempérée et la recherche de consensus. Sa parole était intentionnellement transgressive, insolente, blessante ; elle voulait choquer et servait à ses adversaires un cocktail diffamatoire dont le sexisme, l’homophobie, le racisme et l’obscénité étaient les principaux ingrédients. Le président de séance, le chrétien-démocrate Albrecht Magen, interrompit sa diatribe par une citation biblique à travers laquelle il dénonçait l’hypocrisie de cette nationale-démocrate qui semblait confondre moralité et vulgarité. Il lui rappelait calmement les codes parlementaires :

  • 29  Ibid.

Les loges du ciel ne sont pas réservées aux pharisiens. Pour votre information, je n’oserais jamais pour ma part condamner qui que ce soit, même un adversaire politique, sans avoir entre les mains des faits consistants et avérés. Ce n’est pas un style envisageable pour nos débats29.

  • 30  Ursula Gerhold, Rs, SVV, 22/03/1990, p. 57, Christine Ringmayer, Rs, SVV, 21/03/1991, p. 126, Chri (...)
  • 31  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 14/11/1991, p. 23.

16Son intervention fut applaudie par tous les député·es excepté·es les nationaux-démocrates, qui ne se laissaient guère impressionner par les remontrances des « établi·es » avec lesquels ils voulaient marquer leur différence. L’outrance des mots et l’intempérance comportementale des nationaux-démocrates étaient en accord avec la radicalité de leurs propositions : toutes les mesures proposées pour lutter contre le « chaos » débouchaient inévitablement sur la répression. Répression à l’égard des « criminels », à savoir, dans leur conception, les étrangers, les drogués et les prostituées, et suppression de toute forme de prévention contre les stupéfiants ou le sida30. Christine Ringmayer militait ainsi pour que l’on ferme les services d’aide aux toxicomanes, que l’on cesse d’« offrir » des préservatifs aux prostituées et que l’on distribue, à la place, des gâteaux aux « Allemands nécessiteux31 ». Elle conjuguait ainsi une forme de nationalisme social, avec une pensée foncièrement autoritaire et sécuritaire.

Les droits des femmes et l’antiféminisme

17À l’assemblée, les nationales-démocrates s’attaquaient surtout aux femmes et spécialement aux députées vertes, qu’elles considéraient comme leur antithèse politique. Elles interpellaient notamment Margarethe Nimsch, cheffe du service « Femmes et santé » (Dezernentin für Frauen und Gesundheit) au sein du Magistrat, pour dénoncer sa politique antidrogue – elle avait ouvert une salle de shoot dans la ville –, ou Brigitte Sellach, une étroite collaboratrice de Nimsch, pour dénigrer sa politique de promotion des femmes. En novembre 1989, Ringmayer, qui siégeait dans la même commission que Sellach, tenta de lui expliquer son point de vue antiféministe :

  • 32  Christine Ringmayer, « Ich müßte eine Vorbildfrau in Ihrem Sinne sein! », DS, n° 11/1989, p.  4.

Je ne sais pas d’où vous vient ce mensonge que le NPD ne représenterait que de vieux stéréotypes masculins et serait misogyne. Le NPD a approuvé la création d’une commission pour les femmes. En outre, au vu de vos conceptions, vous devriez plutôt me considérer comme une femme modèle. J’ai appris, comme on dit, un métier d’homme, je suis technicienne en électronique pour des centrales électriques et je me trouve, en ce moment, au début de ma carrière, une carrière qui n’est que politique. […] Pour nous, les mères ne sont pas réactionnaires ou moins intelligentes parce qu’elles refusent de vouer leur vie à une carrière égoïste. […] Pour nous, la vie d’un enfant dans la population vaut plus que l’épanouissement personnel de la femme32.

  • 33  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 22/03/1990, p. 76sq et Christine Ringmayer, Rs, SVV, 13/12/1990, p.  (...)
  • 34  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 05/09/1991, p. 116.

