Navigation – Plan du site

AccueilNumeros29« Vous présentez mieux que vous n...

« Vous présentez mieux que vous ne parlez, chère collègue !1 ». Genre et interruptions au Bundestag allemand (2013-2017)

"You look better than you sound, dear colleague!" Gender and interruptions in the German Bundestag
Lucia Schmidt

Résumés

Longtemps marginalisées au Bundestag, les femmes y demeurent dans une situation précaire. De leur obtention du droit d’éligibilité en 1919 aux années 1980, leur présence n’y dépasse guère les 10 % ; sous la 18e législature (2013-2017), leur représentation atteint seulement 36 %. Cette discrétion quantitative s’accompagne historiquement de fortes résistances de la part de leurs homologues masculins, ce qui se reflète sur le plan linguistique : il en va ainsi des interruptions, traditionnellement plus fréquentes à l’encontre des femmes. Elles visent à décrédibiliser la parole des femmes, voire à les renvoyer à leur « condition » de femmes lorsqu’elles sont teintées d’un sexisme plus ou moins assumé. L’analyse de verbatim de la 18e législature (2013-2017) révèle ainsi que la situation s’est améliorée, tant du point de vue de la fréquence que de la teneur des interruptions. Cependant, même si celles-ci ne sont plus ouvertement sexistes et si elles sont distribuées plus ou moins équitablement entre femmes et hommes, il apparaît que les députées femmes conservent une tendance à user d’un mode de communication moins conflictuel lorsqu’il s’agit d’interrompre autrui.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Sie sehen besser aus, als Sie reden, Frau Kollegin ! » cit. d’après Armin Burkhardt, « „Das ist e (...)
  • 2 Chaîne de télévision publique, consultée le 12 mai 2020, URL : https://www1.wdr.de/mediathek/video/ (...)
  • 3 Cf. Mary Beard, Les femmes et le pouvoir, Paris, Perrin, 2018, p. 67, 71-72.
  • 4 Cf. Barbara von Hindenburg, « Frauen an der Macht ? Die ersten Parlamentarierinnen in Preußen (1919 (...)
  • 5 Cf. Ina E. Bieber, Frauen in der Politik, Wiesbaden, Springer VS, 2013, p. 20 ; Catherine Achin, Sa (...)
  • 6 Cf. Catherine Achin et al., Sexe, genre et politique, Paris, Economica, 2007, p. 114 ; Ruth Wodak, (...)
  • 7 Cf. Helga Kotthoff / Damaris Nübling, Genderlinguistik. Eine Einführung in Sprache, Gespräch und Ge (...)

1Bien que les Allemandes aient obtenu le droit de vote et d’éligibilité relativement tôt, en 1919, elles représentent aujourd’hui seulement 35 % des députés du Bundestag, la chambre basse en Allemagne. Depuis l’entrée des femmes au Parlement, elles y furent considérées comme des intruses et confrontées à des résistances de la part des députés masculins ; leur marginalité quantitative allait de pair avec une marginalisation linguistique. Aujourd’hui encore, elles y semblent davantage exposées à des discriminations sexistes, ce dont elles témoignent dans l’émission Docupy du Westdeutscher Rundfunk2. Comme le démontre Mary Beard, les femmes restent considérées comme des êtres extérieurs au pouvoir et sont systématiquement exclues de celui-ci3. Même une fois le seuil de la politique franchi, elles s’y voient souvent attribuer des rôles de second plan relevant parfois du care4. Cette marginalisation historique se répercute non seulement sur la disposition à la politique5 en général mais également sur l’identité politique des élues, ainsi que sur leur prise de parole, ce qui peut engendrer un sentiment d’illégitimité6. Le rôle du genre sur la parole – qui est l’objet de la linguistique du genre7 – se trouve ainsi davantage renforcé dans la sphère politique, terrain historiquement hostile aux femmes.

  • 8 Cf. Burkhardt, « „Das ist eine Frage…“ », Art. cit., p. 76.

2Parmi les mécanismes de discrimination se trouvent les interruptions polémiques pendant les discours. Dans les années 1980, ces interruptions, qui étaient majoritairement le fait des hommes, visaient proportionnellement davantage d’oratrices que d’orateurs8. L’analyse qualitative laisse apparaître un large éventail d’interruptions, explicitement ou implicitement sexistes, réservées aux femmes afin d’entraver leur prise de parole, et ce d’autant plus qu’elles visent à les décrédibiliser en mobilisant des stéréotypes de genre et en renvoyant les députées à leur condition de genre.

3Cet article abordera, après une brève présentation des trois périodes de féminisation du Bundestag, les différents types d’interruptions à caractère sexiste, tout en interrogeant les liens entre la présence féminine au Parlement et les résistances auxquelles celle-ci se heurte. Une fois établies dans leurs fonctions, les femmes sont-elles mieux acceptées, et par conséquent moins confrontées à des mécanismes d’exclusion et de discrimination ? Ou au contraire, une présence et une importance accrues sont-elles perçues comme une menace, entraînant un surcroît de réactions hostiles de la part des députés masculins ?

4Une analyse de verbatim récents (2013 à 2017) permet d’appréhender la situation actuelle de la représentation féminine, dans une perspective du temps présent, et de la comparer aux périodes précédentes afin de relever d’éventuelles évolutions dans le traitement réservé aux femmes oratrices, ainsi que dans leur propre activité d’interruption.

La présence discrète des femmes au Parlement : de la « marginalité » historique à la « normalité » ?

  • 9 Il n’y avait aucune femme au pseudo-parlement du Troisième Reich, les femmes étant exclues des cand (...)
  • 10 Cf. Annette Knaut, « Les femmes dans les parlements de la RFA de 1949 à 2013 – De la marginalité à (...)

5Annette Knaut distingue trois phases dans l’évolution quantitative de la représentation féminine au Bundestag : la « marginalité » (1949-1986) – à laquelle on peut ajouter la période de la République de Weimar entre 1919 et 19339 –, l’« altérité » (1987-2001) et la « normalité » (2002-2013)10.

  • 11 Cf. Elisabeth Glück, « 100 Jahre Frauenwahlrecht in Deutschland », Statistisches Monatsheft Baden-W (...)
  • 12 Cf. Knaut, « Les femmes… », Art. cit., p. 49-53.
  • 13 Cf. Helga Lukoschat / Jana Belschner, Macht zu gleichen Teilen. Ein Wegweiser zu Parität in der Pol (...)

