Navigation – Plan du site

AccueilNumeros29Comptes rendus« Archives, genre, sexualités, di...

Comptes rendus

« Archives, genre, sexualités, discours », GLAD ! – Revue sur le langage, le genre et les sexualités

Numéro 11, 2021
Riccardo Bulgarelli

Notes de la rédaction

Le numéro de la revue est disponible à l’adresse suivante : https://journals.openedition.org/glad/2929

Texte intégral

1Le numéro 11 de la revue GLAD ! – Revue sur le langage, le genre et les sexualités, intitulé « Archives, genre, sexualités, discours » et paru en décembre 2021, rejoint une large discussion internationale visant à rendre plus complexe et multiforme la notion d’archives. Comme Mona Gérardin-Laverge, Magali Guaresi et Julie Abbou l’expliquent dans l’introduction du numéro en question, l’approche mobilisée s’appuie sur une définition discursive et performative des archives, c’est-à-dire qui inclut la mise en pratique des « discours des archives » et des « discours sur les archives ».

2Les articles abordant une variété de sujets emploient diverses méthodes et perspectives dans le cadre de spatialités et de temporalités plurielles : en partant des grandes villes étatsuniennes pour arriver jusqu’aux contextes ruraux et provinciaux, puis une période s’échelonnant du xixe siècle jusqu’à nos jours. Pluriels sont aussi les profils des auteurs et autrices (chercheurs·euses, syndicalistes, militant·es), ainsi que les formats et genres de leurs textes (articles scientifiques, récits d’expérience, traductions, entretiens).

3Trois points semblent émerger de manière transversale : l’hétérogénéité qui caractérise l’expérience de l’archive ; la présence de plusieurs subjectivités au sein même de cet espace ; les formes différentes du caractère performatif de l’archive.

4Le cadre pluriel des expériences de l’archive représente le premier des axes prééminents. Caroline Déodat, en abordant de manière « épistémologique » l’archive qu’elle a dépouillée en étudiant le « séga » mauricien, problématise son origine coloniale et raciale. C’est pourquoi Déodat tourne le regard vers un autre type d’archive – celui de la poétique, de la musique et des gestes dansés du séga – afin de tracer le potentiel de résistance inhérent aux pratiques performatives de cette expression artistique. Dans une optique historiographique, Delphine Frasch examine l’entrelacement du militantisme politique et de la recherche historique dans les milieux gauchistes et féministes anglais des années 1970 et identifie les racines d’une approche collective et problématisée vis-à-vis des archives. Enfin, le récit de l’expérience de la recherche émerge de manière évidente dans les essais de Marine Gilis – rapportant l’expérience de recherche de sources primaires pour une histoire des sexualités dans l’Ouest de la France –, et d’Alexandre Klein et Gabriel Girard – donnant une première organisation aux affiches réalisées pendant la lutte contre le sida à Montréal. Le récit de leurs expériences concrètes inclut les difficultés, les choix et les échecs qui ont caractérisé le repérage des matériaux ainsi que les efforts pour constituer de nouvelles archives.

5L’attention portée aux différentes subjectivités rencontrées dans les archives constitue un deuxième axe du numéro. Carolina Topini et Isabelle Salem Diego Sentis soulignent l’importance d’une « démarche participative » en décrivant les efforts déployés pour constituer des archives des lieux de sociabilité lesbienne à Genève. Ce travail de reconstitution – qui part de la recherche de sources matérielles pour arriver au partage des mémoires – a stimulé des dialogues et des solidarités intergénérationnelles. Le rapport entre matériaux du passé et communautés contemporaines est abordé également par Élie Grau, qui montre le processus d’appropriation, par certains groupes asexuels, du « Manifeste de l’asexualité » rédigé dans les milieux radicaux féministes à New York en 1972. Aux personnes qui utilisent les archives, s’ajoutent les professionnels qui les gèrent. L’entretien que Mathilde Sergent-Mirebault a mené sur le fonds Ménie Grégoire avec deux archivistes travaillant aux Archives départementales d’Indre-et-Loire nous permet de suivre le processus qui a porté les Archives à s’intéresser et accueillir ce fonds, mais elle s’étend jusqu’au rapport affectif qui lie les archivistes au matériau archivistique.