18En légitimant, en tant que femme, l’ordre des sexes traditionnel, elle désavouait le féminisme et l’analyse selon laquelle la répartition conventionnelle des rôles de genre émanait de la domination historique des hommes sur les femmes. Selon Ringmayer, le NPD était au contraire « gynophile » et « moderne » parce qu’il protégeait le peuple et l’enfant contre l’égoïsme et l’individualisme des femmes. Par conséquent, elle reprochait à Sellach de négliger les femmes « vertueuses », à savoir les femmes au foyer, les mères isolées ou les retraitées, et de ne soutenir que les femmes « déviantes », « marginales » et « malades mentales », des catégories dans lesquelles elle rangeait autant les prostituées, les lesbiennes que les députées vertes elles-mêmes33. Aussi rejeta-t-elle le plan de promotion féminine (Frauenförderplan) pour l’égalité des sexes dans le recrutement du personnel de l’administration municipale, arguant ad absurdum que la discrimination positive des femmes discriminerait les recruteurs qu’on accusait de discriminer les femmes34.

  • 35  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 22/03/1990, p. 76 sq.
  • 36  Rs, SVV, 06/09/1990, p. 31-37.
  • 37  En République fédérale, l’IVG demeure interdite (§218 StGB), mais elle est dépénalisée dans certai (...)

19Son opposition au féminisme était la plus virulente quand les débats touchaient à la question de l’IVG. Ringmayer condamnait l’aide financière qu’apportait la municipalité à l’organisation Pro Familia, le planning familial francfortois, en expliquant qu’« une ville [n’avait] pas le droit d’utiliser l’argent public pour financer une organisation qui [conseillait] aux femmes de tuer leur propre enfant35 ». Le militantisme anti-avortement était le point de mire de son propre engagement national-démocrate, il était donc aussi au cœur de ses discours dans l’assemblée. En septembre 1990, alors que venait tout juste d’être supprimée, dans le cadre du processus de réunification, la loi sur l’avortement est-allemande, la « Fristenregelung » de 1972, une joute véhémente opposa les deux adversaires36. Alors que Brigitte Sellach soulignait la volonté de son parti, Les Verts (Die Grünen), de supprimer le § 218 et regrettait l’abandon de la « Fristenregelung » de l’Est pour l’« Indikationsregelung » de l’Ouest37, qui selon elle « étendait la criminalisation des femmes sur tout le territoire », Christine Ringmayer mettait en avant le « droit de vie des embryons » en renvoyant à sa propre expérience de mère :

  • 38  Ibid., p. 34 sq.

Je suis mère de deux enfants et je ne sais pas combien d’enfants vous avez portés, dans votre ventre qui soi-disant vous appartient. J’ai vu, sur l’échographie, comment battait le cœur d’un embryon de cinq semaines. À trois mois – c’est le délai prévu par votre Fristenlösung – l’enfant est complètement formé, tous les organes le sont. Il doit juste pousser. Et vous voulez autoriser la femme, au nom de son droit à l’épanouissement, à tuer son enfant. Les bras m’en tombent38.

  • 39  Ibid.
  • 40  Ibid.
  • 41  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 13/07/1989, p. 98.
  • 42  Cf. Valérie Dubslaff, « Deutschland ist auch Frauensache », op. cit., p. 218-232.

20En conférant une tournure très personnelle et émotionnelle à son argumentation, Ringmayer visait à discréditer sa rivale politique en tant que « mère » et en tant que « femme » ; elle criminalisait sa posture féministe, établissant une corrélation directe entre l’avortement et l’infanticide. Pour cette nationale-démocrate, l’IVG était un « meurtre39 ». Karin Meulenbergh, députée chrétienne-démocrate, qui prit la parole après Ringmayer, rejoignait de manière plus tempérée les positions de la nationale-démocrate dans la condamnation du « libéralisme » des Verts et de leur « inconséquence », étant donné qu’ils protégeaient les animaux mais autorisaient l’avortement des êtres humains. La CDU au contraire défendait la « dignité de la vie » – et donc l’Indikationsregelung. Sellach leur répondit qu’aucune interdiction n’avait jamais empêché les femmes d’avorter si elles le souhaitaient et qu’il fallait donc aussi prendre en considération la « dignité des femmes », leur condition sociale et la diversité des raisons pour lesquelles elles voulaient avorter40. Pour la nationale-démocrate, en revanche, cette dignité féminine résidait dans la procréation et l’éducation des enfants au sein du foyer41. En fidèle soldate du NPD, elle reprenait ainsi à son compte la ligne maternaliste, antiféministe et anti-avortement de son parti qui, face à l’éclosion du féminisme politique au milieu des années 1970, en avait fait la pièce maîtresse de sa Frauenpolitik réactionnaire42.