6De 1919 jusqu’aux années 1980, il y a tout d’abord une très longue phase de marginalité voire d’invisibilité : au Parlement national de la République de Weimar entre 1919 et 1933 (la Weimarer Nationalversammlung puis à partir de 1920, le Reichstag) comme au Bundestag à partir de 1949, le taux de féminisation n’a dépassé les 10 % qu’en 1987. On remarque les premiers changements significatifs au cours des années 1980 : la proportion des femmes approche les 10 % en 1983, puis dépasse les 15 % en 1987. Ensuite, elle continue de s’accroître constamment pour arriver au tiers des sièges en 200211. Knaut appelle cette phase de changement « altérité » car les femmes sont encore loin d’être établies. Elles constituent donc toujours une déviation marquée à la règle masculine, dominante12. Cependant, les femmes parlementaires ne sont plus invisibles et deviennent alors quantitativement trop importantes pour être ignorées. Cette augmentation s’explique notamment par l’instauration de quotas paritaires au sein de certains partis : en 1983, le parti Die Grünen (Les Verts) fait son entrée au Bundestag ; c’est le premier parti à pratiquer, dès 1986, un quota strictement paritaire pour les postes et fonctions internes, ainsi que pour l’élaboration des listes. En 1988, le SPD, le parti social-démocrate, met également en place un quota progressif afin d’atteindre au bout de dix années un minimum de 40 % de chaque sexe dans les fonctions internes et au sein des listes de candidat·es. Après la « réunification » de 1990, le parti héritier du parti communiste PDS (Partei des demokratischen Sozialismus) entre au Bundestag : il pratique un quota de 50 % pour les fonctions internes et les candidatures. Enfin, en 1996, l’Union chrétienne-démocrate CDU met en place un quota non contraignant d’un tiers de femmes et d’hommes à toutes les fonctions, de même que sur les listes13.

  • 14 Ibid., p. 55-60.
  • 15 Ibid., p. 48.
  • 16 Ibid., p. 57. Mis à part les études en linguistique du genre en général (cf. Kotthoff / Nübling, Ge (...)

7Dès 2002, le taux de femmes se stabilise autour d’un tiers et n’augmente plus, à l’exception de la 18e législature (2013-2017), au cours de laquelle il monte à 36 % pour ensuite redescendre à 31 %. Knaut qualifie cette période de phase de « normalité » et s’interroge sur le fait de se satisfaire de cette situation. En effet, la normalité peut signifier tout à la fois que la présence des femmes est considérée comme moins anormale qu’auparavant, c’est-à-dire qu’elle ne dévie plus de la règle et que les femmes ne sont plus considérées comme des intruses ; mais la normalité rappelle en même temps que cette situation – un taux de représentation féminine d’environ un tiers, en stagnation depuis deux décennies – est perçue comme normale, adéquate, alors même que les femmes sont toujours largement minoritaires. Cela reviendrait donc à une saturation, alors que la parité est loin d’être atteinte14. Cette perception s’inscrit dans la perception et le discours selon lesquels l’égalité des sexes serait atteinte depuis longtemps et que tout débat ou toute évolution seraient devenus superflus. Cette perception est au demeurant corroborée par le fait que quelques femmes détiennent des postes de premier plan, à commencer par Angela Merkel, qui a occupé, entre 2005 et 2021, un poste de pouvoir particulièrement visible15. Plusieurs obstacles informels concourent à cette situation, parmi lesquels les réunions tardives ou durant les week-ends, davantage compatibles avec des habitudes masculines, l’existence pour les hommes de puissants réseaux exclusifs, etc., mais aussi des styles communicatifs genrés16, que ce soit en coulisses ou au sein de l’hémicycle.

La prise de parole des femmes au Parlement : l’exemple des interruptions

Les interruptions parlementaires : définition

8Partant de ces phases temporelles dans la représentation des femmes au Parlement et de leur sous-représentation chronique, on peut se demander dans quelle mesure ces faits sociaux se reflètent dans le langage, comment ces inégalités et évolutions influent sur les interactions au cours des débats parlementaires. Pour tenter de relever d’éventuelles différences genrées dans les modes de communication, il est particulièrement intéressant de se pencher sur les interruptions pendant les discours des député·es (Zwischenrufe ou Zurufe en allemand). Ce sont en effet là des éléments dialogiques et spontanés dans les débats parlementaires, eux-mêmes constitués en grande partie de discours rédigés à l’avance.

  • 17 « Wild gewordener Gartenzwerg ! », Ottmar Schreiner (SPD) à l’adresse de Hansheinz Hauser (CDU), 26 (...)
  • 18 Par exemple en analyse conversationnelle, cf. Harvey Sacks et al., « A Simplest Systematics for the (...)
  • 19 Cf. Armin Burkhardt, Zwischen Monolog und Dialog, Berlin / Boston, De Gruyter, 2004, p. 72.

9La première des caractéristiques de ces Zwischenrufe est leur brièveté : un mot, parfois une ou deux phrases, guère davantage. Ensuite, ils peuvent revêtir différentes formes et fonctions : d’une simple intervention constituée d’un mot-phrase – Bravo !, Non ! – à de véritables constructions créatives, telles que des jeux de mots, des insultes ou des dénigrements : « Nain de jardin surexcité !17 ». Enfin, leur fonction n’en fait pas des sollicitations du droit à la parole comme cela est en général le cas des interruptions dans les conversations18, mais les rapproche plutôt des actes responsifs19. Cependant, leur force illocutoire dépasse la simple manifestation d’attention confirmant la·le locuteur·rice dans sa position. En effet, ces interruptions contiennent généralement un positionnement vis-à-vis du discours de l’orateur·rice, voire de la personne même de l’orateur·rice ; elles peuvent par exemple viser à dénigrer la personne, à la déstabiliser ou au contraire à l’encourager.

  • 20 « Gruselige Rede ! Das ist doch gruselig ! » ; « Sie sind das personifizierte Sicherheitsrisiko ! » (...)
  • 21 Cf. Rüdiger Kipke, « Der Zwischenruf – ein Instrument politisch-parlamentarischer Kommunikation ? » (...)
  • 22 Cf. Ronald Hitzler, « Die Politik des Zwischenrufs. Zu einer kleinen parlamentarischen Form », Zeit (...)
  • 23 « Lesen Sie mal meinen Aufsatz dazu ! », Volker Beck (Bündnis 90 / Die Grünen) à Dr. Sabine Sütterl (...)
  • 24 Cf. Christa M. Heilmann, Interventionen im Gespräch. Neue Ansätze der Sprechwissenschaft, Tübingen (...)

