Navigation – Plan du site

AccueilNumeros29Travaux soutenusBarbara De Luna, Les femmes de l’...

Travaux soutenus

Barbara De Luna, Les femmes de l’ennemi. Les procès pour collaboration pendant l’après-guerre. Une comparaison entre la France et l’Italie

Thèse de doctorat en histoire contemporaine, Università degli Studi di Bologna/Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne, sous la direction de Patrizia Dogliani et Fabrice Virgili, soutenue le 25 novembre 2021

Texte intégral

1La thèse propose, à travers l’analyse des dossiers de procès conservés dans les fonds de plusieurs Cours de justice françaises et des Corti d’Assise Straordinarie (CAS) italiennes, une étude comparative sur le phénomène de la collaboration féminine pendant la République sociale italienne et sous le régime de Vichy en France. La comparaison se révèle utile d’une part pour comprendre le phénomène de l’épuration dans sa dimension européenne ; d’autre part pour mettre en lumière les analogies et les différences qui existent entre les deux pays en ce qui concerne les rapports entre femme, guerre, violence et justice pénale, dans le contexte de l’après-guerre et d’une justice de transition.

2Pour mettre en évidence les éventuelles spécificités locales italiennes, ont été consultés les dossiers conservés dans les fonds de la Corte d’Assise Straordinaria (CAS) de Turin, Cuneo, Bologne, Modène, Reggio Emilia et Ferrare. La recherche s’est finalement conclue aux Archives centrales de l’État de Rome, où les fonds du ministère de l’Intérieur, du ministère de la Grâce et de la Justice et de la section spéciale de la Cour de cassation de Milan ont permis d’approfondir la législation et les pratiques juridiques qui ont pris forme dans l’après-guerre autour du concept de collaboration politique et militaire avec l’ennemi. En particulier, j’ai analysé les demandes de grâce transmises par les accusées au ministère de la Grâce et de la Justice et les recours présentés par elles à la section spéciale de la Cour de cassation, afin de mettre en évidence les stratégies défensives des prévenues. Concernant la France, les 1 071 procès pour collaboration contre les femmes tenus à la Cour de Justice de la Seine entre 1944 et 1951 et conservés aux Archives nationales ont été étudiés à partir d’une approche quantitative. Puis j’ai entrepris l’analyse qualitative d’un échantillon de 100 accusées (environ 10 % du total), dans le but d’analyser ces procès en détail et d’examiner chaque expérience individuelle. Par ailleurs, comme dans le cas italien, les dossiers du procès de la Cour de Justice de la Seine ont été comparés à ceux des Archives départementales du Rhône et de la Cour de Justice de Bourg-en-Bresse, afin de mettre en évidence les multiples différences entre le contexte de la capitale, située en zone occupée, et un environnement rural soumis à la juridiction du régime de Vichy. En outre, les stratégies défensives et les demandes de grâce des collaboratrices italiennes ont été comparées à celles des accusées françaises grâce à l’analyse, aux Archives nationales, des dossiers de recours en grâce et de requêtes en révision, également conservés dans le fonds de la Cour de Justice de la Seine.

3Les sources judiciaires permettent un double niveau d’analyse de la collaboration féminine. D’une part, les dossiers du procès des CAS italiennes et des Cours de justice françaises constituent un échantillon représentatif des modalités réelles de l’implication des femmes dans la coalition nazi-fasciste, au-delà des stéréotypes les plus répandus sur les collaboratrices – tels que, par exemple, celle de l’espionne et de la « femme à boche ». La recherche a permis de redonner de la dignité au récit historiographique de l’expérience de guerre des femmes, ce qui est fondamental aussi pour la compréhension « d’en bas » du conflit et du phénomène de collaboration.

4D’autre part, cette documentation judiciaire reflète la mentalité et les préjugés de ses compilateurs, les juges et avocats chargés de punir les femmes « de l’ennemi ». Les dossiers des prévenues mettent en évidence le climat social, politique et culturel dans lequel ces procès se sont déroulés, et les angoisses de normalisation des populations italienne et française pendant l’après-guerre, quand la justice a été saisie non seulement pour condamner les crimes de collaboration commis pendant l’occupation, mais aussi pour marquer une rupture définitive avec les régimes passés, cela afin de légitimer le pouvoir des vainqueurs.

5La comparaison entre l’Italie et la France a permis de voir comment, dans les deux pays, les processus de reconstruction nationale ont largement coïncidé avec la tentative de conduire un « rite de purification » (R. De Palmer) de la féminité et de rétablir les relations traditionnelles de genre, ébranlées voire bouleversées par la guerre, en restaurant l’autorité masculine sur le corps féminin. En effet, comme l’a souligné Françoise Thébaud, si le conflit avait permis aux femmes d’aller au-delà des rôles traditionnels de mère et d’épouse, d’assumer de nouvelles tâches et responsabilités, leur émancipation a été fortement freinée à la fin du conflit, par des discours et des mesures politiques visant à exclure les femmes de l’espace public et à les confiner à nouveau dans la sphère privée et domestique. Par une forme particulière de ce que Cecilia Nubola définit comme une « justice de genre », les deux nations ont pu ostraciser les comportements féminins qui enfreignaient les codes moraux communs et ramener l’image de la collaboratrice à un phénomène exceptionnel et monstrueux, dû à la barbarie de la guerre et étranger à la nouvelle nation démocratique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Barbara De Luna, Les femmes de l’ennemi. Les procès pour collaboration pendant l’après-guerre. Une comparaison entre la France et l’Italie »Genre & Histoire [En ligne], 29 | Printemps 2022, mis en ligne le 10 septembre 2022, consulté le 28 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7455

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search