L’unité allemande en question

  • 43  Dans le contexte de la guerre du Golfe (1990-1991), des soldats américains pouvaient effectivement (...)
  • 44  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 24/01/1991, p. 35.
  • 45  Ursula Gerhold, Rs, SVV, 15/11/1990, p. 21.
  • 46  Ursula Gerhold, Rs, SVV, 25/04/1991, p. 156.
  • 47  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 22/10/1992, p. 69.

21Quand l’occasion se présentait, Ringmayer profitait aussi des débats sur la politique familiale, sanitaire ou sociale pour instiller des revendications complètement déconnectées du propos général. En 1991, dans une délibération consacrée aux hôpitaux, elle fit part de son aversion pour les troupes d’occupation américaines demeurées à Francfort après la réunification, qui occupaient « illicitement » les lits des hôpitaux « au détriment des Allemands43 » et revendiqua une Allemagne neutraliste et la sortie de l’OTAN44. Toutefois, il est étonnant qu’en dehors de saillies occasionnelles, la question nationale ait aussi peu été abordée par les femmes nationales-démocrates, alors que la réunification des deux Allemagne, point focal de la politique du NPD depuis des décennies, se réalisait pendant cette législature. À part le retrait immédiat des troupes alliées de la ville, réclamé à maintes reprises, elles s’offusquèrent que le Magistrat eût apparemment « oublié » le pavoisement du Römer et la mise en place de snack-bars sur la place de la mairie pour célébrer l’unité allemande, le 3 octobre 199045. En 1991, Ursula Gerhold rejeta l’idée d’un jumelage de « réconciliation » entre Francfort et Cracovie, accusant les Polonais d’être des « criminels » et des « voleurs » de terres allemandes46. En 1992, Ringmayer fustigea les « priorités » de la municipalité, qui versait 6 millions de DM au Fonds pour l’unité allemande (Fonds « deutsche Einheit ») mais « dilapidait 17 millions de DM pour les demandeurs d’asile47 ». Dans tous ces exemples, les deux femmes extrémistes se contentaient d’appliquer la stratégie du placement d’idées qui dans leur cas étaient imprégnées de ressentiment nationaliste, identitaire et raciste.

L’expérience parlementaire, vécue et racontée par les extrémistes

La démarcation et l’ostracisme parlementaire

  • 48  Andreas von Schoeler (SPD) avait remplacé Volker Hauff (SPD) à la tête du Magistrat.

22Marquer sa différence dans l’assemblée passait ainsi par la mise en avant d’un habitus anticonformiste, par le rejet des règles de courtoisie, par l’irrévérence et la désacralisation du lieu comme de la fonction démocratique, et donc par le refus de se plier au jeu parlementaire ainsi que par la mise en œuvre d’une confrontation systématique avec les autres forces politiques. Ursula Gerhold ne respectait rien ni personne ; ses prises de parole semblaient plus libres et spontanées, d’où des interventions souvent grotesques, triviales ou déplacées. Pour elle, la politique était aussi un jeu divertissant. En mai 1991 par exemple, à l’issue de l’élection du nouveau maire Andreas von Schoeler48, elle s’adonna à une description assez déroutante du nouvel édile :

  • 49  Ursula Gerhold, Rs, SVV, 23/05/1991, p. 73.

Francfort a un nouveau Maire, beau, habillé sur mesure… (applaudissements)… il a de bonnes manières, il est séduisant, il salue les dames avec un baisemain… (applaudissements), un prince charmant. Il aurait sa place sur toutes les affiches de cinéma. Un fume-cigarette argenté, un sourire ravissant. Le film pourrait s’intituler : Al Capone Junior, le Maire49.

  • 50  Ursula Gerhold, Rs, SVV, 16/11/1989, p. 71.