10On distingue globalement les interruptions approbatives des interruptions polémiques. Les premières servent à exprimer un accord avec le discours ou avec la locuteur·rice, ou à lui apporter du soutien ; elles sont naturellement plus fréquentes vis-à-vis des membres du même camp (tant dans l’opposition que dans la majorité), a fortiori au sein du même groupe parlementaire. Dans la majorité des cas, il s’agit d’interruptions standard du type Oui ! ou Très juste !. Les interruptions polémiques, quant à elles, visent à exprimer un désaccord. Elles peuvent aussi déstabiliser, ridiculiser ou délégitimer l’adversaire politique, par exemple : « Discours effrayant ! C’est flippant ! » ; « Vous êtes l’incarnation du risque pour la sécurité !20 ». Elles réclament une certaine assurance et un sens de la répartie, d’autant qu’elles exposent leur auteur·rice à un risque : le bon mot peut se retourner contre lui ou elle, en cas de riposte de la part de la personne qui vient d’être interrompue21. L’une des fonctions principales des interruptions polémiques est par ailleurs d’attirer l’attention et de mettre en scène la crédibilité et l’importance de l’émetteur·rice22, ce qu’illustre presque jusqu’à la caricature l’exemple suivant : « Je vous recommande la lecture de mon article à ce sujet !23 » (fonction qui connaît aussi des formes bien plus subtiles). Leur caractère compétitif et potentiellement conflictuel fait des interruptions polémiques un objet pertinent des études de genre : principalement étudiées dans les conversations, elles peuvent y être un indicateur des rapports de force entre interlocuteur·rices24. Ces interruptions se distinguent certes à maints égards des interruptions parlementaires, mais leur principe consistant à interrompre le discours d’autrui les en rapproche. Les interruptions parlementaires sont d’autant plus pertinentes dans la perspective du genre qu’elles apparaissent dans la sphère publique, espace dont les femmes ont été longtemps exclues et où elles demeurent minoritaires, en politique comme ailleurs.

Les interruptions de nature sexiste

  • 25 Cf. Burkhardt, « „Das ist eine Frage », Art. cit., p. 76.
  • 26 Cf. Burkhardt, Zwischen Monolog…, op. cit., p. 40.
  • 27 Cf. Armin Burkhardt, « „Zur Sache, Schätzchen !“ Chauvi-Sprüche im Parlament », Sprachreport 90, 2, (...)

11Une étude portant sur plusieurs débats des années 1980 montre que les oratrices étaient plus susceptibles d’être interrompues que les orateurs au Bundestag25. De même, une analyse menée par un média politique entre 2002 et 2003 a mis en évidence la dissymétrie de genre qui traverse ces Zwischenrufe : on ne recensait que deux femmes parmi les 25 députés qui coupaient le plus fréquemment la parole aux autres26. Cependant, le sexe des député·es semble influer non seulement sur la fréquence des interruptions subies, mais aussi sur leur teneur. Armin Burkhardt a trouvé dans son corpus des années 1983-1984 des différences de nature selon qu’elles interrompent les discours de femmes ou d’hommes. En effet, les interruptions à l’encontre des oratrices relèvent, selon Burkhardt, souvent d’une forme de sexisme explicite ou implicite. Parmi les interruptions qu’il qualifie de sexistes, il distingue trois types : les interruptions à caractère paternaliste (« jovial »), bovin (« bovial ») et machiste (« chauvial »)27.

  • 28 « Das ist eine Frage des Intellekts, Frau Kollegin ! », ibid., p. 2.
  • 29 « Wer hat Ihnen eigentlich den Unsinn aufgeschrieben ? », ibid.
  • 30 Ibid.
  • 31 « Sie sehen besser aus, als Sie reden, Frau Kollegin ! », cit. d’après Burkhardt, « „Das ist eine F (...)

12Les interruptions à caractère paternaliste sont marquées par leur condescendance et une apparente bienveillance. C’est par exemple le cas lors du recours à l’adresse chère collègue qui est a priori un marqueur d’égalité, ou du moins de politesse, comme dans la remarque « C’est une question d’intelligence, chère collègue !28 ». À l’inverse, dans l’exemple « Mais qui vous a composé ces absurdités ? »29, la critique du contenu du discours ne s’adresse pas directement à l’oratrice, mais présuppose au contraire qu’elle ne peut même pas en être tenue pour responsable : le caractère infantilisant, bien que sous-jacent, est ici manifeste. Les interruptions de ce type visent le plus souvent à présenter l’oratrice comme incompétente à titre individuel, mais plus encore, elles présupposent l’incompétence féminine comme une évidence naturelle. Parmi les interruptions à caractère « bovin », Burkhardt regroupe ce qui vise à déranger le discours. Le contenu n’a pas besoin d’être explicitement sexiste : un niveau sonore élevé, des rires, une fréquence élevée d’interruptions, le tout sans la bienveillance apparente qui est caractéristique du paternalisme30. Enfin, les interruptions à caractère machiste visent à cantonner les oratrices à leur corps ou à leur sexe et à ignorer ainsi le contenu même de leurs discours. Il s’agit par exemple de remarques ouvertement misogynes : « Vous présentez mieux que vous ne parlez, chère collègue !31 ». Les oratrices sont ainsi trivialisées, le plus souvent en insistant sur leurs traits biologiques et en se focalisant sur des appréciations qui relèvent de la vie privée (apparence physique, famille, etc.).

13Cette classification a été établie à partir d’un corpus des années 1980, lorsque la présence féminine au Bundestag était de presque 10 % et commençait à augmenter. Qu’en est-il des interruptions avant et après cette phase d’altérité ?

L’évolution des interruptions depuis 1919

Époque de la « marginalité »

  • 32 Cf. Burkhardt, « „Das ist eine Frage… », Art. cit., p. 67-70.
  • 33 Ibid., p. 70.
  • 34 Cf. p. ex. verbatims n° 02/221, 03/046, 04/051, 04/167, 05/124, 05/146, consulté le 12 avril 2020, (...)
  • 35 Cf. p. ex. verbatims n° 02/069, 04/051, 04/167, 05/033, 05/100, 05/146, consulté le 12 avril 2020, (...)
  • 36 Cf. Burkhardt, « „Das ist eine Frage… », Art. cit., p. 66.
  • 37 Ibid., p. 67-70. L’analyse de Burkhardt se fonde sur une comparaison entre le discours de la député (...)

