Navigation – Plan du site

AccueilNumeros29Travaux soutenusMarie Walin, Savoirs sur l’impuis...

Travaux soutenus

Marie Walin, Savoirs sur l’impuissance sexuelle en Espagne (années 1780-années 1910). Contribution à une histoire de l’hétérosexualité

Thèse de doctorat en histoire contemporaine, université Toulouse II Jean-Jaurès, sous la codirection de Sylvie Chaperon et de Jean-Philippe Luis, soutenue le 3 décembre 2021

Texte intégral

1« Les parties sexuelles de l’homme nécessitent moins de souplesse que de force, moins de sensibilité que d’énergie, moins d’irritabilité que de vigueur ; c’est pourquoi dans cette lutte on doit faire preuve d’ardeur pour prendre, d’audace pour assaillir, et de force pour vaincre » : c’est avec ce vocabulaire guerrier que l’un des médecins examinant en 1840 à Madrid un certain Manuel de Casasola décrit le rôle attendu d’un homme dans l’échange sexuel. Dans cette comparaison, le sexe érigé apparaît comme une métonymie de l’homme viril, dont il manifeste la force, la vigueur et l’esprit de conquête. Loin de présenter de telles qualités, Manuel de Casasola incarne au contraire un contre-modèle de la masculinité hégémonique : l’homme impuissant. Ce diagnostic fait partie d’une demande de nullité de mariage pour impuissance sexuelle présentée devant le tribunal diocésain de Madrid. Cette recherche explore 61 causes de ce type, instruites principalement par les tribunaux diocésains de Madrid et de Saragosse, et marginalement de Pampelune, Séville, Burgos et Tolède, entre 1777 et 1919. Même si elles sont relativement rares, des demandes de ce type sont régulièrement adressées aux tribunaux ecclésiastiques espagnols au cours du xixe siècle, y compris de la part de personnes issues de classes sociales modestes. De fait, en Espagne, l’Église catholique garde la main sur l’institution matrimoniale jusqu’en 1870, date de la promulgation de la première loi sur le mariage civil, et même au-delà, du fait de l’importance de la pratique religieuse dans la population. La thèse explore ainsi l’évolution des normes de la sexualité conjugale dans un pays de foi catholique, dans un contexte de transformation profonde des savoirs médicaux sur la sexualité.

2La défaillance qu’est l’impuissance sexuelle constitue un objet historique significatif tout d’abord parce qu’elle manifeste en creux les caractéristiques de la sexualité considérée comme normale. Celle-ci a été jusqu’à présent moins explorée par les études historiques, plutôt centrées sur les sexualités que Foucault appelle « périphériques ». Bien que ni le terme ni le concept d’hétérosexualité n’existent avant les années 1910, étudier les normes de la sexualité conjugale permet de retracer l’histoire de son émergence, et de montrer comment elle est en partie construite socialement et historiquement. Cette étude porte sur un long xixe siècle, englobant la fin du xviiie siècle et le début du xxe siècle, permettant ainsi de relier les savoirs issus de la médecine humorale aux savoirs proto-sexologiques, antérieurs à la psychanalyse. Ce faisant, l’un des objectifs de ce travail est de mettre l’accent sur la permanence de certaines représentations jusqu’au début du xxe siècle, comme celles liées aux tempéraments, autant que sur les transformations apportées par l’émergence de nouveaux savoirs médicaux.

3C’est en effet dans les années 1840-1850 que sont découverts certains mécanismes liés à la fécondation comme le phénomène de l’ovulation spontanée ou les mécanismes de l’érection de la verge et du clitoris. Outre les causes de nullité pour impuissance conservées dans les archives diocésaines espagnoles, cette recherche repose sur l’analyse d’un large corpus de sources médicales imprimées (encyclopédies et dictionnaires, revues généralistes et spécialisées, essais), de sources juridiques concernant le traitement de l’impuissance sexuelle (droits séculiers et canonique), ainsi que de sources religieuses (dictionnaires de droit canonique, essais) mais aussi de quelques sources littéraires et pornographiques. La variété des sources analysées permet de d’envisager une histoire culturelle des savoirs sur l’impuissance sans se limiter aux savoirs savants. Les récits faits par les plaignant·es de leur intimité ainsi que les sources pornographiques offrent un contre-pied intéressant aux sources religieuses, tandis que les traités d’hygiène destinés aux couples et les publicités pour des remèdes plus ou moins efficaces, mais de plus en plus nombreux, manifestent l’émergence d’un marché des productions érotico-médicales dans la seconde moitié du xixe siècle en Espagne.

4Ce travail de recherche met en évidence la connexion des savoirs médicaux espagnols avec ceux du reste de l’Europe, grâce à la circulation des personnes et des revues, et ce malgré les difficultés liées aux troubles politiques intérieurs, généralement soulignés par l’historiographie traditionnelle. Elle montre comment évolue la définition de l’impuissance sexuelle recouvrant le plus souvent tout trouble physique ou mental empêchant la pratique du coït. Alors qu’à la fin du xviiie siècle, on parle d’impuissance aussi bien pour les hommes que pour les femmes, à partir de la seconde moitié du xixe siècle la pathologie se masculinise. L’émergence de nouveaux modèles de masculinité et de féminité et l’importance croissante accordée à la différence sexuelle et à la hiérarchie de genre contribuent à élargir le fossé qui sépare les genres. Plus que jamais, les femmes sont associées à la passivité, à la soumission et à l’abnégation, et les hommes à l’activité, à la force et à l’élan vers l’extérieur, y compris dans les représentations de la sexualité. Alors que disparaît progressivement le diagnostic d’impuissance sexuelle pour les femmes au profit de celui de frigidité ou de vaginisme, l’absence d’érection chez les hommes devient source de suspicion. Ces hommes qui ne désirent pas leurs femmes ne seraient-ils pas animés d’un désir sexuel déviant ? Dans les dernières années du xixe siècle, la rencontre de la psychopathologie et des théories sur la dégénérescence prend en Espagne une dimension particulière, du fait d’un événement que les métropolitains ont appelé « le Désastre ». En 1898, l’Espagne perd en effet ses dernières colonies (Cuba, Porto-Rico et les Philippines) au cours d’une guerre qui semble manifester aux yeux de certains la décadence de l’Espagne, rendue impuissante du fait d’une dégénérescence de la race latine. Pour lui redonner sa vigueur passée, Joaquin Costa propose en 1902 de faire appel à un « chirurgien de fer » – surnom repris par le dictateur Primo de Rivera en 1922 – afin de redonner vitalité et virilité à un pays composé selon lui « d’eunuques ».

5Des savoirs médicaux aux croyances religieuses, des normes juridiques aux pratiques sexuelles, des savoirs savants aux savoirs populaires, cette thèse explore plus d’un siècle de discours et de savoirs sur l’impuissance sexuelle afin de montrer comment l’histoire du genre et de la sexualité permettent d’éclairer des parties encore inexplorées de l’histoire politique, sociale et culturelle du xixe siècle en Espagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Marie Walin, Savoirs sur l’impuissance sexuelle en Espagne (années 1780-années 1910). Contribution à une histoire de l’hétérosexualité »Genre & Histoire [En ligne], 29 | Printemps 2022, mis en ligne le 22 août 2022, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7454

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search