23La mise en valeur de ses qualités physiques et de son potentiel de séduction devait marquer un contraste avec sa moralité supposément douteuse. Le traiter d’Al Capone revenait à criminaliser ad hominem le Maire et tous ses collaborateurs. S’exprimait ici une forme de populisme nationaliste fondé sur le refus de l’establishment et sur la confrontation implacable avec les autres groupes politiques. On cultivait les aspérités et les différences, des deux côtés d’ailleurs : d’un commun accord, les parlementaires sociaux-démocrates, verts et chrétiens-démocrates appliquaient une stratégie d’ostracisme envers les nationaux-démocrates au sein de l’hémicycle, mais aussi dans l’administration du Römer. On avait retardé autant que possible la mise à disposition de bureaux aux nationaux-démocrates ; on « oubliait » de les inviter à des auditions d’experts ou de leur faire parvenir certains documents50. Au sein de l’assemblée, leurs motions et propositions étaient unanimement rejetées, leurs interventions ignorées ou interrompues par un brouhaha généralisé. De nombreux députés quittaient la salle quand un·e national·e-démocrate prenait la parole, ce qui anima le constat – et la menace – de Karl Gerhold à leur encontre :

  • 51  Karl Gerhold, Rs, SVV, 25/01/1990, p. 145.

Je remarque qu’à chaque fois que l’un d’entre nous se rend à la tribune, beaucoup parmi vous quittent la salle. Oui, aujourd’hui vous la quittez de manière volontaire, mais en 1993 certains d’entre vous vont devoir partir pour de bon parce que nous allons occuper vos sièges. (Interpellations) Rira mieux qui rira le dernier51.

  • 52  Hans Busch, Rs, SVV, 22/03/1990, p. 75.
  • 53  Ursula Gerhold, Rs, SVV, 23/05/1991, p. 15.
  • 54  Adelheid Tröscher, Ibid.

24Certain·es député·es se désolaient du comportement des nationaux-démocrates, notamment de celui d’Ursula Gerhold – à propos de laquelle Hans Busch (SPD) s’exclama : « Madame, c’est terriblement désagréable de vous entendre piailler de la sorte52 » –, du niveau des débats et de la niaiserie de la députée. Dans une séance de « Questions », Ursula Gerhold s’enquit : « les Verts du Conseil local affirment que les conducteurs de métro francfortois sont idiots. Ma question au Magistrat est donc la suivante : cette affirmation est-elle vraie53 ? ». La sociale-démocrate Adelheid Tröscher, qui prit la parole après Gerhold, interpella le Maire : « Je demande au Magistrat comment on peut autoriser une question qui respire à ce point la crétinerie54 ». Le seul à chercher – ou du moins à proposer – le dialogue avec les députés du NPD était Daniel Cohn-Bendit, qui y voyait une mission démocratique, presque « civilisatrice » :

  • 55  Daniel Cohn-Bendit, Rs, SVV, 30/01/1992, p. 27 sq.

Monsieur Gerhold, à l’inverse de nombreuses personnes de cette maison, qui désapprouvent mon geste, je vous ai toujours dit : je suis prêt à parler raisonnablement avec vous si vous aussi vous posez des questions raisonnables et si vous avez des requêtes raisonnables, je suis prêt à les entendre. Mais je ne vous laisserai pas tenir vos propos haineux, que ce soit sur l’anniversaire de Monsieur Bubis ou sur les Roms et les Sintis55.

Une mémoire antiparlementaire

25Dix ans après l’entrée du NPD à l’assemblée du Römer, Christine Ringmayer revint sur ce qu’elle qualifiait de « pratique antidémocratique des démocrates » dans un article qu’elle intitula « seuls contre le reste du monde… quatre années passées comme des lépreux à Francfort ». Elle s’y emportait contre le sort réservé aux député·es du NPD, se victimisait mais enjolivait aussi fortement le comportement de son groupe :

  • 56  Christine Ringmayer, « Allein gegen den Rest der Welt… », op. cit., p. 454 sq.