14Au cours de la République de Weimar puis lors des premières décennies du Bundestag, lorsque la présence des femmes n’excédait pas 10 %, l’attitude des députés masculins envers les oratrices était certes marquée par une condescendance paternaliste, mais le degré d’agressivité comme la misogynie ouverte semblent moins élevés qu’ils ne le seront plus tard32. On peut remarquer deux choses. Premièrement, une rapide lecture des verbatim des années 1950 et 1960 montre que les femmes se font très discrètes, comme cela a été également constaté pour la République de Weimar33 : elles parlent très rarement et quand elles prennent la parole, elles n’interviennent que dans des domaines considérés alors comme secondaires et relevant souvent du care, comme les allocations familiales, le logement ou la santé34, alors que les thématiques relevant d’autres domaines, notamment des affaires étrangères, des finances ou de la défense – telles que la réunification, le budget, l’OTAN, etc. –, sont traitées presque exclusivement par des hommes35. Au début, elles sont même ostensiblement oubliées, par exemple dans les adresses : certains orateurs, lors des premières séances du parlement de Weimar, s’adressent à l’auditoire en utilisant l’adresse générique Messieurs (Meine Herren) et n’hésitent pas à justifier cet oubli quand la remarque leur est faite36. Deuxièmement, pendant les rares discours prononcés par des femmes, l’audience est généralement plus « active » comme le constate Burkhardt : il y a davantage de rires, le niveau sonore et l’agitation sont plus élevés, et parmi les interruptions qu’elles subissent, il y a notamment celles qui visent à corriger l’oratrice ; en revanche, les interruptions agressives et ouvertement misogynes, de type machiste, y sont rares37.

Époque de l’« altérité »

  • 38 Cf. supra, note n° 29.
  • 39 Burkhardt, « „Das ist eine Frage… », Art. cit., p. 76-78. L’analyse de Burkhardt repose sur un corp (...)
  • 40 Cf. ibid., p. 76 sq.
  • 41 « Zur Sache, Schätzchen ! », « Küßchen, Küßchen ! », cit. d’après ibid., p. 75.

15L’étude de Burkhardt indique que l’atmosphère s’est tendue dans les années 1980. Son corpus, qui est constitué de discours de 1983 et 1984 portant sur des thématiques variées, laisse apparaître que les femmes subissent presque 1,5 fois plus d’interruptions que les hommes. La classification pragmatique des interruptions, c’est-à-dire en fonction de l’intention communicative, se révèle ici particulièrement éclairante : les interruptions qui visent à apporter une information complémentaire à l’orateur·rice, tout comme les commentaires ironiques, sont environ deux fois plus fréquentes quand il s’agit d’une oratrice ; les questions rhétoriques sont jusqu’à quatre fois plus nombreuses : « Mais qui vous a composé ces absurdités ?38 » ; les questions cinq fois plus39. On peut expliquer ces résultats par le fait que l’on accorde moins de compétences techniques aux femmes, une tendance qui ne se limite pas à la sphère politique. Du fait de cette incompétence supposée, leurs discours mériteraient ainsi d’être « complétés ». Les questions, qu’elles soient rhétoriques ou non, visent à les déstabiliser et peuvent comporter, tout comme les remarques paternalistes en général, la présupposition d’incompétence40. Contrairement à la phase de la marginalité, on note également davantage d’interruptions ouvertement misogynes, de type machiste : « Venons-en au fait, petite chérie ! » ou « Bisou ! Bisou ! »41.

Époque de la « normalité » : analyse de verbatim de la 18e législature (2013-2017)

  • 42 Cf. supra note n° 1.

16À partir de 2002, le taux de représentation féminine se stabilise autour d’un tiers des député·es ; c’est le commencement de l’époque que Knaut appelle la « normalité ». Si l’on part du principe que les femmes ne sont plus considérées comme une déviation marquée à la règle, cela devrait se répercuter sur la fréquence des interruptions, mais aussi sur leur teneur. Le machisme courant et les interruptions du type « Vous présentez mieux que vous ne parlez, chère collègue !42 », propres aux années 1980, sont aujourd’hui difficilement imaginables, d’autant qu’il s’agit de débats publics, susceptibles d’être repris par la presse et les réseaux sociaux au moindre dérapage.

  • 43 Cf. Carsten Lenz, Nicole Ruchlak. Kleines Politik-Lexikon, Berlin -Boston, Oldenbourg, Wissenschaft (...)

17L’hypothèse d’une évolution par rapport aux années 1980 a été vérifiée à l’aide d’un corpus comprenant 12 verbatim de la 18e législature, de 2013 à 2017 (cf. tableau 1). Le taux d’oratrices, à savoir 35 %, correspond à celui des femmes, qui était d’environ 36 % pendant cette législature. Le corpus comprend les verbatim de 145 discours au total, 51 discours féminins et 94 discours masculins, prononcés dans le cadre de l’« Heure actuelle » (Aktuelle Stunde) : il s’agit de débats sur des sujets de grande actualité, d’une durée maximale prévue de 60 minutes et durant lesquels chaque discours est limité à cinq minutes, ce qui permet un échange plus vif. Aussi peut-on supposer que le format, plus succinct et centré sur l’actualité, donc sur des sujets potentiellement controversés, favorise la spontanéité et de ce fait également les Zwischenrufe. Les Aktuelle Stunden, qui peuvent être demandées par un groupe parlementaire ou par au moins 5 % des député·es, sont plus souvent à l’initiative de l’opposition43. Parmi les débats analysés, 10 sur 12 ont ainsi eu lieu à l’initiative des partis d’opposition Die Linke (gauche radicale) ou Bündnis 90 / Die Grünen (écologistes). Les thématiques sont variées : par exemple le système de retraite, la situation en Syrie ou le mariage pour tous·tes, mais le fait d’être initiés majoritairement par les partis de gauche met en lumière des problématiques touchant à la politique sociale.

Tableau 1. Typologie des interruptions de la 18e législature du Bundestag (2013-2017)

Tableau 1. Typologie des interruptions de la 18e législature du Bundestag (2013-2017)

* Les différences entre le total des interruptions subies et celui des interruptions commises s’expliquent par le fait que l’auteur·e n’est pas toujours identifïé·e dans le verbatim.

Calculs personnels sur la base des verbatim, URL : https://pdok.bundestag.de/​, consulté le 12/04/2020.

18Le premier constat que l’on peut tirer de ce corpus est que les femmes s’expriment toujours davantage sur des sujets relevant de domaines considérés comme secondaires, souvent associés aux stéréotypes de genre ou ayant trait à leur condition particulière, tels que la pauvreté infantile (41 % d’oratrices), le mariage pour tous·tes (50 %) ou encore – sans surprise – les conditions d’embauche des femmes (83 %). À l’exception du mariage pour tous·tes, ce sont également des thématiques plutôt consensuelles, qui ne favorisent donc pas les interruptions, ce qui pourrait constituer un léger biais pour la fréquence des interruptions subies. À l’inverse, les débats sur les questions de défense ou de politique étrangère sont les moins féminisés : ainsi, le débat sur la guerre des drones américaine ne recense que 17 % d’oratrices, celui sur la situation en Syrie et en Irak 25 %. Cette répartition stéréotypée des compétences, certes moins aiguë qu’à l’époque de la République de Weimar ou de la jeune RFA, est toujours présente.

