Navigation – Plan du site

AccueilNumeros29Travaux soutenusMarine Carcanague, Point d’honneu...

Travaux soutenus

Marine Carcanague, Point d’honneur pour les femmes ? Défendre son honneur et sa réputation devant la justice en France au XVIIIe siècle

Thèse de doctorat en histoire moderne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Hervé Drévillon, soutenue le 27 novembre 2021

Texte intégral

1Au cours des années 2000, les études historiques sur l’honneur à l’époque moderne ont connu un renouveau important. Mais l’honneur féminin est resté peu abordé et rarement considéré dans sa complexité. Il est souvent décrit comme anecdotique, voire inexistant, et s’opposerait fortement à l’honneur masculin, en étant cloisonné à la sphère morale. Cette thèse a pour objectif de questionner ces représentations, en tentant de comprendre les réalités sociales de l’honneur féminin ainsi que ses modalités de défense face à la justice. Dans cette perspective, les archives judiciaires de diverses institutions sont étudiées dans l’optique de saisir une variété de milieux sociaux. Le Tribunal des maréchaux de France, aussi appelé Tribunal du point d’honneur, est une source privilégiée pour aborder l’honneur féminin au xviiie siècle. Cette juridiction d’exception, créée par l’édit de Blois de 1602, est en effet spécialisée dans la résolution des conflits d’honneur. Réservée aux nobles et aux militaires, cette institution répond à la volonté monarchique de proscrire les duels. Après plusieurs hésitations des lieutenants des maréchaux, les femmes sont autorisées à recourir à cette juridiction d’exception : elles représentent environ 25 % des plaintes déposées au xviiie siècle devant cette institution. Toutefois, le Tribunal du point d’honneur constitue une juridiction d’exception, qui n’accueille qu’une minorité de la population, la noblesse. Pour saisir une plus grande variété de milieux sociaux, des enquêtes au sein de l’espace lyonnais et l’espace poitevin permettent d’aborder des comparaisons de conflits d’honneur féminins devant les présidiaux, les bailliages, et les justices seigneuriales. Ces archives permettent de prendre en compte des demandes de réparation de l’honneur émanant de femmes marchandes, de couturières, de brodeuses, de domestiques.

2L’étude des traités de droit et de jurisprudence démontre tout d’abord l’importance de ce sentiment au féminin. Au cours du xviiie siècle, l’honneur trouve une place croissante au sein du processus judiciaire, en faisant l’objet de nombreuses discussions de jurisprudence. Les juristes abordent l’honneur féminin comme un sentiment déterminant, plus délicat que l’honneur masculin, et qui mérite une protection particulière de la part de la justice. Pour les femmes, la voie judiciaire a pu représenter une opportunité pour défendre leur honneur de manière autonome. En effet, de nombreux traités de droit affirment que dans le cas d’atteintes à l’honneur (à la suite d’injures dites atroces), les femmes ne sont pas contraintes de présenter une autorisation devant les tribunaux. De ce fait, face à la justice, l’honneur féminin n’est pas non plus placé sous l’entière dépendance des hommes. Selon les institutions judiciaires, les femmes se présentent parfois seules pour restaurer leur honneur devant la justice. C’est particulièrement le cas devant le Tribunal des maréchaux de France, où plus de 60 % des femmes sont plaignantes au xviiie siècle.

3De plus, les conflits d’honneur féminin pris en charge par la justice se distinguent par leur diversité. Pour le second ordre, les procès déposés par les femmes accompagnent les dynamiques d’affirmation d’une spécificité nobiliaire par le biais du sentiment d’honneur, par exemple, à la suite de conflits sur les privilèges seigneuriaux qui leur donnent l’occasion de réaffirmer leur filiation. Ce sentiment n’est pas l’apanage de la noblesse, comme les membres du second ordre l’affirment souvent : de nombreuses femmes du Tiers-État s’en emparent et saisissent les tribunaux, notamment pour défendre leur honorabilité commerçante. Ainsi, loin de se réduire à la sphère privée, l’honneur féminin dispose de nombreuses ramifications sociales et économiques au cours de l’époque moderne. Toutefois, si les procès qui mettent en doute la moralité et l’honneur sexuel féminin "ne sont pas les plus fréquents" (ils représentent 3 % des procès déposés par les femmes devant le Tribunal des maréchaux de France), ce sont ceux qui suscitent le plus de scandale dans la sphère publique et qui durent le plus longtemps. À titre d’exemple, toute la famille de la marquise de Boniface (les fils et leur oncle) se mobilise pour la faire enfermer, en envoyant un mémoire au Tribunal des Maréchaux de France (AN, AB XIX 1995, 1740). Depuis la mort de son mari en 1744, elle est accusée de s’être amourachée d’« un misérable prêtre nommé Taquet » qui était précepteur et d’avoir délaissé ses huit enfants : « de bonne mère qu’elle était du vivant de son mari » elle est devenue « la plus cruelle marâtre qu’il y ait au monde ». Ayant complètement « abandonné » ses enfants, elle ne consacre plus sa fortune à leur éducation.

