Navigation – Plan du site

AccueilNumeros29Comptes rendusSylvie Chaperon, Carla Nagels et ...

Comptes rendus

Sylvie Chaperon, Carla Nagels et Cécile Vanderpelen-Diagre (dir.), Le rideau déchiré. La sexologie à l’heure de la guerre froide (Sextant n° 37)

Bruxelles, éditions de l’Université Libre de Bruxelles, 2020, 178 p.
Patrick Farges
Référence(s) :

Sylvie Chaperon, Carla Nagels et Cécile Vanderpelen-Diagre (dir.), Le rideau déchiré. La sexologie à l’heure de la guerre froide (Sextant n° 37), Bruxelles, éditions de l’Université Libre de Bruxelles, 2020, 178 p.

Texte intégral

  • 1 Kristen R. Ghodsee, Why Women Have Better Sex Under Socialism: And Other Arguments for Economic Ind (...)

1L’historiographie de la guerre froide par le bas a permis ces dernières décennies de porter le regard sur les questions de genre, d’intimité et de sexualité, en interrogeant notamment ce qui bougeait sous la surface des points chauds de la guerre froide. Récemment, l’ethnographe américaine et professeure d’études slaves Kristen Ghodsee faisait valoir qu’en dépit de stéréotypes tenaces, les personnes situées à l’est du rideau de fer avaient, avec d’importantes variations d’un contexte national à l’autre, une vie sexuelle très active, voire globalement meilleure. Selon elle, c’est l’indépendance économique des femmes en particulier qui aurait permis de ne plus considérer (dans une perspective féministe matérialiste) le sexe comme une marchandise, améliorant ainsi l’intimité1. L’ouvrage dirigé par Sylvie Chaperon, Carla Nagels et Cécile Vanderpelen-Diagre aux éditions de l’Université libre de Bruxelles contribue à regarder cela de plus près et sans doute aussi à nuancer quelque peu le propos de Ghodsee, taillé pour un lectorat nord-américain.

  • 2 Sur ce point, voir aussi : Bogdan C. Iacob (coord.), « State Socialist Experts in Transnational Per (...)
  • 3 Voir Brice Chamouleau (coord.), « Genre, sexualités et démocratie », dossier thématique, Mélanges d (...)

2L’introduction substantielle (p. 7-20), intitulée « La sexologie à l’heure de la guerre froide », rappelle la manne archivistique qui s’est ouverte aux historien·nes à partir des années 1990 et qui a permis d’écrire une histoire sociale riche, à hauteur d’hommes et de femmes. L’histoire du genre, des sexualités, des comportements sexuels, des minorités sexuelles, mais aussi celle des sciences de la sexualité de l’autre côté du rideau de fer attestent que des multiples formes d’échanges, de circulations et de transferts Est/Ouest ont existé, qui sont autant de terrains privilégiés pour toute forme d’histoire comparée, connectée voire croisée. Comme l’écrit à ce propos la chercheuse Luciana M. Jinga, spécialiste de la sexologie dans la Roumanie communiste : « la circulation des savoirs et les agents qui ont animé les réseaux scientifiques, culturels et professionnels interrogent l’étanchéité du rideau de fer » (p. 79)2. Cette historiographie relationnelle informe largement le présent ouvrage, issu de collaborations scientifiques entre l’Université de Toulouse Jean-Jaurès et l’Université Libre de Bruxelles, et notamment d’un colloque qui s’est tenu à Bruxelles. Par ailleurs, les réflexions contemporaines autour de nos démocraties sexuelles néo-libérales nous incitent, dans une perspective post-dictatoriale, à relire la période de la guerre froide afin d’y relever les modalités concrètes de la relation entre l’intime individuel et l’État, ainsi que les formes de construction du savoir sur l’intime dans un tel contexte3.

3L’ouvrage se concentre sur l’histoire de la « sexologie », définie comme un champ pluriel et interdisciplinaire centré sur la « production d’un savoir à prétention scientifique sur la sexualité humaine » (p. 9). Il ne saurait être question ici de résumer chacune des contributions de manière exhaustive ; nous préfèrerons partager quelques impressions de lecture… en commençant par la fin et par l’Ouest.

4Dans la dernière contribution (p. 149-172), le sociologue émérite Alain Giami dresse en effet un large panorama qui retrace la généalogie complexe du champ de la sex research anglo-saxonne. À partir de ses prémices allemandes (la Sexualwissenschaft), la sex research se constitue à la fin des années 1950 aux États-Unis, puis évolue en une « communauté épistémique » internationale et transatlantique, jusqu’à devenir au fil des décennies un champ éclaté. Selon Giami, c’est bien par le truchement de l’interdisciplinarité et de l’internationalisation que les pionniers de la sex research cherchèrent à octroyer sa scientificité au champ.