  • 44 Les très rares interruptions équivoques, qui n’étaient pas identifiables clairement comme polémique (...)

19L’analyse des interruptions a permis d’identifier en premier lieu les cas suivants (cf. tableau 1). D’une part, des interruptions polémiques, c’est-à-dire celles qui visent à exprimer un désaccord et qui sont adressées très majoritairement aux membres d’un autre parti ou du camp adverse ; d’autre part, des interruptions approbatives, c’est-à-dire celles qui expriment un accord avec le contenu du discours ou avec l’orateur·rice. Les interruptions approbatives sont le plus souvent standard, par exemple : Oui !, Très juste !, etc.44. La distinction entre ces deux catégories est fondamentale, car elles ont des fonctions opposées. Les interruptions polémiques sont largement plus fréquentes que les approbatives : dans le corpus ont ainsi été recensées 101 interruptions approbatives, contre 776 interruptions polémiques, ces dernières représentant 89 % du total.

Interruptions subies

20La répartition selon le sexe laisse apparaître que la situation a nettement évolué par rapport aux débats des années 1980, où les interruptions des deux types étaient largement plus fréquentes envers les femmes. En effet, les femmes subissent presque autant d’interruptions polémiques que les hommes, à savoir 33 % (la part des discours féminins étant de 35 %). De même, les interruptions machistes et ouvertement misogynes (de type Bisou ! Bisou !) sont inexistantes dans le corpus. La distribution des interruptions approbatives subies correspond exactement à la répartition des sexes : 35 % d’entre elles ont lieu à l’occasion des discours prononcés par des femmes. Pour compléter les réactions positives apportées aux discours, les applaudissements ont également été comptés. Là aussi, il n’y a pas de différence entre les sexes, avec 36 % d’applaudissements pendant les discours féminins. Cette forme d’approbation est donc également répartie équitablement, alors que dans le corpus de Burkhardt, les applaudissements ont été plus fréquents pendant les discours féminins ; peut-être peut-on y voir une sorte de bienveillance envers un groupe défavorisé, a priori considéré comme illégitime dans l’arène politique et qui a de ce fait besoin d’être confirmé et soutenu dans son rôle. Quoi qu’il en soit, la fréquence des interruptions, tant polémiques qu’approbatives, laisse supposer que les oratrices et les orateurs sont aujourd’hui traité·es plus équitablement par leur auditoire. Il serait cependant intéressant d’établir une typologie plus fine des interruptions polémiques, qui revêtent des formes et fonctions extrêmement variées, afin de déceler d’éventuelles différences dans leur teneur. Mais leur interprétation est d’autant plus difficile que leur fonction ne ressort pas toujours des verbatim et dépend parfois d’autres facteurs, tels que l’intonation ou le contexte qui peut parfois dépasser le strict cadre du discours interrompu.

Interruptions commises

  • 45 Les listes de présence aux débats n’étant pas accessibles, nous partons du postulat que le taux de (...)

21Qu’en est-il des interruptions commises ? Rappelons que les hommes étaient encore en 2002/2003 plus nombreux à interrompre les discours des autres, ce qui ne semble nullement étonnant étant donné non seulement leur plus grand nombre au Bundestag, mais aussi leur plus grande familiarité traditionnelle avec l’espace public en général et le métier politique en particulier. Rappelons également que les interruptions, notamment polémiques, demandent une certaine assurance, de même qu’une disposition à la confrontation. Là aussi, le corpus reflète une évolution assez nette : les femmes sont en proportion presque autant à l’origine des interruptions polémiques que les hommes (31 % de l’ensemble des interruptions)45 (cf. tableau 1).

  • 46 « Können Sie mal an den Themen dranbleiben, Frau Brugger ? », Henning Otte (CDU / CSU) à Agnieszka (...)

22Cependant, parmi les interruptions polémiques, il y a un grand spectre de nuances : des interruptions standard comme Non ! ou Si !, les plus anodines et discrètes, aux insultes et dénigrements personnels, en passant par les remises en question plus explicites du contenu, telles que des rectifications ou des commentaires, reproches, etc. Il est extrêmement difficile de déterminer le caractère conflictuel ou le degré d’agressivité de chaque interruption, voire de distinguer systématiquement les différents types (par exemple entre information complémentaire, constat, objection, etc.). Néanmoins, lors de l’analyse des interruptions polémiques, il est apparu que les hommes s’adressaient davantage aux orateur·rices de façon directe, c’est-à-dire en utilisant la deuxième personne (les pronoms du au singulier et ihr au pluriel ; et plus fréquemment la troisième personne du pluriel, Sie, qui fait office de forme de politesse en allemand), un impératif, ou bien une adresse nominale comme Monsieur ou Madame (Herr/Frau) ; comme dans « Pouvez-vous vous en tenir au sujet, Madame Brugger ?46 ». À la suite de ce constat, une sous-catégorisation des interruptions polémiques suivant ce critère a été effectuée. Il s’agit d’une classification simple, qui ne peut certes prétendre à être un indicateur fiable du caractère direct d’une interruption mais qui a le mérite d’être relativement objective grâce à la définition univoque.

  • 47 Cf. Kotthoff / Nübling, op. cit., p. 282 sq.
  • 48 Penelope Brown, Stephen C. Levinson, Politeness. Some Universals in Language Usage, 7e édition, Cam (...)

23Un décomptage des interpellations polémiques directes a donc été effectué : alors que les femmes avaient commis 31 % des interruptions polémiques dans leur ensemble, elles n’étaient les autrices que de seulement 20 % des interruptions polémiques directes (telles que définies supra). Comment expliquer cette différence ? Un lien entre genre et caractère direct des énoncés a été constaté dans diverses autres situations de communication : les hommes semblent plus souvent recourir à des énoncés directs – tels que les impératifs –, alors que les femmes ont plus fréquemment tendance à les atténuer47. Quant aux interruptions polémiques, en s’adressant directement à l’adversaire, on l’affronte, on porte plus directement atteinte à sa face, notamment à sa face « positive » (selon les termes de Brown et Levinson48), c’est-à-dire le besoin de reconnaissance par autrui de l’image favorable que l’on se fait de soi. Cela demande davantage d’assurance que les énoncés moins directs. De manière générale, cette expression directe possède une dimension hiérarchique, les dominant·es ayant moins besoin de masquer des énoncés potentiellement offensifs ; à l’inverse, les dominé·es ont davantage intérêt à recourir à des stratégies de politesse, qui sont des stratégies de préservation de la face d’autrui.