Nos paroles ont toujours été honnêtes, sincères et exhaustives et nous n’avons jamais été désobligeants. Et qu’en ont fait les défenseurs de la démocratie, les gardiens de la morale ? Ils nous ont descendus en flammes, pressés et tamisés, se sont foutus de notre gueule, nous ont offensés, nous ont menti, quand ils daignaient nous laisser parler56.

  • 57  Ibid., p. 455.
  • 58  Winfried Krauss, « Hoppla, da sind wir! Die NPD im Frankfurter Römer », op. cit. et Christine Ring (...)

26Elle qualifiait le parlementarisme francfortois de « coup monté » ou de « pièce de théâtre mensuelle57 », dans laquelle on « parlait beaucoup », sans obtenir de « résultat notoire », reproche traditionnel des autocrates à la démocratie parlementaire. Seuls Ringmayer et Krauss se sont exprimés sur leur expérience parlementaire dans le livre-hommage du NPD « Alles Große steht im Sturm », en 1999, avec l’idée de marquer de leur empreinte la mémoire partisane58. Cette mémoire était manifestement orientée : Ringmayer et Krauss occultaient leurs insuccès et insuffisances, surévaluaient leur rôle politique et exprimaient une franche malveillance à l’égard de l’institution parlementaire et des député·es, mais aussi de leurs anciens compagnons de lutte, car Karl et Ursula Gerhold furent tout simplement évincés de la mémoire nationale-démocrate.

Conclusion

  • 59 Inspirée du national-socialisme historique, la pensée völkisch contemporaine défend l’idée d’une « (...)
  • 60 Cette évolution, lui a valu la mise en place d’une procédure d’interdiction – certes non aboutie – (...)

27L’exemple de l’assemblée municipale de Francfort a ainsi permis d’éclairer la manière dont les femmes du NPD mettaient en pratique leur nationalisme identitaire, sécuritaire et néo-droitier, au tournant des années 1990. Il montre aussi par quelles mises en scène, quelles stratégies discursives ou comportementales, elles tentaient de s’affirmer en tant que femmes et surtout en tant que femmes d’extrême droite dans un espace qui leur était a priori hostile : c’est notamment par la mise en avant de thèmes « féminins », comme la défense de l’ordre traditionnel des sexes, le maternalisme et la lutte anti-avortement, qu’elles se positionnaient comme force réactionnaire dans le champ politique. Les deux nationales-démocrates sont ainsi emblématiques de la position ambivalente dans laquelle se trouvaient les femmes nationalistes dans les années 1990 : si elles avaient pu candidater et entrer au parlement sous la bannière du NPD, c’est parce qu’elles avaient profité de la féminisation du parti et de l’ouverture du système politique après 1968 : les femmes, plus nombreuses, étaient davantage valorisées, même dans l’extrême droite. En public, cependant, elles devaient rigoureusement se tenir à la doxa et diffuser les poncifs anti-émancipateurs et antiféministes de leur parti, poncifs qu’elles partageaient d’ailleurs souvent. Par leur posture réactionnaire, elles s’affirmaient comme représentantes d’une alternative antilibérale à l’establishment politique qu’elles taxaient de promouvoir la dissolution des mœurs, la perte des valeurs, la disparition du peuple et le déclin de l’Allemagne. Aussi la connexion systématique du genre (maternité, famille, IVG) avec la question raciale ou ethnique (immigration, identité) montre-t-elle à quel point germaient déjà, à la fin des années 1980, les idées structurantes du nationalisme völkisch59 qui allaient dominer l’idéologie du parti par la suite. Le langage employé, de même que les représentations véhiculées par les deux députées sont symptomatiques de la « nazification60 » que connut le NPD au cours des années 1990 et 2000.

  • 61 Sur le rapport entre l’Alternative pour l’Allemagne (Alternative für Deutschland, AfD) et le parlem (...)

28Il va sans dire que les femmes nationales-démocrates, par leur pratique parlementaire à rebours et la radicalité de leur posture populiste, jouèrent un rôle actif dans le processus de disqualification démocratique – ce qui leur valait, en retour, d’être écartées du consensus antifasciste et d’être marginalisées dans l’enceinte parlementaire comme leurs homologues masculins. Leur anticonformisme, le refus de respecter les règles et rouages élémentaires du parlement, le dénigrement constant des adversaires politiques, les provocations incessantes révèlent le caractère foncièrement antisystème du NPD. Le Römer servit ainsi de laboratoire dans lequel l’extrême droite pouvait éprouver des normes de comportement irrévérencieux qui font aujourd’hui partie de son arsenal politique de base : l’AfD, figure de proue du national-populisme au Bundestag depuis 2017, en est le meilleur exemple61.

