Navigation – Plan du site

AccueilNumeros29Comptes rendusCatriona MacLeod, Invisible Prese...

Comptes rendus

Catriona MacLeod, Invisible Presence. The Representation of Women in French-Language Comics

Bristol/Chicago, Intellect, 2021, 244 p.
Sylvain Lesage
Référence(s) :

Catriona MacLeod, Invisible Presence. The Representation of Women in French-Language Comics, Bristol/Chicago, Intellect, 2021, 244 p.

Texte intégral

1En 2016, le festival d’Angoulême avait mis en lumière la sous-représentation chronique des femmes dans le secteur de la bande dessinée : aucune femme ne s’était retrouvée parmi les finalistes du Grand Prix. La question de la place des femmes dans ce secteur à la légitimité culturelle longtemps incertaine a fait l’objet de plusieurs travaux. Aux enquêtes d’histoire sociale et de sociologie interrogeant la construction de la profession de dessinateur·rice et les contours du métier (à travers notamment les travaux de Jessica Kohn, Maëlys Tirehote-Corbin ou Marys Renné Hertiman), l’ouvrage de Catriona MacLeod apporte un complément d’une grande utilité.

2Tiré d’une thèse de doctorat, cet ouvrage s’inscrit à la croisée des études culturelles et visuelles, mais offre un éclairage proprement historique. Il ambitionne en effet de déconstruire un siècle de représentations des corps féminins dans la bande dessinée, en partant de l’hypothèse d’une difficulté du médium à s’emparer des corps féminins.

3Le médium ayant longtemps été l’apanage de créateurs masculins, MacLeod répartit son analyse en trois catégories : les personnages féminins principaux, les personnages féminins secondaires et, enfin, les personnages féminins créés par des autrices. Chacune de ces trois sections fait l’objet à la fois d’un panorama historique général et d’une série d’études de cas. Ces panoramas sont, en eux-mêmes, d’une grande utilité, fournissant des jalons précieux pour alimenter des cours et suggérer de nombreuses pistes d’approfondissement pour des travaux de Master, notamment.

4Ainsi, dans le tout premier chapitre, Bécassine to Barbarella…, l’autrice interroge de façon synthétique l’écriture de l’histoire de la bande dessinée au prisme du masculin et les mécanismes de relégation de la BD pour petites filles ; elle embrasse également la question des circulations culturelles transnationales, en étudiant la reconfiguration de personnages. Dans le 5e chapitre, Beyond Bonemine, elle analyse la relégation des femmes dans les marges d’une bande dessinée en voie de légitimation culturelle.

5Le cœur du propos, cependant, réside dans les études de cas qui rythment chacune des sections. Ainsi, MacLeod se livre à une lecture d’ensemble de Bécassine, de la dynamique sérielle qui l’anime et de son importance patrimoniale ; elle se livre à une lecture serrée de Bécassine pendant la Grande Guerre, qui restitue avec finesse les mécanismes de déshumanisation : « the representation of Bécassine […] is coded in multiple ways to deny her woman-ness, rendering her neither feminine nor particularly masculine but ‘Other’. […] Her entire being is repeatedly presented, both visually and narratively, as both sub-human and curiously alien » (p. 45).

6Il en va de même pour l’étude du personnage de Barbarella créé par Jean-Claude Forest. Sex-symbol emblématique d’une certaine libération sexuelle de la bande dessinée hors du carcan de la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, Barbarella a souvent vu son importance symbolique éclipser les tentatives de lecture approfondie. Catriona MacLeod se livre ici à une telle analyse, montrant bien le rôle d’objet de désir de Barbarella : au-delà de sa sexualité active et en apparence autonome, l’aventurière demeure un objet de contemplation : « Barbarella represents fetishized eroticism, the reader’s desire and little else » (p. 60).

7Après une Bécassine incarnant une a-sexualisation confinant à la déshumanisation et une Barbarella sexualisée, au point de disparaître en tant que personnage, Adèle Blanc-Sec fournit un prolongement attendu, mais extrêmement convaincant là encore. MacLeod relit le personnage comme une forme de monstre, s’appuyant comme dans ses précédents chapitres sur une analyse narrative et visuelle extrêmement serrée. Elle montre à quel point Tardi, tout en cherchant à déconstruire les stéréotypes traditionnels du féminin, peine à s’émanciper des assignations de genre. À travers le personnage d’Adèle Blanc-Sec, Tardi met en scène une complexe et fluctuante performance de genre.