24Une autre différence vis-à-vis des interruptions commises ressort du corpus. Les femmes sont en effet plus nombreuses à soutenir les orateur·rices : 45 % des interruptions approbatives proviennent de députées (contre 31 % des interruptions polémiques). Cette différence pourrait également être considérée comme l’indicateur d’un comportement genré, plus poli, qui viendrait corroborer l’hypothèse d’un mode de communication plus coopératif que conflictuel chez les femmes interruptrices.

  • 49 « Den sollten Sie mal lesen ! Lesen bildet ! Denken hilft ! » Johannes Kahrs (SPD) à Alexander Hoff (...)
  • 50 « Jetzt haben wir endlich vollständige Klarheit ! », Matthias Gastel (Bündnis 90 / Die Grünen) aprè (...)
  • 51 « Oh, so lange schon ? », verbatim n° 18/094.
  • 52 « Das ist doch Quatsch ! » Beate Müller-Gemmeke (Bündnis 90 / Die Grünen) à Tobias Zech (CDU / CSU) (...)
  • 53 « Dann wird es also keine Ausländermaut geben ! », Dr. Valerie Wilms (Bündnis 90 / Die Grünen) à Ol (...)

25Une dernière différence, difficilement quantifiable mais qui mérite toute notre attention, ressort des verbatim analysés. Dans le corpus entier, il semble que les Zwischenrufe les plus ironiques et osés soient le fait des hommes : « Vous devriez le lire. La lecture est instructive ! Penser, ça aide !49 » ; « Maintenant, nous y voyons enfin clair !50 ». Ces attaques, bien qu’elles ne s’adressent pas forcément directement à l’orateur·rice, peuvent remettre en cause la personne et l’humilier bien davantage que de simples contradictions, en la ridiculisant et en faisant rire à ses dépens. Chez les hommes, on note un autre type d’interruption relevant du second degré : les commentaires humoristiques hors sujet, souvent ad personam, c’est-à-dire n’ayant pas trait au sujet débattu, et dont la fonction est essentiellement de déranger l’orateur·rice afin d’attirer l’attention sur son auteur·rice. Par exemple, lorsque Jutta Eckenbach (CDU / CSU) déclare que la manière dont on traite la pauvreté infantile la dérange depuis de nombreuses années, elle se voit remarquer « Oh, ça fait déjà si longtemps ?51 » par Jörn Wunderlich (Die Linke). A contrario, les femmes sont davantage susceptibles de se contenter de brèves remarques standard telles que « N’importe quoi !52 » pour manifester leur désaccord. En général, il semblerait qu’elles aient davantage recours à de remarques relevant du premier degré et plutôt ad rem, par exemple : « Il n’y aura donc pas de vignette pour les étrangers !53 ».

  • 54 Cf. Helga Kotthoff, « Humor und Geschlechterverhältnisse », in Uwe Wirth (dir.), Komik. Ein interdi (...)
  • 55 Cf. p. ex. Stephanie Schnurr et Janet Holmes, « Using humor to do masculinity at work », in Neal R. (...)
  • 56 Cf. Kotthoff et Nübling, op. cit., p. 289.

26L’hypothèse selon laquelle l’ironie et l’humour seraient davantage pratiqués par les hommes avait déjà été émise par Helga Kotthoff pour les débats parlementaires des années 199054 et a été soulevée dans de nombreux travaux consacrés à d’autres situations de communication55. Sans entrer dans les détails de la complexité de l’humour, on peut se contenter de résumer quelques aspects fondamentaux qui pourraient expliquer les différences supposées dans le corpus : en faisant rire les autres, l’orateur·rice prend momentanément le contrôle de la situation de communication. Ainsi, dans des situations de communication dissymétriques, l’humour est tendanciellement l’apanage des personnes de statut supérieur, comme cela a été observé par exemple dans la communication entre patron·nes et employé·es56. La plaisanterie est par ailleurs une activité à risque car son succès dépend, plus que d’autres types d’énoncés, de la qualité (subjective) de la plaisanterie ou pour le moins de la réaction de l’auditoire, c’est-à-dire du rire solidaire. Elle peut facilement – et de façon perceptible – échouer. De plus, les formes d’humour qui visent à dénigrer l’objet de la plaisanterie, telles que le sarcasme, sont hautement conflictuelles et, du fait de la dérision, peuvent être perçues comme plus agressives, notamment quand l’interlocuteur·rice est directement visé·e (pour les Zwischenrufe, l’orateur·rice interrompu·e). L’hypothèse selon laquelle les hommes useraient davantage du second degré dans leurs interruptions reste à vérifier, sachant qu’il s’agit d’une catégorie assez floue et qu’il est difficile d’établir des critères fiables de classification.

Conclusion

27Longtemps après leur entrée au Parlement allemand, jusque dans les années 1980, les femmes y demeuraient quasi-étrangères : contrairement aux hommes, elles n’y étaient pas à leur place. Cette réalité était source de difficultés qui se manifestaient également au travers des interruptions.

28Cependant, le taux de représentation féminine a évolué, tout comme l’influence du genre sur la fréquence et les diverses fonctions des interruptions. Ignorance et paternalisme caractérisent la longue phase de la marginalité ; puis, lorsque les femmes ne peuvent plus être ignorées et pourraient même devenir menaçantes pour l’ordre masculin établi, la résistance et l’agressivité l’emportent, avec une mise en évidence de l’altérité et d’une supposée incompétence féminine ; enfin, une normalisation du traitement réservé aux oratrices semble apparaître actuellement. Au sein de l’hémicycle, les femmes ne se heurtent plus aux résistances explicites de leurs homologues masculins. Les interruptions les moins subtiles, c’est-à-dire celles à caractère ouvertement sexiste ou machiste, sont inexistantes dans le corpus contemporain et les interruptions se révèlent aussi fréquentes envers les hommes que les femmes. En revanche, deux différences quantifiables ont pu être relevées : les femmes sont autrices de plus d’interruptions approbatives et de moins d’interpellations directes, ce qui corrobore l’hypothèse du recours chez les femmes, en tant qu’interruptrices, à un mode d’expression plus coopératif que conflictuel.

29Le principe d’égalité entre les sexes étant largement reconnu dans la société, les dérapages sexistes de certains députés, que l’on rencontre encore au cours des années 1980, seraient aujourd’hui quasiment impossibles. Ils provoqueraient un scandale immédiat, amplifié par l’écho médiatique qu’ils ne manqueraient pas de susciter. Néanmoins, comme en ont témoigné récemment plusieurs députées, le sexisme n’a pas disparu des allées du Bundestag. Considérant que la majorité du travail parlementaire ne se fait pas directement au sein de l’hémicycle – espace à la très forte publicité – mais en coulisses et dans les commissions, il est aisé d’imaginer qu’un glissement se soit opéré, que le sexisme revête aujourd’hui des formes plus subtiles et qu’il persiste à un niveau plus informel. En tout état de cause, le taux de représentation féminine, qui stagne depuis vingt ans, rappelle qu’une véritable parité est loin d’être acquise.