  • 62 Patrick Moreau, Les héritiers du IIIe Reich, L’extrême droite allemande de 1945 à nos jours, Paris, (...)

29Reste que la réussite électorale de 1989 ne fut pas réitérée aux élections de 1993 : le NPD n’y obtint que 0,9 % des suffrages. Tout l’électorat fut absorbé par une formation concurrente, le parti national-conservateur Die Republikaner (REP) qui réunit 9,3 % des voix, alors qu’il avait fait campagne sur les mêmes thèmes, la criminalité et l’immigration62. Le 1er avril 1993, date de la séance inaugurale de la nouvelle législature, dix députés REP, dont trois femmes et deux couples, firent leur entrée au Römer ; ils prirent place sur les sièges précédemment occupés par les hommes et les femmes du NPD. Par leur irruption dans l’hémicycle, quatre ans plus tôt, ces derniers avaient préparé le terrain : ils avaient ainsi contribué à banaliser et pérenniser la présence de l’extrême droite dans les parlements allemands.

Haut de page

Notes

1  Le NPD a été fondé en 1964 par d’anciens nationaux-socialistes en Allemagne de l’Ouest. Sur les femmes au NPD, cf. Valérie Dubslaff, « Deutschland ist auch Frauensache », NPD-Frauen im Kampf für Volk und Familie 1964-2020, Berlin, De Gruyter Oldenbourg, 2022.

2  Dans les années 1960, le NPD avait fait son entrée dans sept parlements régionaux ouest-allemands.

3  Deutsche Volksunion-Liste D en allemand.

4  Voir Eike Hennig, Die Republikaner im Schatten Deutschlands, eine Studie, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1991, p. 68-79.

5 Le « Römer » désigne le complexe de bâtiments du XVe siècle qui accueille la mairie et le parlement de Francfort.

6  Sur le NPD dans les assemblées municipales, voir Benno Hafeneger, Sozialstruktur der extremen Rechten: Mandatsträger der « Republikaner » und der NPD am Beispiel der hessischen Kommunalparlamente, Schwalbach/Ts., Wochenschau-Verlag, 1997 ; Katharina Beier, Die NPD in den kommunalen Parlamenten Mecklenburg-Vorpommerns, Greifswald, Steinbecker-Verlag, 2006 ; Luis Caballero, Die NPD in rheinland-pfälzischen Kommunalparlamenten, Aus- und Wechselwirkungen 2009-2013: Analyse und Empfehlungen, 2e éd. revue et augm., Mayence, Landeszentrale für politische Bildung Rhénanie-Palatinat, 2016.

7  « In Hessen voran! », Deutsche Stimme (DS), n° 2/1989, p. 9.

8  « NPD-Wahlkampf in Frankfurt », DS, n° 12/1988, p. 2.

9  « Frankfurt: Triumphaler NPD-Erfolg! », DS, n° 4/1989, p. 1. 8,9 % des électeurs contre 4,8 % des électrices confièrent leur voix au NPD. Cf. le détail des résultats dans Uwe Hoffmann, Die NPD, Entwicklung, Ideologie und Struktur, Francfort/Main, Peter Lang, 1999, p. 458.

10  Le groupe se composait initialement des époux Ursula et Karl Gerhold, de Winfried Krauss, Christina Ringmayer, Josef Graf, Ernst Deubert et Werner Laube.

11  Winfried Krauss, « Hoppla, da sind wir! Die NPD im Frankfurter Römer », in Holger Apfel (dir.), Alles Große steht im Sturm, Vergangenheit und Zukunft einer nationalen Partei, Stuttgart, Deutsche Stimme Verlag, 1999, p. 451 sq.