6Le troisième axe du numéro explore l’action performative de l’archive, de sa création à son usage. La contribution de Maeva Ballon et Flaz Torres, militantes féministes et syndicales, souligne le rôle crucial des archives pour la « construction d’un rapport de force féministe ». Ayant pour but d’expliquer ce potentiel de légitimation, les autrices présentent à la fois les activités collectives de production et d’archivage de documents ainsi que l’usage de matériaux historiques à des fins d’action politique. Sous un angle plus historique, Mathilde Petit prête attention aux archives développées par un groupe lesbien new-yorkais dans les années 1970, où le travail de conservation des traces des expériences lesbiennes précédentes et des matériaux produits par les luttes politiques était perçu comme une action politique visant à changer les narrations historiques traditionnelles et à bâtir une transmission intergénérationnelle. Au contraire, Alain Giami se concentre plutôt sur la performativité de l’archive personnelle. Après avoir décidé de déposer son immense archive personnelle – collectée tout au long de sa carrière de chercheur scientifique – dans une institution publique, il s’engage dans une analyse ethnographique de son milieu professionnel pour enquêter sur l’entrelacement entre documents, stockage et biographie dans le passage des archives du domaine privé au domaine public.

7Les questions soulevées par les articles conduisent à s’interroger sur quelques points permettant de prolonger la réflexion. Premièrement, la mobilisation de plusieurs catégories d’analyse mène à se questionner sur leur caractère à la fois subjectif et contextuel. Tandis que la lecture subjective des sources est présente dans plusieurs analyses (l’article de Giami est exemplaire en ce sens), la lecture contextuelle – c’est-à-dire liée à un temps, à un espace et à des relations contingentes – reste plutôt marginalisée dans l’économie générale du numéro. C’est par exemple le cas de la catégorie de « féminicide » employée par Margot Giacinti lorsqu’elle analyse des cas judiciaires au xixe siècle. Dans sa définition constructive du féminicide, Giacinti trace des similitudes entre passé et présent (la défaillance de l’institution policière, par exemple), sans pour autant mettre en évidence et interroger les différences entre les contextes historiques, une opération qui serait pourtant certainement productive afin de mieux comprendre les dynamiques sociales, culturelles et relationnelles autour des discours et pratiques judiciaires au xixe siècle.

8De plus, un autre point qui resterait à creuser concerne l’analyse des relations entre les subjectivités agissant à l’intérieur de l’archive. Bien que, globalement, le numéro de la revue GLAD ! offre un cadre riche d’acteurs, la plupart des analyses se focalisent sur une seule typologie d’utilisateurs, sans considérer leurs interactions. Or c’est en considérant ces interrelations que de nouvelles questions pourraient émerger à propos des systèmes de pouvoir, des capitaux propres aux différents acteurs, des tensions et divergences entre leurs subjectivités et leurs discours.

9Enfin, une dernière réflexion découle de ce que la plupart des exemples présentés dans le numéro proviennent de recherches en cours : comment intégrer cette définition complexe de l’archive à l’intérieur du « produit fini » de la recherche, c’est-à-dire dans les articles, les livres, les thèses ? Ici, la discussion pourrait s’ouvrir à un passage en revue des différentes pratiques d’écriture et de structuration de la recherche scientifique.

10Dans l’ensemble, cette ouverture souligne la charge innovante du numéro spécial de GLAD !, qui a certainement détruit les bases d’une approche historiciste et normative des archives au profit de définitions toujours poreuses et plurielles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Riccardo Bulgarelli, « « Archives, genre, sexualités, discours », GLAD ! – Revue sur le langage, le genre et les sexualités »Genre & Histoire [En ligne], 29 | Printemps 2022, mis en ligne le 31 août 2022, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7482

Haut de page

Auteur

Riccardo Bulgarelli

Institut universitaire européen de Florence (Italie)

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search