Haut de page

Notes

1 « Sie sehen besser aus, als Sie reden, Frau Kollegin ! » cit. d’après Armin Burkhardt, « „Das ist eine Frage des Intellekts, Frau Kollegin !“. Zur Behandlung weiblicher Redner in deutschen Parlamenten », Sprache und Literatur in Wissenschaft und Unterricht, 21, 1990, p. 61-83, p. 71.

2 Chaîne de télévision publique, consultée le 12 mai 2020, URL : https://www1.wdr.de/mediathek/video/sendungen/video--frauen-eine-frage-100.html.

3 Cf. Mary Beard, Les femmes et le pouvoir, Paris, Perrin, 2018, p. 67, 71-72.

4 Cf. Barbara von Hindenburg, « Frauen an der Macht ? Die ersten Parlamentarierinnen in Preußen (1919-1933) », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande 53, 1, 2021, p. 79-94, p. 81 sq. ; Lucia Schmidt, « Wortschatz und Politikfelder von weiblichen Abgeordneten im Deutschen Bundestag », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 53, 1, 2021, p. 139-156.

5 Cf. Ina E. Bieber, Frauen in der Politik, Wiesbaden, Springer VS, 2013, p. 20 ; Catherine Achin, Sandrine Lévêque, Femmes et politique, Paris, La Découverte, 2010, p. 76.

6 Cf. Catherine Achin et al., Sexe, genre et politique, Paris, Economica, 2007, p. 114 ; Ruth Wodak, « Multiple Identities : The Roles of Female Parliamentarians in the EU Parliament », in Susan Ehrlich et al. (dir.), Handbook of Language, Gender and Sexuality, Hoboken (NJ), Wiley & Sons, 2014, p. 671-698, ici p. 672.

7 Cf. Helga Kotthoff / Damaris Nübling, Genderlinguistik. Eine Einführung in Sprache, Gespräch und Geschlecht, Tübingen, Narr Francke Attempto, 2018.

8 Cf. Burkhardt, « „Das ist eine Frage…“ », Art. cit., p. 76.

9 Il n’y avait aucune femme au pseudo-parlement du Troisième Reich, les femmes étant exclues des candidatures au sein du NSDAP ; cf. Heinrich Best, « Strategien und Strukturen parlamentarischer Repräsentation einer antiparlamentarischen Partei. Die Reichstagsfraktion der NSDAP 1928-1933 », Historical Social Research / Historische Sozialforschung, 20, 2008, p. 103-119, p. 113.

10 Cf. Annette Knaut, « Les femmes dans les parlements de la RFA de 1949 à 2013 – De la marginalité à la normalité ? », traduit par François Danckaert, Allemagne d’aujourd’hui, 1, 207, 2014, p. 46-62, p. 49.

11 Cf. Elisabeth Glück, « 100 Jahre Frauenwahlrecht in Deutschland », Statistisches Monatsheft Baden-Württemberg, 10, 2018, p. 4, consulté le 12 avril 2020, URL : https://www.statistik-bw.de/Service/Veroeff/Monatshefte/PDF/Beitrag18_10_01.pdf ; Peter Schindler, Datenhandbuch zur Geschichte des Deutschen Bundestages : 1949 bis 1999, Baden-Baden, Nomos, 1999, p. 635 sq.

12 Cf. Knaut, « Les femmes… », Art. cit., p. 49-53.

13 Cf. Helga Lukoschat / Jana Belschner, Macht zu gleichen Teilen. Ein Wegweiser zu Parität in der Politik, 2e édition, Berlin, EAF, 2017, p. 14-15, consulté le 12 avril 2020, URL : https://www.frauen-macht-politik.de/fileadmin/Dokumente/Wegweiser_zu_Paritaet_in_der_Politik_web.pdf ; Knaut, « Les femmes… », Art. cit., p. 53 sq.

14 Ibid., p. 55-60.

15 Ibid., p. 48.

16 Ibid., p. 57. Mis à part les études en linguistique du genre en général (cf. Kotthoff / Nübling, Genderlinguistik, op. cit.), d’autres travaux se sont penchés plus particulièrement sur la question des styles communicatifs genrés en politique, par exemple Magali Guaresi, Parler au féminin. Les professions de foi des député.e.s sous la Cinquième République (1958-2007), Paris, L’Harmattan, 2018. Voir aussi sa contribution dans le présent numéro.

17 « Wild gewordener Gartenzwerg ! », Ottmar Schreiner (SPD) à l’adresse de Hansheinz Hauser (CDU), 26/01/1990, verbatim n° 11/192, consulté le 12 avril 2020, URL : https://pdok.bundestag.de/

18 Par exemple en analyse conversationnelle, cf. Harvey Sacks et al., « A Simplest Systematics for the Organization of Turn-Taking for Conversation », Language 50, 1974, p. 696-735.

19 Cf. Armin Burkhardt, Zwischen Monolog und Dialog, Berlin / Boston, De Gruyter, 2004, p. 72.

20 « Gruselige Rede ! Das ist doch gruselig ! » ; « Sie sind das personifizierte Sicherheitsrisiko ! », Ingo Gädechens (CDU / CSU) à l’adresse de Dr. Anton Hofreiter (Bündnis 90 / Die Grünen), verbatim n° 18/233.

21 Cf. Rüdiger Kipke, « Der Zwischenruf – ein Instrument politisch-parlamentarischer Kommunikation ? », in Andreas Dörner et Ludgera Vogt (dir.), Sprache des Parlaments und Semiotik der Demokratie. Studien zur Politischen Kommunikation in der Moderne, Berlin-Boston, De Gruyter, 1995, p. 107-112, p. 111.

22 Cf. Ronald Hitzler, « Die Politik des Zwischenrufs. Zu einer kleinen parlamentarischen Form », Zeitschrift für Parlamentsfragen 21, 4, 1990, p. 619-630, ici p. 627 sq.

23 « Lesen Sie mal meinen Aufsatz dazu ! », Volker Beck (Bündnis 90 / Die Grünen) à Dr. Sabine Sütterlin-Waack (CDU / CSU), verbatim n° 18/233.

24 Cf. Christa M. Heilmann, Interventionen im Gespräch. Neue Ansätze der Sprechwissenschaft, Tübingen, Niemeyer, 2002, p. 99 sq. ; Ulrike Gräßel, Sprachverhalten und Geschlecht. Eine empirische Studie zu geschlechtsspezifischem Sprachverhalten in Fernsehdiskussionen, Pfaffenweiler, Centaurus, 1991, p. 38.