12  Sur les femmes dans la politique communale allemande, voir Beate Hoecker, Politische Partizipation von Frauen, Ein einführendes Studienbuch, Opladen, Leske und Budrich, 1995, p. 110 sq.

13  Les chiffres relatifs à la répartition des sexes dans la SVV de Francfort ont été calculés à partir des listes de député·es fournies par le service des archives municipales de Francfort.

14  Ursula Gerhold, Rapport sténographique (Rs), Assemblée municipale de Francfort/Main (SVV), 05/07/1990, p. 11.

15  Les rapports sténographiques ont été lissés : on a volontairement effacé les inflexions dialectales, les fautes de langue, les insultes et incohérences et donné du sens à des phrases qui en manquaient peut-être. La consigne donnée aux sténographes était de rendre « lisible » la retranscription des débats, quitte à fausser quelque peu la réalité.

16  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 15/06/1989, p. 90.

17  Forgé par la Nouvelle Droite comme alternative au multiculturalisme, l’« ethno-pluralisme » désigne l’exaltation anti-universaliste de la diversité ethnique à l’intérieur de l’humanité. Il sert à valoriser la spécificité biologique et culturelle de chaque groupe ethnique dans son environnement d’origine et donc à légitimer la non-mixité voire la ségrégation des différentes « cultures ». Voir Gideon Botsch, Die extreme Rechte in der Bundesrepublik Deutschland. 1949 bis heute, Darmstadt, WBG, 2012, p. 86 sq.

18  Daniel Cohn-Bendit, Rs, SVV, 06/09/1990, p. 13 sq.

19  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 06/09/1990, p. 76.

20  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 12/12/1991, p. 118.

21  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 25/04/1991, p. 27. Ursula Gerhold réclama de la même manière qu’on imposât un test de dépistage du sida aux demandeurs d’asile, afin de « s’assurer de leur état de santé ». Voir Ursula Gerhold, Rs, SVV, 22/03/1990, p. 57.

22  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 02/10/1991, p. 79.

23  Ringmayer se servit de l’adage « steter Tropfen höhlt den Stein » (« goutte après goutte, l’eau creuse la pierre ») pour justifier cette tactique de diffamation, voir Christine Ringmayer, « Allein gegen den Rest der Welt… 4 Jahre als Aussätzige in Frankfurt/Main » in Holger Apfel (dir.), Alles Große steht im Sturm, op. cit., p. 457.

24  Karl Gerhold, Rs, SVV, 26/02/1993, Parlis [en ligne], consulté le 7 juin 2021, URL : https://www.stvv.frankfurt.de/PARLISLINK/DDW?JAHR=1993&JAHR_O=gr%F6%DFer+gleich&DATUM=31.12.1993&DATUM_O=kleiner+gleich&TEXT=Karl+Gerhold&TEXT_O=beinhaltet+%28und%29&FORM_C=und&DOKUMENTTYP=WORT&FORMFL_OB=DATUM&FORM_SO=Absteigend&?3?2?.

25  Christine Ringmayer, Rs, RVV, 25/01/1990, p. 67.

26  Ursula Gerhold, Rs, SVV, 23/05/1991, p. 73.

27  « Multikulturelle freie Bumszone » en allemand. Ursula Gerhold, Rs, SVV, 16/01/1991, p. 19.

28  Ibid., p. 18 sq.

29  Ibid.

30  Ursula Gerhold, Rs, SVV, 22/03/1990, p. 57, Christine Ringmayer, Rs, SVV, 21/03/1991, p. 126, Christine Ringmayer, Rs, SVV, 14/05/1992 et 03/06/1992, p. 38.

31  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 14/11/1991, p. 23.

32  Christine Ringmayer, « Ich müßte eine Vorbildfrau in Ihrem Sinne sein! », DS, n° 11/1989, p.  4.

33  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 22/03/1990, p. 76sq et Christine Ringmayer, Rs, SVV, 13/12/1990, p. 88.

34  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 05/09/1991, p. 116.

35  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 22/03/1990, p. 76 sq.

