Navigation – Plan du site

AccueilNumeros29Travaux soutenusÉlise Abassade, Militantes commun...

Travaux soutenus

Élise Abassade, Militantes communistes en Tunisie (1921-1963)

Thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université de Manouba et Université Paris 8, sous la co-direction de Habib Kazdaghli et Emmanuelle Sibeud, soutenue le 27 novembre 2021

Texte intégral

1De la naissance du parti communiste de Tunisie (PCT), en 1921, jusqu’à son interdiction durable, en 1963, des individus assignées « femmes » se sont investies pour l’avènement du socialisme au sein de ce mouvement politique minoritaire, mais dynamique et visible. À partir dune lecture à l’aune du genre, d’une analyse intersectionnelle et d’une attention portée à lagentivité, cette thèse suit les parcours des 183 femmes dont il a été possible de retrouver la trace. À la jonction de champs historiographiques récents et renouvelés par l’attention portée aux positions sociales, que sont l’histoire des mobilisations collectives et l’histoire des partis communistes, ainsi que l’histoire des situations coloniales et postcoloniales, elle complète les quelques travaux s’intéressant à l’histoire politique du PCT et à ceux focalisés sur les engagements associatifs féminins en Tunisie. Restituées par la prosopographie, ou biographie collective, les trajectoires de ces 183 militantes sont réinsérées dans lhistoire du parti – réunissant plusieurs centaines de militant·e·s –, pour mettre en évidence les activités menées et les engagements vécus. Il sagit aussi dévaluer et d’étudier le poids du genre et de la domination masculine pour interroger la possibilité dun engagement au féminin en faveur dun parti qui, certes égalitariste, sest peu préoccupé des revendications concernant les femmes, et des femmes en tant que catégorie politique.

2Ces recherches articulent plusieurs types de sources. Leur corpus le plus important, composé d’archives administratives et notamment d’archives de la surveillance policière, donne aussi accès à des documents du parti communiste, complétés par la presse partisane. Si la plupart d’entre ces sources se trouvent au Centre des Archives diplomatiques de Nantes (CADN), les Archives nationales de Tunisie (ANT) en conservent un certain nombre, et l’Institut supérieur d’histoire de la Tunisie contemporaine (ISHTC) donnent accès à des microfilms de plusieurs centaines d’archives dont les originaux se trouvent à Nantes ; la Bibliothèque nationale de Tunisie (BNT) et la Bibliothèque nationale de France (BNF) comptent dans leurs fonds les journaux communistes. La lecture minutieuse de ces documents révèle l’androcentrisme de la police et du PCT, et invite à questionner les façons dont les femmes sont invisibilisées, réduites au genre, et souvent déconsidérées en tant que militantes – par la police notamment. Afin de pallier ces difficultés et d’avoir accès aux paroles des femmes, cette thèse s’appuie en outre sur des archives mémorielles, des témoignages publiés et des entretiens conservés à Tunis mais, aussi, sur des archives privées et des entretiens, recueilli·e·s auprès de militantes et d’enfants de militantes en France et en Tunisie.

3Dès 1921, des femmes participent à la création du nouveau parti cherchant à se distinguer du groupe socialiste – tout comme le fait son homologue en métropole, dont le PCT est une Fédération. De nationalité française et appartenant à la petite bourgeoisie citadine, elles sont, comme leurs camarades hommes, de celles et ceux qui demandent la fin du Protectorat. Imposé en 1881, cette tutelle juridique implicitement coloniale consacre la France comme puissance souveraine, dont le pouvoir repose sur un ordre social et racial hiérarchique. Ces premières militantes, aux trajectoires politiques variées – anciennes socialistes ou anarchistes – défendent, par leurs vécus et leur investissement politique, une grande liberté. Dans les années 1930, beaucoup des militantes communistes sont militantes syndicalistes. Fonctionnaires, employées, ouvrières, Françaises, Italiennes puis, dès 1936-1937, Tunisiennes assignées « israélites », sont toutes convaincues par l’antifascisme, ciment d’un groupe solidaire, où les femmes incarnent les catégories politiques femmes et jeunes filles élaborées par un PCT cherchant à convaincre l’ensemble de la population. Durant la Seconde Guerre mondiale, une trentaine de femmes parmi la centaine de communistes encore en activité protègent leurs camarades et maintiennent l’existence du parti malgré son interdiction, malgré les restrictions et les difficultés matérielles, malgré les menaces et les risques. À partir de 1944, le petit groupe soudé par la période de la guerre se transforme en véritable communauté, où la présence des femmes se fait inédite et en expansion ; des Tunisiennes assignées « musulmanes » s’engagent alors ; plus généralement investies en politique, elles sont séduites par les modalités mises en place par le PCT pour accueillir les femmes. Davantage de militantes occupent des postes d’importance, mais leurs trajectoires politiques restent imprégnées par les normes de genre. Le passage à la direction de l’une des organisations féminines proches du PCT, l’Union des Femmes de Tunisie et de l’Union des Jeunes Filles de Tunisie, conditionne leur montée dans la hiérarchie du parti. Dans les années 1950, les militantes luttent pour l’indépendance de la Tunisie, obtenue en 1956 ; puis, en dépit des entraves que leur oppose le nouveau gouvernement nationaliste, elles maintiennent leurs activités, aux côtés de leurs camarades, jusqu’à l’interdiction brutale du parti en 1963.

4Si ces 183 militantes jouent des rôles et occupent des places en partie tributaires du genre, et si les rapports de genre et l’oppression des femmes ne sont jamais véritablement dénoncé·e·s, leur engagement et leur investissement en eux-mêmes les placent en deçà des rôles traditionnellement assignés aux femmes. De plus, elles égratignent parfois ces rôles, ou sen servent de manière stratégique pour porter leurs revendications, qu’il s’agisse d’appeler à l’union entre toutes les femmes pour transcender les barrières et les pesanteurs de la société coloniale, ou de défendre l’autonomie des femmes par l’instruction, l’obtention d’un métier, l’ouverture de leur univers. Par ailleurs, l’engagement et le militantisme ont une incidence sur les bouleversements personnels et subjectifs vécus par certaines.

5Ces parcours singuliers sont ceux de militantes avant-gardistes, œuvrant discrètement à préparer le terrain d’éclosion du féminisme des générations suivantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Élise Abassade, Militantes communistes en Tunisie (1921-1963) »Genre & Histoire [En ligne], 29 | Printemps 2022, mis en ligne le 22 août 2022, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7460

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search