25 Cf. Burkhardt, « „Das ist eine Frage », Art. cit., p. 76.

26 Cf. Burkhardt, Zwischen Monolog…, op. cit., p. 40.

27 Cf. Armin Burkhardt, « „Zur Sache, Schätzchen !“ Chauvi-Sprüche im Parlament », Sprachreport 90, 2, 1990, p. 1‑3, p. 2.

28 « Das ist eine Frage des Intellekts, Frau Kollegin ! », ibid., p. 2.

29 « Wer hat Ihnen eigentlich den Unsinn aufgeschrieben ? », ibid.

30 Ibid.

31 « Sie sehen besser aus, als Sie reden, Frau Kollegin ! », cit. d’après Burkhardt, « „Das ist eine Frage… », Art. cit., p. 74.

32 Cf. Burkhardt, « „Das ist eine Frage… », Art. cit., p. 67-70.

33 Ibid., p. 70.

34 Cf. p. ex. verbatims n° 02/221, 03/046, 04/051, 04/167, 05/124, 05/146, consulté le 12 avril 2020, URL : https://pdok.bundestag.de/

35 Cf. p. ex. verbatims n° 02/069, 04/051, 04/167, 05/033, 05/100, 05/146, consulté le 12 avril 2020, URL : https://pdok.bundestag.de/

36 Cf. Burkhardt, « „Das ist eine Frage… », Art. cit., p. 66.

37 Ibid., p. 67-70. L’analyse de Burkhardt se fonde sur une comparaison entre le discours de la députée Luise Zietz avec ceux de deux députés masculins, d’une durée de deux heures chacun, lors des premières séances de la Weimarer Nationalversammlung de 1919. Les réactions de l’auditoire y sont décomptées et classées selon les paramètres suivants : réactions non verbales (p. ex. applaudissements, rires, protestations, etc.) et verbales, c’est-à-dire les Zwischenrufe, répartis en six catégories en fonction de leur illocution (rappels, approbations, interrogations, sollicitations, manifestations de dissension, évaluations).

38 Cf. supra, note n° 29.

39 Burkhardt, « „Das ist eine Frage… », Art. cit., p. 76-78. L’analyse de Burkhardt repose sur un corpus de discours du Bundestag des années 1983 et 1984, soit un total de 84 pages de verbatims, composées pour moitié de discours féminins et masculins. Les réactions verbales et non verbales de l’auditoire ont été décomptées et classées selon les mêmes critères que pour la Weimarer Nationalversammlung, cf. supra note n° 37.

40 Cf. ibid., p. 76 sq.

41 « Zur Sache, Schätzchen ! », « Küßchen, Küßchen ! », cit. d’après ibid., p. 75.

42 Cf. supra note n° 1.

43 Cf. Carsten Lenz, Nicole Ruchlak. Kleines Politik-Lexikon, Berlin -Boston, Oldenbourg, Wissenschaftsverlag, 2018, p. 5 ; Deutscher Bundestag, Lexikon der parlamentarischen Begriffe, Berlin, Deutscher Bundestag, 2017, p. 4.

44 Les très rares interruptions équivoques, qui n’étaient pas identifiables clairement comme polémiques ou approbatives, n’ont pas été prises en compte.

45 Les listes de présence aux débats n’étant pas accessibles, nous partons du postulat que le taux de présence des élues est comparable à leur taux d’élection (à savoir 36 %), par ailleurs presque identique à celui de leurs prises de parole dans le corpus (à savoir 35 %).

46 « Können Sie mal an den Themen dranbleiben, Frau Brugger ? », Henning Otte (CDU / CSU) à Agnieszka Brugger (Bündnis 90 / Die Grünen), verbatim n° 18/233.

47 Cf. Kotthoff / Nübling, op. cit., p. 282 sq.

48 Penelope Brown, Stephen C. Levinson, Politeness. Some Universals in Language Usage, 7e édition, Cambridge-New York, Cambridge University Press, 1994, p. 60 sq.

49 « Den sollten Sie mal lesen ! Lesen bildet ! Denken hilft ! » Johannes Kahrs (SPD) à Alexander Hoffmann (CDU / CSU), 18/220.

50 « Jetzt haben wir endlich vollständige Klarheit ! », Matthias Gastel (Bündnis 90 / Die Grünen) après le discours de Dorothee Bär (secrétaire d’État et membre de la CSU), verbatim n° 18/046.

51 « Oh, so lange schon ? », verbatim n° 18/094.

52 « Das ist doch Quatsch ! » Beate Müller-Gemmeke (Bündnis 90 / Die Grünen) à Tobias Zech (CDU / CSU), verbatim n° 18/114.

53 « Dann wird es also keine Ausländermaut geben ! », Dr. Valerie Wilms (Bündnis 90 / Die Grünen) à Oliver Wittke (CDU / CSU), verbatim n° 18/046.

54 Cf. Helga Kotthoff, « Humor und Geschlechterverhältnisse », in Uwe Wirth (dir.), Komik. Ein interdisziplinäres Handbuch, Stuttgart, Metzler, 2017, p. 147-159, p. 152.

55 Cf. p. ex. Stephanie Schnurr et Janet Holmes, « Using humor to do masculinity at work », in Neal R. Norrick et Delia Chiaro (dir.), Humor in Interaction, Amsterdam-Philadelphia, John Benjamins Publishing Company, 2009, p. 101-124 ; Ruth Groth, « Der kleine Unterschied im Lachverhalten von Frauen und Männern und seine großen Folgen. Eine linguistische Untersuchung zum Interaktionsverhalten in der Schule », in Susanne Günthner et Helga Kotthoff (dir.), Die Geschlechter…, op. cit., p. 33-54.

56 Cf. Kotthoff et Nübling, op. cit., p. 289.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Typologie des interruptions de la 18e législature du Bundestag (2013-2017)
Légende * Les différences entre le total des interruptions subies et celui des interruptions commises s’expliquent par le fait que l’auteur·e n’est pas toujours identifïé·e dans le verbatim.
Crédits Calculs personnels sur la base des verbatim, URL : https://pdok.bundestag.de/​, consulté le 12/04/2020.
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/7399/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucia Schmidt, « « Vous présentez mieux que vous ne parlez, chère collègue ! ». Genre et interruptions au Bundestag allemand (2013-2017) »Genre & Histoire [En ligne], 29 | Printemps 2022, mis en ligne le 31 août 2022, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7399

Haut de page

Auteur

Lucia Schmidt

CREG EA 4151, Université Toulouse II – Jean Jaurès. Courriel : lucia.schmidt@gmx.de

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search