36  Rs, SVV, 06/09/1990, p. 31-37.

37  En République fédérale, l’IVG demeure interdite (§218 StGB), mais elle est dépénalisée dans certains cas de figure (§218a StGB), notamment si l’on y recourt pour des raisons médicales, éthiques ou sociales (Indikationslösung) au cours des quatorze premières semaines de grossesse. En RDA, en revanche, l’avortement était autorisé sans justification jusqu’à la douzième semaine de grossesse (Fristenlösung).

38  Ibid., p. 34 sq.

39  Ibid.

40  Ibid.

41  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 13/07/1989, p. 98.

42  Cf. Valérie Dubslaff, « Deutschland ist auch Frauensache », op. cit., p. 218-232.

43  Dans le contexte de la guerre du Golfe (1990-1991), des soldats américains pouvaient effectivement se faire soigner à Francfort.

44  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 24/01/1991, p. 35.

45  Ursula Gerhold, Rs, SVV, 15/11/1990, p. 21.

46  Ursula Gerhold, Rs, SVV, 25/04/1991, p. 156.

47  Christine Ringmayer, Rs, SVV, 22/10/1992, p. 69.

48  Andreas von Schoeler (SPD) avait remplacé Volker Hauff (SPD) à la tête du Magistrat.

49  Ursula Gerhold, Rs, SVV, 23/05/1991, p. 73.

50  Ursula Gerhold, Rs, SVV, 16/11/1989, p. 71.

51  Karl Gerhold, Rs, SVV, 25/01/1990, p. 145.

52  Hans Busch, Rs, SVV, 22/03/1990, p. 75.

53  Ursula Gerhold, Rs, SVV, 23/05/1991, p. 15.

54  Adelheid Tröscher, Ibid.

55  Daniel Cohn-Bendit, Rs, SVV, 30/01/1992, p. 27 sq.

56  Christine Ringmayer, « Allein gegen den Rest der Welt… », op. cit., p. 454 sq.

57  Ibid., p. 455.

58  Winfried Krauss, « Hoppla, da sind wir! Die NPD im Frankfurter Römer », op. cit. et Christine Ringmayer, « Allein gegen den Rest der Welt… 4 Jahre als Aussätzige in Frankfurt/Main », op. cit.

59 Inspirée du national-socialisme historique, la pensée völkisch contemporaine défend l’idée d’une « Volksgemeinschaft » (communauté du peuple) qu’elle décrit comme biologiquement homogène. Elle en dérive des positions ultranationalistes, ethnocentriques et racistes. Cf. Uwe Puschner, G. Ulrich Großmann (dir.), Völkisch und national, Zur Aktualität alter Denkmuster im 21. Jahrhundert, Darmstadt, WBG, 2009.

60 Cette évolution, lui a valu la mise en place d’une procédure d’interdiction – certes non aboutie – entre 2013 et 2017, en raison de la proximité idéologique du NPD avec le NSDAP.

61 Sur le rapport entre l’Alternative pour l’Allemagne (Alternative für Deutschland, AfD) et le parlementarisme, cf. par exemple Christoph Butterwegge, Gudrun Hentges et Gerd Wiegel, Rechtspopulisten im Parlament, Polemik, Agitation und Propaganda der AfD, Francfort/Main, Westend, 2018 ; Anna-Sophie Heinze, Strategien gegen Rechtspopulismus? Der Umgang mit der AfD in Landesparlamenten, Baden-Baden, Nomos, 2020 ou Valérie Dubslaff, « L’AfD au Bundestag : représenter l’‘alternative’ en démocratie », in Chrystelle Fortineau-Brémond (dir.), Regarder autrement, regarder ailleurs. La représentation dans la recherche en langues et cultures étrangères, Rennes, PUR, à paraître en 2022.

62 Patrick Moreau, Les héritiers du IIIe Reich, L’extrême droite allemande de 1945 à nos jours, Paris, Seuil, 1994, p. 225.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Dubslaff, « Les femmes du NPD au Römer : Quand l’extrême droite fait son entrée au parlement de Francfort (1989-1993) »Genre & Histoire [En ligne], 29 | Printemps 2022, mis en ligne le 10 septembre 2022, consulté le 28 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7360

Haut de page

Auteur

Valérie Dubslaff

Université Rennes 2, laboratoire ERIMIT. Courriel : valerie.dubslaff@univ-rennes2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search