8La deuxième section, dédiée aux personnages secondaires, envisage un corpus plus hétéroclite et moins attendu : si l’étude des personnages féminins dans Astérix relève de l’évidence, les chapitres suivants s’attachent à des œuvres plus secondaires de la bande dessinée des années 1990 (les œuvres du duo Warnauts-Raives, qui interrogent la persistance d’un imaginaire colonial et la sexualisation de l’exotisme) et 2000 (La Vie de ma mère de Thierry Jonquet et Jean-Christophe Chauzy). La section se termine par Le Combat ordinaire, série-phare de la « nouvelle bande dessinée » des années 2000 parvenue sur le devant de la scène dans le sillage de la vague d’éditeurs indépendants des années 1990. En proposant d’examiner les personnages secondaires, MacLeod propose une analyse convaincante des transformations des identités masculines dans la France de la fin du xxe siècle. Cependant la mosaïque d’œuvres à l’importance et à l’écho très variables amoindrit la portée strictement historique de ces analyses.

  • 1 La thèse de doctorat de Jessica Kohn a ainsi permis de largement défricher la question de la contri (...)
  • 2 Blanche Delaborde, « Le magazine Ah ! Nana : 1976-1978 », Mémoire de maîtrise en histoire sous la d (...)
  • 3 Virginie Talet, « Les magazines Métal Hurlant et Ah ! Nana : deux expériences dans l’univers underg (...)

9La troisième section, à ce titre, est plus directement utile à des chantiers futurs et, en partie, entamés1. Centré sur les personnages féminins créés par des autrices, il parcourt la deuxième moitié du xxe siècle et le début du siècle suivant (chapitre X). Son chapitre XI, centré sur Ah ! Nana, reprend des éléments en partie connus, grâce aux travaux de Blanche Delaborde2 et Virginie Talet3, tout en proposant une lecture rapprochée de plusieurs récits marquants d’autrices dont l’importance a récemment été réévaluée, comme Nicole Claveloux. En pointant les ambiguïtés du positionnement féministe de la revue emblématique de l’underground féminin de la première vague, MacLeod nuance considérablement le récit conventionnel de l’histoire de la bande dessinée comme émancipation – dans la foulée d’ailleurs de Delaborde et Talet. Avec Chantal Montellier (chapitre XII) et Aurélia Aurita (chapitre XIII), MacLeod conclut son étude par des œuvres très différentes, d’un côté une autrice à l’intransigeance radicale, de l’autre un best-seller de l’autobiographie des années 2000, qui a largement contribué à redéfinir les contours des représentations classiques des corps féminins dans la bande dessinée contemporaine.

10Le travail de Catriona MacLeod ne s’appuie pas sur des fonds d’archives : ce n’est pas là sa perspective. Toutefois, en termes de méthode d’analyse culturaliste nourrissant une histoire des représentations, Invisible Presence apparaît exemplaire de ce que les études de genre peuvent apporter à l’étude de la bande dessinée.

Haut de page

Notes

1 La thèse de doctorat de Jessica Kohn a ainsi permis de largement défricher la question de la contribution historique des autrices à la vie des illustrés des années 1950-1960 Jessica Kohn, Dessiner des petits Mickeys. Une histoire sociale de la BD en France et en Belgique (1945-1968), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2022 ; le projet des Bréchoises sur le matrimoine de la bande dessinée prolonge cette première exhumation : https://labrechebd.com/les-brechoises/ (dernière consultation 28/06/2022).

2 Blanche Delaborde, « Le magazine Ah ! Nana : 1976-1978 », Mémoire de maîtrise en histoire sous la direction de Nicolas Bourguinat, Université Strasbourg II, Strasbourg, 2001. Blanche Delaborde, « Ah ! Nana : les femmes humanoïdes », Neuvième Art, 2006, http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?article128 (dernière consultation 28/06/2022).

3 Virginie Talet, « Les magazines Métal Hurlant et Ah ! Nana : deux expériences dans l’univers underground en France », Mémoire de maîtrise en histoire sous la direction de Françoise Thébaud, Université d’Avignon, Avignon, 2004 ; Virginie Talet, « Le magazine Ah ! Nana : une épopée féministe dans un monde d’hommes ? », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 24/1 (novembre 2006), p. 251‑272.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Lesage, « Catriona MacLeod, Invisible Presence. The Representation of Women in French-Language Comics »Genre & Histoire [En ligne], 29 | Printemps 2022, mis en ligne le 22 août 2022, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7514

Haut de page

Auteur

Sylvain Lesage

Université de Lille – IRHiS UMR 8529

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search