4Pour restaurer leur honneur, les femmes sont prêtes à affronter des parcours judiciaires longs et parfois coûteux : elles sont nombreuses à porter plainte devant plusieurs institutions judiciaires. Ces parcours multiples s’expliquent surtout par les nécessités du sentiment d’honneur : transversal et concernant plusieurs domaines de la vie sociale, il appelle ainsi à être présenté devant plusieurs cours de justice. Davantage qu’une mise en concurrence des justices, les plaignantes recherchent une complémentarité parmi les institutions judiciaires, chacune d’entre elles étant sollicitée pour statuer sur une facette de l’honneur. Comparer les pratiques d’honneur à partir de plusieurs institutions judiciaires a également permis de distinguer la manière dont les femmes défendent leur honneur en fonction des institutions judiciaires. Elles savent vers quelle institution judiciaire se tourner pour réparer chaque type de conflit : chaque cours de justice se caractérise par une valeur de l’honneur différente. Ainsi le procès qui oppose Marie-Madeleine de Vassé au sieur de Cosne, où une affaire de conflit seigneurial cristallise de multiples enjeux, nécessite-t-il la sollicitation de plusieurs institutions judiciaires entre 1737 et 1739 (AN, AB XIX 1196, 1738). L’itinéraire judiciaire de cette femme a pu être reconstitué grâce aux papiers de famille conservés aux Archives départementales d’Eure-et-Loir. Du bailliage et siège présidial de Chartres au Tribunal des maréchaux de France, en passant par les Eaux et forêts et le Parlement de Paris, de multiples plaintes sont déposées, tour à tour centrées sur les démêlés territoriaux, l’atteinte à l’honneur et à la réputation, ou sur les violences commises par les deux protagonistes.

5Cette thèse s’intéresse également au dénouement des procès portés par les femmes devant la justice pour restaurer leur honneur, riche d’enseignements pour comprendre le rôle de la sollicitation des institutions judiciaires dans une démarche plus globale de restauration de l’honneur. Les femmes ne sollicitent la justice qu’après avoir recherché une solution de compromis : le recours aux institutions judiciaires se fait donc par défaut. Ces procès se caractérisent donc par le nombre restreint de sentences judiciaires, solutions et accommodements étant fréquemment trouvés à l’extérieur de la justice. C’est le cas lors du procès de Françoise Guérin, jeune apprentie tailleuse de « douze ou treize ans », dont les parents portent plainte en 1775 devant la sénéchaussée pour obtenir réparation d’un viol subi par leur fille par un dénommé Ziegler (AD du Rhône et de la métropole de Lyon, BP 3417, 1775). Pour étouffer le scandale, Ziegler propose à la mère de Françoise Guérin « deux louis d’or et de payer une pension pour une année dans un couvent ». Les parents refusent et décident alors de porter plainte devant la justice, qui ordonne la prise de corps de Ziegler. Mais quelques jours plus tard, les parents affirment vouloir se désister de la plainte, et demandent aux magistrats de rendre la « liberté » au violeur, sans autre précision. Ziegler a probablement proposé à la famille un dédommagement financier ou un mariage, pour obtenir le retrait de la plainte. Cette affaire démontre ainsi que les solutions proposées par la justice ne sont pas forcément celles retenues par les plaignantes ou par celles et ceux qui les représentent ; la réparation de l’honneur féminin peut être parfois jugée plus efficace par des mesures prises à l’extérieur de la sphère judiciaire.

6Enfin, les femmes ne cherchent pas nécessairement une sentence judiciaire lorsqu’elles portent plainte devant la justice : leur objectif principal est de prouver leur honorabilité aux yeux de tous, d’être reconnues dans leur honneur. Elles recherchent plutôt la publicité judiciaire pour consolider la fragilité de leur réputation voire celle de leur statut social, cette demande permettant sans doute aussi d’accélérer la négociation avec leur opposant. Porter plainte devant la justice pour restaurer son honneur ne représente ainsi qu’une étape dans la restauration de l’honneur, processus long qui se trouve à mi-chemin entre la sphère sociale et la sphère judiciaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Marine Carcanague, Point d’honneur pour les femmes ? Défendre son honneur et sa réputation devant la justice en France au XVIIIe siècle »Genre & Histoire [En ligne], 29 | Printemps 2022, mis en ligne le 10 septembre 2022, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7444

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search