5Le souffle de l’histoire du xxe siècle traverse ce champ. Les grandes ruptures, comme les guerres mondiales et la Shoah, en ce qu’elles affectèrent les liens familiaux, le couple, la sexualité voire l’intimité, furent à l’origine d’inflexions importantes, prolongées dans la guerre froide. L’historienne Dagmar Herzog (p. 41-52) souligne à ce propos un double phénomène : d’une part, à l’Ouest, la « christianisation » progressive d’une sexologie « juive » ; d’autre part, à l’Est, le rejet concomitant d’une sexologie vue comme « bourgeoise » voire comme « perversion capitaliste » (par exemple concernant l’homosexualité). En complément du propos de Herzog, on lira avec intérêt les développements de Cécile Vanderpelen-Diagre (p. 99-115) sur l’histoire des colloques internationaux de sexologie de Louvain dans les longues années 1960. Elle conclut en rappelant que durant la guerre froide, « si l’Église catholique avait son propre agenda en matière de géopolitique (imposé par le fait que le bloc de l’Est comprenait des pays comptant une majorité catholique), en matière de normes sexuelles, elle a épousé la rhétorique de la liberté du “modèle” occidental » (p. 112-113).

6Au-delà d’une confrontation des « blocs », largement remise en cause par l’historiographie récente de la guerre froide, ce sont bien les parallélismes, les connexions et les transferts qui forment le cœur de l’ouvrage. Ainsi, des savoirs, des textes voire des personnes circulaient entre Est et Ouest, parfois sans leur « contexte », produisant ainsi des effets de réception et des malentendus productifs.

  • 4 Voir par exemple l’historiographie anglophone sur le sujet : Mark Fenemore, Sex, Thugs and Rock’n’R (...)

7Certains contextes nationaux sont davantage développés que d’autres. Ils sont constitués en « cas », au gré des spécialités des différent·es contributeurs et contributrices : les États-Unis, la Belgique ou la Suisse pour l’Ouest ; la Pologne ou la Roumanie pour l’Est. Les germanistes relèveront en particulier la place nodale qu’occupe l’Allemagne divisée dans l’ouvrage. Cela est dû, d’une part, à la conjonction entre histoire des sexualités et contexte de double dictature (nazie puis communiste), d’autre part à la confrontation directe des systèmes de pensée entre RFA et RDA, et ce dans la même langue4.

8Ainsi, Lutz Sauerteig, spécialiste d’humanités médicales, montre (p. 55-78) que dans les deux Allemagnes, on s’est, à la suite des rapports Kinsey états-uniens de la fin des années 1940, progressivement tourné vers une recherche empirique et scientifique en matière de sexualité. On s’est aussi beaucoup observé mutuellement. Il insiste en particulier sur la manière dont la perception de ce qui est « normal » des deux côtés du Mur s’en est trouvée modifiée, à force de graphiques et de visualisations de la norme et de la moyenne : la masturbation, la pornographie ou encore les relations de même sexe devenaient des pratiques « normales » parce que statistiquement fréquentes.

9Selon Agnieszka Kościańska (p. 135-148), la Pologne communiste était également un cas intéressant : l’homosexualité y était dépénalisée depuis 1932, sans toutefois être socialement acceptée. Certains médecins sexologues polonais durant la guerre froide semblent ainsi avoir cherché à véritablement comprendre les préoccupations de leurs patients, allant jusqu’à chercher des ressources documentaires à l’étranger, y compris de la littérature ou des brochures militantes, et contribuant ainsi activement à faire circuler ces textes et discours par-delà le rideau de fer.

10On lira avec beaucoup d’intérêt cet ouvrage, qui témoigne d’un champ de recherche très actif et en évolution constante. Car la guerre froide se jouait aussi sur le terrain de la guerre symbolique du sexe, où il s’agissait de savoir quel système offrait aux individus le « meilleur » régime de genre et de sexualité.

Haut de page

Notes

1 Kristen R. Ghodsee, Why Women Have Better Sex Under Socialism: And Other Arguments for Economic Independence, New York, Nation Books, 2018.

2 Sur ce point, voir aussi : Bogdan C. Iacob (coord.), « State Socialist Experts in Transnational Perspective. East European Circulation of Knowledge during the Cold War (1950s-1980s) », dossier thématique, East Central Europe, n° 45, 2-3 (2018).

3 Voir Brice Chamouleau (coord.), « Genre, sexualités et démocratie », dossier thématique, Mélanges de la Casa de Velázquez. Nouvelle série, n° 50, 1 (2020), https://journals.openedition.org/mcv/12114.

4 Voir par exemple l’historiographie anglophone sur le sujet : Mark Fenemore, Sex, Thugs and Rock’n’Roll: Teenage Rebels in Cold-War East Germany, New York, Berghahn, 2007 ; Paul Betts, Within Walls – Private Life In The German Democratic Republic, Oxford, Oxford University Press, 2010 ; Josie McLellan, Love in the Time of Communism: Intimacy and Sexuality in the GDR, Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Farges, « Sylvie Chaperon, Carla Nagels et Cécile Vanderpelen-Diagre (dir.), Le rideau déchiré. La sexologie à l’heure de la guerre froide (Sextant n° 37) »Genre & Histoire [En ligne], 29 | Printemps 2022, mis en ligne le 10 septembre 2022, consulté le 28 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7464

Haut de page

Auteur

Patrick Farges

Université Paris-Cité, Laboratoire ICT

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search